Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Une Nara ou un-Ara ? [Nara Chiharu] - Terminé


Mer 26 Sep 2018 - 20:24
Aomi était de très bonne humeur aujourd’hui. Il parcourait gaiement les rues de Kumo en sifflotant et en sautillant les mains dans les poches, gratifiant les badauds de grands sourires lorsqu’il passait à leurs niveaux. La plupart lui rendirent son sourire mais certains, exaspérés par l’entrain matinal d’un casse pied venu les narguer pendant leurs heures de boulot, préférèrent le foudroyer du regard. Comportement évidement commun au pays de la foudre… Après avoir traversé les quartiers résidentiels, Aomi grimpa la petite pente qui menait jusqu’à l’Assemblée, toujours avec le même entrain.

*Je le sens bien aujourd’hui. Je suis sûr qu’ils vont nous filer une mission à Haku et moi…
Ma première véritable mission en tant que genin ! Ca va être trop cool !*


Après avoir fait un détour rapide par le bureau de sa mère pour lui passer le bonjour, Aomi redescendit au rez-de chaussé de l’Assemblée pour rejoindre le bureau des missions. Arrivé dans la salle, il vit qu’un groupe de shinobi arrivé avant lui était en train de recevoir les détails de leur mission. Ce ne devait pas être une mission très sensible puisque les chuunins qui se trouvaient derrière les bureaux se permettaient de l’expliquer devant tout le monde...

*Espérons qu’ils ne soient pas en train de nous carotter notre mission ! Non… Pas la peine de s’inquiéter, ils ont dû décider ce genre de truc avant, ils filent pas des missions à la tête du client quand même…*

Après quelques minutes d’attentes fébriles, le jeune Nara entendit son nom et vin s’asseoir devant l’un des responsables. Il le vit rassembler quelques documents, ce devait être une mission super importante pour qu’il ait besoin d’autant de document. Le jeune shinobi était fébrile à l’idée de découvrir son futur objectif, d’autant plus qu’il pourrait aussi aller l'annoncer à Haku !
Finalement son interlocuteur sortit une feuille simple de sous un paquet et la tendit au jeune homme qui s’en saisit avidement, même si le document semblait plus léger que ce à quoi il s’attendait. Sa frustration disparut instantanément quand le chuunin qui lui faisait face commença à expliquer la mission.

-Bon… Alors cette mission est destinée à des jeunes genins... Normalement je devrais envoyer un responsable avec vous mais bon tu m’a l’air d’être assez âgé pour gérer la situation avec ton collègue. De toute façon il ne devrait pas il y avoir de difficultés.
Vous devez juste sécuriser la route reliant Kumo à Teitetsu et discuté avec les autorités là-bas pour voir s’il n’y a pas de problèmes pour les caravanes…
Faîtes attention à vous quand même, c’est pas une zone très fréquentée alors on sait jamais sur qui on peut tomber.


-Trop cool !

Aomi sautait de joie à l’idée de sa future mission. Ce ne serait sûrement pas très héroïque mais il allait pouvoir faire tout ce qu’il aime : de l’exploration, du renseignement et de la diplomatie ! Voyant que le jeune homme prenait un peu trop sa mission comme une ballade, le chuunin le rappela à l’ordre.

-Vous embarquez pas dans quelque chose de trop dangereux ! Si ça sent le roussi vous revenez et on enverra des personnes plus expérimentées, c’est bien clair ?!

-Oui, c’est très clair. J’ai grandi dans une famille où les têtes brûlées n’ont jamais été considérées comme héroïques. Vous inquiétez pas, je suis juste heureux de pouvoir aller découvrir le pays de la foudre...

-Bon, très bien. Je sais bien que vous, les Nara, vous êtes pas du genre à foncer tête baissée mais j’ai aucune envie de devoir aller voir votre mère au-dessus pour lui annoncer une mauvaise nouvelle si vous voyez ce que je veux dire…
D’ailleurs en parlant de Nara j’en ai vu passer une autre sur ma liste des nouveaux genins et je pensais qu’elle serait avec vous…


Le chuunin jeta un coup d’oeil dans ses fiches qui formaient un tas assez peu ordonné sur son bureau mais au sein duquel il semblait facilement retrouver son chemin. Aomi avait immédiatement changé de position sur sa chaise en entendant parler d’une autre Nara qui venait de passer genin. Il était pendu à ses lèvres dans l’attente du nom de cette cousine. Des dizaines de scénarios les mettant en scène lui et sa cousine au cours de mission se bousculaient dans sa tête. Aomi était très enthousiaste à l’idée d’avoir quelqu’un avec qui échanger à propos du ninjutsu des Nara. Il n’avait jamais eu la chance d’avoir de frère ni de soeur et n’était pas très proche d’autres membres de son clan. C’était l’occasion rêvée !

-Ah voilà ! Nara Chiharu…

-Vous avez pas son adresse ?

-Ben si, si tu veux… Je pensais que vous vous connaissiez tous entre Nara…

Aomi passa sur la remarque assez stupide de son supérieur, puis récupéra l’adresse et partit rapidement du bureau. Il avait hâte de rencontrer sa congénère et connaissait le quarter noté sur l’adresse. Il s’en fut donc d’un bon pas jusqu’à la porte correspondant au numéro de l’adresse.

*Nara Chiharu… Je crois pas l’avoir déjà rencontrée… Bon ben de toute façon on va vite être fixée !*

Aomi sonna puis se planta devant la porte, fébrile de rencontrer une autre Nara.


@Nara Chiharu

_________________



Dernière édition par Nara Aomi le Sam 29 Sep 2018 - 11:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4177-nara-aomi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4201-nara-aomi-qui-narra-ou-qui-narrera-l-histoire-d-un-nara-sachant-narrer-sans-son-art

Jeu 27 Sep 2018 - 2:34
«Chez la plupart des hommes, le calme est léthargie, l'émotion fureur.»
Épicure

Je suis affalée sur mon lit, toujours vêtue de mes vêtements de nuit qui consiste d'un vieux short blanc rayé de rose et un camisole saumon. Mes cheveux en sont bataille ; je ne les ai pas encore peigner ce matin. En fait, je n'ai pas encore bouger ce matin. Je regarde le plafond sans vraiment le voir. J’ai passé tellement d’heures dans cette position que sa couleur jaune délavée s’est imprimée dans mon cerveau, dans mes rétines. Je suis persuadé que si je fermais les je verrais encore, là au-dessus de moi, omniprésent. Par mes rideaux ouverts, la lumière du soleil entre, s’empare de l’espace, se reflète par tout, dans toute la pièce.
Pourquoi est-elle si claire ? Pourquoi est-ce que maman avait insisté pour que ma chambre soit si brillante, si … chaleureuse comme elle le dit ? C’est chiant. Maintenant je dois le supporter à chaque jour qui passe. Bon, je me plains beaucoup, mais ce n’est pas si pire. Mon lit est confortable, douillet – un peu trop, mais je ne m’y attarderai pas plus que ça – et j’ai tout ce dont j’ai besoin.
Je me retourne vers le mur. Lui aussi, j’ai cessé de compter les heures que j’ai passé à le regarder. Je ferme les yeux. C’est calme ici. Silencieux même. Mes parents n’aiment pas le bruit. On habite un peu en retrait, dans un coin moins achalandé du village.
Je n’ai aucunement envie de bouger de mon lit. Il va bien falloir un jour. Je suis genin maintenant, je n’ai pas le choix de bouger un peu. Il va un jour falloir devenir un modèle pour les générations future, comme maman et papa.
Je soupire, me retournant encore. Je m’ennuis. Je m’ennuis toujours, mais je n’ai aucune envie de bouger. Mon regard se pose sur mon petit bureau où je m’installe lorsque j’étudie. Il n’a rien d’impression. En fait, c’est faux. Il est tellement impersonnel, vide de toute trace d’activité humain, comme s’il n’avait jamais servi.
Il n’y a pas que mon bureau qui soit de la sorte. Toute ma chambre est … vide. Oui bien sûr, j’ai un mobilier : un lit, une commode et un bureau. J’ai même des rideaux. Mais, contrairement à mes parents, je n’ai aucune décoration, ou aucun livre. Rien qui ne trahisse mes intérêts. C’est exactement comme si personne n’y vit.
Je me lève finalement et ouvre la fenêtre. L’air de ma chambre est stagnant. Il sent un peu la sueur. Ça m’embête. Aussitôt que ma fenêtre s’ouvre, je sens le vent s’engouffrer dans la pièce, passant de chaque côté de moi, contre moi. Il fait beau. La température est agréable.
Je ferme à nouveau les yeux pour mieux savourer la brise qui s’infiltre dans mon antre. L’odeur des fleurs que maman à planter dans une jardinière à me fenêtre me chatouille les narines. Oui, le calme est réconfortant, agréable. Il permet de ne pas s’attarder sur ses petits problèmes, de saisir l’instant tel qu’il nous vient, tel qu’on le voit.
Je reste ainsi quelques minutes, le vent dans les cheveux, le soleil contre la peau. Je finis par ouvrir les yeux de nouveaux. Je vois passé un homme dans la rue, mais je ne m’y attarde pas. En quelques instants, je me retrouve dans la cuisine me préparant des céréales pour le petit-déjeuner.

Ding ! Dong !

Tiens, il y a quelqu’un … je pose le lait sur la table et prend un bouchée de mon repas matinal avant que toutes mes céréales soient molles. Sans me presser le moins du monde, j’ouvre la porte, la cuillère encore dans la bouche. Un homme – pas n’importe lequel, celui que j’ai vue dans la rue – se tient là devant moi. Il a l’air … hum … comment dire ? Fébrile ? Enjoué ? Énergique ? Je ne suis pas certaine.

«Heu … Bonjour ? Qu’est-ce que vous faîtes ici ?»

Je ne suis pas éloquente, je le sais bien, faudra faire avec.
Qu’est-ce qu’il est grand … D’où je suis, ce que je vois le mieux c’est ses narines. Parce qu’à ma taille, c’est tout ce qu’on voit d’une personne aussi grande …

«Vous êtes certains de pas vous êtes trompé de place ? Y’a que moi et mes parents ici.»

Je remarque finalement qu’il a un bandeau ninja. Bon, peut-être qu’il ne s’est pas fourvoyé d’endroit.


Dernière édition par Nara Chiharu le Jeu 27 Sep 2018 - 21:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 27 Sep 2018 - 17:27

La porte s’ouvrit devant un petit bout de femme qu'il dominait facilement d'une dizaine de centimètres et d'années. Elle avait les cheveux bruns typiques des Naras et de grands yeux bleus qui vous absorbaient tout entier. Apparemment tout juste sortie du lit, la jeune femme baraguouina quelque chose qu’Aomi eu du mal à comprendre avec la cuillère qu’elle gardait dans sa bouche, mais qui semblait indiquer un questionnement sur le pourquoi de sa venue. Évidemment elle ne l’avait sûrement pas reconnu comme un Nara avec sa carrure et ses cheveux claires, mais elle semblait avoir remarqué son bandeau, ce qui conforta Aomi sur l’identité de son interlocutrice.

-Bonjour ! Désolé de venir te déranger de bon matin comme ça…

Aomi n’avait pas vraiment pensé à ce qu’il allait raconter à sa cousine, il avait juste décidé d’aller la rencontrer sur un coup de tête. Mais maintenant qu’il était en face d’elle, il ne savait plus trop quoi dire. Et ces grands yeux bleus qui semblaient attendre une réponse ne l’aidaient pas le moins du monde. Un peu gêné par le petit silence qu’il venait de laisser planer entre eux deux, il se présenta tout en se passant inconsciemment la main dans les cheveux, ce qui avait en général pour effet de l’aider à contrôler ses émotions, puis tendit une main amicale à Chiharu.

-Je m’appelle Nara Aomi ! J’ai découvert ce matin au bureau des missions qu’il y avait une autre Nara qui avait récemment été reçue genin et il m’ont donné ton adresse. Du coup je me suis dit que j’allais venir te voir. Mais j’avoue que j’avais pas vraiment réfléchi plus loin...

*Merde je vais passer pour un gros débile ou un gros pervers… Avec ma cousine en plus ! Faut que je trouve un truc intelligent à dire…*


Enchaînant sans même laisser le temps à Chiharu de se présenter, il lui proposa d’aller déjeuner en ville pour faire connaissance.

-Je suis arrivé un peu à l’improviste désolé… Si tu veux on peut se retrouver en ville vers midi plutôt que de discuter sur le pas de ta porte. Ça te laisseras le temps de t’habiller et moi de réfléchir à ce que je voulais te dire… Haha… En fait je voulais te proposer de te joindre à moi et un autre genin pour une mission...

Aomi rit d’un petit rire nerveux tout en se passant la main dans les cheveux.
De l’extérieur, cette conversation pouvait apparaître quelque peu surréaliste, mais Aomi avait toujours eu l’impression que partager un verre ou un repas pouvait lier d’amitié n’importe qui. Et il était bien décidé à faire connaissance avec sa parente !


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4177-nara-aomi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4201-nara-aomi-qui-narra-ou-qui-narrera-l-histoire-d-un-nara-sachant-narrer-sans-son-art

Jeu 27 Sep 2018 - 21:35
Je le regarde le visage neutre, comme tout le temps. Il prend la parole, se présente. D’où peut-il bien sortir pour croire qu’une situation du genre n’est entièrement bizarre et … Il a quel âge ce type d’ailleurs ? Il pourrait être un prédateur sexuel où je ne sais pas quoi.
Il semble un peu incertain, embarrassé. Non, je ne crois que pas qu’il doit vraiment un danger. En tout cas, il n’a vraiment pas l’air d’un. Il est simplement … Simple ? Ouais, c’est ça simple.
Il m’explique comment il a eu mon adresse. Mais. C’est. Quoi. Cette. Histoire ? Les autorités du village donnent les adresses des shinobis aussi facilement ? J’arque un sourcil.
Il vient tout juste d’être promu genin, comme moi, alors je n’ai pas à prendre ce ton de politesse. Pourtant il est vraiment plus vieux que moi. Je suppose qu’il n’avait pas des parents comme les miens … Je n’avais pas vraiment le choix de devenir kunoichi. Sinon j’en aurais entendu parler pendant des années entières.
Se retrouver en ville plus tard ? Ah bordel. Pas nécessairement. Je ne comptais pas sortir aujourd’hui. J’ouvre donc la porte un peu plus grande retirant la cuillère que j’avais gardé entre mes des dents.

«Entre. Si ça peut me permettre d’éviter de sortir.»

Je vais jusqu’à la cuisine, où je me laisse tomber sur la chaise devant laquelle mon bol de céréales était posé. Je prends une bouchée. Parfait. Ça n’avait pas été trop long, car elles sont encore un peu croustillantes.

«Nara Chiharu. Mais tu le sais déjà, sinon tu ne serais pas là … T’as parlé d’une mission. »

Je prends une autre bouchée. Je le regarde encore une fois. La mission ne m’intéresse pas vraiment, mais c’est tout de même mon travail de faire des missions et si maman et papa apprennent que j’ai refuser d’écouter même le briefing d’une mission, je vais devoir supporter leurs remontrances des heures entières et … ils vont être déçus, mieux vaut d’éviter.

«Assis toi. Enfin, si tu veux.»

Je pointe avec mon ustensile la chaise devant moi et je recommence à attaquer mon petit-déjeuner écoutant d’une oreille un peu distraite ce qu’il dit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 27 Sep 2018 - 22:55

Lui permettre d’éviter de sortir ? La jeune Nara, dans son vieux pyjamas pastel, ne donnait effectivement pas l’impression d’être prête à sortir en ville et ce n’était apparemment pas dans ses projets. Même si son invitation à entrer ressemblait plus à de la flemme qu’à une proposition enthousiaste, Aomi choisit de la considérer comme un premier pas, autant au sens propre qu’au figuré, pour se rapprocher de sa cousine. Il la suivit donc dans la maison, un large sourire imprimé sur le visage, et se dirigea vers la cuisine en faisant mine d’approuver la décoration et l’agencement, même si ceux-ci n’étaient sûrement pas du fait de Chiharu. Cette dernière, dans la cuisine, c’était attablée derrière un bol de céréales, qui expliquait la cuillère avec laquelle elle s’était trimbalée jusque là. Elle semblait d’ailleurs bien plus emballée par le craquement des céréales dans sa bouche que par l’inconnu qui venait de la forcer à l’inviter chez elle, étonnamment... Malgré cela, le jeune homme semblait heureux d’être attablé avec elle. Cette petite réunion improvisée était sans doute moins excitante qu’un barbecue en ville mais présentait un certain côté convivial qui lui plaisait. La jeune kunoichi ne s’ennuya d’ailleurs pas d’autres formalités et aborda directement le but de la visite, la mission.

-Eh bien ! Au moins t’es direct ! Je m’attendais pas à me faire inviter, c’est sympa de ta part. Du coup, comme je te disais, je suis récemment passé genin à Kumo. C’est vrai que j’ai l’air un peu vieux pour un genin et d’ailleurs je le suis certainement… Mais tu vois j’ai commencé par faire pas mal de ptits boulot pour découvrir ce que j’aimais. J’ai commencé par faire serveur chez un restau’ en centre ville, d’ailleurs c’est un super resto il faudrait qu’on y aille. Puis j’ai bosser chez…

Comme à son habitude Aomi était partit dans une longue tirade sur son passé, pensant qu’il était nécessaire de raconter toute son histoire à chaque fois qu’il rencontrait quelqu’un. Il aimait relater toutes les relations qu’il avait eu avec les différentes personnes qu’il avait rencontré, les expériences qu’il avait vécu, les leçons qu’il avait appris... Mais il en avait fait un bon nombre de ces petits boulots et les passer en revue pouvait prendre un certain temps... Heureusement, au fil des années, il avait fini par apprendre que tout le monde n’était pas nécessairement intéressé par ses histoires et surtout pas avec autant de détails. Voyant que celle qui lui faisait face de l’autre côté de la table ne semblait pas avoir changé de centre d’intérêt et restait focaliser sur ses céréales. Aomi comprit qu’il commençait à nouveau à s’étendre un peu trop, il coupa la description barbante de sa famille aimante et émancipatrice dans laquelle il s’était lancé et revint vers le sujet qui semblait le plus attirer l’attention de la jeune femme.

-Désolé je me suis un peu perdu dans mes explications. J’ai toujours tendance à m’emballer quand je rencontre quelqu’un, spécialement quand c’est quelqu’un de ma famille, parce que tu vois…

Il s’arrêta à nouveau, sentant qu’il allait encore se lancer dans un monologue beaucoup trop long, même pour lui.

-Donc ! La mission ! On va partir faire une mission avec un collègue fraîchement passé genin lui aussi et du coup je me suis dit qu’on pourrait t’emmener avec nous ! Bon, c’est vrai on se connais à peine et je sais pas trop ce que tu sais faire de tes dix doigts, mais si tu es motivé, c’est l’essentiel pour moi. Et puis j’ai confiance en mon clan…

Il souligna son intervention d’un petit clin d’œil qui se voulait être une forme de complicité même si de l’extérieur ça pouvait passer pour un tic nerveux…

-Donc la mission… Je vais y arriver… Le but c’est de patrouiller sur la route qui relie Kumo à un village éloigné appelé Teisetsu. C’est un bled paumé où personne ne se rendait jusqu’à présent mais les politiques de la ville ont décidé que maintenant ça valait le coup ! Du coup, c’est à nous que revient la super mission d’exploration et de renseignement sur la zone, histoire de voir s’il n’y a pas de problème majeur sur la route, que ce soit des dégâts matériels ou des glandus qui essaient de racketter les caravanes ! Je sais ce que tu vas dire… “Ça à l’air vraiment trop cool Aomi, on va pouvoir découvrir pleins de nouvelles régions et rencontrer pleins de gens !” Et ...tu as raison ! Ça va être trop cool !

Au fur et à mesure qu’il détaillait la mission, la voix d’Aomi s’était enflammé et ses yeux s’étaient remplis de petites étoiles. Il semblait plus qu’emballé pars sa mission !


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4177-nara-aomi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4201-nara-aomi-qui-narra-ou-qui-narrera-l-histoire-d-un-nara-sachant-narrer-sans-son-art

Ven 28 Sep 2018 - 20:10
J’ai rarement eu a discuté avec quelqu’un qui parle autant. En fait, ce n’est pas vraiment discuter, c’est surtout de l’écoute. Il parle, parle, parler et encore. Les mots coulent de sa bouche en une cascade infinie. J’ai rapidement perdu le fil de ce qu’il disait. Ce n’était pas vraiment important.
Je veux dire … J’en ai quoi à foutre des dix-milles personnes qu’il a rencontrées dans sa vie ou encore de toutes les choses qu’il ait fait avant d’être shinobi (quoi que j’aime savoir que j’avais raison.) Donc … il parle et je n’écoute pas.
Je termine mon bol de céréales. Je le pousse un peu plus loin pour faire de l’espace devant ma moi. J’appuis ma tête dans la paume de ma main. Heureusement, il semble réaliser mon ennui, puis il change de sujet. Il aborde enfin le sujet principal de sa visite.
Ce mec est vraiment bizarre. Il me propose de m’en porter en mission et après il exige que je sois motivée … Moi ? Clairement, c’est vrai qu’il ne me connait pas.
Et … c’est quoi ce clin d’œil douteux ? Je ne réagis pas, plantant mon regard dans le sien. Aucune expression ne passe sur mon visage. De toute façon, c’est trop chiant.
En trop de mots, encore une fois, il explique la mission. L’idée de refuser et de le mettre à la porte me traverse l’esprit. Je n’ai vraiment pas le désir de partir en mission. Si au moins cette mission était dans le village …

«hum … Je ne sais pas.»

Je soupire. Si je n’y vais pas, maman et papa seront déçus, mais si j’y vais, c’est moi qui sera déçue. Je ne sais pas … Mais si je fais cette mission, mes parents vont peut-être arrêter de me considérer comme une paresseuse qui ne veut rien et peut-être me donneront ils un peu plus de liberté ?
Je pèse le pour et le contre d’accepter cette mission quelques longs instants. Oui, je sais que mon absence d’enthousiasme peut le refroidir. Je sais que mon silence est éloquent vis-à-vis de ma motivation, mais voilà : je ne veux pas faire cette mission-là.
Mais si je réussi cette mission, papa sera fier et peut-être que maman aussi. Mais si je ne réussis pas et si je fais des erreurs ? Une mission vient avec un lot de danger qui lui est propre.

«Je vais venir avec toi et ton ami. Mais je tiens à rectifier : non je ne vais pas dire que ça a l’air cool de rencontrer des gens.»

J’inspire un bon coup. Bon. On dirait que j’ai décidé d’y aller. J’ai parlé avant d’avoir fini ma réflexion. Je regrette déjà de m’être proposée. Zut.

«En passant, ce que je sais faire, c’est majoritairement les techniques du clan. L’immobilisation, surtout, mais ça on peut en reparler plus tard.»

Je me lève pour ranger mon bol et tout ce que j’ai utilisé pour préparer mon repas du matin, sans vraiment porté attention à mon … ‘’invité’’.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 29 Sep 2018 - 11:11

L’annonce de la participation de sa nouvelle acolyte à la mission fit sauter de joie le jeune homme. Il bondit de sa chaise en serrant son poing et lança un petit cri de victoire. Il était vraiment heureux d’avoir un membre de sa famille avec lui dans la mission. Le ton las et le manque claire d’engouement de Chiharu ne semblait pas l’avoir atteint, il était persuadé qu’ils allaient bien s’amuser le long des routes de Kaminari !

-Super ! Je suis sûr qu’on va découvrir des paysages magnifiques et des personnes incroyables ! Je suis super content que tu participes avec nous cousine !

Aomi avait décidé de l’appeler cousine maintenant qu’ils allaient faire un bout de chemin ensemble. Ce n’était peut-être pas du goût de la jeune Nara mais le jeune homme était un peu trop impulsif pour avoir prit en compte la gêne potentielle qu’elle pouvait ressentir.

-En plus on va pouvoir discuter un peu de nos techniques personnelles ! Je maîtrise pas encore l’art des Nara à la perfection mais je pense que je ne me débrouille pas trop mal. Ce sera sympa !

Le jeune shinobi s’imaginait déjà s'entraîner avec elle, le soir, devant une feu projetant de magnifiques ombres dansantes. Il les imaginait tout les trois parcourant les routes de Kumo, sinuant entre de majestueuses montagnes, traversant des champs de riz sous la brise des vallées, traversant des rivières impétueuses et des lacs sans fin… Il les imaginait battant le pavé dans les villages, discutant avec les paysans, les forgerons, les métayers, les commerçants, les caravaniers… Il les imaginait caché dans des fourrés, dissimulés sur un toit, camouflés dans une ruelle, découvrant les rouages qui faisaient tourner le pays de la foudre… Il les imaginaient tout les trois ensemble, et cela le ravissait. C’est donc le visage marqué par un sourire de béatitude et des rêves pleins la tête, qu’Aomi se dirigea vers la porte de la maison. Il avait sûrement assez dérangé sa cousine et commençait à sentir de l’impatience chez elle.

-Bon et bien je m’en vais de ce pas prévenir Haku ! Rendez-vous dans trois jours à l’aube sous l’Arche grise ! A bientôt cousine ! Merci d’avoir accepté de venir ! Et prends soin de toi !

Sur ses mots Aomi sortit de la maison sans demander son reste, soulageant sûrement la jeune Nara de cet énergumène un peu trop intrusif pour ces heures matinales.


Terminé:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4177-nara-aomi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4201-nara-aomi-qui-narra-ou-qui-narrera-l-histoire-d-un-nara-sachant-narrer-sans-son-art

Une Nara ou un-Ara ? [Nara Chiharu] - Terminé

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: