Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

L'image de marque | Mission Rang C | Yahiko & Nobusuke


Sam 8 Sep 2018 - 13:07
Citation :
En raison de la stabilité politique de Kumo, les groupes de marchands itinérants se multiplient. Dans l'objectif de soutenir le statut actuel de Kumo, vous êtes chargés d'assurer la sécurité des infrastructures proches de l'entrée du village. Pour ce faire, observez et renseignez-vous auprès des locaux. Quelques hommes et femmes de chantier se trouvent également sur place et nécessitent un peu d'aide pour déplacer des charges lourdes.
Se rendre dans la zone B-Ouest du village. ♢
S'assurer que tous les bâtiments destinés au tourisme et à l'accueil soient sécurisés. ♢
Apporter de l'aide logistique sur certaines tâches de chantier. ♢

Le village caché des nuages, impérial, trônait au sommet des falaises du centre de Kaminari. En son seuil s'agitait une population active, tel une grosse fourmilière en pleine effervescence, tandis qu'au dehors les piques cyclopéens des montagnes alentours continuaient de garder la cité dans une ceinture de murailles naturelles, pénibles obstacles pour ceux qui se prendraient à vouloir les assaillir. Entre la lourde et imposante Arche Grise, monument de pouvoir des Metaru, et la grande et vaste Assemblée, siège diplomatique du village, un quartier résidentiel côtoyait de près des bâtiments destinés à l'accueil et l'administration du village. Sur le chemin direct liant les deux édifices majeurs du village, le petit spectre noir avançait d'un pas souple, les poches pleines de limailles. Dans sa tête, les idées se bousculaient, un peu comme le vagabond qui, traversant les paysages infinis d'un pays invisible, s'égare quelques part dans une dimension en dehors du présent, du passé, du futur.

En cause, une réflexion profonde sur le rôle du shinobi, sur son propre rôle à lui, et sur le concept du devoir et d'identité. Il se demandait si, d'une certaine manière, il ne se concentrait pas sur tout sauf sur ce pour quoi il avait décidé de mettre un bandeau sur son front. De fait, il le portait comme un brassard, comme si d'une certaine manière il voulait détourner les règles de port, parce qu'on détournait les règles de sa fonction première. Toute cette limaille de fer qu'il portait sur lui, cette arme si incisive, si redoutable, était au repos depuis trop longtemps déjà. Il n'était peut-être qu'un genin, mais il n'avait pas pris la route du ninjutsu pour se faire des amis, surveiller des quartiers ou porter des marchandises. Rien de tout cela n'entrait en osmose avec ses propres convictions. Il était ninja pour tuer. Pas pour être le bon ami ou l'adolescent serviable.

Alors, évidement, il mordait sur sa chique en ruminant de désespoir et de morosité. Il y avait dans sa vie toutes ces marches à franchir avant de pouvoir profiter pleinement de sa position, de sa force latente, et de faire la démonstration de son potentiel. Cette frustration était d'autant plus importante qu'autour de lui, tout se mettait en mouvement : les camarades qu'il avait côtoyé au Spring Break avaient pu participer à un tournoi international. Pas lui. A cause d'un parchemin sur lequel son psychologue avait inscrit en lettres capitales le mot "refus", dans un rouge vif trop proche du sang, comme pouvait l'être Nobusuke. Interdit de participation au tournoi pour trop forte probabilité d'homicide en raison d'un déséquilibre mental encore trop conséquent, le petit spectre noir avait ravalé toutes ses ambitions dans le chagrin de la solitude, de l'isolement, d'un sentiment d'impuissance qui ne faisait que nourrir une psychopathie qui pourtant était en cours d'amélioration depuis quelques temps. Le psychologue n'avait-il pas fait une erreur en lui refusant cette opportunité ?

Certainement l'erreur de sa vie. Nobusuke se promît qu'un jour, il tuerait ce monstre moralisateur. En attendant, il ne pouvait que voir sa vie défiler devant ses yeux sans pouvoir en profiter vraiment, en marchant dans un brouillard spirituel épais, perdu entre ce qu'il "voulait" faire, ce qu'il "pouvait" faire, et ce qu'il "devait" faire. Dans ses poches, ses mains remuaient la limaille de fer, tel un mercenaire caressant ses couteaux. Quand est-ce qu'il pourrait exprimer son art ?

Pas aujourd'hui, en tout cas. La mission qui lui avait été donné le plaçait aux côtés de Yahiko, qu'il connaissait déjà. Un homme sympathique et talentueux qu'il avait rencontré au camp d'été et avec lequel il avait déjà fait équipe. Il se demandait bien ce qu'il devenait depuis. De toute façon, sur cette route, il ne tarderait pas à le croiser.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Sam 8 Sep 2018 - 22:36
Où en était-il, dans toutes les infinités de possibilité qui lui étaient ouvertes ? Bien trop d'informations s'étaient succédées ces derniers temps. Sa famille, ses nouveaux amis, le village, le tournoi. Tant de choses qui méritaient toute son attention, mais impossible de se concentrer sur tout en même temps. Sur son lit, les mains croisées, dans une position qui pouvait ressembler à une position de méditation, il songeait. Tout cette grande situation méritait réflexion, car c'était son destin qui s'écrivait, et il ne voulait avoir aucun regret. Comment s'arranger pour être fier de tout ce qu'il entreprenait ? C'était bien la question récurrente qu'il devait se répéter, pour que tout soit fait de manière aussi pragmatique que possible.

Mais ce fut quelque chose d'autre qui vint perturber sa journée. Pas un entraînement -pour une fois-, pas une intervention familiale, non loin de là, c'était un des supérieurs du village qui vint le prévenir d'une mission qui lui avait été accordée. Il y avait maintenant quelques temps qu'il n'en avait pas effectué, et ce n'était pas pour lui déplaire. Observant le papier entre ses mains, il lut toutes les lignes qui concernaient son objectif : vérifier la sécurité, assister les personnes en portant des charges lourdes. En soit, rien de bien compliqué, mais s'il était demandé, c'est que l'art des shinobis le serviraient forcément. Evidemment, dans une optique de devenir plus connu et plus fiable aux yeux de Kumo, il serait toujours motivé.

Regroupant ses quelques affaires, prenant le plus important mais toujours pas son masque, qu'il gardait pour les missions les plus officielles, il parti en souhaitant agréablement à ses parents une bonne journée, ce qui changeait de son habitude. Ca changeait de lorsqu'il les ignorait, les prenant pour des menteurs manipulateurs attirés par une mauvaise gloire. Se mettant ainsi en route, il n'eu pas de problème à rejoindre le point de rendez-vous avec un ninja qu'il ne connaissait que très peu : Satetsu Nobusuke, qu'il n'eu rencontré que lors du Spring Break. Il n'avait pas l'air méchant à première vue, juste... spécial. Les airs qu'il prenait, son ton de voix, son style vestimentaire, tout menait à dire qu'il était étrange, ou du moins qu'il sortait de l'ordinaire. Yahiko ne savait absolument pas quelles étaient ses cruelles intentions, profondément ancrées dans son esprit.

Bref, comme toutes les missions, tout serait fait pour réussir, peu importent les obstacles.

Premièrement, faire la rencontre avec son camarade avant de se rendre sur les lieux. Une fois qu'il l'aperçut, il lui fit un signe de main au loin. De la manière la plus joviale qu'il soit, et une fois qu'il fut à portée d'être entendu, il lança la discussion.

-"Salut Nobusuke ! J'espère que tu es prêt pour cette mission, tâchons de la rendre agréable."

Il ne savait pas quel était son état d'esprit, alors il ne savait pas comment il interprétait cette mission. L'ennuyait-il ? L'excitait-il ? Après tout, ce personnage était encore mystérieux, et le Sendai se tâcherait à en savoir un peu plus sur lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Dim 9 Sep 2018 - 17:56

Cette rencontre était celle des deux contraires. Le soleil et la lune. La lumière et les ténèbres. Yahiko et Nobusuke avaient, dans leur accoutrement, leur chevelure et leur manière d'être, quelque chose d'asymétrique. Tel deux icônes antagonistes, ils s'approchèrent l'un de l'autre, comme deux atomes proches d'entrer en collision. Après un échange de regard, les mots de Yahiko vinrent inonder ce monde chaleur et de bienveillance. Ceux de Nobusuke jetteraient-ils un froid et de la malveillance ? Méfiant, il le scruta de la tête aux pieds. Le petit spectre ténébreux se laissa une seconde de répit avant de répondre, mettant un peu de silence dans l'échange. Ses yeux remplis de noirceur indiquaient son sérieux et la sobriété de son caractère. Pour autant...

--- Salut, Yahiko ! Heureux de te revoir !

Lança-t-il spontanément, dégoulinant de sympathie, comme pour camoufler cette noirceur de son âme. Cela contrastait visiblement avec son genre, mais il commençait à découvrir les arts de la diplomatie, aussi vrai que son esprit gagnait en clairvoyance ce qu'il perdait en dispersion. Rien, néanmoins, ne pouvait endiguer le flot de chaos qui battait dans son coeur, et malgré sa progression dans les rapports humains, ses pulsions meurtrières continuaient d'occuper une place patriarcale dans son être. Malgré tout, ces dernières, menottées sous silence, n'empêchèrent pas au petit spectre de faire son numéro de clown.

Ils continuèrent, ensemble, à avancer vers le lieu où ils auraient à effectuer leur mission. En chemin, Nobusuke se permît de nourrir la conversation, comme pour gagner la confiance de son partenaire. Cela n'était pas fort nécessaire, puisqu'il n'y avait somme toute presque aucun péril dans cette mission. Pour autant, la coordination de leurs forces permettrait d'assurer le bon déroulement de leurs actions.

--- Cette mission me semble simple, pas toi ?

En effet, elle l'était. Ce qui demeurait moins simple, du reste, c'était de savoir si cette complicité allait durer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Mar 11 Sep 2018 - 19:53
La différence entre ce qu'il montrait et la manière dont il parlait était étrange. Son comportement au Spring Break, son accoutrement, ses arrangements sur sa peau, tout était anormal. Rien n'était crédible, mais le Sendai s'en voulait de penser d'une telle manière. Peut-être était-il juste victime d'une éducation particulière remettant complètement en cause la notion de normalité, ce qui le rendait différent de tout comportement pré-établi qui était attendu d'une "bonne éducation". En bref, bien qu'il était très étrange, il paraissait respectueux venant du jeune homme aux cheveux blancs de le considérer comme n'importe quel autre ninja, acceptant complètement qui il était et comment il se comportait. Surtout lorsqu'il semblait heureux de le voir et qu'il ne démontrait pas une once de méchanceté.

Souriant à sa première intervention, les deux ninjas se mirent en route, discutant de tout et de rien. Yahiko fut relativement surpris de voir que c'était même Nobusuke qui commençait certains sujets de conversation, ce qui s'éloignait du préjugé qu'il se faisait de lui. Il faisait même parti des plus agréables qu'il ai pu rencontrer, se disait le jeune Sendai, signifiant que le jeu d'acteur du Satetsu était au point.

-"C'est vrai... D'un côté, ce n'est qu'une mission de rang C. Mais bon, ils ont besoin de nous, alors c'est l'occasion de se faire un peu d'argent et de gagner un peu de renommée !", dit-il d'un clin d'oeil.

Est-ce que ce qu'il disait parlait véritablement à son interlocuteur ? Aucune idée. Pas tout le monde n'était intéressé comme Yahiko par de la reconnaissance, afin de devenir une image connue, crainte, respectée et respectable. Peut-être qu'une telle mission l'ennuyait complètement et qu'il avait bien d'autres objectifs en tête, comme avoir de l'argent pour accéder plus facilement à des projets personnels. Qui pouvait bien savoir. Voulant s'intéresser à lui, il tenta de lancer cette petite question, rentrant un peu dans le domaine du privé, mais qui servait toujours à raffermir des liens entre deux ninjas.

-"Il y a quelque chose qui t'intéresse, en faisant cette mission ?"

Le sous-entendu était très vague. L'argent ? Le pouvoir ? La sociabilité ? Le simple fait de bouger de chez lui ? Tant de possibilités qui correspondaient chacune à une façon différente de voir la vie. Entre temps, malgré toutes ces conversations, ils arrivèrent à destination. Quelques hommes et femmes de chantiers étaient présents un peu partout sur les lieux, c'était probablement l'occasion parfaite pour savoir vers qui se tourner afin de recevoir toutes les informations utiles à cette mission. Quelque part, le Sendai était curieux de voir si le Satetsu était du genre à se renseigner et à faire les choses bien. Un peu comme s'il le testait, dans sa tête toujours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Mer 12 Sep 2018 - 18:24

Ils ne tardèrent pas, marchant à la même cadence, à rejoindre le dispositif qui leur avait été alloué, et sur lequel ils auraient à opérer. La première partie de la mission était des plus basiques, puisqu'il s'agissait d'effectuer la phase d'approche, à laquelle les jeunes belligérants du village caché des nuages avaient été préparés durant tout leur cursus de formation. Après avoir obtenu une ébauche plutôt lointaine de l'ensemble du terrain, ils évaluèrent de manière presque naturelle les points particuliers : tout ce qui pouvait être louche ou problématique passa sous le radar visuel des deux émissaires des forces kumojins. Rien ne les alerta pour autant, dans ce premier temps qui se voulait plutôt paisible. Yahiko en profita pour poser une question à son compagnon des ombres, au coeur noir comme la cendre, qui avançait à côté de lui comme un spectre.

Cette question aurait semblé tout à fait anodine pour n'importe qui mais pas pour lui. Nobusuke avait bien conscience qu'on le considérait comme quelqu'un de particulier et, fort de cette constatation, il lui arrivait de développer une sorte de paranoïa mineure qui lui laissait un goût de doutes dans le fond de la gorge. Son psychologue lui posait le même genre de questions quand il cherchait à le sonder et si vraisemblablement l'interrogation n'avait rien d'hostile, elle pouvait néanmoins être assez impudique pour le garçon parcouru par les fils de suture. Il n'osa pas tourner les yeux vers Yahiko, de peur qu'on tentasse encore une fois de décortiquer son âme. Il se contenta de regarder à l'horizon si quelque chose d'anormal ne pourrait pas le tirer de ce bourbier. Mais en vain. Au bout de quelques petites secondes, il céda, énonçant la réponse attendue.

--- En discutant, l'autre jour, avec une de nos camarades, nous nous sommes intéressés à la solidarité des armées, à notre cohésion. On me parle souvent d'esprit d'équipe. Je n'ai pas trop compris ce que cela voulait dire, mais j'espère pouvoir en apprendre à ce sujet. Disons que d'ordinaire, j'ai l'habitude de fonctionner seul. Et toi ?

Ce n'était pas tout à fait vrai. Nobusuke avait l'habitude, manifestement, de jouer des coudes et de se faire sa place au dépend de ses partenaires. Toute sa vie durant, mis de côté malgré lui, il avait trouvé la force de vivre en étant le parfait concurrent, à défaut d'être le parfait équipier. Bien qu'il eusse une sorte d'affection particulière pour ses partenaires, il n'avait aucune sorte de code morale ou de déontologie à l'égard de ceux qu'il considérait comme des associés de circonstances. L'amitié, la fidélité et l'altruisme lui étaient des notions étrangères. L'empathie avait pris le chemin contraire de la voie qui lui est ordinairement tracée. Au lieu de nourrir la pitié et la philanthropie pour autrui, elle avait nourri un sadisme des plus obscurs : comprenant la douleur des autres, il aimait à voir ces derniers souffrir et agoniser. Un bien étrange penchant qu'il ne parvenait pas toujours à camoufler, de toute évidence.

Devant eux passa alors un homme taillé comme un chêne millénaire, dont la silhouette cyclopéenne coupa naturellement la route aux deux aventuriers. En équilibre sous une tonne de caisses, le protagoniste aux muscles épais et saillants ignora les deux intrus sans pour autant se montrer agressif envers eux : il fournissait un dur labeur qui ne lui laissait guère le temps de faire quelques courbettes devant les deux crevettes qui se tenaient derrière sa carrure herculéenne. Plus loin vers la droite, autour d'un bâtiment en construction dont n'apparaissait que la structure métallique, ce qui semblait être un chef de chantier s'affairait à coordonner une équipe de titans. Sans aucun doutes, il serait l'un des acteurs de la réussite de cette mission. Les deux ninjas s'approchèrent de lui après un échange de regards qui voulait tout dire : un consensus mutuel qui ne nécessitait aucun mot.

En abordant l'homme en question, une remarque des plus sèches les prit de court.

--- Si vous êtes les shinobis envoyés par les autorités du village, sachez qu'on n'a pas besoin de vous.

Nobusuke ne le prît pas mal, mais ne se montra pas plus combattif que cela face à cette remarque pour le moins impertinente. Il attendît que Yahiko prenne la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Lun 17 Sep 2018 - 16:21
La question que Yahiko avait posé à son compère n'avait pas trouvé de réponse directement, comme s'il cherchait celle qui lui correspondait le plus. Ayant abandonné l'idée de douter de lui et de la probabilité de cacher un être bien plus sombre que ce qu'il ne paraissait, le Sendai l'interprétait simplement comme quelqu'un de calme, qui prenait le temps de choisir ses mots pour décrire au mieux la manière avec laquelle il voyait les choses. Ainsi, ce qui l'intéressait dans cette mission semblait être l'esprit d'équipe, et de ce fait de profiter de cette dernière pour renforcer ce défaut. Il était cela dit très étrange que Nobusuke ne connaisse et ne comprenne pas l'intérêt d'agir en équipe, un ninja qui passait son temps seul, c'était presque se tirer une balle dans le pied. Ce n'était pas pour rien que toutes les missions étaient effectuées en groupe et non pas seules, même celles qui consistaient en une infiltration.

-"Pour avoir plus d'expérience, plus de reconnaissance, et me tirer vers le haut. Je n'ai qu'un seul objectif dans ma vie : devenir reconnu pour mes exploits. Alors je commence un peu bas avec ces petites missions, mais je compte bien devenir toujours plus reconnu au sein de Kumo ! C'est pour ça que je me donnerai à fond même dans celle là !" acheva t'il d'un clin d'oeil empli de détermination.

Une volonté indétournable, ou presque. La seule manière de lui faire arrêter d'y croire, ce serait qu'un million de gens lui répètent jour après jour que c'était un raté et qu'il ne pourrait jamais y arriver. Autant dire que ce serait compliqué. Même dans cette petite mission qui ne demandait pas énormément d'acte héroïque, il s'y donnerait à fond, et s'il était le souhait du Satetsu qu'ils coopèrent, alors il ferait de son mieux afin de lui faire expérimenter le travail d'équipe.

Lorsqu'ils arrivèrent là bas, ils prirent le temps d'analyser les lieux. Vérifier la sécurité faisait parti de leur mission après tout. A première vue, rien ne semblait véritablement dangereux. Les installations étaient après tout effectuées par des professionnels dans ce domaine là et il était un peu curieux que des ninjas soient recommandés pour ça. Peut-être que quelque chose de plus grave se tramait derrière cette histoire. Après tout, le commanditaire d'une mission ne la proposait pas aux ninjas pour rien, il y avait forcément une bonne raison derrière. En arrivant, l'intervention d'un des ingénieurs confirmait les pensées de Yahiko : il y avait anguille sous roche. N'avaient-ils pas besoin d'aide ? Vraiment ?

-"On ne paie pas pour une demande de mission si on n'en a pas besoin, monsieur. Veuillez plutôt m'indiquer qui, à votre avis, est le commanditaire de la mission, et où il est."

La situation pouvait être plus grave qu'il n'y paraissait. Lorsque l'on demandait à des shinobis de vérifier la sécurité, il était improbable qu'une fois arrivés sur les lieux, il leur soit dit qu'ils n'étaient pas désirés. En fait, bien plus que ça, peut-être que toutes les personnes qui ne désiraient pas leur présence étaient la cause des problèmes de sécurité, s'il y en avait. En tout cas, si l'homme ne voulait pas voir les deux Genin, c'était tout l'effet inverse de celui désiré qui était provoqué : Yahiko comptait bien rester et découvrir ce qu'il se tramait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Mer 19 Sep 2018 - 11:14

La mission consistait bel et bien à jeter un dispositif de sécurité aux abords du village pour anticiper d'éventuels problèmes sécuritaires. La vigilance des deux genins fut ainsi confrontée de plein fouet à la réticence des hommes et femmes de chantier à se faire aider, quand bien même ils étaient les principaux destinataires de leurs loyaux services. Il y avait effectivement tout lieu de se poser les bonnes questions : le danger venait-il de l'extérieur ou de l'intérieur ?

Yahiko et Nobusuke furent indéniablement forcés de constater que quelque chose d'inhabituel se déroulait sous leurs yeux, sous le masque invisible du labeur des travailleurs. Il fallait remuer le sol et retourner la terre pour révéler les racines d'une plante cannibale qui, logée dans les galeries telluriques, dévorait toutes les hypothèses de réussite. Le petit spectre noir et son antagoniste de lumière durent, pour bien faire, émettre quelques doutes sur la bonne foi des occupants du chantier, ce qui nécessitait une enquête de fond.

Le commanditaire de la mission leur fut désigné un peu contre leur gré. Le chef d'équipe sur lequel ils étaient tombés, un gros balourd au regard abattu, pointa timidement un bâtiment qui se trouvait à une centaine de mètres de là.

Chef d'équipe --- Il est là-bas. Il se planque, comme tous les autres, pendant que nous trimons. Si vous voulez nous aider, négociez la hausse des salaires. Bon vent à vous.

Cette remarque était bien étrange car le gros balourd, sur ces dires, semblait bien plus nuancé que sur la première approche. Il y avait effectivement un problème souterrain qui justifiait l'intervention d'un tiers, mais deux mioches comme pouvaient l'être Nobusuke et Yahiko seraient-ils les bons interlocuteurs ? Il y avait tout lieu de penser que non. Comment pouvait-on prétendre, à leur âge, à régler des problèmes d'adultes ? Ils s'embarquaient dans de bien étranges circonstances que leur candeur juvénile aurait probablement du mal à interpréter de manière réellement objective, faute d'expérience. Pour autant, une mission était une mission.

Mécaniquement, ils avalèrent la distance qui les séparait du bâtiment en question, une sorte de vieille carcasse sommaire installée là seulement pour la durée du chantier. En entrant, ils purent apercevoir trois hommes autour d'une table sur laquelle une grande feuille était étalée : on pouvait y observer les schémas des infrastructures. Ils ne tardèrent pas à comprendre qu'il s'agissait des têtes pensantes de l'affaire. Ils n'eurent pas à s'avancer, se tenant fièrement à l'entrée de la pièce, leurs bandeaux de ninjas bien visibles : c'est l'un des hommes qui vint à eux. Un quarantenaire rachitique se leva de sa chaise et entama une approche. Derrière ses verres de lunettes, deux yeux fourbes scrutaient les genins, comme s'il venait de tomber sur une pépite d'or.

??? --- Messieurs ! Bonjour ! Vous êtes les envoyés du village ?

Nobusuke se contenta d'approuver par un signe de tête. Yahika affirma, à sa manière, la même chose.

??? --- Je suis monsieur Kotaku, le maitre d'oeuvre et superviseur général des travaux. Voici mes deux conducteurs de travaux, messieurs Anatomo et Sanzai.

Les deux hommes en question firent un signe de tête pour saluer les deux nouveaux-venus. Nobusuke leur adressa le même signe par mimétisme, presque indifférent à leur présence.

Maitre d'oeuvre --- Comme demandé à l'administration du village, j'ai besoin de vous pour deux choses. La première consiste à sécuriser les bâtiments. La deuxième, à aider les ouvriers. Mais avant cela, je dois vous expliquer ma situation.

Il redressa ses verres. Il avait un air particulièrement mauvais, comme s'il manigançait quelque chose. Le petit spectre noir songea que, quelque soit où l'endroit où il posasse les pieds, il était toujours confronté à une sorte de mafia de chantier. Il se demandait ce qu'en penserait Yahiko, mais il avait de bonnes raisons de croire que ce sentiment serait partagé.

Maitre d'oeuvre --- Il y a une véritable gangrène dans mes effectifs. Je dirige actuellement six chantiers, dont deux autour de la zone d'accueil du village, afin de faciliter les transactions avec les commerçants et de donner du cachet à Kumogakure. Les messieurs qui m'accompagnent sont les conducteurs de travaux qui m'épaulent : ils sont tous deux responsables d'un de ces deux chantiers. Ils m'ont alerté de certaines choses qui se maniganceraient dans notre dos.

Un bruit de fond s'éleva entre les deux hommes, comme pour marquer leur approbation à travers de petits murmures partagés, sans couper la parole au maitre d'oeuvre.

Maitre d'oeuvre --- On parle de plusieurs choses : de soulèvement contre la hiérarchie, de travaux précaires pour fragiliser les installations, d'une économie souterraine au coeur des chantiers, de harcèlement sur quelques individus qui n'adhèreraient pas à certaines causes, de refus de travailler, et plus récemment de menaces de mort. Vous comprenez bien la gravité du problème, n'est-ce pas ? Alors voilà ce qu'il me faut...

Il jeta un oeil par-dessus son épaule pour vérifier qu'il était bien suivi par ses compères. Puis, faisant de nouveau face aux deux genins, il leva la tête et gonfla le poitrail en agitant un poing serré devant lui, comme s'il voulait frapper un grand coup.

Maitre d'oeuvre --- ... une démonstration de force ! Ces mécréants ne savent pas à qui ils ont affaire ! Ils se plaignent à longueur de journée pour les heures de travail, les salaires trop bas, etc, etc... foutaises ! On leur donne du travail, et ils protestent ! Ils vont même jusqu'à nous menacer de mort, vous rendez-vous compte ?! Ecrasez l'une de ces vermines et cela les fera taire pour un bon moment !

Le fond du problème était sans doute plus sérieux et on pouvait penser à juste raison que les torts étaient partagés entre les exécutants et la hiérarchie. Pour autant, un long sourire se dessina sur le visage de Nobusuke, qui écarquilla les yeux comme s'il venait lui aussi de tomber sur une pépite d'or : écraser les autres, c'est tout ce qu'il demandait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Lun 24 Sep 2018 - 17:55
Il était coopératif, c'était le minimum que pouvaient lui demander Yahiko et Nobusuke. Ils n'étaient certainement pas venus pour rien, une mission avait été commanditée et il était hors de question qu'ils partent sans s'être assuré de tout ce qui les entourait. De manière générale, la sécurité passive ne semblait pas poser problème, ils savaient ce qu'ils faisaient après tout. Ayant reçu l'information d'où se situaient les têtes pensantes de cette affaire, les deux Genin se rendirent sans trop de problème dans la vieille bâtisse délabrée où étaient disposés trois hommes, et un grand plan au milieu, sur une table.

Devaient-ils réellement négocier pour une hausse des salaires ? Il était à supposer que ni le Sendai ni son compagnon n'avaient les arguments, les connaissances ou le statut nécessaire pour oser s'exprimer à ce sujet. Il y avait quelque chose d'autre à faire de bien plus important et intelligent : se renseigner auprès de ceux qui avaient demandé la mission. Aussi pourris pouvaient-ils être, il était de leur devoir d'accomplir la mission, à partir du moment où elle était validée par le village, c'est que tout ce qui la comportait était assumé par ce dernier. Jamais ils n'effectueraient quelque chose qui pouvait leur être reproché, voilà quel était l'état d'esprit dans lequel Yahiko s'était plongé. Même en bas de la hiérarchie, il devait faire honneur à son village, surtout s'il voulait devenir toujours plus reconnu.

-"Oui. Voici Satetsu Nobusuke, et je suis Sendai Yahiko. Que-"

Il fut coupé, aussi rapidement. Ces trois hommes là avaient beau l'air étrange, ils savaient pourquoi les deux Genin étaient là, et ils seraient sûrement les premiers à vouloir profiter de leurs services. Leur regard signifiait bien une chose : ils venaient de recevoir ce qu'ils voulaient, c'est à dire ce qui leur permettrait d'accomplir leurs plans à la perfection. Plutôt que de se permettre un quelconque avis sur le sujet sans même connaître la situation à laquelle ils étaient confrontés, le garçon aux cheveux blancs écouta les explications des trois hommes présents. Lui et son camarade apprirent ainsi qu'une véritable confrontation opposaient les têtes pensantes aux hommes de terrain, et que la situation paraissait plus grave que prévu. Ne voulant pas être totalement niais, Yahiko se dit que la vérité devait se trouver juste entre ce que racontaient ces hommes et ceux du chantier, car après tout, tout le monde voulait avoir gain de cause.

Le silence s'installa après les dernières paroles du maître d'oeuvre, qui voulait une démonstration de force, de la castagne, un exemple qui ferait taire les autres. Cela ne semblait pas affecter Nobusuke qui maintenait une tête presque toujours aussi sereine, à une exception : il écarquilla les yeux. Cette situation l'excitait-il ? La choquait-il ? Le Sendai n'était même pas en mesure de comprendre ce que ressentait son propre coéquipier, même s'il était tenté d'avoir son avis avec le long sourire qui se dessinait sur son visage. Le manipulateur de chakra se décida à prendre la parole, défendant l'avis qu'il estimait le plus sage.

-"La mission n'évoquait ni violence, ni trafic d'argent, bien au contraire, elle défendait la sécurité de tous. Je ne vous promets qu'une chose : nous accomplirons notre mission, rien que notre mission. Si vous avez d'autres demandes, vous les quémanderez auprès des autorités de Kumo."

Les saluant avec tout le respect qu'il se devait, ignorant les remontrances qu'il pouvait avoir venant des trois hommes, Yahiko sortit, se décidant à retrouver l'homme de tout à l'heure.

-"Hey, Nobusuke. C'était quoi, cette tête, lorsqu'il nous a demandé de frapper sur un homme de chantier ? N'oublie pas que la mission parlait de sécurité, il est hors de question que nous réglions ça par la force"

Mais étaient-ils véritablement alliés sur ce sujet ?

Il était maintenant plutôt question que d'aller parler de tous ces sujets à l'homme de chantier de tout à l'heure. Mettre les choses au clair, et tout résoudre par la discussion, voilà quelles étaient les intentions du Sendai, malgré les différences qui pouvaient l'opposer à son binôme de mission.

Une fois arrivé là bas, ce fut un autre long monologue dans lequel Yahiko expliqua toute la situation au chef d'équipe des travailleurs. Il voulait que tout soit au clair, mais surtout il voulait être certain qu'il n'y avait aucun mensonge dans tout ce qui avait été annoncé aux deux Genin. Les yeux de l'homme s'écarquillèrent, comme s'il était choqué. D'une voix outrageuse, il s'exclama contre ses supérieurs.

-"Ils vous ont dit n'importe quoi ! Comment se permettent-ils ?! Nous payer de la misère et se plaindre de leur situation ! Bientôt ce seront eux les victimes ?!"

Reprenant son souffle, il reprit d'un ton plus calme mais toujours aussi sérieux.

-"Je vous l'ai dis, garçon, nous n'avons pas besoin de vous. C'est à nous de remédier à cette situation."

Une chose était claire : ce n'était certainement pas à eux d'y remédier.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Mar 23 Oct 2018 - 12:35
Quelque chose n'était pas net : s'énerver en contournant les sujets fâcheux, c'était louche. Sa pensée s'éclaircissait et se validait petit à petit, celle qui lui disait que la vérité devait se trouver entre les paroles des hommes de terrain et celle des têtes pensantes. La situation était sûrement bien plus compliquée que ce qu'il paraissait, tout comme une démonstration de force ne permettrait certainement pas de régler le problème aussi facilement. Les deux ninjas n'avaient certainement pas été recommandés par le village pour exécuter des tâches qui ne faisaient pas parti de la demande de mission, ainsi, pour s'éviter tout problème, ils ne feraient que ce qui leur était demandé.

-"Montrez moi plutôt ce sur quoi vous travaillez en ce moment. Nous sommes là pour nous assurer sur les infrastructures ne présentent aucun problème de sécurité et pour aider un peu la main d'oeuvre. Rien de plus, rien de moins."

La tête de l'homme qui se situait en face d'eux n'était pas plus satisfaite : personne n'était véritablement gagnant dans cette sombre situation. Ils seraient aidés, mais le soucis résidait entre les travailleurs et les penseurs, alors un peu de main d'oeuvre et de vérification des installations ne changerait rien au problème. Il grommela, mais étonnamment, plutôt que de continuer à se plaindre, il semblait avoir comprit quelle était la décision finale des deux shinobis de Kumo.

-"Suivez-moi."

Il les emmena là où ils auraient l'intérêt qu'ils voulaient avoir : là où toutes les infrastructures attendaient d'être vérifiées, et là où il y avait besoin d'un peu de muscles en plus. Nobusuke et Yahiko se mirent tous les deux à la tâche : posant des questions parfois au chef des travailleurs de terrain, vérifiant tantôt les installations même s'il n'avait pas un regard parfaitement professionnel, portant d'autres fois des charges avec son chakra qui pouvaient être bien trop lourdes pour des bras. Si l'on gérait cette mission dans la surface, elle ne prenait pas autant de temps que prévu : quelques machines à transporter, quelques matériaux à mettre en place, quelques véhicules à déplacer. L'histoire d'une après-midi, dans lequel on faisait le tour d'un peu toutes les installations, dans lequel on portait ce qu'il y avait à porter.
Les bâtiments liés au tourisme et à l'accueil étaient effectivement sécuritaires, ce qui n'était pas sécuritaire, c'était le lien entre le cerveau et les muscles, qui pouvait engendrer une rupture de main d'oeuvre à venir pour Kumo.

-"Nous ne vous aiderons pas plus que ça, telle était notre mission. Par contre, vos problèmes internes seront rapportés aux autorités de Kumo, soyez en sûrs."

Il était compliqué de voir si cela lui faisait plaisir ou non, mais mine de rien, il les remercia tous les deux. Le saluant avec tout le respect qu'il se devait, Yahiko trancha cette longue mission pour se décider à rentrer au bercail. Cette mission avait duré bien plus longtemps que ce qui était prévu, mais ils avaient eu au moins l'honneur de découvrir une réalité qui ne pouvait continuer de subsister. Une fois rentré au village, il se permit d'écrire une petite lettre à l'intention des autorités du village, dans lequel était écrit tout ce qui était important à savoir : les magouilles, tant du côté des penseurs que des travailleurs, toutes les rumeurs qui circulaient, mais aussi et surtout ce qu'ils avaient pu accomplir pendant cette mission. Le rapport était fait, cet avenir était laissé entre d'autres mains.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

L'image de marque | Mission Rang C | Yahiko & Nobusuke

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: