Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

La blonde, l'albinos, et le corbeau [Pv Hohoemi Tsuki et Sendai Anzu]


Sam 15 Sep 2018 - 8:24




La blonde, l'albinos et le corbeau



Le premier tournoi international, un évènement qui faisait beaucoup parler de lui, un peu comme une oasis au milieu d’un désert, à la différence près que l’oasis était la paix, et le désert, la guerre. Le jeune albinos n’y participait pas, à vrai dire, la raison principale qui faisait qu’il ne participait pas, était qu’il ne voulait pas étaler son panel de techniques devant les autres villages ninjas. Plutôt logique quand on regarde la tension mondiale qui grimpait petit à petit. Mais il était quand même là. Pourquoi ? Et bien disons que la lettre qu’il avait dans la poche de sa veste n’était pas du tout une inconnue dans l’équation, en effet, il serait très probablement resté au village à faire ses expériences sans ça. Mais.. Tsuki… Cette gamine qui jadis lui avait apporté un peu de bonheur dans son monde empli de ténèbres, dans cet enfer persistant auquel il était jadis enchaîné. Eh bien, ce soleil, ou plutôt cet éclat de lune argenté au milieu d’une nuit glaciale, était au tournoi, elle était l’auteur de cette lettre, et indiquait dedans qu’elle participait au tournoi.

Une occasion en or à ne pas louper, celle de revoir ce qu’on pouvait appeler une amie d’enfance en quelque sorte. Il n’avait cependant pas regardé son combat, pas qu’il n’en avait pas envie, loin de là, mais il s’était rendu compte en arrivant qu’il n’avait rien. Il ne se voyait pas la revoir les mains vides, oh que non, pas une personne aussi importante. Il avait donc passé les premiers combats à rechercher désespérément un cadeau pour leurs retrouvailles, quelque chose de sympathique, mais pas trop encombrant, de discret, mais pourtant bien pour elle. Ses pas le guidèrent donc vers un petit stand, un marchant vendant des colliers divers et variés. Il se souvenait de ses yeux à l’iris rouge comme un rubis… Rubis ? Tsuki, la lune…. Il venait de percevoir le cadeau parfait, idéale. Un collier, un sublime collier représentant une lune avec un soleil rouge rubis. Une véritable métaphore façonnée en collier, comme s’il était là, n’attendant qu’à être acheter par Shin, qui ne se fit pas attendre. Il regarda le collier, et demanda à le faire emballer, puis pris la direction du point de rendez-vous qu’ils s’étaient fixé.

Il l’attendit donc et la salua une fois qu’elle arrivait. C’était lui ou bien elle était encore plus jolie que dans ses souvenirs ? Hm.. D’un autre côté, il faut dire que.. Et bien elle n’était plus une enfant ! Il s’avança donc, sortant de l’ombre de l’arbre sous lequel il l’attendait, portant une longue veste noire, avec en dessus ce qui semble un débardeur moulant sa musculature. Il avait également un pantalon assez large avec plusieurs poches et une ceinture/sacoche, avec ce qui semble être le bandeau de son village en guise de ceinture secondaire, légèrement au-dessus de la première.

- C’est pour toi…

Il sorti de sa sacoche la petite boite contenant le fameux collier et le lui tendis, détournant un peu le regard. Il faut dire qu’il n’était pas vraiment habitué à ce genre de chose.. Offrir des cadeaux à quelqu’un n’était pas vraiment quelque chose dont il avait pris l’habitude, mais bon. Il ne se voyait juste pas la revoir sans au moins un petit quelque chose pour la remercier correctement de l’avoir aider à tenir le coup ces quelques années restantes avant son « évasion »


_________________


Dernière édition par Karasuma Shin le Lun 1 Oct 2018 - 12:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Dim 16 Sep 2018 - 23:00
la blonde, l’albinos et le corbeau.

Le tournoi international. Comme le dit le nom, international. Un tournoi où toutes les nations se retrouvent, sans distinction, dans une atmosphère de calme relatif, sans aucune des tensions habituelles. Un endroit pacifique, où les ninjas de tous horizons échangent des coups pour voir lequel est le meilleur. Peut-être aussi une excellente façon de resserrer les liens entre les villages ninjas, par le combat, qu’ils célèbrent depuis des siècles. Tsuki s’y est rendue, pour livrer bataille comme les autres. Sans grand espoir de victoire, elle s’est simplement inscrite pour voir du pays, voyager et tenter sa chance. Peu lui importe de gagner, à vrai dire. Et il ne lui a jamais importé de gagner dans ce genre de compétitions, surtout à son niveau. En réalité, ce qui compte, est de pouvoir se confronter à des ninjas inconnus et en regarder d’autres. Évoluer dans un univers aux antipodes du sien, sortir de sa zone de confort.

Mais les tournois internationaux permettent aussi de rétablir des liens qui auraient pu s’effriter avec le temps. Des liens qui se sont maintenus malgré la distance, sans trop s’effriter, mais qui n’avaient plus de base « réelle ». C’est donc à cette occasion que Tsuki a envoyé une lettre à Shin, connu il y a de nombreuses années. Un bien étrange personnage, qui avait déjà traversé l’Enfer alors qu’il était si jeune. Tsuki a maintenu le contact avec lui grâce à un corbeau mort. Plus tard, elle a appris qu’il s’agit de nécromancie, une technique étrange qui permet de redonner vie à des morts grâce au chakra. Quelque chose qui lui paraît bien dégradant pour de pauvres animaux qui n’ont rien demandé, à part de mourir tranquillement. L’instinct de chasseur opposé à l’instinct combatif des ninjas … Que penser à ce sujet ? Rien, probablement … Simplement l’accepter, parce que chaque capacité est différente et chacun s’en sert comme il l’entend.

Tsuki se rend jusqu’au point de rendez-vous, où elle trouve un Shin toujours autant caché sous ses vêtements. Il est plus grand, toujours plus grand qu’elle, de quelques centimètres supplémentaires, alors qu’elle n’a … absolument pas grandi. Sa taille ne dépasse pas le mètre cinquante, ce qui la rend aussi mignonne que peu impressionnante. Quoi qu’il en soit, la blonde fait un signe de main au jeune homme. Pas de malaise, pas de changement. La Genin est toujours la même, elle a simplement évolué à Kumo et mieux appris à maîtriser ses capacités. Rien de bien extraordinaire.

Par contre, le collier la surprend. Tsuki le prend, sans trop comprendre. Pourquoi un cadeau ? Enfin. Concrètement, même sa famille ne lui offre pas ce genre de choses. Après tout, chez les chasseurs, les cadeaux … ça n’existe pas vraiment. Les babioles, comme ça, moyen. Tsuki se saisit du pendentif et y jette un regard intrigué, perplexe. Une lune. Avec un rubis. Ça vaut quoi, ça ? Suffisamment de ryos pour manger du bœuf – qui est une denrée extrêmement rare et chère – pendant des semaines, non ? Elle l’observe sous tous les angles, encore et encore. Il y a du sens dans le choix, cela dit. Une lune, comme son prénom, puis un rubis, comme … Ses yeux ? Pourquoi pas. Ses prunelles se posent sur Shin.
« Merci, j’imagine ! »
Offrir un cadeau à un chasseur … C’est un concept, une idée comme une autre, après tout. Tsuki le fourre dans sa sacoche prudemment pour ne pas le casser. Cette situation est probablement cocasse et le jeune homme est peut-être vexé … Comment faire ? Son esprit calculateur se met en route, à toute allure, il trie, analyse, nettoie, remet en place. Les informations s’enchaînent, se succèdent, se mélangent. Après un certain temps de réflexion, la blonde ne trouve pas d’autre solution que d’être honnête. Peut-être que cela jettera un froid, mais Tsuki est Tsuki. Et Tsuki ne peut pas changer pour quelqu’un, tout comme elle ne peut pas changer tout court.
« Je suis une chasseuse. Les chasseurs n’ont pas de vraie utilité de ces petites choses. C’est très joli, mais ça fait du bruit, ça reflète le Soleil et ça fait peur à la plupart des animaux. Merci, hein ! Vraiment, c’est gentil. »
Venir sans rien aurait peut-être fait meilleure impression, qui sait ? Tsuki hausse doucement les épaules mais ne peut s’empêcher de sourire. Malgré tout, l’intention est là et elle est bonne. C’est très gentil de sa part, simplement, c’est maladroit. Un bon gros steak aurait mieux fait l’affaire. On ne déconne pas avec la bouffe. Mais on peut l’offrir. Et l’offrir, c’est gentil. Puis ça plaît toujours ! Enfin, peu importe.
« Quoi qu’il en soit ! Je n’ai pas vu ton nom sur les tableaux, tu ne participes pas ? Ça ne t’intéresse pas ? »
Tsuki se gratte doucement la tête et son sourire se mue en une mimique gênée. Ses couettes remuent, puis reprennent leur place. Nouveau haussement d’épaules. Pas de honte, pas de honte. Tsuki est une chasseuse avant d’être une combattante. Mais, encore une fois, peu importe !
« J’ai participé. Mais j’ai perdu ! Au premier tour. Mon adversaire était une très bonne personne et un excellent combattant, alors je n’ai pas de regret. Mais je suis très contente du premier tour, car la plupart de mes amis proches kumojins ont réussi à se qualifier. J’irai les voir, je pense. »
Tsuki rit doucement. Des étoiles illuminent ses yeux quand elle les mentionne. Yahiko, Kenshin. Les rumeurs courent vite et ces deux-là ont gagné. C’est une très bonne chose pour eux ! Ils sont doués, ils le méritent. La blonde est très fière de sa patrie. Elle tape son poing dans sa paume.
« Quoi qu’il en soit ! Tu as beaucoup changé depuis ! J’imagine que tu vas mieux, aussi. Tu es moins … fin, disons. »
Nouveau rire. Tsuki taquine, Tsuki joueuse. Tsuki chasseuse qui n’aime pas vraiment les cadeaux, adore ses frères d’armes et rit à l’infini. Bref, la même que plus jeune, qui n’aime pas les injustices et n’a pas l’hypocrisie de mentir lorsque quelque chose peut froisser. Tsuki. Entre douze et dix-sept ans, une simple affirmation du personnage initial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Lun 17 Sep 2018 - 11:56




La blonde, l'albinos et le corbeau



Il écouta calmement la jeune femme.. Car oui, elle n’était plus une enfant maintenant, et elle avait bien grandit, enfin, pas en hauteur, mais vous aurez compris. Toujours aussi joyeuse, toujours aussi souriante… Il se demandait sérieusement comment elle faisait pour être toujours de bonne humeur, c’était incompréhensible pour lui. N’avait-elle jamais de baisse de tension ? C’était surprenant, et admirable à la fois en un sens, difficile à expliquer. Il sourit un peu et lui posa une main sur la tête, lui caressant doucement le haut de sa chevelure d’or. Il était un peu déçu que le cadeau ne plaise pas, mais bon, tout le monde n’aimait pas forcément les cadeaux matériels ? Bah, il ne pouvait pas savoir, et puis, c’est l’intention qui compte non ? Il la détailla calmement, puis sourit de nouveau.

- Toi en revanche, tu n’as pas changé, à quelques détails près. Enfin, tu ressembles plus à une femme maintenant. Enfin, remarque ça te fait quoi maintenant, dix-sept ans ? Tu es presque une femme.

Il était plutôt content de la revoir après tant d’années, et il ne s’en cachait pas. Il faut dire qu’elle était une personne très importante de son passé, et peut-être même dans son futur aussi qui sait ? Pour le moment, ce n’était pas important, elle était là, devant lui, après cette longue séparation. Il s’en était passé des choses depuis, mais rien qu’elle ne savait pas grâce à leurs lettres échangées de façon quasi quotidienne. Il avait appris bien des choses de son côté… Elle était devenue une Genin du village de Kumo par exemple. Et là, la voici qui se présente pour combattre à un tournoi internationale.

- Bah tu sais, moi montrer ma force comme ça juste pour le spectacle, ce n’est pas mon truc. Et puis… Tu me trouveras peut-être pessimiste, mais on sait pas qui observe les combats, j’ai pas envie que ça me retombe dessus un jour… Par exemple en tombant sur un adversaire qui était présent ici, et connait du coup mes capacités. Stratégiquement parlant, ça lui fait un sacré avantage. Possiblement même lui offrir une victoire facile.

Il haussa un peu les épaules, retirant doucement sa main des cheveux de la blonde en la regardant calmement. Certes, il était possiblement du genre négatif, mais on ne pouvait pas nier que sa réflexion avait un certain sens. Après tout, il a grandi dans un pays en guerre, et ensuite, il est devenu mercenaire, normal qu’il pense comme tel. Certes, ce n’était pas très joyeux, mais bon, allez savoir ce que réserve l’avenir. Peut-être que dans une dizaines de mois, son village se ferait attaquer, par un groupe étant présent au tournoi pour se renseigner sur les divers villages ninjas. Après tout, il y avait bien eût une attaque sur le village de la brume il n’y a pas si longtemps que ça, enfin, selon les rumeurs en tout cas. Même si ce n’est qu’une rumeur, c’est le genre de chose à ne pas prendre à la légère.

Il ne connaissait pas grand-chose du village de la brume cela dit, hormis deux /trois choses accessible à tous... Comme… Le fait qu’il abrite la majorité des manipulateurs de glace, et d’os. Enfin ça n’importe qui pouvait avoir accès à ces informations, ce n’est pas vraiment un secret. Mais là n’était pas la question, le fait est que selon les rumeurs, ce village aurait était attaquer, et pas une attaque de fortune, non monsieur, une attaque organisée. Et selon les mêmes rumeurs, ça n’avait pas était une partie de plaisir pour les kirijins. Ils seraient peut-être les suivant sur la liste, donc mieux valait garder ses atouts, quitte à être mal vu parce qu’il avait refusé de représenter son village.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Sam 22 Sep 2018 - 1:52
la blonde, l’albinos et le corbeau.

Sa main se pose sur la tête de la blonde. Petite ? Est-ce que c’est parce qu’elle est petite ? On dirait un animal quand il caresse sa tête, comme ça. Tsuki ne sait pas si elle doit se dégager et montrer les crocs ou simplement ne rien dire et le laisser faire. Hum. Cruel dilemme. Dans le doute, pour ne pas le vexer davantage, la blonde choisit de ne pas se défaire de l’emprise et laisse la main se balader sur sa chevelure. Les longs, vertigineux cheveux blonds de Tsuki. Qui n’ont pas été raccourcis depuis. Simplement très bien entretenus, pour que leur longueur subsiste et ne s’abîme pas au fil du temps, malgré ses activités de ninja et ses chasses fougueuses. Les cheveux. Seule chose vraiment importante à propos de son physique. Le reste, peu importe.

Un énorme sourire étire ses lèvres lorsqu’il lui dit que c’est presque une femme. Tsuki, une femme ? Tsuki ne sera jamais une femme. Jamais vraiment. Jamais comme ces demoiselles à forte poitrine, qui ont d’étranges préoccupations. Pour la blonde, la seule chose qui l’apparente à une femme est son sexe, en fait. Sur un plan anatomique, pas juste sur le plan du genre. Autrement, Tsuki est Tsuki. Ni femme, ni fille. Chasseuse. Kunoichi. Quelque chose de différent. Pas tout à fait ça, mais pas tout à fait autre chose non plus. Simplement, Tsuki. Elle se met alors à rire, sincèrement.
« Je ne suis pas sûre de l’être, ni de vouloir l’être ! C’est chiant, d’être une femme. Je suis Tsuki. Je veux être une chasseuse et faire la bagarre. Les préoccupations de femme, ça m’intéresse pas. Alors disons … Disons que je suis simplement Tsuki, quel que soit mon âge. À 12 ans, j’étais Tsuki. À 17 ans, je suis Tsuki. À 80 ans, je serai Tsuki. Enfin. Si le monde n’a pas raison de moi avant ! »
La Genin exagère un signe de réflexion, pour montrer le second degré de cette dernière phrase. Revoir une personne qu’elle n’a pas vue depuis tant de temps, c’est un événement important, non ? Alors pourquoi se casser la tête ? Pourquoi réfléchir ? Toutes ces considérations si compliquées, ces réflexions si sérieuses. Tsuki n’a pas changé depuis l’enfance. Ou alors, si. Ses traits de caractère se sont affirmés : la blonde sait où elle va, où elle veut aller, comment elle veut y aller. C’est déjà moins une petite fille qu’avant. C’est une personne sincère, qui s’amuse, qui rit. Qui ne se limite pas à simplement rester en boule dans son petit coin à ne pas savoir quoi dire. Tsuki vit. Parce que c’est ce qu’il faut faire, dans leur univers : vivre.

C’est pour ça que Shin lui paraît toujours autant coincé. Son passé ne l’aide pas, mais il n’a pas pansé ses plaies. Il a rejoint un village, c’est un grand progrès, mais ce n’est encore que le bourgeon d’une belle fleur. Il a probablement beaucoup évolué, mais de vastes séquelles ternissent toujours sa personnalité. Elle hausse les épaules.
« Tu sais … Notre monde est dangereux. Je suis d’accord. Mais c’est parce que notre monde est dangereux que nous devons vivre au maximum. Profiter de chaque instant qui nous est donné, de chaque opportunité qui nous est offerte de briller. Nous devons sortir de la masse, nous inscrire dans l’histoire. Nous faire une place. Notre monde est un monde plein de dangers, mais aussi plein de merveilles, plein de personnalités uniques. »
Tsuki écarte les bras et montre tout autour d’elle. Ce grand bâtiment destiné à accueillir les ninjas. Ce qui les entoure. Cet univers pas forcément chaleureux, ni accueillant, qui pourtant abrite un très, très grand nombre de shinobis venus de divers horizons. Toutes ces personnalités, si différentes, si hautes en couleur, qui se mêlent en un seul endroit pour échanger. Cette explosion de personnes, partout. Ces gens uniques. Ceux qui donnent à Tsuki l’envie de voyager. Son sourire renaît. Il n’était jamais parti, à vrai dire. Mais il est différent. Plus malicieux ? Plus … rêveur, en réalité.
« C’est parce que notre monde est si vaste, parce que les ninjas vont et viennent de partout, que nous devons profiter de ces événements. Non seulement pour découvrir d’autres capacités, mais aussi pour pouvoir connaître nos propres faiblesses. Je suis contente d’être venue jusqu’ici ! Même si j’ai perdu ma première rencontre, j’ai pu voir quelles sont mes failles et je sais sur quoi travailler pour être meilleure. Notre monde … » Elle s’arrête. « Oui, notre monde est fait de très grands dangers. De très grandes tristesses. Mais il y a aussi ces belles choses. Ces fleurs qui méritent qu’on les cueille. »
Ses prunelles incarnates se noient dans les iris ivoires de Shin.
« Si j’avais été plus farouche. Si un petit chat ne s’était pas trouvé sur mon chemin. Tu ne connaîtrais pas Tsuki. Je ne connaîtrais pas Shin. » Son sourire se mue en une mimique malicieuse. « C’est comme ça que tourne notre monde. Des petits hasards, qui mènent à de grandes rencontres. Et il faut saisir ces instants, pour ne pas regretter notre vie lorsque notre heure sonnera. »
Un air mélancolique passe sur son visage. Ne rien regretter. Vivre au maximum. Être utile à son village. De beaux objectifs, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Mer 26 Sep 2018 - 11:09




La blonde, l'albinos et le corbeau



Shin écouta Tsuki parler, et bon sang, elle parlait, à croire qu’elle avait réponse à tout. C’était assez amusant mine de rien, bien trop pour qu’il ne pouffe pas un peu de rire en l’écoutant. Il regarda par la suite la blondinette et lui sourit un peu, un sourire se voulant amicale et chaleureux, un sourire qu’il n’avait pas vraiment eût l’occasion d’afficher depuis cette fameuse première rencontre. C’était amusant de voir qu’après toutes ces années, elle n’avait pas changer d’un pouce. La petite et chaleureuse chasseresse était toujours aussi bavarde et pleine de vie. Non pas que cela dérangeait Shin, bien au contraire, il ne était plus que content. Il était heureux de voir que malgré ce monde pourris, certaines personnes gardaient en elle leurs parts d’innocence, celle qu’il avait perdue depuis bien des années maintenant. Il s’étira ensuite en la regardant, lui tournant le dos.

- Allez viens, je t’emmène manger un morceau. Il parait que leurs nouilles au stand près de l’arène sont délicieuses.

Il commença à marcher calmement en direction du dit stand, non pas que cela l’ennuyait de rester avec la jeune femme, mais il commençait à avoir faim. Il faut dire qu’il était plus de midi, et qu’il avait sauté le petit déjeuner pour trouver le cadeau… Enfin, ce n’était pas vraiment important, de toute manière, il fallait bien manger à un moment ou un autre, donc pourquoi pas avec elle. Et puis il voulait tester cette théorie, celle disant que manger en bonne compagnie rend le repas meilleur. Il avait beau retourner la question dans tous les sens, il ne voyait pas comment un repas pouvait être meilleur juste parce qu’une personne appréciée t’accompagne.. Ça lui passait au-dessus de la tête, le rapport entre bonne compagnie, et l’amélioration du gout des aliments. Ou peut-être prenait-il cette expression de façon trop littérale ? Il n’en savait trop rien… Mais ce qui était sûr, c’était qu’il allait voir ça sous peu dans tous les cas.

Il s’avança donc vers le stand aux côtés de la blonde, avant de s’assoir au comptoir et commander deux bonnes portions de nouille au bœuf, croisant un peu les bras en attendant la commande, il posa son regard sur Tsuki, décidant de relancer un peu la conversation en attendant. Enfin, s’il trouvait un sujet à aborder, ce qui n’était pas vraiment le cas dans l’immédiat. Il se creusa alors les méninges, il faut dire que les rapports sociaux n’étaient pas au sommet du classement de ses capacités, au contraire, c’était même plutôt en bas de l’échelle. Après quelques minutes de réflexion intense, au point que de la fumée sortait presque de ses oreilles, il avait enfin une réponse à son sujet de réflexion. Pourquoi ne pas parler de sa vie de Konoichi ?

- Dit moi, tu es dans une équipe ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Ven 28 Sep 2018 - 16:54
la blonde, l’albinos et le corbeau.

Il n’a rien dit. Il s’est contenté de s’étirer, puis de l’inviter à manger. En un sens, la leçon de morale de Tsuki semble passer à la trappe. Mais. Il utilise un argument intéressant, très, très intéressant. L’argument de la nourriture. Cet argument infaillible qui fait mouche à chaque fois. Certains diraient que la blondinette est faible et, à vrai dire, ils auraient parfaitement raison. La nourriture est, pour Tsuki, la même chose que l’argent pour certaines femmes. Manger est un réel plaisir, surtout quand il s’agit de viande. Là, il touche un point sensible en proposant des nouilles. Parce que, dans les nouilles, non seulement, il y a les nouilles – évidemment – mais il y a aussi l’assaisonnement, les légumes et la viande. C’est un petit morceau de bonheur, qui contient toutes les armes pour faire plier la petite blonde. Donc elle oublie totalement la leçon de morale sur l’importance de profiter de la vie et de se battre, puis le suit comme une gamine. Il l’amène jusqu’à un stand, où il commande deux portions de nouilles au bœuf. Au bœuf ! Au bœuf, mince alors ! Pétard ! Tsuki trépigne. Pourtant, vue de l’extérieur, la blonde est parfaitement immobile. Son éternel sourire ne s’est pas effacé, mais elle ne bouge pas, tout à fait calme.

La voix de Shin résonne dans sa tête et la sort de sa contemplation du stand. Une équipe ? Oh. Une équipe shinobi. Quelle drôle de question, à vrai dire. La blonde réfléchit un instant et retrace tout son parcours jusqu’à aujourd’hui. Peut-on parler d’une équipe lorsque l’on mentionne Yahiko ? Non, pas vraiment. Il s’agit d’autre chose. Un pacte n’est pas une équipe, peu importe la valeur sentimentale qu’on y accorde. Tsuki hausse doucement les épaules.
« Non, pas encore. On ne m’en a pas assigné. Mais j’ai passé un pacte avec un Kumojin de mon village, donc c’est un peu un équipier quand même ! »
Sourire, toujours ce grand sourire. Yahiko, frère d’armes, sorte de rayon de soleil qui perce les nuages. Homme adorable sur qui Tsuki sait qu’elle peut compter. Donc, au fond, dire qu’il s’agit de son équipier n’est pas faux, au contraire. Ils se tireront mutuellement vers le haut, conformément à leur promesse ! Et ça, Tsuki est vraiment impatiente que ça arrive. Mais peu importe, l’odeur des nouilles caresse désormais ses narines. Humble, modeste et surtout, extrêmement indépendante, la blonde décide de sortir son argent et payer sa part. Le chasseur ne se fait pas acheter la nourriture, non non non ! Soit il la chasse, soit il la paye. Le système de valeurs de Tsuki est bien trop fort et bien trop énorme pour qu’elle ne s’en dérobe. Shin a beau être une personne qu’elle connaît depuis plusieurs années, leurs rencontres n’ont pas été assez nombreuses pour que leur relation soit à ce degré. Compliquée, la petite blonde. Mais son éducation est ainsi.

Le précieux sésame entre les mains, la blonde se dirige vers un banc, toute guillerette. La bouffe, bon dieu. La bouffe. Son univers pour manger à longueur de temps sans grossir. Oh oui, ce serait le bonheur absolu. Malheureusement le monde est mal fichu, quand on mange à en devenir obèse, bein, on devient obèse. Mais tant pis ! Tsuki mangera, elle mangera beaucoup, parce que la nourriture c’est bon ! Elle brandit la portion.
« Bon appétit ! »
L’odeur titille ses narines, encore bien trop fort. Alors elle chope ses baguettes et tire quelques nouilles. Ses joues rosissent et ses yeux s’emplissent d’étoiles. Le bonheur. La texture des nouilles, l’assaisonnement parfait, la cuisson de la viande … Tsuki exhale un long soupir de bonheur. Une fois sa bouche finie, elle prend le temps de s’exprimer.
« Oh bon dieu ! Leur réputation n’est pas volée ! »
La portion va vite sauter, malheureusement pour elle. Mais une chose est sûre : Tsuki repassera par ici avant la fin du tournoi. Oh, oui. Évidemment. Pour manger une nouvelle fois. Mais manger encore plus ! Une portion plus grande, plus remplie ! Oh oui oui oui ! La furie de la nourriture redescend petit à petit, puis la blonde regarde Shin avec son sourire de gamine. L’estomac plein, la joie de la bonne bouffe, tout va bien !
« Bon, et toi du coup ? Une équipe ? Des projets ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Ven 28 Sep 2018 - 19:00
La voici, la voilà, la Sendai, du haut de son 1m60, le corps entièrement recouvert de bandage. Elle a réussi à avoir un nouveau moment pour souffler, pour pouvoir ... oublier cette défaite. La kumojin pouvait penser ce qu'elle voulait, qu'elle n'est pas une professionnelle du combat, que son truc, c'est tracer la position des personnes à distance, il n'en demeure pas moins que de perdre dans cet état sans réussir à toucher son adversaire est mauvais pour le moral, même si la demoiselle ne montre toujours rien. Mais ça commençais à la creuser, à la ronger intérieurement, et il fallait empêcher ces idées noires de grignoter d'avantage ce qui lui reste de confiance en soi. Elle avait lu des ouvrages, entendu des témoignages sur la propriété de l'alcool à oublier une dure défaite, elle en a vu aussi des shinobis, recouverts de sang, de bandages, revenant d'une mission échouée, oublié leur malheur en buvant cette liqueur toxique. Ce n'est qu'une illusion pourtant, un moyen de forcer l'organisme humain à oublier quelque chose de désagréable ... mais qu'est-ce qu'elle avait l'air efficace cette méthode ! Anzu ne boit généralement pas d'alcool, il faut dire qu'elle n'a pas vraiment échoué à une mission donc elle n'y a pas penser, encore plus être en peine de cœur ou ce genre de chose qui dépasse entièrement Anzu mais qui rendent les autres si humains.

La voici donc, en train de boire pour oublier sa défaite cuisante et brutale, c'était pour son moral qu'elle faisait ça, déjà qu'elle n'avait pas beaucoup de ça ... enfin, elle qui ne boit pas souvent de l'alcool, la voici déjà saoul après deux verres, et pourtant, elle en redemande, même si elle buvait ceci lentement comme un médicament amer, un délicieux poison qui descend dans sa gorge. Elle va certainement avoir une gueule de bois demain, mais elle aura oublié ... c'est certain. Les autres pourront toujours le lui rappeler, elle dira qu'elle ne s'en souvient pas. Et .. ce sera certainement le cas.

Après avoir bu ... elle ne sait pas combien, elle se réveille un peu en sursaut. "Combien de temps elle a dormi ici ?" pense-t-elle. Mais après s'être rendue compte qu'elle a perdu la notion du temps, son regard balaye les autres tables, pour finalement trouver Tsuki avec un ... homme ? Qu'est-ce qu'elle fait ici ? Et qui est cet homme ? Elle l'ignore ... mais Anzu se lève pour aller les rejoindre, non sans montrer à quelle point elle manque de délicatesse en se tenant lourdement sur la table où se tenait respectueusement les deux personnes qu'elle a vu juste avant, non sans essayer de garder la tête froide.

- Excusez-moi de vous déranger pendant la préparation de votre futur coït ... Toujours aussi romantique la Anzu. Mais Tsuki ... peux-tu m'emmener à l’hôpital s'il te plait ?

Elle respire un grand coup, les joues rougis par l'alcool circulant dans son sang, la vision un peu trouble il faut l'avouer, à tel point qu'elle a un peu de mal à regarder le jeune homme qui accompagnait Tsuki lors de visiblement un repas composé de nouilles.

- T'es qui toi en fait ? Pourquoi tu veux lui parler ? Tu veux des informations sur les autres concurrents ou c'est juste pour pouvoir assouvir ta soif de chair humaine ?

Oh, Anzu bourrée fait rarement bon ménage ... en tout cas, elle attendait une réponse, et non pas de la manière la plus douce possible.

_________________
Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Lun 1 Oct 2018 - 12:33




La blonde, l'albinos et le corbeau



Il rit de bon cœur avec Tsuki, un petit moment, mangeant par ailleurs calmement avec elle, enfin, jusqu’à ce qu’une personne, assez petite et teigneuse, mais surtout manifestement pas très sobre, fit son apparition. Il haussa un sourcil et reporta son intention sur Tsuki, puis soupira un peu, regardant la femme qui venait d’arriver.

- Karasuma Shin, une vieille connaissance De Tsuki, nous profitons de ce tournoi pour renouer des liens fragilisé avec le temps. Et toi, je peux savoir à qui j’ai le plaisir de parler ou ?


Il était peut-être un peu irrité par le fait de s’être fait interrompre aussi brusquement par une personne dans un tel état en plus de cela. Enfin, il ne disait rien par rapport à cela, supposant que c’était une amie de Tsuki, il ne voulait pas qu’elle lui en veuille à cause d’un simple malentendu de ce genre, et puis, il ne voulait pas réprimander une femme alcoolisé pour quelque chose d’aussi futile. Il n’avait pas vraiment compris la partie sur la soif de chair humaine mais bon.

- Je ne suis pas cannibale, cela dit en passant, et pour ce que st de la collecte d’information, le tournoi en lui-même se débrouille très bien tout seul pour les diffuser. Donc la réponse est non à tes deux questions, je suis juste un vieil ami. Sinon.. Ton amie ‘na spas besoin d’un hôpital, elle a surtout besoin d’un endroit calme, de s’hydrater et manger un morceau. Mais surtout s’hydrater. Désolé pour le repas, mais il vaut mieux qu’on s’occupe d’elle.


Le shinobi de la roche porta alors Anzu comme une princesse et fit signe à Tsuki de les suivre, après tout, il ne la connaissait pas. Il soupira un peu et s’éloigna alors de la zone de restauration, emmenant alors les deux demoiselles dans un coin plus isolé, au grand air. Il déposa ensuite la demoiselle sous alcool au pied d’un arbre et lui tendis une gourde d’eau, la fixant droit dans les yeux.

- Bois ça. Tsuki, tu peux me ramener quelques tissus humides ? Elle va avoir un sacré mal de crâne quand ça va retomber.


Il s’y connaissait, avant son arrivé, il n’était pas rare qu’il se noie dans l’alcool pour être « absent » mentalement lors de ses séances nocturnes forcées.. Enfin, là n’est pas la question, il devait aider cette femme, surtout parce qu’il ne connaissait que trop bien els effets dévastateur de l’alcool une fois retomber. Un mal de crâne intense une hyper-sensibilité au son, des brulures d’estomac insupportable, et une intolérance à la lumière du jour. Que des joyeusetés en somme. Il aida donc « l’invitée » à s’installer convenablement sous l’arbre et retira son manteau, lui mettant dessus en sachant qu’avec l’alcool vient une baisse de la température corporelle. Elle allait avoir froid, très froid. Autant dire que cette veste serait un véritable paradis pour elle quand ça arriverait.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Mer 3 Oct 2018 - 12:23
la blonde, l’albinos et le corbeau.

La calamité. Manger tranquillement, puis voir le monstre arriver. Ce petit monstre. La grande créature, qui mesure environ dix centimètres de plus que Tsuki, qui déboule comme ça, de nulle part. Une sorte de momie complètement bourrée, qui pue l’alcool à des kilomètres. Elle arrive, hop, bonjour. Elle pose ses bagages dans votre vie, comme ça, même si personne n’en veut. Parce que Anzu, c’est ça. Anzu c’est la fille qui déboule en soulevant le fauteuil d’une inconnue, qui apparaît d’un seul coup. Anzu, c’est aussi la fille qui décide de surgir de nulle part, bourrée comme un coing, recouverte de la tête aux pieds de bandages. Ouais. Anzu, c’est ça. Tsuki ne peut s’empêcher de sourire, voire rire. Elle ne ressent aucune gêne par rapport à son apparition, au contraire. Ce clown illumine sa vie.

Anzu est piquante, terrible, incontrôlable. Malade. Mais si adorable. Tsuki la laisse faire, même lorsqu’elle agresse presque le pauvre Shin. Il est grand, il saura se défendre. Cette situation est bien trop drôle. Gênant ? Possiblement. Surtout pour le monsieur. Mais pour la blonde, pas de soucis ! Elle s’apprête à se lever pour prendre Anzu par la main quand la situation se renverse de nouveau ! Une situation très particulière, très très particulière. Shin se lance dans une tirade où il explique à Tsuki ce dont a besoin Anzu. La Genin n’en peut plus, elle se remet à rire. Quand est-ce que cette situation cessera ?

Pas maintenant, oh non, pas maintenant. Parce que maintenant, Shin décide de porter Anzu. Porter. Oui oui. Porter Anzu. Une brute comme elle. Il la prend dans ses bras, façon Princesse, hop. Puis il décide de l’emmener jusqu’à un arbre. Mais que se passe-t-il ici ? Quand est-ce que ça s’arrêtera ?! Tsuki suit, tranquille, amusée. Toute cette histoire va bien, bien trop loin. À l’origine elle devait juste retrouver un ami de très longue date, la voilà à s’occuper de la jeune Anzu, bourrée à en perdre totalement la tête. Une sorte de momie jetée en plein manège, qui doit se débrouiller pour sortir du labyrinthe créé par l’alcool. Tsuki regarde Anzu retomber contre l’arbre. Oh non, noooon, cela ne se passera certainement pas comme ça. Il croit qu’il va réussir à lui faire boire de l’eau, puis la manipuler sans que la brute ne dise rien ? Voyons, c’est mal connaître la brune. Tsuki croise les bras et secoue la tête.
« Tu sais. Même si je ne connais pas forcément l’alcool, je connais Anzu. Et crois-moi. Tu en as déjà bien trop fait pour elle. »
Un sourire amusé étire ses lèvres. Elle ne peut pas. Une partie au fond de son âme crie qu’elle est désolée, mais une autre jubile, s’étouffe tant elle rit. Partagée entre deux extrêmes, vraiment extrêmes, la blonde décide de simplement laisser à sa comparse la possibilité de reprendre ses esprits. Elle se rapproche de Shin.
« Anzu est … un animal sauvage. Si tu t’approches trop près, elle va te mordre. »
Son sourire s’agrandit, comme une banane. La Genin décide d’aller auprès d’Anzu. Elle se saisit de sa propre gourde, s’asperge la main puis lui caresse le visage, gentiment. Petite Anzu. Mignonne Anzu. Bourrée Anzu. Tsuki la regarde, la détaille. La fraîcheur de l’eau contre sa peau devrait un peu l’aider. Elle se relève et lui laisse sa gourde. Il y a plus de chances que la momie décide de boire ici que dans celle d’un inconnu qu’elle considère comme un pervers.
« J’imagine que ton combat a été mémorable pour que tu sois dans un tel état. Tu as bu combien de verres ? »
Une tequila, deux tequilas, trois tequiplas, quae tequiplae, cin tequichose, six tequi-oh comme le sol est beau, sept tiens, il se rapproche, huit oh il est confortable … Jusqu’où Anzu était-elle allée ?

_________________

“ When we think there's no hope left, we keep looking until we find some.
We live to make the impossible possible. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Jeu 4 Oct 2018 - 1:35
Confuse, c'est en ce moment l'état des pensées de la jeune Sendai, se tenant à la table à l'aide de ses puissants bras, observant l'homme qui partage la table de Tsuki, cet grand homme aux cheveux gris. Elle fronce les sourcils, si elle a écouté ce qu'il a dit ? Bah, la moitié, le reste, elle fabrique, elle colle, elle assemble pour que ça lui convienne. Il jouait les malins, il pensait faire rire en ignorant le sens de la phrase d'Anzu, ce n'était pas le cas, pas un seul haussement de lèvres est apparu, au contraire, la brune est frustrée, que dis-je, énervée de voir que cet homme se paye sa tête. Elle ne lui a pas dit son nom, s'est contentée de grogner en l'entendant ne pas répondre à ses autres questions, pour finalement qu'il sorte une plaisanterie qui ne marche pas ainsi que l'excuse du "c'est mon ami depuis mon enfance". Elle s'en fiche, elle sent que cet homme n'est pas venu la voir pour un simple détour nostalgique, mais bien pour avoir une jeune et jolie manipulatrice de son en train de servir de bouillotte dans son lit douillet. Certainement l'intuition féminine ... ou l'alcool ... voire les deux.

Cependant, avant qu'elle ait le temps de répliquer, la voici dans ses bras, comme une princesse qu'il venait de trouver dans un coin de rue. Il voulait donc que ça parte en soirée à trois ? Il pensait qu'Anzu est assez bourrée pour qu'elle se mette à perdre toute notion de gêne ? Elle n'a pas encore atteint le stade du "je me déshabille pour danser dans la fontaine toute nue", elle en est encore loin. Il fallait dire qu'Anzu n'aimait pas l'alcool, elle devait ne pas en avoir bu beaucoup, mais elle supporte très mal ce poison, très très mal. En un verre elle est déjà dans l'état de personne ayant bu trois verres du même délicieux breuvages, donc forcément, quand elle boit plus d'un verre, c'est le carnage. Mais elle ne va pas se laisser faire, ça non ! Si elle a mit du temps avant de se rendre compte de sa situation, c'est-à-dire au bout de quelques secondes, elle arme son bras pour plaquer son poing propulser par ses puissants muscles - capable de porter un palmier souvenez-vous - en plein dans la joue de cet homme aux cheveux gris.

- Lâches-moi sale pervers ! Je rejoindrais pas ta couche !

Dit-elle alors qu'elle se débattait avant de finir assise contre un arbre. Elle se retrouve ensuite avec un manteau sur elle, le manteau de ce type, il pensait qu'elle avait froid ? Eh bien ... certes elle n'a comme seul habit des bandages qui recouvre tout son corps, mais Anzu avait-elle l'air de grelotter, de claquer des dents, d'avoir la peau qui blanchit à cause du froid ? Ce n'est pas le cas, c'est même l'inverse, la peau d'Anzu devenait rouge sous la colère. Sa deuxième réponse ne se fait pas attendre : alors qu'il lui ordonne de boire, elle lui arrache la gourde remplit d'un liquide bien plus offensif que tout ce que contenait les verres qu'a bu Anzu, puis la lui lance directement sur le visage, en plein dans le pif alors que Tsuki semble lui parler.

- Tu crois que je t'ai pas vu venir ? Tu veux me droguer c'est ça ?

Elle se lève avant que Tsuki arrive pour lui barrer le chemin involontairement, ah, cette jeune chasseuse au moins ne lui fera pas de coup fourré ou ne la droguera pas. Surtout pas elle, elle qui a réussi à percer pendant un cours instant la carapace solide de la Sendai, carapace qui renfermait telle une jarre une colère en train de gronder intérieurement. Elle n'a même pas eu besoin de la rendre ivre, à vrai dire, elle ne l'a même pas fait exprès, juste agit au mauvais moment. La brune se laisse éponger son front à l'aide de tissu, se remettant assise pour aider Tsuki à atteindre le haut de son visage, regardant l'homme avec un regard noir. Un véritable démon que cette bouteille à invoqué, une génie maléfique qui est sorti de la lampe en la servant trois fois d'une liqueur qu'elle ne digère pas. Mais il peut toujours courir pour qu'elle lui fasse ne serait-ce qu'un vœu.

- J'ai bu assez pour oublier mon combat.

Elle pris la bouteille avec bien moins de violence qu'elle a fait avec cet homme, ce Shin, puis elle commence à boire dans la gourde avec une sacré descente. Bien évidemment, elle pris le temps de reposer son estomac avant de vider le récipient remplit d'eau fraîche en quelques secondes. Super, la voilà maintenant dans un piteux état, complètement ivre, avec un homme qui pourrait très bien avoir envie de se farcir une petite brune pour aller avec sa petite blonde. Elle se demande d'ailleurs si elle ne lui enverrai pas cet arbre sur lequel elle est assise pour l'éloigner de sa collègue kumojin.

_________________
Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Jeu 4 Oct 2018 - 10:55




La blonde, l'albinos et le corbeau



Le nécromant regarda la femme dans les yeux… Ah les ravages de l’alcool.. Il ne connaissait que trop bien cela. Ca mêler à l’hostilité naturelle apparente de la jeune fille, cela donnait un sacré combo.. Il faut dire qu'elle venait de lui balancer sa gourde en pleine figure... Heureusement que ses réflexes lui avait permis de la rattrapé avant qu'elle ne le touche.. Une véritable peste qui sautait aux conclusions aussi hâtivement qu’un chien sur un os. Il lâcha alors un profond soupire et s’adossa à l’arbre tranquillement, sortant un paquet de cigarette de sa poche interne de la veste, il s’alluma une cigarette tranquillement, se cramant un peu le bas des cheveux. Il lâcha alors un nouveau soupire et calla la cigarette entre ses lèvres, se saisissant ensuite d’un kunai à sa ceinture pour se trancher les cheveux jusqu’à hauteur du bas de la nuque. Cela faisait de toute façon un moment qu’il songeait à se couper les cheveux donc bon, ce n’était pas plus mal que ça en y repensant. Il jeta alors la poignée de cheveux un peu plus loin et fuma tranquillement sa cigarette avant de reporter son intention sur les deux femmes, adressant par la suite la parole à son amie d’enfance.

- Elle est toujours aussi hostile, ou c’est l’alcool qui fait ça ?

Il écrasa ensuite sa cigarette et rejoignit les deux, observant Tsuki, il voulait aborder un certain sujet avec elle. Il aurait voulu être seul avec mais bon, de toute façon l’intruse oublierais très certainement tout cela quand l’alcool serait retombé. Il prit alors une profonde inspiration et se gratta un peu derrière la nuque.

- Tu me demandais s’il y avait du nouveau non ? Et bien.. Comment dire.. J’ai rejoins une équipe, et il se trouve que je m’entends bien avec la gradée, VRAIMENT bien, mais je ne sais pas trop quoi faire à ce sujet. Elle à l’air de beaucoup m’apprécier aussi donc selon toi, je devrais faire quoi ?

Il était tiraillé entre l’idée de continuer à repousser ses avances gentiment, ou se laisser aller à tenter une relation avec elle. Il faut dire qu’il n’avait aucune expérience dans ce domaine, et ne savait du coup pas trop comment agir dans ce genre de situation, et il n’avait pas vraiment d’amis à qui demander conseil non plus, donc la blondinette tombait à point nommé. Devrait-il y aller, et tenter sa chance, ou bien ne rien faire et attendre que les choses se tassent, comme il l’avait toujours fait jusque-là. Mais il avait l’impression étrange que son attitude passive ne jouerait pas en sa faveur pour cette fois, donc il était complètement perdu. Sa relation avec Tsuki n’avait jamais dépassé le stade de la grande amitié, voir du lien quasi familiale, alors que là, avec sa supérieur, il avait le sentiment qu’il y avait plus. Mais son côté militaire lui disait que non, ce n’était pas une bonne idée pour un soldat d’avoir une relation amoureuse avec sa supérieure hiérarchique. Encore plus vu qu’il serait amené à la côtoyer souvent. Mais d’un autre côté, il y avait cette partie curieuse et plus que frissonnante aux appels de phares de la jeune femme.. D'ailleurs en parlant de changement, il se demandais si la blonde avait remarquer que maintenant, il avait les yeux rouges. Il faut dire qu'à l'époque la couleur rubis de ses yeux le répugnait, alors il mettait des lentilles grises, mais maintenant... Disons qu'il avait fini par accepté cela, et avait cesser de les mettre !





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Lun 8 Oct 2018 - 17:27
la blonde, l’albinos et le corbeau.

Tsuki explose de rire. Les crampes dans son estomac vont finir par la tuer. Anzu, véritable bête féroce, livrée aux mains de Shin avec un supplément alcool. Comment traumatiser n’importe qui. Enfin, n’importe qui, sauf la blonde. C’est juste un animal un peu plus brutal que d’habitude. L’inhibition saute, la petite brune toute mignonne mais un peu crue devient une gamine terrifiée et violente, qui se méfie de tout et tout le monde. Son radar s’affole face à n’importe qui sauf des personnes connues. En somme, une Anzu au top de sa nature, une Anzu véritable, authentique. Une Anzu qui a bu pour essayer d’oublier son combat. Une enfant. Pendant que la blonde s’occupe gentiment de la bouteille vivante, Shin disparaît un instant. Une forte odeur de cigarette les atteint. Tsuki plisse les narines. C’est dégueulasse ce petit machin. Ça pue. Ça rend moche. C’est vraiment pas génial. M’enfin. La main de la Genin se pose doucement sur la crinière brune, qu’elle caresse lentement.
« Tu pouvais pas simplement te faire un festin pour vaincre la peine ? Ça aurait épongé l’alcool, au moins ! »
Anzu est semblable à une petite fille. Projetée dans un univers un peu trop adulte pour elle, la brune évolue à sa façon, en tombant çà et là, à la recherche d’une façon de comprendre cet univers. Au fond, même si c’est une brute épaisse, qui n’a aucun tact et ne sait pas s’exprimer comme il le faudrait, ni forcément se faire comprendre ; Anzu reste une enfant. Et là, c’est une enfant bourrée. Il faut y faire très attention, s’en occuper comme d’une personne qui apprend. Même si, du coup, une personne qui ne connaît pas la créature ne comprend pas forcément le fonctionnement … Et agit parfois bizarrement. Shin se trouve dans cette situation. Il ne sait pas. Il ne connaît pas ce petit bout de femme. Surtout que le petit bout de femme, actuellement, est bourré comme un coing. Alors ça n’aide pas.

La gourde descend, le jeune homme revient. Tsuki lève la tête, le suit du regard. Il sent la cigarette comme jamais. Berk ! La blonde fait abstraction pour ne pas le vexer ; certaines manies sont difficiles à corriger. Mais elle n’en pense pas moins ! Lorsqu’il revient et inspire profondément, elle comprend directement : les petites histoires. Tsuki adore les petites histoires. Elles peuvent en dire tellement sur une seule personne ! Et là. C’est une histoire vraiment, vraiment très intéressante. Mais la Genin n’y connaît rien. L’amour, pour elle, c’est un bon gros ramen près de la cheminée. Un animal fidèle. Une relation amoureuse, c’est quoi ? Deux personnes qui se tiennent la main, se font des bisous et se jurent fidélité ? Eh, l’amour c’est bizarre quand même. Chiant, aussi. Peut-être même juste nul. Parce que l’amour, ça revient à se lier à quelqu’un pour de bon, à être fidèle, à faire attention. On ne vit qu’une fois, faut-il le faire pour l’amour ? Peut-être, peut-être pas. Pour Tsuki ? Pas du tout. Mais peu importe. Elle réfléchit un instant. S’ils s’entendent bien, peut-être faut-il essayer ?

Sa main redescend des cheveux de la brune, puis elle croise les bras sur sa poitrine. Assise par terre, ses prunelles se posent sur Shin qui. Une minute. Il a les cheveux plus courts non ? Qu’a-t-il fait pendant cette pause cigarette ? C’est quoi ce bazar ? Tsuki le fixe un instant puis tapote le sol à côté d’elle.
« Viens là. Avant de te répondre il faut que je corrige ce bazar capillaire. Si tu voulais te faire couper les cheveux, tu pouvais demander ! »
La blonde attend qu’il coopère et sort un kunai. Quelle horreur. Vraiment, ces hommes ! Ils veulent tout faire comme des grands, mais dès qu’il faut mettre un peu la main à la pâte, y a plus personne ! Ohlala ! Quelle catastrophe. Une fois qu’il s’installe, elle entreprend de nettoyer et rectifier un peu ce gros bazar. Ce ne sera pas parfait comme le ferait un spécialiste, mais ce sera déjà plus propre. Elle fait aussi très attention à ce que sa petite partenaire bourrée ne vienne pas la couper en pleine … coupe, justement. Concentrée, Tsuki décide de laisser aller ses propres idées à propos des histoires de Shin.
« Une attirance, hein ? Eh bien, si vous vous entendez … Peut-être vaut-il mieux en parler ? Ou laisser les choses se faire. Tu as les deux possibilités : soit tu ne demandes pas et ça finit par éclore tout seul, soit tu prends les devants et tu vois ce que ça donne. L’avantage de ne rien faire, c’est que si ça doit arriver, ça arrivera. Alors que si tu y vas trop vite, tu risques de perdre ta proie. »
Le vocabulaire de chasse qui se mêle à ses explications. Elle ne s’en rend même pas compte, absorbée par sa tâche. Une fois les cheveux bien organisés et coupés proprement, la blonde range son kunai et laisse l’albinos repartir.
« Ce sera mieux comme ça, déjà. »
Elle hoche la tête pour elle-même et regarde les quelques cheveux blancs qui traînent sur le sol. Bah ! Il y en a d’autres plus loin. On pourra peut-être s’en servir pour raconter des histoires qui font peur, qui sait.

_________________

“ When we think there's no hope left, we keep looking until we find some.
We live to make the impossible possible. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Lun 8 Oct 2018 - 20:47
Elle a raté de peu le garçon qui avait osé la porter, il a rattraper sa gourde aussi facilement qu'une balle qu'une enfant avait lancé à son chien, et justement, c'est ce qu'il est aux yeux de la Sendai qui n'arrive pas vraiment à avoir les idées clairs, un chien, pas au sens "esclave" du terme, plus dans le sens "bête en rûte". Au moins, il est parti pendant un moment, un moment assez long pour que Tsuki puisse faire sa petite infirmière de service, s'occupant correctement d'Anzu alors que cette dernière est toujours adossée à l'arbre, gardant sur son corps les bandages qui résument l'issue de son combat lors du tournoi, combat qui est à l'origine de son état en ce moment d'ailleurs, en étant totalement bourrée, elle souhaite l'oublier. D'ailleurs, en le disant à Tsuki, elle lui demandait pourquoi ne pas avoir fait un festin plutôt que se pencher uniquement sur l'alcool, mais un festin, c'est pour fêter une victoire, pas une défaite, c'est du moins ce qu'elle a lu et vu. Elle soupire lourdement, gonflant les joues en l'entendant parler, comme si elle boudait, de quoi ? De l'homme bien sûr qui l'avait porté jusqu'ici, même s'il est parti et ... c'est elle ou elle commence à sentir une clope dans le coin ?

- J'ai lu et vu que boire permettait d'oublier des défaites cuisantes et ... j'ai essayé du coup.

Et on peut dire que ça commençait à marcher, elle a presque plus beaucoup de souvenir de son combat contre Etsuko, elle ne se souvient pas s'être fait défoncer la rondelle aussi facilement, ne pas avoir réussi à la toucher du tout, s'être montrée aussi limiter dans ses offensives ... mais elle se vengera. Enfin, "vengeance", cela sonnait différemment dans la tête de la brune qui était en train de se faire caresser le cuir chevelu par la Hohoemi, pour elle, cela voulait dire qu'elle devait prouver qu'elle n'est pas si limiter que ça, ne pas s'arrêter à une défaite ... même si ça lui demandait de l'oublier pour éviter que ça la ronge intérieurement en se livrant dans une beuverie qui a l'air énorme en voyant l'état de la brune, mais qui se limite en fait à trois verres qui ont un peu de mal à passer. Comme quoi, il y a des gens qui arrivent à tenir indéfiniment sans finir bourrée, bah Anzu arrive à finir bourrée au bout de moins de cinq verres. Enfin, l'homme revient, puant la cigarette, une odeur assez ragoutante qui déplait autant à Tsuki qui essaie de se retenir de faire une réflexion qu'à Anzu.

- Putain mais ça pue !

Elle déteste autant la clope en étant bourrée qu'en étant sobre, sauf que sobre, elle aurait certainement attrapé la clope pour l'envoyer voler loin d'ici. Là, c'est un peu difficile de savoir où se trouve ce morceau de cancer en poudre en train de brûler, surtout qu'il l'a déjà fumé et écrasé, donc elle n'a même pas le loisir de lui arracher la clope des mains pour la lui lancer loin d'ici en lui passant un savon sur la dangerosité de ce machin. Généralement, ça marche chez Anzu, intimider les fumeurs pour les empêcher de fumer, c'est une idée qui marche puisqu'il y a peu de fumeurs à Kumo. En tout cas, Anzu le voyait venir avec sa coupe ratée et la demande de son avis de quoi faire pour son attirance envers sa gradée. Il voulait s'accaparer Tsuki hein ? Faire en sorte qu'elle s'occupe de lui et donc baisser sa garde pour qu'il puisse la kidnapper et l'emmener dans son lit ? Mais heureusement, la Sendai est là, bon certes, elle n'est pas au mieux de sa forme, ni même capable de viser avec la plus grande des précisions. Mais elle veillait aux grains, elle ne laissera pas Tsuki vivre une fausse histoire d'amour qui ne durera qu'une soirée ... on appelle pas ça un coup d'un soir ?

- Attends, je vais m'occuper d'arranger un peu mieux sa coupe.

Alors qu'elle se lève, titubant légèrement, son chakra vert s’agglutine dans sa main gauche pour former un disque tranchant, le genre à couper à arbre en deux ou débroussailler la tête d'un humain lambda. C'est ce qu'elle aurait fait, elle aurait rendu cette tête plus brillante, plus ronde, un joli crâne bien lisse et rond aurait pu se créer si Tsuki n'avait carrément pas sauté sur son bras pour l'empêcher de lancer son disque. Bon, la blonde n'est pas lourde, ça ne l'aurait pas empêcher de le lancer, mais ça la gênait quand même, bien évidemment qu'elle était capable de la soulever à un bras, mais elle n'avait pas vraiment d'équilibre et encore moins envie de couper les cheveux de sa collègue. Et puis, elle est couverte de blessure, donc le fait qu'elle appuie sur son bras la fait gémir légèrement de douleurs. Elle détruit donc son disque qui finit en particule, reposant Tsuki avant de bouder, littéralement bouder, les bras sous sa poitrine. Elle avait raison, elle attendra qu'il dorme pour le lui raser.

_________________
Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Mar 9 Oct 2018 - 15:21




La blonde, l'albinos et le corbeau



Shin soupira un peu, au moins Tsuki avait l’air de s’amuser. Il la remercia néanmoins d'un hochement de tête pour ses conseils, puis, il eût un mouvement de recul en voyant le… Disque de chakra d'Anzu ? Intéressant. Il n’avait pas vu le combat de l’alcoolique de service, mais sa capacité était plutôt intéressante à observer en tout cas. Une manipulation du chakra pur, il avait déjà entendu parler de ça quelque part.. Sendai, c’était le nom du clan capable de faire ça, non ? Il ne savait pas trop, à vrai dire, il n’était pas vraiment plus renseigner que cela sur le sujet, donc il se contenta de se mettre légèrement en garde, avant de la voir rompre sa technique. Hm.. Bah, de toute façon ce n’était pas si important que ça.. Si ? Quand bien même ce serait le cas, il ne pouvait pas y faire grand-chose en l’état. Il haussa alors les épaules et s’en alla acheter à manger pour tout le monde, en partie pour remercier Tsuki de l'arrangement de sa coupe, revenant plus tard avec quelques sachets de nourritures chaudes, il ne savait pas trop qui aimait quoi, alors il avait pris un peu de tout, et puis, il n’avait pas envie de s’embêter à choisir.

- J’ai ramené de quoi manger, pour ceux qui veulent. J’ai pris de tout vu que je ne sais pas trop ce que vous aimez ou non, donc dans le doute.

Il s’étira un peu et déposa les sachets sur un banc pas très loin avant de s’assoir à côté calmement, se contentant d’attendre qu’elles se servent pour prendre ce qu’il resterait, s’il restait quelque chose. Il faut dire qu’il avait pris l’habitude de ne pas être difficile niveau nourriture, il était déjà content d’avoir quelque chose à se mettre sous la dent. Il faut dire que quand on grandit avec pour seul nourriture ce que le chef voulait bien te donner, tu apprends vite à te taire et manger, peu importe à quel point c’est mauvais. Tant que c’est nourrissant, c’est mangeable. Maiiis… Il y avait bien certaines choses qu’il n’aimait vraiment pas, comme par exemple les bonbons. Il avait eût l’occasion d’en gouter une fois… Infect. Il ne comprenait pas comment les enfants faisaient pour adorer ce genre de friandise vraiment trop sucré à son gout.

Il attendit donc, restant tout de même méfiant envers la Sendai, même si celle-ci semblait commencer à décuver un peu. Enfin, il n’était pas pressé de la voir se tortiller de douleur au sol à cause de la migraine post-picole, bien connu de tout amateur d’alcool, mais il fallait bien avouer qu’avec son comportement de petite peste alors qu’il ne faisait que vouloir l’aidée… Et bien, l’idée de l’imaginée se torde par terre au moindre bruit un peu trop fort était amusant.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Mar 9 Oct 2018 - 19:25
la blonde, l’albinos et le corbeau.

Une coupe de cheveux un peu plus claire, sauvée de peu par l’intervention de Tsuki. Anzu n’y va décidément pas de main morte avec ce pauvre albinos ! Si la blonde ne s’était pas interposée à chaque fois, elle ne donnerait pas cher de sa peau ! Pauvre jeune femme complètement bourrée. Ou pauvre Shin ? Pauvre Tsuki ? Pauvre qui, finalement ? Hm. La question se pose et elle est légitime. Que faire de cette double rencontre bizarre et imprévisible ? Grande, très grande question à vrai dire. Il se lève, puis part. Pour remercier la blonde, il décide de ramener à manger. Beaucoup à manger. Plein de choses différentes. Plein d’odeurs.

Tsuki plisse les narines et hume les parfums qui volent au gré du vent. Elle se saisit de la main de sa partenaire brune pour l’aider à se lever. Il faut la nourrir, maintenant. Doucement, gentiment, pour ne pas perturber son foie encore sous l’effet de l’alcool. Une fois Anzu debout, Tsuki fait office de parfait petit accoudoir. La différence de taille peut parfois être une bonne chose, finalement. Elle la mène jusqu’au banc sur lequel se tient Shin, puis l’y dépose précautionneusement. D’un main, la Genin désigne les différents sacs installés et s’approche, à son tour, pour se saisir d’une barquette de nouilles. Les nouilles, hein. Incontournables. Meilleures que tout. Avec ces petits morceaux de bœuf, là.Ces légumes, cuits avec la sauce. Oh oui. Un délice pour les papilles.

Tsuki prend des baguettes au passage et commence à grignoter dans la barquette avec un air d’enfant satisfaite. La nourriture ravit toutes les âmes, toujours. Surtout quand elle est bonne. Elle finit sa bouche pour ne se la jouer cochon impoli, puis elle s’exprime.
« Merci beaucoup ! Tant de nourriture pour moi, c’est fou ! » Petit clin d’œil complice, taquin. « Faudrait qu’on se voie plus souvent, haha. »
La blonde se met à rire comme une vraie gamine. Taquinerie glissée là, gentiment. Sans conséquence. C’est juste drôle, à l’image de Tsuki, tout simplement. Elle enfourne une nouvelle bouchée et un bruit retentit dans ses oreilles. Les annonces sonores. Le second tour va commencer. Semblable à un animal, elle se raidit et réfléchit un instant. Ses yeux se sont portés sur le tableau, plus tôt. Par curiosité, pour savoir qui serait son potentiel adversaire au second tour, Tsuki s’était arrêtée sur un nom qui lui est plus que familier : Konran Tenzin. Tenzin. Comme l’homme volant. Son oiseau préféré. Il était là. Et comme elle a perdu, elle va assister à Mori Yukio, son adversaire au premier tour, contre Tenzin. L’oiseau contre l’homme aux mille facettes. Un combat plus qu’intéressant, qu’elle ne peut pas manquer. Pour rien au monde.

Un petit bout de nouille dépasse entre ses lèvres, elle l’intercepte, le gobe presque et recouvre la barquette de sa protection. Pressée.
« Je … Je suis désolée, je dois vous laisser ! »
Il lui faut partir, vite. Mais Anzu ? Que faire avec Anzu ? Puis, elle mange ! Alors, comment ? Elle ne peut pas planter sa partenaire ici, comme ça, avec Shin, alors qu’elle veut lui coller des baffes depuis son arrivée … Ce serait idiot. Dangereux. Inconscient. Que faire. La forcer à retourner à l’hôpital ? Non ! C’est elle qui se prendra des baffes ! Bon. Tant pis.
« Anzu, je t’envoie une équipe médicale au plus vite ; Shin, j’ai été ravie de te revoir ! Merci pour la nourriture ! Et pour ta supérieure, s’il doit se passer quelque chose, alors il se passera quelque chose ! Mais je crois en toi ! »
Tsuki effectue une petite courbette respectueuse.
« Merci pour tout ! On se revoit bientôt ! »
Et la voilà partie à toute allure pour aller assister au combat de son oiseau préféré. Un combat qu’il lui tarde de voir pour de vrai. Ne serait-ce que pour voir comment Tenzin a grandi.

_________________

“ When we think there's no hope left, we keep looking until we find some.
We live to make the impossible possible. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Jeu 11 Oct 2018 - 18:07
Alors qu'Anzu allait faire table rase sur le crâne de ce pauvre pervers, Tsuki l'en empêchait, dans ce cas, elle le fera la prochaine fois qu'elle le verrait ... s'il se rappelle de sa tronche. A vrai dire, le poison coulant dans ses veines commencent un peu à lui tourner la tête, donc il est fort probable qu'elle ne s'en souvienne pas et que, si Tsuki lui raconte ce qui s'est passée, elle pourra dire fièrement - ou pas - qu'elle n'aura aucun souvenir de cette rencontre et de l'avoir sauver de ce violeur. Dans tous les cas, Tsuki semble captivée par quelque chose, quelque chose qui semble lui ordonner de porter Anzu pour l'emmener de nouveau vers ce type aux cheveux gris, quelle hypnose ou attrape-souris a utilisé cet homme pour que la Hohoemi l’emmène jusqu'à lui, comme une offrande que l'on offrirait à un dieu. Vu le dieu en question, elle n'a pas envie de devenir un sacrifice charnelle pour assouvir ses besoins les plus pervers, mais il faut avouer qu'elle n'est plus trop en état de bouger vu qu'elle a la tête qui tourne là. Enfin, la voilà assise, en train de se masser le crâne, et alors que Tsuki lui offre une barquette, un mouvement de poignet et il finit sur la tête du pauvre homme qui voulait juste remercier Tsuki pour la séance de coiffure gratuite ... plus si gratuite que ça maintenant.

- J'ai pas faim.

Elle n'avait véritablement pas faim, il aurait fallu que Tsuki la force à manger, mais connaissant la jeune blonde, elle sait que, même bourrée, elle ne la forcera jamais à manger, juste elle essaiera de l'encourager. Mais rien à faire, Anzu ne voudra pas manger ne serait-ce qu'une barquette, surtout venant de lui. Qui sait, il a peut-être mis de l'aphrodisiaque dedans pour qu'Anzu ait envie de rejoindre une partie de jambes en l'air à trois, il peut toujours courir, elle n'en mangera pas. Elle soupire, attend donc que Tsuki face quelque chose, jusqu'à ce qu'elle se lêve d'un coup en entendant une annonce. Tiens, il y a quelqu'un d'autre qu'elle connait qui se bat ? Et elle veut s'en aller en la laissant ici ? Elle le savait, il l'a empoisonné et elle veut fuir avant que l'aphrodisiaque fasse effet ! Hors de question de la laisser seule dans ce cas-là, même si elle ne connait pas l'autre personne susceptible de l'aider.

- Pas si vite !

Avant même que Tsuki dise quelque chose, la voilà sur son épaule, allongée comme un sac à patates, elle croyait vraiment y aller seule et la laisser avec ce pervers aux cheveux gris ? Hors de question, elle veut aller au Colisée ? Très bien, le bus Sendai ne prend qu'un passager à bord, pervers interdit, surtout s'il a les cheveux courts, puis, elle se met à charger vers le Colisée pour emmener Tsuki en Anzu jet directement voir le combat entre son ami et l'autre ... son vrai ami, enfin, si elle arrive à la guider. Tiens bizarre, pourquoi elle a une montée d’adrénaline soudaine ? Elle l'ignore, certainement qu'elle ne veut pas partager une seconde de plus avec cet homme qui tentait de les droguer par la nourriture pour qu'elles finissent en mode harem dans son lit.

_________________
Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

La blonde, l'albinos, et le corbeau [Pv Hohoemi Tsuki et Sendai Anzu]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Tournoi n°1 : Kaze no Kuni :: Autour du Colisée
Sauter vers: