Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Un Samourai au petit-déjeuner


Ven 31 Aoû 2018 - 18:13
Alors que la lumière du Soleil levant commençait à peine à apparaître à travers les fenêtres du dojo, les coups répétés de mon bokken contre le mannequin en bois me faisaient office de réveil. Le craquèlement du bois rompait ainsi le silence du lieu. Si ce dernier n’était pas entièrement vide, sa faible affluence démontrait un calme rigoureux dans ses activités. Il s’agissait d’ailleurs de la raison principale pour laquelle mon entraînement commençait avant l’aube, profiter de cette tranquillité sans sortir du domaine des Nagamasa était une aubaine pour ma timidité. Si mon dernier entraînement sur les hauts plateaux m’avait permis de faire la rencontre de Tenshi qui m’avait gentiment proposé de m’instruire, cela m’avait également fait réaliser qu’à trainer seule, je pouvais tomber sur n’importe qui. Ce n’était pas que je ne me sentais pas en sécurité au sein du village, plutôt que je n’appréciais pas l’idée d’être observée par des inconnus sans le savoir. Au sein du dojo clanique, je pouvais au moins être rassurée sur les personnes qui y avaient accès. Je n’avais pas encore eu la chance de rencontrer l’ensemble des membres de mon clan installés à Iwa, mais aucun ne m’était réellement inconnu.

Si je me retrouvais souvent à réfléchir à ce sujet, ce n’était pas le cas durant cet entraînement. Après mon dernier entraînement, j’avais réussi à retrouver un semblant de calme intérieur. Loin d’être à la hauteur de mes propres exigences, cela me permettait néanmoins de m’entraîner correctement, pouvant me concentrer sur mes mouvements et mes erreurs plutôt que sur la moindre réflexion traversant mon esprit. C’était d’ailleurs l’objectif de cet exercice matinal. Répéter le même geste inlassablement était particulièrement éprouvant pour la concentration, il était facile de relâcher son attention au bout d’une centaine ou d’un millier de coups identiques. Le mouvement que je répétais était assez compliqué à maîtriser et avait l’avantage de faire un bruit légèrement distinctif lorsqu’il était bien réalisé, ce qui me permettait de réaliser rapidement lorsque mon attention n’était pas suffisante.

Ainsi, en plus d’être concentrée sur l’exécution de ce mouvement, mon ouïe l’était également. C’est cela qui me permit d’entendre des bruits de pas à proximité. S’ils étaient légers et donc discrets, cela était suffisant pour aiguiser ma curiosité. Rompant mon rythme de frappe, je me tournai vers l’origine du bruit pour y découvrir un jeune homme que je ne reconnaissais pas. Sa tenue et sa présence dans ce dojo me firent immédiatement penser qu’il s’agissait d’un Nagamasa que je n’avais jamais vu ou dont j’avais oublié le visage, même si cela arrivait assez rarement.

Intriguée, je l’observai un peu tandis qu’il se déplaçait à travers le dojo. Il ne lui fallut malheureusement pas longtemps pour remarquer mon regard prolongé dans sa direction. Lorsqu’il s’approcha de moi juste après, je me sentis immédiatement très gênée par mon manque de respect. M’inclinant dans sa direction, je balbutiai quelques mots pour m’excuser.

— Excusez-moi, je ne vous ai jamais vu ici et j’ai laissé ma curiosité prendre le dessus.

Malgré la gêne provoquée par ma curiosité, il restait que je souhaitais toujours savoir qui il était. J’ajoutai donc une succincte présentation, espérant intérieurement qu’il en fît de même.

— Je me prénomme Hisa, fille de Takezō.

S’il était assez rare que j’évoque le nom de mon père, c’était presque une nécessité lorsque je me présentais à quelqu’un de mon clan. Mon père n’était pas un grand guerrier du clan, mais il était plus connu parmi les nôtres que moi-même. Quant à ma mère, elle ne faisait partie du clan que par alliance et n’avait jamais eu vraiment l’habitude de rencontrer des gens, même avant notre arrivée à Iwa.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa

Ven 31 Aoû 2018 - 22:48

Musashi n'avait pas pu dormir de la nuit, son corps réclamait le fer et dans ces moments là, seule le fer pouvait le combler. Il avait donc passer la nuit entière à s'entraîner dans l'obscurité la plus total, seule ses gouttes de sueur et ses mains sanguinolente - dû à l'effort intense - l'avait accompagner tel des camarades inséparable. Il avait travaillé sa maîtrise du kenjutsu sous tout les angles, la Voie lui semblait si proche et pourtant si loin. Il avait effectué plusieurs dizaines de milliers de coups dans tous les sens possible ; ascendant, descendant, verticale, horizontale, transversale, tout les coups circulaire imaginable et bien d'autre. Il avait testé bon nombre de postures toutes plus différente les unes que les autres, il s'était entraîner avec différentes armes, son tachi Masamune, le katana de Takumi, son bokken en bois, il avait même profité pour changer de forme ses lames et s'entraîner à son tour sur des armes d'hast. Plus concrètement, c'était un entraînement inhumain pour un mental allant de pair avec son honneur incommensurable. Il s'était forcé à appliquer diverses règles le pénalisant s'il perdait sa concentration ne serait-ce qu'une seconde ; s'il venait à ne plus être concentré, il devait tout recommencer du début. Pas la série de milliers de coups, mais bel et bien son entraînement global. Car la plus tranchante et la plus puissante lame du samouraï n'est pas son katana, mais son esprit. Plus l'esprit sera perfectionné et proche de la Voie et plus il guidera ses mouvements. Il avait réussi à finir son entraînement tandis que le soleil commençait à se lever, cela devait fait au bas mots une dizaine d'heures qu'il s'entraînait comme un fou. Il voulut se mettre à méditer quand des bruits vinrent éveiller ses sens. Ce bruit anecdotique, il le connaissait fort bien, un bokken frappait un mannequin en bois. L'angle d'attaque était spécifique, il le reconnaissait via le son qu'il émettait. Un sourire se dessina sur les lèvres du samouraï qui comptait en rythme les nombreux assauts qui venaient s'abattre sur la marionnette désarticulée. Éprit par une envie d'instruire, se doutant bien que les coups émit provenait d'un enfant en raison du son perçut, il décida d'aller rejoindre la personne. 

Leur dojo disposait de plusieurs cloisons permettant un entraînement séparer des regards indiscret et intrinsèquement une profonde concentration dans cet espace cloisonné,limite solitaire. Il passa alors une première fois près d'elle, les mains en sang, il alla les laver dans l'une des bassines d'eau présente au fond de la pièce - derrière elle - il se permit aussi d'éponger avec l'une des serviettes blanches présente son front emplit de sueur, une fois cela fait, il se plaça au même niveau que celle-ci. Tandis qu'elle s'excusait pour son regard prolongé, Musashi ne lui adressa que son habituel sourire chaleureux comme réponse, son expression quasi-permanente d'une profonde neutralité s'était mue en un regard doux, ce qui était rare. Tandis qu'elle se présentait à lui, il pivota sur ses chevilles et adressa un simple mais puissant coup de bokken sur le mannequin - le bruit spécifique pouvait être entendu - le scindant littéralement en deux bouts distincts malgré son épée en bois. 


[Musashi] Tu devrais plutôt t'entraîner à ce genre de chose, Hisa. Tu as d'ailleurs bien grandi.. Je suis NagamasaMusashi. Comment se portent ton père et ta mère ?

Le nom de la petite, il le connaissait fort bien, il l'avait même vu naître et grandir, il connaissait d'ailleurs presque l'ensemble des prénoms de sa famille. Quand il fut enlevé à neuf ans pour être envoyé au Colisée, il répétait les noms de ses proches ce qui lui permettait de tenir parmi les charognes, c'est en partie grâce à cela qu'il réussit à se forger ce mental, si puissant désormais.. Mais tout cela.. Elle ne pouvait le savoir, le nom de Musashi n'était que celui d'un enfant qui était probablement mort dans de mystérieuses conditions lui et son père, Masutatsu, connut pour avoir trahi les Nagamasa (le père), voilà ce qui était répandu dans le clan, une histoire ancienne remontant à dix ans en arrière. Il s'essaya en tailleurs à quelques mètres d'elle et l'invita à continuer son entraînement au sabre. 

[Musashi] Pourquoi t'entraines-tu si tôt en cette matinée, jeune fille ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3997-vagabond http://www.ascentofshinobi.com/t4144-topic http://www.ascentofshinobi.com/u726

Sam 1 Sep 2018 - 3:32
Tandis que je m’excusais, l’inconnu s’approcha de moi avec un sourire. Il semblait plutôt bienvaillant, du moins jusqu’à son action particulièrement surprenante. Alors que je finissais à peine de parler, il frappa subitement mon mannequin d’entraînement d’un coup de bokken, le découpant en deux. Ma première pensée fut qu’il n’avait réellement pas apprécié mon regard insistant et qu’il était simplement venu me rectifier en m’empêchant de m’entrainer en le détruisant. Lorsqu’il prit la parole, je réalisai qu’il s’agissait plutôt d’une démonstration de sa part puisqu’il me suggérer de m’entrainer de la même façon. N’osant rien dire, je pensai tout de même qu’avec sa méthode, mes entraînements ne risquaient pas de durer bien longtemps. Si son mouvement était précis et efficace, briser le mannequin ne présentait aucun intérêt, peut-être souhaitait-il simplement m’impressioner.

Ce fut cependant les mots qui suivirent qui attira le plus moins attention puisqu’il semblait me connaître. Son prénom, Musashi, ne m’était pourtant pas familier. Je ne pouvais affirmer ne l’avoir jamais entendu, mais comme mes parents n’étaient pas vraiment du genre à me parler des autres membres de notre clan, cela ne voulait pas dire qu’ils ne le connaissaient pas. Il n’avait cependant aucune raison de me mentir, même si j’étais surprise de rencontrer un inconnu qui m’avait déjà rencontré.

— On s’est déjà rencontré ? Je suis confuse de ne pas m’en souvenir, mais je suis enchantée de faire votre connaissance à nouveau dans ce cas ! Ma mère va toujours aussi bien et mon père… disons qu’il fait de son mieux à la vue de sa situation.

J’ignorais la relation que Musashi entretenait avec mes parents, mais je trouvais cela étrange de sa part de me poser cette question. L’état de mon père était un sujet particulièrement sensible, il n’aimait pas en parler, refusait que je le fisse et les membres du clan avaient fini par le comprendre.

Il s’assit ensuite à proximité, m’invitant à reprendre mon entrainement sous sa supervision avant de me demander la raison de mon entrainement matinal. Il était pourtant assez mal placé pour parler, il n’y avait pas besoin d’être particulièrement attentif pour remarquer qu’il avait déjà plusieurs heures d’entrainement derrière lui.

— On ne sait jamais quand quelque chose d’important peut survenir, en m’entrainant le matin, je suis en forme toute la journée et je ne loupe jamais une séance. Et puis, c’est bien plus calme à l’aube.

Je me remis alors en position de garde pour reprendre mon exercice avant de réaliser que mon mannequin était désormais en deux parties. Le sourire aux lèvres, j’exécutai le même mouvement que j’avais répété plus tôt, mais avec une intensité bien plus élevée. Cela eut pour effet de briser en morceaux les restes de la figure boisée. Je me tournai alors vers Musashi avec un air ingénu exagéré.

— Ce n’est quand même pas très pratique comme méthode…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa

Sam 1 Sep 2018 - 16:22

Musashi semblait avoir touché un point sensible concernant sa jeune cadette. Les seuls souvenirs qui lui restaient de son clan remonter à une décennie, beaucoup de chose avait changer en bien ou en mal .. Ne voulant pas se montrer irrespectueux, à l'avenir, il fera plus attention. Voilà en quoi le silence était préférable.

[Musashi] Je m'excuse, je ne suis revenu que depuis peu, beaucoup de choses on changer. Cela remonte à bien longtemps.. Je n'étais plus là quand tu as grandi, c'est pourquoi tu ne me connais pas. Je n'étais plus là quand tu as grandi, c'est pourquoi tu ne me connais pas.

Musashi la regarda avec plus d'attention.. Elle était vraiment jeune au bas mot.. Dans la dizaine d'années. À son âge, il avait déjà du sang sur les mains. Cette dernière accepta son invitation à continuer son entraînement, elle imita donc son geste vint mettre un terme à "l'existence" du pantin. Ses pupilles regardaient chacun des gestes de l'enfant à la recherche de défaut ou de potentiel mouvements inutiles. La gamine avait un vrai potentiel, ces mouvements était d'une fluidité rare, ces mouvements était gracieux et contrôlé. Musashi l'aimait bien ou plutôt, il aimait sa façon de s'exécuter.

[Musashi] Fléchis plus tes genoux pour abaisser ton centre de gravité et permettre un coup plus stable. Pratique ..? La méthode ? Hm.. Tu veux entendre une histoire ?

De toute évidence, il n'avait pas apprécié les mots de l'enfant. La future histoire du samouraï sera d'une importance capitale.. À ses yeux surtout. Grandir dans la "paix" n'a rien d'enviable quand on la compare au faite de grandir sur-le-champs de bataille. Vivre sans ne rien craindre ramollit le samouraï et lui fait miroité une vie qui ne lui correspond pas. Il fera en sorte d'éduquer ou plutôt de transmettre l'essentiel de la Voie, enfin sa vision des choses.

[Musashi] Mais avant de commencer.. Explique moi ce qu'est un samouraï, je ne veux pas la définition du mot. Mais ce quoi tu en penses et ce que tu ressens à l'égard de cette fonction.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3997-vagabond http://www.ascentofshinobi.com/t4144-topic http://www.ascentofshinobi.com/u726

Mer 5 Sep 2018 - 13:22
Les explications de Musashi me permirent de comprendre rapidement les raisons de la question au sujet de mon père et du fait que je ne me rappelais pas de lui. Il était donc nouveau au sein du village. On m’avait bien expliqué que tous les membres du clan Nagamasa n’étaient pas venus à Iwa, mais je n’avais pensé que d’autres allaient finir par se décider avec le temps. C’était une bonne chose, sans vouloir faire preuve de vanité au sujet des miens, les shinobis suivant les préceptes du Bushido laissaient une meilleure empreinte sur le monde que la moyenne. Ainsi, il était naturel pour moi de penser que plus il y avait de membre de mon clan au village, mieux celui-ci se portait.

Sa critique au sujet de mon mouvement était plus juste que ce à quoi je m’attendais. Il était vrai que ma volonté de me moquer de sa méthode m’avait poussé à relâcher légèrement ma concentration, me conduisant ainsi à l’erreur. Je ne pouvais que reconnaître que son attention ne lui avait pas fait défaut. Peut-être avait-il une explication subtile pour avoir cassé mon mannequin. Quoi qu’il en fût, il ne semblait pas vraiment avoir apprécier ma réaction. Alors qu’il semblait sur le point de développer sa pensée, il se retint, préférant d’abord me demander ma définition d’un samouraï. Nous étions au moins identiques sur ce point là, à chercher à cerner l’autre. Ce genre de question était plus intime qu’elle n’y semblait et si je n’étais pas très à l’aise à discuter de cela avec un inconnu, j’estimais que je me devais de faire un effort pour quelqu’un du même clan. La réponse à sa question n’était pas évidente non plus, si j’étais parfaitement capable de réciter le point de vue sur le sujet des nombreux enseignements que j’avais suivi, je comprenais bien que ce n’était pas ce à quoi il s’attendait. Prenant une profonde inspiration, je cherchais intérieurement les mots décrivant le mieux ma vision. Bien que celle-ci était encore floue, elle devait être suffisante pour lui répondre.

— C’est une sacrée question... Je dirais qu’être Samouraï c’est simplement abandonner ses pulsions personnelles et adopter le Bushido. Le combat, le maniement du sabre, le clan Nagamasa, tout cela n’en sont que des conséquences naturelles. Si tous les Samouraïs n’en ont pas la même lecture et n’agissent pas identiquement, ils gardent dans leur vie la même volonté de l’appliquer. Quant à ma propre vision de celui-ci, je manquerais d’humilité en affirmant en avoir une inédite. Néanmoins, je dirais que le plus important est de savoir quand et comment utiliser son sabre pour laisser une trace positive dans ce monde.

Me sachant jugée sur cette réponse, je ne cherchais pas pour autant d’en donner une bonne, doutant même de l’existence d’une telle réponse. La vérité ne pouvait être universelle à ce sujet. Il restait à savoir si cela allait satisfaire Musashi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa

Ven 7 Sep 2018 - 15:06

La réponse de sa cadette lui fit froncer les sourcils. C'était donc ça finalement les samouraïs .. "Laisser une trace positive de sa personne". Les gens changent et les mentalités aussi, de toute évidence, la philosophie primaire du samouraï voué à disparaitre.

[Musashi] Je présume qu'a tes mots tu n'as jamais connu le champs de bataille, ni les morts empilés les un sur les autres baignant dans leurs propre sang. Certes, la meilleur des lames est celle qui reste dans son fourreau. Mais le samouraï ne vit que pour mourir, le futur ne l'intéresse que peu, j'irais plus loin. Si un samouraï avait le choix entre deux chemin, l'un le menant à la mort et l'autre à la vie, alors, il devrait se précipité sur celui le menant à sa tombe.

Son ton se voulait sec et cassant mais derrière chaque mot, une sagesse s'y trouvait. Il fallait écouter et voir au delà de la simple apparence de ses propos. De toute évidence il y avait un message caché. Allait-elle le comprendre ?

[Musashi] Il faut voir chacune de tes secondes comme la dernière. Chacun de tes mouvements comme le dernier. De ce fait, tu atteindras toujours la qualité et la précision des plus grands, faire des séries pour imité un geste parfait ne sert à rien, ni pour toi, ni pour ta lame. Enchainer les mouvements en pensant que chacun d'eux soit le dernier. Et chacun de tes adversaires, comme le dernier. Que ce soit un simple pantin en bois ou ton amie et amis d'enfance voir un ennemie. En pensant comme cela, tu t'approcheras de la Voie et tu entreras dans une concentration inégalable, tout tes sens seront toujours affuté et tu seras toujours sur le pied de guerre, endormie ou non.

L'air sévère du samouraï disparait au fil des secondes. Il fit une légère pause dans ses propos, lui laissant le luxe de pouvoir y réfléchir.

[Musashi] Tu n'atteindras jamais la Voie avec un tel entrainement. Mais, tout cela ne peut être compris en restant dans un dojo ou en s'entrainant avec sa famille. Il faut gouter à la mort, une fois ne suffit pas. Il faut être dans une condition où c'est soit ta vie soit celle de l'autre. J'ai commencer à ressentir cela à neuf ans. Tandis que j'étais esclave au Colisée de Kaze, loin de ma famille et de mon clan. Je n'avais personne et pas même d'armes. C'était vivre ou mourir. Qu'aurais-tu fait face au innombrable ennemis qui se dressaient contre toi ? Te serais-tu cacher par crainte de perdre la vie ou tu aurais plutôt mis ta situation de côté pour t'attaquer à des adultes possédant trois fois ta force ? C'est la guerre et malgré tout ce que l'on peut lui reprocher, elle forme les hommes telle la sélection naturelle. Vivre dans un monde en paix ne permet pas de comprendre cela, change tes habitudes si tu veux que ta lame s'affine et qu'elle atteigne des sommets. Ne change pas et tôt ou tard ta vie t'échapperas.

Musashi la regardait, un sourire chaleureux malgré des propos à faire froid dans le dos, qu'avait-il pu vivre pour être de la sorte.. Il attendait une réaction de sa part, il voulait la voir réagir, en bien ou en mal, cela n'avait pas d'importance, il voulait se rendre compte jusqu'où pouvait-elle aller dans ce monde en proie à la désolation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3997-vagabond http://www.ascentofshinobi.com/t4144-topic http://www.ascentofshinobi.com/u726

Lun 10 Sep 2018 - 9:25
La réponse que je lui avais fourni ne semblait vraiment pas lui convenir. Cela ne m’étonnait pas vraiment, comme je me l’imaginais, il faisait partie de ceux pour qui la valeur d’un samouraï ne pouvait se mesurer que sur un champ de bataille. Les enseignements sur le Bushido étaient nombreux et s’ils gardaient toujours les mêmes grandes lignes, il y avait toujours une certaine diversité. Son discours, je l’avais déjà entendu maintes fois et j’y trouvais toujours les mêmes défauts. Cette vision de la vie entrait en contradiction avec la plupart de mes propres préceptes. Enfin, je n’étais pas contre l’ensemble de son discours, certains points étaient en accord avec ma philosophie, mais je ne pouvais approuver son message.

Évidement, j’eus envie de lui répondre, essayer de lui faire comprendre mon point de vue, mais c’était bien inutile. Si j’étais assez nulle pour juger les autres, même moi était capable de voir que quelqu’un comme Musashi n’allait pas se remettre en question par les mots d’une gamine. Je me contentai donc de finir de l’écouter jusqu’au bout. Si les mots ou le ton qu’il utilisait n’avaient rien de violent, la vision de moi qu’il décrivait était blessante. Il semblait persuadé que j’étais incapable de combattre convenablement parce que j’avais des idéaux altruistes et que je faisais attention au matériel que j’empruntais.

Son histoire sur son passé au Colisée me fit alors réaliser ce qui nous différenciait ainsi. J’eus alors de la peine pour lui. Poussé au combat, éloigné de ses proches et forcé à tuer des inconnus pour sa survie, ça faisait beaucoup pour un enfant si jeune. Ce n’était pas étonnant qu’il en avait gardé des traumatismes. Déjà que j’avais des doutes sur ma propre capacité de jugement alors que ma première mission ne datait que d’un an, ses chances d’évoluer convenablement n’avaient pu être bien grandes. Le simple fait qu’il résista suffisamment à sa vie précédente pour pouvoir être devant moi en ce jour m’impressionnait. Malheureusement pour lui, si je comprenais mieux pourquoi il le tenait, son discours ne faisait que me conforter dans mes croyances.

La question qui vint ensuite fut de trouver comment répondre à tout cela. Je ne souhaitais pas l’offenser et mon code moral m’interdisait de lui mentir. Je préférais donc changer de sujet.

— Je comprends bien que nous n’avons pas eu le même genre d’entraînement. Que diriez-vous de les comparer en situation pratique ?

Son âge plus avancé, son physique plus développé et sa plus grande expérience du combat faisaient probablement de lui un combattant plus efficace que moi, mais après avoir encaissée toutes ses critiques, je ne pouvais passer simplement à autre chose. Si j’avais raison à son sujet, il devait bien être incapable de refuser une telle proposition.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa

Lun 10 Sep 2018 - 14:42


Au petit-déjeuner un samouraï

Nagamasa Hisa


Suite à sa longue tirade, il n'avait reçu aucune réponse. C'était eonc la décision de l'enfant. C'était un choix acceptable bien que fort douteux. Rester vague sur un tel sujet.. Son interlocutrice ne comprenait sans doute pas le sens profond du bushido. Une version pour les gamins sans aucun doute possible. Mais elle comprendra bien assez tôt que la vie est trivial, c'est manger ou être manger. Tout avait un but et un sens dans ce monde, tout suivait une logique imparable et indiscutable.. L'innocence de la jeunesse à son paroxysme.
Un entrainement ? À une seule condition. Que tu ne te retiens pas car je ne le ferais pas.
Alliant le geste à la parole, le jeune homme se leva calmement. On aurait pu penser qu'il irait chercher un bokken pour s'entrainer avec sa cousine mais c'était mal le connaitre. De sa seule main valide, il dégaina Masamune dans un crissement sonore. Il relacha son chakra de manière puslé et continue dans l'air. Sa soif de sang pouvait clairement être ressentit, un léger vent froid sortit de nul part caressant les joues de sa cadette. Malgré cet envie macabre, le visage du jeune homme restait profondément calme, comme si c'était normal.. Soudain il fit un pas, en direction de l'une des cloisons ouverte menant au jardin du domaine Nagamasa, cette partie là était uniquement utilisée pour être une seconde salle d'entrainement, en pleine nature cette fois.
Allons dehors, nous aurons plus de place.
L'aura que dégager le jeune homme la suivait partout où il allait, si bien qu'une fois arrivé au jardin elle était toujours là.. Comment réagira t'elle ..? Là était toute la question. Tout ceux-ci était un test, comme précédemment, masquer par l'entrainement, il y avait - encore - un but beaucoup plus profond. À elle de prouver sa valeur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3997-vagabond http://www.ascentofshinobi.com/t4144-topic http://www.ascentofshinobi.com/u726

Mar 11 Sep 2018 - 19:25
Ma proposition fut acceptée par le samouraï à la simple condition que je ne retinsse pas mes coups. J’acquiesçai avec conviction, contrairement à ce qu’il semblait penser de moi, je n’étais pas du genre à prendre mes entraînements à la légère. Il tira alors son katana de son fourreau ce qui me surprit beaucoup. Je connaissais très peu de samouraï qui s’autorisait ce genre de pratique, mais il m’était difficile de le lui reprocher tout en lui reprochant sa façon de juger mes méthodes d’entraînement. Au delà de cela, je n’étais guère effrayée d’avoir à affronter une lame en métal, seule la puissance du samouraï la tenant pouvait faire la différence.

Son intimidation se poursuivit alors avec un relâchement soudain et lourd de son chakra, comme des pulsations sortant de son corps. Plus impressionnant qu’autre chose au début, je ressentis bien rapidement une grande pression s’abattre sur moi. Il voulait me faire comprendre qu’il n’était pas là pour s’amuser et il y arrivait plutôt bien. En revanche, s’il souhaitait me faire abandonner, il allait devoir y mettre un peu plus d’intensité. Étant l’initiatrice du duel, la suite n’était qu’une question d’honneur, autant dire que j’étais prête à tout.

Je le suivis alors à l’extérieur lorsqu’il le proposa, même si je ne voyais pas pourquoi il avait besoin de place pour un affrontement au sabre. Une que nous fûmes enfin positionnés convenablement, je le saluai respectueusement avant de sortir mes deux sabres en bois de leur fourreau. Habituée à attendre patiemment d’avoir analysé ce que je pouvais avant de commencer un combat, je n’en fis rien cette fois-ci, puisque je ne combattais que pour démontrer l’efficacité des méthodes pédagogiques de mes précédents professeurs.

Si la pression de son chakra était toujours présente, elle n'était pas impossible à surmonter, surtout que j’avais déjà affronter des shinobis capables de démonstrations bien plus impressionnantes. Je commençai donc simplement par renforcer mon bokken avec du chakra, le faisant illuminer d’une aura argentée. Enfin, dans une volonté probablement plus ancrée dans ma fierté qu’autre chose, je réalisai exactement le même coup auquel je m’étais entrainée à l’instant. Il l’avait déjà vu et savait comment je l’exécutais, mais j’étais curieuse de voir s’il était autant capable de l’arrêter qu’il le laissait penser.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa

Mar 11 Sep 2018 - 20:58
Le premier "barrage" était passé avec une certaine facilité pour sa jeune cadette. Si elle n'aurait pas pu résister à son aura, il aurait rengainer sa lame et serait partis, la laissant seule. Le vrai combat pourrait enfin débuté désormais quand un geste de l'enfant le marqua. Tandis que Masamune se tenait fièrement dans sa main, sa cousine c'était munis de deux bokken, un manque de respect évident pour le samouraï surtout suite à tout ses propos précédent. Elle ne l'avait pas écoutée ou sans doute pire, elle n'avait pas pris en considération ses paroles pourtant clair. Il lui fera comprendre.. À sa manière.

L'aura disparu dès que cette dernière s'élança sur lui, sa lame était entouré d'un flot qu'il connaissait si bien, son tranchant s'en voyait décuplé mais sa vitesse d'exécution n'avait pas changée. Il y avait donc une différence entre leurs deux techniques.. Sans doute l'affinité. Un coup basique fut envoyé à son encontre, il aurait bien pu le contrer voit le paré ou encore même l'éjectée au loin. Sa décision en fut tout autre, il lui montrera le gouffre qui sépare sa cadette et lui même. D'un rapide mouvement de hanche accentué par un pivotement de ses chevilles sur la droite, il se mit hors de porté de la lame qui tranchait tout sur son passage.

Il n'hésita pas une seule seconde lors de son offensive, il voulait frapper fort, la marquée, pour qu'elle comprenne la différence entre un entrainement lambda et celui consistant à mettre sa vie en jeu à chaque instant. D'un simple mouvement de lame un puissant et impétueux flot de vent fonça vers cette dernière, telle une excroissance. Mais ce ne fut pas tout, il ne s'arrêtera pas là, il voulait lui montrer l'étendu de ses pouvoirs, chose assez rare pour le samouraï. À la manière d'un père dur et sévère, il ne voulait que son bien derrière toute ses actions. Mais le discernement n'est pas donner à tout le monde, en vue de sa réaction précédente, il y avait peu de chance qu'elle comprenne cela. Du coup, dans un second temps profitant de la lame fusant à toute vitesse vers elle, il tenta de l'attaquer sur un autre angle en abattant sa lame de toute ses forces, bien entendu maniant sa lame à la perfection, il avait fait en sorte que sa course n'atteigne jamais un des nombreux points vitaux du corps. Son but n'était qu'un entraînement, dur, certes mais il ne comptait pas la tuée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3997-vagabond http://www.ascentofshinobi.com/t4144-topic http://www.ascentofshinobi.com/u726

Ven 14 Sep 2018 - 10:11
Je ne fus pas réellement surpris en voyant mon coup de sabre manquer sa cible, cela prouvait au moins que Musashi possédait réellement des bonnes capacités. Cela ne m’arrangeait pas vraiment, mais je ne m’attendais pas vraiment à le surpasser au combat. Il était évident qu’il me sous-estimait, mais sa volonté de me démontrer mes erreurs avec le plus grand des sérieux m’empêchait d’en profiter. Il passa ensuite immédiatement à l’offensive, profitant de son déplacement rapide pour me porter un coup grâce à son affinité. L’attaque était particulièrement rapide, ce qui rendait tout parade bien compliquée. Me rappelant mon entrainement avec Tenshi, je concentrai mon chakra dans mes jambes avant de me propulser légèrement sur le côté. Je ne parcourus pas une longue distance, mais la vitesse fut suffisante pour esquiver son attaque.

Je n’eus malheureusement pas le temps de me reposer sur mes lauriers, puisqu’il enchaîna immédiatement sur une seconde attaque, profitant de mon déplacement pour trouver une faille dans ma défense. C’était cependant sans compter sur mes réflexes puisque je réitérai de suite une nouvelle esquive. Utilisant l’inertie développée par la vitesse de ma précédente esquive, je sautai dans les airs, par-dessus lui et de sa lame. Si les acrobaties aériennes n’étaient pas très académiques dans l’art du kenjutsu, ma petite taille se devait d’être compensée par une agilité exceptionnelle. Me retrouvant ainsi toujours face à lui à deux mètres du sol la tête en bas, j’exposais un nombre d’ouvertures conséquent. Je n’avais cependant pas l’intention de lui laisser la chance d’en profiter.

Ma concentration de chakra passa de nouveau de mes jambes jusqu’à mes bras, mais je renforçai mes deux lames cette fois-ci. D’un mouvement rapide et précis, je frappai avec celles-ci dans un mouvement de cisaille. Il était probablement capable de l’esquiver également, mais je me devais de continuer à lui mettre la pression. Il me fallait tout de même reconnaître que ce rythme de combat effréné était très difficile à suivre. Mes réserves d’énergie fondaient comme neige au Soleil et si aucune d’entre nous n’avait encore était touché, le combat ne risquait pas de durer bien longtemps comme cela.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa

Ven 14 Sep 2018 - 16:30
Sa jeune cousine esquivait chacune de ses attaques avec une agilité à rendre jaloux un chat. Tel un félin elle usait d'acrobatie toute plus interessante les une que les autres. Bien qu'il y avait certains point à travailler sur ses positions, elle était forte et deviendra sûrement beaucoup plus forte avec le temps. Bien que leurs philosophie et vision de ce monde était different, il était en partie fier et heureux que son clan ne ce soit pas écarter de leurs compétences première ; le combat.

Musashi relâcha finalement son chakra venteux pour se prémunir de cette attaque extrêmement puissante, la bourrasque vint tout simplement repousser sa cadette mais pas assez rapidement cependant. Ses deux lames ayant taper chacune de ses clavicules respectives provoquant des dégâts en partie absorber mais quand même conséquent. Un sourire se dessina peu à peu sur le visage de son ainé.

Tu es bien entrainé .. Cela dit. Tu ne pourras jamais me vaincre sans embrasser pleinement la Voie. Il y a un fossé entre agir pour agir et agir en pensant qu'après cette action la mort viendra prendre ta vie. Tu vas comprendre.

Le visage du samouraï changea quelque peu, plus sérieux, il semblait décider à en finir avec ce deuxième enchainement de techniques. D'un simple geste de sa lame, une puissante excroissance de son arcane fusa à toute vitesse vers elle découpant tout sur son passage. Puis en deux temps, laissant la lame prendre de la distance, il agita une seconde fois sa lame pour venir prendre en tenaille sa cadette avec une deuxième excroissance. Pensait qu'il serait sans pitié serait faux. Derrière tout cela il y avait une sagesse, c'est confronté à une possible mort que l'on commence à comprendre toute la subtilité dans les propos du jeune samouraï.

Bien que .. Il ne comptait pas tuée sa cousine avec des techniques de ce calibre. Il avait confiance en ces capacités pour s'en sortir mais malgré tout, il n'avait visé aucun point vitaux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3997-vagabond http://www.ascentofshinobi.com/t4144-topic http://www.ascentofshinobi.com/u726

Dim 16 Sep 2018 - 14:04
Alors que mes sabres allaient atteindre Musashi, ce dernier utilisa à nouveau une technique fûton pour me repousser et m’empêcher de le toucher. Dans un effort intense, je concluais mon mouvement à travers sa défense avant de me faire légèrement projetée en arrière. Aterrissant quelques mètres plus loin, je regardai brièvement mes armes. J’affichai un léger sourire lorsque je vis que celles-ci étaient légèrement recouvertes de sang, m’indiquant par la même occasion que j’avais réussi à l’atteindre. Un regard dans sa direction me fit découvrir qu’il était également en train de sourire et que j’avais touché ses clavicules. Cela voulait donc dire que je n’avais pas frappé assez fort s’il était encore en état de bouger ses bras après un coup à cet endroit.

Il ouvrit alors la parole, interrompant le combat pour me sortir à nouveau ses critiques. Je crevais d’envie de profiter de l’occasion pour l’attaquer à nouveau, mais avec le chakra que j’avais déjà dépensé en quelques secondes seulement, je ne pouvais refuser une pause qui s’offrait à moi. Et puis, il avait beau continuer à se vanter du fossé qui nous séparait, ce n’était pas mon sang qui commençait à couler sur le sol. Je n’allais pas non plus aller jusqu’à dire qu’il ne m’était pas supérieur au combat, mais cela m’insupportait qu’il fît comme si cette différence de niveau n’était dûe qu’à une différence de philosophie. Comme il l’avait dit lui-même, il avait bien plus d’expérience de combat que moi, il était plus vieux, plus grand et plus musclé. Je ne voyais même pas comment il pouvait soutenir cet argument alors qu’il était peu probable, vu son niveau actuel, qu’il fût à mon niveau lorsqu’il avait mon âge.

Après son discours qui n’eut pas de réponse, il reprit le combat en me lançant à nouveau une lame de vent. Si j’avais pu observer leur rapidité et que je devinais leur force, j’avais déjà réussi une fois à l’esquiver et je pouvais recommencer. D’un bond sur le côté, je laissai passer son attaque derrière moi avant d’apercevoir une deuxième lame de vent qui arrivait dangeureusement sur ma position. Utilisant à nouveau mon chakra pour esquiver, je fis un second bond sur le côté. Je fus cependant rapidement rattrapée par mon manque d’endurance. L’énergie que j’utilisai pour esquiver ne fut pas suffisante et mon bond pas assez rapide. La lame de vent vint percuter ma jambe droite alors que j’étais sans appui. L’impact me fit immédiatement perdre l’équilibre, me ramenant au sol. Si la douleur était intense, ce ne fut que lorsque j’essayai de me relever que je réalisai l’importance de ma blessure. Son attaque avait complétement lacéré ma jambe, rien de bien grave, mais combattre dans ces conditions allait être complexe. Prenant appui sur le sol avec mon bokken, je me redressai avec difficulté. Ma jambe était encore en état de bouger et c’était bien suffisant.

Reprenant une posture correcte de combat, je concentrai à nouveau mon chakra dans mes armes pour réitérer mon attaque. Un éclat argenté apparut alors sur mes lames, avant de disparaître aussitôt. C’était un peu gênant et cela ne pouvait signifier qu’une chose, le combat était terminé. Secouant mon bokken et mon shoto pour enlever légèrement le sang qui s’y trouvait, je les positionnai dans leurs fourreaux respectifs, indiquant à Musashi que je devais mettre un terme au combat. Je le saluai alors en m’inclinant respectueusement dans sa direction.

- C’est particulièrement efficace votre association du kenjutsu et du fûton… En tout cas, je vous remercie pour cet entraînement.

Je n’avais toujours pas compris ce qu’il essayait apparament de m’enseigner et cela me vexait un peu de devoir y mettre un terme pour une simple question d’endurance, mais j’étais tout de même ravie d’avoir pu échanger ces quelques coups avec lui.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa

Dim 16 Sep 2018 - 15:38
Hisa semblait être fière de l'avoir ne serait-ce qu'égratigner, la fougue voir la naïveté de la jeunesse. Un combat ne s'arrête généralement que lorsque la vie de son adversaire est ôtée. Elle était encore jeune cela dit malgré un âge très peu avancée cette dernière avait une réserve de chakra fort importante, il ne pouvait que l'admettre.

Toujours tel un félin sa jeune cousine avait esquiver avec une certaine grâce et agilité sa première lame de vent, cependant, la deuxième avait eu l'occasion de connecter sa cible, bien que très peu, la jambe droite de sa cousine avait été lacérée. Musashi le voyait aisément à travers ces mouvements beaucoup moins fluide que précédemment, elle était à court d'endurance ou y arrivait en tout cas. Elle avait absolument tout donner pour esquiver, en contrepartie, ces offensives n'avaient que très peu connecter. Après avoir perdu l'équilibre, cette dernière se relevait avec une certaine difficulté. Elle voulait continué..

Mais Musashi de pars son expérience le voyait, elle sera incapable de continuer de la sorte. Elle tenta de forcer ces limites mais en vain, un éclair argenté apparut sur la lame le temps d'un instant avant de se dissiper. Elle avait forcement compris maintenant et c'est là où tout se joueras. Allait-elle continuer ou préférera t'elle renoncer et ranger ces armes ? La réponse à ses interrogations n'allait pas tardé à arriver. Déception. C'était le sentiment qui était apparu en premier lorsqu'il vue les lames rentrer dans leurs fourreaux.

Entraîne toi plus durement. Bientôt, nous nous reverrons sois prête à ce moment là.

À peine avait-il fini de parler qu'il se retourna et décida de s'en aller. Laissant seule sa cousine. Il y aura de toute évidence une suite à cet échange.. Du moins d'après le samouraï.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3997-vagabond http://www.ascentofshinobi.com/t4144-topic http://www.ascentofshinobi.com/u726

Un Samourai au petit-déjeuner

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: