Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Retour aux sources [Yume]


Mer 3 Oct 2018 - 19:07
Après tous les événements qu’ils s’étaient passés, j’avais décidé de me rendre à l’académie à nouveau,non pas parce que le Kage y avait installé ses bureaux, mais bien pour y suivre des cours. Cela faisait plusieurs mois depuis que j’avais réussi mes examens et obtenu mon bandeau, mais les événements récents m’avaient conduite à réaliser que je ne pouvais me permettre de laisser le temps passer pour m’améliorer. Progresser avait toujours était un de mes objectifs principaux, telle était la Voie, mais je devais me résoudre à sortir du confort du domaine clanique pour continuer à le faire.

J’étais bien consciente de l’ironie de la situation ; après avoir passé toute mon enfance à rêver du moment où j’allais enfin terminer l’académie et pouvoir partir en mission, je me retrouvais à ressentir le besoin d’y retourner en même pas une année. Après une journée passée à assister à divers cours, qui me semblèrent étrangement bien plus instructifs qu’à l’époque, l’envie me prit de visiter l’établissement par nostalgie.

Ce fut au détour d’une salle de classe que j’aperçus une jeune femme masquée et esseulée. Elle semblait s’entraîner aux techniques basiques nécessaires à l’obtention du diplôme. Bien que son âge apparent était supérieur à celui de la moyenne des étudiants, cela n’avait rien d’exceptionnel de voir des adultes se décider à s’y mettre.

Je tournai bien vite les talons pour la laisser tranquille avant de me remémorer mes entraînements avec Tenshi et Musashi. Si les deux n’étaient plus présents, leur souvenir étaient encore vifs dans mon esprit. Ils m’avaient surpris dans un entraînement et dans un élan de bienveillance, m’avaient aidée à progresser sans contrepartie. Ce n’était que logique pour moi de répéter ce genre de geste en guise de remerciement. Toquant à la porte pour indiquer ma présence, je m’inclinai respectueusement en la voyant se retourner.

— Je ne voudrais pas vous déranger, mais je me demandais si vous ne souhaitiez pas un peu d’assistance. Nagamasa Hisa, pour vous servir.

J’y allais peut être un peu fort sur la politesse, mais quitte à la déranger, autant y mettre les formes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Dim 7 Oct 2018 - 12:21
Retour aux sources
Ft Nagamasa Hisa

Keep your face to the sunshine and you cannot see a shadow.

Les dédales des étagères garnies de la plus pure essence de culture. La lumière qui serpente les allées, traversant en rayons intimistes les allées de la bibliothèque. Ce lieu de sagesse, en nouvelle alliée, te donnait les exemples, les rumeurs, les avis, les jugements. Les manuscrits montraient la théorie, les romans décrivaient l’interprétation et l’appropriation de celle-ci. Des grands noms témoignaient de leur parcours, de leurs ressentis, de leurs exploits. Leur grandeur écrasait quelque peu tes ambitions de l’instant. Ils parlaient de faire plier les cieux, d’éventrer la terre, là où tu peinais à effectuer ne serait-ce qu’une simple suite de mudra.

La mémoire ne te faisait pas défaut, mais tu manquais d’entraînement. Tes doigts avaient beau se mêler et se délier selon les écrits ; les effets n’apparaissaient pas à coup sûr. La logique de l’âme, du Ki, de son exploitation : tout t’échappait pour la simple et bonne raison que tu ne les avais encore jamais stimulés volontairement.

La frustration de l’échec, une sensation nouvelle pour quelqu’un qui n’avait jamais eu à perdre. Tes efforts semblaient insuffisants, plus tu t’acharnais sur le concret, plus il t’échappait. A chaque fois que tu pensais saisir l’essentiel, ton poing se refermait sur l’absence totale de matière ; à la conquête même de l’intangible.

Une voix, jeune, t’arrache à tes essais. Comme honteuse, tu ranges illico tes bras derrière ton dos, et avec eux le livre qui accompagnait tes expérimentations. Une réaction inutile, car la jeune fille qui s’approche propose déjà son aide. Elle avait été témoin de tes ratés, ce qui eut le mérite de faire monter le feu à tes joues, heureusement cachées derrière le masque d’ébène.

- Je… hum…

Elle se présentait en Nagamasa, avec toute l’éloquence qu’on pouvait leur attribuer. Ton cœur se serre à chaque fois qu’il entend ce nom, ne pouvant s’empêcher de faire le lien avec Yoshitsune. Encore un roi que tu avais intronisé pour sa perte. Amertume.

- … Pardon j’ai été surprise… Bya.. Kurotori Iki *…

Une présentation bancale, un nom spontané qui remplace celui que tu voulais enterrer avec les mondanités de noblesse.

- A vrai dire j’essaye d’apprendre les techniques de base, dans l’objectif de passer l’examen Genin.. Mais tout est tellement nouveau pour moi

Un aveu honnête, dénué de façades. Le masque sur le visage permettait au masque du cœur de s’éclipser. Toutes les barrières qui faisaient passer ton titre avant ta personnalité s’écroulaient, une à une.

* Le souffle du cygne noir

_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 8 Oct 2018 - 19:18
En observant la reaction de la kunoichi, il me fut assez évident qu’elle s’était mise à l’écart volontairement, préférant l’intensité de la solitude à celle de l’attention d’autrui. Je ne connaissais que trop bien cette volonté, même si mes raisons étaient probablement éloignées des siennes. La fierté était une motivation sans pareil, mais elle était à double tranchant lorsqu’elle occupait plus d’important que la progression personnelle. Elle ne m’avait cependant pas jetée de la salle, cela me suffisait pour insister un peu.

— Enchantée, Byakurotori Iki. Vous venez donc de commencer l’académie ? Vous n’avez pas à cacher aux autres vos erreurs dans ce cas, j’ai moi-même passé des années à m’entraîner avant d’y arriver. J’ai toujours eu des difficultés avec le ninjutsu, les techniques que vous convoitez sont même les seules que je maîtrise aujourd’hui.

Ma spécialité avait toujours été celle de mon clan, le Kenjutsu. J’avais reçu un enseignement en la matière depuis mes premiers pas, ce qui me donnait un avantage considérable, mais mes lacunes l’étaient tout autant.

— Je suppose que vous avez déjà assisté à plusieurs démonstrations de professeurs, me voir les refaire avec moins de finesse ne vous apportera pas grand chose. Donc autant que vous montriez directement où vous en êtes.

Je commençai un peu à douter de mes capacités de pédagogue dans le domaine, mais j’avais une certaine expérience dans les différentes erreurs liées au ninjutsu. J’espérais qu’à force d’échouer, j’avais fini par connaître l’échec suffisamment bien pour le repérer chez les autres.

— Gardez bien en tête qu’il n’y a aucune honte dans l’échec, seuls l’abandon et le manque d’effort sont preuves d’un esprit faible.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Sam 17 Nov 2018 - 11:42
Retour aux sources
Ft Nagamasa Hisa

Keep your face to the sunshine and you cannot see a shadow.

Par mégarde, tu venais de créer un monstre : Un nom distordu, trop long, qui sonne faux. Tu racles une gorge embêtée par ses propres erreurs, réitère ta présentation :

- Pardon, juste Kurotori Iki, enchantée aussi

Ton visage se courbe avec moins de distinction que d’accoutumée. Il fallait faire et vivre les choses simplement, quitte à ravaler toute une vie supputée prestigieuse. Une enfant venait t’aider avec toute l’honnêteté de son âge : Elle fustigeait la perfection, désavouait son existence. Pour elle, les erreurs rimaient avec le progrès. Une idée que tu pouvais comprendre mais pas cerner : On t’avait habituée à contrôler ta vie jusqu’au plus infime des traits pour qu’elle n’en paraisse plus qu’excellente. Tu ne pouvais renier tes réflexes, mais quelque part, se retrouver dans cette bibliothèque consolée par une sabreuse apaisait peu à peu tes amertumes.

- Je n’ai encore jamais assisté à des cours… Disons que je suis arrivée ici sur le tard

Et la pudeur t’empêchait d’avouer que tu évitais les cours communs par peur des regards indiscrets. Ton masque était un camouflage fragile, ton identité se devait d’être discrète et muette, te forçant à oublier les aventures trop visibles. Même si les professeurs devaient être informés de ta présence à l’Académie, les élèves, eux, n’avaient pas à le savoir.

- Sans indiscrétion, vous dîtes que vous maîtrisez aujourd’hui les techniques élémentaires… L’apprentissage a-t-il été long ? Je ne m’y essaye que depuis quelques jours, mais entre la théorie et la pratique… J’ai l’impression que quelque chose m’échappe

C’est comme si ton chakra n’obéissait qu’en cas d’extrême nécessité. Après tout, tu avais une vie où tes seuls mots suffisaient à faire chavirer les opposants ; et c’était ta limite psychologique. Née en entendant un père fustiger l’art de la guerre, les dons et le besoin d’en venir aux poings.

Pourtant tes paroles s’étaient retrouvées vaines lorsque la violence ne pensait plus. Dans les forêts de Tsuchi, l’inavouable était arrivé : la petite goutte d’eau qui avait faire pencher ton cœur vers ce qu’il désirait toujours ; comprendre l’art ninja et ses mystères.

_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 21 Nov 2018 - 9:00
La jeune femme me reprit rapidement sur son nom, ce qui ne me surprit pas vraiment. Le premier semblait étrange, de plus, il était plus tôt logique pour une personne masqué de subir une confusion sur son identité. Comme mon grand-père me le disait souvent lorsque j’étais petite en voyant mon admiration devant les masques du marché, ces derniers ne servaient qu’à ceux qui souhaitaient préserver leurs actes de leur identité ou leur identité de leurs actes. Autant vous dire qu’à l’âge que j’avais, je ne comprenais pas du tout le sens de ces mots.

Iki m’expliqua alors qu’elle venait d’arriver à l’académie et qu’elle n’avait pas encore eu l’occasion d’assister aux cours. Cela expliquait donc à mes yeux, les difficultés qu’elle rencontrait.

— Depuis quelques jours ? J’ai entendu parler d’élèves d’exception, mais je vous conseille de vous armer de patience. Mon cas n’est malheureusement pas très utile dans cette situation, on m’a enseigné les arts shinobis et Samouraïs depuis mes premiers pas. Cependant, la plupart des enfants de mon âge terminent l’académie en moins de deux ans. Je suppose qu’une personne de votre âge devrait y arriver bien plus rapidement. Enfin, à supposer que ce soit réellement la route que vous souhaitez emprunter.

Il fallait être honnête, nombreux étaient les aspirants qui ne terminaient jamais leurs études. La vie de shinobi est fanstasmée par beaucoup, mais elle est surtout constituée d’épreuves et de souffrance.

— Les causes d’erreurs les plus courantes pour les débutants sont le manque de connaissances théoriques, le manque d’entraînement et le manque de volonté. Je ne serais diagnostiquer la source de vos difficultés, mais il est peu probable qu’un mal supplémentaire vous empêche de réussir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Ven 23 Nov 2018 - 18:54
Retour aux sources
Ft Nagamasa Hisa

Keep your face to the sunshine and you cannot see a shadow.


Deux années ? C’était un délai que tu pressentais tout en espérant te tromper. Seuls les élèves exceptionnels pouvaient se vanter d’avoir acheminé ce parcours avec plus d’efficacité. Ton cas était particulier mais pas transcendant pour autant. Tes pouvoirs avaient étés reniés des années durant ; par mesure de bonne conscience ? Pour ne pas déshonorer un sang noble ? Ou tout simplement car tu n’avais jamais eu le besoin ni même l'occasion propice à une utilisation des arts shinobi. Tout cela venait de la vie de complaisance qu’on aimait te donner, cette morosité banale, la monotonie des jours qui se succèdent, qui interdisent de manière viscérale l’originalité. Une civile bloquée par sa propre conscience ; peut-être qu’aujourd’hui tu en subissait encore le poids. Seule la peur et les instincts primaires déverrouillaient en toi des réflexes combatifs. La superstition voudrait que tes jours soient destinés à autre chose. La réalité était plus cruelle ; Tu étais une princesse frustrée qui n’avait jamais pu vivre ses passions et curiosités du monde « d’en bas ».

En abandonnant titre et nom, tu pensais avoir trouvé une solution simple à ce blocage interne. Mais même effacée des mondanités, ta silhouette bloquait à chaque épreuve non spontanée. L’apprentissage était-il un fardeau ? Tes capacités, limitées ? Un genre de mauvais élève ; pas dans le comportement mais dans ses méthodes vaines. Serais-tu donc bloquée par une limite intangible ? Celle qui se révèle bien difficile à franchir, car pour cela, il fallait avant tout la trouver, la voir et la comprendre.

Tu pensais tes problèmes résolus en oubliant tes origines, en ne te basant que sur ta motivation la plus sincère : Progresser. Mais au contraire, plus les brides étaient rompues, plus tu nageais dans l'inconnu. Les théories étaient toutes sages et instructives ; mais aucunes ne semblaient fonctionner aussi simplement qu'elles prétendaient le permettre.

- Des causes que vous évoquez, je ne me retrouve que dans celle de l'entraînement. J'ai lu et relu des ouvrages par dizaine sur les plus élémentaires des techniques, j'en citerai presque les tournures. Pour la volonté, j'imagine qu'elle est aussi liée au temps que l'on accorde aux deux autres catégories.

Sans l'avouer, tu brûlais de ce besoin de renaissance ; enflammant peut-être aussi les étapes qui t'y conduirait à coup sûr. Une impatience impertinente, trop confiante ; Les vestiges d'un règne tout tracé.


_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 10 Déc 2018 - 9:26
S’il m’était bien difficile de jauger les sentiments de la jeune femme au travers de son masque, sa réponse me confirma que ses difficultés n’étaient probablement dues qu’à un manque d’entraînement. Sa seule présence en ce lieu, à travailler à l’abri des regards, me laissait penser qu’elle souhaitait réellement réussir. Elle semblait craindre le regard des autres, mais il m’était difficile de savoir si c’était par manque de confiance en elle ou pas. Malgré tous les enseignements que j’avais reçus, il s’agissait là d’une crainte à laquelle je succombais bien trop souvent. Si j’avais de l’avance dans la maîtrise des arts shinobis sur mon interlocutrice, les sentiments et leur gestion n’étaient pas des sujets sur lesquels je pouvais conseiller quiconque.

— Vous semblez bien parti pour réussir dans ce cas. L’entraînement n’est malheureusement pas quelque chose qu’il est possible de précipiter. Il est cependant naturel pour quelqu’un travaillant seul d’être frustré par les difficultés. La volonté permet de dépasser cette frustration, mais l’entraide est tout aussi efficace.

J’étais assez mal placée pour évoquer ce sujet puisque je n’avais pris la peine de travailler avec les autres étudiants du temps de mon passage à l’académie. La différence majeure était que j’avais été constamment accompagnée par des membres de ma famille sur cette Voie. Je n’eus qu’à suivre une route qui me fut tracée à l’avance. Le chemin fut semé d’embûches, mais confiante d’aller dans la bonne direction, j’avais pu tracer sans quitter mon objectif des yeux.

— Se précipiter dans cette voie ne vous rendra cependant pas service. L’obtention du bandeau est le rêve de tout académicien, mais rares sont ceux qui réalisent ses implications, la vie qui les attends après. Un shinobi mal formé est un danger pour lui-même et ses équipiers. Ici l’échec amène vers la réussite, mais dehors, seule la Mort s’en délecte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Retour aux sources [Yume]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Académie Hashira
Sauter vers: