Derniers sujets
» Entrainement à l'épée n°1 - Shiori
Aujourd'hui à 23:25 par Watanabe Shiori

» Le blondinet s'ennui !
Aujourd'hui à 23:21 par Aami Shôran

» Encore ... ? [Pv Shuu]
Aujourd'hui à 23:20 par Metaru Reiko

» Deux épreuves pour le prix d'une (ft. Y. Kagero & N. Sayo)
Aujourd'hui à 23:14 par Aburame Shizen

» [Equipe #4] Première rencontre matinale
Aujourd'hui à 23:06 par Kanashīdesu Inja

» Impact [Sayo N.]
Aujourd'hui à 22:35 par Nara Sayo

» La chieuse en tenue d'infirmière... [Ft.Sayo]
Aujourd'hui à 22:30 par Nara Sayo

» C'cadeau Senseï | Shojito
Aujourd'hui à 22:18 par Nara Sayo

» Pile ou face ? | Frero
Aujourd'hui à 22:03 par Nara Sayo

Partagez | 

Non, mais quelle calamité... | Eiichiro


Jeu 6 Juil 2017 - 1:18
S’il y a un bel et bien un défaut que je peux avoir, mais que l’on peut aussi qualifier de qualité, en fonction des gens et de la situation. C’est que j’ai le cœur sur la main. Car je suis incapable de rester de marbre, de ne pas agir quand quelqu’un est dans la nécessité. Je suis comme ça, mon père m’a inculqué des valeurs et mon ancien senseï également. Ils m’ont forgé comme cela, a agir vers autrui plutôt que vers moi-même. Je ne suis pas égoïste et parfois, cela est dangereux. Comme à cet instant. Pourquoi est-ce que j’ai fait ça ? Sérieusement. Par pitié ? Par compassion ? Parce que je suis incapable de voir un tel spectacle sans agir ? Oui, c’est cela, je suis probablement trop sensible, mais est-ce réellement une mauvaise chose ? Après tout, je suis supposée avoir des capacités et je dois les mettre aux services d’autrui. Même si cet autrui est un animal. De toute façon, je pense qu’il n’existe aucune personne sur cette terre capable de rester immobile face à un chaton sur le point de se noyer.

Quittant alors le chemin de terre, je balance rapidement mon sac à dos et mon épée sur le sol. Je ne tiens pas à être encombrée, même si théoriquement, je ne devrais pas avoir de soucis. Sauf que le problème avec moi, c’est que la théorie et la pratique, c’est deux choses bien distinctes… Et si en théorie tout se passe bien, on peut être sûr que derrière en pratique ça va être la galère. Je suis comme un chat noir, je porte la poisse, enfin, je me porte surtout la poisse, mais voyons la chose positive, je n’en sors que plus forte à chaque fois, même si j’y laisse des plumes.

Concentrant alors mon chakra dans mes pieds, il ne me faut pas plus longtemps que cela pour m’élancer sur l’eau pour aller à la rescousse de ce félin.

Soulagée de l’avoir entre les mains, j’en perds probablement ma concentration et mes pieds s’enfoncent dans l’eau plus rapidement qu’il n’en faut pour le dire et… Si le chat à cesser de paniquer un instant à cause de l’eau… Il ne fait que miaulé d’avantage à tue-tête maintenant alors qu’il s’agrippe comme il peut à moi. Bonjour la calamité que je suis. M’enfin, dans tous, les cas, il faut voir le côté positif des choses. Le chaton, il a maintenant quelque chose à quoi s’agripper et il ne va pas se noyer si facilement maintenant. Je compte bien y veiller même si je m’en tire avec plus d’une trace de griffure sur le corps. C’est un mal pour un bien ! Sauf que là, je galère réellement… Tentant de garder le félidé comme je peux hors de l’eau, je me retrouve avec seulement mes jambes pour tenter de garder la tête hors de l’eau et aussi d’avancer pour regagner la berge. Alors comment dire que là, à cet instant, je suis bien loin d’être comme un poisson dans l’eau parce que c’est plus que compliqué de nager comme ça. Alors que les griffes du chat m’arrachent des grimaces de douleur même si j’essaie de faire fi de celle-ci. Bref, j’ai l’air plus stupide que jamais dans cette situation, mais je vais m’en tirer, vous allez voir ! Je vais réussir à regagner cette berge même si à la fin, je suis morte de fatigue ! C’est juste comme un entraînement, sauf que là, je n’ai pas le droit à l’erreur. Il n’y a pers… Personne ? C’est ça que j’allais dire ? Non. Je viens de voir une masse, une silhouette, je crois, sauf si c’est un arbre ? Non, quand même pas. Il y a quelqu’un ! Je peux me planter, sauf que là, ce n’est pas ça que je dois me dire ! Je vais y arriver toute seule ! Je vais sortir de cette rivière avec le chat sain et sauve, vous allez voir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Jeu 6 Juil 2017 - 14:26
Il existe bien des êtres humains en ce monde et tous sont différents. Pour certains, l’altruisme est une nécessité, un besoin. Il est un instinct d’aller vers les autres, les aider, les secourir, s’en inquiéter. Pour d’autres, seule leur personne peut compter. Ils travaillent en ce sens que rien ne compte, sinon eux-mêmes. S’ils aident, c’est uniquement dans le but de recevoir en retour. S’ils sont présents, c’est qu’ils attendent de vous. Il existe ces ambitieux et ces altruistes. Il existe aussi les téméraires ou les timides, les faibles et les forts.

Eiichiro, qui est-il exactement ? Un Yuki, sûrement. Un homme, également. Est-il vraiment ambitieux alors qu’il ne souhaite pas le titre de Mizukage ? Est-il pour autant un altruiste ? Est-il donc une personnage timide car il déteste la compagnie des hommes ? Qui est-il exactement ? S’il ne se pose aucune de ces questions fondamentales, qui permettent à nombre de gens de classifier leur monde, de savoir s’ils peuvent, ou non, s’entendre avec telle ou telle autre personne, Eiichiro, lui, se contente d’être ce qu’il est.

Tranquillement assis sous un arbre, il fut bientôt dérangé par l’étrange vision, sinon surprenante, d’une jeune fille qui, traversant l’eau au pas de course, utilisant donc un peu de son chakra pour se permettre de courir de la sorte, vint au secours d’un chat. Incapable de nager, et donc s’enfonçant bientôt dans les limbes aquatiques, l’animal venait tout juste d’être secouru par la Shinobi en herbe. D’elle, il ne connaissait absolument rien. Pour ainsi dire, il ne l’avait même jamais vue. Une parfaite inconnue. Peut-être même qu’elle ne faisait pas partie des soldats Kirijins. Peut-être était-ce une de ces vulgaires criminelles à la recherche d’une médiocre rédemption en sauvant un malheureux chat.

Assis, voilà ce qu’il allait se contenter de faire. Assis contre un arbre, observant cette scène d’un regard fatigué. Après tout, il était au courant de cette pratique régulière, cette façon qu’avaient certains Shinobis de perdre leur temps en allant secourir la « bonne vieille » et le « chat perdu ». En réalité, il détestait cette façon de faire, qui ne formait pas des soldats mais de bons citoyens. Comment quelqu’un pouvait-il bien penser qu’un chat pouvait instruire d’une quelconque façon sur le futur comportement d’un ennemi ? C’était faire preuve de bêtises. Cette jeune fille était bête, peu importe d’où elle venait.

Aussi, quelle ne fut pas sa surprise lorsque, observant la situation, il vit bientôt la jeune fille s’effondrer sous l’eau. Une mauvaise maîtrise de son chakra. En plus d’être jeune, elle ne contrôlait pas encore parfaitement ces quelques bases. Un soupir. Désabusé. Si elle faisait bien partie des Kirijins, il lui resterait encore un long chemin à faire. Si elle n’était qu’une criminelle, il n’avait même pas la force de l’affronter. Un Shinobi incapable d’un tel geste, un rudiment s’il en fallait bien un, ne méritait même pas d’être ainsi appelé. Alors, jetant un coup d’œil au phénomène, il resta planté là, voyant autant le chat que l’être humain se débattre, pour survivre.

Après tout, tout entraînement commençait quelque part. Pour survivre, il fallait parfois savoir abandonner quelqu’un derrière. Ce n’est pas en voulant sauver tout le monde qu’on dure réellement fort longtemps. Même, on a tendance à raccourcir notre existence de la sorte. Tel était ce qui se passait actuellement. Bientôt, elle finirait par s’épuiser, son corps l’abandonnerait et elle coulerait. Tout cela pour un vulgaire chat. Ses poumons se rempliraient bientôt d’une eau âpre qu’elle tenterait de rejeter avant d’en avaler encore plus. Elle finirait par crever dans ses eaux, sans que personne ne se souvienne d’elle. Tout cela pour un chat qui, demain, ferait une autre bêtise, se tuerait en sautant d’un immeuble ou viendrait à nouveau à se noyer. L’être humain, comme l’animal, pouvait être stupide. Mais des deux, seul l’altruiste méritait réellement de mourir pour sa bêtise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t450-yuki-eiichiro http://www.ascentofshinobi.com/u355

Ven 7 Juil 2017 - 21:09
Ne pas céder à la panique, c’est quelque chose que je ne dois clairement pas faire à cet instant. Il faut que je reste tout simplement concentrée sur ma tâche, sur mon objectif pour sortir de l’eau et réussir à sauver ce chat. Si je n’y arrive pas à quoi bon tenter de persévérer hein ? Trébucher au premier obstacle et abandonner ? Sans façon, ce n’est pas ma philosophie de vie et ça ne le sera même jamais. Je ne suis pas une lâche. Réfléchissant alors comme je peux pour tenter de me sortir de cette situation, je finis par rapidement faire le choix de tenter de nager avec seulement un bras, continuant de tenir le chat de l’autre main, même s’il continue de me griffer. Il est paniqué lui, c’est normal. Après tout, l’eau s'est réputée pour ne pas être quelque chose que les chats apprécient réellement. Et j’avoue que là, cette eau un peu trop sombre, je ne l’aime guère réellement, elle est menaçante et froide surtout. Cherchant alors à prendre une grande respiration avant de me lancer, j’avale plus d’eau qu’autre chose et commence à tousser comme une vieille rachitique pour tenter de faire ressortir cette eau. Mauvais réflexe que je cherche à reprendre sa respire comme ça.

Il me faut alors quelque secondes pour m’en remettre voir même une petite minute, je suppose. J’avoue que là, je n’ai pas réellement la notion de temps en tête et je serais bien incapable de dire depuis combien de temps je suis dans la flotte. En même temps, est-ce réellement quelque chose d’important ? Non, je ne crois pas, alors on s’en fout. Je ne suis pas chronométrée et de toute façon, l’ombre que j’ai pu voir ne devait pas être autre chose qu’une ombre sinon, une personne se serait déjà manifestée non ?

Me mettant enfin à nager comme je peux vers la rive, il m’aura quand même fallu un peu trop de temps avant de me bouger pour le faire et encore plus de temps pour réussir à atteindre la rive d’où je viens alors que le chaton continue de miauler et de me lacérer le bras. Je vais possiblement garder des souvenirs de lui un petit moment. M’extirpant finalement de l’eau avec le chat, je le pose rapidement sur le sol avant de me laisser tomber pour me retrouver sur le dos et regarder le ciel. Je finis par simplement éclater de rire après quelques minutes, amusé par ce qu’il vient de se passer, même si j’ai froid, même si j’avais pu y passer. C’est justement tout ça, qui me fait sourire, me dire que je suis encore en vie et surtout, j’ai réussi à sauver le félin. Félin qui montre sa gratitude en partant après s’être léché sommairement. « Mais de rien. » M’exclamais-je doucement en suivant le mouvement du chat qui s’éloigne de moi. C’est d’ailleurs à ce moment-là que mon regard aperçoit à nouveau cette ombre plus loin. La fixant alors un moment, mon sourire s’estompe un peu en réalisant que c’était bel et bien un individu. Je le regarde alors en chien de faïence, attendant de voir s’il va bouger ou juste continuer de faire la statue de pierre. Je pourrais bien aller lui parler là, mais je préfère attendre, observer un peu pour voir et tenter de comprendre.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Dim 9 Juil 2017 - 15:36
Elle était tenace. Ou stupide. Ou peut-être était-ce un mélange étrange entre cela, comme un courage d’imbécile. Peut-être était-ce là ce qui la gouvernait, qui lui faisait croire qu’elle était capable de surmonter cette épreuve, de sauver un chat ingrat qui, à peine la patte sur la terme ferme, viendrait sûrement à s’enfuir, oubliant immédiatement sa sauveuse. Aussi, alors qu’elle atteignait la berge, le Yuki se releva, continuant d’observer la scène qui se faisait à lui. Bientôt, posant le chat au sol, elle se fit son propre chemin pour enfin être délivrée de l’eau. Regard froid, sourcil froncé, Eiichiro vit le chat courir en sa direction et se caresser à sa jambe, comme s’il était un outil pour satisfaire son manque d’affection.

Marchant dans la direction de la jeune sauveuse, et quasiment noyée, il l’entendait toussoter les quelques gerbes d’eau qu’elle avait malencontreusement avalées lors de sa tentative inespérée pour sauver un vulgaire chat qui, maintenant, traînait dans ses pattes. Bientôt à sa hauteur, se posant contre un arbre à la lisière du point d’eau, il croisa les bras et jeta un regard de haine sur la jeune femme, comme si elle ne valait déjà plus rien à ses yeux. Comme s’il ne la voyait même pas. « Pathétique. », lâcha-t-il seulement à son intention. Comme s’il lui crachait à la face. Comme si son geste n’avait absolument aucune valeur à ses yeux. Comme si, finalement, elle n’en valait même pas la peine.

Il jetait un regard à l’animal qu’il bouscula du pied, agacé qu’il n’arrête pas de tourner autour de lui, à la recherche de câlins qu’il n’aurait pas. « Tu vois. Aucune gratitude. » Grattant son œil unique, puis le fermant quelques instants, il poussa un long soupir, comme déjà agacé par la situation. A croire que la jeunesse était encore plus stupide qu’il ne l’avait imaginé. Finalement, s’asseyant face au point d’eau et de la jeune femme encore couchée, il continua, n’attendant aucune réponse. « Tu préfères sauver la vie d’un chat, que ta propre vie. », lâcha-t-il, telle une évidence. « Tu compromettrais n’importe quelle mission comportant le moindre risque. » Il commençait seulement, comme s’il s’apprêtait bientôt à apprendre la hanche qui lui couperait la tête. « Je vais aller remplir un dossier sur toi. Je ne te veux pas sur une mission dangereuse. » Le chat vint se coucher et, ronronnant, s’endormit bientôt le long de sa jambe. « Tu préférerais la vie d’un coéquipier plutôt que d’assurer la viabilité et le succès de la mission ? Tu n’es pas faite pour être Shinobi. Si tu n’es pas capable de faire le moindre sacrifice comme avec ce chat, tu seras incapable de progresser dans la voie du Ninja. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t450-yuki-eiichiro http://www.ascentofshinobi.com/u355

Lun 10 Juil 2017 - 1:13
Mon regard reste rivé sur lui, alors qu’il approche avant de finalement se stopper à un arbre. Je le fixe, attendant de voir ce qu’il peut bien me vouloir et j’arque un sourcil à ses propos. Pathétique ? J’incline alors un peu la tête, pour l’inviter à poursuivre. Lui montrant ainsi que je suis tout ouïe à ses propos et que j’attends dans un sens, de savoir pourquoi il dit cela si soudainement et sans aucune raison apparente à mes yeux.

Le voyant dans son ensemble à cause de la distance entre nous. Je ne rate donc pas son mouvement de jambe pour repousser le chat. Les animaux ont l’art de savoir quand les hommes ne les aiment pas, mais ils ont aussi la passion de s’intéresser à eux. Comme si, par leurs présences tout près d’eux, ils allaient soudainement changer. Mais là, visiblement ça ne risque pas d’être le cas étant donné le geste qu’il vient d’avoir envers le chat. Enfin, ce n’est visiblement pas ce qui dérange le petit animal. Il revient assez rapidement à la charge alors que l’homme prend à nouveau la parole. Redressant la tête pour le regarder lui et non plus la boule de poils, je ne peux m’empêcher de sourire à ses propos. « Et ? Je n’ai pas fait cela dans le but d’obtenir sa gratitude. » Lui répondis-je assez rapidement pour l’informer que je ne fonctionne pas sur l’intérêt. Mais il ne me laisse guère me défendre d’avantage qu’il tente de m’enfoncer.

Je me relève alors, pour ne pas rester en position inférieure en étant sur le sol alors que lui, il est débout. Franchissant alors les derniers mètres qui nous séparent, je plante mon regard dans le sien. « Shiori Watanabe. C’est le prénom et le nom à mettre dans votre rapport. » Non, je ne le nargue pas, même si j’incline un peu la tête sur le côté et que je lui souris. Je vois simplement les choses de façon différente que lui. D’ailleurs, je ne vais pas manquer de le lui en faire part dès à présent.

« Mais avant de faire votre rapport, puis-je me défendre un peu ? » Une question formulée à son attention, mais je n’ai guère envie d’entendre sa réponse et pour preuve, je ne l’attends pas. « Et si ma mission était justement de sauver ce dis chat au péril de ma vie ? Ne serait-elle pas dès lors réussie ? Ou alors, n’est-ce pas justement une preuve que je pourrais mettre ma vie en jeu pour justement réussir une mission ? » Je plante mon regard dans le sien, amusée dans un sens par la situation et puis, on parle d’argumentation là non ? Et ça, c’est quelque chose que j’adore ! Je ne suis pas la fille d’un marchand pour rien. « De surcroît, vous parler de coéquipier, mais dans le cas présent, il n’y en avait guère, et même s’il y en avait un, n’est-il pas normal que ça soit le plus faible qui meurt pour permettre à la mission d’être réussi ? » Oui, je le reconnais, je suis nulle, je me considère comme inférieure à mes confrères Genin, mais en même temps, c’est le cas non ? « N’avez-vous donc pas tiré des conclusions hâtives à mon sujet ? » Je maintiens alors mon regard fixé sur son unique œil, attendant avec une certaine impatience non dissimulée sa réaction et les propos qu’il pourrait bien dès lors me tenir pour me répondre.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Lun 10 Juil 2017 - 12:51
Watanabe Shiori. Sabreuse. Avait-elle seulement quelque chose en sa faveur ? Non seulement elle faisait preuve d’une stupidité épatante, égalant sûrement plus d’un, mais, en plus, elle lui tenait tête de la pire des façons. Elle le provoquait. Elle voulait jouer un jeu auquel elle ne pouvait que perdre. Auquel il avait l’expérience du combat et des années. Un jeu qu’elle ne connaissait pas elle-même. Aussi, amusé par la force qu’elle tentait de se trouver, il la regarda se lever, les vêtements encore trempés, quelques algues encore collées à ses jambes. Médiocre. Pathétique. Une véritable disgrâce. Elle ne valait même pas la peine de poser un œil sur elle. D’un rictus mauvais, sa rancœur continuait de s’accroître.

Était-ce la politesse ? La courtoisie ? Ou peut-être était-ce seulement la stupidité ? Demandant sa propre permission pour ce qu’elle appelait « sa défense », il se garda de tout commentaire. Déjà, l’entendant à peine, qu’il en comprit davantage sur la jeune femme. Elle n’était pas que stupide. Elle était naïve. Stupidité. Naïveté. Un cocktail dangereux qui ne pouvait conduire que sur une seule voie. Celle de la bonté. De la gentillesse. Et, finalement, de la compassion. Pour son allié trop fragile. Pour son ennemi désarmé. Seulement tournerait-elle le dos qu’elle finirait vulgairement abattue, comme le chien qu’elle était en cet instant.

Il ne put s’empêcher, alors qu’il croisait les bras devant lui tandis qu’il se remettait correctement contre l’arbre, de sourire, amusé par ce qu’elle disait. Puis, même, de lui demander si, finalement, en l’écoutant, il ne s’était pas trompé sur son sujet. Comme s’il avait « fait des conclusions hâtives », avait-elle clairement dit. Comme si cela l’intéressait. Passant une main sur son front et son œil, il vint par s’asseoir à terre, la laissant seule être debout et trempée, face au vent. Hochant négativement de la tête, il lui répondit, comme elle l’attendait, sûrement encore fière de ce qu’elle avait dit. « Je te pensais brave mais stupide. Sur cela, je me suis trompé, je l’admets. Tu es seulement naïve, en plus d’être une véritable idiote. »

Regardant le chat, le Jônin continua sur sa lancée, n’attendant pas une quelconque réflexion de la jeune femme. « Si ta mission avait été de sauver ce misérable animal, dis-tu ? », laissa-t-il planer quelques secondes, observant le chat qui ronronnait près de sa cuisse. « Tu aurais lamentablement échoué. Tu n’as pas été capable de maîtriser les Arts du Ninja. Ton premier échec est là. » Un bref silence, alors qu’il reportait son attention sur la fille. « Explique-moi comment tu aurais expliqué à la personne que, en sauvant son chat, il s’est enfui ? Je suis curieux. Comment tu sais que là, à l’intérieur de ces bois, », disait-il en pointant du doigt la pénombre ambiante, « il n’y a pas un sanglier qui aurait embroché ton vulgaire animal ? » Recroisant les bras tandis que le chat entre ses genoux pour s’endormir, il continua sa réflexion. « Tu as doublement échoué. D’abord dans ta maîtrise la plus élémentaire du chakra. Ensuite à veiller à la sécurité de l’animal. »

Dans les bois, le vent fit craquer quelques branches tandis qu’une brise se levait lentement. Bientôt un nuage gris s’installa au-dessus d’eux, préparant sûrement la pluie qui, d’ici une heure, viendrait à tomber. Poussant un autre soupir, agacé par le comportement capricieux et enfantin de celle qui se tenait devant lui, il prit une longue inspiration avant de reprendre. « Si tu meurs en mission, que se passe-t-il ? Tu serais une véritable perte de temps. Il faudrait ramener ton corps, certains feront semblant de te pleurer et lors d’un vulgaire éloge funèbre, d’autres rappelleront à une assemblée endormie quelques souvenirs qu’ils auraient eu de toi. » Il rigole, amusé par ce qu’elle disait. Puis, hochant négativement la tête durant un soupir qui en disait encore long sur tout ce qu’il pensait, il continua. « Le véritable bien, dans une mission ? C’est de laisser crever un partenaire pour pouvoir rapporter les informations collectées. C’est pouvoir revenir et demander qu’une autre équipe intervienne. Garde ton complexe du Héros lorsque tu seras capable de sauver quelqu’un sans te tuer. » Stupide. Naïve. Suicidaire. Voilà ce qu’elle était. Pourquoi perdre davantage de temps en sa présence ? Se levant, bousculant le chat dont il n’avait cure, il lui tournait déjà le dos alors qu’il retournait s’enfoncer dans les bois continuer sa méditation.

_ Tu es encore plus pathétique que les criminels. Tu méritais seulement de crever dans cette eau. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t450-yuki-eiichiro http://www.ascentofshinobi.com/u355

Lun 10 Juil 2017 - 21:59
Ma question est tombée et maintenant, j’attends sa réponse, sa réaction même, me délectant un peu de celle-ci alors qu’il continue sur la voie opposée à la mienne. Je ne peux réprimer un sourire à ses premiers propos, qu’il veut probablement blessant. Peut-être s’attend-il à ce que je cherche à lui faire encore changer d’avis ou même à me défendre avec un non, je ne suis pas comme ça, c’est pas vrai ? Mais en réalité, la seule chose que je pourrais lui répondre à cet instant, c’est un simple mot. Un merci, qui le ferait tomber probablement de haut. Après tout, il est de coutume de ne pas dire merci quand on critique. Mais n’est-ce pas une critique justifiée ? Un moyen de me faire comprendre mes erreurs plus que de critiquer juste pour critiqué en soi ? Je souris alors simplement ne disant au final rien, parce qu’il ne m’en a guère laissé le temps. Il continue, cherchant à me montrer par A+B que je ne suis qu’échec encore. Et là, mon sourire s’estompe un peu, pour marquer que maintenant, je prends réellement au sérieux ce qu’il dit et que je l’écoute. « Encore une fois, vous faites des conclusions hâtives et vous imaginez immédiatement quelque chose de plus sombre. Prenons les faits tels qu’ils sont. Je ne me suis jamais vanté d’être douée dans les arts du ninja et dans la maîtrise du Chakra, je sais très bien que je manque cruellement d’entraînement et de pratique, mais contrairement à vous probablement, je ne suis cette voie que depuis peu. Alors il est clair que je ne peux pas avoir le même niveau qu’une personne qui a grandi là-dedans. » Là, il ne pourra pas me contredire non ? « Concernant l’histoire du chat, j’avais remarqué votre présence alors si effectivement il y aurait eu un sanglier, il aurait été plus vite intéressé par vous que par lui. Ne faut-il pas tenir compte de son environnement pour juger une situation ? Vous oubliez dans l’analyser que vous venez de faire votre présence qui était à ce moment-là, plus en amont de la forêt que la mienne et celle du chat. » Lui donner une leçon, non ce n’est pas réellement ce que je veux faire, j’ai juste envie qu’il comprenne mon point de vue et cesse ainsi de tenter de m’enfoncer pour rien, même si dans la plupart de ses critiques, il n’a pas totalement faux.

Restant ensuite silencieuse, je l’écoute me parler d’un complexe du héros et hausse un peu les épaules. « Je n’ai jamais prétendu joué les héros. » Soufflais-je doucement. « Est-ce que vous vous arrêter toujours à la première idée que vous vous faites ou bien il vous arrive parfois de creuser un peu plus ? Parce que tirer des conclusions hâtives peut également mettre une mission à mal et créer plus de pertes qu’autre chose. Mais n’est-ce pas là justement le désir de jouer les héros ? Tout faire pour être le seul survivant d’une mission, pour avoir droit à son petit moment de gloire ? » Je croise à mon tour les bras, lui tenant plus tête qu’autre chose à cet instant, je ne compte nullement me laisser marcher sur les pieds comme cela.

Cependant, quand il se détourne de moi et me balance encore une pique, je m’incline en avant, montrant un signe de respect qu’il peut, s’il le veut prendre à mal. C’est à son libre arbitre là. Probablement qu’il va croire que je me moque de lui encore, que je le provoque. « Alors merci d’avoir accordé un peu de temps à l’être minable que je suis et de m’avoir ainsi éclairé sur quelques points que je devrais revoir. » Je me redresse alors et continue de regarder dans sa direction. S’il croit m’avoir blessé, il est bien loin du compte.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Sam 15 Juil 2017 - 15:43
Qui étais-tu, Watanabe Shiori ? Alors que le Yuki décryptait la jeune femme, son esprit, lui, recherchait la moindre information sur elle. En réalité, il ne la connaissait même pas. Sa tête ne lui revenait pas. Ni même ce nom si inconnu. Pour le Jônin, elle n’était rien. Sinon un être pathétique. En plus d’être une mauvaise Ninja, ce qui agaçait largement Eiichiro, elle était trop optimiste, acceptait toutes les remarques comme de bons conseils. Comme si elle ne pouvait qu’être soumise à l’autorité. Il détestait cela. Même, il haïssait de l’ensemble de son être cette soumission. Comme si elle ne cherchait pas à gagner sa liberté, à être maître de ce qu’elle désirait. Elle n’était qu’une vermine. Une insecte collée aux murs de Kiri. Elle n’était rien sinon une gêne et un poids pour la communauté.

Aussi, poussant un soupir d’agacement, il s’arrêta dans son élan et, ne prenant même pas la peine de se retourner vers elle, il lui lança quelques nouvelles informations. Passant rapidement un doigt à son œil, réflexe qu’il avait lorsqu’il se mettait à réfléchir davantage, il prit une longue inspiration. « Soyons clairs. Un ninja qui ne maîtrise pas son Art du Chakra est un danger pour lui, comme pour ses partenaires. On ne peut pas se fier à toi ou ton Art lors de missions. Comment croire que tu pourrais être un atout ? » Se tournant à nouveau vers elle, il jeta un coup d’œil à l’ensemble de ce corps encore trempé, mais bientôt séché sous le vent qui se levait par brises. Haussant les épaules, il ne pouvait décidément pas l’aimer. Trop positive. Trop naïve. Trop idiote. Elle était même l’inverse d’un bon Shinobi. Avançant vers elle, il sortit un Senbon de sa poche et le coinça près de sa jugulaire. « Tu considères tout être humain comme ton ami ? » Elle osait lui parler de conclusions hâtives alors qu’elle l’avait jugé comme étant un allié sans même le connaître. Une grave erreur. « Tu baisserais ta garde sous prétexte qu’un enfant se présente à toi ? » S’il se permettait de juger aussi rapidement, c’est bien qu’il était prudent et se méfiait donc de chacun. Lançant l’arme contre un arbre, ils purent observer la vibration du choc durant quelques instants.

Toujours agacé par ce comportement indigne d’un Shinobi, frustré par cette positivité qu’il désirait détruire de cette mentalité, le Yuki se gardait d’un comportement plus excessif. « Penses-tu que mourir sans la certitude de la viabilité de tes partenaires est une meilleure option ? Ce que tu considères comme un comportement héroïque, je le considère comme le bon sens d’un soldat. » Haussant finalement les épaules, trouvant particulièrement pathétique cette femme qu’il jugeait dorénavant comme un outil perdu, il fit demi-tour, allant chercher son Senbon qu’il rangea sans plus attendre. « Tu es irresponsable, en plus d’être pathétique. Tu me dégoûtes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t450-yuki-eiichiro http://www.ascentofshinobi.com/u355

Sam 15 Juil 2017 - 20:51
« Ai-je dit à un seul moment que je me considérais présentement comme un atout ? » Le questionnais-je rapidement, parce qu’il me semble que là, on parle d’éventualité, mais qu’en aucun cas, on parle de fait concret qui pourrait arriver maintenant ou dans quelques jours voir même quelque mois. En aucun cas, je n’ai mentionné le fait que je me considérais comme apte à aller en mission où je ne sais quelle autre chose qu’il s’imagine encore. Faut dire que contrairement à ce qu’il veut faire croire, monsieur est du genre à divaguer assez facilement et j’avoue que cela pourrait me faire un peu rire si la situation n’était pas aussi tendue à cause de ses propos dédaigneux et son manque de respect évident à mon égard. Mais puis-je lui en vouloir pour cela ? Non, pas vraiment étant donné que les remarques qu’il me fait sont en quelque sorte fondées, bien qu’assez extrême en soit. Je ne peux pas tout nier, je peux tenter de les adoucir un peu, de les tourner d’une autre façon : comme le verre à moitié vide et le verre à moitié plein. Mais dans toutes les situations, le fait est le même, juste la description qui change en fonction de nos personnalités.

Quand il s’approche alors de moi, me menaçant d’un senbon, je ne bronche pas. Continuant de le regarder, fixant son œil unique pour lui montrer que je ne plie pas sous sa pseudo-menace. J’arque cependant un sourcil à ses paroles. « À partir du moment où la personne à déjà eu l’occasion de me tuer et qu’elle ne l’a guère fait, j’en déduis qu’elle n’est pas un ennemi direct. Ou alors vous seriez du genre à aimer perdre votre temps, mais de ce que je peux voir de votre personnalité, ce n’est guère le cas. Donc vous êtes dans le cas présent, un allié, malheureusement pour vous si je puis dire. » Je me permets de le charrier un peu, bien qu’il doive regretter sûrement que l’on soit dans le même camp non ? « Puis soyons réaliste dans l’état actuel, je suis incapable de me battre alors pourquoi devrais-je chercher à lancer des hostilités contre vous, vous ne feriez qu’une bouchée de moi. » Continuant de le regarder, je ne bronche toujours pas à cause de sa lame sur ma gorge. Il en faut plus que ça pour me faire peur et ce n’est pas des menaces en l’air qui me feront flancher. De la folie ? Probablement, mais si réellement, il avait voulu me faire peur et me menacer pour de vrai, il y aurait déjà des traces de mon sang sur son arme blanche. Or, il ne fait que jouer et je compte bien faire de même en quelque sorte. « Je tiens quand même à vous signaler qu’il ne faut pas confondre confiance et être amical. On peut parler à une personne de façon amicale tout en étant sur ses gardes. Mais peut-être que cela, c’est quelque chose que vous ne savez pas pratiquer ? » Ce n'est pas un peut-être à ce niveau que j’aurais dû dire, mais bel et bien un certainement.

Il finit par viser un tronc avec son arme et j’arque un sourcil en fixant la scène. Il parle d’ailleurs encore. « Chaque situation demande analyse, alors agir sur un coup de tête et parler comme on le fait présentement sans avoir réellement une situation réelle avec de vrai enjeu, on ne peut pas dire si oui ou non il y a des chances de survie. Puis. » Penchant alors un peu la tête, je souris. « Vous ferez toujours en sorte de me contre-dire pour tenter d’avoir le dernier mot et tenter d’être en position de forces, n’est-ce pas ? » Prenant alors un shuriken quand il a le dos tourné et alors qu’il se dirige vers l’arbre pour reprendre son arme. Geste fou ? Non pas tant que ça, parce que si je ne suis pas si douée que cela avec mon chakra, je compense pour l’heure assez bien avec mon maniement des armes et ma précision. Je me permets donc de lancer un shuriken, sans le viser lui, mais bel et bien, le tronc, afin que mon étoile ninja se fige dans le bois à quelque millimètre de l’arme du Yuki. « Je l’avoue, je suis irresponsable de ne pas savoir manipuler mon chakra encore comme il faut après un an à m’entraîner, mais je compense comme je peux avec d’autre technique de combat. Mais oui, je suis pathétique de m’entraîner encore sans relâche et de chercher à progresser là ou probablement d’autre se serait déjà avoué vaincu par manque de détermination. » M’approchant alors du tronc également pour retirer mon shuriken, je relève le regard vers lui. « Vous auriez vous eu la détermination de continuer si tout n’avait pas été si facile pour vous ? » Parce qu’à l’entendre manipuler son chakra, c’est une chose si facile, qu’il a dû savoir le faire rapidement. « Ne pensez-vous pas justement que c’est les personnes qui n’ont aucune volonté qui sont des poids pour notre société ? »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Mar 18 Juil 2017 - 12:48
_ Je m’ennuie. », lâcha-t-il abruptement, alors qu’elle finissait enfin de parler. Elle avait beaucoup trop parlé. Tellement qu’il ne l’avait même plus écoutée. Qu’avait-elle raconté encore ? Sûrement avait-elle essayé de le convaincre qu’elle n’était pas si mauvaise. Ou peut-être avait-elle tenté de le convaincre que la vie n’avait pas été facile pour elle ? Alors qu’il récupérait son Senbon planté dans l’arbre, il ne fut guère surpris de la voir essayer de prouver quelque chose. Essayait-elle de prouver qu’elle savait au moins lancer un shuriken ? Ou tentait-elle de se prouver à elle-même qu’elle n’était pas aussi mauvaise qu’il le prétendait ? Lassé, le Jônin se demandait quel intérêt pouvait-il bien à voir dans cette discussion. Poussant un long soupir, rangeant son arme, il s’avança à nouveau vers elle.

_ Je me fiche bien de tes excuses. », lâcha-t-il alors qu’il passait à côté d’elle. Comment les gens pouvaient-ils donc être aussi ennuyeux ? Elle n’avait aucune saveur. Elle était fade à voir. Médiocre à écouter. Qu’avait-elle donc pour elle ? A l’entendre, il s’endormait déjà. Poussant un autre soupir pendant qu’il retournait s’asseoir, laissant le chat encore une fois revenir près de lui, il ferma son œil, prêt à s’endormir. « En réalité, tu es un poids. Tu es faible. » Il hausse les épaules, encore adossé à son arbre, les yeux fermés. « Peu m’importe ta motivation ou ta volonté, tu restes médiocre à mon œil. »

En vérité, elle avait perturbé sa méditation. C’était son unique jour où le Yuki possédait du temps libre et, dans ces instants, il aimait évacuer tout le bruit dans la solitude de ces endroits où personne ne venait. Préférant la solitude aux êtres humains, qu’il haïssait tout bonnement, Eiichiro souhaitait seulement s’attarder ici, dans le silence qui, le plus souvent, pouvait venir l’habiter plusieurs heures, loin du vacarme kirijin, loin des cris de torture, loin des gémissements prisonniers. Il aimait ce lieu mais, aujourd’hui, il le détestait. Car il venait de rencontrer cette Sabreuse au talent inexistant.

_ Ne sais-tu donc que parler ? N’es-tu jamais passée à de la véritable action ? », lança-t-il alors qu’il rouvrait son œil sur elle. « Je m’ennuie et tu parles trop. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t450-yuki-eiichiro http://www.ascentofshinobi.com/u355

Mar 18 Juil 2017 - 21:14
J'arque un sourcil en ses propos. Vraiment ? Il vient vraiment de me balancer ça en mode normal, c'est tout à fait dans le contexte ? Puis il continue, parlant encore pour ne rien dire et je soupire à mon tour avant de m'approcher de lui un léger sourire sur les lèvres. Me calant devant lui, alors qu'il est assis. Je me penche devant lui, pour avoir mon visage à sa hauteur et planter mon regard dans son unique oeil. Penchant alors la tête avant de faire disparaitre mon sourire des lèvres. Je prends la parole d'une voix douce. "Tu es également un boulet." Lui lancais-je sérieusement en le regardant droit dans les yeux, enfin, dans son oeil. "Si moi, je manque de force, toi, tu manques cruellement de savoir vivre. Tu n'as visiblement aucun esprit d'équipe. Les autres doivent réellement te traîner comme un poids en mission." Faisant alors mine de réfléchir, je relève un peu le regard, posant mon index sur mon menton. "Je dirais même que tu dois être méprisé par tout le monde. Mais peut-être que dans ta folie, toi, tu prends cela pour de l'admiration ?" Je ris un peu à cette idée avant de finalement baisser mon regard sur lui à nouveau. "Cela ne serait même pas étonnant en réalité." Je continue de le regarder, attendant de voir une réaction avant de finalement pousser la provocation à aller le traiter comme un gamin en lui faisant une pitch-nette sur le front. "T'es limite plus pitoyable que moi." Lançais-je alors avant de m'écarter de lui et de faire mine de m'étirer un peu. Comme si j'étais lassé par tout cela alors qu'au final, je viens de lancer une sorte de petit jeu. S'il répond, je sens que cela va pour ma part, bien m'amuser. Inverser les rôles c'est quelque chose qui peut être amusant, même si en aucun cas, je ne serais aussi méprisante que lui. Cela n'est pas dans ma nature. Mais disons que j'ai possiblement un pseudo modèle en tête. Bien que s'il était à ma place, je crois déjà que cela aurait fini en combat non ? En fait, je n’en sais rien et dans un sens, j'aurais réellement aimé qu'il soit là, pour voir comment lui réagirait au lieu de me faire des films comme ça et de tenter d'imiter un peu sa dégaine. "Au final, le plus médiocre, c'est toi." Rajoutais-je sans même le regarder passant mes mains sur ma nuque après m'être étirée pour la frotter un peu.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Dim 23 Juil 2017 - 14:44
Pensait-elle vraiment pouvoir s’en sortir aussi aisément ? Pensait-elle vraiment qu’en osant prononcer ces mots, elle s’en tirerait à si bon compte ? Aussi, alors que la jeune femme se tenait devant lui, les bras derrière la nuque, comme si elle ne craignait absolument rien, il l’écouta attentivement. Les poings serrés, les dents crispées dans sa mâchoire fermée, il se mit à la détester. Il se mit aussitôt à la haïr. Comme il pouvait tant en haïr. Non plus pour son incapacité totale à être à la hauteur d’un soldat. Mais pour les mots qu’elle se pensait sûrement intelligente à dire. Croyait-elle vraiment en ce qu’elle disait ? S’entendait-elle seulement parler ? Peut-être ne savait-elle pas de quoi un Yuki était capable. Encore moins lorsque ce dernier était un Jônin. Mais peut-être que l’idiote, dans toute sa bêtise, ne le connaissait absolument pas.

Aussi, d’un mouvement brusque et soudain, en l’espace de trois secondes tout au plus, le Shinobi se redressa de tout son corps et planta sa poigne féroce dans la gorge de cette stupide petite emmerdeuse. D’une main serrée, la soulevant comme si elle ne pesait rien, il la plaqua contre le tronc d’un arbre, avec une sauvagerie non-mesurée et, déjà, il se collait à elle, son oreille, les dents serrées tels des crocs bavant. Qu’il la détestait. Qu’il aurait aimé lui briser la nuque. Lui faire savoir qu’elle n’était qu’un vulgaire jouet face à toute la violence dont il pouvait être capable. « Je me fiche du mépris des autres, autant que de leur admiration. », cracha-t-il dans son oreille. « Je me contente des missions, j’exécute, je vole, je détruis quand on me le demande. Je me fiche bien de tes pathétiques sentiments, gamine. » Il serra un peu plus la poigne de cette main vigoureuse, comme s’il se fichait qu’elle suffoque entre ses mains. Agacé par son comportement enfantin, il finit bientôt par l’écraser au sol, lui éraflant le dos contre le tronc encore humide de la dernière pluie.

_ Je fais en sorte que chaque homme, et femme, sous mon commandement, puissent rentrer saufs chez eux, pouvoir embrasser leurs enfants. » Il continuait d’éructer les invectives, comme si, après l’ennui, elle venait de réveiller l’espèce dangereuse qui sommeillait en lui. « Je connais le nom de chaque homme mort pour moi et, de mes propres finances, je paie leurs obsèques. Je donne chaque mois aux familles. Je rends visite au moins une fois par an à ces familles. Et chaque année, je vais voir ces disparus. » Puis, d’un coup, il planta son poing dans son plexus avant de la relâcher de son étreinte violente. Crachant à son visage de dégoût, il se détourna d’elle. « N’ose jamais prétendre me connaître, pathétique petite fille. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t450-yuki-eiichiro http://www.ascentofshinobi.com/u355

Dim 23 Juil 2017 - 16:58
Echanger les rôles, reprendre ses mots et le provoquer comme il tente de le faire avec moi. Tout ceci n'est qu'un jeu, c'est ainsi que je le vois, un amusement pour le provoquer quand même un peu et tenter de lui faire comprendre qu'il n'est pas si au dessus de ça de la critique non plus. Qu'il est facile également de lui retourner ses propos, bien que d'une autre façon... Et qu'il est également facile de le provoquer... Car ça, je le découvre un peu trop vite et à mes dépends. Sa main à ma gorge me prend par surprise. Et c'est d'ailleurs par réflexe naturel, que je porte mes mains à la sienne pour tenté de me libérer, le griffant à plusieurs reprise au passage alors qu'il me pousse contre l'écorce humide d'un tronc d'arbre. Cherchant à reprendre de l'air par des petites respiration saccadées alors qu'il affirme sa prise, j'ai du mal à me focaliser sur ce qu'il dit, même si j'en comprends les grande ligne. Je l'ai froissé. Monsieur le juunin aime à critiqué, mais n'aime pas qu'on lui rendre la pareil. C'est noté. Mais ce n'est pas ce constat qui me ferait m'arrêter. Folie ? Non, simplement qu'il faut bien quelqu'un pour lui tenir tête et ce malgré ses gestes. Je refuse de courbée l'échine contre lui ! Et ce même s'il m'arrache un grognement de douleur en me lacérant le dos a travers mes vêtements à l'aide du tronc.

Je me retrouve alors à nouveau sur le sol, le souffle court alors qu'il a enfin lâché ma gorge et qu'il continue de parler. Il a le crachoir maintenant faut croire. Mais je me contre fiche bien de ce qu'il dit, car je suis présentement occupée à me masser la nuque, espérant n'avoir aucune marque de ses doigts sur celle-ci ensuite, mais en vue de la poigne qu'il a mit, je risque d'arborer la trace de sa main un petit moment sous force de bleus. Sauf que mon répits est de courte durée... Son poing s'écrasant à la base de ma cage thoracique, me faisant manqué de soufflé à nouveau. J'ouvre la bouche sous la douleur, mais aucun son n'en sort, cherchant juste à prendre de l'air alors que des larmes de douleurs pointent à mes yeux. Cruauté gratuite. Sadisme pervertit. Cet homme est réellement une menace. Il s'éloigne d'ailleurs, après une dernière phrase pour tenter de me rabaisser encore.

Ma main gauche posée au niveau de mon plexus, là ou il a porté son cou, je reste immobile sur le sol, à regarder sa silhouette s'éloigner encore un peu avant de prendre la parole, après lui avoir laissé entendre un léger rire, mi provocateur, mi nerveux. "T'es pathétique." Soufflais-je péniblement à cause de la douleur qui me vrille encore l'abdomen. "C'est pas un jugement, c'est une constatation." Continuais-je en me relevant doucement, prenant appui sur l'arbre derrière moi. Il faudra plus qu'un petit coup pour me faire taire. "Si t'en as rien à faire de ce que les autres peuvent penser de toi, explique moi ce qu'il vient de se passer." Et là, je me prépare à me prendre encore des coups, mais cette fois, j'aurais quand bien même un peu plus de répondant même si je sais d'ores et déjà que je n'ai aucune chance de faire le poids face à lui.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Mer 26 Juil 2017 - 11:07
Elle était fade. Il venait de l’agresser. Violemment. D’une brutalité féroce. Il avait laissé sa colère briser la glace clanique. Il s’était contenté de laisser parler as fureur ancestrale. En réalité, alors qu’il s’était détourné, il avait espéré qu’elle réagisse, qu’elle fasse crier son injustice. Il aurait aimé qu’elle se lance à son cou, dans une recherche désespérée de l’atteindre. Mais alors qu’elle aurait pu mourir de sa main, qu’il l’avait retenue jusqu’à suffoquer, elle s’était contentée de se relever et toussoter. Est-ce que cela ne l’avait pas atteinte ? Cherchait-elle donc tant la mort ? Ou était-ce une habitude pour elle ? Ou seulement de la bêtise ?

Il poussa un soupir alors qu’il se passait un doigt dans l’œil. « Es-tu toujours ainsi ? Aussi bavarde ? Aussi faible ? » Il se tournait à nouveau vers elle, l’œil las de ces joutes verbales. Homme d’action, il était agacé, finissant par hausser les épaules, son œil s’arrêta enfin sur elle. « Tu ne sais faire que parler ou tu as déjà appris à te battre ? » Il était fatigué. Cette inaction le tuait lentement, à petit feu. Pourquoi essayait-il encore ? Après tout, elle ne faisait que lui perdre son temps. Elle l’avait coupé de sa méditation et n’en finissait jamais de parler. Comme si elle aimait s’entendre. Comme si elle seule comptait dans son monde. En réalité, elle avait été intéressante. Quelques minutes seulement. Et il en était à ce stade où son œil borgne questionnait ce maigre corps. « Qu’on se le dise, tu serais meilleure représentation du Daimyo que shinobi. Considère cela. », lâcha-t-il finalement. Ce n’était même pas dit méchamment, mais d’un tas las et fatigué. Comme si sa présence était maintenant une corvée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t450-yuki-eiichiro http://www.ascentofshinobi.com/u355

Ven 28 Juil 2017 - 2:53
Ma main posé à ma gorge, pour tenter de faire passer la douleur qu'il m'a provoqué et aussi probablement par peur de le voir encore se saisir de celle-ci trop rapidement. Sauf qu'il commence à parler à nouveau, restant cette fois à distance. J'hausse alors les épaules, laissant entendre un petit soupire face à ses dires. Il ne cessait une nouvelle fois pas de me critiquer avant de finalement, tenter de me faire une sorte de compliment ? Bien que c'était plus un conseil pour que je m'écartes de la voie de ninja non ? J'en sais trop rien. "Passer à l'action, alors que je sais que je n'ai aucune chance contre vous ? Je ne suis pas masochiste." Lançais-je alors platement en le regardant. "Si vous avez besoin de combattre des faibles pour vous sentir fort, que cela soit votre bon plaisir, mais je n'escompte aucunement en prendre part." Poursuivis-je alors doucement en m'écartant de l'arbre contre lequel il m'avait étrangler tout en restant toujours à bonne distance de lui. "Mais ne vous inquiétez pas, je n'oublie pas ce qu'il s'est passé aujourd'hui et je me vengerais un jour." Je penche alors la tête en souriant un peu, comme une promesse silencieuse. "Il faudra juste être patient." Parce que ce n'est pas pour tout de suite, il faut d'abord que je me renforce, que j'arrive à maîtriser mon chakra correctement, que je manie Dokuyaku beaucoup mieux. J'ai encore tellement de choses à apprendre et surtout à améliorer que je ne suis pas sur un jour pour l'affronter, surtout que pour l'heure, je sais reconnaître une défaite. Mais dans le futur, j'aurais plus de chance de le défaire, de lui faire goûter à la poussière et lui faire regretter d'avoir une langue de vipère. "Mais d'ici là, tâchez de ne pas vous faire tuer." Parce qu'il doit avoir bien plus d'ennemi que d'ami cet homme. Et s'il en a, je les plains sincèrement, parce qu'il faut réellement aimé souffrir pour être désireux de fréquenter un tel homme. Au final, il vient de me donner une raison supplémentaire à mon désir de continuer sur cette voie, lui faire ravaler ses paroles, lui montrer qu'il se trompe. Enfin, de toute façon, je lui montrerais dans le futur ! C'est une promesse que je lui fais, mais surtout une promesse que je me fais. Certes, je m'avance peut-être en disant que j'arriverais à le battre un jour, mais avoir un objectif, n'est-il pas une bonne chose ? Surtout quand celui-ci évolue aussi et se renforce également de jour en jour ? Progresser, devenir forte, j'y arriverais !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Non, mais quelle calamité... | Eiichiro

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: