Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Ondes courtes [Metaru Kenshin]


Dim 30 Sep 2018 - 14:08


Ondes courtes

Complexe scientifique

Bureau de Sazuka



Nous étions le lendemain de mon retour à Kumo, et comme prévu, j’avais convoqué dans mon bureau le chef de projet Nara Karui ainsi que Kenshin qui les avait fraichement rejoints. Lors de mon absence, et séjour dans la Forêt de Shikkotsu, j’avais envoyé une série de lettre dont une qui était adressée à ces deux hommes. Son contenu est assez simple : je leur avais demandé de déterrer un projet qui avait été arrêté avant de voir le jour, sans doute par manque de connaissances ou de ressources ; je n’en savais rien. Ainsi lorsqu’on frappa à ma porte…

-Entrez ! Dis-je assez fort pour être audible au travers du bois de la porte. Ah, Karui, Kenshin. Contente de vous voir. Je suppose que vous savez pourquoi je vous ai convoqué ? Je faisais évidemment référence à la lettre que je leur avais fait parvenir concernant le fameux projet. Avez-vous pu travailler sur le projet de communication à moyenne distance ? J’avais vu les plans, les prérequis… il me semblait qu’il ne manquait quasiment rien pour l’achever. L’appareil décrit sur ces plans revêt un grand intérêt pour notre mission au pays du bois. Expliquais-je d’une voix calme en les invitant à s’asseoir.

Qu’ils n’aient pas pu le mettre au point dans les temps impartis, à peu près deux semaines, ne m’aurait pas déçu ; pas vraiment. A vrai dire, je savais qu’il manquait au fonctionnement de cette… « radio », un élèment principal, voire vital. Elément, ou matériaux plutôt, que j’avais découvert au pays du bois, justement. Bien sûr, il ne serait que provisoire, mais je soupçonnais qu’il ferait l’affaire le temps que nous trouvions mieux. Le reste de l’appareil, ses composants, avaient toujours été à la portée des scientifiques de Kumo…

-J’ai ramené ça d’Hayashi. Dis-je en tirant le tiroir de mon bureau et en sortant un morceau de bois. Ce bois est un excellent réceptacle à chakra, avec quelques ajustements ; il pourrait faire fonctionner nos futures « radios ». Ajoutais-je en lançant deux exemplaires, au Metaru et au Nara. Alors, vous en dites quoi ? Kenshin ? Ton projet n’avait pas besoin de quelque chose comme ça aussi, pour être totalement viable ?



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Jeu 4 Oct 2018 - 0:44
Le temps avait manqué. Fatigue, agacement, incompréhension s’étaient enchainés ces derniers jours. Jusqu’à ce fameux jour ou, malgré nos efforts, nous n’étions pas parvenu à réussir.

Après la réussite du moteur à vapeur, Nara Karui et moi-même avions étudiés mon idée sous toutes les coutures. Dans un premier temps, l’objectif fixé fut de créer du matériel technologique pour nos troupes. Du matériel qui fonctionnerait grâce au chakra et qui ne souffrirait donc d’aucune limite de durée de temps, outre de celles de nos shinobis. J’avais proposé les lunettes à vision nocturne comme premier prototype à réaliser. Projet qui, bien que simple en apparence, s’est révélé très complexe par la suite… Une lettre de la Directrice mit fin à nos tentatives pour reconcentrer nos efforts sur le développement d’oreillettes alimentées par le chakra qui permettraient aux membres d’une équipe, ou même à plusieurs équipes, de pouvoir communiquer même à moyenne distance. Un avantage sans pareille sur nos ennemis, qui permettrait à nos soldats de mieux se coordonner en échangeant des informations dès que nécessaires.
Après finalement plus de deux semaines de travail acharné, plusieurs nuits blanches et beaucoup de thé, nous voilà, devant la porte du bureau de la Directrice. Nara Karui toque deux fois. Une fois se fait entendre, la voie de la directrice, nous invitant à rentrer. Suivant les pas du responsable, j’entre dans le bureau puis me place légèrement en retrait.


« Bonjour Madame la Directrice ».

Mon ton se fait assuré et posé comme à mon habitude. Mais bien que ma voix ne laisse transparaître aucune émotion, mon visage lui est marqué par la fatigue de ces derniers jours. Cette fatigue…
Comme elle vient de le dire, nous savons tous deux pourquoi nous avons été convoqués, si bien que le Nara tient entre ses mains les plans et croquis que nous avons fait, ainsi qu’un premier prototype non fonctionnel de l’appareil. En réponse aux questions de notre supérieur, il lui explique que malgré nos efforts nous ne sommes pas parvenus à réaliser un prototype fonctionnel. L’Ikeda ne semble pas déçu. Le temps nous manquait et malgré tout, nous sommes parvenus à développer l’idée et réaliser ces plans qui, avec les bons matériaux, peuvent aboutir sur un appareil fonctionnel. Nara Karui et moi-même suivons l’invitation à nous assoir et nous installons. Notre interlocutrice nous tend à tous les deux alors deux morceaux de bois qu’elle vient tout juste de récupérer de l’un de ses tiroirs. Ce bois… serait un réceptacle à chakra qui, avec le bon calibrage, pourrait faire fonctionner nos radios. Bien que stoïque, je ne peux m’empêcher d’afficher ma joie l’espace d’une seconde. J’observe aussitôt le Nara qui lui ne se prive pas pour la montrer, sans toutefois prononcer un mot. Ce bois… Si nous pouvons avoir du métal avec les mêmes capacités, alors… Toutes mes idées… Toutes nos idées seront réalisables. L’excitation brûle à nouveau, balayant la fatigue. Aujourd’hui plus que n’importe quand, nous sommes à deux doigts de réussir.


« Si. Après votre départ, j’ai soumis mon idée à Monsieur Nara. Nous avons réfléchi ensemble à sa réalisation et étions parti pour un premier prototype de lunettes à vision nocturne. Ce premier projet était bien plus facile à réaliser que l’armure que je souhaite concevoir et pourrait donner un avantage certains à nos troupes. Quand nous avons reçus votre lettre, nous nous sommes tout de suite mis au travail sur la conception d’une radio alimenté avec du chakra. Nous sommes parvenus à faire ces plans et créer un premier prototype que voilà, bien qu’il ne fonctionne pas encore. Mais avec ce bois, nous pouvons définitivement réussir… En ce qui concerne donc mon projet, existe-t-il du métal possédant les mêmes propriétés ? Si c’est le cas alors oui. Oui il serait totalement viable. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Sam 6 Oct 2018 - 19:07



Des lunettes à vision nocturne… Je ne savais pas vraiment quoi penser de ce nouveau projet, mais si Karui l’avait validé ; alors je n’avais rien à y redire. Lui comme moi n’étions pas vraiment accès sur l’aspect militaire ; enfin, le Nara encore moins que moi. En fait, j’avais du mal à imaginer des personnes avec ce genre de dispositif sur le visage, ou sur la tête. Sans doute était-ce si novateur que je n’arrivais à me le projeter… Enfin, j’étais plutôt contente qu’ils ne se soient pas tournés les pouces pendant mon absence. J’allais d’ailleurs devoir convoquer les autres chefs d’équipe pour constater des éventuels progrès de chacun.

-Bien, bien… Répondis-je sans approfondir le sujet de ces lunettes spéciales. J’aurais bien le temps de m’en occuper plus tard et la raison de leur présence ici n’était pas celle-ci. Si vous avez un prototype ; c’est parfait alors. On pourra tester son fonctionnement. Dis-je avec un sourire, assez rassurée qu’ils fussent parvenus à remplir la tâche que je leur avais confiée. Je pris alors la radio et l’observai un instant. Hum… Tenez Karui, regardez si vous pouvez adapter ce bois au dispositif. Dis-je en reposant la radio sur le bureau. Peut-être qu’il y avait besoin d’une légère modification afin de l’y adapter ; je n’en savais rien…

Et alors que le Nara était occupé à démonter le boitier, je repris ; parlant surtout à Kenshin.

-Du métal… Je ne sais pas. J’étais à Hayashi, et nous allons y retourner pour pur voir si l’il n’y a pas « autre chose » à découvrir. Mais, tu devrais déjà essayer de créer ta V1 avec ce bois. Pour voir la réaction. Et pile quand je terminai ma phrase Karui reprit.
-On va devoir découper une pièce de bois plus petite pour l’adapter au système…
-Ok ! Bien, on peut le faire maintenant, peut-être ?
-Oui, bien sûr.

Je me levai alors et tirai vers moi la bibliothèque qui dévoila une porte, la quelle débouchait sur un escalier qui rejoignait « l’Institut ». Destination : l’Atelier.

Tout en longeant les couloirs et laboratoires qui précédaient le labo technologique, j’adressai quelques mots à Kenshin.

-Tu sembles bien t’intégrer, c’est une bonne chose. Lui dis-je en posant brièvement le regard sur lui…



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 7 Oct 2018 - 17:17
D’un rapide coup d’œil, je cherche un signe de désapprobation de mon supérieur… mais il n’en est rien. La Directrice acquiesce et se concentre sur le prototype que nous avons réalisé. Elle invite le Nara à saisir le morceau de bois pour faire fonctionner le dispositif, reposant la radio qu’elle tenait quelques instants plus tôt sur la table. Aussitôt le Nara s’affaire à démonter le boitier. La Directrice m’interpelle et m’explique qu’elle ne sait pas à propos d’un potentiel métal présent à Hayashi. Pour l’instant, tout ce dont elle dispose est ce bois… Il va falloir le tailler et l’ajuster pour pouvoir l’intégrer au système, mais cela ne devrait pas être trop difficile. Le doute éclot aussitôt. A l’espoir se mêle la crainte de ne pas trouver ce que je cherche tant. Et si ce métal n’existait pas à Hayashi ? S’il n’existait nulle part ailleurs… Non, c’est peu probable. Il doit bien exister quelque part. Pour l’instant, je dois rester concentrer. Chaque chose en son temps.

La Directrice se lève puis active la porte dérobée derrière sa bibliothèque. Nous la suivons naturellement – probablement en direction des ateliers – à travers le dédale d’escaliers et de couloirs. Sa remarque sur mon intégration me fait plaisir. Est-ce ses observations ou lui a-t-on fait un rapport sur moi ? Probablement les deux.


« Je vous remercie. J’essaye en effet de m’intégrer au mieux dans mes nouvelles fonctions. »

L’équipe, bien que légèrement sceptique au début, n’a pas mis bien longtemps à m’accepter, une fois mes capacités reconnues. Il a bien-sûr fallu que je donne de moi-même pour le leur prouver, mais aujourd’hui c’est chose faite.

Une fois parvenu à l’atelier, le Nara se saisit d’un mètre et mesure les coupes qu’il doit faire sur le morceau de bois afin de l’intégrer à l’appareil. Pendant ce temps, je préparer l’appareil de coup afin qu’il ne lui reste plus qu’à régler la taille pour s’effectuer. Une fois puis deux. A la troisième vérification concordante, il se dirige vers la scie et commence à tailler le bois. Le bruit de la lame raisonne dans la pièce. Mes yeux fixés sur le bois en train d’être taillé…. La pression monte. La Directrice semble posséder quelques exemplaires de ce bois… Mais nous ne pouvons-nous permettre de les gâcher ainsi.

Finalement, le Nara termine sans qu’il n’y ait d’accro et remplace le bois « classique » par celui tout juste taillé. Il referme le petit boitier et le place à son oreille puis me le tend tandis qu’il se saisit d’un récepteur, celui-ci branché à une petite batterie permettant de le faire fonctionner. Je place la radio sur mon oreille puis sort de la pièce. Le moment de vérité est arrivé.


« Vous me recevez ? »

A travers la vitre j’observe la réaction de mon collègue. Les yeux plissés, il semble concentré. Après une seconde tentative, le soulagement se lit sur son visage, ainsi que la joie. Avons-nous réussi ? Aussitôt je pousse la porte de l’atelier.

« – Marche-t-il ?!
– Oui ! Ça marche ! Le signal n’est pas de très bonne qualité… mais je capte bien ta voix Kenshin ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Dim 7 Oct 2018 - 18:36



Essayer… au mieux… Je gardais le silence jusqu’à ce que nous arrivâmes à l’atelier. Là, les deux technologues surent parfaitement ce qu’ils avaient à faire et je leur faisais confiance pour ce travail autant qu’eux le devraient envers moi et mes compétences. Après tout, je n’étais pas experte dans leur domaine, bien loin de là ; même si j’avais quand même quelques connaissances théoriques… Je les observais donc entre la machine de découpage et le teste de l’appareil. Je trouvais ça intéressant de les voir plongé dans leur milieu et surtout de les voir heureux de réussir. Personnellement, je n’avais pas douté un instant de leur succès.

Souvent, il ne suffisait que de s’investir même un peu dans ce qu’on faisait, être motivé pouvait aider ; et on réussissait à atteindre ses objectifs ou ceux que l’on se voyait fixés par d’autres. J’approchais donc les deux hommes, satisfaite de leur avancée. Comment aurait il pu en être autrement ? Ils n’avaient pas repris ce projet à zéro et Karui le connaissait déjà… Peut-être que ce qu’il avait fallu à son accomplissement… était un regard nouveau ; comme celui de Kenshin ? Peut-être…

-Bien, je vous félicite tous les deux. Il reste sans doute à perfectionner cette radio, mais d’ici notre départ… cela devrait aller non ? Leur demandais-je. Il faudrait que ce soit suffisant de toute façon, les équipes partant pour Hayashi allaient en avoir besoin. Un bon moyen de tester grandeur nature ce nouveau dispositif ? Oui. Il faudra en concevoir… une quinzaine, pour commencer. J’ai assez de ce bois pour que vous y parveniez. Leur expliquais-je rapidement. Karui, peux-tu nous laisser un instant ?

Le Nara s’exécuta et quitta l’atelier, nous laissant tous les deux, Kenshin et moi. Il nous observait de derrière la baie vitrée, derrière laquelle je savais qu’il ne pouvait pas entendre. Ô je n’allais pas dévoiler un secret au Metaru… Mais ce que nous avions à nous dire, enfin, moi surtout à lui ; était d’ordre plus… privé. Il n’était pas dans mon intérêt que chuunin se sente humilié ou quoi que ce soit du genre…

-Ton intégration à l’équipe et l’ensemble de l’institut est primordiale. S’il y a le moindre problème, à n’importe quel niveau, fais-en moi part. Je n’accepterai ni ne tolérerai aucuns conflits au sein de l’institut et du complexe. Evidemment, je n’étais pas en train dire qu’il y avait un problème en particulier, mais… il me semblait bon que cette information soit entendue du Metaru. J’avais horreur du conflit, qu’il concerne les relations entre les différentes personnes qui m’entouraient ; que sur le champ de bataille… Je ne me battais que si c’était nécessaire !

Puis après quelques secondes je fis signe à Karui de rentrer...

-Bon, vous vous mettez au travail dès que possible. Nous partirons pour Hayashi dans deux semaines. Leur révélais-je.


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Ven 12 Oct 2018 - 11:02
L’excitation est palpable. Après tous ces efforts nous voyons enfin le fruit de notre dur labeur. Le reste de l’équipe n’est pas là, mais nous ne tarderons pas à leur refaire l’expériences pour qu’ils puissent eux aussi ressentir cette fierté. Cette fierté… Depuis combien de temps… D’années ? N’ai-je pas ressenti ça ? Plus jeune je ressentais de la fierté dans mes accomplissements, mais ce sentiment s’est peu à peu fané. Jusqu’à totalement disparaître au fur et à mesure que je prenais conscience de cette vie… cette vie que je n’avais pas choisi. Le monde auparavant si grand, si coloré… devint si petit, si restreint, si terne. Mes rêves de découverte, ma soif de connaissance, mon ambition… tout s’était peu à peu tari. Ressentir à nouveau tout cela est… libérateur. Evidemment, je ne montre pas le moindre signe de ce cheminement de pensée… Bien que ma joie et ma fierté elles se lisent sur mon visage.

La Directrice nous félicite du travail accompli et nous demande si nous pourrions perfectionner, ce à quoi le Nara répond à l’affirmative sans trop de réserves. Bien que les détails puissent parfois s’avérer délicat, ici il s’agit plutôt d’un calibrage qu’une révision quelconque. Plusieurs jours de tests nous seront nécessaire pour améliorer la qualité, tant de l’émission, de la réception que de la transcription. Rien qui ne reflète de difficultés majeures. Il va nous falloir dans un premier temps concevoir une quinzaine de radio. La Directrice extrait de sa poche d’autres morceaux de bois qu’elle nous tend aussi tôt. Encore une fois, la quantité très limitée de cette ressource ne nous laisse guère le droit à l’erreur… Bien qu’il faille inéluctablement réaliser des tests de coupes sur quelques-uns d’entre eux afin de calibrer le débit de chakra. Ou peut-être… Pourrions-nous se faire en adaptant la résistance… Mais celle-ci aura ses limites…

Madame Sazuka demande au Nara de quitter la salle. Voudrait-elle me parler de quelque chose en particulier ? Certainement… Le Nara s’exécute sans attendre et je l’observe d’un œil discret se placer derrière la baie vitrée, dans le couloir. La Directrice semble… avoir quelques inquiétudes quant à mon intégration dans l’équipe. Elle me demande de lui faire part du moindre problème de ce genre, arguant qu’elle ne tolèrerait aucun conflit au sein du complexe. Est-ce à cause de mon statut ? De la différence de milieu entre ces hommes et moi ? Je dois bien avouer que… J’ai eu quelques difficultés à m’adapter. D’abord à la vie militaire, ensuite à la vie ici au sein de l’institut. Mais jamais je ne me suis plaint. J’ai toujours fait en sorte de chercher à comprendre ces différences et m’adapter, sans pour autant « changer » ce que je suis.


« Je vous remercie de votre attention. Je n’ai pour l’instant subit ou même ressenti aucun problème de ce genre. Les gens d’ici sont travailleurs et dévoués. Je tâche de m’adapter au mieux à ce nouveau monde. »

Karui revient parmi nous au signal de sa supérieur qui conclue cette entrevue par le délai dont nous disposons pour réaliser notre tâche : deux semaines. Dans quatorze jours nous partirons pour Hayashi… Quatorze jours ? Nous partirons ? Dans la lettre qu’elle m’avait envoyée, la Directrice avait déjà sous-entendu un possible voyage là-bas. Voilà qui se confirme donc… et qui va dans le sens de ma possible participation à cette mission.
Quatorze jours…
Un temps bien limité – comme d’habitude – qui va nous demander de nous retrousser les manches et de travailler aussi productivement que possible. Je tourne la tête vers mon collègue. Nos regards se croisent, nos esprits se connectent. Nous réfléchissons aussitôt aux différentes solutions que nous pouvons aborder… Mais avant cela…
<

« Madame, je me permets de vous demander une chose. Quand vous dites que nous partirons à Hayashi dans deux semaines, me comprenez-vous dans ce « nous » ? Vous avez en effet plusieurs fois sous-entendu cela. Premièrement dans votre lettre, au début de notre entrevue et enfin il y a quelques instants. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Sam 13 Oct 2018 - 3:15



Je me souvenais de ces quelques jours qui avaient suivi ma rupture brutale avec Akina. Asami dont je n’avais plus de nouvelles ; m’avait à cette époque fait remarquer à quel point je changeais, mon caractère, comportement, mon approche des autres. Et cette discussion qui se tenaient entre moi et le Metaru, tout ce que je faisais ici depuis que j’avais rejoint le complexe scientifique en tant que médecin et experte dans divers domaines proches de la biologie tentaient à le confirmer. Jamais, ô grand jamais je n’aurais porté une telle attention aux personnes que je côtoyais il y a quelques années. Pourquoi ? Je n’en avais aucune idée… Et c’était déstabilisant, malgré tout ce temps…

Devais-je vraiment veiller au bien être de ceux avec qui je travaillais ? Devais-je remplir ce rôle si bienveillant ? Enfin… j’étais plutôt contente d’apprendre que tout se passait bien pour la nouvelle recrue de l’institut… Je ne poursuivis donc pas sur ce sujet, ne faisant qu’acquiescer d’un sourire « empathique »… Sans doute avais-je compris quelque chose depuis ma visite à Iwa et ce passage dans la Forêt de Shikkotsu… Puis le Nara revint. Je le savais assez intelligent pour comprendre que cette « exclusion » n’était pas contre lui mais pour le Metaru. Il ne m’en tiendrait pas rigueur, je le savais aussi.

-Eh bien… Oui. Toi aussi. Lui dis-je avec une certaine surprise. J’avais espéré qu’il n’eût pas à me le demander pour le comprendre... Mais bon. Plusieurs kumojin sont affectés à cette mission. Tu seras en charge d’une équipe, d’ailleurs. Comme Karui me remplace durant mes absences ; il restera ici. Dis-je en lui jetant un coup d’œil. Ce dernier préférait de toute façon « son » atelier au terrain et il était bien plus efficace avec un clé entre les mains au sien de l’institut qu’avec ses ombres au milieu d’une forêt hostile. J’étais sûre de ne pas me tromper avec lui…

Enfin, maintenant que cette oreillette était fonctionnelle, j’entrevoyais déjà un peu mieux l’expédition qui nous attendait. Avoir le pouvoir de communiquer à distance, de signaler d’éventuels problèmes sans avoir à joindre un message à la patte d’un animal quelconque… était un avantage certain sas être un gage de réussite. La science était l’un de nos avantages les plus concrets et même par-delà les frontières de Kaminari ; si ce n’était le seul d’ailleurs. Nous devions en jouer, pour la suite…

-J’ai pensé que ce serait une bonne occasion pour toi, pour ton projet. Et j’aurais besoin de quelqu’un du département technologique une fois sur place… J'observais un instant les deux hommes et soupirai... A vrai dire, je ne sais si nous serons bien accueillis; et je compte bien sur cette oreillette, et d'autres... innovations; pour faire pencher la balance en notre faveur... S'ils refusent... Je crains fort que la valeur des ressources d'Hayashi ne poussent le Seigneur de Kaminari à ordonner une... attaque. Et, Rei... la Raikage ne s'y opposera pas.


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mer 17 Oct 2018 - 13:21
La réponse est évidente… Mais tant qu’elle ne sortira pas de la bouche de ma supérieure, je me refuse à la considérer comme acquise. Peut-être est-ce là une déformation de mon esprit scientifique : ne jamais croire ce que l’on voit. Il est facile de se berner d’illusions, de se contenter des apparences alors que la réalité est tout autre. Que derrière ces apparences se cachent des réalités toute différentes. Cette apparence la se confirme enfin. D’autres Kumojins y participeront aussi et j’aurai même la responsabilité d’une équipe.
Ma première équipe.
Diriger quelques shinobis ne devrait pas être bien plus difficile que de diriger toute une institution, toute une famille. Bien qu’inconnu, rien dans cela ne me fait peur… A l’exception près qu’ici je risque ma vie. Nous risquons tous notre vie… et c’est moi qui en aurait la responsabilité. En rien ce n’est comparable avec ce que j’ai déjà vécu. En rien.

Karui restera ici pour remplacer la directrice dans la gestion de l’institut, comme il l’a déjà fait ces dernières semaines. L’homme aux ombres à la confiance de sa supérieur, une confiance toute méritée. Quant à ma participation à la mission, elle fut motivée par mon rôle de scientifique et le projet qui me tient à cœur.
Mes capacités de shinobis ne comptent-elles pas ?
La réponse est évidente. La crainte infondée. L’idée saugrenue.
Rien ne nous dit qu’une fois arrivé à destination, nous recevront un accueil positif… Et l’oreillette, en plus d’être un atout capital pourrait aussi pencher dans la balance. Si… Si jamais les négociations n’aboutissent pas, alors l’intérêt du pays poussera le seigneur et la Raikage à adopter des comportements plus radicaux. La guerre… la guerre sera inévitable. La guerre avec son lot de mort, de blessés et de martyrs. Son lot de héros et de victoires. Nous devons tout faire pour éviter d’en arriver là. La force brute, la violence doit rester un dernier recours. Quand toutes les autres solutions n’ont mené à rien. Pour l’heure nous devons nous concentrer sur le projet, ces appareils pouvant peser dans la balance, leur importance en est d’autant plus capitale.


« Si je puis me permettre, je préférai d’autant éviter tout conflit. La guerre… ne serait enviable qu’en dernier recours, si aucune autre solution ne nous permet d’arriver à notre objectif. »

Etant chef d’équipe, je peux me permettre de donner mon avis sur le sujet.

« Je vous remercie par ailleurs de la confiance que vous placez en moi, tant dans mon travail ici, à l’institut, qu’en mes capacités de Chunin. Soyez assuré que j’en serai digne. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Jeu 18 Oct 2018 - 20:58



Bon, et bien nous étions visiblement sur la même longueur d’onde… Ces questions étaient donc réglées et le Metau fut peut-être rassuré de ne pas être mis de côté dans la réalisation de cette mission diplomatico-scientifique. Cela dit, la question de la confiance, celle que je pouvais placer éventuellement en ses capacités…. C’était autre chose. Mais sa participation à ce projet d’envergure saurait sans doute la confirmer. Oui, il n’était pas si simple de devenir une personne de confiance à mes yeux malgré les apparences. En fait, parler de ce que nous allions faire dans le pays du bois… Ne constituait en rien une preuve.

-Heureusement nous avons ou… aurons plusieurs « solutions » avant d’en arriver au point de non-retour. Affirmais-je sans penser un seul instant que je pouvais me tromper. Après tout j’avais dans ma manche quelques cartes pouvant favoriser nos échanges avec le Charpentier. Enfin… Nous verrons bien une fois sur place. Dis-je avec détachement en haussant les épaules. Bien, dès que les derniers réglages auront été apportés, il faudra transmettre les plans finaux à la Raffinerie. Là-bas, ils étaient bien mieux équipés que nous, que le complexe, pour produire des objets en série. Enfin, pour le moment, on se contentera de fabriquer manuellement quelques modèles, pour notre mission. Et nous en produirons davantage lorsque nous aurons accès aux ressources du pays du bois. Expliquais-je vaguement, étant sûre que les deux hommes savaient exactement de quoi nous parlions.

Kumo, et plus généralement Kaminari ; étaient connus pour leur Appareil de production très développé et d’une efficacité redoutable. Si notre projet portait ses fruits, et je n’en doutais évidemment pas ; la puissance industrielle de la foudre resplendirait sur tout le Yukan. Le bois si spécial d’Hayashi allait nous permettre un nombre incalculable d’innovations, de développement… Mais pour se faire ; les différents projets sur lesquels nous travaillons étaient… vitaux.

-Prenez donc votre journée, reposez-vous ; la suite sera… « intense ».

Plus encore qu’actuellement.



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Jeu 25 Oct 2018 - 10:26
Mes… doutes sont rapidement balayés par la Directrice. Pour elle aussi le conflit armé est un dernier recours. Avant cela, différentes solutions seront envisagées afin de négocier et d’obtenir ce que nous cherchons sans bain de sang inutile. Aujourd’hui, rien ne nous garantit que nous réussirons, mais rien ne garantit que nous échouerons. Le sort se jouera le moment venu.

Une fois les derniers réglages apportés, nous avons pour ordre de transférer les oreillettes à la raffinerie afin qu’ils puissent en analyser la conception et les reproduire à grande échelle. Avec les oreillettes viendra évidemment les plans ainsi que tout le dossier de conception et création. Enfin, un membre de notre équipe restera avec eux afin de répondre à toute question qui se poserait ou, si nécessaire, adapter une pièce de l’appareil afin qu’elle puisse correspondre aux critères de production. Ayant pendant un temps eu la responsabilité de la raffinerie, je suis bien placé pour comprendre les tenants et aboutissants. Quand on prototype est fonctionnel, un long chemin reste encore à parcourir afin qu’il puisse être produit à la chaîne. Les pièces doivent correspondre à un certain cahier des charges. Dans un premier temps, il faut étudier la faisabilité des pièces. Les machines sont-elles capables de les produire ? Si ce n’est pas le cas, on étudie la possibilité de modifier la pièce afin de la faire correspondre aux différents critères. Si cela se révèle impossible, les techniciens développent et construisent une nouvelle machine afin de pouvoir la modeler. Ce dernier bien prend évidemment plus de temps et plus d’argent. Ainsi il n’est étudié qu’en dernier recours. Dans un second temps, il faut former les hommes à produire cette nouvelle pièce. Cela passe par une codification des méthodes de production et une phase d’apprentissage. Enfin, il faut pouvoir agencer les pièces entre elles afin de « monter » l’appareil. Bien que cela s’étudie lors de la conception des pièces, il se peut que des retouches soient nécessaire dans cette dernière phase. Cependant je ne me fais aucun illusion… et il en est de même pour la directrice. Si nous parvenons à développer la radio portative pour la mission – ce qui sera déjà un exploit – jamais il ne restera assez de temps pour passer à l’étape suivante, ni même assez de l’ingrédient secret pour les produire. Ainsi nous devrons nous contenter des modèles créer en laboratoire… et les problèmes qui en découleront. Mais qu’importe les défauts de ces prototypes, ils apporteront un plus non négligeable une fois sur les lieux. Nous devrons juste veiller à ne pas nous reposer uniquement sur elles.

Notre travail mené à bien en ce jour, la Directrice nous laisse disposer librement de notre après-midi… Un repos de courte durée que nous devons savourer. A partir de demain, nous devrons redoubler d’effort pour améliorer le prototype à temps pour la mission. L’échec n’est pas une possibilité envisageable.


« – Je vous remercie Madame la Directrice.
Je me retourne vers mon chef d’équipe.
– Avez-vous besoin de moi ?
– Ça ira pour aujourd’hui Kenshin. Tu as bien travaillé. Profite de cet après-midi pour te reposer, les prochains jours seront intenses ! »


Je les remercie tous deux d’un hochement de tête puis sort de la pièce. La discussion entre ces deux-là va sûrement se poursuivre encore quelque temps. Le pas de porte passé, je veille à ce qu’elle se ferme bien puis m’engage dans le couloir en direction de la sortie.

__________________________________________


De retour chez moi, j’ôte ma veste puis m’assied sur mon fauteuil. La fatigue me pèse. Mon corps tendu me fait souffrir par endroit, ce malgré les entrainements quotidiens. Qu’en serait-il si comme avant je ne m’entrainais pas… Avais-je un tel train de vie avant ? Non. Malgré les responsabilités j’avais beaucoup plus de temps « libre ». Aujourd’hui, accaparé entre mon travail à l’institut et mon rôle de Chûnin, le temps est devenu une denrée rare. Les jours se lèvent et se terminent les uns après les autres. Le travail s’amoncèle plus vite que je ne peux le réaliser...
Deux semaines.
Dans deux semaines le départ pour Hayashi sera donné et enfin, je pourrai souffler. Mais le pourrai-je réellement ? Une mission à l’extérieur… Ma première mission à l’extérieur des frontières… L’expérience est nouvelle, l’enjeu important, les responsabilités grandes. Je ne pourrai pas me reposer.

Affronter cette réalité est… pénible. Usant. Vouloir cette vie et la vivre sont deux choses différentes. Je savais que la route serait difficile, parsemée d’embuches. Tantôt des gouffres, tantôt des montagnes, tantôt des plaines. Actuellement, je m’enfonce dans un gouffre qui m’est inconnu. Un gouffre donc je ne parviens pas à apercevoir l’autre rive…


__________________________________________

Le lendemain matin

La nuit fut courte, bien trop courte. Assit devant mon établi, agacé, fatigué, j’attends que mon responsable et le reste de l’équipe arrive. Il n’y a pas de temps à perdre, nous devons réussir en temps et en heure. Je n’accepterai pas un échec de ma part.


Dernière édition par Metaru Kenshin le Lun 19 Nov 2018 - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Mar 13 Nov 2018 - 22:17



Habituellement, je laissais les scientifiques des différentes sections travailler dans leur coin, avec leur équipe, en toute liberté et sans interférer. Parfois, passant par là, je m'arrêtais, entrer dans un labo, et observais ce qu'ils faisaient sans toujours vraiment comprendre. Mais pour ce projet-ci, je tenais à être sur place, le plus possible, afin de suivre l'évolution et pourquoi pas; apporter on aide, même si je n'y connaissais pas grand chose, que ce soit en physique ou dans ces domaines plus... cartésiens.

Ainsi, le lendemain je retrouvai Karui au complexe scientifique, ainsi que Kenshin. Ils devaient être prêts pour cette nouvelle journée, pour travailler sur ce projet, sur cette radio. Une technologie d'importance capitale pour notre mission à Hayashi mais aussi pour le futur des missions de Kumo. Autrement dit : zéro pression. Le prototype lui n'avait pas quitté le laboratoire, apparemment; comment l'aurait il pu ? L'institut était un endroit particulièrement sécurisé, malgré les apparences.

-Bien, je pense qu'il est temps de s'y mettre! Adressais-je aux deux hommes. Bon, je ne serai pas d'une grande utilité, mais je tiens à être présente aujourd'hui ! Et oui, ils allaient avoir la directrice, et médecin, dans leurs pattes; j'allais sûrement... m'amuser, mais pas eux. Haha. Ou alors, peut être que je pourrais vous aider. Haussais-je les épaules. Mais même pas en rêve j'irai leur chercher du café.
-Si vous voulez Sazuka, pas de soucis. Vous n'avez qu'à vous mettre dans un coin; par là bas. Dit-il en me montrant un coin de la pièce.
-Haha... très drôle. Soupirais-je. Enfin, d'une certaine manière, il avait un peu raison... Non, j'ai du travail aussi au laboratoire; mais je reviendrai vous voir de temps en temps. Souris-je. Oui, finalement... Ce n'était pas plus mal comme ça. Alors je m'éclipsai.
-Aah... Fit le Nara, exaspéré. Elle sait très bien que nous n'avons pas besoin d'elle ici... Enfin... Soupira-t-il. Nous devons travailler à améliorer le signal, la netteté des communications et effectuer quelques réglages. Dit-il à Kenshin.




_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 20 Nov 2018 - 0:07
Karui arrive parmi les premiers, le reste de l’équipe ne tardant pas à faire son entrée dans la pièce. Ci-et-là les visages témoignent d’une concentration déjà palpable. D’autres affichent de l’envie, de la fatigue, de la fierté. Ainsi suis-je le seul à être effrayé à l’idée d’un échec ? Tous doivent probablement considérer cette idée… Mais tous, avec leurs expériences, doivent savoir que nous sommes encore loin de pouvoir parler d’échec. Je dois me ressaisir, je ne peux partir sur une telle mentalité et espérer pouvoir tenir les semaines à venir. Relever la tête, se reconcentrer et se plonger dans le travail. Je ne peux ainsi me laisser aller. L’échec n’est pas acceptable et l’échec n’arrivera pas.

Peu de temps après leur arrivée et avant le briefing matinal, la Directrice fait son interruption dans la pièce, arguant qu’elle souhaite être présente aujourd’hui, non pas physiquement mais au moins une présence officieuse pour nous apporter son aide si besoin est. Le peut-elle ? Peut-être, je ne connais absolument pas l’étendue de ses connaissances et de son champ d’action. Mais Karui dit exaspéré que son aide ne nous sera d’aucune utilité. Quoi qu’il en soit, nous devons maintenant nous concentrer et améliorer la netteté des communications ainsi que la portée du signal et sa stabilité. Des calibrages de dernière ligne droite… Calibrage qui font toutes la différence et qui peuvent prendre un jour comme un mois.

Les altérations que subissent le signal sont nombreuses, tout aussi nombreuses que les raisons qui expliquent pourquoi il subit tant d’irrégularité. Le flux de chakra ou d’énergie dans le système ici présent est la raison de tous ces problèmes. C’est la seule chose dont nous pouvons être certain, puisque l’appareil fonctionnait parfaitement avec un courant électrique. Le nouvel élément que nous venons de rajouter, le catalyseur en bois, est probablement l’origine du problème. Mais une probabilité n’est en aucun cas une certitude et il convient donc d’affirmer ou d’infirmer cette idée. Ainsi nous avons l’idée de base : le catalyseur cause l’instabilité du signal. Son idée contraire est la suivante : le catalyseur ne cause pas l’instabilité du signal. Remplacer le catalyseur et la source d’énergie fausserait complètement les résultats et nous devons déterminer dans un premier temps laquelle de ces deux idées est la plus simple à réfuter et laquelle il faut réfuter ou prouver dans un second temps. Aucune des deux idées ne me semble plus simple et il ne nous est pas possible de remplacer le catalyseur tant c’est une pièce unique en son genre. Les autres morceaux de bois produisent également le même effet, comme je peux l’entendre de l’un de mes collègues qui est train de tester ce cas de figure.

Je me lève puis saisis me rapproche du tableau. Là ma main vient saisir une craie avec laquelle je commence à « jouer ». Vérifions tout d’abord les calculs mathématiques, puis que les autres membres se chargent tant de tester avec d’autres catalyseurs que de prendre des mesures avec tous afin de déterminer des résultats avec lesquelles nous pourrons faire nos calculs. Les formules sont complexes pour un profane mais en réalité plutôt simple. Un étudiant ayant de solides bases en mathématiques pourraient en comprendre la nature avec une explication efficace. Je me contente donc juste de vérifier ce qui a été fait jusqu’à maintenant afin de prévenir toute perte de temps complémentaire qui viendrait nous retarder dans notre travail.

Les heures passent sans qu’un seul bruit ne soit émis dans l’atelier. Tous sont afférés à leur tâche comme je suis afféré sur la mienne. Une équipe déjà bien rodée à laquelle je suis parvenu à m’intégrer. Nous n’aurons pas assez d’un jour – voir même peut-être de deux – pour réaliser toutes les mesures nécessaires. Mais que puis-je faire pendant ce temps ? Les calculs vérifiés, me voilà dressé devant ce tableau en quête d’une matière à creuser. Faire semblant de travailler ? Impossible. Je me rapproche de Karui puis me place à son niveau afin de ne pas déranger les autres.


« J’ai terminé de vérifier les équations sur lequelles nous nous basons. Sur qu’elle autre tâche puis-je apporter mon aide ? »

Il n’est pas courant de venir demander ainsi du travail, tant il est naturel d’en chercher et d’en trouver par soi-même. Mais plutôt que de me tourner les pouces et perdre du temps, je préfère passer pour un sot et être utile au groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Mar 20 Nov 2018 - 1:50



Karui observait son équipe à l’œuvre, les uns travaillant sur le prototype, l’ayant désossé pour revoir quelques soudures, remplacer certaines pièces ou simplement améliorer quelques détails plus ou moins négligeables. Les autres travaillaient des calculs divers et variés, notamment concernant les fréquences ; des réglages demandant beaucoup de précision, de « doigter ». Et Kenshin devant son tableau, avec ses craies, cherchant à corriger d’éventuels défauts du précédent projet. Le Nara estimait que chacun avait trouver sa place dans cette entreprise, et comprenait parfaitement quels correctifs nécessitaient la V1.2 de leur oreillette.

Savoir comment circulait le chakra, comment réagissait le bois si spécial d’Hayashi, comment il servait de « passerelle » entre le shinobi et la machine ; ça c’était son domaine. Et il s’appuyait lui aussi, en bon scientifique qu’il était, sur des calculs assez poussés tout en ayant conscience qu’il ne pouvait pas se permettre de gaspiller ne serait-ce qu’une miette de cette précieuse ressource ; ce qui rendait le travail évidemment et infiniment plus complexe. D’ailleurs, il se demandait pourquoi la directrice n’en avait pas pris davantage… Ce qui ne le regardait absolument pas ; chose qu’il savait aussi.

-Tu as fini ? Répondit-il surpris. Eh bien… Tu peux sûrement m’aider, oui. Il lui tendit un petit appareil au bout duquel deux tiges métalliques, d’un pouce chacune, dépassaient. Elles étaient en fait des récepteurs de chakra, un peu comme le bois… L’appareil savamment conçu permettait d’évaluer, ou plutôt de chiffrer ou mesurer même, le chakra. J’ai plusieurs mesures à prendre sur le bois d’Hayashi. Dit-il en observant la toute petite pièce en bois qui devait venir se loger dans le dispositif radio.

-Il faut qu’on sache comment ce bois réagit au chakra. Absorbe-t-il naturellement le chakra ? Ne fait-il qu’y réagir ? Ou alors doit on se servir de notre chakra pour qu’il… « fonctionne » ? C’est à ces questions que nous permettront de répondre ces mesures. Donc, tu prends les mesures… Tu verras l’aiguille bouger et indiquer une valeur. Tu me donnes les valeurs. Et je les note. Et comme tu l’as sans doute compris, nous allons tester plusieurs configurations. Continuait-il. Quand nous aurons terminé, nous comparerons les données de chacun des testes. Et on recommencera en affinant. Conclut-il.



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Jeu 6 Déc 2018 - 11:29
Karui, surprit, me demande si j’ai fini, comme pour confirmer ce qu’il n’aurait pas cru possible. Il ne s’agissait pourtant là d’un travail pas si complexe qu’il pourrait paraître. Il existe plusieurs manières de vérifier la véracité des équations, la plus mais fastidieuse consistant à les refaire à nouveau en suivant le même schéma de pensée, ce que j’ai fait dans le cas présent. Il n’est pas difficile cependant, pour un œil aguerri et surtout pour un œil qui voit ce genre d’équations depuis des semaines maintenant d’en repérer les fautes.

Il me tend un petit appareil au bout du quel deux tiges métalliques dépassent : les deux récepteurs à chakra. Cet appareil, identique dans le fond au fameux bois que nous venons d’obtenir, permet de mesurer le chakra, d’obtenir une valeur numérique à la quantité de chakra. Cependant, bien qu’il soit adapté à cet effet, il n’est en aucun cas adapté à une absorption et un transfert de chakra continue, comme celui requis pour faire fonctionner l’oreillette, d’où la nécessité d’obtenir ce fameux bois, que nous devons cependant encore analyser afin d’en comprendre le fonctionnement. C’est donc dans ce but que je me vois confier les analyser les propriétés du bois afin de savoir avec précision comment il réagit. Se contente-t-il d’absorber le chakra et de le transférer ? Ou y réagit-il d’une toute autre manière ? C’est ce que je dois déterminer grâce à cet appareil. Infuser mon chakra dans le bois, reporter la valeur indiquée par le compteur, décharger le bois. Puis répéter l’opération autant de fois que nécessaire pour obtenir le plus grand nombre de valeurs possibles. Une fois un certain de valeur obtenues, il faudra comparer les données, les analysées pour ensuite affiner les tests et recommencer. Une tâche loin d’être passionnante, mais nécessaire. Comme dans tout travail, il existe des tâches dîtes ingrates dont nous devons nous accommoder.


« Bien. »

Je saisis l’appareil puis le place sur le bois, que je place lui-même dans ma main, puis commence à y infuser mon chakra. Le compteur affiche alors une valeur que je donne aussitôt à Karui.

« Quarante-deux virgule cinquante-trois. »

Puis continue ainsi encore et encore jusqu’à obtenir une trentaine de valeurs. Quoi que petit, cet échantillon devrait déjà nous permettre de faire une première analyser afin de comprendre le fonctionnement du bois et d’affiner les tests afin d’obtenir des mesures plus précises. De plus, cet exercice à l’avantage indirect de me faire directement voir qu’elle quantité de chakra j’émane à chaque palier, une donnée que nul ne peut prétendre pouvoir obtenir. Voilà un moyen d’améliorer sa consommation de chakra, permettant ainsi d’obtenir un avantage certain dans un combat. Mais cette idée sera pour plus tard, quand nous aurons fini tout cela, soit dans encore longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Hier à 19:28



-Quarante-deux virgule cinquante-trois ?! Répondit le Nara un air surprit. Le sourcil arqué, il posa son crayon et son tableau puis s’approche du Metaru. Non non non… ça doit déconner. Dit-il en tendant la main vers lui pour récupérer l’engin. Il l’approcha du petit bout de bois et l’aiguille indiqua exactement la même chose. Il se gratta la tête et recommença une nouvelle fois l’expérience dans l’espoir d’avoir, sans doute, un résultat différent. Et, c’était peine perdue. Une nouvelle fois le même chiffre apparut, au dixième prés. Ah… Beh, non. Ça fonctionne… à priori. Dis-il en rendant l’instrument au scientifique Metaru.

-Normalement, un objet inerte indique zéro. Un objet biologique… Enfin, une plante ou un animal ; indique une valeur allant de zéro un à un. Un être humain, c’est entre … un et vingt. Un shinobi, ou tout au moins un utilisateur de chakra ; ça de… vingt à… Il regarda le compteur. A bien plus que ce qu’il est possible de mesurer avec cet appareil. Si tu le pointe sur toi, il affichera cinq cent, mais... Tu "fais" bien plus que "cinq cent"Dit-il en levant en doigt. Alors, qu’un si petit bout de bois indique… une telle valeur… Signifie une seule chose : nous n’avons pas besoin de grosses quantités. Affirme-t-il simplement en observant son interlocuteur. Pour lui, c’était une évidence, quelque chose d’aussi clair que de l’eau de roche.

-Hum… Bien… bien… bien… Donc, sans être sollicité, cette pièce de bois indique … Nous allons maintenant voir ce qu’il ressort si j’y fais passer du chakra de nature électrique… Dit-il en posant son doigt sur le bout de bois et faisant crépiter une légère étincelle au bout de index. Tu as pris la mesure ? … Hohoho… C’est excitant non ? On devrait tester avec plein d’autre choses !



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Ondes courtes [Metaru Kenshin]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Complexe scientifique
Sauter vers: