Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

C’est par la violence que nous nous éduquerons! [Detzu]


Ven 7 Juil 2017 - 15:48

Bordel! Ce que la vie d’un Genin est ennuyeuse! Je sais bien qu’y penser ne m’aidera pas à trouver un semblant d’intérêt à ma condition mais tout de même... Et même s’il est vrai qu’il y a moins de responsabilité en étant en bas de l’échelle, il n’empêche que les tâches qu’on me confie frisent le ridicule. Fini les missions d’infiltration ou de combat, place à l’assistance aux personnes âgées ou à la chasse aux animaux domestiques disparus. Il y a de quoi avoir des envies de meurtres… Ou de suicide!

Fort heureusement je dispose de confortables plages de temps libre qui me permettent de satisfaire – en partie tout du moins – mes envies. Ainsi si mes heures de service se caractérisent par l’ennui, celles de repos oscillent entre les plaisirs de l’entraînement et de la chair. Je suppose que dans chaque malheur il y a une situation à exploiter. Et qu’il faudrait que j’apprenne à me focaliser sur le positif plutôt que sur le négatif. Ce qui, en soit, est plus facile à dire qu’à faire. Entre la théorie et la pratique il y a toujours un fossé. Voir un monde…

Toujours est-il que maintenant que ma journée de… travail est terminée, je vais pouvoir me concentrer sur ce que j’aime faire. Et puisque l’une de mes occupations favorites se résume à me battre avec la première personne consentante que je croise, c’est naturellement vers les terrains d’entraînement que mes pas me mènent. L’avantage, là-bas, c’est qu’il y a surtout des Genins. Et que si nous en avons en commun ce grade, la comparaison s’arrête là. Je n’ai plus besoin de faire mes preuves. Même si les autorités semblent penser le contraire…

Il ne me faut pas longtemps avant de trouver ce que je recherche. Mais si d’ordinaire c’est moi qui invective les gamins qui s’entraînent pour leur proposer un échange de coups, cette fois-ci c’est une pièce de métal qui fuse dans ma direction. Je lève la paume par réflexe plus que par volonté et l’arrête nette en plein vol, à quelques centimètres de mes yeux. Puis je cherche du regard l’effronté qui a osé me prendre pour cible, un sourcil levé comme pour accentuer mon scepticisme.

Mon regard vagabonde sur les personnes présentes et ne tarde pas à trouver le coupable. Il faut dire qu’il est entouré de pièces métalliques en tout genre. Un Metaru? Sans réellement m’intéresser à mon clan je connais toutefois l’extrême majorité de ses membres, que ce soit de vue ou simplement parce que j’ai eu l’occasion d’échanger avec eux. Et ce jeune homme-là, de mémoire, n’en fait pas parti. Alors comment expliquer la présence de cet attirail? Et pourquoi a-t-il l’air si irrité alors que c’est moi qui devrait l’être?

Reste à savoir si l’inconnu m’a confondu avec une cible ou s’il souhaitait réellement s’en prendre à moi. Je penche plutôt pour la première option. Voir pour un manque de maîtrise de sa capacité. Est-ce excusable pour autant? Sûrement, oui. D’un autre côté je tiens là un merveilleux argument pour justifier une agression envers ce qui doit être un Genin. À moins que les autorités aient décidé d’offrir des promotions à tout va pour compenser un éventuel manque d’officiers? Il faudrait sans doute que je me renseigne davantage sur ce qu’il s’est passé ces derniers mois. Un jour. Peut-être…
"Challenge accepté!" dis-je avant de renvoyer le projectile dans sa direction.
Je devrais sans doute lui demander s’il souhaite se battre comme la bienséance l’exige. Mais c’est has been, tout ça. À la place je préfère nettement attirer une partie du métal de l’inconnu jusqu’à moi pour former un bouclier grossier le long de mon avant-bras gauche. Le tout en faisant léviter quelques pièces supplémentaires autours de moi avant de les décocher une à une dans la direction de l’adversaire que je me suis choisi. Une manière comme une autre d’entamer ce que je me plais à appeler une petite discussion amicale...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Ven 7 Juil 2017 - 18:12
Pour cette journée qui s’annonçait longue mais tranquille, Detzu avait décidé de s’entraîner – enfin – sérieusement… et il n’avait pas limité ses moyens. Shuriken, Kunai, limaille de fer et de cuivre « empruntées » à ses parents ainsi que bandeau frontal feront partie de son matériel d’entraînement. D’ailleurs, il réalisa vite que tout ça était si lourd qu’il perdit la moitié de la journée à se rendre au terrain.

Mais bon ! Comme aime bien penser le jeune genin au manteau vert, plus les événements s’enchaînent d’une mauvaise manière, mieux sera la conclusion ! Et cette fois-ci, il sentait que la journée serait productive. En faisant face aux rondins de bois du terrain d’entraînement, il prit en main quelques shuriken tout en malaxant son chakra. L’objectif était de tirer à côté mais de réussir à modifier la trajectoire de l’outil ninja. D’un geste rapide de la main, il s’exécutera plusieurs fois, confiant…

- Mais c’est pas vrai, j’y arriverai jamais ?


D’un ton las et exaspéré, Detzu ouvrit très légèrement la sacoche contenant la limaille et tenta de l’extraire. Il essaya de plusieurs manières mais constata que rien n’y faisait. Aucune attraction, aucune répulsion, aucun mouvement, aucun changement. Autant dire que la soi-disant confiance qu’il possédait auparavant avait totalement disparue.

En désirant pousser la « simulation » plus loin, il se propulsa en l’air pour provoquer une tension en lui, comme s’il combattait. Avec un shuriken, il tira avec violence dans une toute autre direction que prévue. Et ne sachant pas manipuler ses forces magnétiques, il se réceptionna au sol et observa avec stupeur que quelqu’un avait en main son shuriken.

- Eh merde…

En se relevant, il enfonça ses mains dans les poches après avoir enfilé sa capuche, honteux et irrité. Honteux pour cette erreur qui aurait pu être dangereuse et irrité parce que pour le 58ème essai, il aurait espéré voir mieux !

- Désolé, je voul-…

Mais avant même de pouvoir ouvrir la bouche et s’excuser, il entendit un rapide « Challenge accepté ».

- Hein ? Quoi ? Comment ça ?

Sans attendre, il dut se confronter à son shuriken qui fusait sur lui mais surtout, il constata avec grande surprise qu’une partie de son matériel métallique commençait à se déplacer. Il afficha un bref sourire qui s’effaça rapidement. Lui qui crut avoir réussi à manifester cette technique, il n’en était rien. On venait simplement de tout lui prendre sous son nez. Et le type un peu excité et clairement en manque de combat chargea Detzu.

- Ce type est complétement cinglé, les gens ont aucun self-contrôle de nos jours, c’est dingue.

Forcé par le destin, Detzu « accepta » le combat et dévia quelques projectiles avant d’en lancer d’autres. La situation était un peu problématique car elle obligeait Detzu à s’aventurer dans un territoire plutôt inconnu : le Taijutsu. Mais il parvint à se faufiler entre ses propres armes – quel comble quand même – et à s’approcher de l’inconnu.

D’un geste vif, il essaya d’exécuter un coup de pied au niveau du flanc de ce ninja, mais son coup était trop lent pour passer outre ce bras recouvert de métal. Si le bouclier était grossier, il n’en restait pas moins problématique. Il imposa donc ses mains sur le métal, mettant ses paumes sur les endroits « sûrs » et essaya de projeter l’énergique plus loin pendant que lui reculait. Il commença à réfléchir sérieusement sur une méthode pour le calmer, parce qu’il n’arrive même pas à parler tout en suivant le rythme son adversaire. Il n’avait pas affaire à un genin. Ou alors, il était vraiment fort.

- Mmh. C'est peut-être un bon moy-...

Même ses pensées étaient dérangées. Ce combat improvisé était vraiment rapide, et il n’en avait clairement pas l’habitude. Il prit en main un kunai et se mit en position de défense sans dire un mot. Il n’était pas du genre à parler en combat et il devait se concentrer. Il n'avait plus que deux kunai et un shuriken en poche, et il devra les utiliser habilement pour se maintenir à distance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t374-rikuzo-detzu#1590 http://www.ascentofshinobi.com/t731-equipe-6-gosuto-kumo

Sam 8 Juil 2017 - 4:21

Voilà, je la sens se répandre peu à peu dans mon être: l'adrénaline commence à apparaître. Tel un drogué qu'on aurait trop longtemps privé de la substance sur laquelle il a jeté son dévolu, je savoure la forme d'ataraxie qui m'envahit. Et même si le combat n'est pas particulièrement excitant pour le moment, je me satisfais déjà de la situation. Et puis nous n'en sommes qu'à la fameuse phase d'observation n'est-ce pas? Malgré tout mon adversaire a au moins le bon goût de ne pas se répandre en vaines excuses ou de se cantonner à l'option défensive. Je suis même plutôt satisfait de le voir éviter mes projectiles pour ensuite me décocher un coup de pied. Coup de pied que je pars négligemment à l'aide de mon bouclier.

La suite me surprend davantage. Spécialement lorsqu'une force invisible me repousse en arrière, me faisant glisser de quelques mètres sur le sol. Mon opposant semble également influer sur le métal même si ce n'est pas de la même façon que ceux de mon clan. Étonnant! Je ne m'attendais pas à devoir lutter dans ces conditions. Mais cette découverte ajoute encore à mon excitation. Je me drape néanmoins dans un certain stoïcisme tandis que j'adopte une posture nonchalante puis tire quelques nouvelles bouffées sur ma cigarette. Le tout en ne quittant pas du regard l'inconnu qui semble désormais opter pour une approche défensive de la situation. Quel dommage...

Je ne peux toutefois pas m'empêcher d'esquisser un sourire lorsque je découvre le kunaï qu'il tient en main. Seul un imbécile se mesurerait à un Metaru avec du métal. Et même s'il semble avoir une certaine influence sur la matière soumise à mon Kekkai Genkai, je doute que ce soit suffisant pour remettre l'issue de ce combat en question. Mes yeux se posent à présent sur la silhouette qui s'est immiscée dans mon champ de vision: Sayuka, une Jônin que j'ai eu l'occasion de côtoyer par le passé.

Je sais que sa présence n'est pas due au hasard et qu'elle souhaite avant tout garder un œil sur moi. Peut-être afin de s'assurer que je ne dépasserai pas les limites autorisées par un entraînement? Comme si j'étais assez stupide pour tuer un camarade en plein jour et en présence de si nombreux témoins. C'en est presque... insultant... Mais quelle se rassure: si cet affrontement vise avant tout à satisfaire mon besoin de violence, il n'en reste pas moins qu'il sera sûrement profitable à mon adversaire. Adversaire qui, pour le coup, semble toujours attendre que je passe une nouvelle fois à l'offensive. Souhait que je compte par ailleurs exaucer. Du moins, en partie...

Je relâche donc mon étreinte sur mon bouclier qui retombe en plusieurs morceaux sur le sol. Puis j'effectue quelques mudras qui les animent à nouveau. Cette fois-ci ils adoptent la forme d'un petit dragon qui ne tarde pas à se mouvoir d'une démarche typiquement reptilienne. Ce dernier pousse un rugissement métallique qui, vu sa taille, n'a rien de très effrayant. Mais l'intérêt d'un outil ne se mesure pas à son apparence mais bien à son efficacité. Et si ma créature mesure moins d'un mètre elle n'en reste pas moins dangereuse. Le Genin ne devrait d'ailleurs pas tarder à s'en rendre compte.
"Va!"
Le dragon obéit docilement à mon ordre et fuse en direction de sa cible. Si la première phase de sa charge est rectiligne, elle ne tarde pas à devenir aléatoire au fur et à mesure qu'il se rapproche de mon adversaire. Vif et agile, le reptile d'acier devrait causer quelques problèmes au jeune homme qui m'a si gentiment invité à lui taper dessus. Et en effet ma créature bondit d'un coup en direction de la gorge de ce dernier, prêt à refermer des crocs grossiers mais néanmoins efficace sur sa chair. Est-ce déjà la fin du combat ou parviendra-t-il à m'offrir quelques secondes d'amusement supplémentaire? La balle est à présent dans le camp adverse...

Mon regard, quant à lui, vagabonde entre le Genin et la Jônin. Je la connais assez pour savoir qu'elle désapprouve mes méthodes. Elle doit d'ailleurs penser que je fais preuve de lâcheté en m'en prenant à une personne vraisemblablement plus faible que moi. Mais la nature ou la guerre n'a que faire de l'équité ou de l'honneur. Et le meilleur service que je puisse rendre à mon adversaire est encore d'insister sur ce... détail essentiel. Qui sait? Peut-être me remerciera-t-il un jour...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Sam 8 Juil 2017 - 11:12
Si d’autres genin auraient adopté une position défensive pour se préparer au prochain assaut, ce n’était pas le cas de Detzu. Il n’était pas encore expérimenté au combat, mais avait un bon sens du raisonnement et chercher une solution pour diminuer l’écart de niveau avec son adversaire. Il remarqua d’ailleurs qu’en touchant le métal de son adversaire, il était parvenu à le repousser d’une étrange manière. Ce n’était pas seulement sa force musculaire – qui était franchement inexistante – mais …

- Ce serait… ma capacité en lien avec le métal ? Une sorte de… décharge ?

Mais d’abord, le jeune homme aux cheveux argentés constata que le bouclier s’était disloqué pour faire place à une construction… qu’est-ce que c’était ? Detzu était intrigué par la forme que prenait peu à peu le métal. En effet, son adversaire venait tout simplement de former un lézard… non, un petit dragon métallique ! Et il fonçait droit sur lui et avec grande vitesse ! Que faire, que faire ?

La peur s’emparait de Detzu, d’abord elle était légère, ensuite forte, puis intense. Le dragon s’approchait. Sa taille n’importait pas, ses crocs parlaient pour lui. Detzu désirait bouger, mais il était paralysé par la peur. Cette situation lui était totalement inconnue ! Il n’était pas encore combattant !

- Il veut... me tuer ? Oh non… bouge… Detzu, bouge !

Ses yeux tremblèrent et frissonnèrent. L’assemblage approchait dangereusement de sa gorge, Detzu recula d’un pas et tourna la tête vers la gauche par peur… ce qui provoqua un changement de direction du dragon, comme s’il venait de percuter un mur. Non… il semblait plutôt avoir changé de direction vers la gauche, bien facilité par sa vitesse. Quelque chose venait de le contrer et Detzu en était le premier étonné. Il prenait un peu de temps pour réfléchir et se calma.

- J’ai réussi ? C'est pas vrai, est-ce que ça a marché ?

Mais l’adrénaline et la peur ne devait pas disparaître. Toujours sous l'influence de la peur précédente, Detzu rengagea le combat et lança un shuriken sur le flanc de son adversaire, mais le coup passait simplement à côté, mais sa direction n’avait pas été très naturelle. Detzu fronça les sourcils puis les haussa, ayant peut-être compris. Son shuriken avait changé d’axe à cause du dragon métallique !

D’un coup bref et vif, le genin de rang C s'imposa un changement de direction et se propulsa un peu sur le côté. Il décida de passer sa main le long du kunai, qui était plus dense que le shuriken, et de le lancer un peu plus à gauche de son puissant adversaire. Il jeta ensuite le shuriken sur la droite de son partenaire d’entraînement improvisé. Est-ce qu’il avait compris comment le principe de sa technique marchait ? Est-ce que c’était une sorte… d’aimant ? Le shuriken va-t-il changer de direction et suivre le kunai ?

C’était le moment de vérité. Detzu savait qu’il ne parviendrait pas à tenir sur la durée, il n’était pas assez fort. Mais sur un coup de chance, il pouvait le surprendre. Cet entraînement était vraiment tombé à pic. Il n’était pas prévu et prenait la forme d’un vrai combat. L’inexpérience du genin au manteau vert renforçait la détresse face à des techniques déjà bien abouties de cet homme qui lui faisait face. Son manque de chakra l’empêchait également d’essayer une technique doton, bien qu’il ait essayé – en vain - de faire des signes pour imposer un léger mur entre le dragon et lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t374-rikuzo-detzu#1590 http://www.ascentofshinobi.com/t731-equipe-6-gosuto-kumo

Sam 8 Juil 2017 - 21:45

Mon dragon manque sa cible d'une façon plutô étrange et je croise les bras en signe d'impatience. Mon serviteur d'acier se contente d'obéir à ma volonté mais ne s'embarrasse guère de sentiments comme la honte, la culpabilité ou même la peur. Ce qui, en soit, est fort dommage. J'aurais ainsi pu lui exprimer ma frustration d'une manière brutale. À défaut je dois me contenter de son échec. Une chose qui m'irrite au plus haut point même si le reptile métallique aura sûrement une chance de se rattraper. Tant qu'il ne sera pas mis hors jeu par le Genin, il restera une menace. Et m'évitera par la même occasion de trop m'investir dans ce combat qui est un peu trop surveillé à mon goût par le regard inquisiteur de Sayuka.

Toutefois mon adversaire ne semble pas résigné à m'ignorer le temps que la menace soit passée et me décoche une première arme de jet que je m'apprête à dévier d'un geste de la main. Effort inutile puisque le projectile est dévié de sa course d'une manière qui n'a rien de très naturelle. Quelque chose ne tourne décidément pas rond dans ce duel. Et si je ne sais pas encore exactement comment expliquer ce qu'il se passe, chaque seconde qui s'écoule me rapproche de la solution. Je n'ai qu'à attendre que la logique s'impose. Et lorsque j'aurai toutes les cartes en main je mettrai un point final à ce combat. Semblable à chat qui joue avec une souris, je me contente de faire durer le plaisir.
"Le spectacle est-il à ton goût, Sayuka?" dis-je en tournant le regard vers la Jônin. "Quelque chose me dit que tu brûles d'impatience d'y participer... Je me trompe?"
"L'idée de te faire mordre la poussière n'est pas pour me déplaire, c'est vrai!" acquiesce-t-elle. "Mais pour l'heure tu ferais peut-être mieux de te concentrer!"
J'esquisse un sourire puis comprend le sens de sa phrase lorsque deux nouveaux projectiles fusent sur moi. Encore? Et bien on peut dire que mon adversaire est persévérant. Un trait de caractère que j'ai tendance à apprécier mais qui, hélas, ne lui sera pas d'un grand secours lors de cet affrontement. J'effectue une nouvelle série de gestes qui rassemble le métal qu'il reste près de moi pour former deux petits boucliers. Boucliers que je dispose ensuite sur la trajectoire des armes qui fusent vers moi.

Le kunaï est tout simplement éjectée de sa trajectoire lorsque le choc se produit. Mais au lieu d'un second bruit pour m'indiquer que le shuriken a subi le même sort, c'est une brûlure au niveau de ma joue qui m'interpelle. Surpris, je lève ma main gantée vers l'origine de ce désagrément puis la rabat dans mon champ de vision. Mes yeux se posent sur le liquide carmin dont mes doigts sont imbibés puis sur mon opposant. Petit futé!
"Tu as raison!" finis-je par glisser à Sayuka. "Il semblerait que j'aie un peu sous-estimé mon adversaire..."
Ai-je pêché par excès de confiance ou simplement parce que de longs mois d'incarcération ont anesthésié une partie de mes réflexes? Quelle que soit l'option qui puisse expliquer le sang qui coule doucement sur ma joue, elle n'est pas satisfaisante. Même si je l'emporte je ne pourrai pas considérer ce duel comme une réussite. Que ce soit pour éviter les sourires moqueurs de la Jônin ou tout simplement pour évacuer ma frustration, il convient de punir ce shinobi à la hauteur de son crime. Un bras cassé ou deux devraient faire l'affaire.

Je sers les poings puis m'avance à la vitesse du pas vers l'indélicat, fermement décidé à lui faire mordre la poussière. J'arriverai à son contact d'ici quelques instants. Du moins s'il ne prend pas ses jambes à son cou. Mais en attendant je ne compte pas lui laisser le loisir de réfléchir à sa situation. Mes boucliers se fondent l'un dans l'autre et forment une roue dentée que je décoche en direction de mon adversaire. Le danger du projectile - qui pourrait bien le couper en deux, oups! - couplé à la présence de mon dragon qui repart lui aussi à l'assaut sera un prélude satisfaisant aux prochaines minutes de ce duel...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Dim 9 Juil 2017 - 11:43
La cible avait été touchée. Si Detzu se serait inquiéter en temps normal, il était à la fois heureux d’avoir réalisé un semblant de technique avec ce qui s'avérerait sans doute être une technique liée au magnétisme, mais il était également angoissé pour la suite du combat. Le visage de son adversaire était facile à lire – peut-être son seul défaut pour le moment – et il était aisé de réaliser que ce coup avait déclenché quelque chose en lui. Il semblait réfléchir… perplexe.

Mais c’était avant de voir sa détermination. Le jeu était terminé, de toute évidence. Detzu savait qu’il n’était pas de poids, celui qui lui faisait face n’était pas un Genin ou un Chûnin. En tout cas, il n’en avait pas le niveau. Si le Genin au manteau vert manquait de chakra, c’était bien le manque d’expérience et de niveau qui creusait autant l’écart. Chaque geste de la part de son adversaire était réfléchi malgré ce jeu du chat et de la souris. Possiblement, il dépensait peu de chakra.

- Est-ce qu'il y a vraiment un moyen pour moi de m'en sortir ?


Detzu considéra son environnement et put constater qu’aucune tactique ne lui viendrait en aide. En tâchant de gagner du temps, il fit le mudrâ du serpent et imposa ses mains au sol, levant son menton pour regarder devant lui… Rien. A nouveau, sa technique était un échec. Le sol a bien craquelé mais impossible de faire apparaître quoi que ce soit. Il secoue la tête et se lève.

- J’abandonne, t’es trop fort pour moi. Bien jou-...


Son opposant approchait, lentement mais sûrement. Sa marche était décidée et sûre. Il semblait presque résolu à châtier Detzu pour avoir commis l’erreur de s’être opposé à lui, bien qu’il ait lui-même lancé le duel. Peut-être était-ce la blessure ? Quoi qu’il en soit, Detzu devrait fuir, mais pourquoi fuirait-il face à un membre de son propre village ? C’est insensé. Et puis, la peur commençait à le paralyser sérieusement, tout comme la fatigue pesait sur ses muscles alors qu'un projectile fusait vers lui.

Seulement quelques mètres séparaient les deux ninjas. Le jeune homme tenta le tout pour le tout et imposa ses deux derniers kunai au sol et fit à nouveau le mudrâ du serpent. Il essayait cette fois d’amplifier le magnétisme des kunai pour qu’ils servent d’aimant. Mais il était trop inexpérimenté et affaibli. La roue dentée aura bien quitté son axe pendant quelques instants, mais pas suffisamment pour rater sa cible. Le niveau du lanceur jouait pour beaucoup.

Le Genin épuisé tourna en urgence la tête, l’assemblage métallique reprenait ‘’vie’’ et fonça en sa direction. Il n’était plus question de peur ou d’angoisse. C’était pire. Il sentait sa mort arrivée… par un Kumojin ? Il se recouvrit sa tête et un champ magnétique se forma autour de lui, le permettant de survivre aux deux assauts. Sans doute une réaction de dernière minute exercée par son corps. Il s’écroula ensuite au sol, conscient mais respirant à grande bouffée pour récupérer.

De toute manière, la Jônin Sayuka était à côté de Detzu, prête à intervenir. Et c’est ce qu’elle aurait fait si le champ magnétique n’avait pas retardé l’exécution du jeune homme. Elle tourna néanmoins la tête vers le Metaru, le regard inquisiteur et empli de jugements.

- Une roue dentée ? Je ne pensais pas que tu serais capable d’aller aussi loin après ces mois d’incarcération. Dois-je donc en déduire que j’avais raison de te surveiller et de veiller à ce que tu ne dépasses pas les bornes ?


Elle s’agenouilla et vérifia que Detzu ne risquait aucune complication puis se leva, constatant qu’il avait simplement besoin de repos désormais. Le jeune homme aux cheveux argentés tenta de jeter un coup d’œil vers son adversaire, mais sa tête était trop lourde pour ça. Il avait perdu face à un adversaire beaucoup trop fort pour lui, même s’il était pleinement en possession de son chakra. La différence était trop importante.


Dernière édition par Rikuzo Detzu le Dim 9 Juil 2017 - 21:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t374-rikuzo-detzu#1590 http://www.ascentofshinobi.com/t731-equipe-6-gosuto-kumo

Dim 9 Juil 2017 - 19:33

Je n'aurai donc pas besoin d'affronter au corps à corps mon étrange adversaire. S'il a réussi à repousser mes dernières attaques il semble désormais évident qu'il n'est plus en état de se battre. Je jette un regard au différentes pièces de métal qui maculent le terrain d'entraînement en réprimant un juron. Un combat - fusse-t-il "amical" - ne devrait pas se terminer avec que l'un ou l'autre des adversaires soit inconscient. Et si le désir d'asséner un coup au Genin pour parachever mon oeuvre est bien là, la présence de Sayuka m'en empêche. Ce n'est pas un affrontement contre elle qui m'inquiète mais plutôt nos grades respectifs. Je ne vois pas bien quel avantage je pourrais tirer d'une nouvelle sanction à mon encontre. Mieux vaut donc mettre un terme aux hostilités.

La Jônin désapprouve mon comportement et me le fait comprendre sans la moindre ambiguïté d'ailleurs. Il est vrai que j'ai quelque peu dépassé les limites sur ce coup-là. Ma roue aurait sûrement pu envoyer mon adversaire à l'hôpital ou à la morgue. Mais quel est l'intérêt de ménager son opposant? Plus le combat est rude et dangereux, plus il emmagasinera de l'expérience. Une expérience qui, un jour peut-être, lui sera bénéfique sur un champ de bataille. Voilà pour la théorie. Car en réalité je me contentais d'exprimer mon irritation sous la forme d'une attaque potentiellement mortelle. Je connais assez Sayuka - et inversément - pour savoir qu'elle n'est pas dupe. Mais de là à le prouver...
"Ce n'est pas à moi de te dire ce que tu dois en déduire..." dis-je en haussant les épaules. "Ni pourquoi nous devrions épiloguer sur cet entraînement. Ce Genin est vivant, non?"
Et c'est, je suppose, tout ce qui devrait importer aux yeux de la shinobi. Je l'observe encore quelques instants comme pour la mettre au défi d'avancer le contraire. Puis je pose avec une certaine indifférence le regard sur le Genin qui est allongé sur le sol, la respiration haletante. Il m'intrigue. Non parce qu'il a réussi à me blesser mais bien parce qu'il a réussi à de multiples reprises à influer sur le métal que je contrôle. Ses capacités sont dangereuses. Pire encore: elles remettent en question le contrôle absolu des Metaru sur leur art. Une hérésie qui devrait être punie de mort

Une personne sensée et prudente ne se contente pas d'attendre les problèmes pour se pencher sur la façon dont il faut les résoudre: elle les anticipe et les élimine avant même qu'ils puissent influer négativement sur sa vie. À ce titre, ce jeune homme doit mourir. C'est une certitude à laquelle j'adhère entièrement. Malheureusement la présence de la Jônin et des autres shinobis qui ont suivi notre duel m'empêche de mettre un terme à son existence. Il me faudra attendre. Fort heureusement la vie de shinobi est dangereuse. Qui sait ce qui pourrait arriver à ce Genin lors d'une future mission en dehors des murs de Kumo? Je n'ai qu'à attendre qu'une occasion se présente. Tout vient à point à qui sait attendre à ce qu'on dit...
"Si tu t'étais battu contre un véritable adversaire tu serais mort! J'espère que tu en as conscience?" Dis-je sur un ton lourd de sens. "Corrige tes faiblesses ou d'autres les exploiteront!"
Il mérite peut-être des félicitations. Et la plupart de mes camarades lui adresseraient sûrement des mots d'encouragement. De mon côté je ne me focalise pas sur les points positifs, préférant relever les négatifs. Car c'est bien sur ceux-là qu'il faut travailler, non? Je suis conscient que ce combat n'avait rien d'équilibré mais est-ce que ça excuse pour autant la défaite de mon adversaire? Je consent néanmoins à tendre ma main droite au Genin pour l'inviter à se relever. Davantage pour donner le change à Sayuka et aux personnes présentes que par véritable envie.

Reste à voir s'il l'acceptera...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Dim 9 Juil 2017 - 21:20
- ...Merci.

Crachant ses poumons et évitant de peu de cracher du sang à cause de son manque de chakra, il dut choisir avec soin ce qu'il désirait dire. Et ce qu'il choisit était un remerciement. Après tout, ce combat fut des plus bénéfiques pour Detzu, quoi qui ait pu se passer si la malchance ou le destin avait choisi d'exécuter le Genin. Il y avait bien une capacité en lui, quelque chose le permettant d'influer sur le métal. Mais pour l'heure, sa priorité se trouvait à retrouver un rythme cardiaque plus lent afin de récupérer. Il agrippa sans hésitation la main et fit de son mieux pour se mettre en position assise. Il lâcha rapidement la main, inutile d’abuser de son geste.

Les yeux fermés dans un premier temps pour se concentrer sur un semblant de rétablissement, il inspira longuement puis expira une large bouffée d'air avant d’affronter du regard celui qui l’a vaincu avec aisance, puis il se redirigea vers la Jônin, hochant avec difficulté la tête pour la remercier. Pour Detzu, il était clair qu’il ne devait son salut qu’à cette kunoichi, sinon, qui sait jusqu’où aurait pu aller cet homme. Il a cru entendre la Jônin pester contre lui pour son attitude, mais il n’a pas pu comprendre ce qui s’était dit.

N’arrivant pas encore à émettre le moindre son, le Genin étudia alors celui qui se tenait devant lui. Qu’est-ce qui n’allait pas chez ce mec ? S’il n’a pas été plus loin, ce n’est sûrement pas par crainte de la Jônin. Et il n’est probablement pas un assassin ou un criminel non plus. Detzu avait connu des gens à la philosophie douteuse. Peut-être cet homme appartenait à cette catégorie de personne. Une pensée presque extrémiste, mais si résolue que presque rien ne pourrait les faire changer. Ils sont ce qu’ils sont. Mais était-ce vraiment le cas ? Detzu l’ignorait totalement et se râcla la gorge. Après quelques instants, il prit la peine de répondre à la dernière remarque de son précédent adversaire :

- Je dois… beaucoup apprendre. Mais j’ai pu évoluer grâce à ce combat. Je vous suis sincèrement reconnaissant. Même si mourir ne m’apportera rien. Ni à moi, ni à Kumo. Et me tuer ne vous apportera rien non plus.

Aucune animosité dans la voix du Genin. Aucune rancune ou envie de vengeance. Ni aucun jugement non plus. Il s’est fait battre et on l’a sauvé et c’est suffisant pour clore le débat. Pour lui, s’il n’est pas mort, c’est qu’il a encore quelque chose à faire. Peut-être est-ce important, peut-être insignifiant. En tout cas, il était du genre à croire au destin et à ne pas s’arrêter sur des banalités. Des banalités qui lui ont presque coûtées la vie, mais cela aurait pu arriver dans de toutes autres circonstances, après tout.

- Vous êtes un Metaru, hein ? Votre clan est vraiment fort. Il n’est pas l’emblème du village pour rien. articula-t-il avec difficulté. Pour tout à l’heure, j’ai fait une erreur pendant mon entraînement et un shuriken est arrivé sur vous, je veillerai à ce que ça ne se reproduise pas.

D’un léger mouvement des bras, il se redressa, courbant l’échine vers l’avant et se mettant en tailleur. Sa main tremblait alors qu’il regarda les outils métalliques jonchant le sol avec une grande fierté. Ce n’était pas encore totalement de son fait, mais il est parvenu à magnétiser le kunai, c’est déjà un grand pas en avant. Et puis, le dragon… sans en être sûr, Detzu pense avoir repoussé l’assemblage de son ‘’ennemi’’, mais il ne pourrait le certifier.

Il toisa le Metaru du regard, avant d’exprimer avec quelques douloureux efforts :

- Je suis Rikuzo Detzu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t374-rikuzo-detzu#1590 http://www.ascentofshinobi.com/t731-equipe-6-gosuto-kumo

Lun 10 Juil 2017 - 14:11

Les mains dans les poches, cigarette toujours vissée au coin des lèvres, j'observe avec un curieux mélange de surprise et de neutralité le Genin qui se tient debout face à moi. Il a la langue bien pendue, c'est certain. Je ne sais pas s'il cherche à entrer dans mes bonnes grâces ou s'il est simplement extraverti mais ce qui est sûr c'est que je ne recherche pas particulièrement la discussion. Je me contente donc d'un vague signe de la tête lorsqu'il me témoigne sa reconnaissance. Au moins mettra-t-il à profit cet entraînement pour s'améliorer. Du moins si je me fie à ses paroles... Et avec un peu de chance il sera capable de me distraire davantage lorsque nous croiserons à nouveau le fer. Cette fois-ci sans l'irritante présence de Sayuka à nos côtés pour venir tout gâcher.

Viens ensuite l'habituel passage sur mon clan. Il est vrai que mon clan jouit d'un prestige rare et les paroles du Genin ne font que confirmer cette évidence. Je ne suis cependant guère flatté par cette remarque. Après tout je ne partage pas grand chose avec les miens si ce n'est un nom. Là encore je me limite à un simple regard signifiant que je l'écoute mais que je ne juge pas pour autant utile de répondre quelque chose. Après tout il ne fait qu'exposer un fait. Un fait qui n'appelle pas vraiment de réponse. Contrairement aux excuses qu'il me présente à cause du projectile à l'origine du sang qui macule ma joue. Une erreur? Est-ce ainsi qu'il qualifie cette réussite? C'est bien la première fois que j'entends une personne regretter d'avoir réussi à toucher son adversaire. Étonnant...
"Tu devrais au contraire veiller à ce que ça arrive plus souvent! Avoir réussi à me blesser est bien la seule chose dont tu puisses être fier!" dis-je sur le ton de l'évidence. "Ce n'est pas parce que c'est un entraînement qu'il faut retenir tes coups!"
À quoi servent ces sessions sinon à préparer les shinobis à la dure réalité du monde extérieur? Les duels que l'on qualifie d'amicaux doivent être pris au sérieux. Ils permettent d'expérimenter ou d'améliorer ses compétences au combat. C'est la base même de la victoire. Mon vis-à-vis semble motivé et c'est une bonne chose pour lui. Et, plus généralement, pour le village. Malgré tout il ne gagnera rien en faisant preuve de retenue. Même si nous portons le même bandeau, nous étions avant tout des adversaires.

Sayuka ne partage évidemment pas mon avis et lâche un soupire agacé. Soupire auquel je ne prête pas une grande attention par ailleurs. Il est vrai qu'elle est plus du genre à couver ses élèves. C'est peut-être pour cette raison que deux d'entre eux sont morts l'année passée... Je retiens la remarque qui me brûle les lèvres tandis que le Genin se présente: Rikuzo Detzu. Ce nom me dit vaguement quelque chose.
"Tu m'en diras tant..."
Les conventions sociales exigent que je me présente en retour mais... je les emmerde! Il sait déjà que je suis un Metaru et je crois que c'est suffisant. Que ferait-il de mon prénom? Que vais-je d'ailleurs faire du sien? Je crache un nouveau nuage de fumée puis éjecte ma clope un peu plus loin. Ma dernière clope. Il est temps que j'aille faire un tour dans l'une des échoppes qui vend du tabac histoire de m’approvisionner.

Je me prépare à tourner les talons avant de me raviser, le regard posé sur Detzu. Si son identité m'indiffère il n'en est pas de même de son étrange capacité. Et pour en apprendre plus sur le sujet sans devoir me plonger dans la lecture de dossiers auxquels je n'ai de toute façon plus accès, le meilleur moyen reste encore de me plier à l'irritant jeu du dialogue.
"Il semblerait que je sois à cours de clopes! J'adorerais poursuivre cette discussion mais je vais donc devoir vous abandonner!" dis-je sur un ton de regret qui n'a rien de bien convaincant. "À moins que tu souhaites m'accompagner? Je dois dire que ta capacité à influer sur mon métal m'interpelle. Consentir à m'en parler serait la moindre des choses dans la mesure ou j'ai remporté notre duel. Ça mérite bien une petite récompense, pas vrai?"
Je décide d'argumenter davantage en faveur de ma requête sous la forme d'une béquille que je forme avec le métal le plus léger qui se trouve sur le terrain d'entraînement. Je la lance ensuite au Rikuzo. Voilà qui devrait l'aider à suivre ma cadence. Je décoche un dernier regard à la Jônin:
"Ce fut un plaisir, Sayuka..."
Une manière comme une autre de lui dire au revoir mais également de lui signaler que sa présence n'est pas souhaitée. Même si, évidemment, elle se fiche pas mal de mon avis. Les yeux de l'intéressée se posent sur le Genin tandis qu'elle attend sa décision. Il faudra visiblement que je compte sur sa présence à elle aussi si d'aventure Detzu m'emboîte le pas. La confiance règne... Et sûrement à raison!

Je hausse les épaules puis tourne les talons, me dirigeant vers le chemin que j'arpentais avant que le Genin m'agresse. Viendra, viendra pas?

_________________


Dernière édition par Metaru Kira le Lun 10 Juil 2017 - 15:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Lun 10 Juil 2017 - 15:18
Décidemment, le Metaru était assez surprenant. Et pas vraiment dans le bon sens. Il demeurait visiblement fermé à toute discussion tant qu’elle ne rentrait pas dans un domaine qui lui semblait utile ou digne de ce nom. Enfin, il avait le bon goût de répondre brièvement par de rapides mouvements de tête, mais pour Detzu, il était clair que cet homme était en pleine réflexion. Peut-être occuper à l’insulter, peut-être pas. Impossible à dire pour le moment. Mais il décida de prendre finalement la parole en critiquant les excuses du Genin. Detzu se contenta de secouer la tête et d’afficher un sourire en coin.

- Vous n’y êtes pas. J’ai vraiment essayé de vous tuer. Vous n’êtes pas un Genin, et j’étais épuisé. Pour quelle raison aurais-je ménager mes coups contre quelqu’un qui était décidé à gravement me blesser ? Non. Je m’excusais pour ce shuriken avant que vous lanciez ce duel, donc au tout début. Mon objectif n’était pas de faire du mal à qui que ce soit, après tout.

Ainsi formulé, on se demanderait presque si, au fond de lui, le Genin se sentait vraiment si indifférent face à cette situation qu’il ne le laissait paraître. Son regard n’affichait aucune haine, bien sûr, et il est plus que probable qu’il se savait totalement incapable de faire du mal à son adversaire en raison de la différence de niveau, mais cela laisse peser le doute quant aux sentiments et ressentis du jeune homme au manteau vert, veste qu’il secouait d’ailleurs pour retirer la poussière et les tâches qui l’ornaient.

Le Metaru proposa par la suite un marché – qui n’en était pas réellement un, d’ailleurs : Il a gagné, donc il a droit d’imposer une ‘’récompense’’. D’un petit soufflement de nez qui démontrait un Rikuzo Detzu moqueur, il imposa son regard dans celui de son précédent adversaire.

- Vous êtes exigeant. Vous êtes prêt à m’ôter la vie de sang-froid, et vous demandez en plus une récompense ? dit-il en prenant la béquille de fortune que le Metaru a confectionné. Mais considérez cela comme un remerciement pour cet entraînement. Cette capacité que j’utilise, je n’avais jamais réussi à la contrôler. Pas avant aujourd’hui. Et pour cela, je vous accompagnerai volontiers.

Tantôt aimable et chaleureux, tantôt sincère et froid, Detzu transitait entre deux comportements qui n’étaient peut-être pas si éloignés que ça. Alors qu’il se levait avec quelques difficultés et regarda la Jônin, espérant qu’elle les suivrait. Au moins de loin. Il regarda ensuite le Metaru, qui s’éloignait déjà.

Ne nous mentons pas, Detzu a réellement considéré la décision prise, et aurait presque eu envie de rester sur place et se reposer loin de ce malade. Mais il est le premier à penser que les novices peuvent beaucoup apprendre d’individus comme lui. Rien que pour apprendre à ne pas ressembler à ce genre de personnes. En effet, ce premier contact était loin d’annoncer une quelconque entente entre les deux ninjas. Mais en savoir davantage sur lui pourrait être instructif, même s’il sentait que la discussion n’allait tourner que dans un sens.

Il fit un pas en avant avec difficulté et leva le menton.

- Ne vous avisez pas d’aller trop vite non plus. Je ne ferai pas l’effort de m’adapter à votre vitesse, vous pouvez me croire. On peut appeler ça… Donnant-donnant.

Il afficha un sourire alors qu’il remit en place sa capuche et qu’il redressa son dos pour paraître droit, même si cela devait lui causer quelques douleurs et efforts supplémentaires. Maintenant qu’il y pensait, l’homme ne lui avait pas dit son nom en retour. Il soupira et accepta d’avancer en sa direction. Un pas assez lent, mais sans avoir subi de graves blessures, il put compter sur la béquille pour aller à un rythme acceptable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t374-rikuzo-detzu#1590 http://www.ascentofshinobi.com/t731-equipe-6-gosuto-kumo

Lun 10 Juil 2017 - 17:57

Heureux d'apprendre que Detzu cherchait bel et bien à me tuer, je lui adresse un vague sourire en coin. J'ai déjà oublié le projectile ayant provoqué notre affrontement. Au temps pour moi. Mon sourire s'accentue lorsqu'il relève le fait que j'ai également attenté à ses jours. Ce n'est donc qu'un juste retour des choses, non? Je perds également l'embryon d'amusement que j'éprouvais lorsqu'il m'indique qu'il n'avait jamais réussi à maîtriser son pouvoir jusqu'à aujourd'hui. D'une certaine façon c'est comme si j'avais fourni moi-même les armes nécessaires à ce Genin pour mettre des bâtons dans les roues des Metaru. Une idée qui me déplaît au plus haut point. Mais qui, pour l'instant, reste de l'ordre du détail.

Tant qu'il ne maîtrisera pas mieux ses capacités alors le Rikuzo restera une gêne comparable à celle procurée par une piqûre de guêpe: agaçante mais sans réel danger. Il convient néanmoins de s'assurer qu'il restera une simple démangeaison. Vu ce qu'il a démontré aujourd'hui et si c'est bel et bien la première fois qu'il arrive à contrôler son art alors il y a fort à parier qu'avec le temps la menace qu'il représente augmentera. Une perspective inimaginable. La meilleure façon de défaire son adversaire restant la connaissance que l'on en possède, je consens à sacrifier de ma salive pour obtenir des informations qui pourraient un jour ou l'autre se révéler précieuses:
"La première fois que tu arrives à contrôler ta capacité, mmh?" dis-je, relevant son aveux. "Personne ne t'a appris à t'en servir? Dans ce cas j'ai un peu de mal à imaginer les raisons qui ont poussé les recruteurs à te donner ce bandeau! N'est-il pas sensé symboliser la reconnaissance des compétences de celui qui le porte?"
J'aimerais pouvoir me satisfaire de la possibilité que les recruteurs aient commis une erreur. Malheureusement je sais que c'est rarement le cas. Si Detzu a été accepté dans les rangs des shinobis de la Foudre c'est qu'il y a une bonne raison. Et puisque ce n'est sûrement pas la maîtrise de sa capacité alors c'est qu'il possède sûrement d'autres talents cachés. Voilà qui ne peut qu'accentuer ma curiosité...

Je marque un temps d'arrêt et pose les mains sur mes hanches, trahissant ainsi mon impatience. Je ne suis pas de ceux qui gaspillent leur énergie à marcher aussi vite que s'ils étaient poursuivis mais... tout de même! À ce rythme je n'aurai pas le loisir de fumer avant quelques heures. J'hésite un bref instant à le porter mais finalement je n'en aurai pas besoin: Sayuka a évidemment décidé de se joindre à nous et offre son aide au jeune homme. Comme c'est mignon!

Toujours est-il que ça nous permet au moins d'adopter une allure convenable. Suffisamment, du moins, pour que je puisse espérer fumer dans les minutes qui suivent. Je garde le silence jusqu'à ce que je trouve mon bonheur et échange quelques ryos contre une vingtaine de cigarettes. L'une d'elle ne tarde pas à finir entre mes lèvres. J'en tire de longues bouffées comme pour compenser un semblant de manque puis reporte mon attention sur mes compagnons de route. Et plus spécifiquement Detzu, Sayuka n'étant que fioriture...
"Si je me fie à ce que tu m'as dis tout à l'heure j'ai l'impression que tu n'es pas capable de maîtriser ta capacité autrement qu'instinctivement. Tu permets qu'on fasse un test?" je jette un regard à la Jônin. "Un test qui n'a rien de dangereux, bien sûr!"
Du moins en théorie... Je fais léviter une pièce de monnaie entre le Genin et moi d'un mudra et garde juste assez d'emprise sur cette dernière pour qu'elle ne subisse pas les affres de la gravité. Je vais ensuite prendre place contre un mur, jambe replié contre la paroi. Je désigne alors le ryo qui nous sépare.
"Allez, pousse-le dans ma direction! Je sais que tu n'es pas au mieux de ta forme mais un exercice comme celui-ci est à la portée de n'importe quel crétin..."
N'importe quel crétin ayant une influence sur le métal tout du moins. Mais là encore, ce n'est qu'en théorie...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Mar 11 Juil 2017 - 13:01
Sans surprise, Detzu put remarquer un léger sourire lorsqu’il avoua avoir donner son maximum pour le tuer. Désormais, il n’y avait plus de doute. Le Metaru appartenait bien à ce genre d’individus à la personnalité singulière et incompréhensible. Mais le sourire disparut rapidement et après quelques instants, il demanda au Genin comment il était possible d’avoir été promu si sa maîtrise de cette technique liée au métal était aussi imparfaite.

- Mmh… Je me suis déjà fait la réflexion. lâcha-t-il en regardant son bandeau fixé sur la manche de son manteau. D’après ce que j’ai vu, les défauts d’un ninja peuvent être grandement compensés par la maîtrise d’un certain domaine, par l’intelligence ou encore par l’endurance du shinobi. Mon bandeau m’a été donné pour l’un de ces critères. Mais bon, c'est une hypothèse.

Toujours très neutre dans ses réponses, Detzu décida de ne pas être précis sur les raisons de sa promotion Peut-être ne voulait-il pas avoir l’air de se vanter auprès de quelqu’un qui venait littéralement de le balayer durant leur combat. Ou alors il n'en savait rien du tout. Le seul véritable indice – si c’en était réellement un – c’est qu’il a effectué des signes caractéristiques des techniques Doton pendant l’affrontement. Mais ils ne se sont pas non plus concrétisés. Était-il seulement capable de quoi que ce soit, au moins ?

Pendant le trajet, qui commençait sérieusement à s’allonger, autant pour le Metaru que pour Detzu, la Jônin fut assez aimable pour le soutenir dans sa marche. Lui adressant un large sourire et de rapides remerciements, le Genin put reprendre un rythme acceptable. Après ce bref échange avec la kunoichi, le fils de la famille Rikuzo fut soumis à un test par le fumeur compulsif qui se tenait face à lui. Une évaluation centrée sur le déplacement d’un ryo.

- Un test ? Qui résulte, si j’ai bien compris, sur deux conclusions possibles : Soit je réussis et ça voudra dire que j’aurai enfin compris à maîtriser cette technique, soit j’échoue et je passe pour un crétin, ce qui ne me semble pas vraiment être différent de la considération que vous avez en mon encontre. Je ne peux être que gagnant, en somme. En tout cas, pas perdant.

Cette fois, impossible de ne pas relever l’ironie. Surtout qu’il avait l’habitude de toujours se tenir droit, les yeux débordant d’une lueur de tranquillité, tout comme son expression générale, en réalité. Il leva la main, imposa tout son poids sur la béquille de métal improvisée et exécuta un geste en direction du ryo.

Rien.

Il se mordit l’intérieur de la lèvre, perplexe et décida cette fois d’élever sa paume en direction de la pièce mais sans tenter de mouvement. Alors que son action précédente consistait en un geste actif, il tenta désormais d’être passif et de se concentrer. Environ dix secondes s’écouleront et la pièce ne daigna pas bouger d’un poil. Il fut pris d'un gros doute, avant de réfléchir au déroulement du combat. Qu'est-ce qui avait été différent ? Ses émotions dicteront vraiment pour toujours ses compétences ? Il n'est pas un ninja, alors... Cependant, après un légère pause pour réfléchir, il se souvint d'un détail.

- J’ai pu observer quelque chose, pendant notre combat. Pourrais-je prendre le ryo un instant ? Je ne maîtrise pas cette technique, mais peut-être… ai-je trouvé un moyen de palier au problème pour le moment.


Sans réellement se faire prier, il approcha sa main de la pièce et la frotta du bout de son index et de son pouce tout en malaxant la faible quantité de chakra qu’il possédait. Après avoir stimulé son chakra et touché la pièce, il la rendit au Metaru. En tout cas, c’est ce qu’il désirait. Car en effet, la pièce sortit rapidement de son axe à mesure que la main qui l'avait touché s'en éloignait. Le Metaru, sans imposer une force plus conséquente à la pièce, se retrouvera donc face à une pièce fuyante, que Detzu parvenait à bouger en brassant l’air avec sa main.

- Ha ha, c’est incroyable, j’ai réussi. C’est comme si ma main servait d’aimant à la pièce. C’était d’ailleurs ce que j’avais pu constater pendant mes quelques « crises ». Souvent c’est ce qui arrive : Quelque chose s’impose sur le métal et le fait déplacer, mais pas n’importe comment. Comme si un fil… non, un champ invisible impactait le métal.


Cette observation a été grandement facilité par l’aide de ses parents, qui travaillaient dans la recherche scientifique. Et il ne serait pas étonnant que le jeune Rikuzo ait également des notions dans le domaine. Peu importe ses pensées, de toute manière, car il était bien trop occupé à être fier de sa réalisation. Cette fois, c’était clair, il avait assimilé une méthode – certes improvisée et peu glamour – pour impacter le métal. Sauf qu’avec de l’entraînement, il serait probablement capable d’imposer ces changements à distance, comme lorsqu’il prit peur face au dragon ou à la roue dentée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t374-rikuzo-detzu#1590 http://www.ascentofshinobi.com/t731-equipe-6-gosuto-kumo

Mar 11 Juil 2017 - 22:20

L'approche qu'a Detzu de l'exercice - l'épreuve? - que je lui propose est assez proche de l'idée que j'ai effectivement en tête. S'il réussit alors il sera semble à bien des shinobis qui arrivent à maîtriser leurs arts. Autant dire l'extrême majorité même s'il y a aura toujours des moutons noirs. Et s'il échoue alors il ne fera que confirmer son inutilité. Je reconnais toutefois que j'ai du mal à comprendre en quoi il serait gagnant. S'il parvient à bouger cette pièce il sera simplement conforme à ce que l'on attend d'un soldat. Et si le ryo se contente de léviter dans les airs comme il le fait maintenant ça sonnerait davantage comme une défaite qu'une victoire. Ce Genin est décidément bien étrange. À moins qu'il se satisfasse simplement du minimum que l'on peut attendre de lui?
"Je suppose que tout dépend de la signification que tu accordes au verbe gagner..." dis-je en haussant les épaules. "Mais si tu préfères envisager les choses sous cet aspect, soit!"
C'est à lui de fixer la frontière entre la réussite et l'échec après tout. S'il souhaite se rassurer, je n'ai rien contre. Et puis peut-être qu'en voyant les choses sous cet angle il trouvera davantage de motivation. Car contrairement à ce qu'il semble croire je suis plutôt enclin à croire qu'il réussira. La motivation, il l'a déjà. Il ne lui manque plus que de la pratique. Et c'est précisément cet aspect-là de son entraînement que nous sommes en train de travailler. Même si, évidemment, je recherche avant tout à connaître ses capacités pour mon intérêt personnel. Si un jour je venais à croiser une personne ayant les mêmes capacités que lui je saurai au moins à quoi m'attendre...

Malheureusement les essais de mon "camarade" ne portent pas leurs fruits et la pièce de métal reste docilement en suspension dans l'air. J'hésite un bref instant à l'attaquer pour lui insuffler la motivation dont il semble avoir besoin. À défaut je me contente de tendre la main vers la pièce pour la récupérer. Detzu me prends néanmoins de vitesse, arguant qu'il souhaite essayer quelque chose. Je l'y encourage d'un nouveau haussement d'épaule: après tout je n'ai rien à perdre sinon du temps.

Toujours est-il qu'après avoir frotté le ryo il parvient cette fois-ci à le faire dévier de son axe. J'exprime ma surprise par un froncement de sourcil. Si le Rikuzo semble capable d'influer sur le métal lorsqu'il est soumis à la pression d'un combat, il peut également l'influencer dans un cadre plus relaxant s'il l'a auparavant touché. Une sorte d'aimant?
"On dirait bien que tu n'es pas totalement inutile après tout..."
C'est une forme d'encouragement, si si. Encouragement qui tient compte de ses limites malgré tout. Je ne crois cependant pas trop m'avancer si je pars du principe qu'avec le temps il parviendra à bouger des métaux à distance et sans avoir auparavant eu besoin de les toucher. Je suis satisfait par cette petite expérience qui m'en apprend plus sur la particularité de Detzu. Peut-être que je suis un peu trop joueur mais je souhaite voir jusqu'à où il peut aller. Quitte à l'éliminer, qu'il puisse m'opposer une réelle résistance. Tuer des chatons n'a rien de bien passionnant. Un tigre, en revanche...
"Je ne te l'ai pas précisé tout à l'heure mais je suis également un Genin contrairement à ce que tu crois. Même s'il est vrai que je n'ai pas toujours eu ce grade..." dis-je, posant le regard sur la Jônin avant de reporter mon attention sur le Rikuzo. "Je suppose que tu n'as pas vraiment de raisons d'accepter mais j'aimerais que nous nous entraînions à nouveau ensemble dans le futur. Un Metaru est le candidat idéal pour te permettre d'améliorer tes capacités. Et de mon côté je te cache pas que je suis curieux de savoir quelles sont les limites de ton pouvoir!"
Nous ne sommes pas obligés de nous apprécier pour apprendre mutuellement l'un de l'autre. Il faut parfois savoir ravaler ses ressentiments pour progresser. Et je crois sincèrement que nous pouvons nous entraider jusqu'à ce que nos routes doivent se séparer. Je n'ai pas abandonné l'idée de l'éliminer. Loin de là. Ce que j'ai vu aujourd'hui ne fait que me conforter dans ce désir. Malgré tout il y a un temps pour toute chose...
"Je ferai en sorte de ne pas trop t'esquinter si ça peut te rassurer..."
Je me fends d'un sourire amusé qui n'a rien de bien chaleureux. Si mon regard est rivé sur Detzu c'est avant tout pour endormir la méfiance de Sayuka que j'ai jugé utile de préciser ce point. La dernière des choses que je souhaite c'est encore qu'elle fasse un rapport sur ce qui, au fond, n'est qu'une petite erreur de parcours.

La clope au coin des lèvres, j'attends la réponse de celui qui pourrait bien représenter un exutoire à mes frustrations journalières...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Mer 12 Juil 2017 - 10:54
Tout dépendait de la vision et de la signification que Detzu donnait au verbe gagner, hein ? Le Metaru ne comprenait visiblement pas la remarque que lui avait adressée le Genin. Pourtant, elle n’était pas si absurde. Comme il l’avait dit précédemment, il était sorti de l’académie avec d’autres armes en main qu’une technique liée au métal. S’il restait tout de même dans la moyenne du niveau des autres Genin ‘’classiques’’, cela signifiait que pouvoir manipuler d'une certaine façon le métal représentera un atout considérable pour son développement.

Il décida de ne rien répondre et de se focaliser sur l’exercice, qu’il réussira donc finalement. A sa grande surprise, il reçut une forme d’encouragement. C’était bien relatif, mais sortant de la bouche d’un individu qui n’avait aucune gêne ni peine à blesser – voire tuer – des adversaires - et alliés - qu’il jugeait inutile, c’était assez remarquable pour le noter.

Mais si c’était une grande surprise, elle était insignifiante par rapport à la suite de la discussion, et ce, pour deux raisons.

Premièrement, Detzu apprit que le Metaru était Genin. Si c’était très étrange, cela pouvait s’expliquer par le fait qu’il ait été rétrogradé il y a quelques temps. Pour le Rikuzo, il est plus que probable que son comportement soit la principale cause de cela. Mais du coup, quoi, il pouvait tomber sur lui s’il tentait un jour de passer Chûnin ? Ou était-il pour le moment condamné à rester Genin ? Des questions qui resteront pour le moment sans réponse.

En effet, une seconde déclaration attisa davantage la curiosité de Detzu. Il proposa, ni plus ni moins, de s’entraîner à nouveau avec lui dans le futur. En temps normal, et avec sa motivation actuelle, il aurait tout de suite accepté. Comme il l’avait si bien dit, c’était un Metaru. Comme partenaire, on ne pouvait trouver mieux. Mais…

- Si vous faites les mêmes efforts que pendant notre premier combat, je ne pense pas être intéressé. Je ne dis pas que je dois être un fragile cocon à protéger. Néanmoins, j’aimerais survivre aux entraînements. Je ne m’ennuierai pas à travailler pour me retrouver chaque jour à l’hôpital.

Detzu laissa tomber la béquille et décida de souffrir un peu et de se débrouiller tout seul pour l’instant. Il redirigea son regard vers la Jônin et d’un coup de menton, rajouta :

- Mais je vais accepter, tant que les premiers entraînements sont surveillés. Par la suite, j’aurai les armes en mains pour me défendre tout seul. Mais ne m’en veuillez pas trop, car je ne compte pas rester longtemps votre souffre-douleur. J’ai bien l’attention de me surpasser pendant ces entraînements et de vous faire transpirer.


Des paroles probablement vaines au vue de la différence de niveau, mais Detzu n’avait pas le temps d’être modeste. Le Metaru n’avait pas un comportement permettant au Genin aux cheveux argentés d’endormir sa vigilance et de se sentir en sécurité. Cet entraînement ne sera pas de tout repos, et peut-être faisait-il une erreur en acceptant. Ou peut-être était-ce la meilleure opportunité de sa vie.

- Si nous en avons terminé, je vais aller me reposer. Etant donné que vous ne viendrez pas manger un morceau autour d’une table avec moi, je suppose que je vous laisserai me retrouver ?


Le Genin enfonça ses mains dans ses poches et discuta tout en s’éloignant du Metaru et de la Jônin, prêt à finalement rentrer chez lui pour se reposer. Son chakra était quasi-inexistant, et comme chacun s’en doutait, impacter le ryo fut rude pour Detzu après le combat ''surprise'' au terrain d'entraînement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t374-rikuzo-detzu#1590 http://www.ascentofshinobi.com/t731-equipe-6-gosuto-kumo

Jeu 13 Juil 2017 - 16:43

Et bien il n’a pas froids aux yeux, lui. Je suppose que malgré ses réticences il aura compris que c’est également dans son intérêt. Après tout ce n’est pas en s’entraînant avec des gens de son niveau que l’on progresse efficacement. Je ne l’épargnerai pas. Et il le sait. Sans quoi il n’exigerait pas la présence d’une personne pour nous surveiller. Comment lui en vouloir ? Il est vrai que je ne lui ai pas exactement donné l’impression de me soucier de lui. Mais l’aplomb qu’il déploie et la confiance qui transpire dans ses paroles m’arrachent néanmoins un sourire.

Les armes pour se défendre seul ? Me faire transpirer ? Oui et bien vu ce que j’ai pu observer aujourd’hui il lui faudra beaucoup de temps avant de prétendre m’égaler. Ou même respecter ce qu’il avance. D’autant plus je ne resterai pas sagement à attendre qu’il me rejoigne. Ma maîtrise du kinton ira en s’accentuant, développée par les entraînements. Mais au moins je sais à présent qu’il a pour objectif d’évoluer de son côté. Suis-je à l’origine de sa confiance ? Je me déplais à le croire. L’un de mes prochains objectifs sera ainsi de la briser et de lui rappeler qu’il a encore beaucoup à apprendre.

Mais pour l’heure nos chemins semblent destinés à se séparer. Je l’observe s’éloigner tandis qu’il affirme que je n’irai pas manger un morceau avec lui. Évidemment ! Quelle idée ! Si un champ de bataille – ou un terrain d’entraînement – réunit les gens de différents horizons, il n’en est pas de même pour les occupations privées. Ainsi un Metaru ne se mélange pas aux inférieurs. Ou, du moins, ne le devrait-il pas. Un point de vue qui ne semble malheureusement pas partagé par l’extrême majorité de mon clan.
"Je passe, en effet!" dis-je sur le ton de l’évidence. "Et oui, je te retrouverai ! En attendant tâche de t’améliorer si tu entends me distraire davantage à notre prochaine rencontre, Detzu du clan Rikuzo!"
Je l’observe s’éloigner encore un moment puis reporte mon attention sur Sayuka. Il fut un temps où elle et moi avions bien plus qu’un grade comme point commun. Elle comptait pour moi. Jusqu’à ce qu’elle décide de rapporter mon comportement aux autorités. Si j’ai été privé de liberté, c’est en partie grâce à elle. Ce qui me dérange ? Le fait qu’elle soit convaincue que c’était la meilleure chose à faire. Et aussi qu’elle me considère comme une sorte de sociopathe sur qui il faut constamment garder un œil.
"Étant donné que tu ne viendras pas manger un morceau avec moi autours d’une table je suppose que je te laisserai me retrouver?" dis-je, répétant les propos tenus par le Genin quelques instants plus tôt. "C’était un plaisir, Sayuka ! Même s’il n’est guère partagé visiblement…"
Je m’amuse davantage de cette situation qu’elle ne m’affecte. Mais sa présence à mes côtés ne m’aurait pas dérangé outre mesure. Un jour j’aurai une discussion avec elle, comprendrai les véritables raisons de sa trahison. Mais il semblerait que ce jour doive encore attendre…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

C’est par la violence que nous nous éduquerons! [Detzu]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: