Partagez | 

Confession au clair de lune [ft. Soeur]


Mer 5 Juil 2017 - 7:29
Confession au clair de lune


— Shiro & Chôgen


Une nuit magnifique, un ciel rempli d’étoiles, aucun nuage ne pointant le bout de son nez. La lune, parfaitement ronde, venait de sa lueur éclairer le visage du samouraï, installé sur le balcon de sa suite, dans le dojo Nagamasa. C’était une habitude pour lui, adorant regarder et contempler cet espace infini, fasciné de savoir ce qu’il peut y avoir là-haut.

Dans des moments comme ça, ce n’est pas rare de le voir partir en pleine nuit de la demeure familiale pour partir dans une ballade nocturne au sein du village Iwajin. Cela lui permettait également de faire le point, de réfléchir à son futur, son avenir. Il pouvait également observer la vie du village s’éteindre petit à petit, la lumière des bougies sortant des chaumières venant s’éteindre au fur et à mesure de son avancée au cœur du village, emportant les habitants dans les bras de Morphée.

C’était également un moment idéal pour observer les environs, prendre des informations utiles, écouter les gens parler sur les terrasses sirotant du sake qui leur délie la langue. Tout était bon à prendre aux yeux de Chôgen, qui lui, avant envie de faire plus que ce qu’il fait déjà pour son village.

Continuant sa marche pour finalement arrivé sur les hauteurs du quartier résidentiel, d’ici, il pouvait avoir une vue magnifique sur le reste du village. Un endroit idéal pour s’installer pendant quelques minutes et profiter de la joie du poison qu’il consomme avec cette pipe toujours rangée à l’intérieur de son yukata.

La fumée venait se dissiper devant son visage, montant petit à petit dans le ciel pour finir par disparaître. Seul le scintillement de la braise chaud éclairait le visage du sabreur, tapis dans l’ombre et l’obscurité, assis sur le toit d’une bâtisse, pensant être seul et tranquille.

Mais ce n’était pas le cas. Il n’en était pas sûr au début, mais c’était maintenant une évidence. Il était suivi depuis son départ de la demeure des Nagamasas. Il n’y avait qu’une seule personne qui aurait pu le suivre ainsi, une personne qui était très chère a ses yeux. C’est alors qu’un petit rire vint à s’échapper de sa bouche, juste avant qu’il ne prenne la parole. « Tu comptes rester caché longtemps dans l’ombre, Shiro-chan ? » dit-il à sa petite soeur, étant persuadée que c’était elle qui le suivait. « Vient plutôt t’installer avec moi, ne reste pas comme ça. On dirait une chasseuse voulant sauter sur sa proie. Sache que je ne suis pas comestible ! »


_________________
雷切 -Raikiri no Chôgen
« The glories of our blood and state, are shadows, not substantial things. There is no armour against fate, death lays his icy hand on kings. But i'm not a king, and my shadow will bring a new hope for Iwagakure no Sato... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t138-chogen-you-re-gonna-feel-my-blade-into-your-body http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t981-nagamasa-chogen-carnet-d-un-samourai#5004 http://www.ascentofshinobi.com/u311

Mer 5 Juil 2017 - 10:35


❝Confession au clair de lune.❞
Chôgen x Shiro.
Les âmes s'étaient éteintes dans l'intimité du Dôjo ; pas un son venait troubler ce silence suprême. Morphée avait jeté ses filets sur les terres, collectant les esprits léthargiques... Mais dans son épopée utopique, elle avait négligé Shiro. Etendue sur son futon, les bras croisés sur deux iris ouvertes, la jeune femme était perdue dans ses pensées qui l'empêchaient de déconnecter son cerveau. Le clan Nagamasa alourdissait les épaules de ses héritiers de nombreuses responsabilités, obligeant la Kunoichi à être en constante alerte. « Tchhh... » Elle dégagea le tissu qui auréolait ses courbes pour s'extirper de cette geôle d'étoffe, se plantant sur deux jambes ankylosées. Elle était loin de cette silhouette sombre qui veillait sur les hauteurs du village ; ses iris étaient découverts, dévoilant deux fauves scintillants d'un cyan rare. Sa tunique couleur pénombre avait été troqué avec une soie blanche, se confondant avec les mèches qui retombaient sur ses épaules nues. Shiro était beaucoup moins magistrale, comme son père aimait l'appeler. C'était les rares occasions où elle pouvait être une simple demoiselle de 22 ans.

Flânant dans le cœur extérieur du Dôjo, Shiro s'amusait à esquisser des arabesques imaginaires du bout de ses ongles dans le petit étang familial où dansaient des carpes tachetées. Elle se surprenait à rêver de liberté, en observant leurs mouvements. Le passage à l'âge adulte rajoutait des obligations, qui s'imbriquaient pour asphyxier les méandres de son esprit mutin. Le reflet de l'eau, faiblement éclairé par la nitescence lunaire, fut troublé par l'apparition d'une opacité qui s'effaça à l'horizon. La nymphe redressa ses traits, distinguant la carrure de son aîné malgré le manteau nocturne. Elle devint alors son ombre dans cette errance noctambule, pieds nus, décoiffés et modestement couverte. Le satin brumeux était envahi de l'humidité des ténèbres et la peau de la jeune femme était submergée de frissons. Un sentiment d'indépendance l'étreignit, au fur et à mesure des mètres qui l'éloignaient de la demeure boisée.

L'escapade prit fin, sous un nuage de fumée ardent. Dominant le bourg, Chôgen respirait la force et l'honneur. Shiro regardait chacune de ses bouffées, discernant les profils de son visage à chaque fois qu'il se retournait sur sa pipe pour y aspirer les nuées luxurieuses. « Tu comptes rester caché longtemps dans l’ombre, Shiro-chan ? Vient plutôt t’installer avec moi, ne reste pas comme ça. On dirait une chasseuse voulant sauter sur sa proie. Sache que je ne suis pas comestible ! » Un rictus s'esquissa sur ses lèvres. Le climat patriarcal avait obligé ces deux êtres à se rapprocher et à s'agripper l'un à l'autre pour ne former qu'une seule et unique entité. Sans lui, Shiro se sentait nue, lacérée et incomplète. Une créature inachevée, un fantôme.

Elle le rejoignit sous la couronne lunaire, s'asseyant au bord du vide pour laisser ses jambes engourdies se détendre dans le néant. Quelques cendres éparses se soulevèrent, portées par les zéphyrs crépusculaires. Les terres étaient ensommeillées, aucune lumière venant casser le tableau monochrome. Shiro se sentait seule au monde. La poudre anthracite retomba autour d'eux comme une pluie grise, parsemant leurs ondulations immaculées. « Je n'arrivais pas à dormir, moi non plus. » La Kunoichi ramena un genou contre sa poitrine pour y déposer sa joue, lâchant un murmure somnolant : « Tu cherches à sonder les secrets de ce pays ? »



_________________

NAGAMASA SHIRO
Runnin with all of my brothers, I always wonder how far we could go, If we could break through the ceiling above us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 7 Juil 2017 - 13:17
Confession au clair de lune


— Shiro & Chôgen


Déchirant le voile obscur, la cadette des enfants Nagamasa venait d’apparaitre dans le dos du mortel, au premier plan, pour rejoindre son frère. L’héritière, comme il aimait bien l’appeler de temps en temps, juste pour la faire enrager. Certes, pour l’alpha, le sentiment de famille est quelque chose d’inconnu. Il n’y a jamais eu de relation entre lui et ses frères, jusqu’à récemment, ou un lien commence à se tisser avec Yoshitsune. C’est la même chose du côté de son père, un homme qu’il déteste et avec qui il veut passer le moins de temps possible.

Mais derrière tout ça, nous avons Shiro. Cela fait peut-être un peu trop prétentieux, mais Chôgen s’est toujours juré de la défendre contre tous les dangers. Non pas qu’elle en a forcement besoin, étant donné que la jeune sabreuse est largement capable de se défendre elle-même, à la grande fierté de son frère. Ce n’était donc, pour le coup, par rare de les voir ensemble, quand c’est le seul membre de ta famille avec qui tu peux avoir une conversation sincère et sans être jugé.

Inspirant une bouffée de ce doux poison, le mâle venait de tourner la tête pour regarder sa sœur, remarquant ainsi sa tenue. Ce n’est pas vraiment le genre d’accoutrement que tu portes en général pour sortir dans la rue, mais qui pourra le remarquer au beau milieu de la nuit, de toute façon. Il posa sa main sur sa tête et lui ébouriffa gentiment les cheveux, pour l’embêter un peu. « J’ai le sommeil léger depuis quelques jours. » Peut-être dû au stress ou l’angoisse d’attendre une réponse, mais l’un dans l’autre, ce manque de sommeil était dû à la candidature du samouraï pour devenir l’ombre du village. « J’aime bien venir ici de temps en temps, ça me permet de faire le vide. » Remplissant ses poumons d’une nouvelle bouffée, il venait de recracher la fumée en terminant sa phrase, s’évaporant devant lui.

Se positionnant alors le dos contre les tuiles du toit où ils étaient installés, Chôgen se retrouvait maintenant à regarder le ciel, son visage ne voyant rien d’autre que cette infinité pleine d’étoiles. « Penses-tu que j’ai bien fait de me présenter pour diriger notre nation ? C’est vrai que je n’en ai jamais vraiment parlé avec toi. Enfin... je veux dire, sérieusement. » Il tourna la tête légèrement sur le côté et venait de croiser le regard de sa sœur. Yeux dans les yeux, il continua de parler d’un ton très calme, manquant presque d’un peu de confiance en lui-même. « Est-ce que tu as toujours autant confiance en moi qu’à l’époque où je te disais que ce monde est merveilleux et que, même si tu penses le contraire, je ferai en sorte de changer ça ? »

Car oui, de voir sa sœur, au long de sa jeune vie, le regarder et être comme un modèle pour elle, l’avait déjà rempli de fierté. Mais aujourd’hui, la petite cadette du clan que le samouraï voulait protéger de tous les dangers est devenu une jeune femme indépendante. Et c’est quelque chose qui lui faisait un peu peur.


_________________
雷切 -Raikiri no Chôgen
« The glories of our blood and state, are shadows, not substantial things. There is no armour against fate, death lays his icy hand on kings. But i'm not a king, and my shadow will bring a new hope for Iwagakure no Sato... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t138-chogen-you-re-gonna-feel-my-blade-into-your-body http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t981-nagamasa-chogen-carnet-d-un-samourai#5004 http://www.ascentofshinobi.com/u311

Sam 8 Juil 2017 - 13:40


❝Confession au clair de lune.❞
Chôgen x Shiro.
La nuit avait ses secrets, que Shiro rêvait de déceler. L'absence d'effervescence détendait les pensées de la demoiselle qui se laissa chuter, son échine accueillie par les tuiles transies. Ses tissus transparents ruisselaient sur toit à l'image de flots immaculés, dévoilant deux cuisses laiteuses lacérées par les stigmates du rôle Shinobi. Comme la foudre divine, ces cicatrices martelaient son épiderme et étaient l'héritage de ses missions, ses entraînements et combats. Ses iris embrasaient le ciel obscur ; rares étaient les occasions de découvrir les présents de Mère Nature pour la nymphe qui se grimait à l'arrière d'un bandeau. Mais en ce silencieux crépuscule, elle se sentait libre. Crinière broussailleuse, prunelles découvertes... Elle ne ressentait plus le poids paternel s'abattre sur ses chétives épaules et l'engloutir sous les cohues.

Chôgen la rejoignit, s'étendant sous l'immensité céleste. Ils étaient dénués de toutes leurs capacités en cet instant, où minuscules, ils lorgnaient le gigantisme de l'univers. Shiro obliqua pour s'étendre sur ses côtes et l'observer. Une mèche lunaire recourbée sur son nez, le reflet de ses yeux constellé d'un polychrome nocturne, le jeune homme paraissait transcendé. Il n'avait pas à articuler des explications, Shiro ressentait ses doutes et ses peurs. « Penses-tu que j’ai bien fait de me présenter pour diriger notre nation ? C’est vrai que je n’en ai jamais vraiment parlé avec toi. Enfin... je veux dire, sérieusement. » La nature de son effroi était là, à portée de la Nagamasa. Un sourire s'esquissa sur ses lèvres ; les hommes étaient bien plus fragiles et en proie aux incertitudes. Seule et unique représentante féminine du clan, Shiro avait été ensevelie sous les ombres masculines. Des mâles alpha aux carrures titanesques, à la puissance déconcertante... Mais qui cherchaient constamment apaisement et protection sous les pattes des femelles. « Est-ce que tu as toujours autant confiance en moi qu’à l’époque où je te disais que ce monde est merveilleux et que, même si tu penses le contraire, je ferai en sorte de changer ça ? »

L'ambition. Les Nagamasa étaient tous assoiffés de cette dernière. Elle se redressa pour s'approcher de la silhouette limpide et glisser la tête de son frère sur ses genoux. Ses doigts domptaient la chevelure de l'homme, les mèches lézardant sur ses ongles. Shiro l'écoutait, muette, s'abreuvant de ses paroles, de ses anxiétés pour qu'il puisse partager son poids avec sa sœur. Il n'avait sûrement pas besoin d'allocutions pour le soulever sur un piédestal, seulement d'une oreille attentive qui lui permettrait de se mettre à nu, sans jugements. « Tu n'es pas seul. Nous sommes tous derrière toi. Dans la victoire comme dans la défaite. » Une promesse d'enfant. Si l'un tombait, l'autre le relevait. Et si la chute était inévitable, ils tombaient ensemble. Elle glissa son doigt contre le sien pour l'entrelacer, symbolisant ce serment. « Je n'ai jamais cessé d'avoir confiance en toi. Je suis fière du parcours que nous avons tous tracé ensemble. Si tu te sens apte à te dresser au sommet de cette nation, alors je t'y pousserais pour que tu y parviennes... » Elle s'interrompit pour le couvrir d'un regard plein d'attention. Enveloppé dans un linceul de tergiversation, il émanait de lui cette violente puissance et cette vitalité incroyable qui lui était propre. Chôgen inspirait le respect et la dévotion de façon égale. Ses paroles égalaient l'impact du tonnerre, elles s'élevaient tel un hululement puissant, qui inspirait et soumettait à la fois ceux qui l'entendaient. « Est-ce ta revanche envers père ? Ou ton ticket d'entrée vers une servitude plus douce ? » Le rôle de Kage était aux antipodes d'une liberté sucrée, mais c'était sûrement plus complaisant que la geôle de responsabilités des Nagamasa.


_________________

NAGAMASA SHIRO
Runnin with all of my brothers, I always wonder how far we could go, If we could break through the ceiling above us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 21 Juil 2017 - 21:37
Confession au clair de lune


— Shiro & Chôgen


Si quelqu’un voulait ôter la vie du samouraï, il faut dire que c’était vraiment le moment opportun. Il se retrouvait sans défense, son attention était entièrement captée par les yeux profonds de la cadette. Son sabre posé sur les tuiles en argile, lui, laissant sa tête se poser sur les jambes de sa sœur, avec l’immensité étoilé au-dessus d’eux, comme si le temps s’était figé l’espace d’un instant, offrant ce moment de calme et de sincérité entre les deux enfants du clan Nagamasa, donnait comme l’impression qu’à cet instant précis, rien n’aurait pu venir pour les déranger.

Des moments comme celui-ci, il faut dire que, dernièrement, Chôgen n’avait pas eu la chance d’en avoir beaucoup. Il ne pouvait que profiter de passer du temps avec sa sœur, sans avoir personne autour pour interrompre leur conversation, le calme de la nuit jouant qui jouait aussi en leur faveur. Il écoutait les paroles de sa sœur, qui s’amusait en même temps avec sa chevelure immaculé, douce sensation qui le laisser presque revenir en arrière dans le passé, quand ils étaient plus jeunes. Cette personne sur qui le samouraï peut compter, quelle que soit la fin. Une sœur comme elle était vraiment ce dont il avait besoin dans cette famille exécrable.

Suite à quoi, sa question qu’elle venait lui poser venait de faire sourire le jeune homme. Il est vrai que le père de cette famille n’a jamais était tendre avec ses enfants et que pour Chôgen, lui faire payer cette enfance misérable est un peu comme un rêve caché. « Une revanche ? Je ne sais pas. Tu connais père, je pense que, peu importe nos actes, il ne sera jamais fier de nous. » Un fardeau plutôt difficile à porter. N’importe quel homme, ayant cette même envie de combattre que Chôgen, voudrait avoir un père derrière pour le soutenir. Mais cela n’arrivera sûrement jamais et le samouraï doit faire face à l’immensité, seul.

Enfin seul... c’est en parti faux. Car il ne se retrouvera jamais seul. Malgré le mauvais fond de la famille Nagamasa, il sait qu’il peut compter sur son aîné ainsi que sa petite protégée. Pour lui, c’était tout ce qui comptait en ce monde. Ces deux personnes. « Je te l’ai promis Shiro » dit-il en passant sa main sur le côté de son visage, dans ses cheveux. « Un jour, nous aurons cette vie parfaite dont je t’ai tant parlé quand tu étais petite. » Puis un air plus sérieux venait d’apparaître sur le visage de l’alpha. « Je vais le faire, petite sœur. Je vais m’élever si haut que tout ceux qui foulent cette terre connaîtront mon nom. Et tu vas être avec moi, à mes côtés, pour voir ça ! » C’est alors qu’il commença à rire en la regardant, retrouvant cette joie de vivre qu’il avait il y a quelques minutes.


_________________
雷切 -Raikiri no Chôgen
« The glories of our blood and state, are shadows, not substantial things. There is no armour against fate, death lays his icy hand on kings. But i'm not a king, and my shadow will bring a new hope for Iwagakure no Sato... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t138-chogen-you-re-gonna-feel-my-blade-into-your-body http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t981-nagamasa-chogen-carnet-d-un-samourai#5004 http://www.ascentofshinobi.com/u311

Sam 5 Aoû 2017 - 11:59


❝Confession au clair de lune.❞
Chôgen x Shiro.
Les relations dans le monde Shinobi étaient aussi ravivantes qu'une eau claire sous un soleil de plomb. Elles étaient essentielles pour ne pas être happé dans l'œil du cyclone et être asservi d'une existence monochrome où seules les missions et entraînements éclairaient le gris de quelques nuances salvatrices. Pour Shiro, ses rapports étaient seulement intra-familiaux. Ses frères et son père étaient les uniques chimères qui réussissaient à se créer une place contre le cœur rocailleux de la demoiselle. Et Chôgen avait, au creux de son âme, une place unique. Leurs âges si rapprochés aidant, elle le considérait comme une part d'elle-même. Le voir à l'apogée de la puissance Iwajin l'effrayait en quelque sorte ; il serait davantage exposé aux dangers et la jeune femme se sentirait une énième fois, obligée de déployer des fils protecteurs autour de lui comme une veuve noire le ferait.

Son index parcourait la paume masculine, dessinant des arabesques imaginaires tandis que son esprit s'abandonnait à esquisser le futur où l'éphèbe serait Tsuchikage. Elle courba l'échine pour recouvrir son visage du sien, ses mèches lunaires retombant sur les joues du garçon tandis que leurs nez se bousculaient avec tendresse. Elle le protégeait de toute sa masse, l'abritant des regards curieux qui perçaient l'obscurité. « L'essentiel c'est que je sois fière de toi, non ? » Sa moue affichait un sourire apaisé. L'Alpha trouvait toujours les mots justes pour apprivoiser. Ils avaient besoin de cette reconnaissance. C'était viscéral. Les combats psychiques et physiques avaient marqué leurs corps de stigmates. Ils étaient des vestiges du passé mais également le reflet de la dureté du père Nagamasa. Tapie dans la pénombre, Shiro avait vu ses frères subir les pires sévices durant leurs enfances. Ils étaient maintenant devenus des hommes, pourvus de corps puissants, mais les balafres restaient aux mêmes endroits. Elles restaient ancrées, ayant naquit sur des silhouettes chétives pour se moirer sur des carrures impériales. Son Yukata dévoilait des éparses de sa chair, tantôt immaculée et pure, tantôt rongée par la folie paternelle.

Comme un félin, la Nagamasa se redressa délicatement, étirant chacun de ses muscles engourdis. Ses étoffes retombaient sur sa poitrine, laissant apparaître deux épaules nues en proie au froid environnant. « Viens avec moi. » Elle lui tendit une main avant de s'élancer dans le vide obscur. Son Kimono volait autour d'elle comme deux ailes de soie, ses pieds nus embrassant chacune des tuiles. Ils surplombaient le bourg ensommeillé, leur offrant ce sentiment de liberté, comme un oiseau dont on aurait ouvert la porte de sa prison doré. Ses jambes amortissent chacune de ses chutes, des fourmillements remontant de ses talons jusqu'à ses genoux. Leurs pas les menèrent dans les rocs escarpés qui auréolaient Iwa. Un tilleul y trônait, ses racines déchirant la terre pour dominer mère nature de ses rhizomes majestueux. Shiro avait découvert cet arbre prodigieux et esseulé lors de ses nombreux déplacements ; il lui rappelait cet arbre, culminant Tetsu no Kuni, qui servait de cachette et de repère aux deux enfants argentins. Les deux Nagamasa s'installèrent dans le creux du tronc, Shiro se recroquevillant contre le torse chaud de son aîné. Il était la seule source d'ardeur dans cet espace statufié. « Promets-moi de ne jamais m'oublier au détriment de choses qui te paraîtront plus importantes. » Ses prunelles se fermèrent sur l'horizon froid, son ombre emmitouflé entre les deux tissus masculins.


_________________

NAGAMASA SHIRO
Runnin with all of my brothers, I always wonder how far we could go, If we could break through the ceiling above us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Confession au clair de lune [ft. Soeur]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers résidentiels
Sauter vers: