Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» 03. Questions sur le système de combat
Aujourd'hui à 13:26 par Garyôsen Ryôga

» Annonces complétant l'Arc n°5
Aujourd'hui à 13:14 par Garyôsen Ryôga

» [Théories] Qu'est-ce WASURE-PI ?
Aujourd'hui à 13:14 par Garyôsen Ryôga

» Recrutement de modérateurs techniques à l'essai
Aujourd'hui à 13:02 par Garyôsen Ryôga

» Absence
Aujourd'hui à 12:31 par Akiji Yasuo

» Mainmise religieuse / Mission Rang B
Aujourd'hui à 12:19 par Hyûga Kami

» 08. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 11:37 par Hyûga Kami

» Ice and Thunder [Kaya]
Aujourd'hui à 11:34 par Yuki Kaya

» 06. Demandes diverses
Aujourd'hui à 11:16 par Hohoemi Tsuki

Partagez | 

Arc Tsukuyomi — Partie 3 : Changer. [Solo]


Mar 25 Sep 2018 - 18:11
arc tsukuyomi — partie 3 : accepter.

Quelques jours avant le début de l’hiver.

Rentrer. Courir jusqu’à la maison, se dire que tout ira bien. Déballer son sac, prévenir les autorités, faire en sorte que l’information transite de Tetsu jusqu’à Kumo. Une mission accomplie, mais à quel prix ? Le prix d’un grand stress, un stress qui a duré jusqu’à ce qu’elle apprenne que ses deux amis sont revenus sains et saufs de cette mission presque suicide. Un lourd, puissant stress. Mais il y a une autre conséquence, un peu plus cocasse. Cocasse ? Pas réellement. La famille Hohoemi souffre d’une sorte de pathologie, quelque chose de pas très grave, mais de parfois très gênant. Au départ, Tsuki ne s’en est pas rendue compte, parce que cela ne touchait que les racines. Forcément, les racines, sur une aussi grande quantité de cheveux, c’est assez invisible. Mais quand cela grandit, grandit … Cela devient visible. Et immonde.

Ses prunelles rouges se posent sur le miroir. Le temps a passé, n’est-ce pas ? Cette poitrine cachée, quasiment imperceptible à cause des vêtements. En débardeur, elle est visible, bien visible. Mais ce n’est pas ça, le plus important. Le plus important … C’est qu’elle n’a pas grandi ! Un solide mètre quarante-neuf, pas un centimètre de plus ! Alors il y a tout eu, la poitrine, ce truc immonde sur sa tête, mais absolument pas de mouvement au niveau de sa taille ! Si ça c’est pas une grosse blague, Tsuki ne sait pas ce que c’est. Elle fixe le miroir longuement, soupire. Il y a vraiment ça. Cette horreur, là.

Sa main grimpe le long de ses cheveux, détache les couettes maladroites qui n’ont pas totalement survécu à sa nuit agitée. La catastrophe est inarrêtable. Impossible à cacher, impossible à manipuler pour que cela ne se remarque plus. C’est allé trop loin. Tsuki soupire. Voilà pourquoi les Hohoemi sont toutes blondes platines, à la limite du blanc. C’était si simple, hein ? Et pourtant il a fallu d’une fois. Juste une fois pour que son stress grimpe, grimpe, et fasse blanchir ses racines. Cela remonte à quelques temps déjà, mais … Mais ce n’était pas visible. Parce que des cheveux blancs cachés parmi une très longue tignasse blonde, cela ne se remarque pas. Surtout vu la quantité de cheveux présents sur sa tête. Mais maintenant que cela s’étend, comment faire ? Que penser ? Faut-il les teindre ? Tsuki arque un sourcil. Qui sait quels produits étranges sont employés pour modifier la couleur des cheveux ?

Non. Hors de question. C’est une Hohoemi, voici la manifestation irréfutable de ce fait. Toutes les femmes de cette lignée ont cette couleur de cheveux, certaines bien plus tôt que les autres. Sa mère a eu les cheveux intégralement blancs aux alentours de seize ans. Sa tante vers trente ans. L’une des deux ne vivait définitivement pas dans le même contexte. Tsuki, dix-sept ans, déjà les cheveux blancs ? Pas une très grande partie, pas la totalité. Mais il est certain que la repousse continuera à être ainsi. Elle soupire profondément. Cette si belle longueur de cheveux, condamnée dès le départ à disparaître. Elle savait pertinemment qu’un jour, ce blond puissant finirait par s’estomper, mais pas si tôt !

Avec tous les événements, c’est pourtant plus que compréhensible. Passée si près de la mort. Postée là, à côté de plusieurs cadavres, avec une gigantesque épée de Damoclès au-dessus de la tête. Puis la fuite. La fuite, sans savoir ce qui allait arriver à la personne qui lui était la plus chère. Mais aussi cette réalisation. Cette acceptation d’un fait lui aussi irréfutable : le ninja tue. C’est comme ça. C’est son rôle, maintenant. Empêcher des personnes mal intentionnées et dangereuses de nuire. Mettre un terme aux agissements d’un monstre. Être le justicier dont le monde a besoin, que les instances juridiques actuelles ne peuvent pas remplacer. C’est comme ça. C’est horrible, mais c’est nécessaire. Et si l’Homme tue une menace, s’il éradique un possible danger, alors il n’est pas aussi monstrueux, n’est-ce pas ? Si l’Homme agit comme justicier, ses actions ne sont pas les mêmes que celles d’un meurtrier de sang-froid. Tsuki ne tuera jamais pour tuer, parce qu’elle n’y trouvera jamais aucun plaisir. Mais s’il faut tuer, alors il faudra tuer.

Une grande décision, une réalité difficile mais acceptée. Une réalité qui s’accompagne désormais d’un changement. Tsuki s’est décidée. Ses mains ont ouvert le placard, se sont saisies des ciseaux. Et voilà. Quelques instants plus tard, l’intégralité de ses cheveux blonds comme les blés gisent sur le sol. Il faut grandir. Et puisque sa taille ne veut pas le faire pour elle, alors Tsuki le fera différemment. Face au miroir, une jeune femme aux cheveux blonds platines, courts. Des cheveux presque blancs, qui ne pousseront plus que comme ça désormais. Au revoir le blond. Au revoir le passé. Au revoir la Tsuki donneuse de chances au mal.

Bonjour, nouvelle Tsuki.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Arc Tsukuyomi — Partie 3 : Changer. [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: