Partagez | 

La force brute


Ven 7 Juil 2017 - 2:53
Laissant Kintaro rejoindre Kumo, me voilà donc seul pour continuer la suite de mes recherches. J'avais déjà quelques indices. Le premier, c'était le nom de la chose que je cherchais, ou plutôt la créature:Ryûsei. Ensuite, je savais qu'il était sorti d'un œuf. Et pour finir, il est parti vers le nord. C'est déjà pas mal tout ça non ? Oui bon, j'ai pas beaucoup d'indices pour le traquer en vrai.. Déjà, ça doit bien faire quarante-huit heures que la bestiole est sorti de sa cachette pour rejoindre le nord. Puis avec le temps qu'il a fait ses derniers jours, pour retrouver une piste, bon courage. Mais pourquoi j'ai dis au Genin de repartir pour Kumo ? J'aurais sûrement eu besoin de lui.. On va se débrouiller comme on peut, hein !

Je vais déjà commencer par me rendre au village. Je compte bien voir par où il est passé la dernière foi. Si je remonte assez dans le nord, je vais bien finir par lui mettre la main dessus. Et vu qu'on est déjà dans le nord du Pays de la foudre, ça va pas trop être compliqué normalement ! Je suis entrain de me donner des arguments pourri pour ne pas perdre espoir .. Je suis tombé bien bas ! Bon, j'ai une meilleure idée. Je me rend au village, qui est quasiment en ruine, et j'essaye de trouver une bouteille de saké. Je savais depuis le début de cette mission que je devais emmener non pas une mais trois bouteille de saké ! J'ai déjà la seule que j'ai ramené. Parmi tout les péquenauds, il y en a bien un qui peut me vendre ses bouteilles d'alcool !

Après une petite heure à chercher de quoi m'abreuver, j'ai enfin réussi. En plus, j'ai été honnête sur le coup ! J'ai payé le double du prix d'origine. Me voilà donc avec deux grosses bouteilles, parti pour traquer la grosse bestiole qui a ravagé Konchû. Par la suite, je me suis à la limite entre le nord du village et la forêt. Malgré la boue et la pluie, je pouvais bien distinguer la trace qu'avait laissé la bête derrière lui. Le sillage était d'une épaisseur presque trois mètres. C'était donc pas une petite bête, même s'il venait de sortir de son œuf.. Je me demande si je vais rentrer vivant à Kumo après tout ça.. J'avais quand même un avantage par rapport au terrain. Si jamais je devais me battre, et à mon avis c'était certain, j'avais toute la forêt pour m'aider. Comme quoi c'est utile de maîtriser le Mokuton ! Je pouvais distinctement suivre la trace qui s'engouffrait dans les profondeurs de la forêt.
Au début, c'était qu'une grosse traîné, comme la chose qui se nommait ''Ryûsei'' avait rampé de tout son poids dans le sol boueux. Mais petit à petit, je pouvais commencer à distinguer des empruntes de pas, enfin des pas, du genre aussi large que mon corps. Déjà, je pouvais remarquer qu'il n'était pas bipède mais quadrupède. Par contre, vu l'espace entre les empruntes des pattes avant et celles des pattes arrière, devait mesurer pas loin de deux voir trois mètres de long. Quand je suis devenu ninja de Kumo, j'ai pas signé pour retrouver entrain de traquer un dinosaure moi !

Après avoir suivi la trace pendant trois bonnes heures, voilà que maintenant, plus rien. Comme si la bête s'était volatilisé d'un coup. C'était vraiment étrange ça.. Bon, ça me laisse le temps de boire un petit coup et de fumer un bon cigare ! Qui sait, c'est peut-être mon dernier jour sur cette terre, alors au tant en profiter. Avec l'humidité ambiante, j'avais pas vraiment l'impression de savourer mon cigare. Le tabac était assez fade, et grattait même la gorge. Par-contre, le saké que j'ai acheté à un paysan, il était bien bon ! C'était pas de l'alcool de pisse, ça c'est claire. Avec mon Mokuton, je me suis fais apparaître un petit banc en bois, histoire de ne pas mettre mon cul sur la terre. J'étais peut-être entrain de ''chasser'' la grosse bestiole, j'allais pas me salir non plus. Puis ça me permettais de me reposer en même temps. Et surtout, de réfléchir à comment la trace à pu disparaître d'un coup. C'était quand même bizarre. Le terrain était bien trempé, ce qui normalement, devait laisser la moindre emprunte. Même moi, je pouvais voir mes pas figé dans la terre. Mais où il a bien pu passer ?

On commençait à approcher la fin de journée, et j'avais toujours pas trouvé pourquoi il n'y avait plus de trace.. et aussi, j'avais bu ma première bouteille de Saké.. Je pensais que le fait de boire de l'alcool ça allait m'aider à mieux réfléchir, mais c'était pas du tout le cas. J'étais plus entrain de divaguer, ce qui était un léger problème pour la situation dans laquelle j'étais. J'ai donc décidé de bouger un peu, histoire de voir si la chose n'avait pas laisser une trace à un autre endroit. Tandis que je marchais, le paysage commençait à changer. Petit à petit, il y avait beaucoup moins d'arbres, ce qui laissait paraître le ciel, avec des nuances oranges avec le soleil qui déclinait au loin. Fallait que je me grouille, j'ai pas vraiment envie de me retrouver dans le noir. Je pourrais toujours utiliser le Katon pour m'éclairer, mais je serais totalement à découvert, et ça, c'est pas le top. C'est alors que j'ai ressenti une petite secousse, comme dans le temple avec Kintaro.. C'était quoi ça encore ? Au début, je n'y ai pas vraiment prêté attention, continuant mon chemin. Mais le sol commença à de nouveau trembler. D'abord, c'était par intervalle d'environs quelques minutes, mais rapidement, on se rapprochait d'une dizaine de seconde entre chaque vibrations, et elles devenaient de plus en plus fortes. Je pouvais sentir que cela venait de derrière moi, de la forêt donc. Puis je me suis retourné et la...

« Mon dieu... »

J'étais complètement sur le cul. Je pouvais distinguer une forme imposante sortir petit à petit de la noirceur de la forêt. Ça devait être ce que je pensais... Ryûsei. Je ne bougeais pas d'un pouce, regardant la bête venir vers moi. Au début, j'avais du mal à voir à quoi elle pouvait ressembler. C'était une grosse masse, de couleur noir, avec quelques reflets oranges, sûrement dû à la teinte du ciel, ou alors c'était l'aspect naturel de la bête, je ne pouvais pas trop distinguer avec la distance qui nous séparait. Mais rapidement.. J'ai pu vraiment me rendre compte de ce que j'avais devant mes yeux.. La créature avait une grosse corne sur la tête et deux plus petites juste au-dessus. Elle disposait de trois paires de pattes, couvert d'épais poils roux. Je pouvais voir ses ailes brunes se ranger doucement sous sa carapace... Enfin bref, j'avais juste devant moi un scarabée rhinocéros géant. Mais quand je dis géant, c'était pas pour déconner. Sa corne principale devait bien les deux-tiers de ma taille, et pourtant, je ne suis pas petit. Le voilà donc le fameux Ryûsei ? J'avais raison d'avoir peur depuis le début...


__________________


La créature avançait vers moi doucement, comme si elle n'avait pas peur, tout le contraire de moi, ou si elle ne m'avait pas encore repéré.. J'avais aucune idée. Attrapant ma dernière bouteille de saké, j'ai bien du boire une bonne partie d'un coup. Je ne me rendais toujours pas compte de ce que j'avais sous les yeux, ou plutôt au-dessus, vu la taille.. Pendant quelques secondes, il n'y avait aucun déplacement de la bête. Elle se contentait de rester devant moi, à environs cinq mètres de distance. J'ai compris que quelque chose clochait... Je me suis mis sur mes gardes, en fixant bien comme il fallait les yeux de Ryûsei. Je comprend mieux maintenant pourquoi les anciens qui avaient érigés le temple à Konchû avait si peur de ses créatures il y a bien longtemps.

Alors que j'étais entrain de réfléchir sur une approche, le scarabée géant commença à émettre des sons. Comme des gémissements. En général, quand une bête féroce fait ça, mieux vaut se préparer au pire. Et j'ai exactement eu le bon raisonnement. Il chargea sur moi. Je pouvais sentir tout son poids se projeter en ma direction. Puis il n'était pas si lent que ça, bien au contraire. Heureusement que j'étais sur mes gardes. Prenant appuis sur le sol, j'ai sauté par-dessus lui pour me trouver sur sa grosse tête. D'un coup sec de la main, j'ai effectué quelques pirouettes dans les airs avant de me retrouver derrière lui. Il était hors de question d'attaquer de face. J'étais peut-être du genre guerrier, mais là, bizarrement, j'avais plus rien de guerrier en moi. Je devais utiliser principalement mon cerveau avant mes biceps. J'ai eu comme idée de l’immobiliser avec une technique de Mokuton. J'ai donc posé mes mains à terre, pour y déverser du chakra.. mais la créature eu largement le temps de ce retourner vers moi, et de charger à nouveau.. Merde, en plus d'être gros et imposant, il est aussi réactif. J'ai tenté d'essayer encore à plusieurs reprise ma technique, mais rien à faire, c'était comme ci la créature pouvait prédire mes mouvements.. C'était vraiment étrange comme sensation. J'allais donc devoir changer de tactique.

Et si j'essayais non pas de l'immobiliser, mais de lui faire des dégâts ? Peut-être que ça le calmera le gros.. ou peut-être l'inverse, mais fallait bien que je prenne des initiatives, sinon je vais finir empalé sur sa corne. Toujours en utilisant le Mokuton, je comptais utiliser une technique me demandant de poser mes mains au sol pour lui envoyer après des projectile de bois venant de dessous lui. Pour moi, l'idée semblait pas mal. Mais cette foi-ci, il ne se contenta pas de tourner sur lui même et de me charger à nouveau. Non, il avait bien mieux comme esquive. J'ai pu entendre un bruit fracassant, et par la suite, ses deux grosses ailes sortirent de sous sa carapaces. Après quelques battements d'ailes, Ryûsei pris son envol, esquivant sans problèmes mes pics de bois qui sortaient du sol. À ce moment, j'étais clairement dans la merde... Maintenant, il était bien au-dessus de moi, faisant des tours dans le ciel, à quelques mètres de ma tête. Il prit doucement de l'altitude pour ensuite foncer sur moi. Le bruit de ses ailes étaient horribles.. J'avais l'impression qu'un millier d'abeilles étaient entrain de bourdonner dans mon oreille. C'était déstabilisant. L'impacte fut violent, mais heureusement, je n'étais pas là où le choc se produisit. Mais c'était d'une telle violence que j'ai été expulsé à quelques pas du scarabée. J'étais complètement sonné et déboussoler. Pendant une fraction de seconde, j'ai même cru que j'étais mort. Mais non, enfin, pas encore.

Je pouvais ressentir les secousses de chaque pas de la créature. J'avais l'impression qu'elle s'approchait de moi... Et j'avais pas tord. Je devais vite me sortir de là, sinon j'allais finir écrabouillé par le gros machin. Me relevant avec beaucoup de mal, j'ai eu le temps de constater qu'il chargeait encore une foi sur moi. J'ai eu le réflexe de sauter en dernier moment, me retrouvant encore une foi au-dessus de lui. Puis, là en l'air, j'ai eu une idée.. Je me suis réceptionné sur sa grosse tête, qui est recouverte d'une grosse carapace bien dure. Vu que ses yeux étaient orienté vers le bas, la bête ne pouvait pas voir exactement où j'étais, mais se doutait bien où j'étais. Comme si elle avait été prise de panique, la créature comme ça charger dans le vide, faire de tour sur elle même. J'ai bien l'impression d'avoir trouvé son petit point faible... Jusqu'au moment où elle décida de s'envoler... Là, sérieusement, j'étais pas serein... Agrippé comme je le pouvais, j'essayais de ne pas glisser et de me retrouver comme une crêpe sur le plancher des vaches. Ryûsei volait en zig-zag, sûrement pour me faire tomber de là. Mais je me cramponnais de toute mes forces à sa grosse corne. C'était limite si j'étais entrain de crier, tellement que j'avais peur..

« À L'AIDE !!! »

Non, je pensais que je parlais dans ma tête, mais j'étais bien entrain de crier en faite... Je pouvais aussi voir défiler devant mes yeux ma vie.. Je crois avoir lu quelque part dans un bouquin, que ce genre d’hallucination arrivait juste avant un événement pouvant provoquer la mort.. Tandis que je priais pour ne pas que ce soit le cas, le scarabée se mit à plonger en direction du sol. C'était sûrement ma seule chance de pouvoir en finir avec ce bordel. J'allais tenter quelque chose de complètement stupide, mais je n'avais plus rien à perdre. J'ai concentré mon chakra de toute mes forces en direction du sol. Vraiment, j'y ai mis toute ma volonté. Puis, comme si je n'avais plus rien à faire de ma vie, j'ai sauté de la tête de Ryûsei à quelques secondes de l'impacte. Je me suis fais projeter avec une violence... J'ai fais des roulades dans le gazon, avant de, par magie, me retrouver sur mes deux jambes. En même temps, tout le chakra que j'avais accumulé dans le sol, je l'ai fais prendre forme. Des grosses poutres de bois sortirent du sol et s'écrasèrent sur le scarabée, qui ne s'était pas encore remit de sa chute vertigineuse. Cette-foi, c'était la bonne. Le poids du bois accumulé sur le scarabée l'empêchait de bouger, et aussi d'utiliser ses ailes.

« Ouuuf... Je suis pas mort !!! »

Heureusement pour moi, ma bouteille de saké n'avait subit aucun dommage. C'était bien l'occasion de boire un petit coup pour fêter ça ! C'est alors, que je pu entendre la bête gémir de nouveau. Mais cette foi-ci, ce n'était pas le même que précédemment. Cela ressemblait.. à des cris de détresses. En tout cas, j'en avais cette perception. J'ai jeté ma bouteille vide par terre, et je me suis rendu juste devant la bête. Vu comme ça, bloqué par les poutres de bois.. Elle n'avait pas l'air si méchante.. Mais, pour le bien de l'humanité, fallait que ce scarabée soit anéanti, vu ce qu'il avait entraîné comme dégâts à Konchû. C'était le mieux pour tout le monde. Je commençais donc à resserrer l’étau de bois sur sa carapace, je pouvais entendre des craquements. Et soudain...

J'ai eu comme une voix dans ma tête.. Au début, j'avais du mal à comprendre ce qu'elle pouvait me dire. Mais plus j'écrasais le scarabée à l'aide de mon Mokuton, plus la voix devenait claire. Est-ce-que c'était le gros insecte qui me parlait.. ? Ça en avait tout l'air... Par pitié, j'ai arrêté ce que j'étais entrain de lui faire subir. Ryûsei s'écarta de moi rapidement, comme par peur, avant de continuer à me parler dans la tête. Si je comprenais bien.. Il ne comptait plus m'attaquer. Je l'avais vaincu à la loyal, et pour cela, j'avais tout son respect. J'avais un peu du mal à me rendre compte de ce qui se passait.. Depuis quand ça parle un scarabée géant ? Pour me récompenser, il voulait se lier à moi. Un parchemin apparut juste à côté de moi. Je ne savais pas du tout comment il était arrivé là, peut-être qu'il était caché sous son aile depuis le début.. Par la suite, il me demanda d'écrire mon nom à l'aide mon propre sang. Cela s'appelait un ''pacte''. C'était vraiment soudain comme proposition.. Mais, vu le combat qu'on avait mené tout les deux, j'ai pas pris longtemps avant d'accepter. M'entaillant le pouce, j'ai par la suite écrit ''Kizuato Daisuke'' sur le parchemin. Nous voilà donc lié, par le lien du sang. Dès ce moment, je pouvais l'invoquer comme bon me semblais. Cependant, il y avait quelque chose qui me chiffonnait..

« Ryûsei, c'est donc ça ton blase ? Hmmm... J'vais t'appeler Brutus dès maintenant, je trouve ça beaucoup plus classe, qu'est-ce-que tu en dis ? »

Je pensais qu'il allait être content que je lui trouve un nouveau nom, mais vu sa réaction, qui fut de me charger à nouveau, je pense pas que ça lui plaisait tant que ça.. Enfin bon, il avait plus vraiment le choix le gros ! Maintenant, nous sommes liés !



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

La force brute

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: