Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Rencontre Hasardeuse | Seichi


Mer 29 Aoû 2018 - 22:26

Pour rejoindre Iwa, il devait forcément passer par Yugure, la capitale de Hi no kuni. Bien que cela ne l'intéressait aucunement, préférant rester seul et dans son coin n'attirant pas l'attention sur lui, il serait obligé de passer par elle. Musashi pouvait dire ce qu'il voulait de cette ville, une chose était sur, elle était magnifique, cela faisait très longtemps que ses pieds n'avaient pas foulé une vraie métropole bien que cela ne lui manquer pas, la ville l'attirait d'une certaine façon. Tandis qu'il marchait dans les rues de Yugure son chapeau en cône profondément ancré sur son crâne, il pouvait ressentir que les regards étaient sur lui, il n'était pas le bienvenu ici. Un sentiment qu'il connaissait fort bien cependant tout cela était étrange qu'une ville comme celle-ci ai des habitans avec un comportement de la sorte. Il ne connaissait pas le passé de Hi et encore moins les relations épineuses et toxiques que la métropole avait pu avoir avec Iwa foyer de son clan et Kumo. Plus soucieux que curieux, il voulait en savoir plus, mais à chaque fois qu'il essayait, on lui faisait comprendre qu'il n'avait pas à être ici. Tandis que la nuit commençait à tomber, il devait trouver un endroit où dormir et reprendra ses recherches sur Yugure.Il finir par arriver devant le plus grand bâtiment du village, un "casino". Il ne savait même pas ce que cela était, mais décida de rentrer à l'intérieur les gens pourront forcément l'aiguiller dans ses recherches.  

En premier lieu, il fut surpris de trouver un tel endroit de débauche dans une ville de la sorte. Il n'aimait pas ça et cela le dégoûtait, ce genre de chose mettait en exergue un comportement malsain et foncièrement mauvais de l'humain. Il n'y avait aucun honneur à être ici. Cependant, en y réfléchissant bien, c'est généralement dans ce genre de trou à rats que les langues sont le plus délié et que les informations coulent à flots. Il allait devoir prendre son mal en patience tout ça dans l'hypothèse qu'il se passait quelques choses proche d'ici.. L'envie de faire le bien autour de sois, c'était caractéristique du jeune samouraï. Gardant sa seule et unique main, la droite, sur le tsuka de Muramasa - chose assez rare - il marchait dans le casino à pas de loup, guettant discrètement qui pourrait lui servir dans sa quête d'information quand soudain, il percuta une personne de dos, sans faire exprès... Étais-ce vrai ?Personne ne le saura du moins. Sa main droite se retira automatiquement du tsuka de Muramasa pour venir se poser sur l'épaule du prince, son visage arborant un sourire chaleureux bien que ses yeux neutre contrasté, étrangement.


[Musashi] Mes excuses. Je ne vous avais pas vu. Puis-je me racheter d'une quelconque façon ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3997-vagabond http://www.ascentofshinobi.com/t4144-topic http://www.ascentofshinobi.com/u726

Lun 3 Sep 2018 - 2:41

Retour de Kirigakure





Sur le chemin du retour vers Murashigure, Kadachi avait invité la Compagnie qui avait attaqué Kirigakure no Satô dans son casino à Yugure. Ce soir d’arrêt, son bâtiment fut rempli à rabord de membre du Collectif et des agents de Seichi. Bien sur l’arrivé d’un groupe aussi imposant ne passe jamais inaperçu même dans la plus grande ville du Yukan, c’est bien pour ca que le groupe c’était scindé en plusieurs parties. Le prince qui d’habitude restait toujours au côté de son fidèle bras droit était bien seul ce soir là malgré la foule autour de lui. Pénétrant dans sa demeure, le prince observa pour la première fois le travail de Venus et Bellone qu’il félicita en premier lieu. Ensuite, il invita ses agents et les membres du Collectif à venir se reposer et festoyer sur le victoire.



Une victoire en demie teinte pour Seichi qui avait accompli sa part du boulot mais à quel prix. Kadachi venait de perdre la seule personne en qui il vouait une confiance aveugle, le seul être qui lui apporter la sagesse nécessaire pour diriger. Plus rien ne sera pareil désormais et il faudra si faire. Le prince perdu dans ses pensées ne voyait pas le samouraï qui venait de pénétrer dans son établissement. Il ne remarqua tellement pas sa présence que même au moment où ce dernier le percuta dans le dos il prit quelques longues secondes pour réagir à son sourire chaleureux. Ôtant la main de son épaule, le prince affichait un regard meurtrier contrasté par un visage neutre et une attitude inoffensive. Observant sa nouvelle rencontre le prince remarqua très rapidement le sabre de son “ agresseur”, c’est d’ailleurs la première chose qu’il pointa du doigt.


«Pour commencer cher monsieur je vous prierai de donner votre sabre à cet femme qui s’occupe de les garder. Le port d’arme est interdit dans mon établissement. »



Pointant Bellone du doigt qui avait été assuré de vérifier que les armes des membres du collectifs soient bien stocké dans la salle prévue à cette effet. D’ailleurs elle n’était certainement pas prévu pour autant de personnes. Toujours le doigt vers le katana de cette homme, le prince se posa une question.

«Etes vous un ninja ?»


Dernière édition par Tenshu Kadachi le Lun 17 Sep 2018 - 3:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2660-tenshu-kadachi http://www.ascentofshinobi.com/u414

Mer 5 Sep 2018 - 14:34
Le retour avait été rude. Le bateau tout d'abord, puis la marche à travers le pays pour atteindre le Casino de l'Arbre-Monde, celui qu'elle avait aidé à créer avec Shima, qu'ils avaient acquis d'une manière peu correcte quand bien même elle était irréprochable de netteté. Et même si les autorités du pays pouvaient venir embêter Katsuko pour meurtre, que pouvaient-elles dire face à un contrat de leg ? Rien du tout. Après, ce n'était qu'un meurtre parmi tant d'autres. Les temps étaient sombres et le casino était devenu bien populaire, le mot d'un nouveau lieu à la hauteur de ce que les nobliaux du coin voulaient s'offrir s'étant vite répendu grâce à leur action conjointe.

Elle se retrouvait cependant, suite aux ordres de Kadachi, à désarmer toute la troupe, gromellant en entreposant toutes les armes dans une petite pièce avant de rerfermer tant bien que mal la porte. Elle remarqua alors que le prince conversait avec un autre homme, un samouraï de Tetsu à en juger son accoutrement et les sabres qu'il portait à la ceinture. Soupirant, elle rouvrit la porte de la pièce d'armes. Oui, elle avait bien compris, le prince l'indiquait elle à l'homme armé dans un lieu où les armes étaient interdites, youhou.

« Je sais bien que vous les samouraïs vous aimez beaucoup vos sabres, mais va falloir que t'acceptes de le laisser là pour ton temps d'amusement ici. Le prince ne veut pas de bain de sang. »

La vampire eut un petit sourire sarcastique en utilisant ces mots. Elle au contraire aurait beaucoup aimé la chose. Enfin, tous n'avaient pas les mêmes divertissements. Surtout qu'elle n'avait plus bu de sang depuis qu'elle avait quitté Kiri, Arima n'étant plus là pour elle. Elle pesta un peu à cette pensée, rangeant les armes de l'homme s'il acceptait sans faire d'histoire avant de le raccompagner jusqu'au prince une fois la tâche finie et la porte refermée. Elle s'ennuyait déjà ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Ven 14 Sep 2018 - 15:54


* * *

Enfin, la semelle de ma botte foule un territoire consacré. Le Casino de l'Arbre-Monde – le quartier général officieux de l’organisation allant sauver Ame no Kuni. Même s’il m’a fallu des semaines pour arriver à bon port, après avoir enchainé des embarcations toutes plus miteuses les unes des autres, je ne regrette en rien le voyage.

Du moins, pour l’instant.

Je ne sais ce qui m’attend à l’intérieur ; mais je gage que ma bonne volonté n’échouera pas à les convaincre de m’épauler. Nous sommes alliés de circonstance, après tout. Et en ces temps de crise, d’aucuns ne peuvent cracher sur une main tendue, quelque soit la poigne avec laquelle on peut tenir une arme.

J’époussette mon manteau, ignore le panonceau « Fermé », ouvre les portes de l'établissement à deux mains. Des œillades curieuses me guettent ; je hoche la tête et m’immisce aussitôt dans cette ambiance de messes basses, un pas après l’autre. Là est la première règle pour déjouer toute méfiance incongrue : agir comme si l’on était censé être là. Par chance, un grand gaillard au chignon équivoque crève déjà les planches du casino. Et il semblerait que la tête d’affiche s’occupe de lui en personne…

J’avance assurément vers la foule, délace mon fourreau de la ceinture qu’il a pris pour épouse, entrepose mon arme parmi ses consœurs dans une salle aménagée pour l’occasion. Pas de doute : ces lames ont déjà goûté au sang. Je m’extirpe du guêpier, rejoins le gros de la troupe, joue des épaules avec les héros de la battisse pour me faire une place douillette. Le samouraï rechigne à abandonner ses précieuses compagnes à l'inconnu ; que faire pour rectifier son impudence, sinon lui voler la vedette ?

Êtes-vous le Prince ?

Je pénètre le cercle, toise les trois compères, m'impose en authentique deus ex machina.

J'ai besoin de vos services. Et vous, je l'espère, des miens. Mon pays va mal... et j'ai eu vent que vous cherchiez à le sauver des cancrelats qui rongent son âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4163-termine-predefini-sendai-hyousuke http://www.ascentofshinobi.com/t2790-seichi http://www.ascentofshinobi.com/t4174-sendai-hyousuke#32130

Sam 15 Sep 2018 - 14:55
Il semblerait que le samouraï avait vu juste en heurtant - sans faire exprès - cet homme à l'allure pour le moins étrange. D'après ces mots il était le maître de lieu, il pourra sans doute lui expliquer la situation ici. Cependant, une parole avait chatouiller son ouïe. "Poser" les armes..

Je ne suis pas un ninja mais un samouraï. Je ne suis pas non plus là pour l'affrontement ou divers bain de sang inutile de surcroît en raison de mon existence je ne peux quitter mes armes. Cela dit, vous êtes le maître des lieux, vous pourrez sûrement m'aider. Si mon être vous gène dans votre demeure nous pouvons sortir dehors pour parler.

Des mots simples et respectueux à l'image d'un samouraï soumit au code du Bushido. Sa sincérité était évidente, il ne cherchait aucun problème. Il commença à faire demi-tour quand une nouvelle personne s'immisça dans le cercle. Lui aussi était venu pour une requête mais cette dernière était toute particulière. Il se permit d'en savoir plus en écoutant quelque peu avant de partir, il était là uniquement pour récupérer des infos et éventuellement aider quiconque demanderait de l'aide. L'inconnue ayant terminer sa tirade, le samouraï reprit la parole.

Vous êtes donc un prince ? Si cela ne vous dérange pas.. J'aimerais en savoir plus. Si cela s'avère vrai et que votre cause et juste .. Peut être que ma lame pourra vous aider.

Compassion et courage. Deux vertus que le samouraï embrasser depuis sa plus tendre enfance. Son code de l'honneur lui exigeait de venir en aide pour toute les causes juste qui se dressait face à lui. Il n'était rattacher à aucun village, il n'était qu'en quête de ses proches. La parole d'un samouraï était sacrée. Point de jeu ou mensonge, c'était connu que les adeptes du bushido se trouvait être les personnes les plus loyales qui existe en ces terres désolée qu'est le Yuukan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3997-vagabond http://www.ascentofshinobi.com/t4144-topic http://www.ascentofshinobi.com/u726

Hier à 3:22

Retour de Kirigakure




Le Prince pensait pouvoir utiliser cette soirée afin de reposer son corps et son âme meurtrie le temps de retourner au pays, cependant la réalité et son sens du devoir avait bien vite repris le dessus. Le premier homme s’était identifié comme un étant un samouraï. Tant mieux pour lui car ce dernier ne serait jamais ressorti de la pièce en cas contraire, la haine de Kadachi envers les villages cachés c’était décuplé depuis son passage à Kirigakure no Satô. Le samouraï refusa de poser son arme, mais proposa de sortir du bâtiment afin de ne pas enfreindre les règles de la bâtisse et du prince. Arquant un sourcil, Kadachi trouvait son interlocuteur bien impudent pour parler de la sorte au maître des lieux. Regardant Katsuko un instant, le prince ne savait pas trop quoi faire sur le moment, puis il lui fit signe de la suivre en dehors de la bâtisse. Lorsqu’un nouveau personnage fit son introduction en questionnant directement Kadachi sur son identité. Il avait certainement dû l’entendre lorsque Bellone utilisa le terme prince. L’homme en face de lui avait besoin de ses services, et il espérait  pouvoir être utile au prince. Se grattant les cheveux, le dynaste ne savait vraiment pas comment son casino pouvait attirer d’aussi étranges personnages. Leur attitude ne lui plaisait guère, pour l’instant ces personnes n’étaient rien de plus que des inconnus qui se permettaient des familiarités avec toi. Son regard se ferma et l’atmosphère devint très vite pesante pour les acteurs autour de lui. 




«Il est préférable de se présenter lorsqu’on demande de l’aide ou qu’on souhaite entamer une discussion. Maintenant suivez moi dehors. »


Relâchant la pression, l'atmosphère pouvait de nouveau se détendre, dorénavant face au clair de lune les acteurs pouvaient reprendre leur scène. 

«J’ai une question à vous posez avant de dévoiler la moindre information, que savez vous de Ame no Kuni ?  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2660-tenshu-kadachi http://www.ascentofshinobi.com/u414

Hier à 8:07


* * *

Mon entrée a définitivement fait ses preuves – en bien comme en mal.

J’ai certes réussi à capter l’attention du prince, il ne me faut pas relâcher ma garde, car les étincelles dans ses yeux annoncent un orage bien impétueux. Je hoche la tête, simplement, et emboîte son pas – car il est le messie que je suis désormais censé suivre pour tirer la tête d’Ame no Kuni hors de l’eau. Qu’importe mon impudence : le seigneur sera forcé de m’accepter dans son entreprise lorsque je lui ai montré ma valeur.

Ce n’est pas tous les jours que l’on peut se vanter d’avoir un Élu avec soi.

Nous nous extirpons du bâtiment, rejoignons les caresses d’un clair de lune ; et de ce fait, quittons les regards en coin de nos amis déserteurs. La tension tangible qui s’était répandue au sein du Casino n’a pas daigné nous suivre, et c’est tant mieux : d’expérience, je sais que l'Homme peut vite être sur les nerfs en cas de conflit.

Mon nom n’est d’aucune importance quant au sort d’Ame no Kuni. Mais si vous voulez savoir à qui vous vous adressez, je n’ai aucune raison de ne pas nous mettre sur un même pied d’égalité. Sendai Hyousuke – rejeton d'une Académie impuissante.

Je retrousse ma manche gauche, mets en valeur la marque d’Ancien qui y émane de chakra. Un cadeau de Mère Nature ; un outil pour convaincre les foules de ma qualité de soldat. J’espère seulement qu’il sera sensible au charme de mon don si particulier.

Désolé, j'ai trop longtemps ignoré la politique d’Ame no Kuni pour en connaître toutes les arcanes. Mais ma présence n’est pas infondée pour autant. J’y ai grandi, y ai vu, et entendu des atrocités qu’un gamin sain d’esprit ne saurait digérer. Et même si ce terreau vicié favorise l’émergence d’hommes forts, il ne laissera jamais la place aux rameaux d'un peuple en paix. Je connais toutefois votre histoire, comme celle de votre sang. Et qu'importe leur véracité, elles sont toutes les deux cruciales pour le peuple de la Pluie.

Je zieute mon ami samouraï de circonstance, pris dans le même panier que moi. Qu'a-t-il à offrir à l'autel de la répartie ? Pouvons-nous vraiment compter sur le fil de sa lame ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4163-termine-predefini-sendai-hyousuke http://www.ascentofshinobi.com/t2790-seichi http://www.ascentofshinobi.com/t4174-sendai-hyousuke#32130

Aujourd'hui à 10:13
Katsuko observa la scène en silence. Il refusait donc d'enlever ses armes et préférait sortir ? Soit. Il était bien chiant quand même ce samouraï. Elle referma tant bien que mal la porte de la petite pièce qui renferfait les différentes armes des personnes présentes dans le casino actuellement puis elle suivit tranquillement le trio qui s'était ainsi formé. Restant silencieuse, elle écoutait, elle observait. Elle était prête à agir en cas de problème.

Et voilà désormais que, sans même se présenter, le samouraï se mettait à proposer sa lame à leur service. Décidément, ce peuple avait une drôle de logique, un drôle d'ordre dans les choses à respecter. M'enfin, dans un sens, tout ce qu'ils connaissaient était le combat et quelques notions de leur soit-disant honneur. Elle ne fit cependant aucune remarque sur ce qu'elle pensait de ce concept grotesque et irréaliste, ne voulant pas le froisser comme elle l'avait fait à Yukio. Le pauvre petit chou ne s'en était toujours pas remis, avec sa loyauté. Une bonne blague.

Et voilà qu'un autre homme débarquait comme si de rien était, fonçant presque dans le prince pour lui demander son aide sans plus de préambule. Katsuko allait l'attraper et le déggager de là mais le prince sembla le prendre en compte et non simplement lui dire de dégager. Soit. Il resterait pour l'instant. À la remarque du prince, il obtempéra cependant, ressortant avec lui, Katsuko les suivant. La jeune femme fronça les yeux, observant la scène. Quoi, il venait juste pour dire qu'Ame avait besoin de son retour ? Mais ils le savaient déjà depuis un moment. Il espérait leur apprendre quoi au juste ? Malheureusement, une libération d'un pays ne se faisait pas en quelques minutes et exigeait des préparations, des fonds, ce genre de chose.

Toujours sur ses gardes, Neiko se posa contre le mur extérieur du bâtiment, prête à agir en cas de problème pour protéger le prince. Après tout, elle n'avait rien de mieux à faire si elle voulait continuer d'être protégée par lui et gagner en puissance tranquillement pour devenir la meilleure de tout ce triste monde quant à la manipulation du sang et des armes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Aujourd'hui à 22:13
Le "prince" accepta de sortir tout en invitant sa collègue à venir se joindre à eux. Étrange manière mais de toute façon les hommes étaient tous different... L'aura du prince venait "heurter" le samouraï. Un sourire se dessina très vite. Si ça ne tenait qu'à lui, le jeune aurait relâcher à son tour son aura meurtrière, afin de faire comprendre, aux autres, qu'il fallait garder la pêche. Mais pas pour maintenant, pas tout de suite. Si des vies étaient en jeu, il ne pouvait se laisser aller à ses sentiments. Compassion, Bienveillance. En tant que vertus innommable du Bushido, le samouraï ne vivait - à l'heure d'aujourd'hui - que pour les autres. Sa lame à defaut de revenir à son maitre revenait au peuple, miséreux, qui n'avait pas la force de pouvoir se debattre. De ce fait, il n'hesitait jamais à venir en aide à ce qu'ils le demandaient. Parole et action ne formait qu'un à ses yeux après tout. Le prince venait de conclure. Ce fut au nouvel arrivant, Hyousuke. Une fois fini il se tourna à son tour vers le samouraï.

Je suis Musashi. Samouraï ou .. Rōnin du Pays du Fer.

10 ans qu'il n'avait pas remis les pieds au sein de son clan. Il ne pouvait prétendre au nom de cette antique famille qu'était les Nagamasa. Il avait écouté avec attention les propos de Hyousuke, il avait déjà pu entendre certaines rumeurs sur la Pluie et plus particulièrement Murashigure.

Je ne suis ni né au pays de la pluie et je ne n'y est pas non plus vécus. Mes pieds non malheureusement jamais pu toucher cette terre.. Cela dit. Si ce que vous dites est vrai. Moi, en tant que disciple des vertus du Bushido ne peut laisser des civils et innocents dépérir de la sorte. Il n'y a pas besoin d'y être allé pour connaitre le fléau qui s'y abat sans cesse. Ma lame peut être la votre le temps d'une croisade. Nous avons tous des buts bien défini et précis. La loyauté et l'honneur sont deux traits important que beaucoup d'hommes recherche. Ces vertus sont miennes. Néanmoins, si ma personne vous dérange alors ma route continuera son cours.

Sincérité. Paix. Vérité. Les maitres mots de toutes paroles du samouraï. Ce n'était pas compliqué de le discerner au sujet du rōnin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3997-vagabond http://www.ascentofshinobi.com/t4144-topic http://www.ascentofshinobi.com/u726

Rencontre Hasardeuse | Seichi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: