Derniers sujets
Partagez | 

In extremis [Seijiro]


Sam 8 Juil 2017 - 18:41
Une autre journée. Keiji tira une latte, qui se consuma difficilement. Il regardait à travers la fenêtre délabrée de son appartement. Il pouvait voir sa ville prendre vie. Il pouvait voir la teinte rosacée du ciel changer en même temps que la position du soleil. Il pouvait voir les chats s'éveiller, courir à travers les toits. Il pouvait voir les moins jeunes partir en direction du marché, ou du centre ville, sac à la main. Il pouvait entendre le silence assourdissant se muer en bruit silencieux. Il finit de fumer le cul, et l'écrasa par terre. Lui qui cherchait des raisons de vivre, il se dit que ce spectacle quotidien en était pour l'instant la meilleure.

Keiji ne mangeait pas le matin. Il n'en avait ni l'envie, ni les moyens. Tout partait dans la fumette. Il fallait qu'il arrête. Il fallait changer. Changer. Ce mot l’obsédait depuis quelques temps. Tout changeait. Il fallait suivre le mouvement. Et le temps manquait. Il décida qu'il lui fallait une sorte de calendrier pour surveiller sa progression. Mais il savait aussi qu'il n'était pas du genre à tenir ce genre d'engagements avec lui même. Aussi, il décida d'abandonner cette idée aussitôt.

Le jeune adulte avait quelques choses à faire dehors ce matin, rien d'important. Quelques compte rendus à faire, il avait aussi promis à un vieil homme qu'il l'aiderait avec sa marchandise. Si il n'était pas pris de court par le temps, il se dit qu'il consacrerait un peu de temps à l'alchimie. Il avait plein d'idées de pilules à expérimenter, mais il n'avait pu se pencher dessus ces derniers temps. Cette fois ci, il fit bien attention de ne rien oublier avant de sortir. Trop de choses à faire pour se permettre ça.

Parfois, comme aujourd'hui, il prenait l'envie à Keiji de se mouvoir à travers les toits de la cité. Il n'avait qu'à sauter à travers sa fenêtre pour surplomber tout Kumo. Il se sentait libre et en sécurité, au dessus. Et puis la solitude ne le déplaisait pas. Mais la quietude que lui offrait cette hauteur fut bientôt rompue.

Au loin se dessina bientôt une fumée de jais et s'élevaient des cris. Keiji accéléra le pas. Bientôt, il se mit à courir, à sauter à travers les différents toits, trébuchant parfois, mais se redressant grâce à son chakra. Il arriva rapidement à l'immeuble. Sans même prendre le temps de penser ou de regarder aux alentours, il s’engouffra dans une brèche de l'immeuble que l'incendie avait crée. Il enleva son t-shirt et l'utilisa pour couvrir son nez, sa bouche et une partie de ses yeux. Ce sentiment commençait à s'emparer de lui.

Le sentiment de cette nuit...

Son cœur s’accéléra. Son rythme cardiaque se fit plus dense. Mais il se contrôlait pour l'instant. Un coup d’œil à gauche, un coup d’œil à droite. Il était quasiment submergé par les flammes. Sous ses pieds, des cris. De femmes, d'enfants. Vite, passer entre les braises avant qu'elles ne l'entourent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 14 Juil 2017 - 10:53
Non.. Non.. Pas encore. La chaleur était puissante, la température augmentait de plus en plus, mais la maison était condamnée. Le blond venait d’arriver et demandait immédiatement un rapport aux shinobis déjà sur place. Cette fois-ci, la scène prenait place directement au sein du quartier résidentiel de Kumo, une maison était en flamme. Elle était déjà profondément rongée par les flammes. Ce n’était pas qu’une maison à vrai dire, mais plutôt une sorte d’hôtel, quelque chose come ça. Il y avait pas mal de chambres habitées. Beaucoup de personnes étaient déjà sorties de cet établissement, d’autres étaient encore coincés dedans. Des shinobis étaient déjà à l’intérieur, d’autres en sortaient, constamment avec des civils ou d’autres shinobis blessés dans les bras. Un homme se mit alors à bondir hors de l’établissement, défenestré il s’écrasait au sol dans que personne ne puisse rien faire. Son corps sans vie continuait alors de brûler sur le sol malgré l’intervention rapide de shinobis maîtrisant l’art du Suiton. Les flammes avaient été trop puissantes et épaisses pour le corps de l’homme. Et si cela n’avait pas suffit, la chute aurait terminé le travail. D’autres shinobis étaient chargés de retenir des gens qui voulaient intervenir, mais cela était bien trop dangereux.

C’est alors que Seijiro vit un jeune homme sur le toit d’à côté. Il se mit à courir en direction de l’établissement en feu avant de sauter à l’intérieur. Au même moment, le Nara pût entendre des cris à l’intérieur. N’écoutant que lui-même et passant outre la sécurité, il bondit également à l’intérieur, montant les étages avec prudence mais vélocité. Une famille était coincée dans une salle entièrement rongée par les flammes. Seijiro vit alors le dos du jeune homme qui venait d’entrer à l’intérieur du bâtiment. Il essayait de les secourir. Une poutre allait tomber. Poussant d’un seul coup le jeune homme, la poutre s’écrasait sur lui avec force, le brûlant au deuxième degré au niveau du dos. Mais heureusement, il ne fut pas coincé à l’intérieur. Se redressant rapidement, il vit alors que la poutre condamnait absolument tout accès à la salle où était piégé la famille. Que faire ? Comment les sauver ?

Soudainement, provenant de l’extérieur, des cris soudains, des bruits de hurlements. Seijiro ne comprenait pas, puis il fut soudainement destabilisé, comme un tremblement de terre. L’immeuble allait s’effondrer. Fatalement, il se tournait en direction du jeune homme avant de se mettre à courir dans sa direction. L’attrapant au passage, il le forçait à sortir avec lui, l’immobilisant afin qu’il ne puisse s’échapper de l’emprise du Nara. Plus il courait vers la lumière du soleil, moins on entendait les cris de la famille dont les flammes ou la fumée s’occupaient lentement. Courant à toute allure vers la fenêtre la plus proche, il finit par sauter, le traversant en se prenant des éclats de verre dans le corps, mais protégeant de ses bras le jeune homme qu’il avait en emprise. Malgré les étages, Seijiro avait sauté en concentrant son chakra dans ses jambes et ses pieds pour se rattraper sans les casser. Peu après, il posait l’homme au sol. Une moitié de l’immeuble s’écrasait alors lourdement sur le sol. Les cris de la famille avait cessé. Meurtri, Seijiro baissait la tête en posant une main sur le sol.
« Navré jeune homme, mais l’on ne peut pas toujours sauver tout le monde »

_________________



◊ Connais ton ennemi et connais toi toi-même; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux.
◊ Si tu ignores ton ennemi et que tu te connais toi-même, tes chances de perdre et de gagner seront égales.
◊ Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi-même, tu ne compteras tes combats que par des défaites.
Sun Tzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t85-nara-seijiro-100

In extremis [Seijiro]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: