Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

L'amitié, une histoire de bagarre ? [Kenshin]


Mar 28 Aoû 2018 - 0:59
L’enjeu du village. Quelque chose qui échappe un peu à Tsuki, puisqu’elle ne connaît encore que très peu l’univers ninja ; mais elle se tient disponible pour toutes les obligations qui peuvent lui tomber dessus. Elle est là, prête à n’importe quel instant pour répondre à n’importe quelle demande. La demande du jour est plutôt particulière. Jeune Genin, la blonde ne fait que commencer son entraînement dans cet univers et en découvre tous les jours un peu plus. Du coup, elle est la principale cible lorsqu’il faut entraîner les plus jeunes. C’est donc sans surprise aucune qu’elle lit la missive qui lui indique qu’elle doit se rendre au terrain d’entraînement, pour y livrer un combat amical. Aucune autre information ne lui est donnée, pas d’adversaire, pas de précaution précise à prendre, rien. Juste un combat. Eh, qu’à cela ne tienne. De toute façon, peu importe la personne contre qui elle se bat, elle se donnera à fond ! Ne surtout pas lâcher prise et aller au bout de ses compétences, toujours.

Le lendemain matin est arrivé à toute vitesse, emmenant dans son sillage l’excitation et l’impatience de la blonde. Du haut de ses dix-sept ans et de son petit mètre quarante-neuf, Tsuki passe totalement inaperçue lorsqu’elle est folle de joie. Certes, les combats lui font toujours un peu peur, sont toujours un peu gênants car elle ne sait jamais si elle sera à la hauteur. Mais, cette fois, il y a une grande différence dans cette histoire. Cette fois, c’est un entraînement commandé par le village, pour former les plus jeunes. Un combat qui a un enjeu, qui lui apportera probablement beaucoup, beaucoup d’expérience. Que du bon, en somme. Donc même si elle perd, tant pis ! Tant qu’elle met toute son âme dans le combat, tout ira bien.

Le terrain de combat est idéal pour toutes les situations. Elle arrive tranquillement, avec beaucoup d’avance, pour prendre connaissance de son « arène ». Un terrain vaste, où se trouvent quelques arbres ici et là, suffisant pour cacher Tsuki ; autrement, il y a des buissons mais ils ne sont pas spécialement remarquables ni utiles. Pour le reste, la portion de terrain vide est vraiment large et permet aux spécialistes du Taijutsu, ou n’importe quel autre combattant handicapé par le terrain, d’avoir une énorme marge de manœuvre. En somme, personne n’est désavantagé et tout le monde a ses chances. Plutôt pas mal, comme point de départ. Tsuki cartographie mentalement tous les endroits intéressants. Les arbres sont au nombre de cinq, tous au même endroit, un peu au nord. Les autres arbres sont trop épars et n’apportent aucune défense à la blonde, donc elle ne s’en soucie pas. Peut-être que monter dessus sera utile à un moment, mais peu importe. Il lui faut se concentrer sur le plus important. Les buissons passent également à la trappe et elle regarde le terrain. Vaste. Très vaste. Ce qui est intéressant, toutefois, c’est le sable qui le recouvre. Un terrain en sable. Il y a donc beaucoup à faire avec tout ça. La blonde hoche la tête, amusée, excitée.

Une personne brise sa concentration. Les prunelles incarnates quittent le sol et se posent instinctivement sur l’intrus. Et quel intrus ! Un sourire gigantesque étire ses lèvres. Kenshin. Maître du métal, personnage particulier qu’elle a rencontré il y a quelques temps déjà. Alors son adversaire, c’est lui ? Quelle heureuse coïncidence. Selon les connaissances de Tsuki, il maîtrise le métal. Beaucoup de choses peuvent être faites avec le métal, il lui faudra donc agir avec une grande prudence. Mais elle est vraiment contente de le voir ici, faire face à une connaissance est déjà plus simple que de se battre contre n’importe quel inconnu.
« Tiens, tiens. Kenshin. », lui lance-t-elle, toujours le même sourire débile sur les lèvres.
Une bataille amicale. Renforcer les liens par la force de grands coups de poing dans la figure. Une technique que Tsuki semble appliquer à la plupart de ses relations proches. Une technique qui fonctionne, apparemment, aussi étonnant soit ce constat.

@Metaru Kenshin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Mar 28 Aoû 2018 - 16:41
Confortablement assis sur le fauteuil de mon bureau, je regarde les feuilles éparpillées devant moi, essayant de me détacher de tous ces calculs et ces schémas pour un tirer une vision globale. Normalement, je n’aurai pas dû être autorisé à ramener quoi que ce soit de mon travail au Sûken à mon domicile, mais dans un souci de productivité je suis arrivé à négocier le transport de quelques papiers, sans importances pris séparément du reste. Depuis des jours déjà je travaillai sur ce projet : un moyen de canaliser le chakra dans des systèmes pour en créer une force, une énergie capable de générer un travail… mais sans succès. Ce travail… ce projet… je le sais bien au-delà de mes compétences actuelles. Mais c’est justement en me dépassant pour le réaliser que je parviendrai à élever mon niveau au même rang que les meilleurs scientifiques de l’institut. La voie vers la connaissance et longue et parsemée d’embuches. Tout comme la voie du shinobi, c’est un combat de tous les instants, un combat duquel il ne faut pas oublier de prendre du recul quand cela s’impose.

Parfois, je me demande si je ne place pas mes attentes trop hautes… bien trop hautes. Habitué à l’excellence, je n’attends rien d’autre de ma personne que l’excellence. Je n’aime pas perdre. Je déteste perdre. Je ne perds pas. Né avec une cuillère en argent dans la bouche, je me suis toujours ardemment battu pour me distinguer du reste et mériter que cette cuillère se transforme en or. Un combat que tous ignorent. Un combat dont tous ignorent la difficulté. Je suis extirpé de mes pensées par un léger bruit en direction de ma porte. Qu’est-ce que… Une lettre ? Je me lève et pars en direction de l’entrée pour vérifier mon hypothèse. Sur la droite de ma porte, j’ouvre une petite nacelle en bois – l’arrière de ma boîte au lettre – et regarde à l’intérieur. Posé en biais, une lettre portant le cachet du village. Je tends pour la saisir puis l’ouvre aussitôt : un combat m’a été assigné demain matin à la première heure. L’institut ? Toutes les dispositions ont déjà été prises, le village ayant alerté le Sûken de ma future absence.

Outre le point de rendez-vous, aucune information n’est renseignée… Contrairement à la dernière fois où le nom de mon adversaire – Nanjou Yuna – avait au moins été inscrit sur la missive. Un changement de méthode surprenant, mais qui avait surement ses raisons. Je replace la feuille dans sa lettre puis la dépose sur le coin de mon meuble d’entrée. Suis-je le seul à avoir été convoqué deux fois ainsi ? Moins ou plus que les autres ? Quelles ont été les conclusions de mon premier combat ? Tant de questions qui resteront sans réponses. Je me dirige donc vers mon bureau et me remet au travail. Je ne peux me permettre de perdre plus de temps. Avec mon absence de demain, ce sera une montagne qui m’attendra sur mon bureau si je ne me dépêche pas d’avancer ce soir.

________________________________


Le soleil est à la moitié de son chemin vers le Zenith quand j’arrive sur le terrain désigné : un terrain que je connais déjà bien. Vaste zone de combat, il est composé d’un petit bosquet au nord ainsi que d’autres conifères clairsemés dans toute la zone. Les cachettes sont rares mais pas inexistantes, il est donc potentiellement possible d’y tendre un piège si son adversaire – comme la Nanjou – cherche à tout prix à éviter l’affrontement direct. Tandis que mes pas me rapprochent du point de rendez-vous, la silhouette d’une jeune femme prend peu à peu forme. La jeune Hohoemi ? Ainsi mon adversaire du jour n’est d’autre que mon guide de la veille. Une chasseresse possédant un certain talent… mais dont j’ignore tous des capacités. A minima, j’imagine qu’elle dispose de facultés en sensorialités, nécessaire pour repérer ses proies et les traquer. Mais je ne peux non plus complètement me fier à cette hypothèse. Elle me salue d’un grand sourire et je fais de même en baissant légèrement la tête, un sourire chaleureux dessiné sur mon visage.


« Bonjour jeune Tsuki. Il faut croire que le monde est bien petit. Que le meilleur de nous deux gagne ! »

Les bavardages seront pour plus tard. Je prends position sur le terrain puis me concentre en attendant le coup de départ du combat. Un chunin – dont j’ignore le nom – effectue les derniers ajustements puis pousse un puissant sifflement en guise de départ. Aussitôt, j’effectue une série de trois mudras pour lancer ma première offensive. Buffle, Serpent, Chèvre, dix lames de métal se composent autour de moi puis fondent aussitôt sur mon ennemi.


Une entrée en la matière signature, qui me permettra de me faire une première idée des capacités de mon adversaire.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Mar 28 Aoû 2018 - 17:24
Souriant, chaleureux. Une personne très polie et particulièrement intéressante, dont Tsuki ne sait rien en matière de capacités. À part son appartenance au clan Metaru, elle apprendra tout de lui ici et maintenant. Qui sait, peut-être s’agit-il d’un illusionniste, lui aussi ? Ou quelque chose de complètement différent, ce qui rendra la rencontre d’autant plus intéressante. Une rencontre orchestrée par le village pour entraîner les plus jeunes d’entre eux. Une rencontre symbolique pour la kunoichi, qui en attend beaucoup de son adversaire. Sa petite taille et son manque d’expérience au combat ne devront pas être une raison de se retenir.

Et il ne se retient pas.

Un sourire plus qu’amusé étire les lèvres de la blonde, qui se tient prête. Elle compose quelques mudras et s’élance dans les airs pour esquiver la première offensive de son adversaire, tout en balançant une petite rafale de vent pour dévier la trajectoire des projectiles restants qui pourraient être récalcitrants. L’un d’eux passe à travers et lui érafle légèrement le mollet. Une coupure sur le bas du mollet, juste au niveau de la cheville. Bah. Gênant, mais pas ingérable. Il ne se retient pas. Ou peut-être ? Son entrée en la matière ne pose pas de problème, au contraire. Il utilise donc le métal pour créer des armes de jet ? Il y a probablement autre chose. Cette première offensive n’est qu’un début, une petite attaque pour entrée en matière. En gros, elle ne peut pas se baser sur ce qu’elle vient de voir pour la suite du combat. Il lui faut donc attaquer en première pour ne pas perdre pied. Tout bon chasseur le dira, en cas de rencontre inopinée avec un animal, la meilleure défense, c’est l’attaque. L’attaque permet de déterminer les faiblesses de la bête en face et de venir à bout plus simplement. Tsuki ne peut pas se permettre de rester spectatrice du combat. Si elle le fait, cela lui prendra trop de temps pour remonter.

La blonde inspire profondément. Faire subir ça à des personnes connues ne lui plaît pas particulièrement, mais elle n’a pas le choix. Il faut se donner à fond. Être déterminée. Être courageuse. Ne pas se laisser débiner. Aller jusqu’au bout. Tsuki compose de nouveaux mudras et laisse la magie opérer. Un ultrason se diffuse progressivement et fait son chemin jusqu’à l’oreille de Kenshin. D’ici quelques secondes, l’attaque prendra et son offensive sera complète.

Une grande bataille. Beaucoup de choses peuvent arriver aujourd’hui. Elle va se donner à fond ! Pour faire honneur à l’apprentissage avec Yahiko, mais aussi à tous ces moments passés dans la forêt pour se préparer à une éventualité de ce style. Tsuki ne peut plus reculer, finalement. La vie de ninja, c’est un peu ça aussi, finalement. Être capable de mettre les sentiments de côté pour livrer bataille. Ne pas être désolé des offensives, considérer qu’ils sont capables d’encaisser toutes ces attaques.

Tsuki profite de la diffusion de l’ultrason pour reculer progressivement de quelques pas. Quelques petits pas discrets, probablement imperceptibles avec sa petite taille, mais qui lui permettront de faire beaucoup de choses si son attaque prend.

Plus qu’à croiser les doigts. Que le meilleur gagne.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Mar 28 Aoû 2018 - 17:57
La Hohoemi se propulse dans les airs et effectue une suite de signes. Elle le claque ensuite de ses mains, créant une bourrasque suffisamment forte pour dévier quelques-uns de mes projectiles. Une lame parvint tout de même à passer à travers sa défense et son esquive, lacérant son mollet droit. Une blessure superficielle qui ne devrait avoir aucune incidence sur le combat, si ce n’est la déconcentrer légèrement. Un filet de sang a tôt fait d’apparaître et dégouliner vers son pied.

Se propulser en l’air pour esquiver une attaque est un mouvement dangereux : impossible de corriger sa trajectoire contrairement à une esquive latérale. De plus, l’adversaire peut facilement supposer du point de chute et lancer une contre-offensive. Une ouverture que je ne compte aps laisser passer. Joignant mes mains, j’effectue à nouveau une série de mudras.
Buffle, Serpent, Sanglier, Lièvre et Chèvre.



Les dix sabres de métal éparpillés sur le sol se scindent en une multitude de lames acérées. Les pieds de la jeune femme touchent le sol, ses mains effectuent une série de signe je ressens aussitôt une violente douleur dans la tête… Ma tête… Mes tympans… c’est comme si on me les arrachait… Déconcentré, je prends quelques secondes supplémentaires à canaliser ma technique. Mais malgré ce léger retard, toutes les lames prennent forment en fondent aussitôt sur leur cible. Une nuée de lamelles métalliques envahit l’espace, lévitant pour prendre la hauteur et s’abattre sur leur cible. La douleur, intense, me fait reculer d’un pas. Les yeux plissés, j’y résiste tant bien que mal. Ces techniques… cette manière de combattre… me rappellent les Genjutsu de la Nanjou. Aucun bruit, aucune odeur… ses genjutsus passeraient-ils donc par la vue ? Quelle que soit le mode de transmission de ses illusions, cette entrée en la matière m’informe sur la tournure que ce combat va prendre. Un sifflement puissant retentit toujours dans mon esprit. Une douleur aigüe, comme des aiguilles que l’on planterait sur chaque côté de votre crane. Les yeux rivés sur mon adversaire, j’observe sa réaction et commence à m’approcher d’elle. Un pas puis l’autre, je m’élance dans ma course. Je ne dois pas lui laisser de temps d’installer ses illusions, sinon mes chances de victoires seront bien maigres.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Mar 28 Aoû 2018 - 18:24
Des lames. Beaucoup. Plus grandes. Plus colossales. Cette fois, sa technique pour les repousser risque de ne pas lui être utile. Il va lui falloir courir, courir vite. Mais il est compliqué de réagir correctement quand on sait que pour esquiver, elle va devoir mettre toute sa force et son énergie. Des armes, nombreuses. Des projectiles. Comment faire ? Pas le temps de réfléchir, Tsuki se recroqueville aussitôt pour en esquiver un maximum. Certaines passent au-dessus, du fait de sa petite taille, mais une bonne partie la cogne, la heurte, laisse des marques. Avec des coupures un peu partout, la blonde serre les dents. Le mollet, à l’origine, c’était supportable. Mais là ce sont des entailles qui parsèment ses bras, ses jambes. Lorsque les armes retombent, la Genin profite de sa position pour plonger sa main dans sa sacoche, inclinée droit sur sa main.

Elle y attrape quelques clochettes, qu’elle lance sans aucune visibilité ni aucune volonté de toucher son adversaire. Si déjà elles parviennent à le gêner, ce sera bon à prendre. Tsuki profite de son illusion qui attaque progressivement l’ouïe de son adversaire pour miser sur le bruit des clochettes. Elle se redresse promptement. Son adversaire lui fonce déjà dessus, prêt à en découdre. La blonde, qui est parvenue à s’approcher suffisamment près des arbres, jette un parchemin explosif au sol tout en s’élançant dans les airs. C’est sa chance. Il ne faut pas qu’il s’approche, surtout pas. S’il réduit la distance ce sera probablement trop compliqué à gérer. Il faut tout miser ici et maintenant. Le maintenir loin.

Tsuki grimpe à un arbre et se déplace sur une branche pour atteindre un endroit un peu éloigné du champ de bataille. Son agilité est bien réduite à cause de ses coupures, donc il est possible que son adversaire l’ait vue faire. L’explosion du parchemin devrait lui avoir permis de s’échapper correctement, mais s’il l’a esquivée et qu’il s’en est sorti, il sera là rapidement. Réfléchir, réfléchir, réfléchir. La blonde saisit quelques clochettes et les lance sur un arbre à l’opposé. Une fois posées, elle compose des mudras rapides pour créer une rafale de vent minuscule, absolument pas offensive, mais qui lui permet de remuer les petites clochettes disséminées sur les troncs, plus bas. Le tintement de l’outil lui indique qu’elle en a au moins toucher une. Avec l’illusion de laquelle est prisonnier son adversaire, peut-être que le bruit lui donnera mal au crâne ?

Tsuki se redresse sur sa branche. Où est-il maintenant ? Va-t-il la trouver si facilement ? Si oui, il lui faut absolument esquiver et préparer la contre-attaque. Ne pas lâcher prise. Surtout pas.

Résumé:
 


Dernière édition par Hohoemi Tsuki le Jeu 30 Aoû 2018 - 14:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Mar 28 Aoû 2018 - 19:06
Ma course se fait plus lente qu’à l’accoutumée, moins directe. La douleur se fait intense… Des coups d’aiguilles, puis un spasme. Comme des vagues qui viennent se fracasser sur mon crâne. Mais peu à peu ses vagues se font moins fortes, plus calmes.

Mes lames s’abattent sur leur cible. La Hohoemi, prise au dépourvue, se recroqueville dans un réflexe protecteur, comme un bébé le ferait dans le ventre de sa mère. Une partie des projectiles passent au-dessus d’elle, tandis que le reste la lacère sur tout le corps. Le bruit des lames déchiquetant ses vêtements et sa chair est perceptible… Tout cela me ramène dans un souvenir… mon souvenir… Je revois encore la pièce jonchée de corps, les shinobi encore debout se battant de toute leurs forces pour leur survie. Le bruit des kunai et des épées s’enfonçant dans la chair… Un bruit que je ne pourrai jamais oublier. Le déluge de métal passé, elle plonge sa main dans sa sacoche et en extirpe des clochettes qu’elle lance dans ma direction. Le bruit aigue de tintement raisonne dans ma tête. Je manque de louper mon appuie mais parvient quand même à continuer dans ma course. Tsuki relève la tête et bondit dans un arbre aussitôt qu’elle comprend mon intention. La jeune femme ne me laissera pas approcher d’elle aussi facilement. Elle jette un parchemin au sol. Je m’arrête et prend une posture défensive. Le parchemin explose dès qu’il entre en contact avec le sol sec.
Un parchemin explosif.
Le bruit raisonne à nouveau dans ma tête, se fracassant devant telle une onde qui se réfléchirai dans une cage. Dans un réflexe, je pose ma main gauche sur ma tête. La douleur s’estompe peu à peu. Un nuage de poussière se lève dans le choc de l’explosion et j’aperçois en coin ma cible bondir de branche en branche pour s’éloigner de moi. A nouveau le tintement des clochettes retentit. A nouveau ce bruit aigu raisonne dans ma tête tel un coup de poignard. Les dents serrées, j’encaisse le choc et brave ma cible d’un regard noir.

Je déteste que l’on joue avec la douleur. S’il y a bien un art qui représente cela, c’est bien le Genjutsu.

En face de moi se dresse quatre arbres. Quatre positions potentielles ou pourrait se trouver la Hohoemi. Dissimulé dans ma veste, je saisis les trois parchemins explosifs dont je m’étais équipé. Buffle, Serpent, Chèvre, je reprends le contrôle sur les dix lames présentent autour de moi.



Je les concentre devant moi puis appose sur trois d’entre elle un parchemin. Quatre arbres, pour trois parchemins explosifs. Je décide de ne pas viser l’arbre le plus proche et lance les trois projectiles sur les trois autres cibles, conservant les sept autres lames en lévitation. Au moindre signe je les ferai s’abattre sur ma cible.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Mar 28 Aoû 2018 - 19:48
Le bruit de l’explosion et les tintements répétés des clochettes ont fait leur effet. Tsuki sourit, amusée. Cette bagarre peut lui permettre de briller. Il y a quelque chose à en tirer, c’est certain ! La blonde voit les choses bouger de son perchoir. Les lames reviennent. Alors il réutilise ses armes ? Toutes les créations dont il se sert, il les réemploie. Mais là, les lames sont différentes. Elles ont quelque chose de plus. De dangereux. De pas beau. Hum. Elle réfléchit, percute. Dans un premier temps, Tsuki se jette sur le tronc attenant et grimpe le plus haut et le plus vite possible sur une branche plus haute. Alors. Certes, ça ne lui permettra pas d’esquiver l’impact, mais elle le verra plus simplement venir et ne l’encaissera pas de front. Son adversaire a pris beaucoup de temps à composer les mudras à cause de la douleur. Du coup, bien accrochée, elle se serre au maximum contre le tronc, auquel elle se tient. La branche sur laquelle elle se tenait au départ a lâché, celle sur laquelle elle s’est réfugiée est toujours là mais il ne lui faudra pas grand chose avant de craquer définitivement. Tsuki se serre au maximum, mais l’impact et le tremblement la font glisser le long de l’arbre. Les éraflures se font plus grande, il y a peut-être même une écharde qui s’est fichée quelque part. Elle serre les dents et se met sur la branche survivante, au plus près de l’arbre. De là, la Genin décide … de se déshabiller. Elle attend que la fumée se dissipe, enlève sa cape et la lance sur la branche face à elle avant de descendre, d’abord via l’arbre, puis en sautant. La diversion fera peut-être effet.

En descendant, tant bien que mal, Tsuki compose les mudras et saute. Les paumes dressées vers Kenshin, elle envoie une rafale de vent concentré, en retombant sur ses pieds. La chute est un peu maladroite, mais l’atterrissage est bon. Des coupures partout, des douleurs lancinantes un peu partout, du sang qui coule le long de ses bras et de ses jambes. Elle voit l’écharde, aussi. Une beau morceau, planté dans sa cuisse. Son sourire s’agrandit. Alors c’est ça, la bagarre ? C’est comme ça que ça se passe ? Très bien. Elle compose d’autres mudras, aussi vite que possible, pendant que le vent fait son affaire. L’ultime. Le grand.

Tsuki gonfle la poitrine et pousse un hurlement. Au départ, le hurlement semble faible, mais petit à petit, il se diffuse en devenant plus fort, plus … étrange. Amplifié et déformé, le son parvient jusqu’à son adversaire. Alors, d’accord, il a peut-être compris la ruse et a peut-être tiré. Mais lorsque l’illusion fera mouche, alors qu’il vient de se libérer de la première, une douleur plus vive encore l’attrapera. Et à ce moment-là, il sera bon d’aviser et de se jeter à corps perdu dans la mêlée. Tsuki serre les dents et se maintient sur ses appuis, prête à encaisser une nouvelle fois. S’il faut gagner en rampant, qu’à cela ne tienne ! Donner son maximum ! Jusqu’au bout.

Résumé:
 


Dernière édition par Hohoemi Tsuki le Jeu 30 Aoû 2018 - 14:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Mer 29 Aoû 2018 - 10:54
Les trois épées fondent en direction de la cime qui leur a été désignée. Fendant l’air, elles viennent se planter dans le bois, puis explosent aussitôt. Le souffle arrache écorce et branches, faisant pleuvoir les feuilles calcinées. Je repère un mouvement à droite, j’envoie mes sept épées. Je remarque alors qu’il s’agit de la cape de la jeune femme, qu’elle vient de lancer contre une branche. Une diversion… Je n’aurai pas dû toutes les envoyer, j’aurai dû en garder quelques-unes. Cette douleur… m’empêche de me concentrer. La Hohoemi fait son apparition sur la gauche, sautant de la seconde cime pour atteindre le sol. Pendant sa chute, elle effectue une série de signes puis envoie une bourrasque dans ma direction. Aussitôt, je réplique en faisant apparaître un mur de métal.


Le vent vient s’écraser contre la plaque métallique tandis que mes épées atteignent enfin leur cible et se plantent dans la cape sans vie de mon adversaire.
Buffle, Serpent, Chèvre.



Je décompose mon mur et m’en sert de matière première pour créer mes épées. Je l’entends hurler. D’abord faible, celui-ci devient de plus en plus fort… Et la douleur, intense, insupportable m’envahit. Mon bras… J’ai l’impression que l’on est en train de me l’arracher, comme si l’on tirait de toute ses forces dessus… Mon épaule se disloque, mes chairs se rompent, tout à l’air si réel… Je n’ai pas le temps de créer plus de trois lames, que je les envoie aussitôt dans sa direction avant de m’écrouler un genou à terre. Je n’ai qu’une envie, crier. Crier de toutes mes forces. Crier jusqu’à la mort… Mais je me retiens. Je gémis, encore, toujours plus. Cette douleur… Je brave une nouvelle fois du regard la chasseresse. Ce n’est plus colère que je ressens mais haine.

Résumé:
 


Dernière édition par Metaru Kenshin le Ven 31 Aoû 2018 - 18:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Jeu 30 Aoû 2018 - 1:53
Son adversaire est touché. Bien que sa bourrasque ait été esquivée, sa tactique d’enchaîner et de ne laisser aucun répit à sa cible lui permet de placer son Genjutsu, qui fait davantage de dommages que son offensive précédente. Par contre, Kenshin ne lui laisse aucun répit, il crée trois lames à partir de son mur, qu’il envoie directement sur Tsuki. Pas le temps de réfléchir, pas le temps de souffler, elle compose de nouveaux mudras et s’entoure d’un voile de vents violents qui, lorsque les armes sont projetées contre elle, dérivent de leur trajectoire et tombent au sol. La fatigue commence à l’envahir. Cette dépense de chakra, petit à petit, monte et devient lourde. Il lui reste encore de quoi faire, mais il lui faut en finir vite.

Tsuki hésite. Son adversaire se tord de douleur face à elle. Pour autant, la douleur n’est pas réelle, donc il ne risque rien physiquement. Elle hésite. Doit-elle faire preuve d’honnêteté et continuer sur sa lancée, ou doit-elle s’adonner à une tactique plus traître ? Non. Pas la traître. Ce serait bien trop simple. Où en sont-ils par rapport à la fin du combat ? Qui faiblira le premier ? La blonde s’avance lentement, pas assez près pour risquer quelque chose, mais assez pour que sa prochaine offensive puisse être décisive. Si elle ne l’est pas, sa prochaine tactique est toute prête. Bien moins classe, mais suffisante. Tsuki agite de nouveau les doigts. Nouveaux mudras, nouvelle offensive. À la distance où elle se trouve, l’attaque a de grandes chances de faire mouche et de faire de beaux dégâts. Cela dit, l’ampleur de son illusion est telle que la puissance de cette attaque ne la fera pas s’arrêter. Par contre, vu le temps qui est passé depuis, la douleur dans les tympans du jeune homme a dû cesser … Ou, en tout cas, si elle persiste, cette nouvelle attaque l’annulera totalement.

La blonde dresse les paumes et envoie une bourrasque sur son adversaire. Même technique que la première fois, circonstances différentes. Si elle touche, elle risque de faire plutôt mal. Est-ce que cela suffira à mettre fin au combat ? Tsuki n’en a encore aucune idée, mais elle ne baisse pas sa garde, prête à riposter. Ne pas faiblir. Aller au bout. Au fond, elle pourrait être désolée pour son adversaire, mais … La plupart des dégâts qu’il encaisse ne sont que des illusions. Ce sont des dégâts fictifs. Ils n’existeront plus une fois qu’il sera parvenu à s’en échapper … Alors elle sourit. Un sourire amusé, prédateur. Celui du chasseur qui tient sa proie et qui n’est pas prêt de la lâcher. Oh, non. L’amitié passe probablement par la bagarre, une amitié violente, brutale, probablement très douloureuse.

Pourtant, dans le cas de la Genin, il s’agit d’une amitié douloureuse … Seulement dans la tête. Car au fond, elle ne fait pas si mal, si ?

Résumé:
 

_________________

“ When we think there's no hope left, we keep looking until we find some.
We live to make the impossible possible. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Ven 31 Aoû 2018 - 18:52
Haine… Tellement de haine… Contre ce monde… Contre cette vie… Contre ceux qui ont voulu me voler ma vie… Contre ceux qui m’ont envoyé à l’abattoir… Si seulement je pouvais tous les tuer… Et elle aussi, elle qui me fait tant souffrir… Je me concentre. Mon bras me fait atrocement souffrir, mais je parviens à joindre mes mains et effectuer une première série de mudras.
Buffle, Serpent, Sanglier, Lièvre et Chèvre.



Dix, vingt, trentes… Le nombre de lames ne cessent d’augmenter.
Buffle, Serpent, Sanglier, Lièvre et Chèvre.



Soixante, Soixante-dix, Quatre-vingt….
Jamais plus.
Buffle, Serpent, Sanglier, Lièvre et Chèvre.



Tout le métal présent sur le champ de combat s’élève du sol. Toutes les lames, épées et morceaux de métal… Un seul mouvement et jamais plus je n’aurai à souffrir de ses Genjutsu.
Une bourrasque vient s’écraser contre moi, m’entaillant le visage les mains et les jambes. Déchirant mes vêtements.
Un seul mouvement et s’en est fini de ce combat… Un seul mouvement et je peux tuer cette femme… Que suis-je en train de devenir… Qui suis-je ? Ce n’est pas moi, tout ça, ce n’est pas moi. Ma main s’abaisse et toutes les lames s’effondrent au sol dans un bruit assourdissant. Mes tympans ne me font plus mal, mais la douleur au bras, légèrement moins intense, me fait souffrir. Les dents serrées, le visage fermé, je fixe la Hohoemi du regard.
Aurai-je pu tuer cette jeune femme ? Est-ce vraiment ce que je voulais ?... Ce que je veux ?
Je me retourne. Un instant je m’arrête, gémissant de douleur, puis continue mon mouvement jusqu’à accrocher du regard le Chunin. Ma main s'élève ainsi que ces trois mots :


« J’abandonne le combat. »

Mon regard retourne sur la jeune femme. Son corps est parcouru d’entaille. Son haut tout tacheté de sang… Sang qui dégouline à plusieurs endroits sur ses jambes. Ce combat… ne vaut pas la peine de continuer. Surtout pas pour s’infliger un tel supplice. Mes douleurs disparaissent aussitôt. Son genjutsu rompu, je ne ressens plus qu’une gêne fantôme dans mon épaule ainsi que l’effet des coupures sur ma peau. Aujourd’hui encore j’ai perdu. Mais j’ai perdu pour le meilleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Ven 31 Aoû 2018 - 23:06
La fin. La fin de tout. Ses blessures sont ouvertes, elle est couverte de sang et ne pourra peut-être pas encaisser une offensive supplémentaire ainsi que se protéger. Si son adversaire se défend, entre ses besoins de protection et les attaques qu’elle lancera par la suite, pour vaincre, ils tomberont peut-être tous les deux. Ou pas. Parce que, là, quelque chose d’étrange se passe. Quelque chose d’incroyable. Des lames. Des lames apparaissent. Encore et encore. À la suite. Nombreuse.

Dix. Tout va bien. Vingt. Ce n’est pas normal. Trente. Quelque chose cloche terriblement. Quarante. Son cœur s’emballe. Cinquante. Rien ne va plus. Soixante. Elle va mourir. Soixante-dix. Elle va vraiment mourir. Quatre-vingt. Il va la tuer. Il ne s’arrêtera pas, il va complètement l’embrocher et la laisser pour morte. Pour un combat d’entraînement. Tsuki se prépare, pour limiter les dégâts autant que possible. Il ne faut pas se laisser faire, ce n’est plus un affrontement amical, c’est une mise à mort. Une course pour survivre, une course contre la mort. C’est terrible. C’est terrifiant. Pourquoi ? Ne pas lâcher prise. Limiter les dégâts au maximum. Survivre. S’accrocher. Mais pourquoi ? Seraient-ce les effets du Genjutsu ? Une douleur si intense qu’elle cause la volonté de tuer ? Non, impossible, ce n’est jamais arrivé. Rien de tel ne s’est déjà produit, nulle part, avec personne, alors pourquoi ? Quelque chose de sous-jacent, quelque chose, là, sous la peau, sous la carapace. Une douleur. Un traumatisme. Une blessure. Réveillée par la colère, par la douleur. Il n’y a plus de pourquoi, mais des suppositions.

Puis tout s’arrête.

Les lames tombent toutes. Temps qui craque. Tic, tac, tic, tac, boom. Plus rien. Un arrêt brutal de leur affrontement. Il abandonne. Tsuki ne comprend pas, relâche la pression. La peur fait exploser son cœur. Il pulse à une vitesse inégalée, inégalable. Terrible. Qu’est-ce qui s’est passé, ici ? Le Chûnin se plante au milieu de l’arène et déclare la Genin victorieuse de cet affrontement. Elle dissipe son illusion. Est-ce vraiment une victoire ? Les douleurs sont fictives, mais la sienne est bien réelle. Il n’aurait pas tenté de la tuer, sinon. Quelque chose s’est passé. Quelque chose de fort, de compliqué, de différent. Elle ne connaît Kenshin que trop peu. Elle ne peut pas encore expliquer pourquoi. Peut-être ne le pourra-t-elle jamais.

Pour l’heure, Tsuki décide de le laisser tranquille. Ils se reverront, Kumo est vaste mais pas à ce point. Il est important de ne pas s’en mêler, de ne pas lui parler. Si maintenant elle va lui parler, peu importe la raison, il l’enverra probablement sur les roses. Les blessures sont illusoires, mais elles pèsent sur le mental. Bien que la douleur se dissipe directement une fois l’illusion terminée, les plaies créées par le traumatisme sont réelles. Peut-être ne devrait-elle pas les employer contre ses alliés ? Enfin, dans ce genre de contexte. Mais. C’est sa spécialité. C’est compliqué, comme dilemme. Un dilemme lourd, difficile. Tsuki se mord la lèvre et se contente de saluer, sans un mot.

Elle a gagné, mais à quel prix ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

L'amitié, une histoire de bagarre ? [Kenshin]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: