Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Kirijins Good Doctors [Libre]


Jeu 27 Sep 2018 - 21:17

On ne court pas dans les couloirs !

    Un attroupement de blouses blanches s’était formé dans le hall, tous penché sur le cas d’un nouveau patient, argumentant chacun leur tour sur son état et la personne qui irait le prendre en charge. La plupart du personnel soignant était composé de Kaguya, les rares assez posés pour apporter des soins et non des coups, mais leur discussion ne manquait pas de forcer le ton. C’est alors que se fit entendre un bruit de fond, des claquements dans le couloir, se faisant de plus en plus fort. Au détour de la réception, une grande dame fit irruption en claquant le talon et arborant un sourire malicieux. Elle se dirigea vers la masse et écarta tout obstacle à coup de coudes :
    - Laissez tomber les osthéo’, fit-elle en désignant de façon péjorative les Kaguya fort énervés. Je ne vous laisserais pas ce client- patient, je voulais dire.
    Elle toussa doucement en tentant de faire oublier son lapsus, puis rit de bon cœur pour dissiper puis se repencha sur le brancard. Un vieillard à la jambe fracturée, visiblement une mauvaise chute, qui grimaçait en priant que tout ce cirque s’arrête. C’est alors qu’intervint le directeur de l’hôpital, un petit bonhomme au crâne miroitant, fatigué de ce remu ménage dans son service :
    - Messieurs, mesdames, laissez donc le respirer ! Raaah’, bandes de malotrus.
    - M.Le Directeur, protesta un chirurgien Kaguya, vous voyez bien que son péroné est fracturé, cela demande notre expertise. Et non pas l’intervention de cette excentrique.
    - Voyez-vous cela, l’excentrique ? J’aimerais pouvoir officier de suite, j’ai le chakra qui me démange depusi mon retour.
    - Mais enfin Shizune… ,souffla le chauve. Tu viens d’arriver il y a vingt minutes, prends le temps de te poser, rien ne presse.
    - Message retenu, l’excentrique ? Alors laisse faire les pro’ et retourne distribuer tes bonbons à la menthe et picoler dans ton coin.
    - Ne prends pas ton cas pour une généralité, répliqua la brune, je doute qu’à Kiri cela représente une insulte.
    - Tu sais, Shizune, Kiri a un gros problème avec l’alcool. ( Le Directeur se voulait sérieux dans son diagnostic de l’alcoolisme auprès de la population.)
    - Comment ? Les kirijins ne boivent plus assez ? En effet c’est un problème, il faut de suite recommander à nos brasseries et vignobles !
    - Arrête de tout prendre à l’envers, Shizune !
    Mine de rien, l’intervention clownesque de la médecin avait eut don de détendre l’atmosphère, puisque le patient riait aussi de bon cœur avec le personnel, bien qu’une douleur lui déformait le visage. Shizune souffla et céda au caprice du Kaguya qui embarqua le brancard. La kunoichi le regarda s’éloigner avec dégout, elle voulait vraiment se remettre au boulot au plus vite, mais l’occasion lui avait filé sous le nez.
    - Ne boude pas, ma petite. ( Le petit homme lui donna une tape sur… le postérieur. ) On te trouvera une occupation sous peu. Retourne à ton bureau.
    Shizune fit la grimace et se résigna à patienter encore un peu… Aussi elle songea en chemin à rendre une crasse au Directeur pour avoir osé cet acte immonde. Un peu de viagra dans son café lui ferait surement le plus grand bien avant son entrevu au palais du Mizukage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4276-yukino-shizune-retour-au-pays#33014

Ven 28 Sep 2018 - 19:07
Arriva un étrange trio à l’hôpital, ce genre de trio peu banal qui étonna le personnel. Après une courte discussion avec l’homme de tête, un des médecins Kaguya qui avait vu le vent venir, décida de se venger en indiquant le bureau de la petite nouvelle si pressée de recevoir quelqu’un. Le médecin Kaguya avait évidemment reconnu bien rapidement un membre du trio, c’était qu’elle commençait à avoir sa petite renommée en mauvais généralement. On commença à frapper à la porte du bureau avec une certaine énergie, trahissant un agacement certains. Lorsque Shizune se décida à ouvrir, elle put remarquer aisément les trois personnes. Il y avait déjà deux gardes de Kiri très passablement fatigués, énervés, lasses, et on pouvait continuer encore comme ça longuement la liste des adjectifs du dictionnaire. Au milieu des deux, il y avait au contraire une charmante jeune fille aux longs cheveux d’argent à la mine débonnaire. Cependant, il y avait quelque chose d’étrange, elle était menottée avec des fers conçus pour empêcher la formation des jutsu. En effet, les fers étaient composés par des menottes au niveau des poignets très rigides, et cerclant chaque doigt. Elle était également ballonner d’un tissu avec plusieurs tours, en plus d’une boule de tissu dans la bouche.

Garde • « Ne me regardez pas comme cela, c’est un élément … compliqué. Ces mesures ont dû être prises, car elle a tenté de s’enfuir au moins quatre fois. »


Commença à dire le premier garde, un mignon avec des cheveux argent, de la même famille ? Il niera sans doute avec véhémence, mais quoi qu’il en soit, il tendit alors un parchemin enroulé avec le sceau des hautes instances de Kiri. Madoka dans son coin jouait l’innocente en secouant la tête doucement avec un visage d’ange. On pouvait presque voir une auréole apparaitre en haut de sa tête pour preuve de ses grandes qualités miséricordieuses.

Garde • « Le nouveau bureau du mizukage nous a demandé de venir présenter Datalia Madoka pour un test psychologique complet. Vos collègues nous ont assuré que vous seriez la bonne personne. Je préfère vous prévenir, cette … personne peut se montrer quelque peu « agitée », voir agressive. On peut rester dedans ou juste devant votre pièce si vous préférez par mesure de sécurité. Voici la clé des menottes si vous voulez, méfiez-vous tout de même, elle sait utiliser le genjutsu par le son. »


Vendit alors directement la mèche le garde mignon, tandis que l’autre n’avait qu’une envie, fuir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Sam 29 Sep 2018 - 10:22
« Kirijins Good Doctors »




L'hiver pointait le bout de son nez dan les régions humides de Mizu. Il était rarement rude mais terriblement rasoir. La brume s'épaississait, le soleil disparaissait et il faisait nuit bien trop tôt pour pouvoir profiter de sa journée. Non définitivement, l'hiver ce n'est pas la meilleure saison. L'avantage d'être un sabreur c'est que l'on dispose d'un dojo accessible n'importe quand. Pour peu que l'on ait sympathiser avec le garde de l'entrée. Cet ivrogne est parfois d'humeur ronchon. En cette journée grisâtre, un voile de brume s'était élevé depuis les marécages et avait gagné Kiri. Meiyo c'était mis en tête de s'isolé au dojo. Il espérait y trouver un peu de calme et de tranquillité pour sa méditation. Ses espoirs tombèrent à l'eau. Alors qu'il s'apprêtait à pénétrer dans l'enceinte, le garde d'un air étonné l'arrêta d'un signe de main.

[garde] – "Dit donc l'ami…T'aurais pas oublier ta mission de baby sitting ?" Dit-il en ricanant.

"Babysitting ? C'est quoi ces conneries ?"

Une personne dans son dos lui tira légèrement le kimono à plusieurs reprises. Le sabreur se retourna et découvrit un petit garçon. Sa bouille trahissait son jeune âge. Il devait avoir quoi…cinq, peut être six ans ?

[garde] – "Tu te rappel aujourd'hui tu devais conduire mon petit Yû à sa consultation à l'hôpital et me le garder pour la journée."

Il ne se rappelait absolument pas d'avoir fait se genre de promesse mais après tout sa mémoire n'était pas infaillible. Lui laissant le bénéfice du doute, le bretteur soupira et hocha la tête en guise d'approbation. Le petit garçon s'émerveilla…Oh oui…Hallelujah. Prenant la main du jeune garçon, il se dirigea d'un air dépité vers l'hôpital. En marche il regarda le bambin gambadant joyeusement à ses coté. Il avait beau être un éternel blasé, les enfants tendaient à le rendre gaga.

"Dit donc mon grand, pourquoi tu dois aller à l'hôpital ?" Dit-il d'un ton sympathique.

[Yû] – "Ben parfois je m'amuse à parler au mort, mon papa m'a dit que ce n'était pas possible alors que si je les vois je te jure !"

"Ah…Oui c'est bien comme occupation…C'est…C'est flippant." Dit-il avant de presser le pas en direction de l'hopital.

Ce gamin était un futur Mike Myers. Il fallait vraiment que l'on s'occupe de son cas…Non pas le tuer, le soigner voyons. Il enfonça les portes de l'hopital avant de se présenter illico à l'accueil.

"Bonjour madame, ce petit à rendez vous pour une consultation psychologique…Il faut…"

La jeune femme lui coupa la parole.

[Assistante] – "Le service est chargé aujourd'hui monsieur, Veuillez patienter là-bas s'il vous plait, nous viendrons vous chercher."

Sans dire un mot le sabreur tourna les talons et alla s'assoir à l'endroit indiqué. A côté se trouvait une femme littéralement saucissonnée avec un bâillon dans la bouche. Deux hommes semblaient la surveillé…Décidément ce village regorge de surprise. Le petit Yû interpella Meiyo.

[Yû] – " Dit…Pourquoi la dame elle est comme ça…"

"Eh bien c'est parce que…Euh…Oh regarde là-bas il y a des livres pour enfants, ça ne te dirait pas d'aller en lire un peu ?"

Le petit garçon se jeta corps et âme sur les livres en lâchant un grand 'ouiiiiiii'…Bon sang…Pourvu que le toubib se libère rapidement.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3942-chikara-meiyo-finished http://www.ascentofshinobi.com/u617

Dim 30 Sep 2018 - 20:55

Le début des ennuis ?


    Une petite demi-heure. Le temps qu’il ait fallut pour qu’on présente enfin une première patiente à son bureau. Comme à l’habitude de la tradition kirijin, impossible de faire ceci normalement. Une petite fillette lui avait été présenté, bâillonnée et menottée, accompagnée d’une garde rapprochée bien trop professionnelle pour une enfant. Sur le coup, Shizune resta un peu con sur le pas de sa porte alors que l’un des hommes de l’escorte, bien foutu au passage, lui expliqua les tenants de la venue. On tendit à la kunoichi un ordre officiel qui consistait à s’occuper du cas de la charmante créature répondant au nom de Datalia Madoka. Après l’échange de conseils et des précautions à prendre, la grande brune fit mine d’ignorer le shinobi et se baissa pour se mettre au niveau de la gamine, penchant la tête sur le côté d’un air interrogateur.
    - Un instant, je reviens.
    Shizune tourna talon et alla fouiller dans un tiroir, tirant une pochette bleue dont elle ôta un document manuscrit. D’une rapide lecture en diagonale, elle reposa le dossier puis revint à leur rencontre, reconsidérant une nouvelle fois la fille. En effet, ce nom ne lui était pas inconnu, l’heure était venue, sa première confrontation avec un cas… particulièrement intéressant. La ravissante kunoichi arbora un large sourire sympathique. Elle passa ses bras derrière le cou de la blanchette et enleva le bâillon malgré les protestations du garde.
    - Je prends en charge un patient, répliqua tranquillement la brune à l’attention de l’escorte. On ne se présente pas à moi entravé de la sorte, les clefs des menottes. ( Elle tendit le bras sans un regard, ce n’était pas une question mais un ordre. On lui remit le trousseau à contre-cœur. ) Bien, voila qui sera plus agréable.
    La médecin libéra Madoka des fers, elle fit ensuite signe aux deux hommes de disposer, assurant que tout se passerait bien. De sa poche elle sortit un petit bonbon à la fraise qu’elle remit à l’enfant.
    - Tu peux m’appeler Shizune, ajouta la femme après s’être assuré que les gardes furent éloignés. Bon, parait-il que je doive te faire passer des tests, passablement barbants, et sans doute inutiles. De fait, je fais nous épargner ses tâches fastidieuses et te proposer cash de retourner jouer dehors, en passant par une entrée de service pour éviter les deux autres zozos. ( La kunoichi marqua une petite pose, toujours avec un sourire, et lança un regard dans la salle d’attente, examinant les sièges occupés. ) Sinon, je te propose de m’accompagner dans mes rendez-vous. Tu es sacrément talentueuse en termes de genjutsu, et puis tu as une bouille trop trognogne, cela pourrait apaiser nos patients, pour peu qu’ils ne te connaissent pas. Alors, cela t’intéresserait ?
    La femme se releva et passa la tête dans le couloir. Elle se présenta d’un pas léger devant un petit enfant et son accompagnateur au combien intimidant et remarquablement inconforté par sa situation.
    - Bien le bonjour, médecin Yukino Shizune, serais-je dans la possibilité de vous aider ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4276-yukino-shizune-retour-au-pays#33014

Lun 1 Oct 2018 - 18:47
Lorsque le garde sembla la dépeindre comme une dangereuse criminelle multirécidiviste, Madoka haussa les yeux vers le ciel, mais ne répondit pas grand-chose. Bon en même temps, lorsque l’on était affublé de chaines, de menottes et d’un bâillon, les possibilités étaient quelque peu limitées. Elle aurait sans doute piquée une crise devant cette profonde injuste, il avait oublié d’autres détails croustillants bien plus intéressants que juste des illusions et de l’agressivité. C’était tout de même malheureux de ne pas être reconnu pour ses valeurs ! Apparemment, la médecin, car c’était bien une femme, semblait tout de même assez étonnée de son accoutrement au niveau de la sécurité. Bon il était juste de dire que l’adolescente n’avait pas été des plus coopérative, mais tout de même ! Quoi qu’il en soit, elle s’attendait à une réaction, comme d’habitude, mauvaise, distante de la part de la médecin lorsqu’elle se baissa à son niveau. Elle aussi pencha la tête sur le côté comme pour suivre le mouvement de Shizune lâchant simplement une sorte de son interrogatif. Elle se demanda tout de même ce que pouvait chercher à la regarder ainsi.

Curieuse, Madoka s’avança un peu malgré la méfiance du garde tenant sa chaine, mais elle se contenta de regarder ce que pouvait bien faire la médecin à farfouiller dans son bureau. Cela risquait de répondre à son interrogation d’ailleurs. Elle observa la pochette bleue, et regarda de loin le document où il y avait vraisemblablement quelques écritures. Elle se demanda bien de quoi il pouvait s’agir ! Ce n’était pas comme si elle était très curieuse par nature. Après que la médecin ait lu le document, elle revint la regarder de nouveau, cette femme était vraiment bizarre. La jeune fille prit la pose kawaii, alors pour attendrir la médecin, et cela sembla alors fonctionner ! D’habitude jamais, mais là, la médecin commença à retirer le bâillon malgré les réflexions du méchant, mais pourtant grave mignon garde.

Garde • « Mefiez-vous tout de même, elle est capable de tout, et il ne vaut mieux pas la sous-estimée. »


Commenta simplement le garde lorsque Shizune retira le morceau de tissu, et il fallait bien dire que cela faisait bien plaisir à Madoka de pouvoir enfin regarder et procéder à moult commentaires et / ou vengeances. Barrer les mentions inutiles. Elle tourna lentement son regard envers le garde bien trop bavard à son gout, afin de trouver une crasse adéquat qui pourrait dans un premier temps l’apaiser sur cet odieux traitement. La médecin sembla insistée pour pouvoir la recevoir d’une manière plus normale. Sans doute que l’adolescente pourrait bientôt tenter de vite filer à l’anglaise, mais pour le moment, il y avait deux gardes et la médecin. Il valait mieux patienter. Puis de mieux en mieux, la médecin exigea les clés des menottes afin de libérer totalement la si dangereuse patiente, du moins du ton du garde.

Garde • « Vous êtes vraiment certaine de désirer procéder ainsi ? »


Datalia Madoka • « Ben évidemment qu’elle est certaine, elle vient de le dire, il est trop bête celui-là … »


Commenta alors Madoka à l’attention du garde, mais il obéit au docteur, oui bon, la blanchette n’avait pas assez de charisme sans doute pour faire changer d’avis si rapidement un membre de la garde de Kiri. Le garde hésita un bref moment en regardant la main tendue, puis la tête dubitative de Madoka qui se demandait à quel point il était bête. Il remit alors les clefs non sans regret, mais c’était Shizune la docteur. Madoka afficha un large sourire en agitant ses doigts et se frottant ses petits poignets à l’aide de ses mains opposées respectives. Cela faisait vraiment du bien, et alors qu’elle commença à afficher un large sourire carnassier envers la garde présente, elle put capter dans son champ olfactif au combien développé d’un simple humain la présence d’un élément sucré et particulièrement goûtus dans son environnement immédiat. Elle redevint alors dans l’instant une simple petite fille se jetant sur le magnifique cadeau. Madoka colla alors le bonbon à la fraise contre son nez, comme pour sanctifier dans sa mémoire un tel moment de volupté et d’excellence. Peu de temps plus tard, elle déchiqueta le bonbon comme si sa vie en dépendait. Certes, elle avait la peau sur les os, elle semblait presque malingre, mais elle devait avoir mangé il y a pas si longtemps que le suggérait son empressement.

Garde • « Vous en assumerez les conséquences madame. »


Dit alors le garde en comprenant qu’ils étaient maintenant de trop, le garde le plus bavard fit signe à l’autre qu’il était temps de partir. Il fallait dire qu’il était content d’en avoir fini avec cette furie, mais alors qu’ils étaient en train de s’éloigner, le premier garde observa une dernière fois Madoka dans l’espoir qu’elle fasse une bêtise l’obligeant à rester. Cependant, elle s’occupait plutôt à léchouiller tranquillement le bonbon à la fraise en plissant les yeux comme une petite chatte. Elle se permit même de faire un petit coucou de la main, alors que les gardes s’en allaient. Elle n’allait rien tenter sur le coup, alors le garde soupira et rattrapa son collègue, qui lui ne demandait pas son reste.

Datalia Madoka • « Shizune ? C’est mignon comme prénom, ben moi, tu peux m’appeler Madoka ! »


Bon en même temps, c’était son prénom de toute manière. Madoka semblait être vraiment étonnée, mais l’instant d’après, la médecin lui indiqua que les tests barbants lui semblaient être inutile, et elle ne semblait pas être enclin à y procéder. L’adolescente n’y croyait pas, c’était vraiment trop beau. Elle avait une chance affolante sur le coup, alors elle s’empressa de hocher la tête vivement.

Datalia Madoka • « Trop bien !!! Vous êtes une vraiment chouette docteur ! »


S’exclama avec une certaine vigueur tant elle était heureuse Madoka, qui commençait déjà à chercher quel genre de jeu elle pouvait bien faire dans le coin. Elle pouvait toujours embêter les malades, c’était toujours amusant ! En tout cas, cette Shizune savait comment lui parler, des bonbons, de quoi jouer ! Cependant, la médecin elle-même vint lui proposer un jeu très original, qu’elle n’avait jamais fait !

Datalia Madoka • « Trop bien ! Je vais venir avec toi ! Je suis douée dans plein de trucs tu verras ! Je serais infirmière ! L’apprentie infirmière Joëlle ! Métamorphose ! »


La blanchette forma un mudra bien connue pour se changer en tenue d’infirmière comme celle, qu’elle voyait passer depuis un moment. Elle prit la pose en attrapant sa longue jupe de chaque côté, comme si elle était dans un bal. Elle s’empressa de rejoindre Shizune en exerçant une petite glissa afin de se retrouver à ses côtés ! So the style !

Datalia Madoka • « Et moi, je suis l’apprentie infirmière Joëlle ! A votre service ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Mar 2 Oct 2018 - 20:15
« Kirijins Good Doctors »




Le petit Yû avait jeter son dévolu sur une ribambelle de livre pour enfant. Le sabreur avait pu profiter de ces quelques secondes de repits pour se demander ce qu'il allait bien pouvoir faire pour se sortir de cette embrouille. Plus jamais il ne garderait ce môme. Plus jamais. Après avoir lu et relu l'histoire des trois petits cochons, le jeune garçon se tourna vers Meiyo. Il avait les yeux du diable…Cet enfant c'était le sheitan ! Le bretteur faisait semblant de ne pas le regarder et préférait regarder le plafond. L'attention de Satan fut de nouveau captivée quand un médecin se présenta à lui. Yukino Shizune… vous venez de sauver un homme.

Le sabreur se leva de son siège. Il dépassait le médecin d'une bonne tête. Son kimono légèrement débraillé laissait paraitre un semblant de son physique saillant. Il n'eut pas le temps de remettre en ordre sa veste qu'une seconde personne fit son entrée de manière plutôt théâtrale ce qui valut un léger rictus du guerrier. Il réajusta son kimono afin d'être présentable puis se pencha respectueusement pour saluer les deux femmes.

"Docteur Yukino, Infirmière Joelle. J'ai ici un enfant qui requiert votre expertise…"

Le sabreur se redressa puis marqua une légère pause, il se tourna légèrement vers Yû qui s'amusait à faire des grimaces à l'infirmière. Le bretteur se retourna vers Shizune en baissant le ton afin que le petit garçon ne puisse pas entendre ses paroles.

"Cet enfant a quelques problèmes... Il m'a confié avoir vu des morts et avoir eu une conversation avec ceux-ci…Je doute que ce petit soit nécromant mais j'aurais aimé avoir confirmations…D'autant plus que son père me l'a confié sans m'en toucher mot…"

Les yeux noisette de Shizune venaient côtoyer le regard inquiet du sabreur. Etonnamment il n'était pas aussi sérieux et froid que d'habitude. Son caractère d'homme bourru et troglodyte était attendrit. Par le petit Yû entre autres malgré qu'il soit possédé puis ensuite par l'ambiance détendu qu'offrait l'infirmière Joelle. Son innocence et sa puérilité ne permettait pas au sabreur d'avoir une attitude sérieuse comme à son habitude. Il reprit toutefois un semblait de sérieux lorsqu'il s'adressa de nouveau au médecin.

"Vous pensez pouvoir faire quelques choses ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3942-chikara-meiyo-finished http://www.ascentofshinobi.com/u617

Kirijins Good Doctors [Libre]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Hôpital général
Sauter vers: