Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Des soins... plus ou moins gratuits [Libre]


Mer 29 Aoû 2018 - 15:44



En plus d’avoir proposé mes services en tant qu’arbitre aux organisateurs de ce tournoi, voilà que je les proposais aussi à l’infirmerie jouxtant le colisée, là où ceux ayant besoin de soins plus ou moins urgents se rendaient. Quelque chose ne tournait plus rond chez moi, je m’en rendais un peu plus compte de jour en jour, depuis quelques semaines déjà. Etait-ce la vie à Kumo qui m’avait adoucie de cette manière ? Peut-être, peut-être pas. Je ne savais mettre le doigt sur les causes de changement progressif de caractère, et de comportement. C’était un peu comme si j’avais pris conscience que mon expertise médicale ne m’était plus exclusivement destinée.

Aider les autres, les soigner ; semblait avoir revêtit une grande importance et devenait chez moi une seconde nature pour le meilleur, vraisemblablement, plus que pour le pire. Ou alors… C’était uniquement parce que l’hôpital de Kumo me manquait, tout comme pratiquer. Allez savoir. En attendant je me retrouvais là, sous une tente ; avec d’autres médecins ou spécialistes de santé ; à soigner les quelques guerriers et autres « touristes » souffrant de maux divers et variés mais souvent sans grande gravité. Des insolations, des bleus, des écorchures… Pour le moment ici ; nous ne faisions que de la « bobologie ». Mais ça m’allait comme ça !

Puis, entre deux combats, entre deux arbitrages ; cette fonction me permettait aussi de me rendre utile, et d’éviter l’oisiveté. La paresse, ne rien faire ; me rendait presque malade, je pouvais effectivement déprimer et rapidement las de n’avoir aucunes tâches ; aucun but au cours d’une journée ; ce qui expliquait plutôt bien mon rythme de vie à Kumo, aussi heuré que celui d’une moniale ; sauf que je ne priais pas ; ni ne me consacrait à un autre dieu que moi-même. Enfin, tout un tas de choses, de sentiments, d’appréhension, de changement qui m’avait fait atterrir dans cette tente alors que j’exécrais l’idée même de ce tournoi… Bzarre.

sujet du rp:
 



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Jeu 30 Aoû 2018 - 0:03
Le combat auquel Wutu-Fuku a été assigné vient de se terminer. Un affrontement entre deux hommes que tout oppose. L’un très extravertie et l’autre plus mesuré. Une victoire méritée pour le Meikyû, alors qu’il n’a utilisé qu’un seul de ses sceaux. Et dire qu’il en a trois, il en avait donc encore pas mal sous la pédale. Il n’a pourtant pas utilisé de techniques aussi impressionnantes que son adversaire. Comme quoi, tout est dans la gestion du chakra et l’optimisation des techniques. Balancer des gros canons de chakra n’est pas toujours la meilleure des solutions. Ce Sendai l’a appris à ses dépends. Est-ce qu’on peut imputer ça à l’expérience, ou à l’apprentissage au sein des villages cachés qui serait meilleur que pour les autodidactes ?

Peut-être que d’autres combats ont encore lieu en ce moment même, mais le jeune homme préfère ne pas interférer avec les autres Kirijins assignés à ces matchs. Et puis, arriver en plein milieu, ça gâche quand même le plaisir. Et il est un peu tôt pour aller faire son rapport à Keisuke. Le jeune homme décide donc de faire le tour du Colisée pour voir s’il n’aurait pas quelque chose à faire pour s’occuper, tout en faisant attention à ne pas entrer dans les espaces privés des villages cachés étrangers. Comme Kiri, Kumo et Iwa ont leur propre rassemblement de tentes. Autant être prudent, ça permettra d’éviter un incident diplomatique pour rien.

Il trouve finalement une tente neutre. Glissant sa tête à l’intérieur, il constate qu’il s’agit de l’infirmerie. Ce n’est pas écrit en gros sur une pancarte, mais c’est ce que n’importe qui peut deviner à cause des gens en blouses qui s’agitent partout et les différentes installations médicales similaires à ce que le jeune genin a pu voir à l’hôpital de Kiri. Il ne reconnait aucun des participants pour l’instant. Les types sur les civières sont certainement les perdants du battle royal qui a eu lieu au début du tournoi pour réduire le nombre de concurrents. Aucun cas grave, heureusement. L’ambiance est plutôt détendue pour l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine

Jeu 30 Aoû 2018 - 22:16



Ton combat venait de se terminer se soldant par ta victoire. Sans doute première de toute ta vie dans un contexte aussi officiel, sous les yeux de centaines voire de milliers de personnes. Tu étais encore un peu sous le choc, ne sachant vraiment comment réagir. Choc et adrénaline encore bien présents qui t'avaient maintenue debout, malgré la douleur et la chute brutale de ta réserve de chakra.

C'était comme ça qu'on devenait un véritable Kagai. T'en étais persuadée! Mais tu ne savais pas encore si cette victoire allait rayonner jusqu'aux archipels de Mizu, si ton père le saurait avant que tu ne lui dises. Malgré ton habitude à la défaite, tu ressentais... de la fierté, d'avoir pu t'imposer. Cela dit tu savais que cela ne t'était pas totalement dû. Ce Kami avait été... si gentil... Trop peut être... Et tu en avais assez lâchement profité.

Si tu n'étais pas si mal en point, sur le point même de rendre tes tripes; ton ptit déj et tout le reste; t'en aurais peut être ressenti de la culpabilité. Enfin... L'arbitre t'avait indiqué le lieu de l'infirmerie, et donc ce fut le premier endroit où te rendit en quittant l'arène sous les applaudissements. Tu avais fait bonne figure face aux spectateurs mais... Une fois dans la rue, adjacente tu gerbas tout, absolument tout. Le contre coup de la paume du Hyuga... Pas si gentil que ça celui là finalement.

Enfin... Malgré la douleur qui te tirallait tu était parvenue à rejoindre la tente médical et lorsque tu en poussais la toile, dépassant un jeune homme; tu aperçue une figure familière. La directrice de l'institut de recherche... Ikeda Sazuka. Pour une fois tu n'allais pas la charrier, non; t'étais bien trop contente de savoir qu'un médecin aussi compétent était sur place...

"Yo Sazuka-san... Tu pourrais... me soigner ?"

Demandas-tu d'une voix fébrile alors que le sang des blessures à tes bras perlait au travers de tes bandages fait à la va vite à l'aide de quelques tissus venant de ton du t-shirt sous ta veste ninja...

Et le simple fait d'avoir ouvert la bouche... t'avais encore une fois fait renvoyer tout le contenu, ou ce qu'il en restait; de ton estomac... Puis tu t'éffondras sur une civière, la plus proche.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3605-senshi-umeka#27783

Ven 31 Aoû 2018 - 16:49



Finalement, c'était un peu à l'hôpital de Kumo ici, les appareils à la pointe en moins... Mais bon, les pauvres Kazejins n'y pouvaient rien; ils n'avaient pas les mêmes connaissances que nous, à Kaminari, dans les domaines technologiques et scientifiques. Enfin, pour faire ce que nous avions à faire, nous n'avions pas non plus besoin de moyens très conséquents. Je pouvais guérir la plupart des blessures, ou bobos, juste avec mon chakra et quelques médicaments si nécessaires. Cette tente était donc sans doute l'endroit le plus calme de tout le périmètre de l'arène, pour le moment.

Alors que j'étais posée sur une chaise, dans un coin; à lire livre portant évidemment sur des techniques chirurgicales; je vis dépasser dans entrebâillement de la tente la tête d'un homme que je ne connaissais pas, comme beaucoup d'autres personnes ici, en fait. Je m'étais alors levée pour aller à sa rencontre, lui demandait s'il avait un problème d'ordre médical ou s'il avait besoin d'aide...

-Salut, je peux faire quelque chose pour toi ? Lui adressais-je avec un léger sourire. Mais sa réponse ne me parvint car venait de surgir, bousculant l'inconnu au passage; l'une des cinq petites blondes de Kumo : Senshi Umeka. Je savais que cette dernière participait au tournois, et j'avais espéré pour elle comme pour les autres qu'elle gagnerait. Un rapide coup à une horloge posée sur l'un des meubles médical à roulettes me fit comprendre qu'elle avait sûrement terminé le sien... Et vu son état... Une nouvelle tu n'eus pas le temps de lui répondre qu'elle régurgita ce qui semblait être un reste de riz avant de s'affaler sur un lit de camp dressé au bout d'une longue rangée.

Je l'observais un instant, constatant de la lividité de son teint; et ses diverses blessures. Je pris une chaise et m'installais à côté d'elle, la retournant sur le dos. Je passais ma main sur son front pour prendre sa température... Elle était... brûlante. Je me demandais ce qui d'entre la chaleur et son combat avait bien pu la mettre dans un tel état.

-Avales ça. Alors, dans un premier temps; je lui fis avaler une mixture blanchâtre au goût assez désagréable. Ca t'évitera de vomir à nouveau, déjà. Dis-je en me levant et attrapant une petite bassine métallique. Puis je défis ses bandages pour me faire une idée de l'étendue des dégâts. Bras gauches criblé de cailloux, bras droit profondément entaillé. Je soupirai, puis me me mis à l'oeuvre, enfin... Je vais devoir retirer tout ça avant de te soigner, ça va piquer un peu. Lui expliquais-je en retirant le premier caillou.

-Tu t'en es... pas trop mal sortie, à ce que je vois. Osais-je en souriant.

--------

J'avais terminé mon office, et la jeune femme dormait paisiblement; presque dans le même état avant de commencer son combat. Le tout avait duré... un bonne demie-heure; mais lorsque je lâchai la Senshi du regard; relevant la tête, je constatai que mon inconnu était toujours là... Avait-il tout observé ?

Je repris alors là où je m'étais arrêtée.

-Ah désolée; je peux t'aider, alors ? Lui demandais-je alors en essuyant mes main humide dans le bas de mon t-shirt.



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois


Dernière édition par Ikeda Sazuka le Sam 1 Sep 2018 - 3:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Ven 31 Aoû 2018 - 22:42
Le jeune kirijins finit par se faire remarquer par l’une des personnes actives dans la tente. En bon médecin, elle arrive souriante en direction du Kaguya qui n’a pas le temps de dire quoi que ce soit puisqu’il est bousculé sans vergognes par une jeune fille aux cheveux blonds. Il ne relève néanmoins pas car en y regardant de plus près, elle est bien amochée. Certainement une participante qui vient de terminer son combat. Victorieux ou non, impossible de le savoir pour le brun. À en juger par la familiarité entre les deux femmes, il est facile de déduire qu’elles se connaissent. La nouvelle arrivante ne tient d’ailleurs pas longtemps sur ses jambes puisqu’à peine a-t-elle demandé à cette Sazuka de l’aider qu’elle régurgite son dernier repas avant de s’effondrer lamentablement sur la civière la plus proche à la limite de l’inconscience. Elle a clairement plus dégusté que les deux combattants que Wutu-Fuku a eu l’occasion de voir évoluer.

Après lui avoir administré une sorte de liquide blanc, Sazuka commence son office. La pauvre gosse, elle a bien dégusté. On dirait que des cailloux sont encastrés dans l’un de ses bras, alors que l’autre présente de belles coupures. Avoir des médecins à portée de main n’est pas de trop. Concentrée, l’iroujutsu commence à retirer soigneusement les éclats enfoncés dans le bras de la pauvre shinobi. Pour rassurer sa patiente, elle tente de féliciter cette dernière pour son combat, malgré le fait qu’elle n’y ai pas assisté. C’est un peu inapproprié mais bon, la gosse sur la civière ne doit pas en avoir grand-chose à faire puisqu’on est en train de lui trifouiller le bras pour en retirer des corps étrangers.

Après une bonne demi-heure de travail, la patiente est tombée dans les bras de Morphée. La doc a fait des miracles : de l’endroit où il est, Wutu-Fuku ne voit plus aucune blessure apparente. Elle n’a pas oublié le kirijin, toujours en train d’observer telle une chouette sur sa branche. Il va bien falloir qu’il justifie sa présence puisqu’il n’a pas besoin de soins.

-Oh, je n’ai aucun problème, merci. Ne faites pas attention à moi, je ne me permettrais pas de vous déranger en plein travail. J’étais juste curieux de voir des médecins d’autres villages à l’œuvre. Ce n’est pas quelque chose qu’on a souvent l’occasion de voir à Kiri.

Son regard s’attarde sur la jeune fille inconsciente, tandis qu’il révèle sans se cacher son appartenance au village de la brume. Est-ce que cela va lui attirer de l’hostilité ? Il ignore toujours de quelle nation l’iroujutsu provient.

-Typiquement ce pourquoi je ne participe pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine

Sam 1 Sep 2018 - 2:10
J'avais gagné, enfin c'etait ce qu'on m'avais dit. Tout ce que je retenait de ce combat c'est qu'il avais été peu exaltant et que j’étais un peu blessé a l’épaule. Après le combat on m'avais convaincu d'aller a l'infirmerie même si l'attaque n'avais pas fait trop de dégâts.Je cherchais la dite tente ou le ninja médecin exerçait.
Dans la tente je pouvais apercevoir 3 personnes en dehors de la tente et j'avoue être resté dehors pour les observer, un grand type, je crois bien que c'etait l'arbitre de mon combat avorté et une jeune fille blessée grièvement.Je m'asseyais donc sur une caisse de matériel en attendant gentillement mon tour.
Des gens formidables étaient présent a ce tournoi et il fallait juste que je donne le meilleur de moi même car tout le monde faisais de son mieux !Après avoir attendu un petit moment je rentrais doucement dans la tente sans faire de bruit. D'un coup d'oeil je vis que la jeune fille était désormais endormie et semblait se remettre de ces émotions. Puis je vis la jeune femme qui avais été mon arbitre, une kunoichi de kumo droite et qui avais l'air extrêmement compétente puis un ninja de kiri. Il avais l'air normal,très loin du portrait que m'avais dépeint ma cousine. Peut être au final qu'ils n’étaient pas si méchants ?Il étaient en pleine conversation j'attendis juste une accalmie pour demander :

-Bonjour, on m'a dit de passer pour mon épaule. Mais si il y a plus urgent que moi allez y je peux toujours attendre.

J’étais tiraillé par le fait d'interrompre une conversation importante et le fait de me faire jeter de la tente des iwajins parce que je ne serais pas aller faire soigné ma blessure.Et a bien y regarder elle faisais un travail remarquable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 4 Sep 2018 - 17:17



J’écoutais et observer un bref instant l’originaire de Kiri avant de m’esclaffer. Ouais… Mizu était un pays… Particulier, pas vraiment pauvre, pas vraiment malfamé ; ou moins qu’à une époque mais pas vraiment réputé pour la qualité de ses médecins où celle de son système médical ; malgré tous les efforts que j’avais pu apporter lors de mon long séjour sur les territoires de l’eau… Enfin… Je tout ça pour dire que je comprenais parfaitement sa curiosité et même son envie de voir des personnes réellement performantes dans leur domaine. Quoi qu’il aurait pu tomber à un autre moment avec des médecins tout ce qu’il y avait de plus banal, ou pire encore ; venant de son pays d’attache.

-Ah… Tu ne veux pas me déranger, et pourtant… c’est ce que tu fais. Soupirais-je en balayant la tente du regard pour voir si personne n’attendait de vrais soins. Et, il y en avait un. Tu t’intéresses à la médecine ? Lui demandais-je en m’approchant d’un ninja venant tout droit d’Iwa, village allié ; et dont j’avais arbitré le combat face à… justement, une Kirijin… J’aimais bien les personnes curieuses et encore plus celles qui s’intéressaient à la médecine. Mais bon, entre s’y intéresser et être capable de la pratiquer il y avait un gigantesque gouffre qui s’appelait : Savoir. Cela dit, je n’étais pas non plus du genre à décourager d’éventuels « espoirs » de ce milieu, qu’ils fussent Kirijin, Iwajin ou autre chose…

Puis je m’adressais au dénommé Hayate, un autre Hyuga.

-Hyuga Hayate… Que t’ais tu fais à l’épaule ? Je ne me souviens que tu te sois blessé durant ton combat contre cette Kirijin… qui a abandonné d’ailleurs. Dis-je jetant un regard un peu blasé au Kirijin qui n’était là que pour le tourisme. Mais bon, tu as parfaitement raison, c’est aussi pour ça que je ne participe pas. Rigolais-je. Oui, pour éviter d’envoyer des personnes à l’infirmerie et les contraindre à une longue convalescence. En plus d’autres raisons plus tactiques. Ouais… ça n’a pas l’air très « urgent ». Mais pour le moment il n’y a personne, donc… Retire ton haut, que j’examine ça. Ordonnais-je sur un ton incroyablement autoritaire.

Une simple technique de base pour le soigner serait suffisante, je ne constatai effectivement rien de très grave que ce soit au toucher ou de visu. Ces shinobi étaient vraiment des petites natures…



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Sam 8 Sep 2018 - 18:59
des soins... plus ou moins gratuits.

Les bras lourds. Qui pèsent de trop nombreux kilos pour son petit corps. Tsuki a perdu. Voilà, c’est comme ça, c’est tout. Elle a perdu, puis voilà. Maintenant il faut avancer. Prendre appui sur ce qui s’est déroulé pendant le combat, grandir avec, en faire une expérience plutôt qu’une frustration. Grandir, quoi. Facile à dire, un peu plus difficile à faire, pour l’instant. La blonde se dit qu’elle s’est donnée à fond, mais quand même. Mais bon. C’est le premier tournoi, la personne face à elle avait toutes ses faiblesses, mais pouvait aussi contrer ses plus grandes forces. Bien. Pas bien ? Peu importe. C’est perdu, c’est perdu.

Les organisateurs lui ont dit de se rendre à l’infirmerie à côté du Colisée, où ses blessures recevront des soins. Il en faut. Même si cela se calmera vite tout seul, Tsuki a les bras couverts de bleus et d’égratignures. Peut-être que l’un des deux a subi une entorse, d’ailleurs. Ou quelque chose qui porte un nom, quand le membre est difficilement mobile et envoie des décharges de douleur.

L’infirmerie, l’infirmerie. Heureusement que son sens de l’orientation est bon, dis-donc. La blonde finit par rapidement s’y rendre. En entrant, elle constate deux choses : l’infirmière ne lui est pas inconnue, clairement pas inconnue, par contre les deux autres têtes ne lui disent absolument rien. Deux bruns. L’un d’entre eux a les yeux pâles. Blancs ? Peut-être est-ce un Hyû … Hyûga ? Tsuki en a entendue parler, petite, avant de quitter Tsuchi no Kuni. Ses recherches l’ont menée à savoir deux trois choses sur ces gens, par exemple qu’ils sont souvent redoutables au corps-à-corps, puisqu’ils perçoivent les tenketsu. Quelque chose comme ça. Elle n’en a jamais vu combattre. Décidément, ce tournoi est un vrai repère à choses intéressantes.
« Bonjour. Je suis envoyée ici pour mes blessures. », lance Tsuki, polie.
Elle pénètre davantage dans l’infirmerie et s’installe. Ses bras sont tout mous. L’un des deux répond difficilement à ses ordres et ils sont couverts d’égratignures. Le plus endommagé est parcouru d’un hématome bleu qui fait presque tout l’avant-bras. Timide, un peu trop polie sûrement, Tsuki s’installe sur une chaise dans le coin et ne fait pas de bruit, en attendant son tour. Prendre de plein fouet une attaque de Taijutsu. Deux fois. Quelle malade, elle aussi. Ses prunelles se posent sur Sazuka, qu’elle connaît de Kumo, puis les deux autres, tour à tour. Elle ne saurait dire d’où ils viennent. Par politesse, une fois de plus, Tsuki se retient de montrer une marque de familiarité envers Sazuka. Peut-être ne veut-elle pas que les autres sachent son identité ? Si elle se manifeste, alors Tsuki fera un pas dans sa direction.

En attendant, la Genin reste silencieuse, jusqu’à ce qu’on lui dise quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Sam 8 Sep 2018 - 22:53
-Je m’y intéresse, oui. C’est un peu une tradition pour certains membres de mon clan.

Et ils ont eu du boulot, surtout après l’attaque qui a eu lieu à Kiri. Mais ça, le genin le garde pour lui, ça ne regarde pas les autres villages. Hors de question d’exposer la situation actuelle du village à des étrangers, ce serait bien trop dangereux. Le moment d’accalmie ne dure pas bien longtemps. Un gamin arrive, blessé à l’épaule. Il est bien jeune pour participer à ce genre d’événements. Bien jeune pour être shinobi, plus largement. Quel monde de fou. Un Hyuga. Le premier qu’il voit. Wutu-Fuku saura se souvenir des pupilles caractéristiques de ce clan. Qui a affronté une Kirijin et gagné par abandon ? Au moins elle aura réussi à l’amocher un peu… conformément à ce qu’il a dit plus tôt, il n’est pas ici pour gêner le travail des médecins, aussi s’écarte-t-il pour faciliter la prise en charge de l’iwajin.

-Nan vas-y, je suis simple visiteur ici.

Quoi que, ça n’a pas l’air trop grave non plus puisque les premiers soins sont effectués sans difficultés par la Kumojin. Cette dernière semble amusée par sa remarque sur la volonté de ne pas participer au tournoi. Le pays de la Foudre est censé être celui des gens intelligents donc il est difficile de penser qu’ils ont envoyés leurs meilleurs éléments dans l’arène. Quoi que ce Meikyu a quand même l’air d’être un sacré morceau. Pas de kirijins qui viennent se faire soigner néanmoins. Bon, ils ont un ninja médecin dans leurs rangs aussi, mais si des soins gratuits sont administrés par les autres villages, c’est plus rentable… Voilà que débarque une troisième personne. Encore quelqu’un qu’il ne connait pas. Le Kaguya commence à se dire qu’on le prend pour un patient à chaque fois. Il décide donc de se mettre en retrait.

-Je ne fais pas la queue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine

Lun 10 Sep 2018 - 14:47
-Je ne me souviens que tu te sois blessé durant ton combat contre cette Kirijin… qui a abandonné d’ailleurs.

-Pour être franc elle eu le temps de me lancer une seule attaque,et ça a fait un trou dans mon épaule. La délégation d'iwagakure m'a ...un peu forcé la main. Un bandage pour faire pression sur la plaie n’était pas assez. Donc je suis venu vous voir.

En effet le jet d'eau qu'avais eu le temps de lancer la kirinjin avais fait avais littéralement fais un trou de la taille d'une pièce dans mon épaule, et comme je perdais du sang on m'avais dirigé vers l'infirmerie malgré mes protestations . J’étais partagé entre émerveillement de rencontrer enfin des ninja des autres pays et la honte de venir me faire soigner pour ce que considérait comme une égratignure.

-Ouais… ça n’a pas l’air très « urgent ». Mais pour le moment il n’y a personne, donc… Retire ton haut, que j’examine ça.

Je m’exécutais étant un peu gêné d'enlever un vêtement en territoire étranger mais peu importe, me faire soigner par une kumoijin était un réel honneur et une nouvelle expérience pour moi.Je dévoilais donc une fine musculature malgré mon jeune age, celle qui devais servir a une agilité et une rapidité hors du commun, nécessaire a l’apprentissage du juken.Elle m'examina puis apposa ses mains sur mon épaule et une chaleur me parcourut.

-Oh fait,
dis je en tendant la main au kirijin, mon nom est Hyuga Hayate du village de Iwagakure no sato.Je sais que nos deux pays ne sont pas en très bon termes mais j'admire vraiment les prouesses des ninjas kirijins qui sont envoyé combattre dans l’arène.
J'aimerais sincèrement voir vos villages et vos pays plus tard. Les livres qui en parlent ne tarissent pas d’éloges sur kiri et Kumo.
C'est dommage que les circonstances m’empêchent de venir visiter
dis je en souriant simplement.

Mes paroles étaient sincères. Enfin je me gardais bien de révéler que j'aspirais a cette paix mais que dans le futur je voudrais un de ces acteurs principaux.Je ne disais pas que je connaissait toute l'histoire mais que je voulais la paix pour les générations futures et ceux qui maintenaient cette tension entre nos deux pays étaient des gens égoïstes, non soucieux de ce qu'ils laisseront au génération futures. Peut être une fois Tsuchikage ma voix aura un peu plus d’écho qui sait.Mon regard se posa sur une kumoijin qui avais l'air plus mal en point que moi.

« Bonjour. Je suis envoyée ici pour mes blessures. »

Lorsque je sentis mon épaule remis a neuf mon geste fut tout simple. Sans peine de remettre le haut, car j'avais complétement oublié ce détail, je me levais et avant que la kunoichi puisse s'assoir je lui proposais mon aide.Proposer n'est peu être pas le mot.En fait je me mis a porter la jeune fille sur la table près de son sempai. Mon geste était juste innocent et voulant bien faire, au vu de l’état de la jeune fille, j'avais préféré agir plutôt que la faire attendre la ou personnellement je prenais de la place.Puis reprenant mes affaires, constatant un trou dans mon haut (mon père va me tuer) je repris :

-J'aimerais tellement visiter Kumo un jour...plus je grandis et plus j'ai l'impression que iwagakure est petit par rapport a ce que le monde a offrir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 10 Sep 2018 - 16:31
Arrivée à l’entrée de la grande tente qui servait d’infirmerie provisoire durant le Grand Tournoi, tu t’arrêtes pour scruter l’intérieur. Il y avait là des kumojin, dont certains tu connaisses, et d’autres têtes qui t’étaient totalement étrangères. Tu pouvais voir que quelques-uns arboraient les insignes des autres Villages Cachés.

Tu étais partagée entre l’envie de t’en aller et celle de rentrer pour te faire soigner. Tu présentais des brûlures plus ou moins graves éparsement sur le corps. Certaines commençaient à te faire sérieusement mal maintenant que tu n’étais plus dans cet état d’exaltation que te procurait le combat et qui te faisait oublier la douleur. Tu parvenais à supporter sereinement ta souffrance qui n’était vraiment rien comparée à ce que tu avais dû endurer maintes fois par le passé mais tu n’étais pas assez folle pour enchaîner ton second combat dans un tel état. Tu désirais être en état de pouvoir tout donner durant de ton prochain duel.

C’était donc la volonté de ne pas commencer désavantagée lors de ta prochaine bataille qui te pousse à pénétrer finalement la modeste infirmerie. Tu fais la queue dans le silence. Tu ne daignes même pas adresser la parole à tes camarades qui de toute façon connaissaient certainement quel genre de personnage tu étais. Ils savaient surement que tu n’étais du genre à ouvrir la bouche pour mener une conversation futile ou conviviale.

Nombreux sont ceux qui te regardaient, assurément parce que tu avais les vêtements brûlés ici et là dont à des endroits qui laissaient entrapercevoir des zones plutôt intimes de ton corps. Chose dont l’être impudique que tu étais ne souciait pourtant guère …

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Mar 11 Sep 2018 - 16:59



Oh… Et dire que j’avais été tranquille tout ce temps, et maintenant, d’un coup, ils arrivaient tous comme s’étant passés le mot. Heureusement que je n’étais pas la seule médecin à pratiquer dans cette infirmerie rudimentaire. Et donc, en réaction à l’affluence et les discussions qui commençaient à s’établir ici ; je tirai simplement le rideau autour du lit de camp sur lequel se reposait la gladiatrice. Bon… ça n’allait clairement la couper du reste du monde, mais au moins… Ma prévenance m’étonnait, encore une fois…

Une tradition… ça aussi ça m’étonnait. Qu’on apprenne la médecine et pratique l’iroujutsu par « tradition ». Enfin, j’haussais les épaules, je n’allais pas me mettre à critiquer les préceptes d’une personne que je ne connaissais pas. Certains auraient même pu interpréter sa présence comme une tentative d’espionnage, mais pas moi ; parce que je savais ce qu’était l’espionnage. J’avais été envoyée en mission plusieurs mois auparavant au pays de l’eau, et pas pour faire du tourisme… Lui, ne voulait que… voir. Un genre de voyeur donc ? Rien de grave.

C’était tout de même surprenant de voir tant de ninjas d’horizons différents se tenir dans une tente au même moment. Comme un moment à immortaliser… Si j’obéissais aux ordres que l’on m’intimait, à Kumo ; qui pouvaient nuire autant aux Iwajin qu’aux Kirijin ; je ne pouvais m’empêcher de penser que c’était à ça que je voulais que notre monde ressemble. Que les conflits se résolvent dans l’arène, et nous soyons tous amis en dehors ! … Quelle riche idée, une utopie parfaite où mes talents à soigner et remettre les gens sur pied ne tomberaient pas dans la désuétude.

Cela-dit, ce rêve d’utopie ne m’empêchait pas de reconnaître les conneries lorsque je les entendais… La jeunesse de cet Hayate me fit rire…

-Oui, ou alors ceux qui écrivent ces livres n’ont jamais vu ces villages. Lui adressais-je alors. Le réalisme, malheureusement, m’imprégnait bien plus que mes rêves et mon idéologie. Enfin… je le laissais interpréter ça comme il voulait ; mais pour moi… tous les villages se ressemblaient qu’ils fussent d’ailleurs shinobi ou « civils ».

Puis, je m’étais approchée de Tsuki, que notre bon Hyûga avait jugé bon de déposer là, comme un sac de patate… elle avait fait son apparition peu avant, suivie d’une fille, brune, que je ne connaissais que de visu mais dont j’avais inévitablement entendu parler de la bouche de Metaru Reiko, notre Raïkage ; et de la Suzuri qui s’occupait de notre Grande Bibliothèque. Une autre Metaru en manque d’attention, ou d’affection… Enfin…

-Alors, qu’as-tu Tsuki ? Demandais-je en posant le regard sur ses bras meurtris. Ah… Ouais, je vois. Je fis un signe et appliqué mes paumes sur ceux-ci ; l’aura verte en découlant se répandit sur les blessures encore fraiches. Ce ne serait plus qu’un souvenir d’ici quelques secondes… En attendant… Vous ne savez pas vous défendre correctement, ou bien ? Demandais-je en alternant le regard entre les différents « patients », Yamiko y compris. Vous avez vraiment un soucis avec vos bras… Soupirais-je, clairement blasée.

Les bras et les mains avaient pour moi une valeur plus importante que tout le reste du corps, c’était peut-être les membres dont je prenais le plus soin. Enfin, les mains surtout. Très importantes, les mains.



Spoiler:
 

_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Jeu 13 Sep 2018 - 19:44
des soins... plus ou moins gratuits.

Ses yeux s’écarquillent et elle les cligne à répétition. Que fait le petit homme ? Il la porte ? Puis il la met sur la table. Tsuki est abasourdie un instant. Il est … entreprenant ? Mais une grande gentillesse semble émaner de ce gamin. La blonde doit avoir trois, peut-être quatre ans de plus que lui. Cela dit, cette différence est probablement invisible, compte tenu de la petite taille de la demoiselle. Mais quand même ! Un grand sourire amusé étire ses lèvres. Petit brun fort intéressant.
« Merci. », lâche-t-elle, partagée entre la surprise, l’amusement et peut-être la gêne, à faible mesure.
Ses yeux se baladent, jusqu’à trouver Yamiko. Ah, Yamiko. Un bien amusant personnage. Son caractère est aussi grand et fort qu’elle. Il y a peut-être quelque chose, en-dessous. Une raison qui explique cela. Quelque chose de sous-jacent, qui permette de mettre une raison sur un comportement. Souvent, c’est le cas. Parfois, non, cela dit. Enfin, si la grande brune est là, c’est pour une raison. La surprise n’est pas grande, néanmoins. Yamiko dans un tournoi ? Rien de bien incroyable. Mais Yamiko dans une infirmerie ? Son ego s’est suffisamment tu pour qu’elle puisse atterrir ici ? Ça, c’est incroyable.

Les prunelles reviennent alors sur Sazuka, qui la réprimande pendant qu’elle la soigne. Les joues de Tsuki s’empourprent aussi vite. Pas savoir se défendre, hein ? Au contraire. Ou peut-être que c’est le contraire du contraire ? Ce n’est pas un problème de savoir se défendre ou non, à vrai dire. C’est plus compliqué. Enfin. Encore une fois, peut-être, peut-être pas. La blonde se mordille la lèvre et répond, anxieuse.
« J’ai été prise de court. »
Les blessures s’effacent, la lourdeur disparaît. Sazuka est vraiment une personne géniale. Tsuki admire cette capacité à être là pour les autres, même si elle préférerait peut-être se trouver ailleurs. C’est une femme forte, vraiment très forte, qui a des capacités incroyables en matière de soin. Son père serait peut-être moins bon ! Mais, en plus de pouvoir soigner les blessures, Tsuki sait que la brune peut coller des roustes monumentales aux personnes qui le méritent. Une personne vraiment admirable, en somme. Donc il ne lui paraît pas trop étrange de lui parler, d’admettre ce qui s’est passé.
« Le Taïjutsu est un peu ma bête noire. Sauf que je suis tombée sur quelqu’un qui pouvait à la fois contrer mes capacités et utiliser le Taïjutsu. Je n’ai pas vu la charge arriver et … » Elle ne bouge pas, mais elle adorerait hausser les épaules. « Et mon premier réflexe a été de dresser mes deux bras pour limiter la casse. C’est peut-être idiot ! Sûrement, même. Mais j’ai pas réfléchi à ça. »
Un combat difficile. Une défaite qui l’est tout autant. Mais Tsuki n’a pas honte. Parce qu’au fond d’elle, elle sait que le combat n’a pas eu lieu que dans un sens, elle s’est défendue de son mieux et a tenu bon jusqu’à la fin. Jusqu’à être certaine de ne plus pouvoir répliquer. Alors, au fond, défaite ou non, peu importe. Son seul espoir est d’avoir été un adversaire convenable pour son propre adversaire, Mori Yukio. Elle soupire. Peut-être aimerait-elle le revoir ? Dans un autre contexte …
« Mori Yukio … », finit-elle par murmurer, pensive, pas assez fort pour être entendue par les autres, mais suffisamment pour l’être par Sazuka.
Oui. Ce jeune homme est une personne que Tsuki aimerait rencontrer dans un contexte plus pacifique. Malheureusement, cela risque d’être compliqué. Et, a contrario, heureusement que la blonde n’a aucune idée de pourquoi cela sera compliqué, ni de quelles véritables possibilités de rencontre existent par rapport à ce jeune homme. Tsuki se redresse et commence à bouger les bras pour attester des soins et de leur efficacité. Incroyable, cette médecin. Vraiment incroyable.
« Merci, Sazuka ! »
Puis, la blonde descend doucement de sa table pour laisser passer le suivant, ou plutôt la suivante. Yamiko.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Des soins... plus ou moins gratuits [Libre]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Tournoi n°1 : Kaze no Kuni :: Autour du Colisée
Sauter vers: