Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Recrutement de modérateurs techniques à l'essai
Aujourd'hui à 13:02 par Garyôsen Ryôga

» Absence
Aujourd'hui à 12:31 par Akiji Yasuo

» Mainmise religieuse / Mission Rang B
Aujourd'hui à 12:19 par Hyûga Kami

» 08. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 11:37 par Hyûga Kami

» Ice and Thunder [Kaya]
Aujourd'hui à 11:34 par Yuki Kaya

» 06. Demandes diverses
Aujourd'hui à 11:16 par Hohoemi Tsuki

» Présentation de Nozomi Ryû (en cours de commencement)
Aujourd'hui à 10:27 par Nozomi Ryû

» Le loup et la chasseuse [PV Hohoemi Tsuki]
Aujourd'hui à 10:11 par Nobuatsu Saji

» [Mission libre D] Le chat chapardeur
Aujourd'hui à 10:10 par Akane Ito

Partagez | 

La porte d'à côté | ft. Byakuren Takamagahara


Dim 7 Oct 2018 - 18:22


* * *

Après des semaines de traversée d'un désert hostile à toute étincelle de vie, j'arrive enfin à destination : la célèbre capitale et seule cité prospère du Pays du Vent – Taiyô. Et pour cause, entre le climat aride aux températures extrêmes – tant froides qu'infernales –, et les agissements de factions opportunistes sillonnant le pays à la recherche de proies affaiblies, il n'est jamais dit que l'on verra l'aube du lendemain. Par chance, j'avais à mes côtés des hommes compétents. Le sable m'aurait sans doute avalé, sinon.

J'extirpe la lettre de mon commanditaire ; lis une énième fois les détails indiqués à l'encre sèche afin d'être persuadé du bon chemin à suivre. Selon l'adresse, je semble être proche du lieu de rendez-vous – mais je dois toutefois ne pas baisser ma garde. Ma patrouille ayant été remerciée tantôt, je conclus ce long voyage seul. Et à l'image des bandits de son territoire, la capitale pourrait réserver de sombres surprises.

Nous y voilà...

Je tombe enfin face à la porte de Prométhée. Gardant la lettre de mon contact en main, faisant office de convocation afin de réclamer mon droit d'asile, je frappe trois fois.

Quelqu'un approche.

On ouvre la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4163-termine-predefini-sendai-hyousuke http://www.ascentofshinobi.com/t2790-seichi http://www.ascentofshinobi.com/t4174-sendai-hyousuke#32130

Dim 7 Oct 2018 - 19:30


* * *

Voila bientôt trois semaines que la lettre fut envoyer au pays de la pluie. En comptant le trajet et les diverses péripétie son invité ne devrait pas tarder à arriver. Il avait posté certaines personnes pour surveiller et vérifier la caravane de son compatriote. La situation l’obligeait, bien qu’il avait une confiance certaine pour son ami, le prince, elle n’était pas rétroactive pour ses subordonnés. Comme toutes choses dans cette vie, il faut mériter. Le petit prince était cependant heureux d’entendre que Neptune arriverait d’ici une heure ou deux, maximum, il venait tout juste de passer le dernier checkpoint. En tant qu’hôte, il n’avait pas perdu de temps. Lui qui vivait sur de la paille avec un simple bureau et tout cela dans une seule pièce... Il avait fait quelques travaux. La pièce principale était occupé désormais par un matelas ainsi qu’un bureau tout neuf. Il avait construit de ses propres mains une seconde pièce séparer par un simple voile blanc. La pièce contenait à peine la taille requise pour qu’un homme puisse y dormir convenablement, là-bas siégeait sa paille ainsi que son vieux bureau.

Trois coups retentirent. Il ouvrit la porte. Ce fut son visage qui fut la première image perceptible. Un simple sourire habitait cette face mystique. À lui seul, il semblait rivaliser avec l’éclat lunaire. D’un simple mouvement de bras anormalement gracieux il l’invita à entrer, refermant derrière lui.

— Que la paix et le salut soit sur vous Neptune. Je suis connu sous le nom de Prométhée mais ici vous pouvez m’appeler par mon vrai prénom. Takamagahara. Je suis enchanté de faire votre rencontre. J’imagine que nous avons beaucoup à nous dire. Mais tout d’abord prenez ça.

Le petit prince se tourna en direction du bureau, deux tasse de thé vert fumante semblait attendre d’être bu. Il se saisit doucement de l’une d’elle et l’apporta à son invité.

— Tenez. Sachez, tout d’abord, que vous êtes ici comme chez vous, si vous avez le moindre problème vous pourrez compter sur moi à partir du moment que cela ne dessert pas la paix que nous essayons d’installer, ici. Connaissant le prince, si il vous a envoyez vous, précisément, ce n’est pas sans raison. Il connait quelque peu mon tempérament, de ce fait, je sais que nous partageons les mêmes objectifs. La paix. Comme vous avez pu le lire dans la lettre, je ne tolérerais pas d’effusion de sang. Même si nos vies sont en danger, nous devrons prendre sur nous et calmer ces vils pulsions. Il vaut mieux que nous coopérons tout les deux.

Il marqua un temps de pause - léger.

— Je n’aime pas cacher de quelconques secrets. J’ai pris le soin de vous surveillez lors de votre route afin de m’assurer que vous étiez bien l’un de ses acteurs de la paix. Vous avez réussit avec brio. Hahah. Maintenant que les présentations sont faites. Quelle est la requête ?

Son regard se voulait beaucoup plus sérieux, cependant, cette anormale lueur brillait toujours dans ses yeux. A la fois mystique et surnaturel, il était difficile de catégoriser le Byakuren comme un simple homme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 8 Oct 2018 - 17:31


* * *

Un accueil en bonne et due forme. Sourire, politesse, thé envoûtant ; tout est mis en place pour que je sois mis à mon aise – ou plutôt, que l’ami de Jupiter soit mis à son aise. Je ne sais guère si tous les autochtones de ce pays font preuve d’autant de richesse de cœur, mais mon hôte me montre le sien avec maestria. Il est de ceux qui envoûtent l’esprit de la plèbe ; ces hommes au sourire invulnérable ayant pour foi d’aider leurs prochains.

Le Prince a visé juste en m'envoyant jusqu'à lui.

Takamaga..., répété-je en m'évitant toutefois de rajouter d'autres syllabes aléatoires à son nom déjà atypique. Me pardonneriez-vous si je vous fais l'outrage d'écourter votre nom ? Je crains l'écorcher bien trop de fois pour que notre relation demeure urbaine.

J'emboite son pas, saisis ma tasse de thé – vert – fumant qu'il me tend alors. N'osant pas goûter au breuvage avant qu'il n'ait porté ses propres lèvres au sien, je garde mon cadeau de bienvenue en mains, faisant fi de la chaleur infernale qui ronge mes paumes.

Puis vient le cœur du sujet : les règles de la maison. Celles que je devrais suivre coût que coût afin de mériter ma place auprès de lui, et ainsi ne pas abîmer l'amitié certaine liant mon hôte du Prince de la Pluie. Cependant, même si ma qualité d'invité m'oblige à acquiescer bêtement à ses dires, je ne peux m'empêcher d'émettre des réserves quant à sa philosophie. Il est certes noble de ne pas vouloir verser le sang, mais certaines créatures de Yuukan ne méritent pas notre main tendue. Elles préfèreraient cracher dessus, puis se plaindre de glisser en s'y raccrochant dans leur chute.

À Ame no Kuni, fais comme les Amejin. Il en va de même ici. Je respecterai donc votre demande, et ferai tout en mon possible pour ne pas verser le sang. Je ne peux vous promettre davantage sans connaître les virages de mon avenir incertain, je le crains.

Après avoir soufflé doucement sur mon thé, je le repose sur le bureau pour le laisser refroidir seul, tandis que je m'affaire à discuter des enjeux de Seichi au Pays du Vent.

Je vous en prie, appelez-moi Hyousuke. Laissons ces sobriquets au peuple et à la presse. Quant à l'objet de ma présence, il est simple : le Prince me demande de prendre audience auprès de la banque Sabaku afin de leur solliciter un investissement. Vous vous doutez qu'un pays ne se conquiert pas en claquant des doigts. Et l'argent-roi nous autorise des raccourcis qu'il faudrait, hélas, sinon emprunter par la violence.

Violence que Prométhée semble haïr au plus haut point. Et si je vois juste, je ne peux que grimper dans son estime. Après tout, qui de sain d'esprit se battrait contre l'effusion de sang, tout en refusant que l'on essaie d'éviter cette sombre impasse ? Satisfait de mon trait d'esprit, je suspends la conversation en goûtant au breuvage déjà tiède.

Un délice qui s'est fait attendre.

Disposez-vous d'un moyen de contacter cet établissement renommé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4163-termine-predefini-sendai-hyousuke http://www.ascentofshinobi.com/t2790-seichi http://www.ascentofshinobi.com/t4174-sendai-hyousuke#32130

Lun 8 Oct 2018 - 18:51
Le petit prince s’installa finalement dans un coin ensoleillé de sa demeure. Laissant la caresse mortuaire de l’astre rougeoyant effleuré sa peau de cristal. Le soleil et la lune réunit en un seul homme. Une image tout droit sortie des plus mystérieux mirage que pouvait contenir le désert, son sourire se voulait persistant.

— Il n’y a pas de problème vis à vis de cela. Vous pouvez m’appeler Taka. À moins que vous voulez user d’autre sobriquet pour ma modeste personne.

Son regard opalin se tourna en direction de l’une des meurtrières de la pièce, laissant couler à flot et noyer son visage de cette lueur. Il prit une simple gorgée de son thé bouillant. Il avait oublié quelque chose. Il se dirigea une seconde fois en direction du bureau et ouvrit délicatement l’un des tiroirs. Une dizaines de sachet de velours s’y trouvait, tous étaient fermés avec un petit noeud. Il tâta le premier avant de s’en saisir. Le tiroir vint retrouver son emplacement d’origine. D’un geste amicale il tendit le sachet tout en ôtant la résistance. Plusieurs dattes apparurent dans le creux des mains de son invité.

— Servez vous, ce sont les meilleurs du pays. Je n’en attendait pas moins de votre part. Si la situation dérape, je ferais mon possible afin que vous n’ayez pas la nécessité d’agir. Vous pouvez me faire confiance. D’ailleurs, ma maison est assez modeste, considérer cependant cette pièce comme la votre, tout ce que contient le bureau est désormais votre. Derrière ce rideau se trouve mon coté, je vous prierais de ne pas y entrer à moins que le situation vous y oblige.

Ce n’était pas un réel interdit. Il ne voulait pas que son invité puisse voir la différence entre les deux pièces. Il ne voulait pas que le Sendai tombe sur un simple sol avec quelques morceaux de pailles comme guise de lit tandis que lui aurait un matelas neuf et confortable. L’humilité dont faisait preuve le petit prince était rare, même lui n’avait pas idée qu’il était si humble. Pour lui tout cela était normal. Il écouta finalement la requête du Amejin.

— Hyousuke. C’est bel et bien noté. Je vois où vous voulez en venir. Il est clair que l’argent aide beaucoup. J’ai pris connaissances des événements de la Pluie. Pour rien vous cachez, c’était le second pays sur ma liste. Une fois l’ordre établit, ici, je rejoindrais sûrement le pays de la pluie sempiternelle pour lui venir en aide, à elle aussi. C’est un but noble.

Le petit prince ferma ses yeux le temps d’un instant. Se remémorant d’anciennes histoires accentuant son sourire miraculeux.

— Vous pourrez compter sur moi. Je vous aiderais, j’ai bel et bien en ma possession le moyen d’appuyer votre demande auprès de la banque. Cependant, je suis dans le regret de vous annoncez une complication qui n’en est pas véritablement une. En tant qu’homme de parole, la transaction aura lieu. Vous devrez cependant m’aider ici avec la population locale. Nous manquons d’homme bienfaisant, je vous considère comme tel. Qu’en dites vous de cette proposition ?

Son regard s’ouvrit finalement pour s’enfoncer dans celui de son invité. Il le jugeait, d’une certaine façon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 11 Oct 2018 - 15:41


* * *

Quelque chose m'intrigue dans le comportement de mon hôte. Je ne peux m'empêcher, malgré son sourire sincère et ses bonnes manières, de craindre ce dont il pourrait être capable de faire. Le Prince, du fait de ses origines et de ses buts, s'entoure de très bons éléments. Et il ne m'aurait jamais demandé de frapper à la porte de Taka si celui-ci n'était pas compétent. Ces menaces glissées entre deux cadeaux, cette interdiction tacite de franchir le rideau, ce visage rayonnant d'une utopie insouciante – derrière lequel je crains deviner une manière brutale de faire les choses. Je crois parler à deux personnes différentes, deux âmes jumelles résidant au sein d'une unique enveloppe corporelle.

L'un est la bonté incarnée ; l'autre, un démon intransigeant qu'il faut surveiller de près.

Rien ne m'empêche de vous confier mon aide. Au contraire : notre prise de pouvoir est avant tout une opération politique. Il nous faut donc mériter notre image de héros auprès du peuple, quel qu'il soit. Ne me reprochez pas cet élan de pragmatisme, je vous prie – sauver la vie d'un homme, ou de sa famille, ne peut impacter le sort du pays tout entier.

Au mieux, notre ego est ravi. Au pire, rien n'a changé quant à l'état du monde.

Je pense sincèrement qu'il faut agir sur les grands problèmes pour que les petits puissent se régler d'eux-mêmes. Mais étant l'invité en ces lieux de grand péril, j'exécuterai vos vœux, et vous accompagnerai donc afin de sauver la veuve et l'orphelin. N'y voyez là aucun sarcasme – seulement du pessimisme. J'espère toutefois pouvoir apprendre de vous, comme vous pourrez peut-être apprendre de mon parcours en me côtoyant.

Une analyse très personnelle des rouages de Yuukan. Hélas, j'ai eu maintes fois l'occasion de me rendre compte de la véracité de son fonctionnement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4163-termine-predefini-sendai-hyousuke http://www.ascentofshinobi.com/t2790-seichi http://www.ascentofshinobi.com/t4174-sendai-hyousuke#32130

Jeu 11 Oct 2018 - 17:26
Les propos de son camarade le fit sourire. C’était certes une étrange façon de voir les choses mais elle tenait la route. Il est toujours interessant de connaitre les pensées ou plutôt la possible vision de ce monde au travers d’un prisme different. Pour certains, il voulait devenir des héros. Pour d’autres, c’était naturel, ancré au plus profond de leur ADN.

— Je vois, vous vous considérez avant tout comme des héros, c’est amusant. Vous avez beaucoup à apprendre, il se peut que l’action même consistant à sauver la vie de la plus insignifiante des créatures se transforment en un acte important. Je juge que pour venir en aide au peuple, il faut aider chacune des personnes qui le constitue. De ce fait aider une personne quelle qu’elle soit impactera forcement sa famille qui elle même impactera ses proches puis sa ville, sa région et enfin le pays. L’idée semble bête et méchante, pourtant, c’est ce qui interpelle le peuple et prouve la sincérité des actes qui suivront. Vous comprendrez en marchant dans les artères de Taiyō ou auprès des nomades. Ici, tout ce sait et très rapidement. Il faut en jouer sans pour autant s’écarter de ce qui est vrai.

Les deux hommes avaient le même but. Une vision bien différente cependant. Aux yeux du Byakuren, il manquait à Hyousuke l’expérience. À première vue, une simple vie est insignifiante... Ce n’est jamais le cas.

— Vos propos me réjouisse. Une fois votre aide apportée, je tiendrais mon engagement. Je n’ai nul doute que vous sortirez changé de cette expérience.

Un énième sourire emplit d’un certain mystère se dessina sur les courbures de ses joues. Hyousuke était intéressant, il ne pouvait le nié.

— Hyousuke, je vous invite à vous reposez, la nuit déborde très rapidement ici. Reprenez vos forces, vous en aurez besoin.

À ses mots, après une salutation emplit d’une noblesse certaines, le Byakuren quitta la maison laissant son invité en tant que maitre des lieux. Il avait beaucoup à faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 14 Oct 2018 - 16:49


* * *

Mon hôte me laisse ainsi chez lui, seul, m'invitant à prendre mes aises en attendant son retour – et de surcroit l'annonce d'un pan quelconque du désert à sauver de l'adversité. Le Prince m’a investi d’une mission primordiale afin de reprendre Ame no Kuni, alors je me plierais en quatre pour respecter mes engagements – mais il y a toutefois un détail qui éveille ma curiosité. Ce rideau. Que cache-t-il de si compromettant pour ne pas vouloir le montrer à son invité – envoyé par son cher ami d'enfance.

Une enquête s'impose.

Je jette un œil dehors : Taka-Prométhée est déjà profondément engouffré dans la rue. Refermant doucement la porte, je me retourne vers sa chambre secrète ; et décale le rideau afin d'assouvir ma paranoïa de circonstance. Mais à défaut de découvrir d'antiques secrets qu'il faudrait éloigner à jamais des esprits de son entourage, je n'y découvre qu'une simple paillasse de fortune faite de paille et de néant.

Tu as le don de choisir de très bons alliés, Kadachi.

Un homme au cœur d'or. Un pilier nécessaire à la création d'un futur utopique...

Malgré mes obligations auprès de mon guide, j'ai maintenant hâte d'agir à ses côtés. Je suis certain que j'apprendrai de grandes choses en l'observant évoluer dans ce monde en proie aux changements. Car il a certainement le don de rallier les foules autour de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4163-termine-predefini-sendai-hyousuke http://www.ascentofshinobi.com/t2790-seichi http://www.ascentofshinobi.com/t4174-sendai-hyousuke#32130

La porte d'à côté | ft. Byakuren Takamagahara

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent :: Taiyô
Sauter vers: