Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Après l'effort... [PV: Nagamasa Musashi]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Ven 21 Sep 2018 - 0:59
C'est bien cela. Non, il ne faut pas voir ça comme de la fierté. La catégoriser à cela ne serait que la sous estimée et passer à côté du vrai sens de la chose, prétendre qualifié l'honneur d'un samouraï à de l'ego ou une fierté ne serait qu'effleurer la réalité de la chose. . Il faut le vivre pour le comprendre. C'est au delà des simples mots.

L'honneur à l'instar de toute chose se devait d'être vécu. De simples mots ne pourraient suffire. De nos jours, beaucoup prenait cet honneur pour une fierté mal placé ou encore un ego exacerbé. Ils avaient bien entendu tort. Peu de mots lui venait à l'esprit, il avait toujours vécu de la sorte pour lui c'était quelque chose de logique et simple mais malheureusement ce n'était pas le cas de tout le monde.

Il y a un moyen de racheter cette faute. Le Seppuku qui consiste à se donner la mort par la lame. Pour le samouraï son honneur est bien plus importante que sa simple vie. L'erreur consiste à quitter un combat, trahir son clan ou son seigneur voir aussi tromper son conjoint avec une autre.

Ses mots se voulaient doux et affectueux pour éviter de braquer la jeune. C'était une philosophie bien éloigner que ce que la plupart des shinobi empruntait de nos jours. Cependant, comme dis plusieurs fois auparavant, le samouraï ne vivait que pour mourir de ce fait il n'avait pas peur de la mort. Seul le déshonneur pouvait donc l'atteindre. Cela reviendrait à jeter ses principes à l'eau... Chose inconcevable pour tous samouraï.

Si je devais résumer le bushido ou du moins les vertus qui le compose j'en citerais neuf. Le neuvième étant j謙遜 | Kenson aussi appeler l'humilité voir la modestie. Les relations enseignant-élève sont impossibles sans modestie. Le samouraï devient l’ambassadeur du code moral, il se doit de rester humble et ne pas flatter son ego. L’orgueil et la vanité freinent considérablement l’apprentissage de ce code. Savoir être humble, exempt d’orgueil et de vanité, sans faux-semblant est le seul garant de la modestie.L’homme vraiment modeste ne désire pas s’abaisser, mais simplement s’apprécier, selon la vérité et la justesse, avec sincérité et honnêteté. Enfin, il est important de savoir apprécier, respecter et aimer la valeur chez les autres, amis ou ennemis, et parfois les prendre pour référence.

Musashi l'invita une seconde fois à rechercher d'autres propos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3997-vagabond http://www.ascentofshinobi.com/u726

Mar 25 Sep 2018 - 17:02
- Pouvez-vous essayer d'une manière ou d'une autre de me faire comprendre la vertus de l'honneur ? Je n'ai pas été élevé avec et personne ne m'a appris son vrai sens. Je comprends bien qu'il peut être difficile de l'expliquer, mais je n'arrive toujours pas à comprendre le sens de cette vertus si elle n'est pas lié à la fierté. J'aimerai faire l'inverse, la comprendre pour la vivre.

Elle voyait bien que Musashi ne voulait pas vraiment rentrer dans le vif du sujet, l'honneur n'était pas de l'égo ou de la fierté. Soit, mais elle n'était pas plus avancé sur sa définition et si elle était si centrale dans la voie, elle lui fallait absolument des réponses. Même si c'était juste une direction à suivre, n'importe quoi qui pouvait la mettre sur la voie faisait l'affaire. La suite des évènements rendraient probablement tout ça plus concret.

Musashi prônait le Seppuku comme porte d'expiation des fautes d'honneurs mais il esquivait la question de l'Ashikaga. Peut être consciemment, peut être inconsciemment, elle ne pouvait le dire. L'esprit du Nagamasa était fait de tel sorte que la mort n'était rien, elle l'avait bien compris. Mais sa question sur le déshonneur était plus précisément sur le fait de pardonner et de donner une autre chance sans mettre un point final à l'existence. Elle décida de ne pas continuer sur ce sujet, Musashi était catégorique et elle pensait déjà connaitre la réponse aux questions qui pouvait être posée.

La neuvième vertus, Humilité et Modestie venait d'être expliqué par le samurai. Elle se demandait pourquoi cette vertus n'était pas une des principale, un peu comme le contrôle de soi. Ces qualités parlaient à l'Ashikaga, son respect des puissants étaient en grade parti dû à l'humilité qu'elle avait reçu comme guide de son éducation. Elle n'était pas grand chose et venait de nul part, même si elle s'était attaché à ce "pas grand chose" et à ce "nul part" avec le temps. Elle connaissait sa place dans le monde et se demandait sans dire mot pourquoi tous les samurais ne partageaient pas cette façon de penser. Musashi respectait ces qualités, la preuve était qu'il était en train de les enseigner à l'Ashikaga en faisant preuve d'une grande humilité et c'était tout à son honneur.

Elle replongea le regard dans le carnet, feuilletant de temps à autre quand elle eu finis la page qu'elle analysait. Jusqu'à voir une citation qui l'inspirait beaucoup et surtout, d'un sujet qu'ils n'avaient pas encore aborder.


- "Le sabre doit être plus qu'une simple arme; il doit être la réponse à des questions de la vie." Recita-t-elle en s'appliquant. Donc même sans être présent dans les vertus, l'art martial est un point important de la philosophie du samurai ?

Intéressante par bien des aspects, cette question était d'autant plus pertinente que Gabushi se pensait artiste martiale par dessus tout. Avant d'être genin du village d'iwa, avant d'être la jeune fille calme et respectueuse et avant ses attachements et ses sentiments. Elle ne faisait qu'un avec sa flèche ou son arc et ce depuis bien des années maintenant. Elle se posait donc la question, quel rôle pouvait jouer son art dans son développement personnel selon la vision de la voie ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi

Lun 1 Oct 2018 - 4:45
Si je devrais te résumé l’honneur d’une autre manière que précédemment j’emploierais ces termes. L'honneur élève l'être humain au dessus de la condition animale, car il le place au dessus de la nécessité. L'honneur est une valeur qui exige un comportement digne et respectable, le respect de ce que nous croyons juste et moral, la poursuite d'idéaux. L'honneur élève l'homme au-dessus de la médiocrité de l'intérêt personnel. Arrives-tu à cerner le principe de la vertus ?

Musashi laissa le temps nécessaire à sa camarade afin qu’elle réfléchisse sur ses mots. Après un certain temps elle ne tarda pas à rechercher dans son carnet une énième citations. Il en avait une aussi en tête. La laissant terminer de poser ça question il posa son indexe au niveau de sa tempe.

Le sabre est bien plus qu’une arme. Le corps du samouraï est une lame affutée. L’esprit du samouraï est la plus fine des épées. Elle ne connait ni obstacle ni limite. Oui, l’entrainement aussi bien spirituel que physique est un point important.

À son tour désormais.

Je vais t’apprendre le serment du samouraï. En espérant que cela te serve un jour. Je n'ai pas de parents, je fais des cieux et de la terre mes parents. Je n'ai pas de demeure, je fais de Tan t'ien ma demeure. Je n'ai pas de pouvoir divin, je fais de mon honnêteté mon pouvoir divin. Je n'ai pas de fortune, je fais de ma docilité ma richesse. Je n'ai pas de pouvoir magique, je fais de ma personnalité mon pouvoir magique. Je n'ai ni de vie ni de mort, ma vie et ma mort ne font qu'un. Je n'ai pas de corps, je fais de mon stoïcisme mon corps. Je n'ai pas de Yeux, je fais du flash de l'éclair mes yeux. Je n'ai pas d'oreilles, je fais de ma sensibilité mes oreilles. Je n'ai pas de membres, je fais de ma promptitude mes membres. Je n'ai pas de lois, je fais de mon autodéfense ma loi. Je n'ai pas de stratégie, je fais du droit de tuer celui de protéger ma stratégie. Je n'ai pas de dessein, je fais de la saisie instinctive de l'opportunité mon dessein. Je n'ai fais pas de miracle, je fais du respect de la loi mon miracle. Je n'ai pas de principes, je fais de mon adaptation en toutes circonstances mon principe. Je n'ai pas de tactique, je fais de la vacuité et de la plénitude ma tactique. Je n'ai pas de talents, je fais de mon esprit prêt à réagir mon talent. Je n'ai pas d'amis, je fais de mon esprit mon ami. Je n'ai pas d'ennemis, je fais de l'imprudence mon ennemie. Je n'ai pas d'armure, je fais de ma bienveillance mon armure. Je n'ai pas de château, je fais de mon esprit inébranlable mon château. Je n'ai pas d'épée, je fais de mon non-être mon épée.

Il l’invita à réfléchir sur ses mots avant de continuer à feuilleter son carnet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3997-vagabond http://www.ascentofshinobi.com/u726

Lun 1 Oct 2018 - 19:06
L'honneur était décidément important dans la vision du monde de Musashi et des autres samurais. Effectivement, la description qu'il en faisait aidait sensiblement l'Ashikaga à cerner ce qu'il voulait lui apprendre. L'honneur était simplement la fondation des autres vertus et qui permettait à l'ensemble des principes moraux de faire corps, pour avoir une certaine estime de soi et de ses certitudes. Ce n'était pas de l'égo ou de l'orgueil, mais bien une certaine forme de dignité que l'archère ne connaissait pas encore et n'avait jamais gouté. Elle aurait probablement besoin de temps et de méditation sur le sujet, pour se forger sa propre forme d'honneur qui pouvait peut être différer de celle de Musashi, mais ces préceptes n'étaient pas tombés dans l'oreille d'une sourde, c'était une certitude.

Elle se doutait que la réponse de Musashi à sa deuxième question allait être celle-là. Oui, l'entrainement aussi bien physique que mental était primordiale. Il pouvait passer des journées entière sur le haut plateau à s'entrainer, comme elle l'avait bien remarqué pendant leur première rencontre. Alors forcement que la réponse était positive. Mais elle s'attendait peut être à plus d'indication, peut être à une philosophie ou un angle nouveau sur lequel attaquer ses entrainements. Ce n'était pas le cas, elle n'avait peut être pas l'esprit d'un samurai, mais avait déjà les qualités et la conception martial qui accompagnait le titre. Peut être était-ce pour ça, que Musashi lui avait demandé si elle était pratiquante de la voie ? Probablement.

Il changea brusquement de sujet, pour lui apprendre le serment qu'accomplissait un samurai. Ce n'était pas une phrase à la va-vite, mais bien une longue suite de serment qui surprenait l'Ashikaga. S'attendant à une phrase, elle n'était pas préparer à retenir quelque chose d'aussi long sans support écrit et sans vouloir manquer de respect à son mentor qui avait, avec patience, jusque là synthétisé énormément de chose de la voie. Elle ne pouvait s'empêcher de demander.


- Excusez-moi, Musashi-sans. Dit-elle hâtivement.

Elle leva la main vers le taulier, qui la regarda en haussant un sourcil. Que pouvait-elle bien demander aussi tard après l'énorme plat de met succulent qu'il leurs avait déjà apporté ? Il fut surpris d'entendre la voix de l'Ashikaga demander plume et papier et après un moment d'hésitation pour voir si elle était sérieuse il s'éclipsa à l'arrière du restaurant.
Le serment du samurai était important, elle en était convaincu après l'avoir entendu une fois de la bouche du Nagamasa. Elle se devait de le garder intact et loin de sa mémoire faillible, quand elle aurait les bons outils entre les mains, elle demanderai à Musashi de le répéter lentement.
Elle savait quelque part, qu'elle en aurai l'utilité un de ces jours.

Une fois la tâche accomplis, elle se décida à poser une simple question qui pouvait paraitre idiote après le long texte mais qui avait son importance.


- A qui faites vous ce serment ? Au Shogun du pays du fer ? Au clan Nagamasa ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi

Lun 1 Oct 2018 - 20:45
Musashi plongea son regard dans celui de la jeune. Il espérait sonder cette dernière afin de savoir si elle avait bien compris toute ses paroles. Cette dernière ne parlait que très peu laissant sans doute la plupart de ses propos sous silence. Il devait juste s’habituer à cela. Cependant, une chose était sûr, elle avait sans doute envie d’intervenir pour qu’il lui explique plus clairement ou plus en profondeur un sujet.

D’ailleurs si tu as la moindre interrogation sur mes propos ou si tu veux de plus ample information n’hésite pas.

Tandis que la plume et le papier venait tout juste d’arriver, Musashi remercia l’homme qui avait répondu positivement à leur requête. Le samouraï prit la peine de répéter une seconde fois ainsi qu’une troisième fois le serment pour que sa jeune apprentie puisse tout remettre au propre et sûrement rebondir sur les différentes phrases.

Non. C’est un serment que l’on se fait à sois-même. Ou plutôt à la Voie.

Il l’invita à continuer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3997-vagabond http://www.ascentofshinobi.com/u726

Mer 3 Oct 2018 - 17:18
- Excusez-moi si je peux vous paraitre bien silencieuse pendant notre échange, je n'hésites pas à vous poser des questions si celle-ci me semble pertinente. Mais la plupart du temps, j'essais juste d'assimiler l'information et de la conserver au mieux dans ma mémoire. Je sais très bien qu'il y a énormément de chose que je ne peux comprendre au fil d'une conversation. Mais peut être que plus tard, avec une méditation et un peu de recul je comprendrais mieux certain point de la voie. Dit-elle en observant le samurai qui essayait de décrypter ses pensées en la fixant.

Elle ne voulait pas paraitre grossière ou tout autre adjectif du genre pour Musashi qui prenait énormément de son temps pour lui enseigner des choses importantes pour lui. Tout comme il lui avait permis de feuilleter son carnet de voyage, il lui permettait d'en apprendre plus sur la voie, sa façon d'être et de penser, sa méthode de vie qui lui était propre. Elle se doutait qu'il aimait ou aurait aimer être quelqu'un qui partage sa sagesse et sa voie.
Elle s'était mis à rédiger le serment, et dans sa grande bienveillance, le samurai était enclin à le répéter plusieurs fois. Elle pu ainsi parfaitement retranscrire la valeur et l'authenticité de la chose pour une utilisation ultérieur. Mais le fait de l'écrire rendait le texte bien plus concret à ses yeux, et elle put finalement l'analyser tranquillement.

- Je n'ai pas de parents ? Je n'ai pas, je n'ai pas, je n'ai pas. La voie demande-t-elle d'abandonner autant de chose ? Je ne suis peut être pas très expérimente et encore jeune, mais je me suis attaché à certaine chose autre que ma vie au cours de ma petite existence. Vous ne vous attachez jamais à rien d'autre que la voie ? Pas d'amis ? Pas d'amante ? Pas de projet personnel dans l'avenir ? Pas de "chez-soi" ?

Elle avait dit ça avec une pointe de déception sans s'en rendre compte. Peut être avait-elle surestimé le lien qui les unissait à ce moment-là, pour elle qui respectait énormément les plus sages et les enseignants, elle était bien triste d'apprendre qu'être élève du Nagamasa n'était pas une attache aussi importante qu'elle le pensait. Peut être qu'elle se trompait ? Mais le serment ne faisait aucun doute sur le fait que le samurai se prêter lui même serment de ne pas s'attacher aux choses matériels pour la voie. Autant elle comprenait cette vision des choses, autant il lui semblait très difficile d'abandonner toutes ses attaches comme ça.
Un autre sujet, au fil de la conversation attira son attention, un sujet qui, même si elle ne le savait pas encore, allait lui être important dans peu de temps.


- La mort de l'adversaire ou sa propre mort fait partie de la voie, mais la mort des autres, des amis, de la famille ou des camarades. Comment combattez-vous la tristesse ou la colère, Musashi-san ?

Ils n'avaient pour le moment que parler de la peur et du déshonneur du misérable. Mais elle avait déjà eu l'occasion d'être confronter à d'autre sentiment tout aussi violent et fort dans son périple. Comment un samurai se devait d'encaisser se genre de choc ? Avec dignité, bien sûr. Elle n'avait pas oublié cette vertus. Mais c'était une chose de serrer les dents et autre chose de soigner la blessure.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi

Après l'effort... [PV: Nagamasa Musashi]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: