Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

[B/OFFICIEL/KIRI] Un dieu de l'eau ?


Ven 28 Sep 2018 - 14:35
Les travaux de Wutu-Fuku ont portés leurs fruits : la Mizukage Shiori a accepté de débloquer des moyens pour mettre en œuvre les recherches d’un dieu des mers à Kiri. Une mission qui demandera d’aller sur le terrain, bien sûr. Mais avant cela, il est nécessaire d’effectuer un travail de recherches et heureusement, les archives du palais de la brume seront accessibles aux shinobis assignés à cette tâche afin de récolter des informations dans le cadre de ces investigations. Les documents présents dans la demeure de l’ombre du village représentent certainement la plus large collection disponible au pays de l’Eau, aussi ne faut-il pas négliger cette partie de la mission quand bien même elle pourrait paraître moins intéressante que les travaux d’explorations qui en découleront peut-être.

Le jeune Kaguya, fraichement promu chûnin, ne sera pas seul pour cette mission. Deux autres shinobis qu’il ne connait pas l’accompagneront dans cette quête. Il ne partira donc pas avec les deux genins que Shiori lui a demandé d’encadrer. Les événements se sont succédé à grande vitesse, il n’y a donc pas trop le temps de cumuler les tâches en ce moment. Quoi qu’il en soit, ces shinobis débutants seront pris en charges directement après cette mission. Ce n’est l’affaire que de quelques jours.

En prévision des déplacements qui s’annoncent, le jeune homme a préparé du matériel utile pour un voyage dans l’archipel : carte, vivres et surtout argent. L’information se paye parfois. Il est temps de rejoindre le palais de la brume, lieu devant lequel le trio est censé se rassembler. Une fois la troupe arrivée, il procède à un rapide briefing. C’est la première fois qu’il dirigera une mission. Même s’il n’est pas le ‘chef’ officiel ici, la mission a été lancée suite à ses demandes et il est donc logique que sa responsabilité soit plus engagée que celles de ses collègues.

-Bonjour. Je suis Wutu-Fuku Kaguya. Merci d’avoir répondu présent pour cette mission, lancée par la Mizukage suite à une conversation que nous avons partagé récemment. Peut-être savez-vous qu’il y a, à Kaze, une créature surnommée ‘Dieu du Désert’, qui est entre autre responsable d’un cataclysme qui a manqué de raser le pays il y a plus d’un siècle et qui a manqué de s’évader de son sceau récemment. Notre travail consiste à définir si nous avons l’équivalent à Mizu.

Il désigne le palais d’une main.

-Le Godaime nous a donné l’autorisation de fouiller dans les archives du palais. C’est ici qu’on commence nos investigations, donc. Puisque nous n’avons aucun document officiel sur le sujet, il va falloir fouiller dans les légendes et les mythes. Je sais que ça peut paraître un peu léger comme sources, mais les Kazejins avaient également du mal à soupçonner l’existence d’une telle créature avant d’être placés devant le fait accompli.

Le chûnin laisse passer quelques secondes, le temps d’assimiler les dernières informations, avant de reprendre.

-Si vous avez des suggestions ou des idées, n’hésitez pas. Ne négligeons aucune piste.

Une fois cette introduction terminée, le Kaguya fait signe à ses collègues d’entrer dans le palais de la brume. Direction les archives.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine

Ven 28 Sep 2018 - 15:55
ふか うみ
.
Un dieu de l'eau ? ◦○◌

Fuka avait entendu parler par le biais du bouche à oreille, qu'une mission de recherche sur un potentiel dieu des eaux avait été lancé. C'est donc sans réfléchir qu'il avait demandé à faire partie de celle-ci, lui qui faisait partie du clan qui en connaissait certainement le plus sur les eaux de Mizu no Kuni, son aide ne serait certainement pas de trop. L'idée même qu'un dieu puisse se trouver au pays de l'eau, rendait cette mission épique, l'idée qu'un Umimori se tienne face à un dieu, rien que dit penser un sourire niais s'affichait sur le visage de l'homme requin. Un sourire qu'il allait certainement garder tant cette mission le faisait vibrer, cela faisait bien longtemps qu'une mission ne l'avait pas rendu aussi joyeux.

D'après les infos qu'il avait reçu, Fuka devait se rendre au Palais de la brume pour rejoindre ses camarades de "jeu". Il arriva très vite au lieu du rendez-vous, le palais était juste derrière lui, et debout face à lui se tenait un homme et une femme. Les deux semblait plutôt sérieux, surtout l'homme qui commença avec un speech habituellement de début de mission. L'homme semblait plutôt tendu, mais il semblait de confiance. La femme quant à elle, un point d'interrogation, elle semblait plus difficile à cerner. La mission était donc de savoir si un dieu comme celui qui avait été trouvé à Kaze no Kuni existait aussi à Mizu . Le monde étant vaste, il était tout à fait possible de trouver se genre de créature divine au pays de l'eau.

Fuka tira un peu la gueule quand l'homme se prénommant Wutu Fuku Kaguya expliqua qu'il allait falloir commencer par de la recherche en salle d'archive. La mission allait très certainement être quatre-vingt pourcents de rechercher et vingt petit pourcents d'aventure. Mais l'idée qu'un dieu des mers soit à Mizu, l'Umimori ne pouvait qu'être joyeux. D'ailleurs dans un élant de lucidité, il se demanda si les vieilles légendes Umimori n'allait pas les aidés. Car les Umimori étant un très vieux peuples, leurs comptes et légendes avaient peut être débuter bien avant celle des hommes de Mizu no Kuni. C'est donc d'une voix posé et sûr de lui que l'Umi se présenta et dit :


« Je me présente Umimori Fuka, enchanté de vous rencontrez, j'espère que nous arriverons à trouver ce fameux dieu de l'eau. Pour commencé nos recherche quelque part, je tiens à dire que mon clan possède de vieille légende, comme par exemple : Le dieu Ryūjin, une divinité contrôlant les mers et les océans, cela ne vous rappelle rien ? Il serait à l'origine du don des Umimori. Et si s'était le dieu Ryujin que l'on cherchait ? ... Rencontré celui qui est à l'origine de tout se que les Umimori sont ... Imaginer un peu la joie de mon clan, l'immense honneur que ce serait ... Enfin ...mmmh mmmh .. Je m'égards peut- être un peu. »




_________________
ふか うみ-Fuka Umi
Nous réalisons que ce que nous accomplissons n'est qu'une goutte dans l'océan, mais si cette goutte n’existait pas, elle viendrait à manquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1921-comme-un-requin-dans-l-eau-fuka-umi-finish http://www.ascentofshinobi.com/t2425-equipe-2-hekikai-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t1925-carnet-de-route-d-un-homme-de-la-mer http://www.ascentofshinobi.com/t4265-le-recousu-et-sa-broderie-macabre-finish

Sam 29 Sep 2018 - 17:12

Reprise du boulot en douceur


   Une drôle de demande que venait de formuler la Mizukage a la charmante brune qui trouva ce drôle de pli dans son casier. Un parchemin scellé de cire, au motif somme toute magnifique, quoiqu’un peu pompeux, on reconnaissait bien la marque de fabrique de Kirigakure. Elle cassa proprement le cachet d’un claquement de doigts, déroulant le message avec un air interrogateur.
   - Une… divinité de l’eau ? Serait-ce possible ? ( La brune roula des yeux et en tira quelques conclusion. ) Soit l’ivresse publique kirijin a atteint son paroxysme, ou nous avons ici l’opportunité d’une grande aventure.
   Ce que la kunoichi en retira, c’était une mise à l’épreuve de la part de sa supérieur suprême. Ce n’était que depuis peu que Shizune célébra son retour au village, après des mois, des fois des années d’absences à arpenter le continent. On lui demandait d’accompagner et d’assister deux shinobis dépêchés pour tirer cette affaire au clair, le point de ralliement serait le Palais de la Brume.

* * *

   Prévoyante, Shizune s’attendait à devoir s’absenter un moment pour effectuer ces recherches, de fait elle se présenta avec un sac marine bleu et bleu au tissu tellement traité que la moindre goutte d’eau déparlait à sa surface. La preuve en était qu’à son arrivé, un garde trop peu averti aux abords du palais trébucha lors de sa ronde des balcons, laissant choir sa gourde, manque de bol, une brune passait dessous. Aucun dégât, le sac avait fait un formidable parapluie, se présentant presque sec quand la kunoichi arriva devant les grandes marches impériales.
   Un homme se trouvait déjà sur place, elle reconnut son visage et ses cheveux de jais, Shizune avait pour habitude d’étudier en amont le dossier de chacun avec qui elle devait travailler. Une sorte de toc de son passif dans les équipes de renseignement, mais aussi sa profession de médecin qui impliquait beaucoup, beaucoup, BEAUCOUP de lecture. Bien heureux hasard, leurs tenues concordaient dans la couleur, drapés de blanc, ils n’eurent pas vraiment le temps de papoter puisque leur ultime compagnon fit son apparition. Un mystérieux membre du clan Umimori, qui intriguait la femme médecin au plus haut point, masquant avec assurance son irrésistible envie d’étudier son métabolisme, bien que cela n’avait rien à voir avec la mission.
   Les deux hommes se présentèrent chacun leur tour. Le premier, un Kaguya, expliqua les tenant de mission, rappelant l’origine de la demande qui fit sourire la jolie brune du coin de lèvre. Ah ! Une discussion privée avec la Mizukage ? Sans doute accompagnée d’une bonne bouteille par-dessus le marché. Quant à l’évocation des événements de Kazu, Shizune ne pipa mot, préférant ne pas se prononcer. Elle était du genre à ne croire que ce qu’elle voyait, n’étant pas sur place à ce moment, et malgré les nombreux rapports et témoignages, la médecin préférait croire à une hallucination collective qu’à un esprit des sables. L’homme-requin fit part des légendes de son clan en plus de sa présentation, exprimant par ailleurs son intérêt quant à cette recherche. En effet, s’ils parvenaient à mettre en lumière cette entité, on pourra dire que le trio se verrait auréolé de gloire. Après un silence, la kunoichi se décida a terminer l’échange des formalité à sa façon.
   - En voila une belle équipe pour satisfaire cette demande intrigante. Je me nomme Yukino Shizune, ex-kunoichi de la division de renseignement et espionnage, de retour au village pour soutenir notre nouveau Godaime. Je ne vais rien vous cacher quant à mes impressions, j’ai beau lire énormément et me bercer de contes, je reste très terre à terre et préfère prendre ces histoires avec des pincettes. A la demande de Watanabe, je vous aiderais de mon mieux. ( Elle porta son attention plus particulière vers le Kaguya, de facto élu chef de mission, chose qui ne la dérangeait aucunement. ) La piste des archives est maigre, mais la seule valable pour l’instant. Cependant, le village est encore tout jeune, sa bibliothèque ne doit pas arriver à la cheville de celle du palais du Daimyo de Mizu no Kuni. J’espère que notre programme d’échange des recueils sera suffisant ici, sinon je ne vous cache pas qu’un détour aux archives de la seigneurie sera nécessaire.
   Après quoi, la kunoichi approuva l’invita du prénommé Wutu-Fuku à se diriger rapidement vers le palais. Les recherches pourraient s’avérer longues, très… longues…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4276-yukino-shizune-retour-au-pays#33014

Sam 29 Sep 2018 - 18:47
Le trio est donc constitué du Kaguya, d’une kunoichi qui se présente comme une ancienne membre des services de renseignements et d’un Umimori. Wutu-Fuku a déjà entendu parler de ce clan particulier du pays de l’Eau, dont les membres maîtrisent la métamorphose animale du requin comme personne. Ce dernier semble beaucoup plus enthousiaste que sa collègue. Il commence déjà à s’emballer et à faire part au reste du trio des différentes légendes qui entourent l’histoire de son peuple. Pas besoin de lui demander de se maîtriser néanmoins, puisqu’il cesse de son propre chef de déballer ses connaissances. Au moins il n’y a, apparemment, aucun psychopathe parmi eux. C’est déjà bien. La dénommée Shizune pointe du doigt le fait que les archives du palais du Daimyo sont certainement plus riches que celles du palais de Kiri.

-Peut-être, mais j’ignore s’il sera aussi facile d’accéder aux documents du palais du seigneur vu les derniers événements… Nous verrons en temps voulu.

Il se tourne ensuite vers l’homme requin.

-Les légendes Umimoris sont une piste comme les autres, oui. Je suis d’ailleurs heureux d’avoir avec moi quelqu’un d’aussi proche avec la mer. J’imagine bien ce que peut représenter une telle mission pour quelqu’un de ce clan…

Une piste à creuser éventuellement plus tard. Pour l’instant, ils ont déjà assez à faire ici. Il ne faut pas perdre de vue qu’ils ne sont pas ici pour la gloire qu’une réussite pourrait entraîner, mais dans un but préventif afin d’éviter un destin similaire à ce qu’ont affronté les Kazejins. Si un dieu des mers venait à se déchaîner, les Umimoris pourraient d’ailleurs en faire les frais, comme les Asaaras sur le grand continent.

-Bon, allons-y.

Selon la signalétique, les archives se situent au dernier étage du bâtiment le plus imposant du village. Ils entrent sans problèmes dans cette partie pourtant surveillée du palais. Shiori a fait le nécessaire pour qu’ils puissent avoir accès à ce dont ils ont besoin. L’ambiance du dernier étage est austère : on pourrait entendre une mouche voler. Un vieux bibliothécaire accueille les shinobis avant de leur donner quelques pistes sur les rayons qui pourraient les aider dans leurs recherches. Il explique au trio qu’ils doivent bien prendre en compte ces directives car même s’ils sont relativement libres pour leur travail d’investigation, ils n’ont pas le droit d’aller fouiller dans les rayons qui ne concernent pas leur mission. C’est tout une zone des archives qui leur est interdite d’accès. Le secret défense, certainement. Le Kaguya se tourne vers ses coéquipiers en chuchotant pour respecter le calme des lieux.

-Bon, séparons-nous. On se retrouve d’ici quelques heures histoire de faire un premier point. Bon courage.

Wutu-Fuku commence donc son périple dans les rayons appropriés. Les plus observateurs pourront voir que le vieux de l’accueil ne les quittent pas des yeux. Qui sait, peut-être même que les rayons sensibles sont protégés par des sceaux… mais bon, aucun risque de déclencher le moindre piège, le chûnin ne compte pas fouiner dans ce qui ne le regarde pas. Il s’arrête au niveau d’une étagère parlant des légendes de l’archipel et en tire quelques bouquins et rouleaux, qu’il place sous son bras avant de se déplacer jusqu’à une table pour commencer sa lecture.

Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine

Lun 1 Oct 2018 - 18:22
ふか うみ
.
Un dieu de l'eau ? ◦○◌

Fuka écoutait la jeune Kunoichi se présenter, elle semblait avoir un passé pour le moins trouble et mistérieux, avoir travailler pour les renseignements de Kiri, s'était comme avoir bosser pour le croque mitaine. Enfin peut importe, l'équipe était maintenant au complet et tout semblait prêt pour qu'on se lance à la recherche de se dieu des eaux. Avant de partir l'autre équipier de Fuka tenu à dire quelque mot, l'homme requin écouta donc patiemment les informations donné par le Kaguya, qui était finalement un peu le chef d'équipe étant donner que c'était lui qui avait fait plus ou moins la demande de cette mission. Finalement celui-ci nous proposa d'enfin rentrer dans le bâtiment, en nous dirigeant directement vers les archives/ bibliothèque, l'endroit était bordélique. La poussière semblait vivante et capable de se mouvoir pour accueillir le trio de ninjas. Un vieux bibliothécaire qui ne semblait pas avoir vu la lumière du jour depuis des lustres indiqua ou était les rayons que Fuka et ses collègues pouvait " fouiller ". Les autres semblaient hors de leurs porté, il y avait certainement des infos sur de vieux coup d'état que personne ne connaissait, des informations sur des clans exterminés, tout plein d'info à haut risque.

Wutu-Fuku Kaguya, proposa que chacun se sépare pour aller plus vite dans leurs recherches. Fuka se dirigea donc seul vers l'un des rayons, qui était recouvert de poussière et composé de vieux rouleaux sceller et de bouquin qui l'était tout autant. L'umimori ne sachant par ou commencé se mit à inspecter les reliures des livres, ses reliures donnait des informations sur le contenu de ces livres. Fuka ne pu s’empêcher d'éternuer, se qui souleva un énorme nuage de poussière à cause du souffle de l’éternuement. L'Umi ne manqua pas de remarquer le regard assassin du bibliothécaire. Finalement tout ces bouquins semblaient identique, hormis un, qui avait des gravures spécifique. L'homme requin l’ouvris délicatement, et à sa grande surprise il n'était pas question de dieu des eaux, mais de démembrement par étirement. Quel joie de tomber sur un tel livre, il y avait aussi des croquis, beaucoup trop détailler et réaliste pour que la personne qui l'ai écrit n'ait pas assister ou pratiquer le ... démembrement. Fuka referma le livre et le reposa en faisant une grimace qui voulait tout dire, il espérait maintenant ne pas tomber sur une soupe d'orteil ou autre joyeuseté étrange qui l'attendait dans se rayon poussiéreux, qui finalement l'était un peu moins maintenant grâce à son éternuement. Il regarda autour de lui à la recherche du Kaguya, ne le trouvant pas du regard il dit d'une voix forte, se souciant que très peu du bibliothécaire et des us et coutume qu'il fallait respecter dans un lieu pareil.


« HEYYYY ! JE TROUVE RIEN ! ET VOUS ?! »






_________________
ふか うみ-Fuka Umi
Nous réalisons que ce que nous accomplissons n'est qu'une goutte dans l'océan, mais si cette goutte n’existait pas, elle viendrait à manquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1921-comme-un-requin-dans-l-eau-fuka-umi-finish http://www.ascentofshinobi.com/t2425-equipe-2-hekikai-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t1925-carnet-de-route-d-un-homme-de-la-mer http://www.ascentofshinobi.com/t4265-le-recousu-et-sa-broderie-macabre-finish

Mer 3 Oct 2018 - 18:31

L’art de lire en diagonale

    Nichée dans les derniers étages du palais, la bibliothèque avait pour cerbère se petit vieux ronchon aux épaules couvertes de poussière. Dans un sens, le gardien se camouflait parfaitement dans son environnement, prenant autant racine que les nombreux ouvrages dont il avait la charge. Shizune afficha un sourire de coin en reconnaissant le fossile qui procéda à ses habituelles explications sur le comportement à avoir dans son établissement. Décidemment, cette vieille branche que la kunoichi connaissait avait tenu bon depuis la création du village, impossible d’en changer. De cette affinité qu’elle avait avec le bibliothécaire, la femme pouvait se permettre de faire mine d’ignorer ses recommandations tant elle en avait eu le droit par le passé. Ceci lui valant le regard assassin en retour du petit monsieur.
    La bonne décision fut donnée, la séparation du groupe pour accélérer les recherches. Dans un premier temps, Shizune les regarda faire, chacun dans leur coin. Son collègue Kaguya commença à fouiller les rayons, ramenant avec lui un petit tas de livres et parchemins dont il entreprit la lecture sur un table. Correct. Vint la performance de l’Umimori, qui prouva son penchant pour le nautisme plus que la lecture, ainsi que sa faculté à provoquer un maximum de bruit en un minimum de temps.
    La brune se fit discrète dans son petit rire et tourna talon de façon désinvolte, comptant bien leur montrer comment une ex-agent du renseignement effectuait ses recherches. Première étape, la location d’un chariot. La dame sifflota en passant devant le bureau du bibliothécaire avec son chariot vide, pour l’instant, elle disparu au détour d’un rayon et commença à faire ce qui s’apparentait à des courses au supermarché. Deuxième étape, la sélection des produits. La kunoichi s’était déjà fait une idée d’où chercher ses informations. Certes, la légendes avaient leur attrait, mais ne comptait pas le dessus pour apprendre quoique ce soit. De fait, elle composa une pile de bouquins riche dans sa diversité autant que son volume. Poésie, cuisine, gravures, les premiers ouvrages ne semblaient avoir aucun rapport avec la mission, un fait que n’aurait pas nier l’intéressée. Ceci n’était qu’une sélection pour assouvir sa soif de lecture personnelle. Concernant le cas de leur entité aquatique, Shizune rassembla le maximum de rapports et de témoignages de marins et gens de la côte. Espérant dans le meilleur des cas trouver une concordance entre eux, permettant de localiser les apparitions de monstres marins, assez fréquents pour justifier bien plus qu’un alcoolisme globaliser entre les interrogés.
    Elle se posa avec son chariot à la même table que Wuka-Fuku, se plaçant en face et déposant ses trouvailles. Shizune forma des tas, plus ou moins gros, les classants, selon elle, par pertinence et chance de trouver une quelconque information. Elle entreprit alors, en silence, de les lire en diagonales, passant les pages à toute vitesse, ne s’arrêtant que lorsqu’elle repérait un mot clef, ou tout autre détail important. Au calme, elle déroula, un par un, se permettant de chantonner dans sa tête un petit air entrainant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4276-yukino-shizune-retour-au-pays#33014

Jeu 4 Oct 2018 - 20:16
Les archives de Kiri, lieu calme et paisible. Un endroit où bien trop peu de gens viennent, beaucoup n'y ayant tout simplement pas accès pour x ou y raison. Le manque de confiance des hautes sphères ou simplement un grade trop bas. C'est là, toute la différence avec la bibliothèque ou tout le monde y a un libre accès, ici, il faut un laissé passé et il est fort aisé de perdre cet accès. Il faut dire que plus d'une données ici est perçue comme confidentielle ou secrète et pourraient posé quelque problèmes si elles venaient à être révélé aux mauvaises personnes. Néanmoins, il y a des informations en tout genre, allant d'un simple rapport de mission, à des résumés de fait historiques en passant par quelque racontars qui auraient pu avoir de l'importance à un moment ou un autre. Rumeurs parfois stupides et infondées, calomnies en tout genre, pour les plus crédules, ils pourraient se faire facilement retourné l'esprit et commencer à croire à monts et merveille. Un peu comme c'est le cas de Kaguya Wutu-Fuku avec son désir de mener l'enquête sur un potentiel monstre marin. Une sorte de divinité comme à Kaze.

Le vieil archiviste ne peut s'empêcher de soupirer en les regardant s'éloigner tout trois vers les lieux qu'ils vient de leurs indiqués. Il ne peut s'empêcher de les trouver trop naif et de douter également de la Mizukage qui laisse faire ce genre de mission alors que la brume à besoin d'autre chose que de voir des Kirijins partir à la quête de chimère. Dans ses pensées, il est alors rapidement perturbé par l'exclamation de l'Umi et secoue négativement la tête avant de s'approcher clopin clopan du trio, alors que la demoiselle et le chef de l'équipe semble respecter les règles. L'umi n'en fait qu'à sa tête.
Chutt ! Peste-t-il alors en fronçant les sourcils tout en dévisagent le requin. Il s'éloigne alors escomptant que celui-ci allait tout simplement obtempéré et faire silence dés à présent. Il retourne vaqué à ses occupations ou plutôt ses pensées.


Ne prêtant ainsi plus attention aux trois lurons en foire pour l'instant, il ne remarque pas l'approche de cet autre ninja actuellement présent dans les archives pour faire d'autre recherche bien plus sérieuse. L'homme d'âge mur, mais restant néanmoins, bien plus jeune que l'archiviste, s'approche de L'Umi discrètement.
Pour vos recherches. Allez plutôt dans l'avant dernier rayon. Un conseil, discret, mais allant contre les restrictions de l'archiviste...


Suivre les conseils de l'inconnu

L'ignore tout simplement et obéir

Autre


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 4 Oct 2018 - 23:07
Les lectures du Kaguya, si elles sont intéressantes, ne semblent pas très pertinentes pour les recherches auxquelles il s’adonne avec ces deux autres shinobis inconnus. Tout au plus pourra-t-il se vanter d’avoir une sacrée culture de la légende du dieu des algues lors des soirées mondaines. Il encense également le créateur du livre, car c’est bien plus ergonomique de parcourir un ouvrage relié qu’un rouleau qui est bien plus ennuyeux à manipuler. Néanmoins les parchemins sont plus anciens que les bouquins, aussi est-il important de les parcourir afin de ne pas passer à côté d’une donnée importante. Est-ce qu’il y a des soirées entre gradés du village d’ailleurs ? Il faudra qu’il se renseigne sur le nouveau décorum qui s’impose à lui.

Soudain, une voix forte retentie dans la pièce. Fuka ne semble pas au fait des us et coutumes qu’il est nécessaire de respecter dans une bibliothèque, puisqu’il parle d’une voix forte afin de demander à ses camarades si leurs recherches sont fructueuses. Wutu-Fuku lève les yeux au ciel, tandis que le vieux bibliothécaire, trop heureux de voir qu’il se passe enfin quelque chose dans les archives, saute sur l’occasion pour faire respecter son autorité d’un chut bien placé. Il faut quand même avouer que c’est une sacrée planque archiviste du palais de la brume. Il doit y avoir 5 visiteurs par jour, grand maximum.

Heureusement, Shizune vient relever le niveau. Elle prend un petit moment pour déambuler dans les rayons à l’aide d’un chariot qu’elle remplie au gré de ses envies. Le Kaguya observe du coin de l’œil la mystérieuse kunoichi s’asseoir à la même table que lui avec une grande quantité de lecture, qu’elle commence à classer en tas. Trop grande peut-être ? Le jeune homme doute qu’elle puisse lire autant dans la journée, à moins qu’elle ne cache un don secret pour la lecture. Il peut aussi voir qu’elle a avec elle de nombreux ouvrages sans lien direct avec la mission, comme des livres de cuisine ou de poésie. Est-ce qu’elle profite de sa présence dans les archives pour ses intérêts personnelle ? Dans le doute, le chûnin ne dit rien et replonge bon gré mal gré dans un vieux rouleau.

Mais il faut bien avouer qu’il ne trouve rien de bien concluant. Eloigné de l’Umi et concentré dans les ouvrages, il ne prend pas conscience qu’un autre ninja est également dans la pièce et n’entend pas non plus sa conversation avec l’Umi. C’est par pur hasard qu’il choisit ce moment pour se lever et se diriger vers l’accueil où il retrouve l’archiviste, qu’il aborde à voix basse.

-Désolé pour le comportement de mon collègue, je le soupçonne de n’avoir jamais mis les pieds dans une bibliothèque auparavant… Peut-être qu’un érudit comme vous pourrait nous donner des pistes supplémentaires pour nos recherches ? Quelque chose qui ne nous viendrait même pas à l’esprit mais dans le même temps évident pour un homme de savoir ? …

Parce que s’ils doivent lire l’ensemble des rayons à leur disposition, ils en ont pour un moment. Dans le même temps, ce début de conversation pourra peut-être canaliser l’attention du vieil homme.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine

Lun 8 Oct 2018 - 14:43
ふか うみ
.
Un dieu de l'eau ? ◦○◌

Fuka continuait de chercher un livre livrant potentiellement des indices sur un dieu ou un monstre quelconque étant capable de chose incroyable, possédant un pouvoir immense susceptible de causer la perte de Kiri No Kuni ou alors de lui apporter son salut. Malheureusement l'endroit était à l'abandon depuis si longtemps au vu de la poussière au alentour, que le classement de ses livres devait être approximatif, sans oublier que la zones accessibles par le petit groupe était restreint, pour des raisons pas bien clair. Fuka froncé les sourcils sans remarquer que ses précédentes actions avait mis en rogne le vieux bibliothécaire, qui n'en finissait plus avec ses " CHUT !" . Le vieille homme n'aura jamais bossé autant qu'aujourd'hui, redonnant une seconde vie à son ... métier... des plus ...mmmh stressants ? ...

Par contre chose que Fuka ne manqua pas de remarquer fut l'homme étrange qui vient soudainement l'accoster, celui-ci semblait avoir la réponse aux petits problèmes de recherche du groupe. Et comme par magie, il sortie de son chapeau la solution, les réponses que l'Umi et les autres membres de son groupe cherchaient, était tout simplement dans l'un des avant dernier rayon, qui était bien entendu dans la zone qui leurs étaient interdite. La dégaine de l'homme était louche, de plus Fuka n'avait même pas ressenti sa présence, chose encore plus étrange. L'instinct animal de l'Umi lui criait de ne pas faire confiance à cet homme, quand bien même aurait-il raison sur l'endroit ou se trouvait les informations que le groupe cherchaient. Cela dit, il y avait peut être un autre moyen pour avoir se qu'ils voulaient, d'une voix basse mais audible et avec un sourire rempli de malice, Fuka dit à l'homme:

« Vous semblez en savoir beaucoup sur s'que l'on cherche, mais aussi ou se situe se que l'on cherche, ne serait-il pas plus logique que se soit vous qui alliez dans ce rayon ? Vous pourriez ainsi nous rapporter se que l'on cherche, pour Kiri ! »


L'Umi jouait à jeu qui allait certainement faire avancé la mission qui, à peine commencé semblait déjà stagner. Jouant sur la patriotisme, Fuka espérait qu'une chose, s'est que l'homme fasse le sale boulot à sa place. Se qui lui permettra d'éviter les problèmes et d'avancer dans cette mission qu'il voulait absolument voir achever. Si un dieu des eaux existait, celui-ci devait forcément être lié de prêt ou de loin au Umimori. En attendant la réponse de l'homme, l'homme requin regardait discrètement autour de lui, hormis ses collègues et le vieux bibliothécaire il ne voyait personne.






Résumé du tour:
 

_________________
ふか うみ-Fuka Umi
Nous réalisons que ce que nous accomplissons n'est qu'une goutte dans l'océan, mais si cette goutte n’existait pas, elle viendrait à manquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1921-comme-un-requin-dans-l-eau-fuka-umi-finish http://www.ascentofshinobi.com/t2425-equipe-2-hekikai-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t1925-carnet-de-route-d-un-homme-de-la-mer http://www.ascentofshinobi.com/t4265-le-recousu-et-sa-broderie-macabre-finish

Jeu 11 Oct 2018 - 10:57

Braver l’interdit


    Les divagations du groupe sur leurs lectures, ô combien inintéressantes, ne faisait pas vraiment avancer leurs recherches. Shizune devait se rendre à l’évidence, les rapports d’interrogatoires des habitués de comptoir n’avait rien donné de concluant. Si il y avait bien cette histoire d’objet volant non identifier dans les récits de ces soulards, rien en revange sur une quelconque divinité autre que le sacro-saint alcool qui carburait leur journée. La grande souffla en claquant son livre, elle le rangea avec ennui sur sa pile de bouquins terminés. Rien de rien. Elle exprima une moue certaine et jeta un regard vers le rayon où l’on pouvait entendre le sifflement de l’archiviste, sans doute bien trop heureux d’avoir de l’animation et de pouvoir sermonner quelqu’un.
    Son collègue Kaguya semblait du même avis concernant l’infructuosité de leurs recherches. Celui-ci décida de consulter le vieux grincheux au culot, demandant de l’aide, comme un lycéen incapable de se repérer dans une bibliothèque. Sauf que pour le coup, les barrières qu’on leur dressait n’aidait en rien, et les maigres ouvrages à leur disposition n’avaient de pertinent que leurs titres évocateurs qui, au final, ne servaient plus à appâter la lecture que de décrire son contenu.
    De l’intervention d’un curieux personnage à lunettes, Shizune n’en savait rien, de toute manière, elle cogitait plus sur les possibilités à portée pour arriver à ses fins. En tant que médecin, de plus est une femme, elle était trop fière pour envisager une demande d’aide. Surtout dans cette situation incluant de la littérature, après tout, la dame était grande lectrice. Exit l’assistance de l’archiviste, ce ne serait que lui rendre service de pouvoir affirmer son hégémonie sur les lieux et dénigrer les gamins qui y déambulaient. D’un air ennuyé, Shizune roula des yeux, regardant à droite à gauche, le regard dans la brume. Elle finit par se lever et s’étirer. * Bon, pas le temps de trainer. Le papy nous interdit des choses, pas de bol, nous sommes des shinobis, et ce ne sont pas des belles paroles qui m’arrêteront. *

    Prenant soin de profiter de la diversion de ses collègues, la femme en blanc s’isola dans un coin de la bibliothèque, ayant prit soin d’embarquer sous son bras les livres qu’elle avait auparavant emprunter. Simple précaution, il fallait les remettre à leur place, mais aussi avoir une bonne raison de s’éloigner pour approcher ces fameux rayons interdits. Elle remit l’un des bouquins à sa place, puis tourna la tête, mirant une petite grille dans le couloir, délimitant la zone de non droit. Ses yeux perçants s’illuminaient de malice à la vision de la petite serrure. Elle voulait vraiment ne plus perdre de temps dans cet endroit et s’approprier des ouvrages bien plus utiles.
    Tel un félin en chasse, elle approcha le portail et fléchit les genoux à côté, se mettant au niveau de la serrure, l’examinant dans les moindres recoins. Elle tira la gueule en apercevant un sceau derrière l’objet métallique, crocheter n’était guère un problème, mais défaire une protection de fuin… c’était une toute autre histoire. Elle pesta, si seulement l’une de ses anciennes élèves avait été là, elle n’aurait fait qu’une bouchée de ce sceau.
    Shizune fouilla ses poches, sortant deux shuriken, un kunai, et du fil de fer.
    - Quitte à y être, autant attraper ce bouquin d’ici, songea-t-elle en préparant son attirail.
    Mine de rien, si l’art des sceaux ninja n’était pas son fort, il était indéniable qu’elle savait y faire avec le lancé de projectile. Si une grille lui barrait la route pour attraper ce livre qu’elle venait de repérer, alors utilisera des pointes et du câble pour le faire venir à elle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4276-yukino-shizune-retour-au-pays#33014

Ven 19 Oct 2018 - 0:02
Le petit groupe de ninjas avait donc décidé de se séparer, sans même se concerter d’ailleurs, mais plutôt d’instinct. Wutu-Fuku était en train de parler au vieil homme, qui fut apaisé de voir ce jeune homme s’excuser du comportement bien trop familier à son goût de l’homme requin. Cependant, son regard sur leurs recherches n’avait pas évolué d’un poil. Il n’y a que les genins qui ne changent pas d’avis comme on dit ici, mais, en vieillissant surement, il n’avait pas gagné en flexibilité intellectuelle.
Vous aider dans vos recherches? Ce serait quelque chose que je pourrais faire, effectivement… Si je pensais que ces dernières étaient importantes. Je n’ai pas de temps à perdre avec ces futilités, et je n’arrive pas à concevoir que vous n’ayez pas mieux à faire!


L’archiviste était visiblement aigri, et pas franchement enclin à aider l’équipe assignée pour mener à bien ces recherches. Avait-il de solides convictions, ou alors souhaitait-il simplement cacher ce qu’ils pouvaient découvrir dans cette fameuse zone secrète? Nul ne le sait pour le moment.

Un petit peu plus loin, Fuka était avec la personne dont la personnalité lui était la plus similaire. Effectivement, ce loubard avait une idée assez claire d’où trouver les informations, mais étant dans une zone dont personne de non accréditée ne pouvait légalement accéder, Fuka décida de tenter un bluff, ou plutôt la solution de facilité. Après tout, qui ne tente rien, n’a rien. Mais lorsqu’il évoqua cette demande, l’homme esquissa un petit sourire et lui tapa sur l’épaule de façon amicale.
Je n’ai aucun intérêt à faire ça, je ne vais pas risquer de me faire virer du village pour vous. Au moins, vous savez où chercher… Mais il y en avait une qui choisit un chemin plus direct. Le vieil homme, qui parlait brièvement avec le Kaguya, ne l’avais pas remarquée, fort heureusement. Sa technique était viable. Compliquée, mais viable. Si elle menait à bout son vol d’ouvrage, elle y découvrirait quelques rapports datant d’avant la création de Kiri, écrits par des membres des clans fondateurs, rapportant des phénomènes étranges ayant eu lieu sur une île. Tous les témoignages semblaient mener au même endroit, mais pour des observations parfois bien différentes. Seulement, pour réussir à attraper le livre et à le ramener jusqu’à elle, il lui fallait la ressource la plus précieuse de ce monde: le temps. Et le temps, il n’en fallu pas beaucoup pour que le vieil homme se remette à devenir suspicieux.

Bon, vous n’allez pas rester la encore des heures pour chercher ce genre d'inepties?! Et où est passée votre amie? Dit-il en penchant la tête sur le côté. Avec son âge avancé, sa vue n’était pas au beau fixe, et les personnes qui se trouvaient à moyenne distance étaient floues. Mais pourtant, il ne reconnaissait pas la jeune femme qu’il avait vue auparavant.


Arrêter les finesses et tenter de casser le sceau fuin.

Tromper l'archiviste en lui faisant croire que Shizune est toujours présente. (Et la laisser continuer)

Essayer de le divertir encore pour lui faire oublier la jeune femme, en risquant qu'il s'énerve.

Autre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 19 Oct 2018 - 23:31
Malgré son caractère posé, Wutu-Fuku est poussé à l’effort interne quand le vieux bibliothécaire lui répond. Quand les trois chûnins sont arrivés dans les archives, il n’avait déjà pas l’air convaincu par le bien fondé de cette mission. Et il peut l’être. Le Kaguya ne reprochera jamais à personne le fait d’avoir une opinion, même s’il ne la partage pas. Surtout sur une mission avec de tels objectifs.. D’ailleurs il n’aurait même pas relevé si le vieil homme avait simplement dit qu’il ne savait rien. Mais c’est différent. Il reconnait implicitement qu’il sait des choses, qu’il pourrait aider les kirijins et accélérer leur travail, mais qu’il ne le fait pas parce que… il n’a pas envie. Parce qu’il juge que ces recherches sont inutiles. Est-ce une plaisanterie ? Un homme de savoir qui entrave volontairement les recherches de ses pairs ?

Le ton monte encore d’un cran quand le vénérable commence à s’emporter, excédé par le temps que mettent les shinobis à collecter des informations. Pourtant, s’il décidait de lever son cul de sa chaise, il pourrait aider les trois ninjas dans leurs recherches et leur permettre d’aller plus vite. Il leur reproche donc d’être trop lents, alors qu’il est lui-même la source principale de cette lenteur ? S’en est trop pour Wutu-Fuku. Il a été très cordial jusqu’ici, allant même jusqu’à s’excuser au nom de l’Umimori. Il n’a obtenu que mépris en retour. Alors les pincettes, c’est terminé. Il garde un ton calme malgré l’agressivité manifeste du bibliothécaire et ignore sa dernière remarque sur Shizune. Il serait bien incapable d’y répondre. Elle doit certainement ranger les ouvrages terminés plus tôt. En quoi est-ce important d’ailleurs ?

-Il est malvenu de nous reprocher notre vitesse alors que vous auriez manifestement pu nous aider depuis le début. Si nous avions pu obtenir votre assistance dès le début, nous serions peut-être déjà partis et vous n’auriez plus à supporter notre présence.

C’est logique pourtant. Même si Wutu-Fuku n’espère aucune remise en question. Il doit se faire à l’idée qu’il a en face de lui l’archétype de l’ancien qui croit tout savoir et qui juge avec dédain ce qui sort de l’ordinaire et que même placé devant ses contradictions, il ne changera pas d’attitude. La connaissance n’est pas la sagesse. Il n’est rien de plus qu’un livre vivant, rempli de savoir. Mais un livre rigide et complet, hermétique à de nouveaux points de vue. Quel dommage. Cet homme aurait tant à distribuer au monde s’il ne couvait pas son savoir comme un dragon couve son trésor. Trésor qui deviendra son tombeau et qui ne servira à personne.

Wutu-Fuku se frotte les yeux. Quitte à abandonner la médiation, autant aller jusqu’au bout. Toujours sur un ton calme, il décide d’en rajouter une couche en haussant les épaules.

-Je suppose que je vais être obligé de mentionner votre manque de collaboration dans le rapport de mission que je rédigerais pour la Mizukage. Qu’on considère le fond pertinent ou non, il s’agit d’une mission officielle approuvée par la plus haute autorité du village. Mission que vous entravez délibérément.

Il place sa main sous son menton et plisse les yeux, donnant l’impression qu’il réfléchit. Effectivement, ça ne coûterait rien au vieux d'aider les visiteurs, ce n'est pas comme si il y avait foule à cet étage. Il fait donc chier délibérément.

-Je ne sais plus exactement… peut-être qu’en tant qu’archiviste vous pouvez me rappeler les conséquences d’une telle entrave ?

Kiri est un village militaire. Si un fonctionnaire met volontairement des bâtons dans les roues de shinobis en mission, il doit forcément y avoir des sanctions prévues.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine

Sam 20 Oct 2018 - 4:30
ふか うみ
.
Un dieu de l'eau ? ◦○◌

Il était loin le temps ou Kiri était soudé comme un seul homme, aujourd'hui nous avions la preuve que ce temps était révolu, entre ce vieux chef des archives et cet étrange énergumène essayant de pousser à la faute. L'Umimori était du genre à respecter ses aînés, les règles encore plus... Malheureusement dans ce lieu poussiéreux, il allait devoir passer outre. Fuka avait remarquer la dénommé Shizune partir vers une zone qui leurs étaient interdite, la zone que l'homme au lunette avait aussi indiquer. Potentiellement dans cette partie de la bibliothèque il y aurait des infos sur se fameux dieu de l'eau. Malheureusement ce lieu étant interdit il était évidant qu'il fallait la joué fine, Shizune avait certainement besoin de temps pour trouver des information là bas.

La voix du vieille homme résonna, se qui donna de un légère sieur froide à l'homme requin. Ce vieux shnock, il avait l’œil. A peine Shizune était sortie de son champ de vision que celui-ci demanda après elle. L'homme requin laissa l'homme a lunette pour se cacher derrière une énorme ranger de vieux livre tous plus inutile les un que les autres. Dans cet angle mort il créa un clone d'eau à qui il donna l'ordre de reprendre sa place prêt de l'homme à lunette, pour que le vieille homme puisse l'avoir sous les yeux. Dans un autre temps il utilisa une technique de métamorphe pour prendre l'apparence de Shizune, il se montra alors devant le vieille homme et lui souris légèrement, tout en faisant genre qu'elle continuait de chercher dans les rayons. Normalement cela devrait offrir assez de temps à sa collègue, pour qu'elle puisse enfin entrer dans la zone interdite et y récupérer tout les livres avec de potentiel information sur le dieu de l'eau.

Pour ne pas sembler suspect, le clone de Fuka continua de jouer le rôle de l'homme sans manière, éternuant en tripotant les livres sur les étagères. Prenant même certaine liberté d'acteur, en y rajoutant sa verve :


« Tsss.... J'commence à en avoir marre de fouiller dans la poussière... Passer de temps en temps la poussière sa ferait pas d'mal à cet endroit... Quoi qu'on aurait pas à fouiller dans la poussière pendant des heures si ce vieux papy aigri finissait par bien vouloir nous aider... »


Heureusement que le clone parlait à voix basse, car la réaction du vieille homme aurait été certainement explosive, quoi que Wutu-Fuku semblait lui faire la morale. Le chef d'équipe avait toute les raisons de se plaindre auprès du vieux bibliothécaire, il était définitivement une entrave à pour cette mission.






Résumé du tour:
 

Techniques:
 


_________________
ふか うみ-Fuka Umi
Nous réalisons que ce que nous accomplissons n'est qu'une goutte dans l'océan, mais si cette goutte n’existait pas, elle viendrait à manquer.


Dernière édition par Umi Fuka le Mar 23 Oct 2018 - 19:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1921-comme-un-requin-dans-l-eau-fuka-umi-finish http://www.ascentofshinobi.com/t2425-equipe-2-hekikai-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t1925-carnet-de-route-d-un-homme-de-la-mer http://www.ascentofshinobi.com/t4265-le-recousu-et-sa-broderie-macabre-finish

Lun 22 Oct 2018 - 21:53

Jeu de main, jeu de vilain


La demoiselle ignorait tout de ce pouvait se tramer plus loin. Elle était dans une situation plutôt délicate où, ayant passé à l’acte sans attendre, se retrouvait à faire l’équilibriste pour que le livre ne touche pas le sol, suspectant un sceau d’alerte s’activer. Néanmoins, il ne lui serait pas évident de tenir la position trop longtemps, la joue plaquée contre le froid des barreaux, le bras tendus à son maximum dont ses doigts touchaient à peine la reluire du bouquin. Celui-ci tenait miraculeusement pendu au fil de fer, le kunaï enfoncé en son sein, comment en était-elle arrivée là ? Aucune idée, son lancé avait été assuré, parfait même, mais sans explication, un éternuement soudain l’avait dévié de son lancer.
* Non de ----. Bon sang, c’était quoi ce frisson ?! Comme si on avait parlé dans mon dos, brrrr, je n’aime pas ça… * La kunoichi commençait à perdre prise, il fallait agir, et vite. Elle fouilla de sa main libre sa poche, sortant deux shurikens. Elle fit rouler les projectiles entre ses doigts, d’un geste vif, le étoiles passèrent les barreaux, s’entrechoquèrent, prenant des directions différentes l’un de l’autre. L’un d’eux frappa le coin de l’ouvrage équilibriste, rapprochant son centre de gravité de la main de Shizune, elle y était presque. Elle releva la tête, visa le fil, cracha un senbon avec une précision sans faille, sectionnant la bobine. Le livre tomba dans le creux de sa main, la femme le ramena à elle.
- Fiou… Je te jure… ( Elle se laissa reposer contre la grille, jetant un coup d’œil à sa trouvaille. ) Pouah ! Quelle poussière !
En feuilletant quelques pages, elle saisit l’importance de ce trésor. A lui seul, à défaut d’être exactement ce qu’ils recherchaient, les quelques mots et phrases que la kunoichi avait retenu faisant mention d’une ile et d’une entité mystérieuse.
- Oh my, oh my… On va peut-être pouvoir avancer un peu. ( Elle releva la tête en entendant des bruits de couloirs, ça s’activait anormalement plus loin. ) Pas le temps de lire ici, on doit sortir avec ce bouquin.
Hors de question par contre de passer devant le vieux grincheux avec cette reluire. Le seul cuir que le papy a dû caresser dans sa vie était les mille et une couvertures de ses rayons. Autant dire qu’il devait connaitre intimement chaque livre de son royaume. Par chance, Shizune avait deux qualités : elle était maline, car c’était une femme, et elle avait du fil de couture, car elle était médecin. La kunoichi eut la brillante idée de vandaliser son trésor et tranchant les reliures du livre, sortant toutes les pages de leur fourreau de cuir. Elle procéda grossièrement à l’échange de couverture avec un livre de cuisine trouvé plus tôt. Malheureusement, elle devait se dépêcher de coudre ça avant que l’on vienne mettre en lumière son vice…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4276-yukino-shizune-retour-au-pays#33014

Mar 6 Nov 2018 - 19:30
L’archiviste semblait être vraiment peu aimable et pas content du tout.
C’est comme cela que l’on respecte ses ainés ? Vous croyez qu’à mon âge vous allez m’intimider ? Jeune freluquet ! Quand vous ne passerez pas votre temps à en perdre avec vos inepties, peut être que je vous aiderais. Ces fables n’ont jamais existés voyons ! Il y a fort à faire au village de plus urgent.


Dit le bibliothécaire en répondant à Wutu-Fuku, clairement peu enclin à être très réceptif à aider d’une quelconque manière.
Vous pensez vraiment qu’à mon âge, ce genre de menace va fonctionner ? Vous trois, vous allez sortir de cette bibliothèque ! Vous n’êtes plus les bienvenus !
Dit l’archiviste clairement énervé, tant et si bien qu’il se mit à tousser comme s’il était déjà vider de son énergie. Il soupira légèrement en pointant du doigt vers la sortie, assez rassuré en voyant que les trois étaient présents. Il prit ses lunettes pour les nettoyer avec un tissu avant de retendre le bras. Il avait beau être vieux, il n’avait pas oublié sa décision.
Heureusement pour Shizune, elle avait réussi in extrémiste à récupérer le livre sans trop de mal. Elle devait cependant prendre du temps pour réussir son opération d’échanger de couverture, car l’archiviste semblait devenir de plus en plus insistant en devenant tout rouge. Il ne tarderait sans doute pas à aller plus loin dans ses investigations.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 6 Nov 2018 - 20:50
Le vieil archiviste a très mal encaissé les commentaires de Wutu-Fuku. Il n’a pas l’air de craindre les conséquences de son absence de collaboration. Mais le chûnin lui ne plaisantait pas, lui, quand il menaçait de signaler le comportement du vieil homme aux autorités du village. Être un ancien ne pardonne pas tout. Surtout quand on agit comme un vieux con incapable de se remettre en question. Lui demande du respect alors qu’il n’en a aucun pour les trois shinobis qui ne font que leur devoir. Des fables qui n’ont jamais existés ? Pour un sage, il n’est pas très au courant de ce qu’il s’est passé au Pays du Vent il y a peu. Ils ont certainement des alter-egos basanés dans ce même pays, n’ayant pu échapper à son funeste destin à cause d’un même archiviste peu enclin à les aider.

-Des fables qui n’ont jamais existés ? Oui, les Kazejins pensaient certainement la même chose de leur dieu du désert, au point de réduire en esclavage tout une partie de leur population. Mais ils se trompaient. Et ils ont faillit s’en mordre les doigts et se retrouver avec un adversaire qui a causé tellement de dégâts au Pays du Vent que même 160 ans après le traumatisme est toujours présent. Mais ce n’était que des fables, n’est-ce pas ? Les décennies d’esclavages, c’était des fables, aussi ?

Le caractère buté de cet homme aura au moins le mérite d’avoir réussi la performance de pousser le chûnin hors de ses gons, malgré son caractère habituellement très calme. Il pense vraiment s’en sortir comme ça ? Le jeune Kaguya tourne les talons et s’en va chercher du papier et un crayon avant de revenir devant le vieil archiviste.

-J’ai été patient avec vous mais vous avez dépassé les bornes. Je ne vous demandais pas beaucoup plus que faire ce que vous faites quotidiennement. Quand vous vous comporterez comme votre rôle l’exige, vous aurez mon respect. Vous pensez que je n’ai rien fais pour remettre Kiri debout ? J’ai sauvé des vies dans les ruines du village après l’attaque. Cela m’affecte autant que vous. Et c’est pour éviter de subir le même traumatisme une nouvelle fois qu’il est de mon devoir de m’assurer que nous n’avons pas l’équivalent de cette créature à Mizu.

D’une écriture assurée, Wutu-Fuku commence à rédiger un rapport détaillé sur comment le vieil archiviste a volontairement entravé les recherches du trio sans même s’en cacher. Le jeune homme ne fait que relater les faits après tout. Il est impensable qu’il puisse être considéré en tord dans cette situation.

-Ce rapport ira chez le Mizukage. Vous pouvez nier, je ne doute pas que vous nierez. Que vous n’hésiterez pas à modifier la vérité afin de nous faire passer pour des vauriens voir pire. Mais j’ai des témoins. Vous êtes en tord au regard des lois de Kiri. Vous entravez une mission volontairement, bon sang ! Une mission commandée par l’ombre du village. Vous pensez que votre jugement vaut mieux que celui de Dame Watanabe ? Pour qui vous prenez-vous ? Moi, je n’ai aucune raison d’être incriminé. Aucune. C’est factuel. S’il le faut, les meilleurs sensoriels du village iront extirper la vérité de mon cerveau.

Il faut tout de même noter que Wutu-Fuku n’a levé la voix à aucun moment. On est dans une bibliothèque, que diable.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine

[B/OFFICIEL/KIRI] Un dieu de l'eau ?

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: