Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Mission de rang B ▬ Troubles au Canyon | Musashi & Tenzin

Aller à la page : Précédent  1, 2

Mer 17 Oct 2018 - 23:03
Le bandit fixa la genin. Elle avait l'air sûre d'elle, ne plaisantait pas. Mais... Elle n'utilisait pas des arguments qui lui plaisaient.

« Que sais-tu de ces marchands ? Hmmm ? Rien. Alors ne parle pas sans savoir petite. Leur argent, leurs richesses, ils ne les ont pas eu comme ça. Certainement pas en étant honnête. Et quand on est face à une urgence, les "moyens traditionnels" n'aident pas. Alors détrompe toi, si on fait ça, c'est bien parce que c'est la dernière solution. »

Il serra ses mains sur ses wakisashis mais ne semblait pas pour autant vouloir attaquer, ses camarades le regardant et surveillant les deux autres genins qui les entouraient.

« Donc je devrais croire tes paroles et sans la moindre garantie, me jeter dans tes bras me laisser emprisonner et risquer la vie de celle que j'aime pour tes belles paroles, alors qu'en vendant tout ça on aura presque assez pour la soigner, ce qu'on aurait eu beaucoup trop tard avec les gentils petits métiers sans arnaque. »

Il se crispa un peu plus sur ses armes, fixant la genin.

« Quelle est ta preuve que tu vas pas nous entuber ? Si on se rend, comment peut-on être certains que vous la soignerez ? Choisis bien tes mots, c'est ta seule chance. Après il faudra trouver une autre solution que la belle parlotte parce que j'ai beaucoup de mal à croire des genins sans poids dans un village de menteurs et de brigands bien pire que nous. »


Informations supplémentaires:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 18 Oct 2018 - 10:43
J’écoutais patiemment leur conversation. Toph semblait vouloir faire preuve de diplomatie pour les pousser à se rendre sans avoir à combattre. Les brigands nous affirmaient qu’ils n’avaient fait tout cela que pour permettre à l’un des leurs d’avoir accès à des soins et Toph proposa logiquement de leur offrir ces soins en cas de reddition. Leur intention était bonne, mais rien ne prouvait qu’elle était véridique et cela ne pouvait excuser en aucun cas leur comportement. Je ne pouvais savoir si la volonté de Toph de leur offrir les soins était sincère également, mais je n’approuvais pas vraiment non plus. Si les autorités du pays avaient pris la décision de ne pas permettre à tous de rester en bonne santé, c’était regrettable, mais ce n’était pas nous d’aller à l’encontre de cette décision pour aider des criminels.

Malgré tout, je n’avais pas l’intention de saboter le travail de mon équipière. Je souhaitais simplement rappeler aux brigands la situation dans laquelle ils s’étaient mis.

— Nous savons de ces marchands que personne ne s’est plaint de leur travail et s’il cela venait à arriver, nous appliquerons la loi à chacun d’entre eux. Votre malhonnêteté semble vous empêcher de réaliser la sincérité d’autrui, même lorsque quelqu’un fait preuve d’autant de bienveillance. Vous vous morfondez sur votre sort en vous positionnant comme victime alors que n’importe qui verrait que vous êtes tous en capacité de vous battre. Face à une situation que vous trouvez injuste vous choisissez l’injustice et vous voulez qu’on vous plaigne ?! Ne me faites pas croire qu’il n’y a pas de moyens honnêtes pour des gens aussi forts que vous de gagner de l’argent, mais forcément, c’est plus difficile que d’attaquer lâchement en embuscade des gens qui n’ont rien demandé. Alors faites ce que vous voulez à nouveau, acceptez la sympathie de mon amie ou affronter mon intransigeance, mais aucun d’entre vous ne touchera la moindre pièce de vos méfaits.

Malgré la violence de mes propos, je n’éprouvais pas la moindre colère ou haine à leur égard. Je restais parfaitement calme et cela devait se ressentir dans le ton de ma voix.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Jeu 18 Oct 2018 - 16:13
[i]Notre chère Toph était rentrée dans un débat avec les bandits, un pourparler qui commençait à traîner en longueur. Contrairement à ce que j'aurais d'abord cru, elle faisait preuve d'une diplomatie que je ne lui aurais pas attribué si je n'avais pas été là moi-même pour le constater. Mais les propos qu'elle avançait étaient censés, et même beaucoup plus généreux que ce que l'on aurait pu avoir à offrir. Ils avaient en effet fait explosé en pan de la falaise, menaçant de nous écraser sous l'avalanche de rochers créés -même si nous nous en serions sortis. Ils avaient ensuite menacé notre équipière Hyûga de leurs armes. Et ne parlons pas des méfaits qui nous avaient dépêché sur place. Ces bandits n'étaient pas en position de réclamer quoi que ce soit, et le fait que Toph leur propose une alternative qui pourraient leur servir à tous au lieu de simplement faire couler le sang auraient dû les enchanter. Au lieu de cela, ils voulaient encore qu'on leur prouve notre sincérité, qu'on argumente pourquoi ils devraient nous faire confiance. Et c'était quelque chose qui commençait à m'exaspérer autant qu'attiser ma curiosité. Pourquoi tout le monde était si méfiant, si réticent, face aux villages cachés ?

J'entendais leur peur, je la comprenais. Ils se battaient pour quelque chose qu'ils croyaient juste, même si leur méthode étaient loin de l'être elle. J'entendais tout aussi bien leur doute quand à l'honnêteté des marchands. Mais il allait falloir qu'ils fassent la différence entre honnêteté, et légalité. Et que personne, pas même ceux qui avaient -ou pensaient avoir- une bonne raison quelconque, ne pouvait échapper à la loi. Comme le souligna Hisa lorsqu'elle prit la parole d'un ton bien moins aimable que Toph. Ses mots étaient clairs, et justes. Il n'y avait pas beaucoup de marche de manœuvre dans la proposition que leur avait faite la samouraï, mais le choix était aussi simple que cela. Cependant, je me devais d'intervenir. Pendant le temps qu'avaient duré leurs pourparlers, j'avais pensé à quelque chose. Quelque chose qui n'allait surement pas plaire à mes camarades de mission, mais qui ne risquait rien en soit et qui pourrait peut-être soulager les tensions. Je posai mes pieds au sol, et d'un regard déterminé mais compréhensif, je pris la parole à mon tour.

-Comme l'a souligné mes camarades, votre choix est assez limité. Vous comprenez bien qu'en aucun cas, nous ne pouvons vous laisser repartir avec les biens que vous avez volé. On aurait même pu s'abstenir de discuter avec vous pendant ces longues minutes et simplement régler les choses de manière plus brutale, comme vous sembliez penser plus tôt. Mais on ne l'a pas fait. Alors je vous conseille vivement de reconsidérer la proposition de mon équipière, et sa sincérité.

Je leur laissai quelques secondes pour méditer ces mots, cependant je n'avais pas fini. Parce que son attachement à sa bien-aimée m'avait touché, parce qu'ils me semblaient aussi sincères que désespérés, j'étais ouvert à leur proposer plus. Sans pour autant être déraisonnable.

-Je n'ai aucun désir de voir cela se terminer en un conflit qui pourrait résulter en un bain de sang, et qui ne sauverait en rien l'amour de votre vie...Vous semblez mépriser les villages cachés, et notre système. Qui n'est certainement pas parfait, mais on s'efforce de le rendre meilleur. Et je ne suis peut-être qu'un genin, mais si la bonne foi de mon équipière ne vous suffit pas, je vous propose donc un deal : Faites de moi votre captif, attachez mes mains, et même tout mon corps si vous le souhaitez, en gage de sincérité. Et je m'engage à le rester tant que nous n'aurons pas fait tout notre possible pour que votre bien aimée reçoive les soins appropriés.

Je leur laissai à nouveau une seconde pour qu'ils considèrent mon offre. Je n'avais absolument aucune obligation de faire ce geste tout à fait symbolique, mais si cela pouvait les apaiser, tant mieux. Qui plus est, je pourrais à tout moment me libérer si les choses tournaient mal, contrairement à mes équipiers.

-En échange, vous vous engagerez à être jugés pour les méfaits que vous avez commis, remettre le butin que vous avez volé, et à suivre des intérêts de travaux généraux en devenant d'honnêtes citoyens du Pays de la Terre. Et peut-être même, du village de la Roche. Cette condition est non-négociable. Et je pense que c'est la meilleure offre qu'on puisse vous faire pour étayer notre bonne foi. Comprenez-bien que nous n'avons aucune obligation de faire tout cela, notre ordre de mission premier étant de vous arrêter, compris ?

Autrement, c'était la bataille assurée. Et dans ce cas-là, on ne pourrait rien leur promettre concernant la dulcinée et la sentence qui allait être la leur. Mais si la paix et la raison était envisageable, valait mieux commencer par là. Toujours.


Spoiler:
 

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Jeu 18 Oct 2018 - 17:06
Leur réponse fut acide, amère. On y goutait presque le côté désespéré dans l'air. Ils avaient du mal à faire confiance. Et ils demandaient une garantie.

Hisa était, pour sa part, inflexible. Et elle avait raison. Ils avaient choisie la route de la facilité, tout le restant n'était qu'excuses. Le verbe de la samourai tranchait comme son arme de prédilection. Toph acquiesçait de la tête pendant le discours de la Nagamasa. Elle ne parlait pas avec animosité pour autant, mais le fond de sa pensée était translucide. S'ils avaient l'air un peu plus redoutables, Toph aurait bien voulu distribuer quelques baffes aussi.

Tenzin prit à son tour la parole. Il se proposa comme otage. Cela ne plaisait pas à Toph, car c'était leur faire une concession supplémentaire alors qu'elle estimait avoir déjà donné le maximum, voir un peu plus que le maximum. Elle offrait quand même la récompense d'un contrat ! Néanmoins, il n'était pas bienvenu de diviser l'autorité et de s'opposer à cette proposition ici. La kunoichi se doutait par contre qu'il prenait un peu de marge en proposant d'être ligoté. Pour un assimilateur vent, cela ne prouvait pas grand chose.

Peut-être qu'une lettre expliquant la situation à Chiryou suffirait. Peut-être pourrais-je quand même avoir une paie là-dessus.

A un moment, il faut savoir faire confiance aux autres.

Toph reprit la parole pour rassembler la proposition.

Que l'un de vous nous accompagne, on ira chercher votre amie et on l'a déposera dans une clinique affilée à Iwa, et je transmettrai un message claire pour qu'on occupe. Et pendant ce temps, Tenzin peut servir d'otage. Celui qui nous accompagne se chargera de rapporter le chariot.

La situation serait un peu éparpillée, mais c'était un peu la seule solution que Toph voyait. En terme de logistique, ce n'était pas aussi simple qu'il y paraissait.

Nous vous retrouverons ici, avec celui qui nous accompagnera et qui pourra attester que votre amie est prise en charge, puis nous vous raccompagnerons vous tous, ainsi que le chariot, à Iwa. Est-ce acceptable ?

Toph attendait la réponse des brigands. A ce stade, un refus de leur part était encore possible. Et nul doute que cela arrangerait Hisa qui avait fort envie de dégainer son sabre.
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Ven 19 Oct 2018 - 19:38
L'homme se crispa un peu. La gamine lui tapait sur les nerfs, elle qui se croyait chevalier blanc d'une justice qui ne l'était que pour ceux qui étaient de son côté. Il ne fit cependant aucune remarque, ne prenant même pas la peine de lui répondre. Ne pas donner ce plaisir aux habitants de villages cachés. Ne rien leur donner d'ailleurs. Voilà son motto. Seulement... Il voulait entendre les deux autres avant de répondre.

La réponse du second le fit un peu plus hésiter. Oui, c'était déjà plus réfléchi que le discours de la petite en complexe d'infériorité qui sentait un besoin apparemment très difficilement répressible de montrer à quel point elle pouvait couper avec son couteau. Cependant, là aussi quelque chose lui déplaisait. Un otage. D'accord, très bien. Mais ce n'était pas du tout leur genre et il ignorait l'étendu des capacités du gamin. S'il le proposait si facilement, c'est qu'il avait une idée derrière la tête, cela risquerait juste de se retourner contre eux.

Ce fut la proposition de la troisième qui le fit finalement regarder ses camarades qui attendaient sa décision en le fixant. Ils semblaient confiants, prêts à accepter n'importe laquelle de ses décisions. Des bons gars sur qui il pouvait compter. La confiance, c'était ça. Il eut une sorte de demi sourire partagé entre la tristesse et le soulagement avant de se retourner vers la Hyûga genin, puis vers son camarade sur la charette et finalement vers Tenzin tout en parlant.

« Bien... On accepte ton deal petite. C'est Gaël qui va t'accompagner jusqu'à elle. Gaël, c'est ta soeur, t'as plus besoin de la voir que moi. Vas-y. Toi, tu restes avec nous, pas besoin de t'attacher, on est quatre, si tu tentes de t'enfuir ou si vous tentez de nous la mettre à l'envers, on fera ce qui est nécessaire. »

Il fit alors un signe de tête à Gaël qui se mordait la lèvre, l'air toujours peu rassuré et qui marcha jusqu'à lui tandis que Takumi se décidait enfin à réapparaitre, volant tranquillement avant de se poser à côté de Toph, tout sourire. Il était calme, comme s'il avait tout entendu et avait décidé de ne pas interagir. Le bandit se crispa un peu à nouveau en le voyant mais fit juste un signe de tête à Gaël. Il lui posa ensuite une main sur l'épaule, tâchant de le remettre un peu en confiance, ayant rangé un de ses wakizashi.

« T'inquiète pas, tout va bien se passer. Dans un sens, on a ce qu'on voulait. Elle va vivre et c'est tout ce qui importe. »

Son camarade hocha un peu la tête l'air peu convaincu avant de s'arrêter à deux mètres du duo Hyûga.

« Je vous suis... »

Takumi hocha un peu la tête, l'air satisfait mais ne faisant aucun commentaire pour le moment, silencieux. Il était assez sérieux, se contentant d'observer la suite du déroulement des évènements.


Informations supplémentaires:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 20 Oct 2018 - 12:09
Lorsqu'Hisa avait prit la parole, l'homme qui semblait en charge des opérations se crispa. Il ne dit rien, cependant il était assez clair que la réponse de la jeune samouraï ne lui avait pas plu. Grand bien lui fasse, il n'avait cependant rien tenté. Les mots de ma camarade étaient justes, à mon sens, mais j'avais appris au décours de ma vie qu'une réalité pouvait avoir bien des facettes. Même si je croyais en ses paroles, je ne pouvais m'empêcher de me demander pourquoi ces bandits n'y croyaient pas, eux. Non pas que je pensais détenir la vérité absolu, et que leur point de vue me semblait incohérent. Mais j'étais d'avis que pour mieux comprendre cette histoire, il allait falloir comprendre le point de vue des malfaiteurs. Peut-être ainsi nous pourrions un peu plus comprendre leur motivation, et empêcher qu'ils recommencent à nuire à autrui. Lorsque je pris la parole, le chef du groupe sembla considérer ma proposition, mais restait toutefois méfiant. Il se doutait de quelque chose, et le manque de réaction de mes camarades lui avait peut-être mis la puce à l'oreille quant à mes possibles capacités bien qu'il ne les connaissait pas. C'était un homme intelligent, en dépit de la piètre utilisation qu'il faisait de ses facultés.

Ce fut finalement la proposition de Toph qui dissipa les derniers doutes du brigand. Il se décida devant ses camarades qui semblaient tous compter sur lui, et accepta la proposition de cette dernière. Takumi réapparu à ce moment là, se posant souplement aux côtés de Toph avec le sourire. Il semblait avoir perçu nos échanges, et avait l'air de n'avoir rien à ajouter à cela. Avions-nous prit la bonne décision selon lui ? Peut-être, difficile à dire. Mais je comptais bien profiter de ma captivité pour en apprendre plus sur cette histoire. Ne tentant plus de barrer la route aux brigands, Gaël -le frère de la malade de ce que j'avais compris- se dirigea vers Toph pendant que moi je me dirigeais vers mes chers geôliers. Je n'avais certes pas de cage, mais l'image restait la même. Je pris la liberté de m'asseoir au milieu des bandits, sachant que tant que Toph, Hisa et Takumi n'étaient pas partis, je ne risquais pas grand chose. Ils ne risqueraient pas la vie de la demoiselle en m'attaquant maintenant. C'était aussi une manière de leur faire comprendre que je ne comptais les attaquerJe les regardai donc tour à tour.

-Akeno..Masamoto, Kinmasa...dis-je en énumérant mes compagnons de malheur. Mais je n'ai pas saisi ton nom à toi, le Grand Chef de la bande ? dis-je d'un air interrogatoire au seul qui avait prit la parole jusqu'ici.

Je laissai à celui-ci plusieurs secondes pour répondre si il le désirait. J'étudiais chacun des protagonistes, leur accoutrement, leur langage corporel. C'était quelque chose que j'avais appris à faire dans la rue, pendant mes années d'errance. Quelque part, ces derniers me rappelaient un moi plus jeune, perdu, méfiant. Mais contrairement à moi, ils n'étaient pas seuls, ils avaient les uns les autres, et semblaient vouer une totale confiance envers leur leader. C'étaient des hommes loyaux de toute évidence, et si leur loyauté ne les avait pas mené à perpétrer des actes illégaux, je les aurais respecté pour cela.

-Vous semblez être un groupe soudé. Et avec une telle loyauté et des cerveaux comme les vôtres...

Je m'interrompis. Je ne voulais pas verser dans l'habituel "c'est dommage que vous n'ayez rien trouvé de mieux à faire". Ce n'était pas le but de ma prise de parole. Bien au contraire. Je réfléchis une seconde avant de continuer en changeant plus ou moins de sujet.

-Comment vous en êtes arrivés là ?

Au début je comptais laisser cette question là en suspens, mais j'avais peur qu'elle soit mal interprétée. Je renchérit tout de suite.

-J'ai vécu en errance pendant plusieurs années quand je n'étais qu'un gosse de cette taille, leur montrais-je en mettant ma main un peu plus haut que ma tête assis en tailleur. J'ai volé quelques pommes pendant mon trajet pour me nourrir, mais j'ai fini par être recueilli par Iwa après quelques années. Et maintenant je travaille pour faire au maximum le bien autour de moi. Alors j'aimerais comprendre ce qui cloche dans notre approche, selon vous.


Spoiler:
 

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Sam 20 Oct 2018 - 12:43
La réaction aux propos d'Hisa n'avait pas été bonne. Qu'à cela ne tienne. La proposition de Tenzin ne les plaisait visiblement pas plus que cela. Finalement, la kunoichi eut l'impression que c'était son discours à elle qui avait touché une corde sensible. Toph diplomate ? Contre toute attente, un peu.

Ils acceptèrent, et ne demandèrent même pas à Tenzin d'être ligoté, prouvant par là qu'ils avaient un minimum d'éthique. Je suis contente de voir qu'ils leur reste un petit peu d'honneur. Au moins, j'ai moins de scrupule à avoir trouvé une solution pour eux, même si cela restent des brigands. Et qu'ils ont fait sauté une falaise sur mes coéquipiers.

La kunoichi dissipa enfin son armure doton qui se désagrégea en un tas de poussières au sol. Quand l'accord était conclus, il n'y avait plus de risques et plus besoin d'intimidation. Takumi arrivait également à leur hauteur. Il se positionna à côté de la princesse aux Pupilles Pâles, en gardant le silence et un sourire.

C'est la meilleure décision à prendre.

Gaël les rejoint, hésitant. Toph fit signe à Hisa de venir à leur hauteur. Elle était convaincu de l'honnêteté de ces citoyens aux occupations pourtant malhonnêtes. En tout cas, leur réponse, leur body language, leurs regards semblaient consistants. Ils avaient été convaincu sur le fil du rasoir et certains avaient visiblement quelques regrets.

Gaël en faisait partie. Il faudra garder un oeil sur lui. Avec la samourai à ses côtés, Toph ne craignait guère d'affronter un seul de ses brigands, si le besoin s'en faisait sentir.

Bien. Ne trainons pas, je préfère résoudre cette situation le plus rapidement possible. Gaël-san, veuillez nous mener à votre soeur.

Il était après tout peu probable qu'il indique la destination et que Toph connaisse également le chemin pour y aller, après tout. Il était donc normal qu'elle le laisse les guider. Toph lança un dernier regard à Tenzin qui ne semblait pas trop embêté par la situation -même si cela labourait l'estomac de la kunoichi d'y penser- et un dernier regard à Takumi-senpai. Mystérieux, énigmatique. Sybillin ?

Toph règlerait la situation rapidement, pour limiter le risque envers Tenzin. Simplement.

En suivant Gaël, elle restait sur ses gardes. Car Gäel était hésitant, et elles n'étaient pas à l'abri d'un retournement de sa veste. Ceci dit, elle surveillait également leurs alentours, car il était possible d'aller de Charybe en Scylla. Peut-être que d'autres brigands les attaqueraient en cours de route. Ou une attaque de bêtes féroces. Cela n'était pas inconnu dans le coin. Envers et contre tous, Toph mènerait sa mission à bien le plus rapidement possible.

Pour Tenzin.
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Mer 24 Oct 2018 - 8:56
Mes propos n’eurent aucun écho dans le cœur de ces brigands, ce qui ne faisait que me conforter dans mon sentiment à leur égard. Ils s’étaient perdus, mais ce n’était apparemment pas un problème puisqu’ils semblèrent ouverts à la discussion. En acceptant la proposition de mes équipiers, ils évitèrent la sentence de l’acier. Tout cela me dépassait un peu, je ne pouvais approuver le plan dans lequel j’étais embarquée, mais ma raison me disait que le résultat final allait être le même. Si aider des criminels n’était pas dans ma liste d’activités favorites, je ne pouvais pas reprocher la volonté pacifiste de mes équipiers.

Mon rôle devint donc d’accompagner ce « Gaël » et sa sœur avec Toph. Laisser Tenzin aux mains de ces brigands n’était pas non plus quelque chose qui me rassurait, même si la présence de Takumi savait me convaincre que nous allions nous en sortir. Cela ne m’empêcha pas de n’avoir pas la moindre confiance en ces criminels. L’honneur des voleurs était une légende, seule leur fierté pouvait les convaincre d’agir pour autre chose que leurs intérêts personnels. Quiconque se permettant d’enfreindre un règle élémentaire de tous les codes moraux ne méritait pas autant de dévotion

Ce fut en silence que je suivis ce criminel. Main sur la garde de mon katana, j’étais prête à le dégainer à tout instant en cas du moindre geste déplacé de sa part. Si notre objectif semblait d’être de régler cela sans violente supplémentaire, je gardais en tête qu’il était toujours parfaitement possible d’éliminer directement la menace.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Jeu 25 Oct 2018 - 2:49
Les bandits restants avec Tenzin et Takumi s'installèrent, reposant leurs affaires. L'un d'entre eux alla surveiller l'état de leur homme qui était toujours inconscient, tandis que les autres restaient avec le "prisonnier" si l'on pouvait l'appeler ainsi et le Jônin du village de la roche qui avait croisé les bras derrière sa tête, l'air de ne pas prendre trop au sérieux toute cette histoire. Sans doute parce qu'il avait survécu à bien pire et que ceci s'apparentait plus à une promenade de santé pour lui.

Les autres écoutaient plus ou moins attentivement Tenzin qui tentait de lancer une discussion. Le chef de la bande le regarda un peu pendant quelques secondes avant de soupirer et de répondre.

« Je m'appelle Sei. Et pour ta question, ça fait une dizaine de mois qu'on travaille pour récolter l'argent pour soigner Haruko, ma fiancée et la soeur de Gaël. Quand on est retourné voir le médecin il y a un mois, il nous a dit qu'elle avait encore trois mois à vivre, et en dix mois on a réussi à rassembler seulement le quart de la somme qu'on devait avoir pour qu'elle puisse être soignée...Et là en deux semaines on a quasimment assez pour la soigner. Il nous manquait seulement deux ou trois prises du genre pour parvenir à avoir tout ce qu'il fallait. Enfin, si votre camarade tient sa parole, on a pas besoin de ça. »

Il se tut alors, semblant pensif. Les autres bandits discutaient entre eux, parlant visiblement de préparations à faire et de lettres à envoyer.

De son côté, Gaël était très silencieux, avançant avec efficacité. Il guida ainsi les deux jeunes genins jusqu'à une ferme assez petite avec un champ bocagé et une zone de pâturage encadrée de barrières qui renfermait deux chevaux de trait.

« C'est là... Ma fille doit être à l'intérieur, à veiller sur ma soeur. »

Il s'avança alors, suivant la route avant de bifurquer sur le petit chemin qui menait jusqu'à la porte de la bâtisse principale en longeant le champ. Il passa devant, poussant la porte pour vous inviter à entrer.

Informations supplémentaires:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 25 Oct 2018 - 17:28
Tandis que la tension était retombée et que tout semblait se diriger vers quelque chose de mieux, les bandits en profitèrent pour déposer leurs affaires et aller s'installer par-ci par-là. Je ne m'en préoccupais guère, si ce n'est un des bandits qui se dirigea vers la charrette. Je le suivis du regard, et je le vis faire de la place sur leur moyen de transport afin d'installer leur ami inconscient. Celui-là même qui avait tenté de nous tuer en faisant exploser un pan de la falaise pour nous écraser sous les décombres. Il ne faisait aucun doute que cette initiative n'avait pas été sans conséquences pour lui, et je me serais presque senti désolé pour lui si ce dernier n'avait pas tenté son petit manège. Néanmoins, il n'était pas mort dans l'explosion, ce qui me confortait dans l'idée que ce n'était pas un bras cassé -sans mauvais jeu de mot, bien sûr.

De son côté, Takumi était resté avec nous ce qui rendait ma captivité encore plus superflue qu'elle ne l'était déjà. Il avait croisé ses mains derrière sa tête, semblant bien plus détendu que la situation actuelle ne le suggérait. Je ne doutais pas que notre sempaï pouvait à priori s'occuper de cette bande de bandit à lui seul, mais était-ce la seule raison ? Depuis le début de cette mission, le chef des pupilles pâles n'avait fait que regarder, nous laissant prendre les décisions et régler cette histoire par nous même. Je n'étais même pas sûr qu'il interviendrait si jamais les bandits décidaient de m'attaquer. Je n'étais pas non plus sûr de vouloir qu'il intervienne tout de suite. Mais en l'occurrence, rien ne présageait une telle issue. Le chef du petit groupe ne semblait pas très pressé de me répondre. Il coula un regard dans ma direction avant de soupirer et finir par me répondre. Sei était son nom, et il m'apprit qu'ils avaient tenté de travailler pendant une dizaine de mois, amassant de l'argent pour payer à sa fiancée -et la soeur de Gaël- des soins médicaux. Cela n'avait jamais été assez. Mais était-ce vraiment parce que leur travail n'était pas suffisant, que le médecin qu'ils étaient allés voir était un arnaqueur, ou il y avait-il un autre soucis ?

Lorsqu'il eut terminé son récit, il se tut et son regard s'échappa vers un endroit que ses yeux ne pouvaient voir. Pensif, il était bien le seul à l'être à l'heure actuelle. Tous les autres bandits semblaient discuter entre eux, aussi détendus que Takumi face à cette situation. Mais la réserve de Sei me rendait quelque peu nerveux, inquiet. Mes camarades de mission étaient partis à la vitesse de l'éclair, mais même avant leur départ, le chef des bandits n'avait jamais semblé aussi serein que ses amis. Eux semblaient lui vouer une dévotion sans limite, ne questionnant jamais ses ordres, s'en remettant totalement à lui. Mais ce n'était pas mon cas, et son air pensif ne faisait que consolider cette impression. Je me levai donc paisiblement, sans montrer aucun signe d'agressivité, et me dirigeai vers le dénommé Sei. Prenant place debout à côté de lui, je tournai le visage vers le ciel et m'adressai à ce dernier sans élever la voix, de manière à ce qu'il soit le seul à m'entendre. Je ne voulais pas éveiller la curiosité des autres ou leur inquiétude, mais je me devais avoir le coeur net.

-Mes camarades sont allés porter secours à ta fiancée. Mais malgré cela, tu sembles bien sur la réserve, inquiet. Pourquoi ? Et je te déconseille de me tromper, surtout si la vie de mes camarades est en jeu. Je ne te voue pas la même confiance aveugle que semblent t'accorder tes camarades. Qu'est-ce que tu ne nous dis pas ?

Spoiler:
 

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Jeu 25 Oct 2018 - 19:54
Sans piper mot, Hisa les accompagna. Toph préférait ne pas savoir exactement ce qu'il y avait dans sa tête. Les samourais pouvaient parfois être un peu extrême dans leurs opinions. Musashi était une preuve vivante de leur côté paradoxal.

Leur avancée avait été rapide, bien que silencieuse. Aucun des trois membres de l'expédition ne semblait d'humeur à parler, et c'était très bien comme ça. Toph était restée vigilante dans le trajet, en cas d'attaques ou d'autres brigands. Heureusement, il n'en fut rien. Ils arrivèrent à une petite ferme, avec du pâturage. Loin de tout. Gaël n'avait pas semblé extrêmement confiant en lui. Redoutait-il la prison ?

A ce stade, Toph n'en avait cure. Elle avait fait preuve de suffisamment de largesse déjà, et le sort de Tenzin la préoccupait assez fortement. L'idée d'otage ne lui plaisait vraiment pas du tout.

Gaël les invita à entrer dans la maison en ouvrant la porte. Toph le regarda dans les yeux, avec une certaine mélancolie.

Mieux vaux nous annoncer, Gaël. Je n'ai pas envie de faire une frayeur inutile à ta fille ou soeur. Et les prévenir que nous avons trouver une solution. J'ignore ce que tu lui as dit, si tu lui as parlé de tes agissements illégaux. Mais il est temps de faire preuve de sincérité, si ce n'est pas déjà le cas.

Toph attendit que Gaël s'exécute, avant d'entrer sans vraiment de prudence à proprement parler. Toph fait sans doute confiance une fois de trop mais la jeune enfant est loin d'être la plus sage quand il s'agit de comportements humains. La kunoichi s'attendait à ce que Gaël prévienne qu'il venait avec des shinobis d'Iwa avant d'entrer dans la maison. Par politesse. Toph le suivrait volontiers ou prendrais la tête de l'expédition, tant que Gaël ferait preuve d'un peu de cran.

Mentalement, elle réfléchissait déjà à l’hôpital le plus proche lié à son contrat où elle pourrait la déposer.
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Dim 28 Oct 2018 - 21:31
Gaël ne m’inspirait pas vraiment confiance. Bien que son comportement hésitant semblât concorder avec cette histoire de sœur, je gardais toujours en tête la raison de notre intervention. Une solution sans violence était une bonne chose et je n’avais aucunement l’intention de m’y opposer, mais je doutais de la parole de ces criminels. Si leurs explications semblaient sincères et qu’on pouvait compter sur leur volonté de porter secours à leur proche, rien ne pouvait garantir leur soumission future. Nul n’avait besoin de les connaître personnellement pour savoir qu’ils tenaient à leur liberté, comme tout être. La morale était parfois suffisante pour inciter certains à s’en priver, mais nous avions déjà établi que la leur était relative tout au plus. Bien que je prévisse plus à ce qu’ils attendissent l’annonce de la prise en charge de leur amie pour nous attaquer, il était également possible que nous nous dirigeassions dans une embuscade.

Ainsi, lorsque nous arrivâmes à la ferme de Gaël, je restais particulièrement attentive. Malgré mes faibles capacités sensorielles, je ne possédais pas réellement de talent de perception. Ce n’était cependant pas en restant sur ce constat que je pouvais réellement progresser. Lorsqu’il nous invita à entrer avant lui, ma méfiance n’en fut que renforcer. Je n’eus cependant pas l’occasion d’exprimer mes doutes puisque l’Hyûga lui répondit directement de nous annoncer avant notre entrée. Je ne pouvais savoir s’il s’agissait d’une astuce pour assurer nos arrières, mais cela restait bien arrangeant. Restant toujours derrière les deux, je n’avais pas l’intention de laisser quiconque bloquer notre retraite. Après avoir établi que la diplomatie n’était pas mon point fort, n’ayant aucune expérience médicale ou de connaissances particulières du milieu, mon utilité était limitée au maniement de mes sabres. C’était donc mon devoir de m’assurer qu’ils étaient prêts pour le moment venu. Bien que ce fût légèrement frustrant de ne pas pouvoir apporter un soutien plus efficace, l’important était le bon déroulement de la mission.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Lun 29 Oct 2018 - 15:37
Alors que Sei avait le regard perdu dans le vide, il entendit les paroles du genin de la Roche. Il eut alors un sourire presque dégoûté, retournant le regard vers lui. Il le regarda quelques secondes avant de répondre, un air désabusé sur le visage.

« Tu ne me fais pas confiance, c'est parfait, moi non plus. Et c'est la raison pour laquelle je ne suis pas serein contrairement à eux. C'est moi qui ait prit cette décision, si c'est un coup fourré de votre part je me serai planté et on aura plus aucune solution de repli, et je découvrirais juste la mort de celle que j'aime à ma sortie de prison. Si tu penses que je peux être serein à cette pensée, détrompe-toi. Eux on confiance en mon jugement, moi je me pose des questions et je me demande si j'ai eu raison sur ce coup là. Je me trompe bien trop souvent à mon goût pour pouvoir être sûr de moi. »

Il se leva alors, fourrant ses mains dans les poches de son pantalon, s'écartant un peu du groupe pour aller derrière un rocher proche pendant quelques instants. Ses camarades continuaient de discuter, jusqu'à ce que l'un d'eux se tourne vers Tenzin.

« Laisse le réfléchir, on va pas se tirer, vous êtes deux et Gaël est tout seul avec tes copines. Alors détend-toi et laisse le ronchonner. Tu veux jouer aux cartes ? Promis c'est pas un paquet volé. »

L'homme, Akeno, avait un demi-sourire, s'efforçant apparemment de garder le moral et de se changer les idées, proposant à Tenzin de jouer tandis que Sei revenait à leur vue quelques minutes plus tard, s'asseyant sur un rocher mais ne retournant pas parmi eux, de nouveau perdu dans ses pensées.

Pendant ce temps, Gaël réfléchit et se passa la main dans les cheveux, se grattant un peu la tête.

« Excusez-moi, vous avez raison... Je.. D'ailleurs j'y pense... On va être en prison avec les gars et ma soeur sera plus là... On pourrait emmener ma fille à Iwa ?.. Seule ici elle sera pas en sécurité... Tant que c'était pas longtemps ça allait mais si c'est pour plusieurs années, je veux pas qu'il lui arrive malheur. C'est gênant ?.. »

Une fois qu'il eut sa réponse, il hocha un peu la tête puis s'engouffra dans la grande bâtisse.

« Je reviens, je vais expliquer la situation à ma fille... »

L'homme disparut rapidement, laissant les deux genins sur le pas de la porte, puis il revint quelques minutes plus tard, toujours seul, hochant un peu la tête.

« Vous... Vous avez quelque chose pour la transporter ?.. Ou je vais chercher ma charette et mes chevaux de trait ? Elle peut plus marcher aussi longtemps dans son état... »

Informations supplémentaires:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 30 Oct 2018 - 18:00
Le sourire de Sei en disait long sur la perception qu'il avait de nous, shinobis. Mais comme il le fit si bien comprendre, pouvais-je lui en vouloir de ne pas nous faire confiance lorsque la vie de sa bien aimée était en jeu ? Lorsqu'il avait eu l'impression que rien ni personne n'était là pour les sortir de la situation dans laquelle ils étaient ? Il avait consenti à laisser seul Gaël accompagner Toph et Hisa rejoindre la souffrante, mais son inquiétude transpirait de ses pores. Tant et si bien que j'avais d'abord cru qu'il nous cachait quelque chose. Avant que la seule chose qu'il tentait de cacher, était sa peur d'avoir fait une erreur. Il aurait alors tout perdu certainement. Les autres bandits lui faisaient confiance, le suivaient presque aveuglément. Et c'était certainement la raison pour laquelle ce leader ne pouvait être serein. Je me fis à la réflexion qu'il était sans doute mieux dans l'intérêt des hommes sous sa coupe qu'il continue à rester inquiet de l'avenir. Un chef qui ne se posait pas de questions était souvent un chef qui ne prenait pas bien soin de ses troupes. Je me surpris à dire à voix haute alors qu'il s'écartait, les mains dans les poches.

-Si ils vous suivent si fidèlement, c'est que vos décisions doivent plus souvent être bonnes que mauvaises...

Même si en l'occurence, l'idée de dérober les biens d'autrui n'eut pas été sa plus intelligente des décisions. Ce devait être un homme bon, au fond. Et bien que je ne m'attendais pas à ce qu'il nous fasse confiance de si tôt, j'acceptai sa réticence. Tout comme je ne lui ferai entièrement confiance qu'au retour de mes camarades. Je le laissai s'éloigner, suite à cela, décidant qu'il ne servait à rien de harceler le dénommé Sei. D'un autre côté, les autres bandits ne semblaient pas le moins du monde inquiet, et ils continuaient à discuter comme si la prison ne leur pendait pas aux nez. Peut-être étaient-ils si heureux de voir leur amie soigner que le désagrément de passer quelques temps à derrière les barreaux ne les dérangeait que moyennement. Néanmoins, quelle ne fut pas ma surprise lorsque l'un des bandits se retourna vers moi, m'exhortant de laisser leur leader cogiter et de me joindre à eux. Pour quoi ? Pour jouer aux cartes. Si je ne me trompais pas, celui qui venait de m'interpeler s'appelait Akano...ou peut-être Akeno ? Il me souriait, tentant visiblement de détendre l'atmosphère et se changer les idées. Ce n'était ni prudent, ni correct de s'amuser en mission. Et je n'allais certainement pas baisser ma garde de si tôt. Nous étions en présence de potentiels criminels. Mais je ne comptais pas non plus résoudre les efforts de cet homme pour dérider les visages à néant.

-Je ne sais pas jouer aux cartes, mais je veux bien vous regarder jouer, dis-je d'un ton presque enjoué.

Je me mis alors un peu en retrait du cercle, dos à Takumi au cas où il y aurait besoin de surveiller mes arrières, et m'assis en tailleurs dans les airs, à un mètre cinquante du sol. Cette position ne me rendait pas vulnérable contrairement au fait de réellement s'asseoir au sol, et je pouvais compter sur le jônin de la Roche pour couvrir mes fesses. Et je participais sans me distraire à la petite assemblée qui tentait de patienter comme ils le pouvaient le retour de leurs amis.


Spoiler:
 

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Mer 31 Oct 2018 - 10:17
Gaël s'excusa et demanda si sa fille pouvait venir à Iwa. Ce n'était pas un village à l'accès complètement restreint. C'était possible. Toph acquiesca.

Elle peut venir à Iwa. La prison est plus que probable, mais il sera peut-être possible de faire des visites. Et il existe la possibilité qu'en travaillant pour Iwa les conditions soient encore plus flexibles.

Toph n'en dit pas plus. Elle ne savait pas exactement ce qu'elle pourrait obtenir pour la fille. Une famille d'acceuil ? Un orphelinat ? En tout cas, elle n'avait pas nécessairement envie de l'acceuillir chez les Hyûga. Sa patience et sa bienveillance avaient des limites. Elle ignorait également a quel point Iwa serait intéressé par des brigands repentis. Toutefois, après avoir vu ce qu'ils avaient fait à la falaise, ils avaient le potentiel d'être utile. Ils étaient après tout modéremment compétents. Cela serait aux autorités compétentes d'iwa d'en juger.

Leur prisonnier disparut dans la maison quelques minutes avant d'en sortir. Assez... rapidement.

Trop, pour Toph. Elle haussa un sourcil d'incompréhension.

Gaël demanda si les genins avaient de quoi transporter la jeune fille. Toph eut envie de lâcher une rétorque du style "Ouais on a pris le carosse dans notre poche, t'as vu ?" mais elle garda cela pour elle. La situation était sérieuse. Tenzin courrait un grave danger. En théorie. En pratique, il était quasi invulnérable. Laisser un assimilateur futon en tant qu'otage avait ses avantages. La kunoichi aurait pu, pour sa part, user de son kuchyiose d'ours polaire pour fournir une monture. Toutefois... ce n'était pas très stable comme monture, et encore moins confortable. Pour quelqu'un de gravement malade, ce n'était vraiment pas idéal. Non, la charette était mieux.

La kunoichi jetta un regard à Hisa-san... Elle n'était définitivement pas d'humeur à aider.

Vous avez déjà tout expliquer à votre fille ? Cela fait... à peine quelques minutes. Je n'ai pas entendu de cris. J'en déduis que votre fille et votre soeur étaient au courant de vos activités ? Je pourrais construire une charrette en pierre, mais cela serait une perte de temps. Prenons la vôtre. Dites à votre fille de préparer ses affaires. Et prenez quelques vivres et médicaments pour le voyage.

Toph était pris d'un élan de paranoïa et activa son Byakugan pour râtisser rapidement le bâtiment. Normalement, elle devrait y voir deux personnes. La fille et la soeur. La fille devrait être debout, active. Si ce n'était pas le cas, Toph devrait peut-être passer à une action autrement plus démonstrative.

Toph espérait pouvoir se mettre en route rapidement.
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Mer 31 Oct 2018 - 15:52
L'homme ne sembla pas s'offusquer au refus de Tenzin, haussa simplement un peu les épaules. Les faits étaient là, enrager ou déprimer n'y changerait rien alors autant continuer à profiter du peu de temps de liberté qu'il leur restait.

« Comme tu voudras, si tu changes d'avis entre deux parties, hésite pas. »

Le trio se mit à jouer, Takumi restant assez détendu en apparence, adossé à un rocher, silencieux. Il observait l'attitude du genin, ne faisant aucun commentaire. Sans doute attendait-il la fin de cette mission pour donner son avis sur son déroulement.

Gaël quant à lui écouta la genin qui semblait s'énerver un peu. Il fallait qu'il se reprenne sinon il foutrait en l'air l'arrangement de Sei et il n'avait pas vraiment envie de gâcher cette chance que les iwajins leur laissait. Il se frappa un peu les joues de ses mains avant de secouer la tête, reprenant possession de ses moyens tandis que Toph vérifiait le bâtiment avec son byakugan.

Après quelques instants, la Hyûga put découvrir vers le fond de la maison une petite silhouette active, qui devait faire aux alentours d'un mètre vingt au maximum. Non loin, à quelques mètres, sans doute dans une autre pièce, une silhouette était allongée, se redressant un peu par accoups avant de retomber sur le dos puis de tourner sur le côté. Elle avait un chakra normal en apparence. Cette seconde silhouette tendit la main vers le sol avant de se pencher au dessus du vide, encore un peu secouée avant de se rallonger lentement. Gaël, finalement de nouveau maître de lui-même, reprit la parole.

« Je lui ai juste dit que nous allions à Iwa et que je lui expliquerais la suite pendant le trajet, pour pas perdre trop de temps... Et je l'ai envoyé faire un sac pour avoir des habits et à manger pour au moins quelques jours, elle en aura pas pour longtemps. Je vais chercher ma charette et ateler mon cheval, je reviens. »

Il hocha un peu la tête, l'air plus sûr de lui, avant de se diriger rapidement vers un second bâtiment, une grange ouverte sous laquelle trônait une charette en bois assez vieille mais apparemment encore en état, passant derrière elle pour aller chercher un cheval et son harnais. Une fois le tout prêt, il tira le cheval de trait par la bride et amena la charette proche de l'entrée. Continuant de s'activer, il alla chercher quelques coussins pour aménager un peu l'intérieur avant de rentrer à nouveau, récupérant cette fois sa soeur. Cette dernière avait les joues assez creusées, semblait très faible, contrastant avec sa signature chakratique, ainsi qu'un peu de sang sur le bord de la bouche.

Après l'avoir installé, Gaël sortit un mouchoir qu'il utilisa pour l'essuyer en lui souriant gentiment avant de retourner à l'intérieur, revenant avec un seau vide mais tâché de sang sur le fond qu'il installa à côté d'elle. Il retourna une dernière fois à l'intérieur, faisant sortir une petite fille d'une dizaine d'années au maximum qu'il guida jusqu'à l'avant de la charette pour la faire monter sur le banc.

« Nous sommes prêts à partir, vous pouvez monter dans la charette si vous en avez envie. »

Laissant donc les deux kunoichis faire leur choix, il lança finalement son cheval vers Iwa, se retournant fréquemment vers la femme allongée qui avait des yeux à moitié fermés, semblant vraiment dans un mauvais état malgré son chakra étonnamment haut.

Informations supplémentaires:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 1 Nov 2018 - 21:08
Quelque chose clochait. Quoi ? Toph n'en savait encore rien. Mais il y avait une dissonance dans cette situation. Cette femme était sensée être au gouffre de la mort depuis des mois. Et visuellement, elle semblait bouger avec des difficultés.

Pourtant...

Pourtant son chakra était tout à fait normal. Or, le chakra était une énergie qui résultat d'un mélange d'énergie spirituelle et d'énergie physique. Du ying et du yang. Sans l'un ou l'autre, le chakra ne pouvait pas se produire correctement et la résultante était une réserve de chakra affaiblie.

Ce n'était pas le cas ici, malgré sa maladie qui durait depuis des mois. Soit c'était un simulacre, soit ce n'était pas l'oeuvre d'une maladie.

Toph réfléchissait à tout cela pendant que Gaël montait toute sa petite famille dans la charrette. Toph n'y prit pas place. Non elle se positionna devant la charrette, de sorte à l'empêcher de continuer en ligne droite.

Toph lança un coup d'oeil à Hisa. Elle ne semblait pas avoir remarqué quoi que ce soit d'anormal. S'il s'agissait d'un genjutsu, il touchait deux personnes en même temps, alors que Toph n'avait pas vu le moindre mudra. C'était peu probable... mais pas impossible. L'illusion était une possibilité. Elle composa un mudra et fit un kai avant de voir si l'illusion était dissipée. Ou pas.

Ensuite, elle se tourna vers Gaël et lui demanda des explications.

De quoi est malade votre soeur, exactement ? Son chakra est étonnamment en bonne forme pour quelqu'un à l'article de la mort depuis plusieurs mois. J'ai l'impression que vous nous dites pas tout. Soyez franc. Cette femme ira bientôt à un hôpital. Elle aura un diagnostic complet. Mais il serait utile de savoir exactement le mal qui l'affecte, et les circonstances autours de ce mal.

Toph était sur ses gardes, mais ne pensait pas risquer grand chose. Gaël était entouré de sa famille et si violence il y avait, il serait certainement très rapidement perdant. Même en se retenant, Toph ne pensait pas être capable d'assurer à la fille de Gäel de ne pas se prendre le moindre coup si une bagarre devait éclater. D'autre part, Hisa-san était sur les crocs et elle-même était à bout de sa patience.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Lun 5 Nov 2018 - 9:01
Mon état de méfiance était toujours le même, ce Gaël n’arrivait décidément pas à m’inspirer confiance. Je devais reconnaître que même en analysant le moindre de ces gestes sous le prisme de la suspicion, il n’avait su trahir la moindre intention malicieuse. Cependant, son comportement n’était pas non plus des plus rassurants. Toph semblait également manquer de confiance. Après un Kai, elle se mit à poser des questions à l’homme sur l’état de sa femme.

Je n’avais pas la capacité des Hyûga de voir le chakra des autres, mes propres compétences en sensorialité étant très limitées. Je n’étais pas non plus médecin et il m’était bien difficile de comprendre clairement la situation. C’était notamment pour ces raisons que je restais derrière le petit groupe. Je me contentais d’observer en silence, prête à agir en cas de problème.

Une fois la charrette parée au départ, je restai toujours en retrait, préférant largement utiliser mes jambes que de risquer mon attention au profit du confort. Cela me permettait également de garder mes yeux sur la femme malade. Si celle-ci avait pu soulever la suspicion de l’hyuga et que son chakra ne semblait pas naturel, elle méritait tout autant mon attention que son frère.

La présence qui me dérangeait le plus était toutefois celle de la fille de Gaël. Bien que je concevais que cela pouvait être déraisonnable de la laisser seule chez elle, je n’appréciais pas avoir à impliquer une jeune civile dans une affaire comme celle-ci. Il voulait la voir venir à Iwa et c’était une bonne idée, mais cela ne rendait pas la suite de la mission plus simple. Elle devenait de facto la première personne à protéger en cas d’agression extérieure et avec les circonstances suspectes, ce n’était pas une situation idéale.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Lun 5 Nov 2018 - 13:41
Gaël se retourna, souriant un peu à sa fille comme pour la rassurer avant de revenir vers vous. Il se racla un peu la gorge avant de se lancer, parler de sa soeur dans un tel état étant visiblement dûr pour lui. Les Kais n'ont aucun effet, vous êtes visiblement bien face à une personne en sale état physique.

« Ma soeur a une maladie qui touche ses poumons. Je n'ai pas tout compris des explications du docteur, mais elle est de plus en plus faible et crache du sang. Elle était très forte auparavant, elle ne tombait presque jamais malade. Mais cette maladie là a été plus forte qu'elle et depuis elle s'affaiblit. Pour son chakra, je vous avoue que je ne m'y connais pas très bien, je sais juste manier mes armes de lancer, j'ai appris avec feu mon père et je sais faire quelques acrobaties, mais rien d'autre. Je n'ai aucune capacité de senseur comme peuvent en avoir Akeno ou Goro. C'est pas juste un signe de sa force ?.. »

L'homme face à vous semblait réellement croire ce qu'il disait. Il n'avait d'après ses dires quasimment aucune culture sur les shinobis et il était probable que quelqu'un comme lui ne sache en faire un diagnostic ou comprendre les raisons d'un tel chakra par rapport à un tel état physique.

Vous continuez donc votre voyage aussi rapidement que possible et vous arrivez quelques heures plus tard à Iwa, passant les portes pour aller jusqu'à l'hôpital. Vous amenez le trio de civils jusqu'à ce dernier et Gaël vient avec vous tandis que vous présentez rapidement la situation aux médecins qui prennent en charge la soeur affaiblie et en font un diagnostic rapide. L'un d'entre eux revient finalement vers vous, un air impressionné sur le visage.

« Cette jeune femme... Elle est diablement résistante. Et diablement forte aussi. Elle a le potentiel chakratique des meilleurs Jônins d'Iwa, sans doute pour cela qu'elle est encore vivante après autant de temps sous cette maladie. Telle que vous l'avez vu, elle devait à peine être à un quart de sa puissance réelle. Ne vous en faites pas jeune homme, elle s'en sortira entre nos mains. Vous pouvez partir vous reposer, vous avez presque l'air plus épuisé qu'elle. »

Gaël qui avait été de plus en plus stressé, de moins en moins confiant en attendant la réponse des médecins se détendit soudain, respirant un grand coup en s'asseyant sur le sol, passant une main dans ses cheveux, un poids s'envolant de ses épaules. Il se redressa quelques secondes plus tard et remercia le médecin avant de se retourner vers vous et de vous faire un salut extrêmement respectueux ainsi qu'un "Arigato Gozaimasu !" très sincère, avant de tendre ses poignets, attendant apparemment des menottes. Il ne vous restait plus qu'à amener sa jeune fille à l'hôtel de police où on pourrait s'occuper d'elle et lui trouver un lieu de vie puis à retourner chercher votre camarade qui attendait encore patiamment avec les bandits.

Informations supplémentaires:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 5 Nov 2018 - 14:22
Les Pupilles Pâles ne trouvèrent aucune illusion visuelle. Elle écouta l'explication de Gaël qui était presque inutile. Puis, elle hocha la tête. Elle n'avait pas de raison de ne pas le croire. Il semblait sincère et il n'y avait pas d'illusions concernées.

Ils l'amenèrent à un hopital où elle fut prise en charge. Rapidement, un eisenin fit un diagnostic, partagé avec d'autres collègues et débattu avant que l'un d'entre eux ne vint faire une synthèse de leurs découvertes.

Toph fut très surprise. Pour quelqu'un qui voyait les réserves de chakra de manière naturelle, cela la choquait particulièrement. Quelque part, cela confirmait qu'il n'y avait pas esbrouffe. Tout était réglo, Gaël ne leur avait pas mentit. La princesse Hyûga se fit une réflexion sybilline.

Une bonne et une mauvaise chose.

En effet, cela lui avait sauvé la vie. Elle survivrait. Néanmoins, il était fort probable que le village lui mette la main dessus. Ce genre de ressources étaient rares et utiles. Quelque part, Toph était presque jalouse. Même si elle venait d'un clan réputé, son chakra à elle n'était pas aussi extraordinaire que cela, et elle s'y était entrainé durement toute son enfance.

Gaël était heureux et très soulagé. Il tendit ses poignets à Toph qui fit un non de la tête, puis elle dit sur un ton plus bas.

Pas devant votre fille.

La jeune kunoichi était jeune, mais pas insensible pour autant. La séparation serait déjà suffisamment dure comme cela, il n'y avait nul besoin d'y ajouter une humiliation devant sa fille.

Toph fit un détour par le centre de police le plus proche, expliquant la situation. Elle laissa Gaël faire des aurevoirs, sans toutefois le lâcher du regard. Il y avait peu de chance qu'il prenne la fuite. Sa soeur nécessitait des soins et était dans un hopital, après tout. Mais Toph ne désirait pas tenter le diable pour autant, et le garda dans son champs de vision.

Elle jeta un dernier regard aux deux silhouettes qui s'étraignaient, et leur donna deux minutes de plus, avant de s'interposer.

Bien, allons chercher les autres maintenant.

Toph fit un salut à la jeune fille puis fit comprendre à Gaël qu'il était temps d'y aller.

Ils arrivèrent assez rapidement à la falaise où tout avait débuté. Gaël était présent derrière eux. Tenzin avait l'air en bonne santé et n'était même pas attaché. C'était plutôt bon signe. Toph s'éclaircit la gorge et dit d'une voix suffisamment haute et, elle espérait, autoritaire.

On s'occupe de votre amie, elle est entre de bonnes mains. Sa fille sera une pupille d'Iwa en attendant la fin de votre peine. Il y aura un jugement, car il faut que justice se fasse. Mais il vous sera possible de négocier avec Iwa. Après tout, tout ceci s'est résolu de manière relativement diplomatique...

Enfin, si le coup de la falaise était considéré comme un argument rhétorique.

Je ferais un témoignage dans ce sens. Je vous conjure de changer de voie dans le futur. Vous êtes des personnes compétences et intelligentes. Pourquoi ne pas vous mettre au service d'Iwa ? Votre peine pourrait être réduite et je suppose que des visites pourraient être arrangées.

Ce n'était pas pur bonté que Toph proposa cela, mais également d'un point de vue purement utilitariste. Ils étaient des brigands assez compétents et doué d'un sens de l'honneur - ils n'avaient jamais tué un marchand, cela parlait en leur faveur. Et si la soeur de Gaël était doté d'une réserve de chakra aussi bonne... il était possible que leur fille voir Gaël lui-même ait des facilités. Si elle réussissait à convaincre cette troupe atypique, elle pourrait sans doute recruter la soeur de Gaël une fois qu'elle irait mieux. Et un potentiel jonin en plus ? Cela ne se refuse pas.
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Mer 7 Nov 2018 - 19:07
Suite aux suspicions de Toph, Gaël nous expliqua les détails des maux de sa sœur. Cela n’avait cependant que peu d’importance, nous n’étions pas médecins et la présence de sa nièce à ses côtés indiquait qu’elle n’était pas contagieuse. Nous nous dirigeâmes donc directement vers un établissement de soin et notre route se fit sans accrocs. Cela n’était pas suffisant pour gagner ma confiance, mais plus le temps passait plus les explications des voleurs se démontraient véridiques. Ce fut le verdict de l’Eisenin qui confirma que la femme était effectivement atteinte d’une maladie sérieuse, mais traitable.

Notre destination suivante fut l’hôtel de police où nous pûmes déposer la jeune fille de Gaël. Ce fut une décision que je trouvais étrange, préférant largement la garder avec nous le temps de rentrer à Iwa, ne serait-ce que pour dissuader les bandits de revenir sur leur parole. Je n’avais cependant pas l’assurance pour remettre en question les décisions de mon équipière et me contentai donc de la suivre pour rejoindre Tenzin.

Ce dernier semblait ne pas avoir eu de problème avec leur groupe, ce qui me rassurait légèrement sur leurs intentions. Cela me semblait désormais probable que leurs dires furent honnêtes et qu’ils n’avaient enfreint la loi que pour sauver leur camarade. Cela ne changeait pas l’opinion que j’avais à leur sujet, mais cela me suffit pour garder le silence en entendant l’hyuga leur proposer de travailler pour Iwa. Ils avaient démontré être capable d’exactions, ce qui ne me donnait pas envie de servir à leurs côtés, mais vu ce qu’ils avaient fait pour l’un des leurs, ils n’étaient peut-être pas inaptes à toute rédemption.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Jeu 8 Nov 2018 - 15:05
Après quelques heures à attendre le retour de Toph, Hisa et Gaël, nous finîmes par les voir arriver. Entre temps, je m'étais rassuré de l'état du bandit qui avait créé l'explosion, et cela m'avait rassuré qu'il dorme paisiblement. Il ne tarderait certainement pas à se réveiller, surement avec un sacré mal de tête, mais au moins il serait encore vivant. C'était une bien piètre punition pour quelqu'un qui avait tenté d'ensevelir au moins trois shinobis. Mais ceci avait été depuis longtemps pardonné. Pardonné, pas oublié cependant. Lorsque je vis retourner nos chers camarades d'Iwa avec le dernier bandit, je quittai ma position dans les airs pour déposer les pieds au sol et m'approcher d'eux. Ils ne semblaient avoir subit aucunes blessures, il n'y avait même pas de poussières sur leur vêtements. Si ils s'étaient battus, la bataille avait dû être un massacre pour le clan adverse, ce qui ne m'étonnerait pas connaissant les deux kunoichi. Mais il était tout aussi probable qu'elles n'aient pas du combattre, auquel cas j'avais eu raison de ne pas insister plus avec le leader de la bande.

Les nouvelles que Toph apportèrent étaient exactement celles que j'avais eu envie d'entendre. Mais visiblement il s'était passé plus de choses que ce à quoi je m'attendais initialement étant donné que j'appris que la fille de Gaël serait une pupille d'Iwa. Ce dernier avait dû la confier au village pendant le temps qu'ils purgeraient leur peine. Cela me fit presque de la peine, sachant que leurs intentions étaient bonnes. Presque. Mais je ne pouvais approuver leurs méthodes. Même si je les comprenais dans un sens. Lorsque Toph expliqua le reste de la situation, je m'approchai de Sei et me postai devant lui. Aucune animosité dans le regard, aucun reproche, je tenais à ce qu'il voit dans mes yeux qu'au moment prévis où je lui parlais, je ne le considérais comme rien de moins qu'un homme.

-Tu as des compétences certaines, et ce n'est pas pour rien que ces hommes te suivent. Vous affronterez la justice d'Iwa, mais j'intercéderai moi aussi en votre faveur. Vous avez fait ce que vous avez cru bon pour venir au secours de ceux que vous aimez, et même si ce n'était pas la meilleure chose, vous l'avez fait avec honneur. Si tu voulais bien rejoindre les rangs d'Iwa, ainsi que tes camarades, cela pourrait alléger votre peine, et vous pourriez aider beaucoup d'autres qui étaient dans le besoin comme vous.

C'était leur choix, mais j'espérais sincèrement qu'ils rejoignent le village. Sei était un homme bien au fond, et avec des capacités de leadership qui semblaient excellentes. Il pourrait être fort utile pour le village, et aider à faire valoir une bonne vision de ce dernier. Peut-être nous y prenions-nous mal pour certaines choses, et de nouveaux regards pourraient nous être utiles. Et qui sait, peut-être des pépites sortiraient du lot...?


Résumé:
 

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Jeu 8 Nov 2018 - 16:27
Gaël se contenta de hocher la tête, ne montrant pas le moindre signe de rébellion. Visiblement, il était parfaitement d'accord avec la suite des évènements, plus détendu maintenant qu'il avait entendu le médecin. Il fit ses aurevoirs avec sa fille, la rassurant en lui disant qu'il reviendrait la voir dès qu'il pourrait. Il lui sourit finalement et l'embrassa sur le front avant de la laisser au poste de police là où ils pourraient s'occuper de lui trouver des gens pour s'occuper d'elle le temps nécessaire, puis il repartit sans faire d'histoires avec le duo, sa fille pleurant un peu malgré tout, triste de se retrouver seule.

Le chemin de retour jusqu'au canyon se fit également sans accrocs, les autres bandits attendant tranquillement en compagnie de Tenzin et de Takumi qui ne s'étaient pas plus combattus que Toph et Hisa. Les bandits optempérèrent sans faire d'histoire, suivant les shinobis sans poser de question, attendant simplement leur jugement. Ils étaient tous rassurés, surtout Sei qui alla prendre Gaël dans ses bras quelques instants et lui mettre une tape dans le dos en hochant la tête. Ils avaient prit la bonne décision, c'était maintenant fixé.

« Je suppose que nous verrons selon ce que les juges nous dirons. Pour le reste... Je suppose qu'on peut vous remercier de ne pas tout simplement nous avoir attaqué... »

L'homme n'ajouta rien d'autre mais certains de ses camarades, notamment Akeno, eurent un petit sourire amusé de voir leur camarade dire ce genre de chose qui n'était que peu habituel dans sa bouche. Au même titre que les excuses à vrai dire. Il était du côté de ceux qui agissaient après avoir réfléchi et il était rare qu'il se trompait, alors il n'avait pas souvent eu à le faire, et ne s'y pliait pas aisément.

Le reste des bandits suivirent donc tranquillement les quatre shinobis qui les guidèrent jusqu'à Iwa avec les biens saisis qui seraient ramenés à la guilde des marchands pour être revenus et rembourser au moins en partie ceux qui avaient subit ces attaques.

Takumi raccompagna donc l'équipe et une fois les bandits amenés au poste de police et le rapport complet fait, il se tourna vers le trio en hochant la tête.

« Belle prestation, vous avez su être efficaces et trouver la meilleure solution pour tout le monde dans cette histoire à mon avis, celle qui profitera à Iwa ainsi qu'à ces messieurs, cette jeune femme et cette jeune fille. Je vais faire mon rapport sur vos comportements respectifs, soyez certains que rien ne sera oublié. »

Avec un sourire amusé, l'homme se retourna en coup de vent, ses mèches se remettant parfaitement en place d'une manière surnaturelle tandis qu'il disparaissait dans les rues d'Iwa, vous laissant vaquer à vos occupations pour aller rejoindre le Tsuchikage.

Informations supplémentaires:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mission de rang B ▬ Troubles au Canyon | Musashi & Tenzin

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre :: Zone à découvrir
Sauter vers: