Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Innocentes promenades en ville [Madoka]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sam 29 Sep 2018 - 22:14
Kiri, année 203 - Hiver

Voilà plus de trois mois que la jeune métamorphe était arrivée à Kiri. Elle était devenue kunoichi, avait effectué quelques missions et avait même intégré une équipe, comprenant un sensei ainsi qu'un coéquipier. Celui-ci était un jeune homme qui ne semblait pas vraiment prêt à affronter la « vraie » vie. Quant à son nouveau professeur... Il s'agissait de la nouvelle Mizukage. Akane n'était pas sûre de pouvoir s'entraîner autant qu'elle le voudrait ni devait avec elle. Elle devait certainement avoir un tas d'autres responsabilités en plus de ses élèves. La Yasei allait tous les matins courir et s'entraîner au maniement des armes, ainsi que faire différents exercices pour garder la forme et ne pas perdre la main. Mais pour l'instant elle-même prenait encore ses marques, et n'avait pas vraiment de repères concernant les temps d'entraînements adaptés à un shinobi.

Lorsqu'elle n'était ni en mission ni occupée avec son équipe, la jeune femme était plutôt libre l'après midi. Logeant encore pour le moment dans les baraquements de fortune, elle sortait beaucoup. Cela lui permettait de se familiariser avec le village. Grâce à cela, elle avait vite arrêté de se perdre. De plus, la chambre qu'elle occupait accueillant également d'autres personnes, elle avait besoin de sortir pour ne pas étouffer. Akane n'avait jamais vraiment apprécié la compagnie des autres, mis à part celle de sa défunte sœur. Elle ne savait pas faire la conversation ni comment réagir face à certaines situations. Et surtout elle aimait avoir des moments de calme et de tranquillité seule. De long moments.

Seulement voilà, on était jamais vraiment seul dans un village comme Kiri. Hors, elle avait vraiment besoin de ces instants pour se retrouver et se ressourcer. Si bien qu'elle commençait à être vraiment à cran. Elle essayait de se canaliser avec la méditation mais ça ne marchait pas sur une longue durée. Elle ne pouvait pas se transformer complètement et courir dans une forêt se défouler puisqu'il n'y en avait pas dans le village. Il y en avait bien une à l'extérieur mais en tant que genin elle n'avait pas le droit de sortir. Elle avait aussi essayé d'aller dans des coins un peu plus isolés mais il y avait toujours quelqu'un à croiser. Pire encore, parfois certains avaient voulu faire la conversation.

Côté nourriture, cela faisait un moment qu'elle n'avait pas mangé comme elle le voulait. Il y avait bien une cantine dans les baraquements, mais ils n'y servaient que de la nourriture préparée et elle détestait tout ce qui était trop cuit, et surtout les plats en sauce qui gâchaient le goût réel des aliments. Et puis, elle considérait que l'acte de manger était quelque chose d'intime, et que des inconnus n'avaient pas à partager ce moment avec elle. D'autant plus que manger de la viande presque crue attirait toujours les regards des curieux et les moues dégoûtées qui allaient avec. Donc, comme souvent, elle avait décidé d'aller faire des courses pour aller se nourrir dans un coin tranquille où on ne lui poserait pas trop de questions.

C'est donc avec un sachet de provisions dans les bras qu'elle se promenait dans les rues. Son regard parcourait les étalages à la recherche d'autres choses qu'elle pouvait acheter. Elle ne vit rien de plus, et se rendit donc chez son marchand habituel. La première fois qu'elle y était allée, il avait écarquillé grand les yeux en lui faisant répéter ce qu'elle voulait. Maintenant, il avait prit l'habitude donc elle retournait toujours chez lui, pour éviter les réactions hostiles qu'elle aurait pu avoir chez d'autres. Il s'agissait d'un marchand de brochettes à emporter, qui les faisait cuire sur place. Il en avait avec différentes viandes et sauces. Ce jour là, elle en prit deux au lapin et deux au mouton.


- « Juste passées sur le grill, comme d'habitude ? »

Elle hocha la tête pour acquiescer. En attendant sa commande, son regard parcourut de nouveau la rue. Elle crut voir quelque chose et se concentra sur un jeune homme. Celui-ci marchait aux côtés des gens, et lorsqu'ils se tournaient ou se baissaient vers un étalage, il mettait la main dans leur poche ou leur sac avant de se diriger vers une autre victime. Akane observait en silence son étrange comportement, en se demandant s'il allait finir se faire prendre. Il semblait être doué, et pour le moment personne n'avait l'air de le soupçonner.

_________________
Tenue de kunoichi:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Dim 30 Sep 2018 - 15:46
Encore une journée, une après-midi pour rien, Madoka s’ennuyait sévèrement. Elle ne faisait quasiment rien du tout depuis un bon moment. Elle n’avait plus d’équipe, plus de missions, et c’était sans doute pire que tout, car elle tentait de se distraire comme elle pouvait. Cependant, elle n’avait rien trouvé du tout, le désert complet et il fallait bien dire que dans un pays aussi humide que celui de l’eau, c’était un exploit. La blanchette était présente dans cette ville depuis des années, elle la connaissait par cœur, surtout car elle n’avait pas le droit d’en sortir. Bien évidemment, elle ne suivait pas totalement cette règle. Un règlement n’était-il pas fait pour l’enfreindre ? Vous savez, les petites lignes tout en bas !

Le kunoichi commençait à avoir une sacrée expérience, et c’était peut-être cela qui faisait peur à certains. Elle était toujours une genin, mais cela, elle s’en fichait complètement. La plus part de ceux qui essayaient de former une équipe étaient plus faibles qu’elle, alors à quoi bon ? A quoi pouvaient-ils bien servir ? La jeune fille aux longs cheveux d’argent avait sa propre manière de s’entrainer, sur le tas. Le tas de qui, on pouvait se le demander, mais c’était sa façon de faire généralement. Elle avait tout appris de cette façon depuis qu’elle était petite. Madoka n’avait pas vraiment d’endroit où vivre, enfin si, mais c’était plus un squat qu’autre chose. Elle savait qu’un jour, on allait la mettre dehors, enfin, ce n’était pas comme si elle avait l’habitude de ce genre de coups durs. Elle avait survécu à bien des choses, et ce ne serait pas ce détail qui irait l’ennuyer. Elle passait le plus clair de son temps dehors à trainer, et c’était bien comme cela que l’on faisait des bêtises, une sorte de spécialité de la maison et gratuite la plus part du temps !

Madoka aussi était une solitaire, mais c’était surtout qu’elle n’acceptait quasiment personne à ses côtés, comme pour se protéger ou une habitude de vie. Elle était alors allongée sur le toit plat d’une maison du village de Kiri. Il y avait seulement un pied et une main qui pendaient l’air de rien, alors qu’elle poussait des soupirs de temps en temps. Rien que pour ennuyer ceux qui n’étaient pas loin, elle faisait crisser un kunai le long de la pierre, car il n’y avait pas de raison qu’elle soit la seule à souffrir du moment. Elle s’amusait à découper un fumigène en petit morceau, afin d’en faire de petits nuages. C’était joli, inutile, mais gracieux à ses yeux.

L’adolescente avait une vue parfaite sur un petit groupe de gens, qui grouillait autour d’un marchand de brochettes. Il fallait bien avouer que cela sentait rudement bon, mais elle n’avait pas le courage de bouger plus que cela. Elle se pencha un peu sur les côtés en regardant ce qu’il se passait. En hauteur de là où elle était, Madoka avait une parfaite vue sur le jeune homme qui semblait détrousser les gens. Elle soupirait légèrement, car cela l’ennuyait profondément, et elle n’en avait rien à faire du tout. Après avoir trainée des heures sur le toit en plein soleil, profitant des vents marins, elle se releva assise sur le toit. Ce n’était qu’une jeune fille, la peau sur les os. Madoka ne portait même pas de marque d’apparence du village, mais généralement assez connu pour s’en passer. Elle avait une robe blanche avec quelques morceaux de tissu bleu autour de la taille et un liseré vert aux manches recouvrant ses bras comme de longs gants.

La blanchette se releva lentement en s’étirant longuement avant de se reculer du bord de quelques pas. Elle utilisa un peu de chakra pour se propulser dans les airs et elle fit une longue suite de mudras à toute vitesse. Il se produisit alors un puissant vent qui fit s’agiter toutes les toiles de tentes et repoussa les objets ou les faire au moins trembler. De la poussière se dégagea de l’impact principal, qui se trouvait être le jeune voleur doué, qui était maintenant à terre, un peu surpris. Aucune blessure cependant, mais Madoka se baissa et récupéra alors à son compte une bourse pendant l’agitation. Pendant que le jeune homme se releva, et que les personnes tentaient de comprendre ce qui venait de se passer, l’adolescente se dirigea comme si de rien n’était vers le comptoir.

Datalia Madoka • « Vous auriez un jus de fruit s’il vous plait ? »


Madoka posa alors la bourse volée au voleur, qui l’avait dérobé, sur le comptoir avec un sourire. Les gens s’apercevaient que le jeune homme en avait vraiment beaucoup sur lui des bourses, car elles venaient de tomber de ses poches dans l’accrochage. Furieux, le voleur sorti un couteau en récupérant les bourses et commença à héler et menacer la jeune fille aux longs cheveux d’argent.

Donne-moi ça toi, c’est à moi !

Hey ! mais c’est ma bourse !

Commença alors par dire un des badauds qui regardait la scène, tout le monde commença à vérifier, mais ils n’osaient guère intervenir à cause du couteau. Une des personnes commença à partir afin de prévenir les autorités, après tout, tout le monde n’était pas prêt de risquer sa vie pour quelques pièces.

Hey ! Je t’ai parlé ! Donne-moi ça et je me casse !

Dit encore le voleur en s’approchant encore et toujours de Madoka un couteau à la main.

Datalia Madoka • « Je ne peux pas te la donner, comment je me paye le jus de fruit moi ? T’es vraiment bête tu sais … »


QUOI ?!

Furieux le voleur commença à courir en direction de Madoka couteau à la main, mais elle enchaina les mudras pour une invocation, tout en lâchant un des fumigènes qu’elle avait découpé précédemment. Cela provoqua un petit nuage de fumée, mais où la jeune fille avait posé sa main contre le sol, il y avait une sorte de gros chat avec une dentition acérée. Son pelage était rose et violet, et il semblait regarder le voleur comme une petite souris à dévorer.

put… putain ?! Tu es vraiment une shinobi alors ?

Commença à réaliser le jeune homme qui reculait, mais à chaque pas, le gros chat s’approchait. Madoka était incapable de procéder à ce genre de technique, ce n’était qu’un clone déguisé avec un tour de passe-passe à l’aide d’un fumigène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Dim 30 Sep 2018 - 22:04
Le voleur continuait son petit manège, et personne ne semblait s'en apercevoir. Vu le butin qu'il devait désormais avoir, il n'allait pas tarder à partir pour aller en faire l'inventaire. Il était resté trop longtemps au même endroit pour que ça soit encore valable et discret. Akane se demandait si elle était censée intervenir lorsqu'il s'envola soudainement en arrière. Une jeune fille maigrichonne apparut à ses côtés. Elle s'empara à son tour d'un des porte-monnaie volé. Le marchand passa la tête par la devanture, et demanda à Akane ce qu'il se passait.

- « Quelqu'un était en train de voler des gens. La jeune fille qui vient vers nous l'a projeté en arrière et a récupéré une des bourses. Mais le type n'a pas l'air d'accord. Ni les propriétaires des bourses. »

En se tournant vers lui elle s'aperçut qu'il avait terminé de préparer ses brochettes. Elle s'apprêta à lui prendre lorsque la fillette arriva à leur côtés pour demander de quoi boire. Tout en voulant payer avec de l'argent qui n'était pas plus au voleur qu'à elle. Il n'était d'ailleurs pas content et avait sorti un couteau, effrayant les passants. Akane observait la scène sans rien dire, puisque ça ne la concernait pas. Du moins tant qu'ils ne s'approchaient pas trop d'elle et ne risquaient pas de la blesser au passage.

La suite devenait intéressante. La jeune fille – qui, vue de près, n'avait plus l'air si jeune – invoqua un chat avec de drôles de couleurs. Bizarrement, il n'en avait pas l'odeur. Akane se concentra sur lui et se rendit alors compte qu'il ne s'agissait pas d'un vrai chat. Il avait la même odeur que la fille. Plutôt malin. Elle était forte. Et rapide. Car elle avait réussi à la fois à faire un clone et le déguiser en quelques secondes. C'est alors que le marchand de la petite échoppe prit la parole, avec peu d'assurance :


- « Euh... Vous... Vous ne devriez pas vous en occuper ? »

Akane se tourna de nouveau vers lui et vit qu'il s'adressait à elle.

- « Pourquoi ? »
- « Vous êtes une kunoichi ! Non... ? Alors protégez-nous ! »


Elle le détailla quelques instants, et vit qu'il attendait vraiment quelque chose d'elle.

- « Ah. »

Le combat qui allait éclater était bien trop près de son magasin et il n'était pas rassuré. Hors il semblait qu'en tant que shinobi de Kiri, elle doive assurer la sécurité de ses habitants. Même en dehors des missions et lorsqu'elle était en repos. Tout ça était vraiment nouveau pour elle. Quand on était mercenaire, on avait pas ce genre de problèmes. On effectuait son contrat et c'était terminé jusqu'au prochain. Le reste du temps, on ne s'occupait pas de la vie des autres personne ne venait nous embêter en retour. Hors là, le pauvre homme avait l'air de lui faire confiance, tout ça parce qu'elle était venue manger chez lui régulièrement...

Elle reporta alors son attention sur le voleur volé. Il s'était arrêté de courir et observait tour à tour la jeune fille et le « chat » tout en reculant. Il tenait fermement son couteau dans la main. Mais au vu de la couleur de ses jointures, il le tenait un peu trop fermement, et surtout pour se rassurer. Akane attrapa un de ses propres kunai et le lança d'un geste souple vers l'homme. Il se mit à crier et à se tenir la main. Il avait lâché son couteau mais avait désormais une autre arme plantée à l'intérieur. La métamorphe fit quelques pas vers lui :


- « Je crois que ces personnes aimeraient récupérer ce qui leur appartient. »

Elle n'eut pas besoin de préciser de qui il s'agissait car une petite foule de curieux et de mécontents s'était attroupée autour d'eux.

- « Dépêche-toi avant qu'il ne te bouffe. »

Là encore, inutile de préciser : il regardait toujours d'un air inquiet le « chat » menaçant, tout en tenant sa main blessée.

_________________
Tenue de kunoichi:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Mar 2 Oct 2018 - 19:03
Datalia Madoka • « Paria decimo supra eo aeternam silentium exemplis perfidia »


Madoka sourit légèrement à la femme pas loin de brochettes, c'était plus par politesse pour une fois qu'autre chose. Elle était si contente d'avoir trouver une source facile d'argent, c'était vraiment une aubaine ! Elle se tortilla les doigts entre eux, loin d'être angoisser par cette tricherie, non ça, elle avait l'habitude, par contre, elle était certaine que le marchand n'avait pas de lait fraise, c'était si bon pourtant. L'adolescente semblait parfaitement ignorer le voleur au couteau, pourtant s'en était bien à elle qu'il en voulait. Elle avait l'air d'être une gamine, pourtant, elle avait bientôt seize ans, mais dans sa tête, elle restait à plus ou moins dix voir douze ans ce qui était déjà plutôt bien pour une personne comme elle.

La blanchette était bien plus habile que son accoutrement ou ses manières voulaient bien le dire. Elle était loin d'être une débutante maintenant, comme si elle avait passé un cap depuis peu de temps. Elle pouvait enchaîner très rapidement des techniques, surtout qu'une simple métamorphose était une technique de base, mais le fait de fabriquer un réel clone tangible et utile était une technique avancée. Elle avait une très forte imagination quant au sujet de la bagarre ou de régler toutes sortes de soucis divers. Le choix des couleurs de son chat était davantage une question de goût qu'autre chose, et surtout que c'était l'apparence d'un de ses meilleurs amis imaginaires. Selon les règles, vous savez ces trucs agaçants qui vous pourrissent la vie, Madoka se devait de régler le souci de ce voleur même si elle était seule. Elle avait deviné à ses réactions et réflexes que ce voleur n'était pas un shinobi et sûrement pas réellement entraîné à combattre. Il avait donc quasiment aucune chance de réussir à la battre ou déjà à l'inquiéter d'une quelconque manière. Après tout, il n'y avait pas que les ninjas pour avoir l'apanage du combat, les samouraïs en étaient un parfait exemple.

Datalia Madoka • « Je ne suis pas certaine que ce montrer violent soit une bonne idée sur le coup. Des personnes pourraient être blessées voir pire encore. Non il vaut mieux attendre les gardes. »


Réagit alors immédiatement Madoka, qui avait déjà penser à une parfaite excuse sur sa non réaction adéquat face à ce voleur. Elle se fichait complètement du sort de tous ceux qui se tenaient dans les alentours du marchand de brochettes. Si elle s'écoutait vraiment, elle aurait procéder à une de ses techniques d'attaques dont elle avait le secret. La femme à côté semblait vraiment s'en fiche totalement de la situation également. C'était tant mieux à vrai dire, car affronter un minable, elle n'en avait pas envie aujourd'hui, par contre elle avait toujours aussi soif.

Datalia Madoka • « Heuuu.... Monsieur ? J'attends toujours mon jus de fruit moi... C'est pas comme si vous étiez déborder de clients... »


Insista alors la jeune fille aux longs cheveux d'argent en lâchant un soupir, en se désintéressant totalement de ce qu'il se passait autour d'elle. Dans la logique, un ninja de Kiri, grand protecteur de la veuve et l'orphelin, était toujours quelque part en service. C'était logique pour beaucoup de monde, mais sûrement pas pour votre servante. Son clone était largement assez efficace, même déguisé en chat, pour affronter un vulgaire voleur. Elle tapota un peu le comptoir du marchand de brochettes en peu impatiente, et à force d'attendre, des gardes de Kiri allaient arriver et ce ne serait pas aussi facile pour utiliser de l'argent volé. Le chat plus qu'improbable s'était mis en position d'attaque avec une patte en avant, légèrement écrasé sur lui-même comme pour être prêt à se défendre ou réagir immédiatement, tandis que sa queue était à l'horizontale et bougeait de manière erratique. Cependant, la messe était dite, et elle joua l'étonnement en admirant les capacités martiales de la femme pourtant apathique jusqu'à là. Maintenant que le voleur pissait le sang et était bien incapable de se défendre, il n'était plus question de piquer si simplement l'argent volé. Surtout que l'on devait compter sur la garde pour intervenir rapidement, avec une telle piste, personne même les plus handicapés ne pourraient pas suivre cette piste ! Elle ouvrit la bourse afin de prendre juste le prix du jus de fruit, il ne fallait pas déconner. Et puis elle la lança en l’air afin que les pièces volent dans tous les sens. Avec la chute des autres bourses, cela donnait une étrange sensation, et sans doute que les gens allaient se battre pour récupérer leurs biens. Ce serait sans doute une parfaite distraction. Elle en profita également pour utiliser un genjutsu sur le pauvre voleur, le seul souci, c’était que cela ne se voyait aucunement.

De … des pièces partout ?! Mais … comment ? C’est … il y en a plein, partout, des montagnes ! Hoooooo !

Le voleur ne semblait plus faire tellement attention au kunai planté dans sa main, il essayait de ramasser quelques pièces comme si c’étaient des poignets qu’il fourrait dans ses poches d’une manière frénétique. Il était en panique, et bien vite les passants se jetèrent également dans cette bataille comme des morts de faim. Cela fit sourire Madoka, car avec elle, il y avait toujours un revers à la médaille, même celle qui brillait de mille feux.

Il … non …. Il y en a trop je …. Par tous les kamis ! je …. Je vais me faire ensevelir ! Non ! Je …. Aidez-moi !

Commença alors à hurler de terreur alors qu’il semblait essayer de nager ventre contre le sol en panique. Il essayait vainement de pousser de lourdes choses de devant, alors qu’il avait du mal visiblement à respirer. Plus il avait peur, plus il semblait avoir peur, c’était comme un cercle vicieux. Du sang commençait à couler de son nez. C’était une punition cruelle, mais on pouvait lire dans le regard de la jeune fille, qui regardait cette scène avec délectation, de la perversité, quelque chose de mauvais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Mer 3 Oct 2018 - 22:07
Akane grimaça légèrement lorsque la jeune fille indiqua de ne pas se montrer violente. Elle prit la remarque pour elle. Effectivement, des gens pourraient être blessés et elle n'en avais pas l'intention. Mais on lui avait demandé d'agir, et elle l'avait fait... Et puis, elle n'avait lancé qu'un seul kunai et savait s'en servir depuis l'âge de cinq ans, donc il y avait peu de risques de blesser quelqu'un d'autre que le voleur. Elle ne bougea pas d'avantage, ayant fait ce qu'elle avait à faire : désarmer l'homme pour ne pas que la situation dégénère, et lui demander de rendre l'argent. Elle n'était pas en mission et décider de quoi faire n'était pas vraiment son fort. Surtout que les règles de Kiri étaient encore floues pour elle.

L'autre shinobi ayant l'air d'avoir la situation plus en main qu'elle-même, la métamorphe se retourna vers le comptoir pour prendre ses brochettes que l'homme lui tenait toujours. Il sursauta, visiblement occupé à observer ce qu'il se passait et ayant oublié ce qu'il tenait dans ses mains. Il bafouilla pour s'excuser, et Akane lui paya son dû en le remerciant. L'homme rangea la monnaie avant d'aller chercher le jus de fruits pour la seconde demoiselle. Il vint lui poser devant elle lorsqu'elle lança le porte-monnaie en l'air. Il bredouilla de nouveau, hésitant à lâcher le verre :


- « Mais... Vous ne pouvez pas me payer avec de l'argent volé ! »

Akane quant à elle observait l'étrange scène qui se déroulait à côté. L'argent retombant au sol avait eu le même effet qu'un signal : tous les passants qui avaient été volés – et même d'autres – se mirent à chercher leurs bourses où à ramasser les pièces. Le voleur quant à lui, semblait en ramasser aussi. Sauf qu'il était le seul à voir les siennes. Il donnait l'impression de se noyer dedans et y croyait vraiment. D'un point de vue extérieur, on aurait dit qu'il était fou. Mais la métamorphe ne s'y trompa pas : elle avait déjà vu ça. On faisait croire des choses inexistantes à une personne, qui, elle, les croyait réelles. Ce genre d'illusion pouvait affecter n'importe quel sens et était complètement malsaine. Imaginez : vous marchez le long du vide et on peut vous faire croire qu'il n'était pas là.

L'homme appelait au secours. Akane lança un coup d’œil à la ronde mais ne vit pas arriver la garde. Ils ne devaient cependant pas être loin car en écoutant bien elle put entendre quelqu'un indiquer leur direction. Elle se concentra de nouveau sur le voleur. Il semblait sur le point de se noyer réellement pour quelque chose d'invisible, et saignait même du nez. Elle se tourna brièvement vers la frêle jeune fille non loin d'elle, juste le temps de capter son regard. Cela lui confirma que ça venait d'elle. Akane n'était pas vraiment du genre à sympathiser ni à avoir pitié des gens. Toute sa vie, on ne lui avait appris qu'à se battre et à obéir aux ordres. Elle n'était devenue qu'une arme au service des autres. Mais il devait tout de même lui rester un morceau de cœur quelque part car elle n'allait pas laisser un homme se faire torturer sous ses yeux.

La kunoichi poussait la foule en s'avançant vers le voleur qui hurlait au sol, et s'accroupit à ses côtés. Puis elle arracha le kunai planté dans sa main. La douleur le fit sortir de l'illusion et il cligna des yeux quelques instants sans comprendre. Son cœur battait toujours la chamade et il avait du mal à reprendre son souffle. Ça n'était pas passé loin de la crise cardiaque. Elle se releva pour s'adresser à lui :


- « C'est le mien. »

Comme si elle devait se justifier d'avoir récupéré son kunai. Pas auprès de celui à qui elle faisait face, mais auprès de celle dont elle venait de couper la distraction. Quelle tête faisait-elle à présent que le supplice de l'homme était terminé ? Elle devait être furieuse. Mais Akane n'avait pas le temps de s'en préoccuper. Elle se tenait debout face à un homme à terre, blessé. Avec un kunai ensanglanté dans la main – et des brochettes dans l'autre -. Si elle ne voulait pas avoir à donner d'explications aux gardes qui arrivaient, elle devait bouger rapidement. Elle commença par essuyer le kunai sur son pantalon, avant de le ranger dans son étui. Ses vêtements étaient généralement noirs et rouges pour éviter que cela ne se voie. C'était déjà un bon début. Elle hésita ensuite. Devait-elle partir avant que la garde n'arrive ou les attendre ? Tout dépendait si elle avait quelque chose à se reprocher ou non...

_________________
Tenue de kunoichi:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Jeu 4 Oct 2018 - 17:27
Son acolyte du jour semblait faire le minimum vital, comme si déjà cela lui faisait un effort insurmontable. Cela lui allait bien à la jeune fille aux longs cheveux argenté, cela lui permettait avoir pleine mesure de ses actes aussi libre que c'était possible dans sa situation. Elle aurait très bien pu le mettre en pièce rapidement, mais on allait encore lui dire que c'était mal de tuer les habitants aussi. Quelles bandes de rabat-joie ! Elle était expérimentée malgré son jeune âge, et elle avait des capacités avancées bien que l'on l'affublait du titre de genin. Cependant, ce n'était pas à cause d'un manque de force quelconque, surtout à cause de manque de force moral. Quel chef digne de ce nom donnerait une quelconque responsabilité à une fille pareille ? C'était tout bonnement impensable, car elle était une irresponsable. Bon évidemment, cela ne se voyait pas immédiatement, seulement après quelques secondes.



Akane avait récupéré son dû, des brochettes, alors il n'y avait pas de raison qu'elle ne récupère pas une petite boisson de rien du tout pour la simple excuse que cet argent ne lui appartenait pas ! Pfffff ! Ridicule.



Datalia Madoka • « Voler... Tout de suite les grands mots, mais pas du tout ! C'est bob ! Il me devait de l'argent ! Du coup il me l'a rendu, donc tout va bien. »




Indiqua alors avec un grand sourire Madoka, essayant de faire bonne figure le temps d'avoir son jus de fruit. Dire que le verre était juste devant elle, il n'y avait que cette fichue main qui la gênait. Juste une petite main de rien du tout. Elle pencha la tête légèrement sur le côté en imaginant plusieurs manières inavouables pour que cette main dérangeante ne lâche son envie de la soirée. Elle venait simplement de lancer une technique capable de tuer quelqu'un, bon en même temps c'était son métier, on n'allait pas donner un médaille à un cuisinier réussissant à faire la cuisine. L'adolescente se fichait éperdument du sort du voleur, il pouvait mourir dans sa technique ou d'autre chose, elle dormirait parfaitement cette nuit. Ce ne serait pas le premier, ce ne serait pas le dernier. Par contre voir tout un tas de gens dit bien sur soi se battre et se jeter sur quelques pièces comme des morts de faim sur la misère du monde, cela l'amusait beaucoup. Descendre ceux de leurs piédestaux étaient quelque chose de vraiment gratifiant et s'apaisant pour la blanchette. Elle qui était reléguée à une personne déviante et potentiellement dangereuse, faire venir les autres à son niveau était un réel plaisir.



Akane ne s'était pas trompée, il s'agissait bien de manipulation, de tromperies par illusions. Heureusement qu'elle n'en était pas là cible, car généralement, il fallait identifier me vecteur de transmission. Rien vraiment ne semblait donner des informations en ce sens. C'étaient des tactiques jugées de lâches, pervers, en tout cas, une autre manière de tuer simplement à ses yeux. Ce n'était qu'un voleur minable, mais pourquoi devait elle se restreindre sous ce prétexte ? On était loin d'un terrible ninja dangereux pour la population, mais ce n'était pas certains pour autant que Madoka aurait tentée de le stopper. C'était surtout selon son bon vouloir. Le détrousseur de bourses appelait au secours dans son délire à cause des illusions, mais qui irait aider un voleur prit sur le fait ? Sans doute personne présent ici en tout cas. Elle était amusée de voir comme la morale filait très rapidement lorsque l'on était concerné directement. Il y avait plusieurs méthodes pour couper court à ce genre de technique, une autre pour briser l'illusion, mais il fallait être entraîné. Il était possible également de faire autant de blessures que la puissance de la technique de genjutsu, ou encore d'injecter la même dose de chakra que dépenser par la technique pour relancer le système circulatoire du chakra d'une manière normale.



Madoka, apparemment loin de penser une seconde au voleur, ou alors juste pour continuer d'alimenter en énergie la technique d'illusion, ce serait bête d'arrêter de jouer à le torturer, croisa le regard d'Akane et se contenta de sourire gentiment comme le ferait une petite fille. Elle avait eu une vie lourdes de conséquences et sans doute que les agissements et les réactions pouvaient s'expliquer de cette manière, mais était-ce réellement une excuse valable ? Sans doute que oui aux yeux de l'adolescente, mais eleo ne faisait que ce juger elle-même. Le fait d'obéir aux ordres ne faisait guère parti de son vocabulaire, ce n'était pas sa spécialité on pouvait dire sans risquer de se tromper. Madoka observa alors cette fille venir aider un inconnu et une personne mauvaise de surcroît. Elle laissa alors filer sa technique, comme si cette abnégation était louable, mais si innocente. Cela l'amusa tant que cela la fit sourire au coin de la bouche, alors qu'elle se tourna légèrement vers la scène. Elle n'y était pas allé à fond, ce n'était guère intéressant face à un minable de cette espèce, sinon la simple douleur de ce niveau n'aurait pas suffi. À ses yeux, elle était arrivée à ses fins, qu'il y passe ou non ne l'intéressait pas tellement, comme si son sang était aussi froid qu'un serpent.



Madoka se tourna alors d’avantage vers cette jeune femme qui l’avait empêché de s’amuser, elle allait bien devoir la distraire elle maintenant ! Elle se rapprochait outrageusement se son visage en se penchant par le bas, curieuse de regarder Akane, alors qu'elle n'avait guère de problème de vue. L'adolescente poussa du pied le voleur, car il était en plein milieu du passage et qu'il gênait fortement. Elle remarqua les regards de cette dernière vers la direction supposée des gardes. Elle s'était permise même d'essuyer le kunai, amusant. Comme si les passants n'allaient pas tout raconter.



Datalia Madoka • « Ils ne vont pas tarder à arriver, mais je ne ressent pas encore leurs présences. En tout cas, si tu veux leurs échapper, il va falloir filer rapidement héhéhe... »




Dit alors la blanchette en croisant les bras derrière la tête en gloussant.



Datalia Madoka • « Mais t'es qui toi ? Ta trogne ne le dit rien du tout, tu es une étrangère ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Ven 5 Oct 2018 - 16:50
Le marchand n'insista pas d'avantage lorsque la demoiselle en face de lui lui fournit une excuse. Bidon, certes, mais c'était une excuse. Et tant qu'il pourrait la ressortir si on lui demandait des explications, ça lui allait très bien. Non pas qu'il ne soit pas honnête, mais c'était plutôt qu'il tenait à la vie et à sa santé mentale. Le sort du pauvre « Bob » ne lui avait pas échappé. Il laissa donc le verre de jus de fruits à sa cliente, en lui rendant son sourire. La monnaie fut rapidement rangée derrière le comptoir. Puis il fit semblant de vaquer à d'autres occupations. Comme laver des verres déjà propres ou préparer d'autres brochettes, alors qu'il en avait déjà bien assez. Il n'était qu'un honnête marchand, et semblait visiblement ne pas vouloir être impliqué dans ce qu'il se passait dans la rue à côté de lui.

Akane se tourna vers Madoka lorsque celle-ci s'approcha pour la regarder. Elle ne semblait pas en colère, mais plutôt curieuse. La métamorphe n'apprécia pas vraiment qu'elle rentre ainsi dans sa bulle personnelle pour la regarder sous tous les angles, mais ne dit rien. Enfin, l’adolescente s'écarta alors pour lui adresser la parole. Il était vrai qu'elles ne s'étaient pas encore parlé, malgré qu'elles aient quasiment « combattu » côte à côte contre le voleur. Mais Akane n'était pas du genre bavard, donc ça ne la dérangeait pas. La jeune fille semblait elle aussi avoir certaines capacités sensorielles. Mais le temps qu'elles échangent quelques mots...


- « C'est trop tard. »

La phrase de la jeune fille la perturba. Devait-elle partir ? Avait-elle fait quelque chose de mal ? Était-elle censée agir différemment contre le voleur ? Avait-elle le droit d'utiliser des armes shinobis contre un civil ? La jeune fille aux longs cheveux blancs avait pour sa part utilisé des illusions. En quoi une arme serait-elle différente ? Mais elle doutait qu'elle ne soit un exemple. Pourvu qu'elle n'ait rien fait de mal ! Toutes ces nouvelles règles n'étaient pas encore assimilées, et elle ne voulait pas être jetée de Kiri. Elle n'avait nulle part où aller. Et sans la protection du village, elle devrait fuir son père à nouveau. Comme elle venait de le faire pendant plusieurs années. Cette perspective ne l'enchantait guère...

La voix de Madoka la sortit de ses pensées, dans lesquelles elle s'était plongée un peu trop longtemps. L’adolescente en face d'elle était pour sa part certainement originaire du village. Elle semblait connaître la plupart des habitants. Et eux la connaître en retour. Même son vendeur de brochettes habituel ne s'était pas trop fait prier pour prendre de l'argent volé. Akane lui répondit poliment.


- « Oui. Je suis arrivée il y a quelques mois. »

Juste après l'attaque, en fait. Mais elle évitait généralement de donner cette information, qui lui donnait tout de suite l'air louche aux yeux de son interlocuteur. Les gardes étaient enfin arrivés et s'étaient déployés autour de la foule. L'un d'entre eux s'approcha d'elles et releva le voleur, avant de lui croiser les mains derrière le dos. Un passant le lui avait indiqué. Le pauvre s'était remit de l'illusion mais il évitait de regarder Madoka.

- « Me laissez pas avec elle ! »

Un autre garde vint aussi vers les deux kunoichi.

- « Pouvez-vous me dire ce qu'il s'est passé, ici ? »

Deux autres interrogeaient les civils. Le voleur fut rejoint par un autre garde pour être emmené sous bonne escorte. Il se laissa volontiers emporter loin d'ici. Les cinq shinobis de la milice de Kiri savaient visiblement ce qu'ils faisaient et avaient rapidement prit les choses en main. Akane quant à elle, réfléchit par où commencer pour raconter son récit.

_________________
Tenue de kunoichi:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Dim 7 Oct 2018 - 15:53
L’invective que Madoka avait pu sortir au marchand sembla parfaitement fonctionner ! Pourtant, le voleur n’avait pas une tête de Bob, peut-être Edouard à la limite, et encore ! Comment cela c’était des prénoms non utilisés ici ? Le marchand n’avait rien dit non ? Alors cela voulait bien dire que la demoiselle avait une grande faculté de tromperie ! Très fière, elle bomba le torse en remontant sa poitrine comme si elle espérait recevoir une médaille pour service rendu, mais non, rien de cela. Par contre, elle avait réussi à récupérer un jus de fruit gratuit, qu’elle avait tout de même payé. Oui évidemment, dit comme cela, c’était une phrase étrange, mais on était dans sa tête non ? Disons que c’était assez rare que les marchands qu’elle côtoyait finissaient avec vraiment plus d’argent qu’avant son passage.

L’adolescente avait choisi de ne rien faire du tout au marchand, il était sympa au final, mais bon, elle arrêtait tout de même un grave et dangereux malfaiteur. Une récompense pour service rendu, c’était normal non ? Dans toutes les quêtes, il y avait des récompenses ! Elle cacha donc mentalement la case « arrêt d’un voleur à la tire » dans sa todo liste. Qu’il était gratifiant de faire son devoir et de se dire que la ville dormirait plus calme et plus juste qu’hier ! Bon, blague à part, Madoka récupéra une paille pour la fourrer dans le verre. Elle souffla dans sa paille afin de faire des bulles dans son jus de fruit, la base. Le bruit était apaisant, cela la fit sourire et même rire légèrement. Très consciencieux, le marchand lavait le mieux possible ses verres propres, quand même, cette abnégation dans son travail ! C’était beau. Cela lui disait également que c’était un très bon endroit ici, l’hygiène c’était important. Il devait assez en voir de toutes les couleurs pour risquer quoi que ce soit à son âge.

Lorsqu’Akane se rapprocha de sa personne, l’adolescente lui sourit doucement alors qu’elle profitait de son jus de fruit chèrement gagné. Elle lui sourit doucement de satisfaction, comme un chat en plissant légèrement les yeux. La jeune femme n’avait pas vraiment répondu à sa question, si elle ne désirait pas se présenter, ce n’était pas bien grave.

Datalia Madoka • « Je vais t’appeler …. Kiki ! Kiki la petite souris ! Je trouve que cela te va parfaitement bien au teint ! Alors du coup, pourquoi tu es là ? Ha bha je suis bête, manger des brochettes évidemment ! Elles sont bonnes ? Ca ne te dirait pas de m’en offrir ? »


Demanda alors totalement sans gêne l’adolescente, tandis qu’elle prenait un regard larmoyant en regardant Akane. Elle avait pris sa pose de jeune fille abandonnée, mais cela ne marchait pas très souvent, il fallait bien l’avouer. Elle releva la tête légèrement en se forçant à avoir des larmes aux yeux, hochant la tête doucement.

Datalia Madoka • « Ha bha oui dis donc ! C’est vrai ça, c’est trop tard … Bon … »


Madoka se tourna alors pour prendre une bonne rasade de jus de fruits, comme si cela pourrait bien être le dernier avant un moment. Elle laissa le verre sur le comptoir, alors qu’elle se tourna en direction du voleur à terre, qui ne risquait pas d’aller très loin dans son état, un peu perdu. Si jamais la main sanglante du voleur par le kunai d’Akane était visible, ses propres exactions contre le voleur n’avaient laissé aucune trace quant à elles. La blanchette voyait bien qu’Akane semblait se poser des questions, elle en sourit même. Elle n’avait pas autant de tact et d’amour propre pour hésiter à utiliser un moyen ou un autre tant qu’elle en sortait gagnante.

Datalia Madoka • « Ha oui je vois, enfin en même temps, ce village existe depuis peu de temps, mais tu n’as pas l’air du coin. Cela se voit. Moi je suis née dans la région, et je n’en suis jamais parti hehe, mais ne t’en fais pas, je vais t’aider. Tu peux compter sur moi. »


Dit alors Madoka avec un grand sourire. A la seconde où les gardes arrièrent sur la petite place sautant de toits en toits afin de rapidement arriver sur les lieux. Elle se releva de son siège et accourut alors vers le garde le plus proche en larmes et apparemment très choquée. Elle jouait parfaitement la comédie, mais ce n’était pas comme si l’adolescente avait été formée pour cela de toute manière. Elle semblait renifler légèrement, en larmes, presque paniquée. C’était bien pour cela qu’elle avait bien bu. Elle se blottit alors contre le garde, qui un peu perdue l’avait simplement prit dans ses bras, surpris.

Datalia Madoka • « Hoooo c’est terrible messieurs les gardes ! Ce type, il était en train de faire les poches de tout le monde, mais personne ne l’avait remarqué ! Sauf évidemment, cette gentille dame là-bas ! Elle n’a pas hésité ! Ni une ni deux …. Paf ! Elle a lancé un kunai dans la main du méchant voleur et elle la maitrisé comme un rien ! C’est elle notre justicière ! C’est elle qui faut remercier ! L’argent volé il est par terre, c’est pour cela que tout le monde était en train de le ramasser, dans la bagarre, tout est tombé ! »


Madoka semblait toute tremblante, un peu apeurée. Bon, elle avait surtout envie de boire un petit coup de son jus de fruit, cela lui manquait sur le coup. Qui avait vraiment pu voir sa puissante technique de vent à part Akane ? Sans doute personne, et elle était la seule à avoir compris pour la technique de genjutsu. Qui irait écouter les délires d’un voleur sans doute déjà connu des forces de sécurité de Kiri ? La jeune fille aux longs cheveux d’argent avait décidé de rendre Akane comme l’héroïne de ce moment. Elle n’était pas faite pour les lumières des grands soirs, les médailles ou même les tapes dans le dos. Non, elle s’était surtout les tapes sur les doigts.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Dim 7 Oct 2018 - 22:00
Contrairement à Akane, la jeune fille se trouvant en face d'elle semblait être du genre bavarde. Elle lui posa différentes questions auxquelles elle n'eut pas le temps de répondre à cause de l'arrivée des gardes. Elle lui donna aussi un surnom. Une souris, c'était plutôt étrange lorsqu'on savait qu'elle n'était en réalité qu'un gros chat. Mais comme personne ne connaissait son secret, l'adolescente ne pouvait pas le deviner. Puis elle lui demanda si elle pouvait lui offrir des brochettes, alors qu'elle ne la connaissait même pas. Elle la tutoya aussi, chose que la métamorphe ne faisait pas, surtout avec des inconnus. Une méthode comme une autre pour tenir les autres à l’écart. Puis elle la regarda étrangement, presque tristement, pour espérer avoir ce qu'elle désirait. Et elle lui raconta aussi des choses qu'elle ne lui avait pas demandées.

Devant l'attitude de Madoka et son innocence d'enfant, elle ne put s'empêcher de répondre à son sourire. Et son visage toujours fermé et neutre s'ouvrit à son interlocutrice. La jeune femme aux cheveux couleur corbeau avait cette étrange impression de discuter avec une enfant. Même si discuter était un bien grand mot puisqu'une seule d'entre elles faisait la conversation. Akane était plutôt du genre réservée, et se contentait la plupart du temps d'observer. Sauf que celle en face d'elle n'était pas une enfant, mais une adolescente. Fluette, certes, mais une adolescente. Et plutôt puissante, à en juger de ce qu'elle avait pu voir jusqu'à présent.

Et, alors que Akane réfléchissait à quoi répondre au garde, elle n'eut soudain plus besoin de le faire. Madoka avait prit les choses en main. Elle lui avait dit de ne pas s'en faire et qu'elle allait l'aider. C'est ce qu'elle fit. Elle changea brusquement d'attitude, et prit une parfaite pose d'enfant malheureuse. Il était vrai que dans les bras musclés du garde, elle faisait encore plus fragile physiquement. Elle jouait parfaitement son rôle. Et elle indiqua à peu près au garde ce qu'il s'était passé. Mis à part ses propres actions. Elle s'incluait dans la scène comme une simple spectatrice. La métamorphe était une femme de l'ombre, et n'avait pas vraiment l'habitude d'être poussée dans la lumière comme ça. Gênée, elle hocha la tête pour confirmer lorsque l'homme se tourna vers elle pour lui demander si ça c'était bien passé comme ça. Il se pencha alors vers l'enfant qu'il avait dans les bras :


- « Merci à toi petite pour ton témoignage. Ne t'inquiète pas, ça va aller maintenant. »

Les témoignages des autres passants et même du marchand semblaient concorder. Les gardes disponibles se détournèrent d'elles en les remerciant pour disperser la foule. L'argent fut redistribué à leurs propriétaires. Il n'y avait plus rien à voir. Puis l'un d'entre eux revint dans leur direction, un petit carnet ouvert dans la main.

- « Il était recherché depuis un moment celui-ci, jolie prise ! Merci de votre aide ! »

Il était tourné vers la jeune panthère et lui souriait chaleureusement. Elle se détourna, honteuse.

- « Je n'ai pas fait grand chose. »

Il prit ça pour de la modestie et émit un petit rire. Il regarda son collègue qui tentait de se détacher de Madoka.

- « Tout est sous contrôle, on peut y aller et remettre notre rapport. »

Akane lança un coup d’œil à son tour à la jeune fille aux cheveux d'argent. Certes, elle avait prit du plaisir à quasiment torturer un homme. Mais d'un autre côté, c'était elle qui avait arrêté le voleur. Pour sa part, elle n'avait agit que lorsqu'il avait sorti son couteau. Et sous l'insistance d'un tiers. Donc, ça aurait dû être à elle de recevoir les honneurs. Mais si elle parlait d'elle, elle devrait avouer qu'elle avait volé de l'argent et usé d'une illusion sur quelqu'un ne disposant pas de chakra.

- « Attendez ! C'est quand il s'en est prit à cette enfant que j'ai voulu faire de mon mieux pour l'aider. »

Elle leur tendit un de ses sourires fait sur mesure, qui ne montait pas jusqu'aux yeux :

- « Vous pourrez aussi en parler dans votre rapport ? Elle a été très courageuse ! »
- « D'accord, si ça vous fait plaisir. »
- « On ne peut rien refuser à notre héroïne du jour, hein ? »


Le second à avoir prit la parole s'écarta légèrement de Madoka pour la regarder d'un air entendu. Il lui fit même un clin d’œil. Puis il s'écarta complètement d'elle et ils repartirent tous comme ils étaient venus : sur les toits.

_________________
Tenue de kunoichi:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Lun 8 Oct 2018 - 12:14
Le fait que son interlocutrice ne disait rien n'était pas du tout un problème pour Madoka, qui avait généralement bien assez de conversation pour deux personnes. Cela lui permettait également de pouvoir faire les questions et les réponses lorsque cela l'arrangeait. Elle n'avait pas donné son nom, alors il fallait bien lui en donner un. Celui choisi était plutôt gentil par rapport à d'autres qu'elle avait en tête, mais comment voulez-vous vous engueuler avec une personne qui ne disait rien de toute manière ? L'adolescente avait de cela, un côté enfant de dix ans sans doute, mais avec des capacités d'assassin qui heureusement qu'elle n'utilisait pas à tout bout de champ. Elle apprécia le sourire qui se dessinait sur le visage d'Akane, c'était de la part de la femme un très grand cadeau et elle en était consciente. Elle pouvait très bien être gentille et douce dans ces bons jours, comme espiègle, capricieuse ou encore parfaitement mauvaise, mais Akane ne lui avait rien fait de particulier, et elle se faisait plus agréable comme dans ses bons jours.

Tellement habituée à mentir en permanence, Madoka faisait cela d'une manière si naturelle et de bonne qualité lorsque c'était vraiment important. Elle n'avait pas fait tellement grand-chose de mal de son côté, même si attaqué un civil à coup de genjutsu potentiellement mortel était limite, mais surtout, elle préférait ne pas attirer l'attention sur elle. Si jamais Akane jouait le jeu à devenir une petite héroïne du moment, ben quoi ? Ce n'était qu'un voleur à la tir ! Elle n'avait pas empêché une invasion ou sauver la vie du kage ! Elle pourrait très bien être gratifiée et comme elle ne disait rien ou presque, cela passerait sans doute crème. La blanchette commençait à être connue pour ses frasques, mais pas de tout le monde, heureusement, et ce n'était pas comme si elle n'était qu'une genin tout ce qu'il y avait de plus basique. Akane venait de hocher la tête validant ainsi simplement tout ce qu'elle venait de dire, et cela n'allait pas être les passants qui pourraient dire autre chose. Ce qu'elle avait dit était crédible, aucune preuve concrète n'était présente. Ce n'était qu'une affaire de vol, les gardes n'allaient sans doute pas enquêter pendant des heures non plus.

Datalia Madoka • « Mer.... Merci beaucoup monsieur le garde... J'ai eu peur ! Mais heureusement qu'elle était là la gentille dame. »


Dit alors Madoka avec une petite voix entrecoupée de respirations rapides comme si elle tentait de se remettre moralement de la situation. Elle sourit tendrement au garde comme le ferait une petite fille avant de revenir à moitié en courant jusqu'à Akane. Cela lui ferait toujours une petite gratification pour la suite de ses aventures à Kiri, même si c'était simplement à moitié vrai. Le marchand aurait très bien pu changer la donne, mais qu'elle aurait été son avantage sur le coup ? Il avait déjà accepté l'argent volé, alors cela serait difficile de revenir en arrière. Un des gardes vint même félicité Akane pour son action d'avoir arrêté ce type apparemment recherché. Elle en profita pour revenir sur son jus de fruit qu'elle but toujours à la paille. Une fois que les gardes s'éloignaient de la scène de crimes, Madoka s'essuya les yeux pour faire disparaître les larmes véritables, qui avaient coulées. Une parfaite comédienne vous avais-je dis. Elle s'installa sur son siège en agitant les jambes dans le vide, toute contente de la soirée pour le coup. Elle se permit même de chantonner doucement le verre entre ses deux mains. Ils se retrouvèrent alors justes à trois, elle, Akane et le marchand.

Tel un fauve, Madoka aimait jouer avec sa proie. La sorte de jeu pervers, fourbe, où pourquoi ne pas jouer avec sa proie, alors qu’elle était faible et vulnérable. C’était amusant de la voir s’agiter, tenter de survivre et la regarder mourir. Elle avait fait bien pire dans sa vie, mais cela restait heureusement non visible à l’œil nu, sauf pour ceux qui avaient le gout du sang déjà en bouche. Les personnes dites gentilles, pour la justice, ne devaient pas s’amuser à faire plus de mal que d’à-propos à ceux qui ne le méritaient pas. C’était sans doute là que l’on voyait la différence entre le bien et le mal, mais ne demandez pas à Madoka son avis, ce serait une bien mauvaise idée. Elle était déjà connue des services de la sécurité, jamais accusé, mais fortement soupçonner. Il y avait toujours un doute entre le côté bon et mauvais de cette adolescente. Elle tourna légèrement la tête en entendant Akane tenter de lui mettre un peu de projecteur sur sa personne en même temps. Elle en sourit et elle regarda alors sa camarade.

Datalia Madoka • « Tu sais, moi les honneurs, m’en fiche, mais c’est gentil quand même. Tu viens d’arriver, tu es une étrangère, j’imagine que ça doit être bien de partir d’un bon pied. A Kiri, il y a toujours de l’animation, tu verras. On s’ennuie jamais. A force de se faire envahir tout le temps par tout le monde, il y a tout plein de jouets qui viennent nous voir ! Et ça c’est top ! Mais, tu es venue ici pourquoi faire exactement ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Mar 9 Oct 2018 - 23:40
Alors que Akane tentait de se dépêtrer d'une situation gênante – c'est à dire, recevoir des honneurs - , Madoka la surprit une nouvelle fois. L’adolescente aurait pu être actrice dans une autre vie. Elle incarnait tour à tour l'innocence et la sagesse, la faiblesse et la force. Elle était une énigme à elle seule. Il était impossible de savoir quelle partie d'elle la définissait le mieux. Elle semblait être tout cela à la fois. Ça aurait dû être impossible, et pourtant !

La jeune fille qui quelques minutes plus tôt pleurait dans les bras du garde, s'adressa à elle avec assurance. Ses mots sonnaient juste. Akane nota dans un coin de sa propre tête que son interlocutrice avait parlé de « jouets ». Il n'était pas facile de cerner la demoiselle, mais ça donnait une certaine indication. Et elle comprit que le voleur avait fait partie du lot. Était-elle le prochain ? Il ne lui semblait pas ressentir une quelconque hostilité de sa part, donc ça n'en avait pas l'air. De nouveau, elle lui posait une question. Et la métamorphe décida de lui dire la vérité.


- « Je me cache. »

N'ayant aucune idée si elle devait lui parler comme à une enfant ou comme à une adulte, elle opta pour la seconde option. Malgré certaines réactions, elle semblait plutôt mûre. Et apte à comprendre certaines choses. Les gardes étant partis, elles pouvaient discuter comme elles le voulaient. Elle s'avança pour venir à côté du comptoir et se rapprocher de son interlocutrice. Ce qui lui éviterait d'avoir à élever la voix pour s'entendre.

- « Quelqu'un m'en veut, alors je reste à l'abri ici. Le temps de prendre assez de forces pour pouvoir lui botter les fesses. »

Elle posa sa viande sur le comptoir, pour ne pas avoir à la porter bêtement dans la main, comme elle le faisait depuis de longues minutes.

- « Et pour ça je dois m'investir le plus possible dans Kiri. Pour m'améliorer, et me rendre utile. »

Akane sembla se perdre dans ses pensées quelques instants. Puis elle se reprit, et changea complètement de conversation. Le temps des confessions était visiblement terminé :

- « Merci pour le coup de main. »

Le marchand les regardait distraitement tout en faisant ce qu'il avait à faire. Akane l'avait regardé après avoir remercié la jeune fille, car ça s'adressait également à lui. Il lui répondit d'un hochement de tête. Il n'avait pas contredit l'histoire de Madoka. Par commodité ou autre chose ? Elle n'en savait rien et s'en fichait un peu pour le moment, à vrai dire. Akane reporta son attention sur Madoka, et lui tendit un mince sourire :

- « Quel goût, la brochette ? »

Elle la laissa passer sa commande au marchand, qui semblait heureux d'avoir des clientes. La rue était devenue étrangement calme après l'agitation qu'il y avait eue un peu plus tôt. La jeune fille lui avait demandé plus tôt si elle pouvait lui en offrir une, elle avait désormais sa réponse. Car Akane sortit de nouveau sa bourse afin de payer la commande de son héroïne du jour.

_________________
Tenue de kunoichi:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Jeu 11 Oct 2018 - 16:30
Madoka elle-même ne savait pas trop ce qu'elle était, ce qu'elle devrait être au final, ce que l'on attendait d'elle, mais il fallait dire qu'elle avait l'étrange faculté de n'être jamais vraiment ce que l'on cherchait d'elle. Comme si l'adolescente était une rebelle jusqu'au bout, elle ne faisait que ce qui lui tenait à cœur, et éloigner la sécurité du village d'elle tout en gratifiant une nouvelle venue étaient une bonne chose. Elle se sentait une étrangère à ce monde, alors elle n'était pas si éloignée d'Akane au final. La blanchette allait elle se jouer de son interlocutrice, elle ne le savait même pas encore, mais cela pouvait changer à tout moment. Tel un félin lorsqu'il voyait sa proie courir, l'envie irrépressible de lui courir après pour l'abattre. Pour le moment, elle semblait bien aimer l'autre féline, elle en trouvait un bon attrait. Elle ne pourrait dire pourquoi, mais c'était ainsi. Peut-être avait-elle été une Akane dans une autre vie ? Quoi qu'il en soit, c'était sans doute une bonne chose.

Datalia Madoka • « Tu te caches ? Ha ? Hihihihi ! Ben tu es pas douée alors, parce que je t'ai trouvé ! Chat ! »


Dit alors la jeune fille aux longs cheveux d'argent en gloussant comme une gamine, alors qu'elle lui toucha le bras comme si elles jouaient à cache-cache. Elle semblait d'être totalement à l'ouest, un petit peu trop détachée de tout sans doute. Akane avait été très honnête et ouverte, alors qu'elle parlait à une quasi inconnue. Cependant, ce n'était pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Madoka en avait les larmes aux yeux, elle passa même le revers de sa main le long de son œil afin d'essuyer une larme de rire. Bien souvent, elle avait comme des réactions d'enfants, un peu comme si son esprit était resté dans la petite enfance, ou qu'il n'avait jamais réussi à grandir et s'épanouir. Elle battait des pieds dans le vide assise sur la chaise haute, toute contente. Elle tendit l'oreille en regardant Akane un sourire aux lèvres, alors que cette dernière s'ouvrait encore un peu davantage à son problème.

Datalia Madoka • « Quelqu'un t'en veux hein ? Alors... Il faut le manger ! Héhéhe ! Tu cours te cacher ? Ce n'est pas le genre que tu dégages pourtant. C'est qui ce type ? Moi aussi il y a bien des gens que je voudrais croquer, mais ça va venir... Il faut devenir très forte, plus forte que tout le monde et après seulement tu pourras choisir ton destin, sinon, ce sera d'autres qui le feront. Souviens t'en ! »


Dit alors simplement avec un regard mauvais Madoka en se tapotant elle-même son front en hochant la tête d'un regard entendu vers Akane. Elle semblait avoir des idées très arrêtées sur la question, même si elle n'avait fait qu'entrebâiller la porte à qui désirait la franchir. Elle se tourna pleinement en face de cette jeune femme en penchant la tête sur le côté. Elle semblait la regarder de haut en bas, analysant son chakra. Ce n'était pas comme si elle était une sensorielle.

Datalia Madoka • « Je comprends, tu espères ne pas te faire virer d'ici, devenir forte pour le tuer. Il t'a fait quoi ? Il t'a pris quoi ? »


Demanda alors la kunoichi d'un regard détaché à son interlocutrice. Elle comprenait parfaitement dans quelle situation se trouvait Akane. Heureusement pour elle, l'adolescente n'était guère attachée aux pays, à Kiri ou à quoi que ce soit au final. Elle ne regarderait donc pas à mal cette situation et vision des choses. Elle haussa les épaules légèrement.

Datalia Madoka • « De rien ! J'ai toujours tendance à attirer les regards sur moi, et ceux de la garde ne m'intéresse pas tellement. »


Dit alors Madoka totalement ouverte et sans filtre, comme à son habitude au final. Un type comme le marchand devait entendre beaucoup de choses, et il valait mieux pour lui qu'il ne garde tout ceci pour lui évidemment. Il le savait et il le faisait sans doute très bien. Valider ou non la petite histoire de la blanchette était assez innocent au final, il n'y avait pas eu mort d'homme grâce à Akane au final, car seul les kamis pouvaient savoir si vraiment elle se serait arrêter à temps. Elle se jetait sur la brochette comme la famine sur le monde. Elle ne semblait pas avoir mangé depuis longtemps ou alors elle était terriblement gourmande. Ce fut alors avec ma bouche pleine qu'elle répondit à Akane.

Datalia Madoka • « Elle est shuper bonne ! »


Répondit alors Madoka avec jn grand sourire et des étoiles dans les yeux. Elles étaient enfin débarrasser des parasites et autres personnes qui traînaient dans la rue proche, et c'était très bien. Elle préférait largement l'intimité, à moins qu'elle fût trop habituée à la solitude depuis bien trop longtemps. Elle fut très raisonnable en tout cas en commandant une seule brochette, comme si elle pouvait être gênée qu’Akane ne paye. Pourtant, elle était capable de faire bien pire que ça envers quelqu’un ou d’arnaquer purement ou simplement. Elle ne goutait pas son plaisir quoi qu’il en soit.

Datalia Madoka • « Tu as déjà fait des missions ? C’est quoi tes spécialités pour le combat ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Ven 12 Oct 2018 - 15:10
Madoka eut une réaction plutôt enfantine lorsque Akane lui indiqua qu'elle se cachait. Mais concernant la suite, elle avait tout à fait raison. Il lui fallait devenir plus forte, toujours plus forte. C'était le seul moyen pour elle de se libérer complètement de cet homme qui la poursuivait. Car même si pour le moment il la croyait morte, un jour ou l'autre il apprendrait que c'était faux. Alors, qu'elle se trouve à Kiri ou non, elle serait de nouveau en danger. Pour le moment elle ne pouvait que prendre toutes ses précautions en attendant de pouvoir en finir une bonne fois pour toutes. Si c'était possible... Serait-elle seulement un jour assez forte pour pouvoir affronter son père ?

La jeune fille en face d'elle dévorait avec avidité la brochette commandée. Elle ne semblait pas avoir mangé depuis longtemps. Akane se demanda si c'était pour cela qu'elle semblait si mince ? Mangeait-elle à sa faim ? Elle disposait de plusieurs facultés de kunoichi pourtant, et il suffisait de faire des missions pour être payée, non ? Elle n'avait aussi pas hésité à voler. Parlait de tuer quelqu'un comme s'il s'agissait d'aller faire une course. Et évitait les gardes, comme elle venait de le confirmer. Peut-être qu'elle n'était qu'une gamine perdue qui vivait comme elle le pouvait. Une gamine avec le corps d'une adolescente. Livrée à elle-même ?

Celle ci lui posa de nouveau différentes questions. Plutôt pertinentes. Comme si elle passait de l'enfance à l'âge adulte en un clin d’œil. Akane qui était restée debout jusque là prit place sur un siège à côté d'elle. Le marchand semblait ne pas écouter leur conversation, mais elle observait ses réactions. Qui pouvait lui garantir qu'il n'était pas un espion ? Elle était peut-être paranoïaque mais c'était grâce à ça qu'elle avait réussi à survivre jusqu'ici. Elle réfléchit, cherchant une réponse convenable sans entrer dans les détails. Que pouvait-elle lui répondre ? Qu'il avait tué sa sœur ? C'était le cas, mais ce n'était pas le genre de chose que l'on confiait à quelqu'un qu'on venait de rencontrer.


- « Il m'a utilisée. Et quand j'ai commencé à me poser des questions, il s'est dit que je ne lui était plus utile. »

Devait-elle lui dire qu'elle l'avait cru et suivi durant quinze ans ? Qu'elle lui avait fait confiance tout ce temps là ? Il avait prit soin d'elles deux à sa manière. Et en échange elle avait accompli toutes les tâches qu'il lui donnait. Sans aucune notion du bien et du mal...

- « J'ai quelques aptitudes en furtivité. Je me débrouille aussi au corps à corps et avec des armes. »

Elle savait traquer une proie, la surprendre tapie dans l’ombre et l'égorger. L'espionnage et le vol de documents étaient aussi dans ses cordes. On l'avait élevée pour ça. Tout ce qu'il fallait à quelqu'un pour monter un réseau de trafic sans se faire prendre, et en retirer une certaine réputation, en somme. Il avait trouvé deux gamines perdues avec quelques aptitudes, et les avait recueillies dans ce but. Elle avaient eu une confiance aveugle en lui. Une aubaine pour quelqu'un dans son genre !

- « J'ai pu faire quelques missions, oui. Je suis arrivée peu après l'attaque. Du coup il y a eu pas mal de choses à faire. Trouver des survivants, reconstruire. J'ai pu m'occuper. »

Même si ce n'était pas vraiment le genre de choses dont elle avait l'habitude. Discuter avec les habitants et aider était quelque chose de bien différent que ce qu'elle avait fait jusque là.

- « Et toi ? »

La question était vague, mais Madoka semblait du genre bavarde. Elle dirait ce qu'elle avait envie de dire. Akane était curieuse de savoir ce qui l'avait amenée à être comme ça, mais ne voulait pas pour autant lui poser de question trop directes ou intrusives. Cette adolescente aux cheveux argentés l'intriguait.

_________________
Tenue de kunoichi:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Lun 15 Oct 2018 - 8:45

Madoka voyait bien que le type qui poursuivait Akane devait être fort ou en tout cas dans sa tête. Était-il seulement un ninja ? Un combattant ? Ou est-ce son souvenir qu'elle ne craignait ? Et puis comment cet homme pourrait poursuivre Akane dans le village ? Ce ne serait pas très crédible. Elle imaginait en tout cas qu'elle souhaiterait affronter seul ce danger et ne pas compter sur d'autres. L'adolescente n'avait pas réalisé que c'était son père, mais était-ce vraiment un souci ? Morale peut-être. Elle avait perdu sa famille étant toute petite, ou en tout cas plus petite que maintenant, est-ce qu'elle en serait capable ? Elle rêvait plus qu'autre chose d'avoir des parents, avoir un lieu où vivre, alors delà à les tuer...



Madoka avait plusieurs signes de grave carence, très maigre, un peu pâle, et il ne valait mieux pas admirer le nacre de sa peau tant elle était parsemé de cicatrices d'anciennes blessures. Elle avait tellement été privé de tout pendant des années et des années durant son enfance. Elle était plus petite, mais peu importe. La jeune fille aux longs cheveux d'argent semblait être habillée de vêtements simples et plus usuels que réellement fantaisies. Akane semblait vraiment commencer à comprendre le souci ou la manière de vivre de l'adolescente. Maintenant qu'elle avait dévoré rapidement la moitié de la brochette, elle s'amusa à machoner les morceaux de viandes restant plus par amusement qu'autre chose.



Datalia Madoka • « Ha ouais je vois, le mec te trouvait utile jusqu'au moment où tu posais trop de questions. Du coup tu as fuis sa colère, et lui pendant ce temps là, il va récupérer une autre fille à utiliser. Dans la rue, il y en a plein. Mais du coup, pourquoi il te poursuivrait toi plutôt qu'une autre ? Il a besoin d'une lame affûtée à son service ? »




Demanda alors Madoka toute en innocence pour le coup, mais on pouvait avoir l'impression que c'était comme si elle parlait par expérience. Elle observait cette fille assez sympathique, très réservée, voire secrète si on puit dire. Elle ne devait pas pouvoir se sentir en sécurité si jamais elle se sentait traquée. Ce sentiment en permanence pouvait peser, alors elle se sentir obligée de parler d'elle comme pour montrer qu'elle avait raison de se confier et de faire confiance.



Datalia Madoka • « Jai l'impression que cela fait longtemps maintenant, mais il fut un temps quand j'étais toute petite j'avais une famille. Papa et maman se sont fait tués par des bandits, poussés au désespoir par Kiri qui cherchait à pacifier la région. Quand à moi, afin que je serve à quelque chose, les brigands ont pris les enfants et les femmes. J'ai fini dans une arène de combat où je devais tuer des enfants de mon âge pour survivre et amuser ceux qui venaient regarder. Le seul souci, c'était que j'étais douée. Si douée que j'ai eu le droit à une paillasse, à une prison plus grande et d'autres trucs. Cela dura des années jusqu'à ce que les grands héros ont fini par arriver jusque là et on découvert une fille avec un grand potentiel. Voilà pourquoi je suis ici. Ils m'utilisent et moi aussi. Tout le monde est content, j'imagine. »




Dit alors rapidement l'adolescente avec un regard un peu vague dans le lointain en repensant à ce moment. Cette grande partie de sa vie, qui avait tant encore d'influence sur elle. La kunoichi écouta alors les capacités d'Akane en hochant la tête et si à part quelques détails, elles étaient assez similaire l'une et l'autre. S'en était amusant, mais était-ce pour cela que le courant passait si bien ? Elle afficha un large sourire lorsqu'Akane évoqua l'attaque sur Kiri, elle semblait être parfaitement heureuse avec cet événement.



Datalia Madoka • « Haaaaa ! L'attaque de Kiri ! Quel bonheur ! Je pouvais me lâcher autant que je voulais ! Aucune limite ! Tu as manqué quelque chose tu sais ? »




Dit alors la jeune fille comme si elle semblait prendre un certain plaisir dans la violence apparemment, mais ce n'était certainement pas vain. Un court instant, une sombre aura meurtrière apparut avant de disparaître se remémorant le bon vieux temps.


Datalia Madoka • « Moi ? Ho ben... Je combats à distance à l'aide de vent et d'illusion principalement, mais je sais également être discrète lorsqu'il le faut. Tu verras, il y a de quoi bien s'amuser ! »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Lun 15 Oct 2018 - 14:21
Les paroles de Madoka étaient toujours aussi directes, et pertinentes. Akane frissonna lorsque l'adolescente avait évoqué la possibilité que Tatsuzô utilise un autre enfant. Elle n'y avait pas encore songé, mais cela était très probable. Les avait-elles remplacées, sa sœur et elle ? Avait-il trouvé une autre gamine à manipuler ? Avait-il emmené quelqu'un d'autre dans la pièce ? Cette simple pensée lui donna des sueurs froides. Elle ne le souhaitait à personne, et surtout pas à un enfant.

- « Parce que je sais des choses. »

Elle connaissait certains contacts, son mode opératoire. Elle savait aussi ce qu'elle avait fait pour lui. Ce qu'elle avait dû voler, ceux qu'il lui avait fait tuer. Et il l'avait cherchée durant tout ce temps non pas pour la récupérer, mais bien pour la faire taire. Akane écouta le récit de Madoka. Elle en parlait si librement ! Et semblait si détachée de ce qui lui était arrivé. Son histoire faisait écho à la sienne. Une mère assassinée, puis recueillie enfant pour ensuite servir d'arme à quelqu'un. Non pas pour l'amuser mais pour lui faire gagner en influence. Enfermée dans la pièce lorsqu'elle désobéissait ou qu'elle avait échoué la tâche demandée. Et puis, par la suite, récompensée quand elle faisait ce qu'il demandait sans discuter. Et toutes les deux avaient échoué à Kiri.

Elles avaient sensiblement vécu la même chose, mais pourtant Madoka en parlait plus facilement qu'elle. Même à une inconnue. La tornade argentée avait franchi un cap qui était encore loin pour la métamorphe. Elle n'en était pas sortie pour autant : en prouvaient ses yeux qui pétillaient lorsqu'elle parlait de faire du mal aux autres. Pourtant, Akane ne la jugea pas pour ça. Et encore moins lorsqu'elle dit être contente de pouvoir se lâcher sans aucune limite. Elle comprenait parfaitement ce qu'elle voulait dire, et compatissait avec Madoka. Akane hocha la tête pour approuver. Elle non plus ne pouvait pas se lâcher. Elle ne pouvait pas lâcher cette partie d'elle qui était une bête sauvage. Alors elle la cachait. Et devait se contrôler en permanence. En particulier lorsque les émotions fortes la submergeaient. Surtout la colère. La bête surgissait lorsqu'elle était en colère, et en voulait à quelqu'un. Ou lorsque son esprit était sur le point de céder, d'être brisé.

La jeune fille maîtrisait aussi le vent, mais d'une façon différente d'elle. Elle confirma ce qu'elle avait vu quand le voleur avait mordu la poussière. Et aussi lorsqu'il avait manqué de se noyer dans des choses invisibles. Quant à la discrétion, elle n'y aurait pas pensé en la voyant. Par contre, en sachant son histoire... Elle avait certainement dû essayer de se faire toute petite, de se fondre dans les ombres pour se faire oublier. N'était-ce pas ce que l'on faisait lorsque l'on voulait être tranquille ? Quand on ne voulait plus recevoir les coups qui pleuvaient ? La métamorphe se tourna vers elle en lui tendant un sourire sincère.


- « Merci de m'avoir parlé de toi. »

Elle lui avait raconté son histoire, bien qu'elle soit une inconnue, et c'était quelque chose de précieux. Akane n'avait aucune idée de l'attitude de Madoka avec les autres, mais elle était touchée que l'adolescente se soit confiée à elle, bien que rien ne l'y obligeait. Cette pensée l'amena à une autre idée. Elle avait dit qu'on pouvait s'amuser, mais pour le reste...

- « Est-ce que tu es bien, ici ? Tu as des amis ? On te traite bien ? »

Puis, en la voyant mâchonner sa viande, elle poursuivit :

- « Tu veux commander d'autres brochettes ? On peut les emporter pour les manger plus tard. C'est ce que je fais. »

Et, alors qu'elle finissait sa phrase, elle se rendit alors compte qu'elle avait tutoyé d'emblée l’adolescente dont elle ne connaissait toujours pas le nom. Chose qu'elle ne faisait jamais, à part avec des enfants. Mais la tornade argentée n'était pas une enfant, et lui semblait au contraire bien plus mûre que certains adultes. Alors pourquoi avait-elle baissé sa garde avec elle ?

_________________
Tenue de kunoichi:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Mar 16 Oct 2018 - 8:43

Madoka pencha la tête sur le côté à observer la situation et surtout la réaction de cette fille à ses paroles. Elle semblait réaliser que par sa fuite, une autre enfant risquait de devenir le prisonnier de ce type. Pouvait-elle assumer cela ? Que ferait-elle alors ? Il fallait bien se débarrasser de ce mec dès que possible. Ce genre de type sans foi ni loi n'aurait pas une hésitation à utiliser autant d'enfants que possible tant qu'il gagne de l'argent. La jeune fille aux cheveux d'argent haussa les épaules perplexe lorsqu'Akane dit savoir des choses.



Datalia Madoka • « J'imagine que tu as dû faire deux trois trucs pas cool, mais bon, de là à venir te chercher jusqu'ici pour ça, je ne sais pas trop. Les bandes de malfrats d'ici, je m'amuse plus avec eux qu'autre chose. Alors tant que ce ne sera pas un chef mafieux, ou un ninja qui te chasse, tu n'as pas beaucoup à craindre. »




Madoka ne chercha pas à savoir ce que son interlocutrice pouvait bien savoir exactement à ce sujet. Après tout, cela la regardait d'une certaine mesure. Ce n'était pas son histoire, mais la sienne, elle devra aussi plonger à nouveau les mains dans la boue. Elle sourit en posant sa tête contre ses cuisses repliées contre son corps.



Datalia Madoka • « Toi aussi, ils t'ont dit que tu avais un grand potentiel ? »




Demanda alors amusée la kunoichi avec un sourire. Elle était en colère, une sourde, capable de lui faire mordre à tout moment. Son passé était regrettable évidemment, mais elle avait appris à l'apprécier d'une certaine mesure. À ses yeux, c'était un passé normal, bon, car elle avait appris à apprécier le goût du sang. Elle avait simplement d'autres valeurs de vie que la plupart des personnes. Il y avait un truc dans cette fille, Madoka vivait à cent à l'heure sans aucune limite, et c'était sans doute cela la différence. Elle avait choisi de suivre toutes ses envies en calmant ses émotions en les assouvissant. Généralement, ce n'était pas trop létale, pas trop. Comme l'on disait, on ne choisissait pas sa famille, mais ses amis, alors la jeune fille aimait à parler et s'ouvrir uniquement aux personnes qu'elle avait jugé digne.



Datalia Madoka • « Toi aussi tu as le cœur qui bouillonne, mais tu ne l'utilises pas... »




Commenta simplement l'adolescente qui était presque certaine que cette enfant aussi avait tué, elle savait, elle connaissait cette sensation, mais sans doute qu'elles n'avaient pas toutes deux le même plaisir à hoter la vie. Ce n'était pas un concours à qui avait la vie la plus pourrie, évidemment, mais elle sentait quelque chose de particulier en cette fille. Elle fit surprises des questions que la louve lui posa, pourtant simple, mais jusqu'à là, personne n'avait osé poser ses questions. Elle se rassit plus normalement en laissant la brochette sur le comptoir pour le moment en prenant le temps de la réflexion.



Datalia Madoka • « Boff... Si je suis bien ici ? Là ou ailleurs tu sais... Je ne suis pas sûr que cela change grand chose. Des personnes plus fortes que moi me demanderont toujours de tuer, parce qu'ils y gagnent. Je ne sais pas trop pourquoi je reste ici de toute manière, par habitude sans doute. Des... Amis ? »




Madoka rigola pour le coup, un peu jaune certes, mais elle lâcha un court instant un rire avant de reprendre la parole.



Datalia Madoka • « Non, je n'ai pas d'amis, ce n'est pas le genre d'ici. On dit que je suis folle surtout, je me demande même pourquoi tu t'approches de moi, à moins que ce soit le contraire au final... Ceux qui ont le pouvoir utilisent les plus faibles, on me donne des trucs à faire et je le fais quand ça m'amuse. Voilà comme on me traite, cela ne change pas beaucoup des arènes après tout. »




Dit alors l'adolescente en relevant son regard vers le ciel en se demandant si c'était bien cela, mais après mur réflexion, elle ne dit rien. Ici où dans les arènes, on lui demandait presque la même chose, seule la prison avait changé. Elle était passée d'une petite geôle boueuse à une ville prison où elle n'avait pas le droit de s'échapper sans risquer de graves problèmes. Elle reprit sa brochette pour s'amuser avec un autre morceau de viande. Elle secoua la tête doucement.



Datalia Madoka • « Non, je pense que cela ira, tu es gentille. Je vis un peu au jour le jour, comme si j'étais étonnée d'être encore en vie. Alors plus tard, c'est encore un peu trop loin pour moi. »


C'étaient des mots étranges dans la bouche d'une toute jeune fille qui avait que commencer sa vie, avec peu d'expériences. Pourtant, elle avait l'impression d'avoir vécu déjà une centaine de vie, alors qu'elle n'avait pas encore vécu du tout diraient certains. L'âge et l'histoire aidant, un rapprochement c'était produit entre les deux jeunes femmes sans qu'elles ne s'en aperçoivent elles-même. C'était quoi qu'il en soit agréable d'une certaine façon, pour la soirée. Elle allait sans doute retourner plus tard à sa sordide solitude comme elle me vivait depuis son rapt dans la maison de son enfance. C'était l'idée dans son esprit en tout cas. Bien mal penser ceux qui la jugeaient comme une folle, une irresponsable ou une enfant, mais elle ne leur en voulait pas. C'était après tout le visage qu'elle montrait à la plupart. Elle était une rebelle de la vie elle-même, une féroce adversaire acceptant les défis, aucune limite.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Mar 16 Oct 2018 - 15:23
Madoka avait encore une fois visé juste. Un chef mafieux, hein ? C'était une description qui correspondait bien à son père, effectivement... Alors à Kiri elle était certainement un peu plus en sécurité qu'ailleurs, mais elle devait quand même rester sur ses gardes. Toujours. Tant qu'il serait dans la partie, il n'aurait pas de cesse de la chercher, et elle le savait. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'elle était venue se réfugier dans ces murs, lassée de devoir fuir sans cesse.

L'adolescente qui lui semblait si forte jusqu'ici en contant son histoire prit une pose différente, protégeant son corps de ses souvenirs à l'aide de ses jambes. Un grand potentiel, hein ? Oui, elle lui semblait très douée. Pour sa part, on lui avait dit une phrase sensiblement différente.


- « Il a dit que nous ferions de grandes choses ensemble. »

Et elle lui rendit son sourire, ravie de voir que quelqu'un la comprenait. Elle la comprenait tellement bien que la phrase suivante déstabilisa la métamorphe. «  Le cœur qui bouillonne ». C'était exactement ce qu'elle ressentait. Il bouillonnait de colère, de haine, d'émotions contenues. La métamorphe bouillonnait de ne pas pouvoir vivre librement, de devoir se cacher en permanence. Elle bouillonnait d'envie d'aller courir dans une forêt, d'y chasser une proie et de planter ses crocs dans la chair chaude et encore palpitante. Elle bouillonnait à l'intérieur, et à l'extérieur elle gardait toujours ce calme, ce même visage neutre dénué d'émotions.

Et pourtant, elle avait baissé sa garde pour cette fille. Et elle avait lu en elle comme dans un livre ouvert. Avec n'importe qui d'autre, cela l'aurait certainement dérangée. Elle se serait même refermée encore d'avantage. Mais pas avec elle. Elle se sentait libre de ressentir tout ça, aux côtés d'elle. Car elle l'acceptait et ne la rejetait pas. Et ça faisait un bien fou, d'être comprise de cette façon. De pouvoir se détendre, juste un peu. Alors en l'écoutant, sa colère pointa le bout de son nez.


- « Folle ? Tu n'es pas folle ! Tu es spéciale, c'est sûr. Mais tu n'es pas folle. »

Elle avait prononcé le mot « spéciale » comme s'il s'agissait d'un compliment. Ce qu'elle pensait. Cette fille était précieuse, elle était un véritable présent pour qui savait le recevoir. Elle avait vécu beaucoup de choses que d'autres n'auraient pas supporté. Elle avait quasiment la même histoire qu'elle, et pourtant... Elles agissaient si différemment ! L'une avait la joie de vivre, semblait s'amuser de tout. Comme le ferait un enfant. L'autre était constamment sur ses gardes et ne s'autorisait pas de pouvoir être elle-même. Et ne savait plus ce que c'était que de s'amuser depuis bien longtemps. La première avait accepté son passé, et vivait avec. La seconde luttait encore contre ses souvenirs, ne les partageant avec personne. Et au final, Akane admirait les facultés de Madoka à pouvoir vivre si librement, avec une telle légèreté.

Laquelle des deux s'était approchée de l'autre ? Elle ne le savait pas non plus. Mais elles s'étaient trouvées, et c'était ce qui comptait le plus au final. Encore une fois, Akane hocha la tête pour approuver. Elles étaient sorties d'une prison pour entrer dans une autre. Pour y tuer pour quelqu'un d'autre, comme avant...


- « Mais cette prison, nous avons pu la choisir cette fois-ci. »

Du moins dans son cas. Madoka avait-elle pu choisir de venir ici ? Elle avait dit que les grands héros l'avaient sauvée. Lui avaient-il laissé le choix avant de l'amener ici ? La suite l'amusa. Pour un peu, elle aurait pu se mettre à rire. Mais elle n'était pas ce genre de personne et un sourit se dessina sur ses lèvres. Ce qui était déjà beaucoup, pour elle.

- « Gentille ? C'est bien la première fois qu'on me le dit ! »

Décidément, elle était vraiment spéciale...

_________________
Tenue de kunoichi:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Mer 17 Oct 2018 - 18:11
D’après ce qu’elle avait vu et sentit de la description d’Akane, le type dont elle parlait, ressemblait fortement à un chef de brigands ou manipulateurs pas très honnête. Madoka en avait déjà rencontré plus ou moins, mais elle n’avait certainement pas le verbe ni le calme pour les traiter autrement que par une tempête de vent destructrice. Oui, certes, on pouvait la dire quelque peu susceptible et soupe au lait. L’environnement du pays de l’eau était tout de même en net progression par rapport à avant, où des bandes de malfrats dirigeaient des morceaux de territoires dans des guerres sanglantes. La pacification comme avait été appelé cette période avait eu du bon, même si des dommages collatéraux avaient eu lieu. Cependant, était-ce vraiment important lorsque la majorité avait eu une nette amélioration ? Comment osaient-ils se plaindre ?

Kiri était une ville militaire responsable de servir le Daimyo du pays, le dictateur local, alors si jamais Akane devait être protégée quelque part, c’était bien ici ou dans les autres villes cachées similaires. Les ninjas de Kiri étaient entrainés pour le combat, pour défendre un pays, et tout était fait pour pousser des enfants, qui deviennent après adulte, de s’entrainer à devenir plus fort pour mieux tuer. Elle n’aimait pas tellement ce genre de choses, mais le monde était ainsi, alors il fallait bien agir de cette façon. Les plus forts dirigeaient, alors un jour, ce serait son tour d’une manière ou d’une autre. En tout cas, Madoka ne pouvait que se sentir en parfaite sécurité partout, vu qu'elle ne comptait que sur elle-même et sa force.

La kunoichi ressentait comme si elle était toujours aussi faible que lors de son arrivée dans l'arène de combat lorsqu'elle parlait de cette époque. C'était peut-être pour cela qu'elle avait changé de position d'une manière si drastique, aisément identifiable. Elle avait été plus que secouée par cette expérience, plutôt même traumatisée au final, ce qui pouvait expliquer ses réactions et ses dires.

Datalia Madoka • « Oui je vois, toujours la même chose, c'est plus facile avec un peu de pommade que d'accepter d'obéir simplement à un ordre quel qu'il soit. »


Laissa alors s'échapper l'adolescente alors qu'Akane parlait des petites phrases gentilles de motivation. Elle ne croyait pas du tout à ce genre de palabre inutile, mais tant que cela faisait du bien à certains, c'était tant mieux. Si jamais on pouvait la traiter au plus gentil de bizarre, elle ne faisait que parler avec son cœur. Madoka avait les mêmes problèmes de cœur, il s'enrageait si aisément et elle n'avait aucunement envie de le retenir quand bien même cela devrait faire du mal aux autres. Elle sentait bien Akane se retenir ou en tout cas, ne pas être elle-même. Elle se pencha et vint lui prendre la ma mal comme si elle avait une inspiration. Elle fit en sorte qu'Akane la suive dans un lieu de la ville pas loin, une petite place calme juste à deux pas.

Datalia Madoka • « Vas-y, lâche toi ! Tu pousses un grand cri ici en faisant tout sortir, après, quoi qu'il se passe, tu iras mieux. »


Madoka s'assit sur un banc en agitant doucement les jambes en regardant Akane, afin de voir ce qu'elle allait faire. Elle ne savait pas du tout ce qu'elle ressentait, ce qu'elle cachait, mais elle l'avait bien vu qu'elle n'était pas naturel. Même si elles étaient différentes, les deux demoiselles avaient beaucoup de similitudes. L'adolescente se sentait parfaitement bien avec cette fille, car elle était tellement rejetée également, qu'elle ne pouvait pas faire la même chose avec les autres de la même façon, en tout cas ceux qui le méritaient.

Datalia Madoka • « Je … réagis un peu durement de temps en temps, et puis n’aimant pas ce monde, je préfère arpenter d’autres, alors toi, tu es une sorte d’exception. Les gens n’aiment pas ceux qui sont différents, mais j’ai l’impression que tu en sais quelque chose… »


Glissa alors Madoka en regardant Akane sur le côté. Elle se fichait bien de l’avis négatif des autres, cela ne la touchait pas, même si la jeune fille savait réagir plus que durement parfois. Elle se laissait aller à un instinct qui avait été aiguisé par des années de violence. Alors était-ce réellement de sa faute ? Elle avait tenu bon, elle avait survécu malgré les épreuves, qui continuaient encore aujourd’hui. Si jamais elle accepterait de guider quelqu’un, ce serait cette fille, mais sûrement pas pour tuer l’autre comme d’autres, mais simplement à apprendre à vivre, ce que personne n’avait fait pour elle.

Datalia Madoka • « Hmmm oui … en quelque sortes … »


Se contenta de dire Madoka en se frottant l’arrière de la tête. Elle n’avait pas vraiment eu le choix au final de rester à Kiri, que pouvait-elle bien faire ? Retourner dans son village et vivre dans une maison vide ? Chercher une bonne âme pour travailler la terre ? Non sans blague, elle était une guerrière, une assassin, elle n’avait de choix que de choisir cette voie et d’y mourir jeune.

Datalia Madoka • « Bha ! Bien sûr que oui tu es gentille ! Je sais lire l’âme et l’aura des gens, et je sens quelque chose en toi qui me donne envie, mais ne t’en fais pas, je ne te mangerais pas. De quoi peux-tu bien rêver hein ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Jeu 18 Oct 2018 - 22:22
La jeune fille la complimenta et Akane ne peut pas s'empêcher de baisser les yeux, gênée. Depuis quand ne lui en avait-on pas fait ? Lui en avait-on seulement fait un jour ? Elle eut beau chercher dans sa mémoire, elle ne trouva rien. Une exception ? Quelque chose en elle qui lui faisait envie ? Elle aussi ressentait que ce qu'il se passait entre elle était spécial. D'une certaine façon, elles s'étaient reconnues. Puis Madoka lui posa une question toute particulière, à laquelle elle eut du mal à répondre.

- « Je rêve... D'arbres. De forêt. De l'odeur enivrante de l'humus, de sève et de pluie réunies. Je rêve de courir en sentant l'herbe et les feuilles sous mes pieds. Je rêve d'être libre. »

Akane n'avait pas discuté de cette façon depuis bien longtemps. Elle n'arrivait même pas à se souvenir quand était la dernière fois. Mais ça devait sûrement être avec sa sœur. L'adolescente la sortit de ses pensées en la prenant par la main. Elle voulait visiblement l'emmener ailleurs. Qu'avait-elle derrière la tête ? La métamorphe quitta son siège – en n'oubliant pas de prendre ses brochettes – et la suivit dans la rue.

La tornade argentée l'emmena sur une place calme, et la planta là, en allant s'asseoir sur un banc. Elle l'écouta, mais la regarda sans comprendre. Crier ? Là ? En pleine rue ? Et attirer l'attention sur elle ? Elle qui était généralement discrète ? Certainement pas ! Elle lança de nouveau un regard à l'adolescente, elle celle-ci se contentait d'attendre, les pieds battant l'air. Attendait-elle vraiment qu'elle se mette à crier, là, en pleine rue ? Visiblement oui...

L'adolescente lui avait dit de crier un bon coup, et que ça irait mieux. À première vue, elle n'aurait jamais fait ça. Mais pourtant... Qu'est-ce que ça lui coûtait d'essayer ? La métamorphe observa l'endroit dans lequel elles se trouvaient. Il s'agissait d'une petite place toute simple, et seuls quelques passants se promenaient encore. Elle ne vit aucune végétation. Des murs, des bâtiments à perte de vue. C'était tellement... Monotone ! Morne ! Mort ! Et elle était là, enfermée entre ces murs, sans aucun espoir de pouvoir en réchapper. Avec ce vent qui soufflait sans cesse, et ce sel qui se déposait constamment sur sa peau. Des mois qu'elle supportait ça, sans pouvoir aller se défouler en courant dans un lieu encore sauvage.

Sauvage... C'était ça. Tout était si... Domestiqué, ici. Même la mer avait été domptée. Toute cette frustration, cette retenue, cette colère et cette rage s'accumulaient en elle sans pouvoir sortir. Et c'était tellement pesant ! Alors elle poussa un petit cri. Si timide qu'il parut ridicule même à ses propres oreilles. Puis elle recommença, encore et encore. De plus en plus fort. Jusqu'à pousser un long cri se changeant en rugissement, laissant échapper toute cette colère accumulée au fil du temps. Jusqu'à pratiquement s'en faire mal aux tympans ou s’abîmer la gorge. Puis elle se laissa tomber à genoux, haletante. Mais se sentant bien, pour la première fois depuis longtemps.


- « Tu... Tu avais raison. Ça fait un bien fou ! »

Les passants avaient désormais déserté la place, les évitant soigneusement. Mais elle s'en fichait pas mal. Et Madoka devait certainement n'en avoir rien à faire également. Elle resta là, goûtant au calme enfin retrouvé. Pas pour longtemps, car bientôt la frustration s'accumulerait de nouveau. Mais pour le moment, elle se sentait légère, et libérée. Elle se tourna vers la jeune fille.

- « Tu fais comme ça pour te libérer ? »

Pour sa part, elle se voyait mal renouveler ça. Du moins, pas comme ça.

_________________
Tenue de kunoichi:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Ven 19 Oct 2018 - 18:43
Madoka sourit légèrement en voyant Akane gênée du compliment, elle disait ce qu'elle pensait de toute manière, ce n'était jamais par plaisir, vous pensez bien. Elle le disait surtout parce qu'elle l'appréciait bien. La jeune fille n'était pas habituée que l'on lui en fasse non plus, c'était davantage des regards mauvais, voire pire que cela. Akane était une fille également, une histoire assez proche même si le mental était différent, mais c'était ce qui était capable de les rapprocher. Elle n'était pas du genre à calculer quoi que ce soit, ce n'était que ses pensées sur le moment. La question qu'elle lui avait posée n'était pas qu'anodine, mais bien intéressée pour lui faire plaisir, alors que ses illusions étaient généralement faites pour blesser, torturer, se jouer des cibles. Elle plongea ses mains dans ses poches avec un léger sourire aux lèvres.

Datalia Madoka • « En voilà un joli rêve, tu rêves d'être libre alors que tu la offerte à un village par manque de force. Tu fais maintenant partie de l'armée, alors tu devras obéir, mais si tu deviens plus forte, tu regagneras tes libertés une par une. »


Indiqua alors simplement l'adolescente en continuant tranquillement son chemin en sa compagnie. Elle était la liberté incarnée et gare à la personne qui essayerait de le lui enlever. Elle serait bien capable de tuer. Elle se permettait tout et surtout n'importe quoi, tant pis si cela pouvait troubler des gens dans sa manière de faire qui pouvait être brutale. En voyant Akane perdue suite à sa demande, elle hocha la tête lentement comme pour l'encourager. Elle ne dit rien et continua à regarder Akane, c'était son choix, et même si cela serait dure pour la jeune femme, c'était pour son bien. Il était tard dans la soirée, alors que pourraient-ils dire ? Ne pas faire du bruit ? Ste blague ! L'irrespect personnifié ne s'arrêtait pas à ce genre de considération. Elle posa ses coudes contre ses cuisses, curieuse de voir sa réaction, allait-elle vraiment le faire ? Elle était elle-même une personne des villes, même si elle trouverait toujours de quoi survivre dans la nature, mais c'était une autre histoire.

Lors de la première tentative toute petite et mignonne, Madoka sourit légèrement amusé, c'était adorable. Elle n'était pas arrivée à aller plus loin que sa propre morale, que ses propres limites. C'était l'affaire de la plupart des gens, seules les exceptions pouvaient produire des êtres assez fous pour aller dans des sentiers non balisés. Elle se leva alors en glissant ses mains dans ses poches, la jeune fille aux longs cheveux d'argent avait pensé trop vite à tort qu'Akane n'irait pas plus loin que cela. Cependant, son élève en apprentissage de la vie recommença encore et encore à pousser des cris, tant et si bien que le chaton réussit à devenir une lionne ou une lynx selon les goûts. Madoka se fichait pas mal s'il y avait beaucoup de monde, si des gens allaient osés dire quoi que ce soit. Comme si elle trouvait un intérêt à entendre leurs avis !

Datalia Madoka • « Tu vois que ça fait du bien ? Je pense que tu devrais faire ça plus souvent ! Il faut que tu trouves ta méthode, voilà tout. »


Dit alors Madoka en glissant gentiment une main sur l’épaule droite d’Akane. Elle avait remarqué que sa interlocutrice y était allée vraiment à fond, et cela faisait du bien à voir qu’elle avait accepté de s’ouvrir un bref instant. Akane était carrément à genoux, sans doute par manque de souffle, mais surtout de toute cette énergie et pression accumulées, qui venaient juste d’être libérées. Les passants avaient raison de fuir les lieux, c’était mieux pour la suite des évènements qu’elle avait en tête.

Datalia Madoka • « Ho heuuu moi ? Non, pas forcément, moi … et bien … soit je m’amuse avec des gens aux hasards, soit je cherche la bagarre, ou encore … enfin je vais te montrer, c’est le plus simple hein ? Garde toujours le cœur libre, l’esprit léger, car cela, personne ne pourra jamais te le retirer, personne ! Et si quelqu’un ose le faire, mord le jusqu’à ce qu’il lâche ! »


Madoka claqua des mains comme si cela pouvait être une invocation ou un geste magique, et un événement totalement irréel et inédit sans doute pour la dame féline se produisit. Elle avait dit rêver d’une forêt, de la nature, et bien soit. L’adolescente allait montrer comment elle s’évadait l’esprit dans des mondes bien plus intéressants que cette triste vérité dit « le monde réel » par tous les empêcheurs de tourner en rond. La réalité semblait se désagréger autour des deux femmes, le paysage se fissura partout autour avant de tomber petit à petit en morceau se désagrégeant au sol laissant apparaitre une nature sauvage autour d’elles. De grands arbres apparurent alors à perte de vue à la place des maisons, des rochers, des ruisseaux, de la faune également. Des oiseaux volaient dans le ciel, une petite pluie fine tombait, mais il faisait chaud, mais ce n’était pas dérangeant. Les animaux autour semblaient gentils et ce peu importe la race, un petit peu comme si les deux femmes n’étaient que des princesses qu’ils attendaient. Toute la ville s’était changée à ses yeux grâce à une illusion dont elle était maitresse en forêt comme elle aimait. Ce n’était pas la vérité ? Et alors ? Ce serait pour ce soir, leur vérité, et ce peu importe qui le dirait. Les passants étaient devenus de pauvres dindons plus ou moins géants qui gigotaient en tous sens, et ils étaient parfaitement incompréhensibles.

Datalia Madoka • « Bon alors qu’est-ce que tu attends ? Tu viens ? »


Demanda alors la blanchette, alors qu’elle sauta sur un rocher à proximité et elle forma le mudra du chien pour faire une métamorphose. Elle se transforma alors en une licorne magnifique blanche et pure, dont la corne argentée scintillait. Elle semblait alors dégager une aura brillante tel un phare dans la nuit, et derrière ses mouvements se créaient un arc-en-ciel. Elle se cambra en hennissant fortement comme pour inviter Akane à venir, mais se laisserait-elle alors gagner par cette folie douce ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Sam 20 Oct 2018 - 21:29
La tornade argentée lui posa une main sur l'épaule, et ça aussi, ça faisait du bien. Il y avait bien longtemps qu'elle n'avait pas eu de contacts amicaux. Il fallait dire qu'elle n'était pas du genre à se laisser approcher non plus... Mais c'était le prix à payer lorsqu'on voulait garder ses secrets et ne plus être abandonnée par les autres. Être seule était bien moins douloureux que la trahison de ceux que l'on aimait. De plus elle avait été élevée de cette façon là, et les habitudes avaient la vie dure. La seule amie qu'elle n'avait jamais eue était sa sœur. Qui n'était désormais plus là. Le contact innocent lui rappela combien elle lui manquait. Combien la solitude s'était installée et lui pesait.

Elle se releva pour l'écouter. Le cœur libre et l'esprit léger. Ça semblait si simple pour l'adolescente, à l'entendre dire. Ce n'était pas gagné pour elle. Pas du tout. Son esprit était constamment occupé à réfléchir à quoi dire et faire, à contrôler ses gestes et paroles. À Analyser et comprendre ce qu'elle observait. Quant à son cœur... On lui avait apprit à le fermer afin de ne s'attacher à personne, et de ne pas laisser ses émotions prendre le dessus sur la raison. Mais elle allait essayer d'apprendre à vivre au lieu de survivre. Quant à mordre quelqu'un jusqu'à ce qu'il lâche...


- « Ça, je sais faire. »

Des mains claquèrent et bientôt les bâtiments gris et froids firent place à quelque chose de bien plus beau et attirant. Des arbres, des arbres partout ! Une rivière dont elle pouvait entendre le clapotis coulait à côté. De petits animaux couraient, passant entre leurs jambes. Une petite pluie fine de forêt se déposait sur les feuilles. Il faisait chaud aussi, alors qu'elles se trouvaient dehors en hiver. Akane savait que tout cela n'était pas vrai, que c'était une illusion. Car elle avait vu la jeune fille en utiliser avant sur le voleur. Mais être dedans, c'était complètement différent.

- « Tu es une fée ! »

Une petite fée qui avait agité sa baguette magique et versé un peu de sa poudre sur les maisons pour les transformer en verdure. Ou bien une gentille sorcière, qui devenait méchante juste pour certains. Mais le résultat était là : la magie de l'illusion faisait effet. Akane fit quelques pas parmi la végétation, les yeux pétillants de joie. Elle n'avait pas pu aller à la forêt, alors elle était venue à elle. Elle se retourna de nouveau vers la jeune fille lorsqu'elle lui demanda si elle venait.

Elle se changea en une magnifique licorne, qui semblait l'appeler pour aller courir ensemble. Pour parcourir ce monde magique que Madoka venait de créer juste pour elle. C'était un cadeau magnifique ! Elle se métamorphosa alors à son tour avec un mudra. Pas avec sa vraie métamorphose car elle était toujours à Kiri malgré tout, et qu'elle risquait de croiser des gens qui la verraient sous sa véritable forme. Ce qu'elle voulait éviter. Et oui, son esprit n'était jamais vraiment libre. Mais elle allait essayer. Elle prit bien évidemment une forme qu'elle connaissait très bien : celle d'une panthère noire. Et emboîta le pas à Madoka, la laissant la guider dans son rêve éveillé.

_________________
Tenue de kunoichi:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Mar 23 Oct 2018 - 18:32
Madoka n'était pas très contact physique, mais avec cette panthère-là, c'était tout à fait acceptable. Il était difficile de dire pourquoi, elle le sentait bien comme cela. Elle gardait aussi de sombres secrets, qui s'ils se savaient pourrait bien lui valoir une plus grande isolation et perte de droit. Déjà qu'elle n'en avait pas beaucoup ! Elle était quasiment seule en permanence tant elle faisait tout pour faire fuir tous ceux ayant le courage de s'approcher. L'adolescente avait été trahie un nombre de fois incalculable, à chaque fois qu'elle avait cru avoir le droit au bonheur, la vie venait lui prendre par de multiples voies. Avec le temps, son cœur s'était refermée totalement, son esprit arpentait des mondes qu'elle était la seule où presque à visiter et explorer.

Qui pouvait être véritablement nommé comme ami, c'était une excellente question dont elle n'avait la réponse. La jeune fille aux longs cheveux d'argent vivait comme elle l'entendait à chaque instant, tout était facile lorsque l'on appartenait à un autre monde. Elle se laissait dominer et guider par ses émotions, c'étaient elles qui la poussaient à agir d'une manière ou d'une autre, alors était-elle véritablement libre ?

Datalia Madoka • « Tu me le prouveras bien assez tôt un jour... »


Commenta alors Madoka, comme si elle allait mettre très bientôt à l'épreuve la féline, ce qui pouvait très bien être possible. Pourquoi se contenter de ce monde réel si moche, alors que l'on pouvait se mouvoir dans de multiples autres. C’étaient les autres qui refusaient les fous ! Elle venait de créer un paradis, alors que pour bon nombre, elle aurait créé un enfer. Il y avait deux manières de réagir, la première à écouter sa raison, à rejeter ce monde préféreront ou encore d'accepter toute cette folie, de s'y rendre et de s'y perdre en risquant de néo lus s'y retrouver. Cette illusion était faite pour le bien, non pour tuer ou torturer comme celle du voleur. C'étaient dans ces moments-là que l'on s'apercevait de la puissante capacité dont elle pouvait disposer. Elle gloussa légèrement en entendant Akane parler.

Datalia Madoka • « C'est bien la première fois que l'on me traite de fée ! »


Qui pouvait se targuer de vraiment connaître ou d'identifier les différentes Madoka ? Akane était bien tombée, ou alors qu'elle sous-estimait ses capacités de charme et de bienveillance. Le bonheur ne tenait pas à grand-chose au final, avec un peu d’imagination, on pouvait tellement se faire du bien. L’adolescente n’avait pas besoin de genjutsu pour aller dans d’autres mondes, mais Akane encore si. Après, peut-être que si Akane la suivait suffisamment loin, la poudre de fée pourrait bien se répandre dans son organisme par sa simple volonté ou par enchantement. L’herbe et les branches au sol craquaient sous les pieds de sa consœur de rêve, le souffle du vent frappait son visage en agitant les arbres de cette forêt. On s’y croyait !

Akane avait bien compris l’astuce, ce n’était pas un monde où les deux femmes étaient plongées, mais bien un changement visuel et sonore de la réalité. Les gens les voyaient agir étrangement, mais peu importe. En tout cas, ce n’était pas important pour la blanchette, qu’ils médisent, ils braillent, qu’ils beuglent ! Elle fit quelques pas autour avec ses sabots autour de la panthère en agitant légèrement la tête. Les mouvements de la licorne correspondaient parfaitement à celui d’un cheval. Elle admirait la forme d’Akane, puis elle s’élança alors parmi les vallons. Cela montait et descendait en permanence, mais aucun problème pour une licorne. Elle laissait derrière elle une trainée en forme d’arc-en-ciel, ce qui la rendait très aisément à suivre malgré la distance. Elle faisait de très beaux sauts tantôt au-dessus d’un arbre à terre, d’un petit ruisseau bordé de cailloux humides rafraichissant. Après quelques minutes, elles arrivèrent alors au bord d’une grande clairière où se trouvait alors comme des spectres sombres et inquiétants, qui tournaient encore et encore autour de ce qu’il semblait être un festin. Il y avait alors deux cerfs abattus au sol bardés de flèches, la viande semblait bien fraiche, juteuse et goûtus. Il y avait aussi plein de champignon de toutes les couleurs autour, mais les spectres semblaient les garder. La licorne alors se cacha derrière un arbre en observant de loin ce manège, puis Akane sans mot dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Mer 24 Oct 2018 - 17:21
Akane ne sut pas vraiment dire si la phrase de la tornade argentée était une menace ou non. Mais elle l'oublia bien rapidement face au spectacle qu'elle lui offrait. L'adolescente souriait et c'était tout ce qui comptait. Il était bien difficile de rire après l'enfance qu'elles avaient vécue, alors la panthère suivit la licorne dans ce monde magique et merveilleux où elle était la reine. Oubliant tout ça le temps d'une soirée.


Les arc-en ciel se formaient derrière la créature issue de conte de fées. La panthère quant à elle bondissait gracieusement de branche en branche – ou de toit en toit -. Elle se laissa aller à ce rêve éveillé, et prit plaisir à parcourir la forêt. Elle humait l'odeur de l'humus en relevant le museau. Ses pattes sentaient la rugosité des arbres sous elle à chaque saut et atterrissage. L'humidité s'accrochait à son pelage. Et elle entendait le bruit des autres animaux : leurs pattes, leurs battements de cœurs, leurs cris. Tout y était.

La panthère accéléra, et entreprit une course folle, sautant de plus belle dans les arbres, s'agrippant parfois à l'écorce. Tout en restant non loin de la licorne, car elle ne savait pas vraiment si elle devait rester dans son sillage pour profiter de sa magie. Et, enhardie par la joie de retrouver sa forêt tant aimée, elle rugissait pour prévenir les autres animaux qu'un prédateur les guettait. Elle rugissait car elle était chez elle, et le faisait savoir. Elle rugissait de plaisir, car elle se trouvait dans son paradis. Avec une présence amie.

La licorne l'amena près d'un buffet, et elle avait l’impression qu'elle pouvait se servir à volonté. Il était vrai que toutes ces émotions et cette course lui avaient donné faim. Mais bien vite la méfiance habituelle de la panthère prit le dessus. Elle tourna autour des cadavres, sans oser les toucher. Lançait des coup d’œil aux sortes de spectres, ainsi qu'aux champignons. Se demandant ce que ça pouvait bien être. Mais bien vite son attention fut de nouveau accaparée par les deux cerfs inertes au sol. Elle n'avait pas eu le frisson de la chasse et le plaisir d'abattre elle-même ses cibles. Mais tout de même, ils avaient l'air bien frais. Elle pouvait sentir leur appétissante odeur. La vie qui s'échappait encore d'eux, comme s'il venaient tout juste d'être tués. Elle était dans sa forêt, où elle était la reine. Et on lui avait servit un festin sur un plateau. Elle n'avait qu'à se servir pour être repue. Trop ça était bien trop beau pour être vrai.

Trop beau pour être vrai.

Cette phrase résonna en elle comme un avertissement. Si ça avait l'air trop parfait, alors c'était faux. Jamais elle n'avait reçu quelque chose de bien dans sa vie. Pourquoi ça commencerait maintenant ? Il y avait toujours quelque chose qui clochait pour entacher la perfection. Toujours. Son amitié avec sa fille était bien trop parfaite, trop soudaine. Elle avait trop rapidement baissé sa garde. Et si elle l'avait fait trop tôt, et qu'elle se jouait d'elle ? Elle grogna de frustration, et se concentra sur ses sens. Humant les deux cerfs offerts en pâture afin de découvrir ce que c'était réellement. La réalité offerte par ses sens aiguisés la sortirait de là. La seule personne sur qui elle avait toujours pu compter, c'était elle-même.

_________________
Tenue de kunoichi:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Ven 26 Oct 2018 - 17:09
Visiblement, et ce malgré ce que Madoka avait vécu par le passé, elle semblait être une toute autre personne dans ce monde invité et chimérique. Elle semblait rieuse, joueuse, légère, comme si le monde véritable n’avait aucune importance pour le coup et c’était bien le cas. Elle ne pouvait admettre que le monde dit réel pouvait être le seul et unique monde, que les rêves étaient réservés à la nuit et à l’enfance. C’était bien trop triste, trop cruel, même si c’était puéril pour quelqu’un de son âge, mais elle voulait continuer à rêver peu importe les conséquences, les règles ou les lois de ce monde si noir. Ce genre d’invention avait une importance toute particulière dans l’esprit de la blanchette, tout était vrai pour elle, même si ce n’était pas véritable, ça l’était quelque part juste parce qu’elle l’avait décidé. Elle n’avait pas les mêmes gouts et affinités que la panthère noire, mais elle aimait cette sensation de liberté, de sauvagerie libérée. Généralement, les mondes où elle entrait, l’adolescente avait toujours une part toute particulière, tantôt princesse, reine, aventureuse connue, ou autre.



C’était totalement féerique, improbable, et magnifique. Tout devait être parfait, et tout le serait tant que le rêve agirait. Madoka se fichait totalement des conséquences dans le monde réel. Elle admirait l’agilité et la puissance de sa consœur rêveuse, n’avait-elle pas choisi cette forme de panthère par hasard ? Sans doute que non, mais alors elle, une licorne ? Qu’est-ce que cela pouvait bien dire ? Exceptionnellement, elle cherchait à faire plaisir à Akane, même si la kunoishi en prenait aussi pour son grade. Toutes les sensations se servaient également de ce qu’Akane avait pu vivre, il était difficile de partir de zéro. Voir un grand félin sauter ainsi était très impressionnant, toute en puissance, on pouvait voir les muscles se tendre sous la fourrure. Elle n’avait qu’une envie, de lui faire un gros câlin, mais avec des sabots … Quoi que dans un rêve hein ! Tout était possible !



Le monde chimérique n’avait pas de limite tant que les proies du genjutsu n’en étaient pas débarrassées. C’était la grande force de l’illusion d’ailleurs, même si dans ce cas-là, elle n’était pas prévue pour faire du mal, mais du bien. Lorsqu’Akane rugit, elle le fit également dans la ville de kiri, alors espérons tout de même qu’il n’y ait pas une chasse au lynx à cause de cela. La licorne était également visible avec ses arc-en-ciel, mais vous connaissez Madoka, ce n’était pas ce genre de choses qui allait l’ennuyer outre mesure. Le bon buffet servit sur un plateau d’argent des proies fraichement tuées était fait pour cela. C’était trop facile ? Trop beau ? En tout cas, Madoka s’avança sans hésitation à pas lent en direction des mets proposés. Elle agitait la tête et l’encolure en direction des spectres, comme menaçante. Elle se cambra alors fortement en faisant luire sa corne tel un phare dans la nuit pour en chasser les dangereux ténèbres. Les spectres fuirent sans demander leur reste dans toutes les directions dans des râles d’outre-tombe, ou en tout cas, il fallait l’imaginer ainsi. Elle tourna son regard dans la direction de la panthère, qui semblait se méfier, elle souffla par ses museaux alors, en allant renifler les corps, puis elle mordit dans un champignon en le mâchant.



Datalia Madoka • « Hmmmmm …. C’est divin …Les champignons sont sucrés et les cerfs sont salés ! Ça peut avoir n’importe quel gout d’ailleurs ! »




C’était bien là l’avantage des rêves. Sans doute agissait-elle ainsi pour prouver qu’il n’y avait pas de souci, car d’ailleurs, elle ne demandait pas son reste avec les champignons en plissant doucement des yeux de délectation. Les corps des bêtes semblaient être frais, comme si une autre bête venait juste de les tuer pour les abandonner. Un peu de sang coulait des plaies nettes de félin, comme si la panthère noire venait tout juste de les tuer. L’odeur de la viande fraiche emplissait son museau, même si cela pouvait être très bien une bonne odeur de cuisine de son plat préféré, même un très vieux souvenir.



Datalia Madoka • « Tu crains quelque chose ? N’ait donc pas peur, il n’y a pas de pièges, pas pour toi … »




Précisa alors Madoka d’une petite voix fluette, même si elle ne cherchait pas à le cacher véritablement. De petits animaux bien vivants eux se cachaient pas loin, ils observaient et ils ne bougeaient pas comme observateurs. Une chasse pouvait se déclencher si jamais la panthère le préférait ainsi. Tout était possible dans un rêve après tout. Sur le coup, elle n’avait pas pensé qu’Akane préférait peut-être la chasse comme tout bon félin. Elle ne connaissait pas assez bien ces êtres, à part les boules de poils adorables. La licorne releva doucement son regard alors en agitant la tête et observait avec soin la panthère.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Ven 26 Oct 2018 - 22:49
La panthère hésitait, et la magnifique licorne s'en aperçut. Elle s'approcha, et se cabra. Et telle un phare dans la nuit, elle chassa les ténèbres. Akane observait les mouvements de son amie, et sa superbe robe blanche. Se demandant pourquoi elle avait adopté cette forme. Avait-elle une signification particulière pour elle ? En tous cas, la couleur rappelait joliment celle de ses cheveux.

Madoka vint manger les champignons. Qui, d'après elle, étaient sucrés. Un peu plus rassurée, Akane ne mordit pas dans la viande pour autant. Surtout que la tornade argentée ajoutait que cela pouvait avoir « n'importe quel goût ». Que ce soit du caviar ou du crottin dans le monde réel, dans ce monde magique ils auraient le goût qu'on voudrait bien leur donner. Et bizarrement cette pensée ne l'enchantait pas plus que ça.

La viande offerte avait sentait réellement l'animal fraîchement tué. Mais elle ne savait pas ce que c'était vraiment. Et là encore, cette idée la dérangeait. Courir en rugissant sur les toit de Kiri transformée en panthère était une chose, manger quelque chose dont on ignorait ce que ça pouvait bien être en était une autre. Ce monde magique était magnifique, mais... Elle n'arriverait pas à s'y abandonner complètement.


- « C'est juste que... Je ne peux pas manger quelque chose sans savoir ce que c'est réellement. »

Puis, ravie de l'intention de l'adolescente qui lui assurait qu'il n'y avait pas de piège, elle poursuivit :

- « Mais je suis contente de ce que tu m'offres. Heureuse. C'est un cadeau magnifique. Merci. »

Les yeux plein d'étoiles, elle s'émerveillait encore de ce qui l'entourait. Un mouvement attira son attention. Des petits animaux les observaient, dans les ombres. Ce qui ramena les pensées d'Akane aux cerfs toujours posés devant elle, puisqu'elle n'avait pas bougé. Et elle se souvint brusquement de quelque chose :

- « Mes brochettes ! Celles que j'ai achetées ! J'ai dû les lâcher quand je me suis transformée... »

Elle les avait complètement oubliées, et elles se trouvaient maintenant quelque part dans Kiri. Probablement à leur point de départ. Certainement fichues. Elle n'aura plus qu'à aller en acheter d'autres, avant que le marchand ne ferme son échoppe. Elle n'avait aucune idée de l'heure qu'il était et de combien de temps elles avaient passé à courir sur les toits de la ville déguisées en animaux. Elle réfléchit à quoi faire désormais. Continuer dans ce doux rêve ou en sortir ? Finalement la raison l'emporta, et elle s'injecta du chakra pour revenir dans le monde réel. Le regard tourné vers son amie, elle vit à regret le décor se changer autour d'elle. Tout redevenait à nouveau morne et gris. Et la seule chose belle qu'elle voyait dans son champ de vision se tenait juste devant elle.

- « Au fait, je suis Akane. Yasei Akane. »

Et elle lui sourit. Du moins, elle essaya. Car il était difficile de voir si une panthère souriait ou non.

_________________
Tenue de kunoichi:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Innocentes promenades en ville [Madoka]

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: