Derniers sujets
Partagez | 

Allons voir ce qu'il se fait de beau dans les bas-fonds de la brume


Jeu 6 Juil 2017 - 0:21


...

Quel épais brouillard qui régnait ce jour-là. Il faut dire qu’en ces lieux ce genre de condition n’était pas une surprise, toujours ce territoire semblait veiller les morts, une ambiance des plus froides et terrifiante accompagnée d’un silence plat. À cette heure-ci il faisait généralement jour, du moins dans la plupart du reste du monde, mais ici les rayons du soleil ne parvenaient pas à passer au travers de cette brume.

J'étais là, seul, à attendre devant cette arche qui, par défaut de porte, représentait l'entrée de la sanglante Kirigakure. En réalité, je n'avais aucune vision sur comment se portait les autres villages cachés dans les pays avoisinants. Je me contentais des paroles et ouï-dires qui parlaient de civilisations où la criminalité n'existe pas ou presque. Nous étions à tel point accoutumés à un tel contexte que l'on avait du mal à imaginer que la paix puisse réellement exister.

J'étais donc là, seul, à attendre. Premier arrivé avec disons-le, avec une belle avance. Car en ce jour où le soleil se faisait timide, j'allais enfin commencer ma première mission officielle en tant que Genin de la brume. Sans instructeur, faute d'organisation et certainement de moyens, c'est entre Genin que l'opération allait apparemment être accomplie. J'imaginais qu'ils n'allaient pas nous envoyer au casse-pipe au vu du rang de la mission mais j'en resté victime de l'impatience. Adossé à l'arche, j'attendais donc, seul.

J'étais aujourd'hui habillé dans le plus modeste habit et avec comme seul arme, un kunai camouflé dans mes cheveux. Mon bandeau resté chez moi, c'est dans l'anonymat que nous devions agir. A la manière de shinobis spéciaux, mais sans tout les attraits et le prestige en soit.

Les feuilles des arbres aux alentours crissaient sous le touché de la brise et au loin l'on pouvait voir deux félins se disputer un territoire à base de mimiques faciales et de mouvement de queue. L'ennui avait cela d'attrayant de nous forcer à nous focaliser sur les petits détails de notre environnement. On pouvait alors se rendre compte que la gardienne de l'arche, n'était pas vraiment une "gardienne" et que le printemps pointait le bout de son nez. Enfin bref, je m'emmerde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Jeu 6 Juil 2017 - 12:20
Ah ! C'était le grand jour ! J'allais enfin passé la seconde étape de ma vie de shinobi que j'avais tellement attendu : Ma première mission ! J'avais hâte de partir à l'aventure avec deux confrères de mon village qui seront très certainement de fidèles alliés ! Je déconnes. Autant j'étais pas forcement contre le fait de partir en mission parce qu'il faut bien gagner son pain, autant avoir deux inconnus dans les pattes ça m'enchantais très moyennement. Enfin, on nous avait assigné à une mission de contrôle des activités illégales donc d'un autre côté j'étais bien content de pouvoir y participer histoire que je puisse limiter les dégâts dans les deux camps. Parce qu'on commence à les connaître les malfrats du Pays de l'Eau, ils seraient prêts à s'attaquer au monde pour prouver qu'ils en ont dans le pantalon alors autant éviter une confrontation directe avec des ninjas qu'y leurs botteraient sévèrement le derrière.

Avant de quitter mon chez-moi, j'ai jeté un œil par la fenêtre... Temps de merde. Le brouillard c'est pas pratique pour la reconnaissance. Je me dépêchais de faire mon sac : Des vêtements de rechange au cas où, de quoi me nourrir mais pas d'armes. Quoique... Par précaution, j'enroulais ma boucle de ceinture marqué du symbole de la brume ainsi qu'un kunaï dans une serviette soigneusement pliée au fond de mon sac puis je suis sorti, il s'agissait malgré tout de pas être en retard.

J'arrivais bien vite aux portes du village, le premier en plus. Ou plutôt c'est ce que je croyais. Y'avait un gamin qui était posté contre le mur et qui arrêtait pas de lancer des regards insistants et, même si j'ai l'habitude d'attirer l'attention des morveux avec mon œil en moins et ma drôle de gueule bi-colore, celui-là me paraissait... Différent. Il m'a pas fallut bien longtemps avant de réaliser que c'était l'un de mes coéquipiers, génial ! Un pleurnichard pour aller baigner dans les endroits craignos de Mizu no Kuni... Je me redressais de ma position appuyée contre le mur, je m'équipais de mon plus beau sourire et je m'approchais de lui.

- Salut gamin ! Sacré temps hein ? Je lui donnes une petite tape sur l'épaule. C'est le grand jour, pas trop stressé ?


Dernière édition par Metsu Jin le Sam 22 Juil 2017 - 15:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Sam 22 Juil 2017 - 3:13
Certes je suis un génie, un shinobi d’exception et un être dotée d’une modestie fantastique mais tout de même ; ils auraient pu y aller mollo. Pour une première mission, me voilà contrains de quitter le village afin d’arpenter je ne sais trop quelle bourgade. L’objectif ? Recenser les activités illégales menées en ces lieux. Ces maudits fonctionnaires n’auraient pas pu m’envoyer chercher un chat, cueillir du maïs ou je ne sais trop quelle céréale dégueulasse cultivée au pays de l’Eau ? Ah bah non. Bien sûr. C’est Shinichi, mettons lui tout de suite une mission dont l’énoncé le fera paniquer, c’est plus drôle. Lire cet ordre de mission me donne l’envie de jurer tel un bûcheron et c’est par conséquent ce que nous allons faire. Attention, âmes sensibles, abstenez-vous : Diantre, sacrebleu, Bordel à queues même – je ne sais ni ce qu’est un bordel ni ce que signifie cette expression mais j’ai entendu un homme borgne vociférer ces mots et je suis prêt à parier que c’est vulgaire !

Après m’être insurgé, je pousse un soupir et me prépare à quitter mon domicile. Aux dernières nouvelles il est interdit de refuser une mission sans motif valable et je doute que prétexter une maladie ou une infection soit une bonne idée. J’avance à reculons et chante quelques mots de ma belle voix fluette :
▬ La li la lou la li la laaaaaa ♫.

Un homme sort de son échoppe et me somme de, je cite : « fermer ma putain de gueule ». Je suis en tout cas ravi de voir que les Kirijins sont de bon humeur en cette brumeuse journée. Après m’être tu conformément aux exigences de la plèbe, je songe à apporter quelques douceurs à mes collègues du jour. Car oui, il faut savoir que je ne saurais pas seul pour effectuer cette obscure besogne. Les hautes instances du village ont jugé bon de me refourguer deux sous-fifres. Enfin je veux dire … Deux acolytes ! Ainsi j’entre dans une boulangerie et ressors de cette dernière avec trois pains au chocolat – ou chocolatine pour les sombres métèques usant de ce terme barbare.

Crevant la dalle comme un chien que l’on aurait volontairement affamé depuis des semaines, je mange les trois pâtisseries en cours de route. Bientôt, je me retrouve en face de mes deux collègues avec un sachet vide et le ventre un poil trop plein. Ah et inutile de préciser que je suis en retard, la faute à ce petit détour du côté de la boulangerie.
▬ Bien le bonjour à vous camarades et amis. Je m’excuse pour ce léger retard, j’ai été occupé à … A …
J’observe à nouveau ce sachet vide et le jette « discrètement » par dessus mon épaule.
▬ Peu importe. Le passé est passé comme dirait l’autre. Où sommes-nous censés aller déjà ? J’ai lu l’ordre de mission mais n’ai pas pris soin de noter l’itinéraire ni le nom du village où nous devons nous rendre.
En fait je n’ai rien noter du tout. C’est tout juste si j’ai lu cette lettre qui m’a aussitôt servi de papier hygiénique.

Soit dit en passant je n’aurais pas du m’enfiler autant de pain au chocolat. J’ai mal au bide et ai envie de boire dorénavant. Je balaie du regard les environs à la recherche d’eau mais aucune source potable ne se trouve à proximité. Il n’y a que nous trois, un mur, cette arche, quelques félins et la gardienne. Youhou. Oh et il est important de noter que j’ai un collègue sacrément moche. Mais genre vraiment vraiment moche. Tellement moche que même ma sœur Feng en comparaison est belle. C’est dire l’étendue des dégâts.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 27 Juil 2017 - 21:10
...


Alors voici la fine fleur du village ? Un folâtre saltimbanque et un éborgné se complaisant à croire qu'il était un ancien. murmurait ses pensées tandis qu'il se redressait. Du premier coup d’œil il était donc constatable que le montage de cet équipe était à la hauteur de l'importance de la besogne demandée. Un travail de crétin pour des crétins. Soupirant son aigreur, Kasanagi prenait quand même le temps de faire les salutations basiques équipé d'un fin sourire artificiel dont il avait le secret. Il comprenait que ce n'était pas en jouant le polisson acide que le temps passerait vite et qu'il se décrocherait rapidement de ses coéquipiers.

D'un signe de tête ils se mirent alors en marche vers le village à quelques lieux qui leur avait été désigné. La route ne serait pas bien longue lui avait-on dit, mais y repensant, les mots des autorités les ayant missionner sonnaient comme s'ils se fendaient la pêche d'envoyer au bizutage des petits genins. Qu'importe, le temps serait bien trop long si il était effectué dans le plus grand des silences. Portant son regard sur ses coéquipiers, Kasanagi prit la parole d'un ton enjoué qui ne lui était pas familier :
« En passant, je suis Yuki Tetsuko, le Gardien des Épéistes. Enchanté. »
Il était clair qu'il avouait lui-même le paradoxe d'être un gardien non présent dans la demeure à garder, mais en repensant à l'allure guillerette de l'un, et au handicap si rocambolesque de l'autre, la situation perdait tout d'un coup son sérieux. Au final, il se rendait compte que ses petits problèmes n'en étaient pas vraiment et qu'il fallait s'estimer heureux de ne pas être comme eux. Il y a donc une justice dans ce monde.. Mais une question subsistait tant bien que même et c'est avec un regard intense que Kasanagi comptait trouver réponse. Comment ce gueux s'en était-il pris pour perdre sa mirette ? Mon dieu, quel malheur avait-il pu commettre pour que le karma le châtie d'une trogne si vilaine ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Ven 28 Juil 2017 - 11:48
« Yuki Tetsuko ? Je suis Metsu Jin. C'est bien que tu sois un Yuki, ta maîtrise de la glace nous sera sûrement d'une grande utilité. Et puis si en plus tu es le gardien des Sabreurs, tu dois être très puissant. T'es quoi ? Un Chuunin ? Un Jonin ? Personnellement, mon Taijutsu est plutôt correct, le reste est en cours d'amélioration. »

Beurk. Déjà qu'à la base j'étais pas enchanté à l'idée de devoir me trimbaler un gosse, celui-ci représenté tout ce que je détestais. Il possédait non seulement un pouvoir trop dangereux pour le laisser entre les mains de n'importe qui mais en plus, il avait très certainement une épée tout aussi puissante. Un mélange entre le clan des cons et le groupe des prétentieux ça ne pouvait certainement pas donner un bon résultat. Y'avait de grandes chances pour qu'il finisse par prendre des grands airs de "sauveteurs de Kiri" comme ses congénères, surtout dans une mission comme celle-ci. Et le pire dans cette histoire c'est qu'à côté du deuxième abruti qui nous avait rejoint, ce Tetsuko semblait être un bon allié. J'étais vraiment mauvais au point qu'on m'assigne en tant que baby-sitter ? A ce rythme, je m'attendais plus à démanteler un réseau de trafic illégal de bonbons qu'autre chose.

« On devrait peut-être discuter de notre stratégie, nan ? Si vraiment on veut fouiner en profondeur dans le crime, je suis pas certain qu'on nous laisse faire tranquillement avec deux enfants. Quoique, au pire, vous savez vous métamorphoser ? »


Il était d'ailleurs grand temps de commencer à s'inquiéter sur notre manière d'aborder la mission car notre destination commençait à se dessiner à l'horizon. Le village était certainement un endroit de passage relativement fréquenté à en juger par les deux chariots de commerce qu'on apercevait plus loin sur le chemin. Le bourg était entouré de palissades de bois aux bouts taillés en pointes. Une installation fort commune dans le pays de l'eau, c'était un moyen simple et efficace de se protéger des attaques extérieures.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Ven 28 Juil 2017 - 13:06
Un de mes collègue s’avère être un membre de ma famille. Du moins en théorie. D’après ses dires, il est aussi lié au clan des sabreurs de Kiri et est même le gardien des épéistes. Allez savoir ce que ce titre implique mais il est classe. Je veux le même. Ouais, moi aussi je veux être un gardien de la glace sacrée, un protecteur du temple shrabadoumbadabidou ou une connerie du genre. Je vais en parler à mes parents une fois de retour de mission tiens ! Mon autre coéquipier se présente à son tour et j’imagine que c’est désormais à mon tour de dire quelques mots sur ma personne. Ceci-étant et afin de me donner un air solennel, je me racle la gorge et entame.
▬ Moi je suis Shinichi, seigneur de la glace impériale, aventurier de la nuit sombre, défenseur du pays de l'Eau et accessoirement dévoreur de pains au chocolats.

Ça c'est du titre qui claque. Je veux qu'on marque ça sur ma tombe ! Ah et histoire que ce soit clair :
▬ Avant que tu demandes, je suis genin et nul au combat. Mais t'inquiète, j'ai d'autres qualités ! Il suffit de les trouver hum hum.
Blague à part, je suis plutôt intelligent par moments. Il m'arrive d'avoir des éclairs de génie. D'ailleurs j'en ai un là. Enfin ... N’exagérons rien, c'est tout simplement du bon sens. Chose qui manque parfois à nos amis Kirijins et qui semble faire défaut à mon hideux collègue.
▬ Je sais me transformer mais je ne le ferai pas. Avoir treize ans a des avantages. Les gens ne s'attendent pas à ce qu'un gosse idiot d'à peine un mètre cinquante aille répéter leurs plans machiavéliques aux autorités du pays de l'Eau. Et t'inquiète, je joue très bien l'idiot !
En fait je n'ai pas besoin de jouer. Je fais suffisamment de conneries sans le vouloir. Quoiqu'il en soit, le village nous fait face.
▬ Je suis d'avis qu'on ferait mieux de se séparer. Trois personnes ensemble, ça pue les shinobis à plein nez. Vous pouvez constituer un duo si vous le voulez. Faut dire que vous faites un beau couple en plus ! Moi j'vais sillonner les rues à la recherche d'informations. Vous en faites pas, je JOUE TRÈS BIEN L'IDIOT. Bon par contre on se retrouve dans une heure ou deux à l'entrée du village hein ! J'entre en premier, vous attendez là et entrerez dans trente minutes. Si on arrive ensemble, on peut se faire griller !
Sur ces mots, je m'avance seul et chantonne à nouveau une comptine pour enfant.
▬ La la li la louuu, la li la laaaaaa ♪

Ah et j'ai encore soif. Et même un peu faim dorénavant. Je crois qu'avant d'enquêter, je vais partir bouffer un truc. J'ai trois pièces, c'est suffisant pour acheter un pain au chocolat. Ou un croissant. A voir ce qu'ils vendent par ici.

_________________


Dernière édition par Yuki Shinichi le Dim 30 Juil 2017 - 20:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 30 Juil 2017 - 9:39
...


A cause d'un soucis technique ayant entrainé la pure suppression, le jeune Kasanagi, d'une faible constitution à ce moment de crise, n'a plus aucune trace de ce RP.

En voici donc un bref résumé :

Blabla avec Jin, une larme à l'oeil et voilà. Ils attendent à présent un instant ensemble.

_________________


Dernière édition par Kirigakure no Kasanagi le Mar 1 Aoû 2017 - 21:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Dim 30 Juil 2017 - 19:46
Ah, pas de bol. Je l'avais bel et bien taquiné sur sa position de "gardien" que je trouvais peu crédible à accorder à un genin de 12 ans mais j'aurais pas cru que ça pouvait exister, un Yuki qui maîtrise pas la glace. Je l'avais plus ou moins cherché donc j'avais évité de répliquer à son tacle même si je lui aurais bien montrait mon Taijutsu à grands coups de gifles dans sa gueule d'avorton mal élevé. A peine le temps de me réjouir sur la proposition de se séparer que je me retrouvais en groupe avec Tetsuko. J'hésitais à retenir l'autre gosse à qui je ne faisais aucune confiance puis je me dis qu'au final on s'en sortirait bien mieux sans un débile profond dans les pattes, peu importe ce qu'il comptait faire, qu'il aille le faire loin de moi.

« Tu crois que la maîtrise de la glace fait de lui un digne successeur ? » Lui dis-je en pointant du menton Shinichi qui disparaissait au loin en chantant comme un attardé. « Je vois ce que tu veux dire quand tu parle d'être défavorisé » Je souris en pointant du doigt mon œil. « Et tu veux savoir ce que j'en pense ? J'en doute, mais je vais te le dire quand même. C'est notre handicap qui fait notre force. Regardes toi, t'as beau être un sans-pouvoir, je suis sûr que ta position de gardien te donne un rôle plus enviable que celle de la majorité des Yuki. Tu serais devenu sabreur si t'avais hérité du Hyôton ? Pas sûr. Si j'avais pas perdu mon œil, qui sait ce que je serais devenu ? Très certainement pas un ninja, et pourtant, me voilà aujourd'hui prêt à changer le monde. » Je rit à ma propre phrase avant de reprendre « C'est ça qui m'a donné un but, une raison d'être. C'est vrai que du coup j'ai un champ de vision pourri et une sale gueule, c'est ce que tu pense, je me trompe ? Et pourtant je te le dis Tetsuko, cette sale gueule finira par être connue dans le monde entier ». Je finissais ma tirade avec un fin sourire sur les lèvres.

« Bon, on s'y met ? » Je tapais un coup dans mes mains comme pour lancer le mouvement. Notre troisième compère avait totalement disparu de notre champ de vision. Je mettais donc un premier pas dans le village et empruntais ensuite une route opposée à celle qu'il avait prise. Honnêtement, je n'avais aucune idée d'où aller et je marchais en espérant tomber sur une bonne opportunité. J'avais en tête de trouver une auberge ou un truc du genre pour discuter avec les commerçants des derniers ragots du coin. Cela dit, tomber par hasard sur une conversation entre les deux commères du village aurait été une toute aussi bonne alternative.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Lun 31 Juil 2017 - 0:08
À défaut d’avoir des croissants ou des pains au chocolat, le pâtissier du coin à des pains aux raisins et même – vous n’en croirez pas vos oreilles – des pains à la crème ! Et ça c’est beau, parole de Yuki. J’achète un de ces fameux pain et le mets aussitôt dans ma bouche.
▬ Hum. C’est trop bon.
J’en veux un autre. Seul problème, je n’ai plus d’argent. Si j’avais su, je serais venu avec quelques ryos supplémentaires. Je me tourne et cherche un de mes partenaires. Ni Jin ni Tetsuko n’est là. Dommage. Si cela avait été le cas, je leur aurais emprunté quelques pièces histoire de pouvoir goûter ce pain au raisin.

Tel un enfant de cinq ans, je fouille dans mes poches et dans mon porte-monnaie afin de trouver une petite pièce qui se serait perdue par hasard. Malheureusement je ne trouve aucun ryo et une moue triste se dessine sur mon visage. Ceci n'échappe pas à un inconnu qui s'approche et me demande :
▬ Tu as besoin de combien, petit ?
Ce trentenaire blond est plutôt gentil ma parole. Je ne pensais pas qu'il viendrait me proposer son aide. Ce n'est pas commun mais puisqu'il demande si gentiment, profitons de la naïveté de cet individu :
▬ Quarante ryos. Je veux acheter ça et ça. Et puis peut-être ça aussi.
Je pointe du doigt différentes viennoiseries que l’inconnu finit par m’acheter. Wow. Il est vraiment con ce monsieur. J’imagine qu’il est riche. En tout cas il apparaît comme quelqu’un de plutôt fortuné. Il est plutôt bien habillé, est grand, a de belles dents blanches et des lunettes élégantes. Tandis que je m’enfile les friandises une à une, je demande la bouche pleine :
▬ Dites …Nom nom … C’est vachement … Nom nom … gentil de votre … Nom nom … part de m’acheter tout ça. Vous êtes une sorte de bienfaiteur de l’humanité ? Un sauveur pour tout les petits enfants désireux de manger des pains au chocolat ou bien ? …

L’inconnu sourit, rigole et finit par rétorquer :
▬ On peut dire ça comme ça, oui. Tu veux manger autre chose peut-être ? Je connais une pâtisserie qui vend des gâteaux régionaux exceptionnels. As-tu déjà mangé des millefeuilles glacés aux framboises ?
QUOI ? Cette chose existe ? Pour de vrai ? Mes yeux s’illuminent de milliers d’étoiles tandis que je réponds par la négative à mon interlocuteur :
▬ Oh j’en veux. C’est où qu’on vend ces trucs là ?
Et en moins de temps qu’il en faut pour dire : « ouistiti » je suis l’inconnu. Ce dernier m’emmène à la périphérie de la ville, nous traversons quelques ruelles peu fréquentées et au détour d’une d’elle … Pouf. Je reçois un coup dans la caboche et tombe aussitôt dans les pommes. C'est ma faute en un sens. J'aurais dû me douter qu'un millefeuille glacé à la framboise, ça n'existait pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 1 Aoû 2017 - 21:30
...


Les mots du Genin borgne sonnaient tel un discours empli de force et de grandeur. C'est à ce moment là que Kasanagi ne le percevait plus comme un adolescent au visage estropié mais comme un shinobi noble et éloquent. Reprenant leur route, le duo ne tardait pas à rattraper les pas de Shinichi et à atterrir au petit hameau, cible de leur mission. Baissant le regard au moindre passage, ils sondaient d'un œil discret attentif les alentours en gardant profil bas.

Ne retrouvant pas la moindre trace de leur confrère, Kasanagi se retournait vers son compère l'air intrigué, confus de la tournure bizarre que prenaient les événements.
« On continu solo ? » ruminait-il.
Il fallait dire que la situation n'était pas idéale. Ils n'étaient à présent que deux et devaient ajouter en plus des tâches de leur mission le devoir de retrouver un disparu au bataillon. La mission était à peine démarrée qu'elle démarrait déjà avec un objectif imprévu.

Soupirant une nouvelle fois son déluge de fatigue, Kasanagi scrutait le ciel afin de quémander conseil au bon dieu de cette terre. Mais il semblait que même lui n'avait pas accès aux voies impénétrables de la connerie profonde de Shinichi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Mer 2 Aoû 2017 - 15:36
« T'as vraiment cru que cet abruti aller avoir une quelconque utilité lors de cette mission ? C'était couru d'avance qu'on devrait bosser sans lui. On continu pas solo, on reste solo c'est différent. »

La situation semblait préoccuper mon partenaire tandis que j'étais des plus calmes. J'étais presque content qu'on se soit débarrassé de ce poids -bien qu'il se soit débarrassé tout seul- si ce n'était qu'au fond de moi, je craignais qu'il ne se mette à dévoiler au premier venu d'où il venait et quelle était la raison de sa venue dans ce village. Nous décidions de reprendre notre chemin à la recherche de l'auberge la plus proche, les rues étaient étonnement vides à l'exception de quelques rares passants. Contrairement à Kiri, on entendait aucun enfant crier et s’agiter dans les rues. Étrange d'ailleurs car la brume de ce matin c'était petit à petit dissipée pour laisser place aux quelques premiers rayons de soleil de ce début d'après-midi et on aurait pu s'attendre à trouver au moins une poignée de gosses dans les aires de jeux ou jouant à la marelle en pleine rue. Je m'apprêtais à faire part de mes réflexions à ma partenaire quand une conversation entre deux femmes d'une bonne quarantaine d'années interpella notre attention, juste devant une échoppe de bibelots et porte-bonheur en tout genre.

« Sept ? Déjà ?! Ca me retourne l'estomac. J'en frisonne. Sept petites bouilles d'anges portées disparues en quelques semaines. »


« Mes enfants ont beau faire la tête toute la journée, je le dis, hors de question qu'ils mettent le pied dehors ! Et puis ces ninjas incompétents ! Tu crois qu'on nous aurait envoyé de l'aide ? Que nenni ! »


J'échangeais un court regard avec Tetsuko. Visiblement, on était sur la même longueur d'onde, c'était là notre première piste sérieuse après avoir écumé le village pendant une bonne heure. Nous décidions de nous approcher des deux femmes une fois leurs emplettes finies pour en apprendre un peu plus sur cette histoire.

« Bonjour Mesdames excusez-moi de vous importuner mais je viens d'arriver ici avec euh... » Je baissais le regard sur le gardien qui, à en jugé par son air dubitatif, n'était pas bien convaincu par mon approche. « Mon... mon petit frère ! Oui, bien entendu ! Héhé, mon petit frère. Et je dois avouer que votre histoire d'enlèvement me donne froid dans le dos. Vous pourriez nous expliquer ? ». Elles hésitèrent pendant quelques secondes en se regardant l'une l'autre puis respectivement moi et enfin Tetsuko, pas étonnant, elles devaient se demander comment un homme si droit et bien élevé comme moi pourrait être le frère d'un enfant malpoli qui ne leur a même pas dit bonjour.

« On va tout vous dire ! Il faut protéger cette belle petite bouille » dirent-elles en cœur, tout en pinçant chacune une joue de l'épéiste, prenant bien soin de les étirer en un sourire.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Mer 2 Aoû 2017 - 22:07
Trois à quatre heures plus tard.
▬ Argh.
J’ai mal à la tête. D’ailleurs je sens quelque chose couler le long de mon front. Un liquide froid. Ça pique. Je crois que je saigne. Ma tête est accolée au sol et j’ouvre les yeux avec difficulté. Il fait noir là où je suis. Je me lève, tends mes mains vers l’avant et sens bientôt mes dextres entrer en contact avec des barres d’acier.
Je suis dans une cage. J’inspire et expire un bon coup avant de faire quelques pas à gauche puis à droite. Ma cellule est petite et je suis seul dedans.

▬ T’es réveillé ?
Ce garçon qui me parle ; c’est un enfant. J’imagine qu’il est lui aussi enfermé dans une cage.
▬ Je crois bien. On est où ?
▬ Aucune idée. Ils m’ont eu alors que je traînais dans le parc. Ils ont utilisé un gaz spécial et quand je me suis réveillé, j’ai atterris ici. Il fait sombre, je ne vois rien.
▬ M’ouais … Il fait sombre. Je ne vois rien non plus …
Heureusement ces idiots n’ont pas jugé bon de me droguer ou de me ligoter. Je peux utiliser mes mains, malaxer mon chakra et utiliser des techniques shinobis. Ceci-étant, je pense pouvoir sortir de là. Enfin je crois … En fait je n’en suis pas certain. À part utiliser des techniques de déstabilisation et de repérage, je ne sais rien faire. Si encore je maîtrisais la fameuse technique du dragon aqueux, je pourrais faire sauter ces barreau mais là … J’ai bien peur qu’il n’en est rien. À moins que … Eurêka, j’ai une idée.
▬ Je vais nous sortir de là.
Je m’avance, plaque mes mains sur les barreaux et tente de les geler. Je fais souvent ça avec le sol de sorte à le rendre plus glissant. J’imagine que si je réussis à glacer ce bout de métal, il sera moins solide et plus enclin à se briser comme du verre.
▬ Allez, allez, s’il te plaît.
▬ Hey, tu fais quoi ? Si tu sors, fais moi sortir de là, je t’en prie.
▬ Ouais ouais, je le ferai mais tais toi ou ils vont nous entendre. Et autant te dire que s'ils nous entendent, on est dans le caca.
Je continue le procédé et sens le barreau que je tiens entre mes mains devenir de plus en plus fébrile. Plus qu’un peu et je pourrais le casser en un coup de poing. Allez, juste encore un peu.
▬ J’entends du bruit, quelqu’un arrive.

Eh merde. Le sort s’acharne contre moi. C’est maintenant qu’un garde décide de rappliquer, vraiment ? Si un homme pointe le bout de son nez et allume la lumière, il verra le barreau à moitié gelé et comprendra bien vite que je suis un shinobi. Je dois vite casser ce bout de métal et sortir avant qu’il ne se pointe.
Les pas se font de plus en plus insistants. Je commence à les entendre moi aussi. Bientôt la porte s’ouvre et la lumière s’allume.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 4 Aoû 2017 - 1:36
...


La scène était particulière et particulièrement agaçante pour le jeune Kasanagi qui faisait face à deux ennemis qu'il ne pouvait pas vaincre : Les matriarches. Ses joues caoutchouteuses ruminaient le désespoir de la situation. Une larme nerveuse fit son chemin tandis que le jeune shinobi peinait à se détacher de l'étreinte des deux femmes. Et pendant qu'il bataillait comme un petit diable afin de ne pas leur donner ce sourire qu'elles désiraient tant, celles-ci, totalement déconnectées de la situation tapaient un bout de causette avec le borgne qui démontrait une conscience professionnelle exemplaire malgré l'absence totale d'assistance envers son collègue.

Les indications étaient données et c'est avec deux nouvelles joues meurtries d'affection maternelle qu'il suivait son camarade à travers les ruelles de Kiri.

Pour des civils, la situation actuelle du village était un réel mystère. Mais c'était sans compter sur l'agilité mentale soutenue des genins kirijins qui leur permit après quinze longues minutes de recherche de... ne rien trouver, ou presque. Les détectives en herbe butaient sur un problème de taille, en effet, le seul témoin apparent des scènes de disparition, un vétéran décrépi, partageait un trait commun avec Jin : le handicap. Si le vieux sénile avait pourtant bien ces deux globes oculaires, il lui manquait cependant un outil particulièrement utile pour toute enquête : La parole. Et c'est devant une bouche béante, ténébreuse de par l'absence totale de dentition, que les deux shinobi allaient devoir user d'ingéniosité.

Mais encore une fois, c'était sans compter sur le génie incomparable de Tetsuko qui proposa d'échanger de manière écrite avec l'individu. Là, l'équipe faisait face à un deuxième défi de taille : Trouver un papier, de l'encre et une plume.

Après une longue quête annexe les ayant ramener une nouvelle fois vers les deux mégères, ils pouvaient alors se présenter devant le vieux témoin avec tout l'équipement nécessaire pour mener une prise d'information digne de ce nom.

Posant les premières questions et tendant la feuille à l'individu, c'est après une bonne minute de silence qu'ils eurent un troisième moment d’illumination : L'enfoiré ne savait pas écrire. Le monde semblait s'écroulait tandis que les comparses se contorsionnaient devant la difficulté de la mission. Dans un moment de lucidité et de désespoir, Kasanagi se retournait vers Jin afin de lui faire part de son ingéniosité perverse :
« Au pire... On dit qu'on a rien vu, rien entendu, que le village est clean, et que Shinichi a déserté comme un fils de lâche. Fin de mission, on rentre peinards. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Ven 4 Aoû 2017 - 12:12
« Franchement, je vais pas te cacher que ce serait très cocasse et amusant de voir tous les Yuki partir justement à la chasse au Yuki déserteur mais malheureusement, Shinichi n'est pas la seule victime de ces enlèvements alors on a pas le choix que de de continuer. »

Je me tournais ensuite vers le vers homme en me touchant le menton pour cherchais une solution. Éclair de génie ! « Vous pourriez nous le dessiner ? » Le vieil homme acquiesçait frénétiquement avec un grand sourire, apparemment, le dessin c'était son rayon ! Pas étonnant, il fallait bien gagner sa vie et s'il ne savait ni parler, ni écrire, il y avait de bonnes chances qu'il sache dessiner correctement. Le voilà parti, se posant contre le mur pour avoir un appui, il se met à faire danser son crayon sur le papier comme un véritable artiste. Concentré et attentionné, il est absolument imperturbable, si bien que mon compagnon et moi étions obligés d'attendre pendant plusieurs dizaines de minutes, peut-être même une heure, avant de finalement voir son chef d'oeuvre. Gros blanc, Tetsuko et moi partageons de longs regards à mi-chemin entre la rage et l'hilarité. « Au moins on reconnaît Shinichi et sa tête de simplet c'est déjà ça, non ? ». Je n'avais pas l'air d'avoir convaincu mon binôme. En même temps, il fallait avouer qu'un manchot aurait certainement réussit des dessins plus clairs...

Bravo l'artiste.:
 

On avait dû prendre au moins cinq bonnes minutes avant de comprendre ce qu'il c'était passé : Shin n'avait pas d'argent pour se payer à manger, un homme lui a offert de l'argent et notre compagnon l'a ensuite suivit. Là, il s'est fait assommer et emporté par ce même gars. Au vue des hochements de tête de notre indique quand je lui ai raconté ce que je pensais avoir compris, j'avais fait mouche. C'était exactement ce qu'il venait de se passer. Parfait, il ne nous a pas fallu beaucoup plus longtemps pour convaincre le muet de nous montrer l'endroit où le Yuki avait été assommé.

Nous voilà donc dans une petite ruelle sombre à l'abri des regards indiscrets. Sur le sol gisait une planche de bois inanimée ainsi qu'une véritable oeuvre d'art : Une peinture en chocolat des fesses de Shin sur le sol en pierre. Heureusement pour nous, ce goinfre devait se balader avec les poches pleines de gourmandises et en tombant sur le sol, il avait laissé sa trace. Cette peinture de popotin s'étirait en deux traînées côte à côte qui amenaient jusqu'au mur le plus proche et ensuite, disparaissaient.

« Merde, où ils ont bien pu l'emmener ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Dim 6 Aoû 2017 - 18:42
...


Alors voici la situation dans laquelle le bouffon bleu s'était terré.
Un sentiment de honte me traversait le corps tandis que je me couvrais le visage et les yeux avec la paume de ma main pendant un bref instant. Qu'il est con, ce con... J'avais envie de fuir, de quitter cet endroit et de n'avoir jamais connu mon frère de sang, Yuki Shinichi, aka, fanfreluche. Accompagnant mon confrère borgne, nous traversions les ruelles, attentifs à ce tracé sucré -certainement non désiré- qui nous amènerait à la piaule où il se terre à présent. Une ruelle, un virage, une impasse, un demi-tour, un autre virage et après quelques minutes de pistage nous tombions nez-à-nez avec le dernier barrage. On pouvait sentir quelques malandrins inoffensifs portant leurs mirettes sur nos silhouettes.

Un rapide coup d’œil et Jin m'indiquait une légère fente visible sur le mur. Nous avions affaire à une porte camouflée et étions donc bel et bien au bon endroit et déjà repérés. Mais qu'importe, nous n'étions que des genin, eux n'étaient que des brigands. Le temps n'était plus à la traque ni à la discussion, ils avaient eu l'audace de prendre un des nôtres, il allaient devoir faire face aux conséquences de leur faute.

Quelques mudras et mon poing apposé au sol semblait attirer le roc contre lui. D'un signe de main je fis comprendre à Jin de reculer quelques peu et de se tenir prêt. Le choc fut brutal et notre entrée fut aussi fracassante que bruyante. D'un coup de roche la pierre du mur était éclatée, et c'est moult rochers qui vinrent faire la connaissance des fripouilles qui, au seuil de leur repère, guettaient notre arrivée. La suite des choses n'en fut que très simples : Incompétents, ils étaient condamnés à encaisser chaque choc causé par le taijutsu fougueux de Jin. Ils n'étaient bon qu'à ça, être le réceptacle de notre animosité, être les victimes de l'exaspération que Shinichi nous avait causé.

Soudain, alors que je m'apprêtais à ouvrir la prochaine porte, c'est par coup de pied frontal et féroce, venant de Jin, qu'elle fut projetée dans la pièce à explorer. J'étais là, ébahi, et le temps d'un instant je pouvais apercevoir dans cette pièce qui semblait être une cellule, une porte volante qui faisait son bout de chemin droit en direction d'un prisonnier apeuré étrangement reconnaissable.
« OH LE CON ! »

Technique utilisée:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Lun 7 Aoû 2017 - 0:47
Allez petit barreau. Sois gentil. Je cogne une barre métallique avec mon poing, sans grand succès. Malgré mes efforts la prison tient encore debout. Les bruits de pas se font de plus en plus insistants et je crois entendre du grabuge en haut. Bientôt, un homme entre conformément aux dires de mon collègue prisonnier et … Et une porte vole en ma direction alors que je réussis à casser les barreaux composant la prison.
▬ Ah maman !
La porte fuse dans ma direction et atterris bientôt sur ma face. Ça fait mal.
Très mal.
J’aurais peut-être mieux fait de ne rien ouvrir. Je crois que mon nez est cassé. Je suis sûr que j’ai une sale gueule maintenant. Peut-être pas aussi dégueulasse que celle de Jin mais pas loin. D’ailleurs en parlant de ce sombre individu, il est le responsable de cet odieux lancer de porte.
▬ Mais t’es complètement maboule ma parole. Hey c’est pas parce que la nature ne t’a pas gâté que tu dois te venger sur tes collègues qui ont eu un peu plus de chance que toi, non d’un chien. Regarde mon pif ? Je suis sûr qu’il est tout tordu. Je vais mourir. J’arrive même pas à respirer. Ah je suffoque. Ah … Misère, je meurs. Je perds le flux éternel de mon âme. Et …
Et en fait je vais très bien. J’ai plus mal. Ça saigne un peu mais ce n’est rien. Et fort heureusement je n’ai pas le nez tordu. J’ai pu vérifier ce fait en créant un petit miroir de glace. Parce que oui je suis peut-être nul mais je connais mes bases ! Être capable de forger un miroir en un instant, c’est important pour un Yuki ! Plus important encore que briser les barreaux d’une prison.

Ah soit dit en passant et histoire que ces deux gus ne se méprennent pas :
▬ Vous en avez pris du temps dites donc. Z’êtes si lents que ça ou quoi ? Bon, c’est pas que j’avais besoin de vous hein. Je m’en sortais très bien tout seul. Regardez, c’est moi qui ai fait ça. J’ai cassé les barreaux de la prison tout seul. Comme un grand. Pour vrai de vrai.
Hey ! Si ça c’est pas du talent, je ne sais pas ce que c’est. Je suis tellement fort que même quelqu’un de fort à côté de moi est nul. Je le fais bien comprendre à mes deux incompétents de collègues.
▬ Sinon vous pouvez m’aider à sortir de là ?

Ah. Je l’avais presque oublié celui-là. Je m’avance vers sa geôle, plaque mes mains contre les barreaux et gèle ces derniers. Le processus prend du temps. Beaucoup de temps. Peut-être un peu trop de temps. Je tourne la tête vers Jin, toussote et demande :
▬ Hum hum. Je peux m’en occuper mais j’en ai pour vingt minutes au minimum. Tu peux faire ton truc là ? Ton floush, flam, flan, badim boom, bam avec tes poings ?

Il a fait voler une porte en éclats. Péter quelques barreaux fragilisés par de la glace devrait être un jeu d’enfant pour ce gorille. En attendant que ce sbire s’atèle à la tâche que je lui ai confié, je me tourne vers le gardien des épéistes :
▬ Hey, dis, t’as vu ça un peu ? Je suis trop malin hein. Je leur ai fait croire que j’étais un simple enfant et tadam, ils m’ont capturé. Trop fort hein ? Je sais que t’es impressionné. Tu pourras mettre dans le rapport que je suis assurément le plus fin des stratèges. Moi en tout cas je le mettrai.
Dans le milieu : deux choses sont importantes. « Savoir faire » et le « faire savoir ». Je suis nul pour ce qui est de la première disciplines cependant j’excelle dans la seconde. Souvent je me vante même de choses que je n’ai pas faite. Et ça c’est beau.

Nous libérons l'enfant et quittons bientôt ce sombre repaire de trafiquants d'organes. Ce village est connu pour ces nombreuses activités illégales et je suis sûr qu'il y a d'autres malfrats à arrêter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 7 Aoû 2017 - 12:34
A peine entrés dans la salle sombre que je me dirigeais comme une furie vers le Yuki, martelant le sol de mes pas jusqu'à arriver à lui pour le chopper par le col. Je plongeais mon unique œil dans son regard et approchais son visage du mien, les sourcils froncés. « C'est bien ça le problème petit merdeux, la nature t'as trop gâté. Sous prétexte que t'es un Yuki avec une chevelure de gonzesse tu te crois tout permis ? Tu me dégoûtes ». Je le relâchais et le pousser plus loin de moi. « T'as bien de la chance que ce soit pas moi qui rédige le rapport et surtout... SURTOUT que ta connerie nous ait permis de retrouver un des gosses disparus. ». Je me tournais vers l'enfant qui avait une tête flippé comme jamais, faut dire que je lui avait certainement pas fait bonne impression en prenant ma grosse voix qui a résonné dans toute la pièce bien vide. « Y'a pas de bim boom qui tienne, abruti. J'ai les clefs. ». Je sortais de ma poche une paire de clefs récupérée sur l'un des bandits à l'étage, j'aurais pu les utiliser pour ouvrir la porte que j'ai défoncée mais j'avais bien trop envie que Shinichi se chie dessus en voyant la porte voler de la sorte.

Après avoir remit le prisonnier en liberté et être sortis de ce trou à rats, je lui avais demandé s'il avait vu d'autres enfants et si oui, où étaient-ils passés. Il nous raconta qu'il y avait un autre enfant avant que Shin' n'arrive mais que celui-ci avait été récupéré par un gros monsieur à l'air louche pour une importe somme d'argent d'après ce qu'il avait entendu de la bouche du patron des brigands. « Bon, qu'est ce qu'on fait maintenant ? Avec le mur défoncé et les enflures attachées en bas, pas moyen de tenter une embuscade sur le salaud qui achète des gamins. » Je réfléchissais quelques longues secondes avant de pousser un long soupir. « Honnêtement, j'ai l'impression que ça va être compliqué de faire quoi que ce soit. Ça me fait chier de le dire mais on devrait peut-être laisser les plus hautes autorités régler le soucis ? ».

En attendant de décider si oui ou non nous essayerions de faire la chasse au gros, continuerions la traque aux crimes ou si nous rentrerions simplement à Kiri, mon équipe et moi avions décidé de ramener l'ex-prisonnier jusqu'à chez lui tout en profitant de ses connaissances sur le village et des quelques endroits un peu malfamés qu'il connaissait. Bien entendu, une fois arrivés chez les parents de l'enfant, je fut le seul à être remercié et mes compagnons héritèrent chacun d'un pincement de joue de la Maman qui les prenait tout deux pour d'autres victimes et moi leur sauveur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Mar 8 Aoû 2017 - 13:45
...


Et une nouvelle fois la scène était épineuse. Les joues de Kasanagi criaient à la douleur de plus belle tandis qu'il se débattait une nouvelle fois. Elles n'avaient beau être que des civiles, les femmes du coin avaient des mains d'ouvrières et une force à en faire jalouser les Maître Taijutsu de Kirigakure. A croire que foutre des baignes dans les tronches des vilains garnements et des époux torchés ça forgeait le caractère et les muscles. L'agglomération kirijin devrait certainement s'inspirer de ces exercices de gueux.

La suite des choses n'en fut que banales. Une fois les enfants civiles retournés chez leur famille, la petite troupe s'apposa dans une ruelle sombre le temps d'un instant. Il était le moment de faire un point sur la situation et de mettre en commun les différentes informations récoltées ainsi que décider de la marche à suivre.
« On a fait notre job et avons récolté assez de données pour faire notre rapport. Si on commence à sauver la veuve et l'orphelin on est pas rentrés... »
Prenant un instant de pause il reprit dès lors ses mots, recroquevillé au sol l'air triste et fatigué :
« Et moi j'ai envie de rentrer... »
La fatigue se faisait ressentir. A son départ du village, il n'avait pas prévu tout ce raffut. Un bain chaud, une bonne gamelle et un repos réparateur : voici ce qu'il avait en tête. Lui qui n'avait pas prévu que la mission prendrait long, semblait à présent entouré de deux énergumènes motivés à le retenir dans ce trou pourri.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Mer 9 Aoû 2017 - 23:07
Il n’a pas de chance celui-là. Non seulement on lui a refourgué une tête de thon mais en plus il a hérité d’un caractère de cochon. Dans ce genre de situation, je suis persuadé qu’il est possible de mener l’affaire au tribunal et de punir ces géniteurs. En tout cas nous avons affaire là à un curieux hybride qui intéresserait à n’en pas douter tous les zoologues de la région. Il est évident qu’un tel spécimen est d’une rareté sans pareille toutefois je vais m’abstenir de blaguer à ce propos devant lui et ce pour une raison très simple : Il me fait flipper. Non mais sans rire, regardez sa tête. Et n’oubliez pas qu’il a fait voler une porte ! Je l’ai déjà mis en rogne une fois. Si je continue, il va sûrement me tabasser.
Et ça, ça craint.

C’est donc histoire de ne pas être frappé par mes collègues que je fais profil bas le reste de la mission. Ainsi je me tais après que Jin ait ouvert la porte et ne pipe un mot durant tout le trajet du retour. Kasanagi se fait agresser par les vieilles tandis que je joue avec mes mèches tout en repensant aux dires de sa seigneurie que j’ai amicalement surnommé pour l’occasion « le thon sauvage borgne ». Certes j’ai de nombreux défauts mais il y a une accusation sur laquelle j’aimerais revenir si vous le permettez : Je n’ai pas des cheveux de gonzesse ! Il a craqué son slip celui-là ! Mes cheveux blonds sont fins, élégants et relativement longs mais je ne ressemble en rien à une nana !
… Enfin je crois.

Quoiqu’il en soit mes deux collègues semblent vouloir rentrer au village. Il est vrai que nous avons suffisamment travaillé pour aujourd’hui. Nous ne sommes pas censés rester des jours et des jours ici, simplement faire un rapide état des lieux afin que d’autres prennent le relai.
▬ Hum. M’ouais. Bah. Rentrons.

J’aurais aimé pouvoir en faire un peu plus mais je crois que ce sera pour une prochaine fois. Kasanagi est exaspéré, l’autre Kirijin veut ma peau … Oui, je ferai mieux de rentrer chez moi. Je suis sûr qu’il y a des glaces dans mon frigo. Parce que oui, je n’ai évidemment pas assez bouffé et, après des croissants et viennoiseries en tout genre, rien n’est meilleur qu’une glace magnum ou une glace clown. Ah oui, je vais assurément prendre une glace clown. Ce sont mes préférées.
On se demande pourquoi …

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 15 Aoû 2017 - 12:28
Dommage. Ça me faisait mal au cœur de quitter les lieux sans essayer de retrouver les autres enfants, même s'il y avait peu de chance que d'autres repaires de kidnappeur se trouve en ville. Enfin. C'était la solution la plus raisonnable puisque, après tout, notre mission était de repérer les crimes et pas de les endiguer, nous communiquerons les signalement du "gros monsieur" acheteur d'enfant à nos supérieurs en espérant qu'ils en aient quelques choses à secouer et qu'ils enverraient des plus haut gradés au secours des disparus. Je serrais les poings en m'évoquant la possibilité que personne ne vienne, jamais, mais dans le même temps je me faisais la promesse de revenir de mon propre chef le moment venu si l'affaire n'avançait pas. Je réglerais le problème tout seul.

Le chemin du retour se fît dans une ambiance bien moins tendue qu'à l'allée, j'avais beau avoir des doutes sur mes deux coéquipiers, l'un d'entre eux avaient prouvé qu'il était autre chose qu'un incapable débile et inutile qui aurait mieux fait de briquer le sol d'une auberge miteuse que de devenir ninja. L'autre en revanche n'avait fait qu'empirait mon aversion pour ces enfoirés de Yuki. Ces grandes gueules qui se prennent pour les rois du monde sous prétexte qu'ils ont massacré des petits brigands de bas étages dont la majorité essayait simplement de survivre d'une manière ou d'une autre. Shinichi n'était pas différent de ses congénères avec ses grands airs supérieurs, sa manie de croire qu'il sait tout et qu'il est tout permis. Il avait beau être jeune et con, cette attitude pourrait faire de lui un véritable danger lorsqu'il aura mûrit. Un autre problème pour un autre jour... Un de plus.

Une fois rentrés à Kiri, nous donnions notre version des faits à Tetsuko qui aurait ensuite pour mission de compiler cela dans un rapport en bonne et due forme pour le remettre à qui de droit. Voilà, notre mission était terminée.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Allons voir ce qu'il se fait de beau dans les bas-fonds de la brume

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: