Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

[Alerte | Arc n°5] Code WASURE-PI (Kumo)


Sam 6 Oct 2018 - 20:41

Code WASURE-PI

Contexte et situation

Depuis sa création, un village caché ninja représente la force militaire de tout son pays. Si le Kage est le chef et responsable militaire, il est logique que la plupart des décisions et ordres de missions donnés à ses shinobis viennent de lui. Mais pour des urgences où la nation est en jeu, le Kage n'a des fois aucun autre choix que de se plier à une situation catastrophique.

C'est ce qui est en jeu dès ce matin d'hiver, alors qu'un messager du Daimyô lui-même vient de délivrer une missive de la plus haute importance.

Trois shinobis doivent être dépêchés pour se rendre à l'entrée du village. L'urgence de la situation ne permet pas forcément de choisir les plus aptes à une tâche que le Kage lui-même ne connaît pas en détails. Tout ce qu'il connait, outre de premières instructions, c'est un code...

... le Code WASURE-PI.


Règles et informations

  • Cette alerte se déroule en tout début de l'année 203 (donc en hiver).

  • Cette alerte est de rang inconnu.

  • Seuls les personnages se trouvant dans le pays et étant libresPar « libre », nous entendons que votre personnage ne doit pas déjà participer à un Event, une Intrigue, un Exploit ou une mission officielle ou contrat (à moins qu'elle se déroule exactement dans la même zone que cette alerte). peuvent intervenir en postant un premier RP à la suite.

  • Trois personnages au maximum peuvent intervenir.

  • Le temps pour arriver sur le lieu de l'alerte est inconnu. Passé ce délai, l'alerte se poursuivra avec ou sans participants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

Sam 6 Oct 2018 - 20:57


Il y avait cela peu de temps, Raizen venait finalement de revenir de Iwa. Avec les récents événements, malgré l’intérêt qu’il avait dans la politique globale, il savait pertinemment que sa place n’était pas là. Il devait retourner à Kumo, ce qu’il avait fait sachant qu’il y avait des choses plus pertinentes à faire.

Ainsi, dès son arrivée, le sujet d’Hayashi no Kuni fut remis sur le plancher tandis qu’il devait voir de quelle manière ils allaient abordés le futur en compagnie de Sazuka. Se dirigeant ainsi vers son bureau pour aller la rencontrer, tous deux n’eurent à peine le temps de se réunir finalement qu’ils furent averti d’une alerte de haut niveau.

Forcés d’être dépêchés à l’entrée dans un flou total, tous deux se dirigèrent dans les lieux tandis que la seule information qui leur avait été communiquée était le nom du code : Le Code WASURE-PI.

Il ne savait pas vraiment ce que cela voulait dire, mais son esprit curieux était plus que satisfait de cette situation particulière.

Une fois sur les lieux, ils n’étaient pas seuls et un visage bien familier était présent.

-Yo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 6 Oct 2018 - 21:05



L’hiver, sans doute la saison que je préférais parmi toutes les autres. On avait froid, certes, mais il était assez simple de se réchauffer… Puis j’aimais bien passer du temps au chaud alors qu’au dehors il faisait froid, il gelait ou neigeait. Travailler à l’institut, traiter des demandes dans mon bureau, au chaud… ça n’avait pas de valeur malgré que je fusse longtemps habituée à vivre dehors, que ce soit dans des grottes ou des sous-bois ou… Enfin voilà, j’aimais beaucoup, peut-être trop… l’hiver. Mais… aussi parce qu’il permettait de conserver les corps ; c’était une autre histoire.

Ce fut en me rendant ce matin-ci au complexe scientifique, comme tous les autres matins ; vêtue d’une cape verte kaki bien chaude qu’on m’interpella. Un Kumojin travaillant pour le bureau de la Raïkage, visiblement essoufflé, s’était rapproché de moi. Evidemment, j’étais surprise de le voir ici à cette heure, et me doutais en le voyant, du coup, qu’il n’était pas là pour rien. De la main, je lui fis signe de se calmer un instant. Il reprit sa respiration et parla finalement. Courir par ce froid… ce n’était pas forcément la meilleure idée.

-Reiko-sama demande à ce que vous vous rendiez à l’Arche Grise !
-Pourquoi ? Demandais-je, animée de mont éternelle et naturelle curiosité.
-Une missive du Daymio… code Wasure-Pi..

J’étais intriguée voire interloquée par ce qu’il me disait. Le code Wasure-Pi ? Qu’est ce que cela pouvait bien être ? Enfin… C’était un ordre de la Raïkage, je ne pouvais donc que m’y plier. Et ainsi, me rendis à l’arche grise accompagnée de Raizen, croisé sur le chemin… Sans doute était-il venu me chercher; qu'en savais-je ? Mais apparemment, lui aussi avait reçu le message. C'était donc un peu comme une mission qui débutait là, mais de quelle nature ? Nous n'allions pas tarder à le savoir.

Sur place, je reconnu Kenshin qui venait de nous rejoindre.

-Bonjour Kenshin. Lui adressais-je alors que nous passâmes la porte...



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois


Dernière édition par Ikeda Sazuka le Sam 6 Oct 2018 - 21:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Sam 6 Oct 2018 - 21:07
« METARU KENSHIN, OÙ EST METARU KENSHIN ?!!!! »

Une voix paniquée criant mon nom résonne dans les couloirs de l’institut, m’extirpant de ma concentration. La craie toujours dans ma main, je cours à la porte vitrée puis l’ouvre. Aussitôt je vois une jeune ninja en sueur courant dans ma direction.

« Vous…. Metaru Kenshin… Vous devez immédiatement vous rendre à l’entrée du village… Suivez-moi, je vous expliquerai en chemin. »

Aussitôt la Kunoichi reprend sa course en sens inverse. Je laisse ma craie tomber au sol puis m’élance vers elle pour la rattraper au bout de quelques secondes.

« –Une missive… du Daimyo…. nous est parvenue… Vous ainsi que deux autres shinobis… Ikeda Sazuka et Meikyû Raizen… avaient été choisi pour répondre à son appel…
– Un ordre du Daimyo ? Quel ordre ?
– Je ne sais pas… Je sais juste que je dois… vous accompagner jusqu’aux portes du villages… et vous donner le code : WASURE-PI. »


Wasure-pi ?... Qu’est-ce que cela signifie-t-il ? De toute évidence la jeune femme semble m’avoir cherché quelques instants, comme en témoigne sa respiration rauque et son discours hachuré. Cette histoire… Qu’est-ce que cela signifie ? J’en apprendrai plus une fois sur les lieux. Si la missive vient directement du Daimyo, je dois m’attendre au pire… et je ne dois pas être le seul à avoir été convoqué.
Nous déambulons dans les couloirs, traversant portes et escaliers pour finalement nous retrouvé à l’extérieur. La jeune femme prend aussitôt de la hauteur, grimpant jusqu’au toit de l’institut et continuer sa course jusqu’aux portes. Je la suis sans broncher, sautant de toi en toi pour atteindre le point de rendez-vous.

Après quelques minutes seulement nous parvenons jusqu’à l’arche grise. Des silhouettes se dessinent… Dont celle des deux shinobis cités plus tôt. Le Meikyû et l’Ikeda sont déjà présents et ne semblent attendre que moi. Dans un dernier puissant bon, je m’élance dans leur direction et atterrit sur la place. Je me relève puis, une fois une position plus décente reprise, légèrement essouflé, je les salue tour à tour.


« Madame la directrice, monsieur Raizen. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Dim 7 Oct 2018 - 18:39

Sur les lieux, Metaru Kenshin semblait avoir été dépêché à la même vitesse que Sazuka et Raizen ce qui signifiait en quelque sorte qu’ils allaient devoir travailler ensemble. La dernière fois que Raizen avait rencontré ce jeune homme, c’était pour obtenir un motif suffisant pour lui enseigner l’art des sceaux meikyu. Or, cette journée marquait un tout nouvel épisode et depuis, un bon moment s’était écoulé

-Monsieur Kenshin, vous pouvez m’appeler directement par mon prénom. D’ailleurs, félicitations pour votre montée en grade.

Très décontracté pour une situation d’alerte dans laquelle ils n’avaient aucun renseignement, le Meikyû prenait le temps de détendre l’atmosphère alors que son esprit fonctionnait, calculait et cherchait.

-En réalité, je n’ai jamais entendu parler d’un tel code, mais je suppose qu’on ne va pas tarder à le découvrir. Une idée de votre côté?

En attendant, l’esprit du Meikyû fonctionnait à une vitesse importante, cherchant, creusant en quête d’information dont ils pourraient avoir besoin. Mieux encore, il essayait d’anticiper la provenance du fameux code...

C’était une histoire à suivre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 7 Oct 2018 - 21:05
Frustrée...

Tu venais de reprendre du service depuis quelques temps déjà. Depuis ton entrainement intensif, tu n'avais pas eu le temps de te défouler sur quoi que ce soit. Une énorme frustration que tu avais été contrainte de créer chez toi pour pouvoir rattraper tout le retard administratif auquel était soumis un Kage. Hisao avait fait du bon boulot pour maintenir le bateau à flot, mais sans capitaine, celui-ci avait rencontré quelques problèmes. Tous mineur dans l'ensemble...

Jusqu'à ce que t'arrive cette missive des plus énigmatiques mais surtout des plus urgentes. Face à sa lecture, tu avais lâché un juron comme tu savais le faire. Menaçant de casser ton bureau d'un simple mouvement afin de pouvoir te soulager de ce manque de dynamisme dans ton quotidien actuel. Ne pouvant décemment pas te dépêcher toi, sur place, tu avais donc réuni à la va-vite une équipe pouvant en apparence tenir sur leurs jambes.

En apparence...

N'ayant ni l'envie, ni le temps de faire la fine bouche. Tu les avais convoqué devant l'arche grise où tu marchais alors d'un pas décidé. Si cela n'en tenait qu'à toi, tu serais toi même allée pour botter le cul à quiconque osant déranger la tranquillité de Kumo... Mais bon... Cela faisait encore une raison en plus pour être frustrée... Tu n'étais plus à ça près.

Ainsi, d'un pas lourd et pesant tu venais à la rencontre de la petite équipe. Même la présence Sazuka ne put adoucir tes traits. Jugeant simplement d'un regard les trois compères, tu annonças alors bien vite la suite de la mission.

- Vous avez pour ordre de prendre un bateau vers le sud est. Cela vient du Daimyo en personne. Alors on discute pas et on se magne pour arriver là bas à temps.


Fronçant et serrant les poings, tu n'étais clairement pas sous ton meilleur jour. Quand bien ils étaient tes subalternes, tu donnais l'impression de vouloir les défoncer un bon coup sans aucune raison valable. Évidemment, ce n'était pas dans tes projets actuels... Tu savais gardé une certaine stabilité malgré les apparences.

- Cette mission a une priorité maximale. Une fois sur place vous en saurez davantage, un envoyé vous y attendra.


Lâchant un dernier regard vers Sazuka, tu te retins de soupirer avant de leur tourner le dos. Chacun d'entre eux avaient su briller quelque fois, tu espérais qu'ils répètent l'exploit aujourd'hui.

Sinon, tu aurais de quoi te défouler à leur retour. Une situation qui se retrouvait être gagnante pour toi qu'importe la finalité. La journée n'était peut être pas bonne qu'à jeter... Soupirant cette fois-ci à découvert, tu avais encore énormément de chose à préparer. Le Seigneur du pays de la terre n'était pas la seule préoccupation du village cachée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Dim 7 Oct 2018 - 22:00



J’allais aviser le Meikyu, et Kenshin de mes hypothèses lorsque la jeune Raikage arriva à l’entrée du village. Cela faisait un moment que nous ne nous étions pas vues ; si bien nous étions occupées. Entre Hayashi et ses entrainements… Nous étions des Kunoichi très prises. Je l’écoutais donc exposer la raison de notre présence ici ; en dehors de ce fameux code… C’était donc… Un ordre direct du Daimyo ? Un homme que je n’avais rencontré… Mais au moins maintenant nous savions où nous devions nous rendre : le sud-est. Une mission bien mystérieuse en somme qui ressemble à s’y méprendre à un jeu de piste… Enfin, nous verrions bien.

Je ne savais pas, j’avais l’impression qu’elle était… comme avant. Son rôle, sa fonction certes de Raïkage était pesant mais… J’avais acquiescé sans rien dire de plus ; les informations dont nous disposions étaient largement suffisantes. Jetant un regard à mes coéquipiers improvisés, je leur dis :

-Allez-y, avancez, je vous rejoins. Leur demandais-je avec une certaine insistance. Puis alors qu’ils prenaient de l’avance, donc ; je rejoignis rapidement la Metaru ; posant délicatement ma main sur son épaule et la dépassant légèrement pour qu’on se retrouve face à face. Merci de me… nous faire confiance, Reiko. Lui dis-je avec léger sourire en approchant mes lèvres des siennes. On ne vous décevra pas Raikage-sama. Dis-je , toujours souriante, avant de repartir rejoindre mon groupe.

De retour à leurs côtés après une course effrénée, souriante ; nous descendîmes la longue côte menant au vallon. Le sud-ouest nous attendait… un petit port… un navire… et un contact. Les interrogations continuaient de s’accumuler dans mon esprit…

-C’est étrange ce nom de code… l’oubli… la mémoire… Je ne sais pas… Ouais… étrange.



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Lun 8 Oct 2018 - 3:59
 

Embarquant dans le bateau vers le sud-est, il ne savait pas du tout où ils allaient et ce qu’était le plan. La seule chose dont il avait la certitude était liée au fait que cette mission était d’une grande importance. Pour que le Raikage lui-même se déplace pour leur donner des instructions, il fallait d’une manière ou d’une autre que l’état d’alerte soit assez élevé. Pire encore, le fait que la mission vienne directement du Daimyo ne présageait rien de bon. Se concentrant sur ses connaissances géographiques, ils savaient qu’ils se dirigeaient fort probablement dans une région qu’il n’avait pas visitée auparavant, mais bon. Peu importe ce qui allait se produire, il était plus que prêt.

Après avoir été poussé par Sazuka pour une raison mystérieuse, il ne pouvait s’empêcher de regarder celle-ci alors que le trajet dans le bateau allait bientôt être entamé. Avait-elle été en mesure de ressortir des informations supplémentaires à la Raikage? Qui sait. Raizen restait toutefois une des seules personnes au courant de leur relation particulière ou pour le moins intense. Même s’il n’était pas certain de comprendre ce qu’elle lui trouvait, il préférait ne pas se casser la tête avec des faits aussi éphémères. Pour le moment, l’excitation liée l’inconnue que représentait cette mission occupait la totalité de son esprit.

Paré à toutes éventualités, Raizen remerciait ses compétences en fuinjutsu qui sauraient les aider au cas où ils se retrouvaient dans une mission nécessitant des objets communs. À sa ceinture se trouvait un rouleau contenant plusieurs artefacts qu’il gardait sur lui au cas où il devait partir en mission d’urgence. Le tout contenait de nombreux éléments utiles et pertinents pour survivre. C’est fort probablement pour cette raison qu’il s’était contenté de lever la main en signe de salutation au Raikage. Raizen avait suffisamment confiance en ses moyens pour savoir que le chef du village n’avait aucun souci à se faire. Mieux encore, leur équipe était composée d’un mélange assez peu commun, mais intéressant.

Même s’il ne connaissait pas tous les atouts de Kenshin, ils représentaient tous une bonne balance entre leur capacité à combattre, agir en tant que soutien, mais surtout et avant tout de réflexion. Ainsi, quelle que soit la mission les attendant, ils étaient prêts.

- Je pense que l’envoyé ne devrait pas tarder à arriver.

Dit-il pour couper le silence qui s’était installé pendant le trajet vertigineux.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mar 9 Oct 2018 - 10:08
Cela doit faire maintenant… presque 6 mois… voir même un an que je n’avais pas reparlé à Raizen. Nous avons bien dû nous croiser quelque fois au détour d’un couloir ou d’une rue, mais seules les politesses furent de mises. La colère du refus est depuis bien longtemps apaisé, de sorte qu’aujourd’hui il est simplement redevenu un supérieur que je connais peu. L’homme aux sceaux m’invite à l’appeler directement par son prénom, sans aucun titre honorifique et par la même occasion me félicite pour ma montée en grade.

« Je vous remercie »


Je réponds simplement en hochant la tête. Raizen semble de toute évidence plutôt décontractée, tant par sa façon de parler que dans ses manières. La discussion embraye aussitôt sur la signification du code… Discussion écourtée par l’arrivée d’un quatrième personnage. Et pas des moindre, puisqu’il s’agit de la Raikage en personne. Raikage et chef du clan. Metaru Reiko, femme forte du village et de la famille… Femme au tempérament bien connu de tous. Son… Caractère lui a valu de nombreuses critiques parmi les nobles. Mais personne ne peut nier l’état du village depuis son accession au titre de kage : excellent. Le commerce et les échanges n’ont fait que croître, Kumo n’a aucun ennemi et les relations avec certains pays se sont améliorés. Sa puissance militaire s’est vue renforcée, comme avec la construction du port militaire et par extension son influence a elle aussi augmenté. Ses paroles ont beau être critiquables, ses actes eux ne le sont aucunement. Par quelques rares occasions j’ai aussi eu l’opportunité de la croiser ou de l’apercevoir, mais jamais encore nous n’avons entretenu une conversation. Je n’aime pas ses manières. Mais c’est une excellente dirigeante et un shinobi hors pair.

Comme à ses habitudes, elle ne perd pas de temps en politesse et nous désigne directement notre prochaine destination : le sud-est, où un bateau nous attend pour prendre le large. Un bateau ? Le sud-est ? Le prochain point d’intérêt serait-il les îles délimitant notre pays de celui de l’eau ? Encore une fois nous n’avons aucune information supplémentaire. La Raikage elle-même ne serait-elle au courant de rien ? Non… Impossible… Peut-être les informations sont-elles trop sensibles… Ou le temps manque ? Sa dernière phrase semble aller en se ce sens. J’ai foi en son jugement.

Nous nous mettons donc en route, Sazuka reste quelques instants à discuter avec la Raikage. Ma curiosité me pousse à observer la scène… Va-t-elle obtenir des informations complémentaires sur la mission ? Qu’importe, cela ne me concerne pas. Je me contente donc m’élancer pour suivre les pas de Raizen dans sa course.

______________________________________________


Après avoir descendu la côte jusqu’au point de rendez-vous dans un petit port, un contact nous interpelle et nous indique de monter sur un bateau spécialement affrété pour nous. Les questions s’enchaines sans que les réponses ne viennent les soulager. Si… notre destination finale se trouve bien être les îles, alors nous allons en territoire inconnu. Un territoire qu’aucun Kumojin – à ma connaissance – n’a encore foulé et que seuls quelques navires marchands ont accostés, plus par besoin que par envie. Les voiles sont tombés, le pont remonté et le voyage commence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Sam 13 Oct 2018 - 19:57
Vous savez depuis un moment que cette mission n’est pas n’importe laquelle. Une alerte, une urgence, tout droit venue de la Seigneurie du pays. En prime de cela, vous avez reçu l’ordre personnel de votre Kage de vous diriger vers le port le plus proche, preuve supplémentaire que la situation semble être primordiale.

Mais la frontière avec l’inquiétude n’est pas loin. Vous pouvez sentir ce climat étrange qui pèse sur vos épaules : si votre mission semble d’une importance capitale, vous avez l’impression qu’on ne vous dit pas tout. D’ailleurs, il ne vous paraît pas que votre Kage ou quiconque vous cache des choses… C’est comme si votre chef n’en savait quasiment pas plus que vous. C’est un détail, cela peut arriver fréquemment lors de missions, mais vu l’importance que celle-ci semble avoir, c’est étrange…

Vous voyagez avec pour unique direction le port que l’on vous a indiqué. Si vous ne trouvez aucun obstacle vous empêchant d’accomplir ce premier voyage, vous avez plus de mal à trouver le bateau. Finalement, c’est une barque des plus commodes qui vous est destinée, avec à son bord un envoyé de la Seigneurie. Que vous connaissiez cet homme ou non, son habit et le sceau du Palais Seigneurial vous témoigne autant son identité que sa loyauté.

« Bien, merci pour votre rapidité. Levons l’ancre, nous avons un long chemin jusqu’à l’île… »

L’homme se penche pour faire quitter la grande barque de la côte. Puis en prenant les rames, il vous regarde. Il comprend – ou se rappelle ? – que vous n’êtes quasiment au courant de rien.

« Ah oui, vous ne le saviez sûrement pas. Wasure n’est pas qu’un nom de code : c’est le nom d’un pays. Le Pays Oublié. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 14 Oct 2018 - 11:12


Une fois sur place, le Meikyû était prêt à embarquer. Même s’il était sceptique, il savait pertinemment que cette mission était importante. Malgré tout, quelque chose clochait. Le peu d’information qu’ils avaient eue le tracassant et il n’était pas le seul à le ressentir. Ce code était inconnu de tous et la personne devant les conduire au lieu de rencontre l’avait ressenti, si bien qu’il leur avait donné une indication qui allait tous leur permettre d’avancer et d’en savoir d’avantages.

C’est donc ainsi qu’ils surent qu’ils se dirigeaient vers un pays inconnu, le Pays oublié. Si ce pays ne disait rien du tout au Meikyû, il ne se souvenait même pas l’avoir lu dans un quelconque livre ce qui était assez délicat et difficile pour lui. Malgré tout, son esprit pouvait commencer à s’activer et à faire ce qu’il faisait de mieux : réfléchir, penser, trouver et démystifier.

Prenant une grande inspiration, ses iris planèrent sur Sazuka et Kenshin tandis qu’il leur faisait un hochement de tête silencieux et complice. C’était l’heure de l’interrogatoire et ils devaient tous être prêts à poser des questions importantes.

Dans la situation actuelle, il y avait de nombreuses choses qu’ils cherchaient tous à savoir. Toutefois, il y avait tout de même des priorités comme l’explication de ce qu’était le pays oublié, le motif de leur mission dans ce lieu et la nécessité de savoir qui étaient impliqués dans cette mission aussi sinistre.

Ce lot important de question trottait dans l’esprit de Meikyû qui voulait toutefois se concentrer sur une seule et unique question dans le but d’amorcer le sujet et d’en savoir plus. Ainsi, il décida d’opter pour une question contextuelle afin d’en savoir davantage.

-Je vous remercie de l’élaboration, ça nous permettra au moins de savoir où nous allons. Par contre, je dois avouer que j’aimerais que vous me décriviez ce qu’est le pays oublié puisque nous n’en avons jamais entendu parler...

Certes, le nom pouvait très bien expliquer cela, mais si cette région avait été oubliée, il devait bel et bien y avoir une raison et savoir son historique était nécessaire. L’emplacement lui importait peu pour le moment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 14 Oct 2018 - 15:51



Nous étions finalement arrivés et rapidement nous rencontrâmes notre contact, un homme envoyé par le palais inspirant une confiance relative. En embarquant il nous apprit que nous nous dirigions vers une ile, un pays ; Wasure. Ce qui au début était un nom de code se transformait en un nom de pays, le pays Oublié… Je me demandais à quoi rimait ce suspense à notre départ de Kumo, n’aurait-il pas été plus simple de nous dire directement où nous allions plutôt que d’entretenir le mystère ? Si même la Raïkage n’était pas au courant… Oui, je ne comprenais pas l’utilité de ne pas avoir été plus clair dès le début…

Et même maintenant que nous le savions, le mystère était toujours entier. Un pays dont nous n’avions jamais entendu parler où nous nous rendions pour des raisons toutes aussi obscures. Heureusement, nous allions avoir tout le temps de la traversée pour éclaircir au maximum la situation. Etant donné que le seul à être apparemment au courant de ce qu’il se passait était ce délégué du seigneur ; ce serait à lui de nous répondre. D’ailleurs Raizen avait posé la première question ; nous apprendre plus sur ce pays… C’était judicieux, mais ce qui m’intéressait le plus étaient les faits. Les causes de notre présence dans cette embarcation.

-Et tant que vous y êtes ; si vous pouviez nous dire pourquoi on nous envoie là-bas… En dehors du simple fait qu’on nous le demande. Savoir ce que nous aurons à faire nous serait… utile ? Lui dis-je, pensive en m’emmitouflant dans ma cape kaki alors que nous continuions de glisser lentement à la surface d’une mer bien calme. D’ailleurs, je me demandais pendant combien de temps nous allions rester dans cette barque. Je n’aimais pas trop l’idée de traverser une si vaste étendue d’eau à bord d’un si ridicule « navire ». A moins que l’ile dont nous parlions ne situe… pas si loin que ça. Et dans ce cas cela rendait son existence et son « oubli » encore plus étrange.

J’espérais aussi que ce pays « oublié » ne trouvait pas, non plus, son origine dans des phénomènes… « trop particuliers », qui feraient… qu’on l’oublie. Enfin, pour la scientifique que j'étais et ma curiosité, me rendre dans un pays qui n'était cité dans aucun manuel, dans aucun conte ni au livre tout court... Ne pouvait que me motiver...

-Rien à ajouter Kenshin ?



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois


Dernière édition par Ikeda Sazuka le Mer 17 Oct 2018 - 11:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 16 Oct 2018 - 18:22
Le voyage. Un voyage… Vers où ? Vers quoi ? Pourquoi ? Rien, nous ne savons rien. Un doute traverse mon esprit. Pourquoi suis-je ici ? Ai-je fait le bon choix ? Jamais encore je ne me suis retrouvé dans une telle situation. Jamais… Jamais encore je ne m’étais retrouvé aussi loin de mon pays, si loin vers l’inconnu. Le tournoi fut bien ma première excursion hors des frontières… Mais ce fut une excursion parfaitement organisée. Entourée. Sécurisée… Rien à voir avec aujourd’hui.
Les vagues claquent la coque tandis que le navire fend la mer, poussée par la force des bras de notre contact. Vers où allons-nous ? L’homme parle d’un long chemin… et d’une île ? Quelle île ? La réponse ne tarde pas à venir… Wasure n’est en fait pas qu’un code, mais un nom. Le nom du Pays Oublié ? Une réponse… qui ne fait que soulever d’avantages de réponses. Ma main vient au contact de mon menton, le frottant frénétiquement. Les yeux levés au ciel je réfléchis, plongeant dans mes souvenirs. Ici ? Non… Celui-ci ? Non plus… Pays Oublié… Aucun roman, aucun livre, aucune histoire… Rien que je ne connaisse qui traite d’un tel pays… Rien qui ne nécessiterait de prendre la mer.
Un silence s’installe. Silence habité par la mélodie de la mer. Jamais… Jamais encore je n’avais vogué dans cette immensité bleue. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître. Je suis un homme de la terre. Un homme qui ne connaît la mer que par les contes et les romans qu’il en a lu. Les images et dessins qu’il a pu en voir. Ainsi… est-ce ça dont ils parlent tous ? Ce silence, cette puissance.

Raizen brise en premier le silence en demandant à l’homme de nous décrire le Pays Oublié. Nous savons grâce à ses mots qu’il s’agit d’une île. Mais est-elle grande ? Dangereuse ? Vu son nom, elle n’est probablement pas habitée… Ou seulement par un peuple vivant en autarcie. S’ils n’ont pas l’habitude de voir des étrangers – s’ils existent – alors nous pouvons nous attendre à un accueil musclé. L’homme craint l’inconnu. Avant de chercher à le comprendre, il cherche à s’en protéger, à le détruire.

La Directrice renchérit aussitôt en lui demandant ce pourquoi nous avons été envoyés vers cette île. Pourquoi là-bas ? Pourquoi nous ? Nous avons déjà la réponse à cette seconde question, mais quant à la première… Je reste là à observer la scène, attendant une réponse aux questions que nous nous posons tous. Assis dans la barque pour ne pas perdre l’équilibre à cause de la houle, une sensation étrange m’envahit… Un mal-être… Une envie de vomir… Que se passe-t-il ?

La Directrice me demande d'intervenir. A mon tour donc de poser une question... Mais quelle question ? Peut-être...



« Si le pays oublié porte ce nom, cela doit signifier qu'il était connu jadis. Dans ce cas, un peuple habitait-il cette île et qu'a-t-elle de si spécial pour qu'un tel mystère semble planer autour d'elle ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Sam 27 Oct 2018 - 13:21
Vous constatez rapidement que l’envoyé du Seigneur Kojima veut collaborer avec vous et répondre à vos questions. Mais malgré tout, le temps qu’il prend pour réfléchir, peser ses mots et parfois esquiver vous confirme quelque-chose : il ne peut pas tout vous dire.

« Wasure no Kuni, le Pays Oublié, est un ensemble de deux îles cachées par une brume épaisse et par les trajets maritimes courants. Il est situé entre le Grand Continent et les îles comme l’Archipel de l’Eau et est entouré de rochers si grands et dentelés qu’il est impossible d’y amarrer ailleurs que sur une petite plage. C’est là-bas que nous allons. »

L’homme posa son regard vers Sazuka.

« Tout porte à croire que la situation là-bas est instable. Votre mission est d’aller sur place le plus rapidement possible et de rétablir les choses. Je n’en sais pas plus, hormis qu’il faudra que cette mission reste un secret. »

Il regarda ensuite Kenshin.

« Il y avait il y a bien longtemps un peuple qui vivait ici, oui. Mais aujourd’hui, ce sont pas moins de cinq « tribus » qui y sont logées. Mais c’est surtout le « peuple » présent sur la petite île, qui est votre destination finale, qui sera votre obstacle… »

Tous les voyageurs purent – aussitôt que le Conseiller ait terminé de leur répondre – s’apercevoir d’une chose étonnante : la brume maritime de laquelle tous s’étaient accommodé s’était petit à petite envolée. Et soudain, un pays était apparu sur l’océan. Encore éloigné, il ne pouvait pas s’agir d’un grand pays comme celui de l’Eau, de la Foudre ou une côte du Grand Continent. Non… c’était autre chose. Une île, immense, presque coupée en deux.

En réalité, il y avait bien deux îles bien qu’elles soient assez proches. La première était bien plus grande que la seconde. Mais ce qui frappait avant toute chose – plus que l’idée même d’être en présence de terres jusque-là inconnues – c’était qu’il semblait impossible d’accoster sur ces îles. En effet, de nombreux rochers marins entouraient les deux parties de ce pays inconnu. Et pas n’importe lesquels, puisque les obstacles pouvaient aller jusqu’à plusieurs dizaines de mètres de hauteur.

Mais plus le bateau approchait, plus l’on pouvait distinguer une petite ouverture sur l’île la plus grande : un infime espoir de pouvoir amarrer.

« Nous y sommes. Voici donc Wasure no Kuni, le Pays Oublié. C’est ici que nous nous retrouverons pour le retour. Votre objectif, comme dit plus tôt, est clair : vous devez vous enfoncer le plus rapidement possible dans le pays : la situation est urgente. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 27 Oct 2018 - 19:26



La traversée fut assez courte au final, et tant mieux. Je n’avais pas le pied spécialement marin et nous engager en haute mer loin de tout par ce temps ne me m’aurait pas rassuré. Enfin, quoi qu’il en fut… Nous avions eu nos réponses, les plus précises possibles. Pour le moment elles ne revêtaient pas vraiment d’utilité. Je me doutais bien, comme mes comparses sans doute, que notre traversée du pays Oublié ne serait pas une sinécure. Wasure n’était pas le seul territoire du Yukan, extra ou intra continent dont les habitants se montraient méfiants si ce n’était hostiles.

Ainsi nous débarquâmes sur la petite plage dont nous avait parlé le délégué du Seigneur ; ce dernier nous donna les dernières instructions qui me semblaient… logiques.

-Bien, nous ferons ainsi alors. Merci pour votre transparence, nous communiquerons un rapport le plus tôt possible. Affirmais-je en m’inclinant devant l’homme. Certes nous le reverrions probablement à notre retour, mais d’ici là, il serait plus efficace de lui faire parvenir un message, à lui, Reiko ou directement au palais du Seigneur, les premières informations recueillies.

Nous enfoncer dans les terres le plus rapidement possible… Tout l’enjeu était donc là, la vitesse de notre action, de notre intervention. Malheureusement, je ne disposais d’aucun moyen pouvant nous permettre de gagner du temps… Et je doutais que les deux hommes eurent, de leur côté, un tel atout. Nous devrions sûrement nous débrouiller. Peut-être la chance serait-elle avec nous ?

Ainsi, nous nous mimes en route…

-Raizen, Kenshin, vous avez une solution pour nous faire gagner du temps ? Les interrogeais-je rapidement alors que nous courions déjà. Nous devions restés vigilants et aux aguets ; peut-être trouverions nous, sur notre route, la solution… Et pour faciliter notre tâche, j’exécutai une rapide suite de mudras qui firent apparaître trois clones qui se dispersèrent, suivant d’autres trajectoires.

Nous continuions de courir lorsqu’un de mes clones disparut, s’étant « autodétruit » et me transmettant ses informations. Il avait repéré ce qui ressemblait à un genre de ferme, ou de campement ; où se trouvaient une dizaine de chevaux. Je n’étais pas fan des chevaux, mais c’était la meilleure alternative pour le moment.

-Par-là, un de mes clones à repérer quelque chose. Dis-je en changeant de direction. Nous allions emprunter quelques montures…

Spoiler:
 





_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois


Dernière édition par Ikeda Sazuka le Sam 27 Oct 2018 - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Sam 27 Oct 2018 - 19:43

Cette situation n’était pas qu’intéressante dû à la mission qui se dressait devant eux. Au contraire, le fait de voir Sazuka et Kenshin dans le feu de l’action risquait d’être intéressant surtout qu’il avait déjà pu noter quelque chose qu’il n’appréciait pas forcément chez Kenshin. Rapidement, il s’était rendu compte qu’il était fort probablement trop rigide. À son souvenir, il venait d’être admis Chunin, poste qu’occupait aussi Raizen. Pourtant, il avait attendu l’intervention de Sazuka avant de prendre la parole. Était-ce Raizen qui ne se préoccupait pas de la hiérarchie ou était-il juste trop formel ? Il y avait un léger mélange des deux réponses, fait qu’il nota pour la mission. Or, il préférait ne pas intervenir directement, préférant se concentrer sur les paroles que leur fournissait l’envoyé du Seigneur.

Sa première réalisation fut assez curieuse sachant qu’il pensa immédiatement que cet homme était loin de tout leur dire. Au contraire, il semblait se limiter qu’à des détails plus ou moins importants qui laissaient Raizen perplexe. Malgré tout, le Meikyû était assez excité par rapport à la situation. L’inconnu était quelque chose qu’il appréciait vachement et résoudre des mystères n’était que plus intéressant. Le fait de savoir que cette île était habitée de plusieurs peuples dont un peuple possiblement hostile ne faisait que renforcer ses interrogations. Quelque chose clochait et on ne leur disait pas tout. Malgré tout, ils allaient devoir en apprendre davantage une fois sur le terrain.

Tout au long du trajet jusqu’à la plage, Raizen amassa le plus d’indices possible en tentant de concevoir un casse-tête à l’aide de tous les indices cela. Or, jusqu’à ce qu’ils s’enfoncent dans le fameux pays oublié, ils ne sauront rien. Le plus triste dans tout cela était bel et bien le facteur temps. S’il y avait bien une chose que leur hôte n’avait pas su cacher, c’était bien l’importance du facteur temps dans cette situation. Ils devaient faire vite.

-Merci pour les instructions.

Soupirant avant de s’étirer, Raizen aurait possiblement été en meilleur état de parcourir la distance s’il avait été seul. Or, il devait faire avec les circonstances puisqu’il était le seul à pouvoir employer le futon de manière à se propulser plus rapidement. Dans tous les cas, Raizen était content de savoir qu’ils eurent tous le réflexe de courir et de discuter en plein trajet. C’était la chose la plus sécuritaire sachant qu’il était préférable de rester en mouvement dans un lieu inconnu qui était possiblement dangereux.

-Malheureusement, je n’ai que des techniques individuelles qui me permettront d’être plus rapide. Par contre, soyez vigilants, on ne sait pas dans quoi on s’embarque et surtout Kenshin, n’hésite pas à prendre de l’initiative.

Lui déposant une légère tape sur l’épaule, il en profita pour y apposer à son insu un sceau de Kai. Il n’était pas au courant qu’il en avait déjà un, toutefois, un second ne ferait de mal à personne sachant que sa personnalité faisait de lui une personne fort probablement moins résistance aux genjutsus comparés à eux.

Suivant ensuite Sazuka alors qu’elle semblait avoir trouvé quelque chose, ils arrivèrent vers ce qui ressemblait à un rassemblement de chevaux. La chance venait de leur sourire et même s’ils ne connaissaient pas qui étaient les propriétaires de ses créatures, ils espéraient prendre les montures et s’enfoncer le plus rapidement possible vers le lieu de rencontre. Par précaution, Raizen avait déposé un sceau activable pour tétaniser la bête au cas où elle se rebellait.

-Faites attention aux chevaux, au cas où ils paniquent.

Résumé:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 28 Oct 2018 - 1:13
Un silence s’installe. Notre barque vogue à travers les eaux, avançant par à-coups au gré des coups de rames de notre transporteur. Transporteur mais aussi messager… Un messager qui prend son temps pour réfléchir et peser les réponses qu’il va nous donner. Pourquoi tant de secret ? Alors même que c’est le Daimyo lui-même qui a expressément requis la présence de trois shinobis. Quel intérêt à garder le secret ? Malheureusement, cette question aussi restera sans réponse. Après plusieurs minutes de silence, l’homme daigne enfin nous donner des réponses. A la première question, celle de Raizen, il répond que le Pays oublié un ensemble de deux îles situées entre le Pays de la Foudre et l’archipel du Pays de l’Eau. Des îles qui, de par le brouillard permanent présent dans les environs, les falaises abruptes et les forts courants sont toujours restées dans un certain isolement. S’y amarrer risque donc de poser problème, à moins que notre homme ne connaisse une plage où se poser, c’est même très probable.
Son regard se pose ensuite sur Sazuka pour répondre à sa question. Cette réponse se fait plus laconique, on nous enverrait là-bas pour « rétablir » quelque chose, l’ordre sans doute… Ou une certaine autorité. Le Daimyo a-t-il une autorité en ces terres ? Après tout, il connaît l’existence de cette île. L’homme qui répond à nos questions semble en savoir bien plus qu’il n’accepte de le dire… Cette mission doit évidemment rester un secret. Un secret dans un secret en somme. La « situation » doit relever d’une importance stratégique non négligeable pour que tant d’attention lui soit portée.
Enfin, il tourne ses pupilles pour les poser sur ma personne. Un peuple vivait en effet sur ces îles il y a bien longtemps. Il n’en resterait aujourd’hui que cinq tribus, et c’est celle présente sur la plus petite des deux îles contre qui nous allons nous confronter. L’information qui nous est donnée là est capitale. Nous savons maintenant exactement où nous allons et qui seront nos ennemis. Nous devons nous préparer au pire.

Le malaise que je ressens reste présent tout le long du voyage. Ce « mal de mer » m’en aura fait voir de toutes les couleurs et je dois puiser dans mes retranchements pour ne rien laisser paraître. Je ne peux quand même pas tomber malade à cause d’un simple voyage en mer, surtout avec la mission qui nous attend. Enfin, après un certain temps à voguer parmi les flots, nous apercevons la terre se dessiner au loin. Deux îles fissurées en deux se détachent de la brume qui se dissipe peu à peu. Tels des rocs sortis des flots, ils montent au ciel sans jamais atteindre les nuages. Au fur et à mesure que nous nous en rapprochons, nous virons de bord pour nous diriger au nord, vers ce qui semble être la plus grande des deux îles.
Ainsi notre destination finale n’est pas la même que notre point d’arrivée.
Une étrange sensation vient s’ajouter au malaise déjà présent, à la vue de ces montagnes. Une… peur… comme si mon instinct cherchait à me prévenir que ce qui réside en ces terres représente un danger pour ma vie. Je ne suis pas de ceux qui pensent que la peur est une mauvaise chose. La peur permet de nous garder en vie. Il ne faut pas la combattre, mais la dompter. Pas la nier, mais l’écouter.

Une ouverture – une plage – se dessine au fur et à mesure que nous approchons de la côte. De toute évidence, notre timonier a prévu d’y accoster afin de nous faire poser pied.

Arrivé sur la terre ferme, le messager nous indique que nous nous retrouverons ici même pour le voyage du retour. Compte-t-il donc attendre ici jusqu’à que nous soyons revenus ? Qu’importe, ce n’est pas ce qui importe pour l’instant. Dans un premier temps, nous devons nous enfoncer le plus vite possible à l’intérieur des terres. Pour aller où ? Qu’elle lieu devons-nous rejoindre ? Encore une fois aucune information ne nous ait donné.
Pour qu’elle raison ?
Sazuka et Raizen se mettent aussitôt en course et je les suis sans attendre. La Directrice nous demande si nous avons une idée pour gagner du temps durant le trajet, mais je ne possède malheureusement aucun talent qui, dans la situation présente, pourrait nous être utile. Le Meikyû possède bien des sceaux – dont j’ai pu avoir un aperçu lors de notre première et unique rencontre – qui pourraient lui permettent d’aller beaucoup plus vite, mais ce serait au détriment de la formation… Se disperser serait pire que tout à l’heure actuelle. Mes suppositions sont aussitôt confirmées par ses propos. Une petite tape à mon épaule venant conclure sa parole…
Gênant.


« Je ne possède aucune technique qui pourrait nous aider dans notre situation actuelle. »

Sazuka décide donc, devant l’absence de solution de notre part, de créer trois clones qu’elle envoie dans des directions différentes. Espère-t-elle trouver un raccourci ? Sottises, nous allons pour l’instant tout droit vers l’intérieur des terres. A quoi bon… ?
Les minutes passent. Madame Ikeda brise notre élan et nous fait changer de direction, arguant que son clone a trouvé quelque chose… Et pas des moindres. Nous rejoignons rapidement un champ sur lequel sont présents des chevaux. Chevaux que nous « empruntons » afin de mener à bien notre mission. Voilà un domaine où je possède des compétences. Tel un chevalier, je monte sur le cheval et effectue aussitôt les premiers gestes pour le calmer et en prendre le contrôle.
Tant que nous resterons ferme les chevaux devraient le rester.
Tous trois installés, nous partons en direction de l’intérieur, bravant l’inconnu en quête du prochain indice qui aiguillera notre quête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Jeu 1 Nov 2018 - 11:05
Seul l’un d’entre vous possède de quoi aller plus vite que la normale. Mais grâce à d’autres techniques, comme celle du multi-clonage, vous parvenez à trouver des chevaux. Cela devrait être suffisant pour gagner en vitesse pendant que Raizen utilise son Taijutsu pour mener la course.

Malheureusement, difficile d’allier vitesse et discrétion. Si bien qu’à mi-chemin, vous êtes surpris par un homme qui vous saute dessus. Si vous parvenez à l’esquiver, et que vous êtes rapidement prêts à riposter, deux autres hommes viennent tout aussi soudainement entraver le fou furieux. L’un des deux gardes de l’île – vous le reconnaissez grâce à l’uniforme qu’ils portent – pose alors un sceau à l’homme qui est tout de suite calmé puis placé dans un état d’inconscience presque total.

Mais ce qui est le plus étrange, c’est qu’avant, vous auriez crû voir des flammes sur le corps de cet inconnu qui vous a attaqué. Maintenant, il a l’air d’un simple individu neutralisé par le duo qui vous a aidé. Ils vous indiquent la direction à suivre.

« Excusez cet homme mais ne vous en occupez pas, votre objectif est la prison, n’est-ce pas ? Allez-y maintenant, c’est par-là ! »

Une prison ? Dans tous les cas, la direction pointée par ces gardes montre le fond de l’île principale et le second îlot qui se trouve derrière. Vous y arriverez sans trop de difficulté. Et si vous pouviez vous demander comment rejoindre la seconde avec l’océan et les rochers tranchants qui la séparaient de la vôtre, vous découvrez quelque-chose d’invraisemblable et pourtant vrai : un passage souterrain qui semble passer sous les mers elles-mêmes. C’est grâce à cette infrastructure tant idéale que surprenante que vous allez pouvoir rejoindre la seconde et plus petite des îles.

Mais il semble trop tard, puisqu’une énorme détonation semble provenir de cette dernière et du grand bâtiment qui s’y trouve. Vous vous dépêchez pour vous y rendre, sans savoir de quoi il en retourne mais sûrs d’une chose : le danger et les réponses à vos questions se trouvent à la sortie de ce tunnel souterrain !

Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Alerte | Arc n°5] Code WASURE-PI (Kumo)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Arche Grise
Sauter vers: