Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Rassemblés [Kazejins]


Dim 26 Aoû 2018 - 11:25
Le Colisée, mythique bâtisse proche de Taiyô, qui représentait peut-être à lui seul l’Histoire Kazejine. Si les forces des guerriers et shinobis du Vent avaient toujours été mis à l’épreuve dans l’arène, cet endroit avait surtout servi comme punition pour les esclaves et autres traîtres du pouvoir autrefois en place : le Premier Cercle. C’était devenu une tradition depuis de longues décennies que de venir assister à des combats à mort entre ces gens qui sur décision de la Prêtresse Rouge – l’Impératrice Shima – devenaient les attractions du riche peuple de la capitale et de ses différents soutiens. Et la plupart de ces oppressés étaient les Asaara ou d’autres descendants de personnes impliquées dans la terrible tempête de sable qui avait ravagé le pays en l’an quarante.

Mais la rébellion populaire avait balayé les mensonges de l’ancien pouvoir. Et le Dieu du Désert, qui s’était finalement avéré être une monstruosité dissimulée par le Premier Cercle, offrait alors à tous une vérité certes tardive mais finale : c’était bel et bien ce démon de sable qui avait balayé le pays il y a si longtemps. Et ainsi, les Asaara et toutes les autres familles ou individualités lâchement accusées recouvraient la liberté.

Le Premier Cercle n’était plus. Et l’ombre qu’il laissait derrière lui obligeait chaque acteur de Kaze no Kuni de choisir quel futur il voudrait pour son pays. Plus qu’un simple tournoi, certes le premier d’une si grande ampleur, le Colisée rassemblait en cette nuit les plus grands noms du Pays du Vent, ou du moins ceux qui avaient répondu à un appel puissant : celui de l’Histoire. Car c’était bel et bien du futur du pays dont il serait question.

Dans la grande salle, bon nombre de figures Kazejines étaient présentes. Parmi elles, Sendai Ketten, qui avait jusqu’alors joué le rôle de Représentant. Héros de Kaze suite à l’affrontement auquel il avait pris part face au Dieu du Désert, c’était lui qui s’était rendu à l’Appel International envoyé par Araho Daiki, Seigneur du Feu. Mais comme certains le savaient : Ketten n’était pas le plus Kazejin d’entre tous et son implication dans la rébellion résultait plus d’un heureux hasard qu’autre chose.

« Mesdames, messieurs, merci d’être présents. Comme vous le savez, depuis que le Premier Cercle a été renversé par la rébellion populaire de Kaze, notre pays fait face à une crise identitaire sans précédent. Tout notre peuple et nos systèmes sont profondément perturbés et attendent qu’un véritable pouvoir prenne place… »

C’était bien le Sendai qui avait pris la parole en premier, en sa qualité de figure principale Kazejine depuis la rébellion. Mais d’autres grands noms siégeaient dans les fauteuils et autres sièges de cette salle. Meikyû Manako, lieutenante principale et représentante de la triple alliance avec Jôheki et Tetsu no Kuni, qui avait du faire face aux révélations de ce Premier Cercle auquel elle avait obéi aveuglément jusqu’alors.

« J’ai été fier d’aider mon pays, et je continuerai à le faire. Mais je n’ai ni la légitimité ni la volonté de décider à la place du peuple, à la place d’entre nous tous… Pourtant, si nous sommes rassemblés ici ce soir, c’est pour une seule et même raison… »

Que ce soit pour Garyôsen Ryôga, l’un des lieutenants de la rébellion populaire, muet jusqu’alors, ou pour nombre d’autres Kazejins, la conclusion de Ketten était attendue.

« … Kaze no Kuni a besoin d’un nouveau leader et d’un nouveau pouvoir en place. »

Important:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3733-garyosen-ryoga

Dim 26 Aoû 2018 - 15:01
Se sentait-il Kazejin ? Au fond, Ikaku était comme Kaze. Sans réelle identité, sans rien. Né à Ame, le Sendai avait rapidement été mis en esclavage et servi sur un plateau pour le Colisée. Toutefois, à l’inverse d’Heiwa, Boryoku avait aimé cette vie de combat. En attendant parler d’un rassemblement au Colisée, la curiosité des deux etres peuplant Ikaku fut piqué à vif. Autant Boryoku souhaitait savoir ce qui allait se passer, autant Heiwa qui se sentait Kazejin avait envie d’en savoir plus. S’il y avait un regret pour les deux personnalités, c’était d’avoir fui et vu d’autre cieux que de battre avec la rébellion ceux qui les avait opprimés.

Installés, muets, le schizophrène écoutait parler Ketten. Un Sendai comme lui, il aurait pu lui parlé de ses pouvoirs mais désormais, Ikaku n’en avait cure. Il parlait et il fallait prendre une décision pour le pays du Vent : un nouveau leader et un nouveau pouvoir. Qu’entendair-il Par la ? Intérieurement, les deux discutaient.

Boryoku n’étant pas apte à tenir une discussion aussi politique, il laissa volontiers sa place à Heiwa.

Je me présente : Sendai Ikaku. Un nouveau pouvoir ? Pensez-vous qu’il faut se calquer sur les différents villages cachés ? Notre pays a des ressources comme les nombreux combattants du Colisée qui sont encore présents ou tout ceux ayant fui l’oppression. Oui, c’est ce que nous devons faire ! Élire un Kazekage, former un village de shinobi !

Ikaku avait dit ce qu’il pensait. Bien qu’aimant sa liberté, le Sendai souhaitait voir renaître le pays du Vent.

_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)


Dernière édition par Sendai Ikaku le Dim 26 Aoû 2018 - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku

Dim 26 Aoû 2018 - 15:11
Après des années en dehors de Kaze, j'étais à présent de retour sur ma terre natale. Les raisons qui m'attiraient en ces lieux étaient multiples, mais ma volonté était quant à elle bien ferme. Bien des évènements s'étaient produits avant et après mon départ de Kaze. Le Cercle qui, j'avais entendu, avait blâmé les Asaara pour des tempêtes de sable qui étaient en réalité dues à une puissance de la nature, un Monstre - ou un Dieu du désert comme certains l'avaient appelé- qui était en réalité résultant de leurs méfaits. Certains s'étaient alors insurgés contre le Cercle, le renversant lui et sa prêtresse maléfique qui avait apporté tant de malheurs au Pays du Vent. Cette libération, bien que bénéfique pour notre Pays d'une certaine manière, s'était retrouvée être brutale et avait plongé ma Terre Natale sur le chemin de l'instabilité. Une instabilité qui pourrait lui être fatale si jamais elle ne s'en relevait pas. Et je refusais de voir mon pays, ma Terre Natale, plonger dans une situation si périlleuse sans bouger le petit doigt pour cela.

Après les phases éliminatoires du tournoi auquel je participais, raison -ou plutôt prétexte- de ma venue à Kaze no Kuni, j'avais traîné quelques temps dans les bars et dans les rues à la recherche d'informations, de noms pouvant m'aider dans mes recherches. Peu de gens me connaissaient au Pays, ou se rappelaient de moi après mes six ans d'exil. Nous étions une famille assez discrète, et nous n'avions aucun amis haut-placés. De ce fait je devais récolter des informations à l'ancienne. Je n'avais d'ailleurs rien entendu de particulier durant une bonne partie de la soirée, mais avec l'avancée de l'astre lunaire dans le ciel et le taux d'alcoolémie sanguin qui suivait la pente ascendante, les langues commençaient à se délier. L'être humain était si prévisible. Et c'est après quelques verres en compagnies d'hommes d'âges mûrs, riant de bon coeur avec ceux qui faisaient parti de mon peuple, que j'appris qu'une réunion se tenait ce soir même pour tous les kazejins. Une réunion qui avait une grande vocation mais dont le but était encore incertain. Après avoir remercié mes compagnons de beuverie pour la soirée passée, je plaidai mon jeune âge et une prétendue faible résistance à l'alcool pour m'éclipser. Mais loin de là mon intention de rejoindre mes appartements. Je me dirigeai vers le lieu indiqué par mes camarades Kazejins.

J'étais sorti sans mon bandeau d'Iwa, car ce soir je n'étais pas Iwajin mais bien Kazejin. Si je me présentais à cette assemblée, c'était bien pour soutenir mon Pays, celui qui m'avait vu naître et non pas celui qui m'avait accueilli, adopté, après la tragédie qui était mienne. Arrivé sur les lieux de l'assemblée, un homme était au milieu et avait pris la parole. Il expliquait les problèmes que rencontraient Kaze alors que je me mêlais à la foule. Enfin si l'on pouvait l'appeler ainsi, puisque l'espace était assez grand et les gens assez peu nombreux pour laisser un espace confortable entre chaque personne. Celui qui était au centre était un héros connu de Kaze si j'avais bien compris en tendant mes oreilles par-ci par-là, ce qui me rappelait mon absence lorsque la catastrophe avec le Cercle s'était produit. Un autre fait qui ne pouvait que me rappeler mon impuissance. Et quelle ne fut pas ma surprise lorsque je compris finalement le but de cette réunion. Kaze no Kuni avait besoin d'un nouveau leader. Mes yeux s'ouvrirent grand, non seulement de surprise, mais aussi de joie. Si cela se réalisait, Kaze no Kuni allait enfin devenir une puissance reconnue et respectée. Une avec qui nous pourrions faire des échanges à Iwa. Et si un leader était désigné ici, je saurais à qui m'adresser non seulement pour la recherche de mes parents, mais aussi pour la recherche concernant le père de Rakka. Déjà ce héros de Kaze, comme on l'appelait, devait en savoir quelque chose, car il était surement là le jour où le père de ma compatriote avait perdu la vie.

Un autre homme vint prendre la parole, demandant si c'était bien là ce qu'on voulait. Elire à Kaze no Kuni un Kazekage. Un qui serait l'homologue des autres Kage, mais aussi qui ferait du Pays du Vent -ou du village de Taiyo plus précisément si j'avais bien compris- un village shinobi comme les autres. Etait-ce la bonne solution ? Quelque part en mon fort intérieur, j'hésitais, mais l'idée de voir le Vent renaître et être gouverné par quelqu'un de compétent me remplissait de joie et d'excitation. Mon pays allait-il renaître de ses cendres, et laisser un vent nouveau balayer les horreurs du passé ? Je m'avançai alors avec un visage tout à fait sérieux, me distinguant un peu de l'assemblée.

-Je m'appelle Konran Tenzin, et bien que je sois venu ici en tant que shinobi d'Iwa, je suis né ici, à Kaze no Kuni, et j'espère que vous accepteriez ma participation à cette assemblée, dis-je en m'agenouillant brièvement devant le dénommé Ketten et devant l'assemblée avant de me relever. Pour des raisons qui m'incombent et me pèsent, je n'ai pas pu remettre les pieds à Kaze depuis mon exil. Mais j'ai saisi l'occasion de ce tournoi pour retourner sur ma Terre natale, et bien que je sois encore bien trop faible pour me proposer comme leader -tout comme le fait que personne ne me connaît ici-, je tiens à participer activement à la résolution des problèmes de mon Pays. Et comme cela a été évoqué précédemment, je pense qu'il serait tant pour Kaze d'avoir son Ombre. Une Ombre qui veillerait à ce que les atrocités qui ont sévi notre Terre ne se reproduisent plus.

J'étais encore qu'une brise sur l'échiquier, mais peut-être pourrais-je devenir à l'avenir ce qui se rapprochait d'un ambassadeur entre nos deux pays. Ou tout du moins un shinobi oeuvrant pour Kaze. Je pourrais alors peut-être mettre mes dons au service de ma terre natale. Je ne cherchais pas le pouvoir, juste à aider mon pays. Et j'espérais que mon pays m'aiderait en retour, me prêtant quelques ressources qui lui plaisaient pour que je mène à bien mes recherches. De plus, j'étais certainement l'une des personnes les plus indiquées pour traverser le désert qui entourait Kaze. Non seulement car je le connaissais quasiment par coeur, mais aussi parce que je pouvais voler ce qui rendait le trajet beaucoup plus agréable et rapide que si j'étais à pied. Cette assemblée était cruciale pour moi, à bien des niveaux, et j'étais pressé de voir ce qui allait en résulter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Dim 26 Aoû 2018 - 20:15
Tu te retrouves là par un curieux hasard. T’es pas réellement sûr d’y avoir ta place et pourtant t’y as été convier. Est-ce Manako qui a parlé pour toi et qui permet ta présence ici ? Toi qui n’est autre que le toutou de Kiri ? T’écoutes les mots et les proposes qui fusent de tout côté. Un Kazekage ? Tu laisses entendre un rire. Amusé et plus que provocateur. “Vous voulez réellement imitez les autres pays ? Alors qu’ils ne font que se chercher querelle ? Ils ne verront pas l’émergence de Kaze comme une bonne nouvelle et pourraient tenter de tuer le poussin dans l’oeuf..” Argumentas-tu en restant assis, dans une position plus qu’inconvenable. Manque de respect en plein, après tout, tu ne te présentes pas et plus encore tu contredis tout le monde, mais pour passer ton temps à observer ce qu’il se passe dans le monde, que ça soit avant la création des villages ou bien maintenant qu’ils sont là, t’as pas encore réussi à savoir si c’était réellement une bonne chose.

Tu finis néanmoins par te redresser, retirant enfin la capuche de ta tête, parce que vu l’heure, de toute façon, elle te serre plus à rien, tu risques pas du tout d’attraper une insolation. Puis comme ça, au moins une personne, pourra mettre un nom sur toi. “Vous parlez de pouvoir, de force, mais réfléchissez pas. Avoir une ombre et un village ninja ne poussera Kaze que dans les conflits des autres. Kiri a déjà tenté de chercher venir de l’aide ici par le passé, Iwa et Kumo pourraient tenté de faire de même, alliance, guerre, tension. J’refuse de voir mon pays sombrer dans tout cela sous prétexte que des idiots proposent qu’on suive un schéma établit par d’autre pays qui font que se taper dessus au final.” Ton regard se posent sur le nuke nin et l’iwajin qui votent pour cela.

Tu soupire alors, parce que tu sais qu’on va te demander une autre solution, parce qu’il faut toujours proposer quelque chose quand on en refuse une autre. Le truc, c’est que t’as pas réellement d’idée et c’est ça le problème, c’est que t’as pas de solution miracle pour avoir un leader sans tomber dans le schéma des villages ou un truc déjà existant. Pourtant, en réfléchissant, tu finis par penser tout simplement à un lieu, où t’as grandit et qui dans le monde à une influence plus qu’importante, mais surtout qui n’est vu par aucune des villages comme une menace, du moins à l’heure actuel. “Si vous voulez une structure, pensez plutôt à Joheki et son académie qui n’est pas considéré comme une menace. Au lieu de parler Ombre du vent et village, parlé apprentissage et échange mondiaux afin de permettre à Kaze d’apprendre de tout un chacun afin de permettre à notre pays de découvrir ce qu’il a manqué quand il était sous le cercle.” Et au final, même si t’improvise, pour une fois, tu dis pas trop de merde et ça, tu peux être fier de toi. Pour une fois que t’as l’air un peu intelligent, bon, ça risque pas de plaire à tout le monde, t’as quand même insulté deux mecs d'abrutis, mais c’est leurs fautes aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1899-le-vent-se-leve http://www.ascentofshinobi.com/u115

Lun 27 Aoû 2018 - 12:45

Rassemblement






Kaze no Kuni, le pays du desert ardent. Ce pays est la contrée la plus occidentale que tu n’ai jamais visité, le voyage en compagnie de la délégation ne fut pas de tout repos, cependant tu pu découvrir de nouveau paysage fantastique. Les dunes de sables à perte de vue et cette flore coriace ne t’on pas laissé indifférent, la nature possède ces qualités insoupçonné par l’homme. Cependant ce n’était pas le point central de votre venue dans ces contrées pour le moins isolées : le pays du vent avait organisé un tournoi d’art martiaux dans son colisée. Tu salua cette bonne initiative de leur part, ces contrées avaient besoin de se lier au autres et faire avancer les choses.  Tu le sais pertinemment que ce pays à souffert des cultes archaïques du premier cercle, les choses vont évoluer dans le bon sens, tout du moins c’est ce que tu espère



Le tournoi avait débuté sur les chapeaux de roue au grand colisée de Kaze no Kuni, tu n’étais pas venu pour te battre mais bel et bien pour travailler au bonheur du pays de l’eau. Conscient de ton statut de héros du pays de l’eau, tu à été convié par un autre héros de Kaze à une assemblée. Dans cette majestueuse bâtisse qu’était le Colisée, plus précisément dans la grande salle, c’était dans cette pièce que le destin de Kaze no Kuni pouvait changer.


Prenant place discrètement, tu sorti de quoi noter et écoutes ce que Sendai Ketten , leader de la rébellion de Kaze no Kuni avait à dire. Le pays aux dunes ardentes était bel et bien en train de traverser une crise majeure de son histoire, mais une crise qui pourrait changer la face de ces contrées salie par le Premier Cercle. Ce pays à besoin d’un nouveau dirigeant et d’un nouveau pouvoir en place. Cet homme était quelqu’un d’intelligent et semblait posséder une âme noble. Un point que tu apprécie, cependant c’était dorénavant aux autres personnes de prendre la parole. Tu n’a pas vraiment la légitimité de donner ton point de vue sur le sujet, cependant tu ne peux t’empêcher de souffler un bon coup. Un village ninja ? C’était donc cela solution que proposent les Kazejins ? Avaient-il vraiment compris ce dont le pays avait besoin ? Rien n'était moins sûr, tu es Mizujin, cependant tu reste un humain et le sort de ce pays pourrait très bien avoir un impact sur le tien.  Tu t'apprêtes à prendre parole lorsque Tsunechika émit un rire avant de lui prendre parole. C’était un personnage assez loufoque, mais non dénué de sagesse.



«Bonjour a vous, je me nomme Keisuke et je tenais à remercier Sendai Ketten pour avoir permis à la délégation Kirjine de faire partie de cette réunion. Cependant je dois vous mettre en garde vous tous ici : Ce pays à besoin d’un nouveau gouvernement en place, et vous nous parlez de village ninja. N’y a t il pas confusion ? Ces contrées ont besoin d’un seigneur ou peut être bien d’une assemblée dirigeant afin de refaire partir l’économie. La question d’un village ninja n’est pas à l’ordre du jour, bien sûr que la défense est une question importante. Mais ce pays souffre, la pauvreté est présente dans tout les coins de rue. Je peux me tromper, mais je pense qu’un village de ninja n’est pas une priorité.»



Tu adresse un regard au chef de l’assemblé et souffle un coup.


«Je tiens à vous rappeler que le Pays du Vent n’est pas seul et que c’est avec grand plaisir que je vous tend la main au nom des habitants de Mizu no Kuni. Merci de votre attention. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3777-kyuuseichi-keisuke-terminee

Lun 27 Aoû 2018 - 13:52
Ikaku avait émis une proposition, certes qui n’arrangeait pas tout mais offrait plusieurs possibilités et un renouveau pour le pays du Vent. Certains étaient d’accord, d’autres non. Ce qui le fit rire si bruyamment, c’était ceux étant contre l’idée d’un village shinobi n’etait clairement pas Kazejins. Pointant du doigt les deux Kirijins, Heiwa décida de prendre la parole.

Avez-vous votre mot à dire ? Vous, qui faites parti du village de Kiri ?! Tellement de jalousie, de tensions que vous refusez la naissance d’un quatrième village !

Le Sendai n’allait pas abandonner cette idée, loin de là. Pour lui, c’etait ce dont avait besoin dans l’immédiat le Pays. Un village allait amener force militaire, économie et politique. Kumo était bien devenu capitale de son pays, devenant une place forte autant économiquement que militairement.

Je maintiens que Kaze a besoin d’un village caché. Cela lui apporterait renouveau, reconnaissance, identité, économie.

A l’intérieur, Boryoku bouillait de rage.

_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku

Lun 27 Aoû 2018 - 16:10
Entendant la voix de Keisuke, t’es un peu surpris et tu tournes la tête vers lui. Il veut vraiment pas te lâcher les basques lui ? Tu l'observais alors qu’il défend ton point de vue et tente de placer Kiri et Mizu dans une bonne position pour le pays du vent. Toi, tu doutes que ça fonctionne réellement, mais bon, qui ne tente rien n’a rien comme on dit. Par contre, tu peux pas t’empêcher de tiquer en entendant l’autre idiot reprendre la parole et venir critiquer ta légitimité quand à parlé pour Kaze, allant même jusqu’à t’insulter de kirijin.

Tu te redresse alors et tu fais réellement un gros effort pour ne pas l’envoyer valser avec une de tes techniques. Il faut savoir se tenir parfois, c’est ce que tu te dis, tu mords sur ta chique, parce que t’as pas envie de te faire expulser de ce conseil. Néanmoins, il est hors de question que tu laisses l’autre énergumène t’insulter encore de la sorte. “Où t’as vu que j’étais kirijin, crétin ! Au lieu de dire des inepties, réfléchis un peu ! T’as l’air de penser qu’à la renommé, mais là, c’est pas ça qui compte ! On s’en fout de la reconnaissance des autres actuellement ! Il faut que le pays se relève, pas qu’on soit perçu comme une menace et ça, t’as pas l’air de piger. Enfin, faut dire que c’est peut-être trop compliqué pour un abrutit dans ton genre.” Sifflas-tu avant de te tourner vers Manako et Ketten pour reprendre la parole tout sourire, comme si au final, la petite altercation avec l’ancien esclave était déjà loin dans ton esprit. “Il faut éviter les erreurs du passé, un conseil risque d’être trop similaire à ce que nous avons déjà connu et pourrait faire crainte au peuple une répétition des actes passés, alors qu’un seigneur pourrait peut-être encourager un peu plus. Mais de là à tomber d’accord sur qui doit commencer la ligné ça risque d’être problématique.” Tu réfléchis, comme on te l’a apprit à l’académie, parce que ouais, tu fais le cons, mais tu l’es pas tant que ça, et là, Keisuke pour découvrir un nouvel aspect de toi, qui en théorie, ne devrait pas trop lui déplaire. Fini le pervers inconscient et provocateur. “L’idéal serait de choisir qui prend la tête du pays, mais pas avec une notion d’hérédité ensuite, mais bien de légitimité. Cela pourrait éviter la pleine puissance d’un clan et la soumission d’un autre par exemple.” En disant cela, tu penses aux Asaara qui ont été les victimes du premier cercle, immuablement, mais aussi, tu penses simplement aux systèmes de chef d’équipe pour les missions, qu’on décide pas forcément en fonction du grade, mais des compétences, sinon, ça ne serait pas Keisuke qui serait au dessus de toi, mais un autre type, plus ancien. Et parce qu'on ne peut pas te changer, fallait bien que tu dises une connerie pour compléter ton discours. "Moi, j'serais d'avis qu'on élise une fille sexy." Parce que passer pour un con, ça aide aussi à faire en sorte que les autres te sous-estime et te craignent bien moins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1899-le-vent-se-leve http://www.ascentofshinobi.com/u115

Lun 27 Aoû 2018 - 19:01
La discussion avait rapidement pris un tournant assez conflictuel, et cela m'étonnait que des coups ne soient pas encore partis au vue des propos qui se tenaient. J'y avais songé moi-même lorsque cet homme à la longue chevelure immaculée nous avait traité d'imbécile en rigolant, dans le plus grand des calmes. Pour qui se prenait-il donc ? Etait-il même Kazejin pour commencer ? Il ne s'était pas présenté, et s'était permis de nous rire au nez comme si nous étions des esprits étriqués. Je n'avais pas emmené ma faux avec moi en ce jour, mais je n'en avais pas besoin pour découper quoi que ce soit. Cependant il n'était pas l'heure pour ces enfantillages, et il n'y avait pas lieu que je m'emporte de la sorte. Cela aurait été différent si cet homme n'avait pas ensuite proposé quelque chose d'autre, une autre alternative à la construction de village ninja. Ce qu'il avançait n'était pas totalement hors de sens, et un autre compère de l'assemblée -visiblement invité par le héros de Kaze lui-même - prit la parole pour soutenir ces mots.

Ils marquaient des points, les autres villages ninjas pouvaient voir en l'ascension de Kaze no Kuni une menace pour eux, et s'y attaquer. L'économie était importante pour le pays, et cela, nous étions tous sans l'ignorer. Au point où nous en étions, une nouvelle crise et c'en était fini du Pays du Vent. Cependant, cette solution ne me convenait pas non plus. Il y avait trop de choses qui restaient encore trop peu certaines pour que je puisse me satisfaire de ce genre de réponse, d'alternatives. Mais alors que je réfléchissais, le premier homme qui avait prit la parole revint à la charge, s'emportant à son tour. Les choses se chauffaient, et les discussions allaient bon train. L'un reprochait à l'autre de n'avoir aucune légitimité, voulant reconnaissance et respect pour sa terre natale. L'autre lui rétorquant que ce n'était pas la priorité bien au contraire. Et avec cette nouvelle mention d'imbécilité évoqué par le même personnage, j'avais peur qu'un combat éclate vraiment. Les tensions montaient en flèche. Je pris alors la parole à nouveau, élevant la voix sans pour autant paraître énervé le moins du monde. Ma voix, bien que plus forte que précédemment, restait calme.

-Et vous pensez que cela suffira vraiment messieurs ? Un Seigneur ? Relancer l'économie, l'apprentissage, la culture du monde ? Regarder autour de vous, nous sommes entourés par un désert aride, et la plus part de ceux qui s'aventurent ici se perdent et finissent mort et enterré par le sable. Si ce n'est pas l'inverse. Les seuls qui prendraient le risque de faire des échanges avec notre Terre, ce sont très certainement bel et bien les villages shinobis. Je vous rappelle que Kaze no Kuni a des choses à protéger, et pas des moindres ! Nous ne sommes pas à l'abri d'une nouvelle catastrophe avec cet Esprit du Désert. Combien de temps avant que ces mêmes villages shinobis s'en rendent compte et viennent assiéger mon, Notre pays ?

Je pris quelques secondes pour respirer après cette tirade. Ce que je venais de dire était une réalité. Je n'avais pas besoin de préciser que, quelque soit l'avenir du Pays de Kaze, les stigmates du Cercle resteraient encore présents dans les esprits. Et certains villages shinobis, tel que Kiri, recherchaient avant tout une grande puissance militaire. Cet Esprit du Désert pourrait, à terme, les intéresser. J'évitai de les nommer directement vu qu'un représentant de leur Pays se tenait juste ici, et je ne tenais pas à attiser plus de flammes ce soir. Pas directement en tout cas. Mais dans tous les cas, si Kaze n'avait aucun moyen de se défendre, nous étions bien mal. Même si je pouvais reconnaître que l'émergence d'un nouveau village de shinobis pouvait gêner certains. Je repris donc rapidement la parole, faisant fi de la dernière remarque de Cheveux-Blancs.

-Un village shinobi n'est peut-être pas la priorité numéro une, mais j'ai bien peur qu'elle risque de le devenir bien assez vite. Et Kaze no Kuni devra s'y préparer. Renforcer ses défenses, et pourquoi pas en y plaçant les Asaara au coeur de celle-ci en gage d'honneur. Construire sa puissance militaire en silence, comme un vrai village caché et non pas comme un village se disant caché mais dont tout le monde a la connaissance. C'était des mots directement adressés à tous les soit-disant "villages cachés" dont tout le monde avait la connaissance. Faire croire au monde extérieur que le redressement de Kaze n'est que politique, économique, afin de pouvoir organiser son pouvoir en silence et être capable de se défendre. Nous avons plusieurs fronts à défendre ici. Et j'ai espoir que nous puissions faire les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Lun 27 Aoû 2018 - 20:16
Depuis le début de cette assemblée aussi nocturne qui promise à l’agitation, le lieutenant de la rébellion populaire était resté les bras croisés, son talon posé contre l’un des murs de la grande salle. En digne mauvais élève, Garyôsen Ryôga s’était mis à l’écart et n’avait même pas daigné prendre un fauteuil ou tout autre mobilier pour s’asseoir. Non, ce genre de conversations n’était ni sa tasse de thé, ni le genre d’évènements qu’il voulait voir s’éterniser. S’il était et resterait un homme de terrain avant tout, il avait toujours ce malaise d’être en plein cœur de pourparlers. Et c’était d’ailleurs ce à quoi cette réunion commençait à ressembler.

Car il fallait avouer que tous les acteurs réunis semblaient être faits pour se rentrer dedans, au sens propre comme au sens figuré. Sous l’impulsion internationale et rassembleuse de Sendai Ketten, Iwajins, Kirijins et autres étrangers s’étaient invités à cette fête. Cela avait d’ailleurs été la première raison du mutisme du Fils de Kaze : il avait véritablement du mal à se dire qu’on avait invité ceux qui étaient à l’origine même de tant de difficultés durant la rébellion. Sans ces shinobis des villages cachés, aveuglés par le pouvoir en place et un désir malsain de le protéger sans connaître la vérité, les rebelles l’auraient remporté avec bien plus de facilité et surtout bien moins de pertes à déplorer…

Sans être doté d’une mémoire infaillible, le fils d’esclaves se força à retenir quelques noms : Sendai Ikaku, Konran Tenzin, Keisuke… Et autant dire qu’ils avaient à cœur de proposer leurs idées ! Pourtant, tout ou presque sonnait faux aux oreilles du Garyôsen : parmi tous ces gens, qui étaient de vrais Kazejins ? Il était difficile de répondre à cette question, pourtant cruciale, tant la frontière entre la natalité et l’expérience pouvait être ténue. Par exemple, lorsqu’on regardait ce jeune Tenzin : était-il plus Iwajin que Kazejin ? D’ailleurs, Ryôga devait-il se poser cette question ?

« J’étais réticent à ce qu’on autorise des étrangers à assister à cette assemblée, mais j’ai accepté pour la même raison qui nous oblige aujourd’hui : l’heure n’est plus au conflit, mais au rassemblement. Si vous n’êtes pas prêts à faire l’effort de vous entendre et de débattre correctement, partez. »

La voix de Ryôga ne s’était pas fait pousser. Sa provenance et la renommée qu’il avait gagnée en tant que lieutenant de la rébellion et d’arbitre du tournoi facilitaient le silence et l’attention. Sans être encore aussi important que Sendai Ketten, Meikyû Manako ou peut-être d’autres dans la salle, le Garyôsen savait attirer l’écoute d’autrui. D’un petit geste du talon, il se redressa, quittant définitivement le mur auquel il s’était adossé.

« Vous avez tous des idées intéressantes, qui sauraient se compléter à la seule condition que notre point de départ soit le bon. Élire un Seigneur, un chef militaire, construire un village caché, dialoguer avec les autres puissances : cela ne servirait à rien à l’heure actuelle, car il nous manque la chose la plus importante… »

Il avait fait quelques pas pour se rapprocher des sièges et des nombreuses personnes qui participaient à l’assemblée. Puis il s’arrêta.

« … le peuple. »

Sous son large kimono noir et blanc, les mains du Kazejin flottaient librement. Son regard azuré vacillait, se familiarisant un peu plus avec certains visages parmi lesquels il reconnaissait des rescapés de la bataille qui avait eu lieu non loin, à Taiyô.

« Notre peuple s’en remettait presque aveuglément à un pouvoir si puissant que beaucoup d’entre nous ont longtemps cru à son intégrité, et mis leurs échecs sur les épaules du destin ou de la malchance. Aujourd’hui, tout le monde connaît la vérité : le Premier Cercle n’était qu’un mensonge fanatique dont la fin a marqué le début d’un inconnu total pour nos proches. Ce soir, des hommes se coucheront sans savoir pour qui leurs récoltes iront ou qui les leur paiera. Ce soir, des femmes devront réfléchir à comment poursuivre l’éducation de leurs enfants, sans doute altérée et bafouée par les idéologies et mensonges du Premier Cercle. Trahi pendant plus d’un siècle, notre peuple peut tant gagner mais a pour l’heure perdu la confiance envers son pays. »

Conscient de devoir préciser sa pensée, et surtout l’argument qui laissait entendre que bon nombre d’idées lancées ici étaient bonnes mais mal venues à l’heure actuelle, Ryôga fit encore deux pas en avant.

« Comment pensez-vous que le peuple réagira si nous leur annonçons notre volonté de bâtir un village caché ou de choisir un Seigneur ou toute autre autorité supérieure ? Ils n’auront aucune confiance. D’un village caché et ses ninjas le peuple se rappellera le Premier Cercle et ses prêtres rouges. D’un Seigneur ou Kage le peuple se remémorera l’Impératrice Shima. »

Il croisa alors les bras.

« Nous n’avons besoin de bâtir qu’une seule chose à l’heure actuelle : la confiance des nôtres. Et ce n’est qu’en créant une organisation populaire, qui saura fait écart des jeux de pouvoir ou intérêts personnels pour s’occuper de redresser notre pays, que nous y arriverons. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3733-garyosen-ryoga

Lun 27 Aoû 2018 - 22:27
Heiwa aimait les débats, aimait parler mais Boryoku commençait à déteindre sur lui puisqu’il s’emporta sur cet inconnu, qui se disait Kazejin. Pourtant. les rumeurs disaient de lui qu’il travaillait pour le village caché de la Brume. Enfin... il ne servait à rien de débattre avec ce genre d’individus. Prenant une longue respiration, le Sendai se décida à se taire et écouter d’autres arguments jusqu’à ce que le lieutenant de la rébellion ne prenne la parole.

Tout le monde se tut. Il avait ce don, il était surtout important. Ses propos étaient justes, vrais et cohérents. Nos idées étaient bonne, mais Ryôga avait raison sur une chose : il nous manquait le soutien du peuple. Sa solution était de créer une organisation populaire pour redresser le pays du Vent. Intrigué, Ikaku se demandait ce qu’entendair par là le Lieutenant.

Une organisation populaire ? Qu’entends-tu par là ?
Et t’en fais quoi d’ce putain de démon scellé hein !??

Boryoku se lâchait. La différence de voix était flagrante entre les deux personnalités, toutefois il amenait là une interrogation intéressante et surtout importants.


_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku

Mar 28 Aoû 2018 - 11:48
Alors que la discussion allait bon train, les idées, les remarques fusaient dans tous les sens, un homme qui jusqu'à présent s'était tenu à l'écart fit son entrée dans la discussion. Une entrée toute en douceur, mais dont la présence suffit pour faire taire les discussions en cours. Bien qu'il était un peu moins connu que le Héros de Kaze pour certains, son identité restait une évidence pour moi et certainement pour la plus part d'entre nous. Garyôsen Ryôga. Le chef de la rébellion de Kaze. Il s'était jusqu'à présent tenu à l'écart du groupe, se faisant discret alors qu'il était adossé à un mur, le talon collé à ce dernier. Il s'avança alors vers nous et prit la parole pour nous exposé son point de vue. Un point de vue dont il était le mieux placé pour nous le partager. Car en réalité, même si j'étais né à Kaze et y avait vécu une plus grande partie de ma vie, seul cet homme y était resté et y avait oeuvré pour sa libération. Il était plus à même de nous dire ce dont Kaze avait besoin. Et je m'en voulus de ne pas y avoir pensé plus tôt. J'avais pensé au Pays, à sa protection, à sa renaissance, sans prendre en compte sa composante la plus importante : le peuple.

Soupirant sous les explications de Ryôga, je ne pus que reconnaître la justesse de ses paroles. Reconstruire la confiance de notre peuple devait être et était la priorité numéro une. Installé un régime gouvernant sans son consentement ne ferait que lui rappeler les horreurs d'un passé qui était encore bien trop frais pour être facilement oublié. Cependant sa proposition d'un organisme populaire était encore un concept jamais vu à ce jour. Comment comptait-il le mettre en place. Le premier homme à avoir pris la parole -Cheveux-Bleus-frisés- demanda au chef de la révolution ce qu'il entendait par organisation populaire. Je ne me retournai pas à sa question, mais lorsqu'une nouvelle voix se fit entendre pour poser la question du démon, je me retournai vers celle-ci et fut étonné de voir que c'était exactement le même homme qui avait parlé. Jouait-il la comédie ? Etrange personnage. Cependant, il y avait une de ses questions à laquelle je pouvais répondre, et l'autre non.

-Une organisation populaire, dis-je doucement. Les Kazejins seront eux-mêmes au centre de la reconstruction et des décisions concernant le Pays. C'est peu commun, mais certainement bien mieux adapté à notre situation. Mais qui installera cette idée chez eux ? Et la question de l'Esprit scellé reste entière...

Il était vrai que c'était du jamais vu, et je me demandais comment le peuple réagiraient à une telle annonce. Mais si nous n'avions nous-même pas confiance en les nôtres, qui l'aurait alors ? Il se fallait de tenter. Même si c'était un avenir encore un peu flou. D'un autre côté, difficile de faire autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Dim 23 Sep 2018 - 15:06
Le discours que le Fils du Vent avait prononcé semblait avoir fait son effet. S’il s’était de lui-même écarté de toute cette masse rameutée au centre de la grande pièce, Ryôga avait fait quelques pas pour appuyer ce qu’il venait de proposer, se rapprochant de ceux qui l’avaient écouté. Le premier bon point était que, naturellement, les tensions s’étaient adoucies. Le second concernait l’accueil qui avait été réservé à son propos : le silence pour beaucoup, des hochements de tête pour la plupart et même des réactions pour quelques-uns.

La première venait de cet homme aux cheveux bleus. Malgré ses questions qui semblaient aussi simples que pertinentes, son ton changea drastiquement et son propos devint virulent et irrespectueux pour aborder la question du Dieu du Désert. C’était assez étrange puisque ce revirement de situation, si l’on pouvait l’appeler ainsi, n’avait rien de naturel. Cet homme était-il apte ? Dans tous les cas, son interrogation était légitime, en plus d’être possiblement partagée par d’autres.

« La question du sceau qui renferme le Dieu du Désert est l’une de nos priorités. Depuis que la décision d’organiser le tournoi a été prise, j’ai conseillé de ne rien changer à la sécurité des ruines. Je compte rencontrer des experts étrangers pour qu’ils inspectent la zone et proposent des solutions, sans savoir lesquelles seront finalement mises en place. »

Il jeta un nouveau regard sur cet homme aux cheveux bleus, puis sur toute l’assemblée de manière générale.

« Ce n’est qu’après le tournoi que nous appliquerons des changements à la sécurité du sceau et des ruines. Ainsi, aucune fuite n’aura lieu et si jamais il y en a, elle sera obsolète. »

Un Iwajin avait pris la parole, une nouvelle fois. Ses questions semblaient aller dans le même sens. Mais ce qui changeait par rapport à l’autre Kazejin aux cheveux bleus, c’était bien que ce jeune garçon était d’Iwagakure no Satô. Garyôsen Ryôga ne portait définitivement pas les shinobis des villages cachés dans son cœur, surtout après leurs interventions aléatoires qui auraient pu coûter la vie de nombreux Kazejins et même la victoire de la rébellion populaire.

« Cette organisation populaire ne sera composée de quelques personnes. Mais ces dernières devront faire partie de ce groupe de manière absolue. La diplomatie ne sera pas la seule tâche qui leur incombera : il y aura beaucoup de missions de terrain, de sécurité et de communication. C’est en voyant ce groupe de Kazejins agir pour le bien de notre nation à tous que le peuple considérera petit à petit sa légitimité à gouverner. Et un jour proche, cette organisation aura permis de réunir tout le pays sous une seule et même bannière. »

Il rajouta quelque-chose pour conclure, qu’il avait déjà eu le temps de méditer.

« Cette organisation devra représenter le peuple Kazejin du mieux possible, pour faire passer le pays dans une ère stable et solide. Et nous ne sommes qu’à l’aube de cette ère, c’est pourquoi je proposerai d’appeler ce groupe : le Yoake, l’Aube. »

Important:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3733-garyosen-ryoga

Rassemblés [Kazejins]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Tournoi n°1 : Kaze no Kuni :: Autour du Colisée
Sauter vers: