Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Mirage | Sendai Ikaku


Ven 5 Oct 2018 - 17:55
Le soleil était à son zénith. Pourfendeur des cieux comme de la terre, sa chaleur irradiait quiconque se trouvait dans ce désert interminable. Subsistait dans de telles conditions extrêmes étaient un prodige de la nature, animaux comme hommes se voulait soumis par ce juge enflammé. Qu’est-ce qu’un simple homme comme le Byakuren pouvait bien faire ici ? Lui même avait énormément de mal à tenir debout, les caresses de l’astre se transformaient coup de massue au fil du temps. Mais, c’était mal connaitre le petit prince. Il n’était pas là pour ce plaindre et rester au "frais" dans la capitale. Il s’était juré d’aider les malheureux pris au piège de cet apocalypse sableux.

Takamagahara venait tout juste d’arriver. Face à lui se dressait un important oasis. Ce n’était pas un mirage mais bel et bien l’endroit du rendez-vous. Animaux et hommes, ici, cohabité afin de pouvoir étancher leurs soifs incessante. Le petit prince était méconnaissable, il portait un long tissu de coton beige afin de préserver sa peau des brulures ainsi qu’un chèche blanc venant entourer - entièrement - sa tête, ne laissant que ses deux pupilles opaline contraster avec sa tenue et l’écosystème. Il portait - difficilement - deux énormes sacs, contenant sans doute un nombre incalculable de pièces d’or.

À peine venait-il de fouler le sol de l’oasis que touts êtres vivants - animaux y compris - se ruèrent vers lui. Aucune agressivité ne pouvait être visible à travers les yeux de ces indigents. Ils venaient auprès de lui pour une toute autre raison. Sans un mot, Takamagahara marcha encore quelques mètres avant de s’assoir à l’ombre, le dos contre le tronc d’un palmier. Les deux sacs vinrent se placer de part et d’autre du voyageur. D’un simple mouvement de doigt, les deux s’ouvrirent délicatement, libérant de surcroît leurs trésors. Ce n’était pas des pièces d’ors ou de quelconques biens matériels. Uniquement de la nourriture - en abondance.

L’homme - dès qu’il avait appris qu’un certains nombres de personnes c’étaient réunis près d’un oasis - avait traversé le désert uniquement pour leurs apporter de quoi subsister. Il ne recherchait ni remerciement, ni autres louanges. Il distribuait avec abondance les victuailles qu’il avait amassé en quantité non négligeable. Bien que son visage était caché par ce voile, ses yeux quant à eux suffisait pour comprendre l’étendu de son empathie. Un regard si puissant, si pur, qu’il était capable de contenter quiconque. À la manière d’un sourire sincère et chaleureux, son regard lui inspirait la joie et le bonheur.

La scène se voulait irréelle, même les animaux venaient quémander de la nourriture. Le petit prince n’hésita même pas une seule seconde avant de leurs offrir avec une certaine abondance leurs dû.

Mirage du désert ou simple acte remplit d’un humanisme profond ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 6 Oct 2018 - 9:57
Yoake. Ce mot, cette organisation, ce groupe ne parlait pour le moment à peu de personnes, mais il représentait clairement ce qu'allait advenir du Pays du Vent. Un pays qui l'a adopté en tant qu'esclave, certes mais le déserteur du Colisée se sentait bien plus Kazejin que Amejin. Après tout, il n'était resté que très peu de temps sur les terres de la Pluie... Kaze était en plein renouveau, Ikaku savait que c'était ici qu'il obtiendrait certains objectifs qu'ils s'étaient fixés. C'est donc à la recherche de partisans du fameux Yoake que le schizophrène commençait une marche longue.

Le désert était ce qui causait le plus de morts à travers le Pays du Vent, mais Ikaku était habitué à ce genre de température. Affublé d'un long foulard cachant ainsi son visage et ne laissant transparaître que ces yeux, il s'était mis un thoab noir afin de se protéger au mieux des brulures que pouvait provoquer le soleil plombant.

Sa marche l'amena jusqu'à un oasis, bien connu des traversants du désert. Ikaku y avait déjà fait escale, mais il fut surpris de voir qu'un homme partageait sa nourriture avec le peuple Kazejin. Doucement, il s'y approcha afin d'observer, Heiwa étant celui qui avait le contrôle du corps. La gentillesse et l'intéressement étaient bels et bien présents chez lui, heureusement Boryoku dormait paisiblement.

Il est surprenant de voir un homme partager ses biens.

La voix d'Ikaku, plus précisément celle d'Heiwa, se voulait calme et douce. Bien différente de celle agressive et violente de Boryoku, le combattant se demandait s'il pouvait être un homme intéressant au Yoake. La discussion allait de ce pas être forcément intéressante.

_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku http://www.ascentofshinobi.com/u882

Sam 6 Oct 2018 - 13:32
Les pauvres hommes et femmes - affamées - venaient d’être contentés. Finalement repu, ils purent très rapidement reprendre leur marche incessante sous cette chaleur accablante. Bien que très peu de mots furent échanger entre les indigents et le petit prince, eux connaissaient déjà son identité. Plutôt que de se proclamer haut et fort comme un gentilhomme le Byakuren laissait ses ouailles transmettre son existence à leurs communautés respective. Gagner la confiance des enfants du sable n’était pas chose aisée. Cela prendra du temps et un investissement considérable. Finalement, ce furent les quelques animaux du désert qui vinrent se reposer à ses côtés, un comportement étrange pour des animaux se voulant dangereux. Comme s’ils venaient de l’accepter comme l’un des leurs. Son regard placide vint finalement croiser celui de son homologue, une étrange phrase venait d’être exprimé. Premièrement, il fouilla dans l’un de ses sacs avant de lui tendre, à son tour, de la nourriture.

— Il serait plutôt à même de dire que le fait de ne pas venir en aide à ses frère est surprenant, non ?

Cette phrase ne renfermait aucune rancoeur ou once défi. Loin de là, c’était plutôt un appel à la compassion. Le petit prince tendit en premier lieu sa main afin de saluer son compère voyageur du désert avant de l’inciter à venir s’assoir à l’ombre.

— Je vous souhaite tout d’abord la paix et le salut.

Son regard cristallin semblait lui sourire, un accueil chaleureux en somme.

— Dans un endroit comme celui-là nous nous devons de rester solidaire, quoi de plus normal que de venir en aide à cette population qui a tant souffert du Premier Cercle. Qu’en pensez vous ?

Son regard vint se rabattre sur le sable chaud, l’air peiné.

— Je ne peux permettre cela en tout cas... Le sable est encore gorgé du sang des innocents en c’est lieux. L’odeur est persistante, la rancoeur de la populace aussi, malheureusement.

Son timbre de voix se voulait à la fois triste et étrangement déterminé.

— Toi qui est un fils du sable. Qu’envisages-tu pour ce pays qui t’abrite ? Devrons nous le laisser dépérir en vue de l’écart sociale entre riches et pauvres qui ne cesse de se creuser ou serait-il plus judicieux de lui venir en aide ?

Une question bien loin d’être anodine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 6 Oct 2018 - 15:30
Ikaku se contentait d'analyse en toute circonstances l'homme qui lui faisait face. Assis contre un petit arbre, nourriture à ses côtés, les animaux s'étaient posés à ses côtés comme s'ils le connaissaient depuis toujours. Un lien naturel avec la faune et la flore ? L'ancien du Colisée se posait évidemment des questions, toutefois il attendait de voir, attendait d'entendre ses paroles. Tout d'abord, il fut surpris qu'il puisse partager ses vivres, sachant plus que bien que les Kazejins étaient fiers, peu d'entre eux s'entraidaient.

Il fut bien plus surpris à sa répartie. L'inconnu l'incita à s'installer à ses côtés, lui proposant même des vivres. Le Sendai lui tendit la main pour le saluer, refusant toutefois la nourriture proposée.

Et bien peu de gens pensent comme vous, ici bas.

Kaze n'était devenu plus que l'ombre de lui-même après la déroute du Premier Cercle, long était la reconstruction de ce magnifique pays. Le shinobi décida de s'asseoir face à son interlocuteur, en tailleur, voulant écouter les dires de cet inconnu. Son aura, sa prestance, il semblait bien intéressant.

Je ne peux que comprendre vos paroles. Cependant, les vivres ne peuvent permettre à un pays de se relever.

Ikaku ne disait pas cela avec méchanceté, au contraire. Il restait paisible et calme, lui faisant comprendre qu'il fallait bien plus pour Kaze no Kuni.

Je ne suis guère un fils du sable, et je ne peux qu'imaginer que vous n'en êtes pas un non plus. Toutefois, j'ai grandi sur ces terres...

Un passé peu glorieux d'esclave, un passé qu'Heiwa préférait nettement oublier contrairement à son alter-ego.

J'ai pris ce pays en tant qu'adoption, je ne veux que le bonheur de ce pays.

_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku http://www.ascentofshinobi.com/u882

Sam 6 Oct 2018 - 16:37
Son homologue accepta l’invitation et s’installer à ses côtés. Il refusa cependant les victuailles. Ce simple refus voulait exprimer beaucoup au yeux du petit prince. Ce n’était pas un pauvre homme tirailler par la faim, sans doute là pour une autre raison...

Une telle personne dans le désert était sans doute envoyer par les divinités de ce monde pour l’aider dans sa quête. Les paroles du nomade vinrent appuyer cette sensation, il pouvait lui en parler.

— C’est à nous autre d’éduquer nos confrères afin qu’ils pensent au bien commun. Bien que cela semble idyllique j’ai espoir qu’un tel jour arrivera. Après tout... Nous ne sommes que des humains avant d’être shinobi ou simple civil.

Il écoutait avec une attention toute particulière les mots du Sendai. Il n’était pas un fou ou un naïf. Du moins c’était la sensation première qu’il laissait transparaitre. Il avait bel et bien raison. D’un simple mouvement de doigt, il abaissa son chèche afin de laisser sa face visible.

— Takamagahara. Vous avez bien raison, dans les deux cas. Comme vous pouvez le voir je ne suis pas issu d’ici. Cependant, qu’est-ce qu’un réel enfant du sable ? Celui qui préfère se morfondre sur la déchéance de son pays ou plutôt celui qui agit avec toute son âme pour le renouveau de cette contrée ? Voila pourquoi je pense, sans aucune prétention, nous considérer, vous comme moi, comme les enfants de cette terre.

Il marqua un petit temps de pause.

— Vous avez malheureusement raison, je vous le concède. Nourrir nos confrères ne suffira pas. Loin de là même... Il nous faut reconstruire la confiance brisée de ce peuple. Puis leur permettre de leur laisser le choix sur leur futur, c’est ce que je pense du moins.

Un simple sourire vint se former sur son visage. Rayonnant. Le petit prince dégageait calme et volupté. Un sourire si simple et pourtant... Il se voulait rassurant ainsi qu’irréel.

— Vous qui voulez le bonheur de ce pays, vous avez déjà sans doute entendu parler du Yoake ? Voila à mes yeux l’espoir que nos congénères attendent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 7 Oct 2018 - 15:36
L'homme était intéressant, ses propos ne tombaient clairement pas dans l'oreille d'un sourd et c'est avec ferveur que le Sendai l'écoutait. Il était vrai que sa vision des choses était très pacifique, cependant elle était clairement similaire à la façon de penser d'Heiwa. Boryoku sortait clairement de cette équation, il ne devait sous aucun prétexte apparaître. L'inconnu se présenta en tant que Takamagahara, qu'il n'était pas d'ici mais se sentait enfant du vent. Ses propos étaient cohérent.

Ikaku. Sendai Ikaku. Il est vrai que votre vision des choses peut paraître utopique, il n'empêche que cela peut être possible avec abnégation, travail et ferveur.

Le schizophrène pensait donc à peu près comme lui, mais était-ce possible de voir cela à Kaze ? Il en doutait fortement. Les propos suivant de l'homme errant le percuta, le faisant rappeler les propos de Ryoga, le créateur de l'organisation Yoake. En parlant de cette même organisation, l'individu lui demanda s'il en avait entendu parler.

Et bien, je dois vous avouer que j'ai fait parti de la création du Yoake.

Il s'arrêta, regarda son interlocuteur afin d'y déceler un quelconque signe avant de reprendre la parole.

J'ai fait parti de l'assemblée pour l'avenir de Kaze no Kuni, le Yoake y a été crée. C'est un espoir et un renouveau pour le pays du Vent, j'en suis persuadé. Toutefois, le travail se voudra être long, fastidieux et dangereux. Les obstacles ne manqueront pas.

Ainsi, il pensait à ce démon du Désert ou bien les villages cachés.

_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku http://www.ascentofshinobi.com/u882

Dim 7 Oct 2018 - 16:49
— Sendai Ikaku. Un nom que je n’oublierais pas. Je suis intimement convaincu que nous parviendrons à réunir les Kazejins sous une même bannière, pour un seul but, le bien commun. Il nous faudra bien entendu briser et faire disparaitre les stéréotypes qui suivent les nomades du désert. Un long travail avec énormément de sacrifice sans doute. Mais cela en vaut la peine. C’est à première vue un idéal onirique cependant comme vous venez de le soulignez, c’est possible. De ce fait et vous pouvez me croire, je ferais tout mon possible... Avec l’aide d’autres parmi mes compagnons.

Un éclair de surprise frappa le petit prince. Il ne s’attendait pas à ce que son homologue fasse du groupe, tout comme lui. Surprise qu’il ne prit pas la peine de cacher. Il était trop sincère pour cela. Il devait cependant en avoir le coeur sûr. Quoi de plus simple que de le demandez directement ?

— Vous faites donc partie des initiateurs de ce mouvement. Je suis agréablement surpris. Je ne m’attendais pas à croiser l’un de mes homologues ici et encore moins l’un des premiers à avoir assisté a la conception et la naissance du mouvement. Cela dit cette révélation vient clarifié énormément de faits.

Le hasard voir même le destin faisait bien les choses. Il ne s’attendait pas à rencontrer l’un de ses camarades ici. Il venait tout juste d’intégrer le groupe. Il avait encore beaucoup à apprendre sur ses nouveaux compatriotes. Une phrase vint marquer cependant son attention. Des obstacles ?

— « Les obstacles ne manqueront pas. » Le premier cercle est pourtant défait... Bien que cela dit, sa ne m’étonnerait pas qu’il reste quelques résidus de cette secte. C’est vrai qu’il y a du mouvement en rapport avec les bandits et autres guildes d’assassins depuis la mort de l’impératrice. Non, vous avez sans doute autre chose en tête, n’est-ce pas ?

À quels genre d’obstacles pouvait-il bien penser. Le petit prince était emplit d’interrogation. Kaze ainsi que le monde contenait des mystères qu’il ne saurait imaginé. Cette conversation qui était déjà fortement interessante allait sans doute accentué ce désir profond de bienveillance. Connaitre Kaze et c’est mystères étaient sans aucun doute l’une des clefs necessaire pour la réussite de leur objectifs communs. Membre du Yoake depuis peu, il ne maitrisait pas encore parfaitement touts les sujets relatifs au pays des séserts.

_________________


Dernière édition par Byakuren Takamagahara le Dim 7 Oct 2018 - 21:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 7 Oct 2018 - 20:45
C'était des gens comme cela que le pays du Vent avait besoin, des gens convaincus et motivés. Pas même ces charlatans n'ayant que de la parole sans actions, il fallait mener à bien ces envies, tenir ces objectifs et aller jusqu'au bout. Ce Takamagahara semblait être de cette trempe là, en effet. Heiwa ne savait pas vraiment où se positionnait, sa personnalité était tellement complexe et l'individu avec qui il parlait avait pour le moment bien de la chance que Boryoku n'ait toujours pas fait surface.

Ainsi, le Sendai lui apprenait faire parti des "initiateurs du groupes" bien que la création en revenait totalement à Ryoga. C'était lui qui avait quasiment tout fait, mais Heiwa aimait se dire qu'il faisait parti des fondateurs. Après tout, il avait bel et bien été présent lors de l'assemblée amenant la création du Yoake. Il apprenait, de son côté, que le shinobi errant était également un membre de la néo-organisation. Une belle surprise, mais il était vrai que Ikaku ne connaissait pas les membres du Yoake. Il devait y avoir un monde fou...

Il est toujours agréable de rencontrer des collègues.

Le schizophrène venait alors à parler des obstacles pouvant barrer la route du Yoake, ils étaient nombreux.

La population en elle-même est déjà un obstacle, sont-ils prêts à changer ? Je ne sais pas. Il y a les villages cachés, je ne sais pas s'ils verront d'un bon oeil la progression que pourrait avoir Kaze no Kuni et le plus important... Le Démon du Désert est probablement l'obstacle le plus dangereux.

Laissant cette dernière phrase en suspend, le Combattant souhaitait voir la réaction de son interlocuteur.

_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku http://www.ascentofshinobi.com/u882

Dim 7 Oct 2018 - 21:34
La confirmation venait bien d’avoir lieu. Le Sendai se voulait donc un allié. Il exprima finalement son avis concernant les trois obstacles. Peuple, village et démon. Rien d’insurmontable pour le petit prince. Cependant, on ne pouvait nié qu’il y avait une part de vérité dans ces dires. Obstacles, il le seront, sans aucun doute.

— Le peuple. Cela va sans dire qu’il sera difficile en vu de la propagande et de la longévité qu’a eu le premier cercle sur c’est terres. Il y a énormément de point à changé, l’éducation est a refaire voir à faire tout simplement dans certaines parties du désert. À nous de nous montrer convaincant. Le peuple privé de liberté ce transforme rapidement en troupeau de moutons. Nous ne pouvons pas agir de la sorte, ce serait continué les desseins de Shima. Pour que le peuple accepte nous devrons ouvrir leurs yeux. J’ai confiance en cela, les plus indigents seront de notre côté sans aucun doute. Les plus aisés, ce seront eux le problème.

Il avait raison. Un peuple aliéné se voudra plus difficile à guider vers un chemin droit.

— Les villages cachés. C’est vrai qu’ils doivent être pris dans l’équation. Cependant, en raison de l’évolution de ce monde, eux aussi sont impliqué dans diverses histoires. Ils n’auront sans doute pas l’intérêt de venir ici pour une quelconque confrontation. Cependant, si le peuple Kazejins le décide, des alliances ou des traités pourraient voir le jour entre les différentes nations. Bien que j’espère que Kaze sera classera parmi les forces neutre de ce monde. Et puis... Il n’y aurait pas de raison qu’ils s’inquiètent si la révolution se veut pacifique et n’entraîne pas la haine pour l’étranger.

Quant aux villages, il n’y aurai pas de raison pour le mouvance si Kaze se plaçait en tant que parti neutre.

— Le Démon du Desert ? Je n’ai pour l’instant jamais entendu cette appellation avant ce jour. Qu’est-ce donc ? Sûrement bien plus qu’une simple créature habitant le désert. Pouvez vous m’en dire plus ?

C’était le point le plus important de sa tirade et celui qu’il considérait comme le plus dangereux et donc le plus difficile des obstacles à surmonter. C’était étrange, il n’avait pas connaissance d’une telle bête.

— Quel est votre avis sur ce sujet des trois principaux obstacles. Que feriez vous ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 8 Oct 2018 - 20:57
Ces trois obstacles passés, Ikaku pensait réellement que la néo-organisation, qu'était le Yoake, puisse parvenir à ses objectifs. Mais, il fallait surmonter cela, probablement difficile mais guère impossible. Le déserteur était plutôt ravi de trouver en la personne de Takamagahara une personne alliée et fort intéressée par l'avenir du pays du Vent. Mais, pourquoi ? Cela, le jeune homme n'oublierait pas de lui demander. Après tout, il était normal de savoir les véritables intentions et objectifs des personnes se trouvant à l'intérieur de l'organisation. C'était, du moins, le point de vue que lui avait.

Ikaku laissa l'errant donner son avis sur les trois obstacles qu'il venait de précédemment citer, il semblait avoir un avis tranché sur la questions mais n'avait pas de réponse concernant le Démon du Désert. Il ne se doutait pas le moins du monde de ce que c'était, le Sendai se permit alors de lui raconter.

Et bien... Connaissez-vous les Bijûs ? Il s'agit de démon très puissant, et Kaze en abrite en son sein. Il a été à l'origine de bien des malheurs avant même que nous naissons, il a été scellé et est presque sorti de ce scellement lors de la rébellion du peuple. Le démon, aussi nommé Shukaku, a réussi à être scellé de nouveau à l'aide de shinobis du village caché, cependant rien ne garantit ce scellement à vie.

Il avait réussi à presque s'échapper une fois, pourquoi pas d'autres fois ? Sur ce point là, qui était malheureusement imprévisible, il fallait faire très attention.

Et bien, ceux qui me fait le plus peur sont les villages cachés. Le peuple nous suivra si nous faisons les choses en transparence, une organisation pour le peuple par le peuple, ça le fera. Cependant, les villages cachés voudront avoir leur mot à dire... Accepteront-ils que Kaze se remette réellement ?

Une question purement rhétorique.

_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku http://www.ascentofshinobi.com/u882

Lun 8 Oct 2018 - 22:40
La conversation durait depuis plusieurs minutes désormais. L’ombre perdait du terrain pour laisser la place à cet astre gourmand et rougeoyant, noyant de par sa chaleur une contrée toute entière sans réelle difficultés. Les animaux précédemment assoupit reprirent du poils de la bête, cela faisait sûrement bien longtemps qu’il n’avait pas autant mangé. Ils durent reprendre leurs routes en raison de la progression du soleil sur le territoire qu’apparait les ombres. Mais avant ça, ils passèrent un par un à ses côtés, une manière de remercier et de saluer une énième fois leurs sauveur. Takamagahara semblait heureux d’une telle attention. Une fois que ses congénères avaient tous disparu, il ouvrit un léger sachet de velours contenant de juteuse dattes. Il les tendit en direction de son homologue avant de se servir à son tour.

Il écoutait avec une certaine attention les paroles du Sendai. Une telle révélation. Ce fut la surprise qui s’exprima en premier sur son visage. Il n’aurait jamais pensé à ça. Même dans ses pires cauchemars. Une telle entité, ils devront forcement s’en occuper.

— ...

Le Byakuren cherchait ses mots.

— Non. Je n’aurais jamais pu croire que de tels monstre puissent exister. J’espère que Kaze est le seul pays à abriter ce genre d’entité. Non pas en terme de puissance mais surtout pour éviter la désolation dans les différents territoires qu’abrite le Yuukan. Il est clair que le monstre sera un problème, un très gros. Si il peut être sceller alors nous aurons peut être des chances de le faire. Il faudrait en apprendre davantage sur son sujet. Avoir un expert en fuinjutsu nous sera grandement utile.

Ses yeux fixèrent le ciel, il méditait tout en écoutant la vision que possédait Ikaku sur les trois fameux obstacles. Une vision réaliste de l’ensemble bien que pour lui, son camarade s’attardait trop sur les superpuissances militaires. Était-ce aussi important ? Il ne saurait le dire.

— Je vois. Que comptez vous entreprendre sur le sujet du Yoake. Avez vous des idées d’objectifs à court ou long termes pour le moment ? Que devrions nous faire pour acquérir la confiance de nos confrères ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 9 Oct 2018 - 22:06
Ikaku regardait ces animaux qui venaient parader devant le membre du Yoake, le remercier de ses offrandes. C'était beau à voir, il était proche de la nature comparé à l'ancien combattant du Colisée. Mis à part ses aigles, il se fichait pas mal de la faune et de la flore. Parlant alors du Démon du Désert ainsi que des villages cachés, il semblait ne vraiment pas être au courant de l'existence de ce monstre. Pourtant, tout Kaze en connaissait l'existence, c'était de renommée publique.

Il est déjà scellé. Ryoga a déjà dépêché des experts en Fuuinjutsu, notamment lors du Tournoi. Des experts venue du quatre coins du Yuukan.

Pour l'heure, le Sendai n'en savait guère plus. Lui n'était pas du tout expert en maîtrise des sceaux, bien qu'il savait se débrouiller en la matière. Pour ce genre de choses, il ne fallait clairement pas compter sur lui, loin de là. Takamagahara commença à parler d'objectifs à long ou court termes, le concernant. Le schizophrène haussa les épaules, avant d'arborer un regard bien plus agressif, violent. Boryoku....

Qu'est-c'tu veux toi ? T'es qui ?
Boryoku, non...

Mais, malheureusement, Heiwa n'avait pas la force mentale nécessaire pour s'imposer. L'interlocuteur devait se demander ce qu'il se passait, pourquoi Ikaku changeait ainsi de voix...

Tu m'réponds toi là l'merdeux , ou tu veux t'battre ?!

Oh oui, il n'attendait que ça...

_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku http://www.ascentofshinobi.com/u882

Mer 10 Oct 2018 - 0:23
Le petit prince venait de tomber sur une information pour le moins très importantes. Personne hormis son homologue ne lui avait parler d’une telle créature. La population devait sûrement être craintive, de ce fait, rajouter à cela leur fébrilité vis-à-vis des étrangers et de toute évidence, le petit prince n’en n’aurait jamais rien su avant très longtemps. D’après son camarade, le lieutenant avait déjà prit les précautions nécessaires. C’était une bonne chose. Un tel monstre de puissance si proche de lui, il en apprendra plus de son côté. Le désert était après tout une montagne de secret et de trésor à porter de main pour qui saurait prendre les initiative.

Le comportement de son camarade changea subitement. Lui qui se placide et affectueux pour le moment... Ce fut son regard bien plus monstrueux qui perça la coquille de son compagnon nomade. Il n’avait même pas prit la peine de répondre à sa question. Deux voix parfaitement opposées purent être entendre. Un semblant d’information qui n’était point trompeur. Étrangement, le petit prince garda son air calme ainsi que son sourire. Il y a de cela nombreuses années en arrière, le petit prince fut confronté à un cas similaire. Une dissocions de la personnalité. C’était un trouble comportementale extrêmement rare, de ce qu’il savait. mais sa réflexion - malgré les quelques preuves évidentes - allait sans soute beaucoup trop loin. Avait-il tout bonnement dis quelque choses de néfaste ou de mauvais ? Intérieurement, il se remit en question. Ikaku devait sans doute juste être quelqu’un de sanguin.

— Boryoku ?

Le Byakuren laissa un moment de flottement. La thèse du trouble était grandissante. Étant l’allégorie d’une paix venu d’un autre monde, il ne pouvait céder à ses vils pulsions. Pas ici, ni contre lui. L’écosystème finirait encore par en pâtir, le mutant et l’emprisonnant à jamais sous cette arcane destructeur qui l’habitait. Être à la fois l’hôte de la destruction tout en se voulant être l’avatar de la paix. Un lourd fardeau.

— Je suis Takamagahara. Et vous je présume que vous vous nommez Boryoku n’est-ce pas ?

Placide, le jeune homme gardait son dos appuyé contre la roche. Son attitude, ni ses manières n’avaient changés face à l’animal. Le soleil emplissait littéralement le dernier espace d’ombre, la chaleur du sable recommençait à grimper.

Vous vennez juste d’arriver c’est ça ?.

Une phrase test. Il voulait vérifier si son hypothèse tenait la route. Bien entendu, le sujet quant à lui pouvait réagir violemment à tout moment. Comme si de rien n’était, il lui tendit une seconde fois de la nourriture.

— Que pensez vous des pauvres nomades du désert subissant la famine ?

Peut être que ce n’était qu’un simple masque de colère contenant une importante tristesse... Ce dernier ne sachant comment contenir toute cette peine devenait violent par nécessité plutôt que par réelle envie.

Il devait en avoir le coeur net. Son attitude se voulait encore plus chaleureuse que précédemment. Son but sur cette terre était de guidé les âmes en peine, non de les combattre.

— Je ne pourrais accepter votre proposition malheureusement. Je chérie trop c’est lieux pour les voir disparaitre futilement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 11 Oct 2018 - 22:24
Alors qu'Heiwa incarnait le pacifisme à l'état pur, Boryoku en était tout le paroxysme. Violent, sanguin, barbare, il n'avait de respect pour personne d'autre que lui-même. Ses deux personnages réunis formaient un seul être : Ikaku. Chacun prenant le contrôle à tour de rôle, parfois même en même temps. Heiwa avait eu le monopole tandis que Boryoku sommeillait, mais maintenant réveillé, il fut aisé pour lui de prendre la place principale. Heiwa était faible mentalement, n'avait peu de force pour résister trop longtemps à son alter-ego.

Le schizophrène ne répondit guère aux questions que lui posaient l'étranger, avait-il besoin de répondre à celles-ci ? Pas vraiment, selon lui.

Rien à foutre d'ces putains d'nomades. J'les emmerde, moi, tes nomades !

Encore une fois, Boryoku montrait sa limite d'ouverture d'esprit, ne pensait qu'à lui, était un pur égoïste. Il voulait simplement se battre, qu'il lui montre ses capacités.

Parce qu'tu crois que t'auras l'temps d'te défendre, toi ?

Parce que, lui, était sûr de le battre en moins d'une seconde de temps.

T'aurais p't'être peur hein ?

Il le regardait, le défiait du regard. Il s'approcha, le poussa du bout de la paume afin de le provoquer un peu plus.. Boryoku dans toute sa splendeur.

_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku http://www.ascentofshinobi.com/u882

Jeu 11 Oct 2018 - 23:17
Malheureusement, il avait vu juste. Ce n’était plus Ikaku qui se trouvait devant lui, un alter-ego voir un simulacre. De ce qu’il savait, la dissociation pouvait entrainé plusieurs entités. Il pouvait déjà en compté deux. Boryoku, le vil. Et "l’autre", le bienveillant. Avoir une telle personne dans un organisme comme le Yoake... C’était évidemment une bombe à retardement si personne ne prenait la peine de régler le problème. Ce qui était, assez facile à dire, plus compliquer à faire. Les obstacles s’enchainaient et pourtant le petit prince gardait son sourire cristallin.

— Trouble dissociatif de l’identité. Hm... Je vois. Si vous êtes Boryoku comment s’appelle l’autre personne ? Pourrais-je continuer à lui parler ?

Il l’ignora en premier temps, le comportement de son nouveau camarade pouvait être qualifié de "rude" - en restant polie.

— Non, comme vous pouvez le constater je ne suis pas un shinobi, uniquement un simple homme voulant venir en aide à ses congénères. Je trouve cela dit fort regrettable le fait de ne pas s’enquérir du bien des autres. Ils pourraient tellement vous apportez...

Son regard était à son tour ancré dans celui de son homologue mais à l’inverse de Boryoku, le petit prince se voulait bienveillant. Il se laissa repousser, ne montrant aucune résistance. Son comportement comme ses actions ne reflétaient qu’une seule chose ; Une paix tout aussi bien extérieure qu’intérieure surprenante.

— La peur ? Ce n’est qu’un sentiment abstrait crée uniquement pour limiter l’homme dans ses projets. Il faut abandonner cette dernière si l’on veut progresser dans ce monde. Je n’ai donc pas peur de vous. Bien au contraire, je pense que je peux vous aidez. Je suis sûr qu’au fond de vous, vous attendez que quelqu’un vienne vous aidez et vous sortir de là. Peut-être que je suis cet homme ?

Petit rire cristallin.

— À moins que vous ne soyez qu’une brute lambda. Ce qui serait fort dommage, je vous le confesse. Vivre sans rêve n’a pas lieu d’être. Quel est votre but Boryoku ?

Le petit prince ignorait clairement les tentatives du sanguinaire. Il n’était pas impressionné, bien au contraire. Il s’était juré la paix ainsi que le fait d’être une main tendue pour l’ensemble de l’Univers. Il ne comptait pas arrêté aussi simplement. Une chose était néanmoins sûr, il ne fera pas couler le sang, quelle que soit la raison.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 13 Oct 2018 - 18:33
Contrairement à Heiwa, Boryoku n'avait jamais eu peur de rien. Pas même de la mort elle-même alors qu'il l'avait presque rencontré à de maintes reprises, toutefois il avait toujours réussi à se faufiler entre ses doigts. Il se trouvait, là, face à ce Takamagahara, parlant de trouble dissociatif de l'identité, souhaitant parler à l'autre personne. Heiwa. Le sourire carnassier sur le visage d'Ikaku ne disparaissait pas.

Y'a aucun trouble venant d'moi. L'autre, on s'en fout, il n'sert à rien.

Bien qu'il disait cela, lui-même savait qu'il ne survivrait probablement pas dans ce monde sans Heiwa. Ils étaient comme inséparables, si l'un mourrait, l'autre suivait. Il pensait tout d'abord avoir à faire à un shinobi, mais cet homme disait ne pas en être un.

J'te le répète que je m'en carre l'cul des autres.

S'ils en sont là, c'est bel et bien parce qu'ils étaient faibles. Pas assez fort pour relever la tête hors de l'eau, mais, lui, Ikaku s'était relevé, venait ici à Kaze pour redresser du poil de la bête ce pays. Du moins... Heiwa lui avait promis maintes adversaires. Le schizophrène serra son poing, du chakkra pur de couleur bleue commençant à entourer ce même poing. Petit à petit, la colère l'envahissait.

D'aide ? J'n'ai besoin d'personnes moi, encore moins d'un bon à rien comme toi.

Pas même capable de lui offrir le combat du siècle, celui qu'il recherchait depuis longtemps. Certes, il y avait Mekyu Raizen, mais c'était différent et lui, il se promettait de le mettre en miettes.

Aucun but. Seulement me battre, ça t'suffit ?

Il n'avait rien à faire ici, autant continuer sa route. Certes, Boryoku aimait se battre, mais là il ne voyait pas l'intérêt de tuer cet homme sans défenses.

_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku http://www.ascentofshinobi.com/u882

Sam 13 Oct 2018 - 21:27
Ce fut malheureux. Finalement l’entité qui se nommait Boryoku et qui se trouvait face à lui était fade. Il n’y avait aucun autre mot convenable pour le décrire. La déception habitait le petit prince. Se résoudre uniquement à se battre et détruire, se sentir virtuellement tout-puissant, ne pensait qu’à sa propre personne... C’était tout ce que combattait depuis sa tendre enfance le Byakuren. Au fond de sa psyché, ses idées noires étaient littéralement en train de bouillir. Elles n’attendaient qu’une chose, être libérer pour se déverser comme un puissant torrent sur ce désert. Emportant tout avec elles et changeant à jamais l’écosystème des lieux.

Il ne pouvait céder aussi simplement à ses vils pulsions, il se devait de les combatte. Par égard envers la faune, la flore et Heiwa il décida de prendre sur lui pour cette fois. Avant d’ôter l’âme à une créature il fallait tout tenté pour d’abord lui venir en aide et la sauver, de gré ou de force - malheureusement. La personnalité auto-destructrice d’Ikaku pourrait mener à mal ses projets de paix. À la manière d’une seconde chance, il ferma les yeux sur les paroles et actes du sanguinaire.

Il reprit calmement ses deux sacs contenant encore une importante quantité de nourritures, la tournée des chaumières était loin d’être fini. Il n’avait - bien entendu - pas réagit au propos de la brute prenant uniquement le soin de l’écouter, luttant intérieurement pour ne pas céder. Il n’avait pas laissé percevoir cette pulsation interne, la masquant parfaitement sous un imposant sourire cristallin.

— Que la paix et la salut soit sur vous au sujet de votre destinée. Je ne peux perdre plus de temps de la sorte, nos frères et soeurs souffrent.

À peine avait-il fini qu’il reprit son incessante route continuelle sous une chape de plomb - en ayant prit au préalablement le soin de rabattre le tissu blanc sur son visage. Laissant Ikaku seul. Se croire invincible n’entraîne qu’une chose : une chute inatendue. Icare, lui, la apprit à ces depends.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mirage | Sendai Ikaku

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent
Sauter vers: