Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Recrutement de modérateurs techniques à l'essai
Aujourd'hui à 13:02 par Garyôsen Ryôga

» Absence
Aujourd'hui à 12:31 par Akiji Yasuo

» Mainmise religieuse / Mission Rang B
Aujourd'hui à 12:19 par Hyûga Kami

» 08. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 11:37 par Hyûga Kami

» Ice and Thunder [Kaya]
Aujourd'hui à 11:34 par Yuki Kaya

» 06. Demandes diverses
Aujourd'hui à 11:16 par Hohoemi Tsuki

» Présentation de Nozomi Ryû (en cours de commencement)
Aujourd'hui à 10:27 par Nozomi Ryû

» Le loup et la chasseuse [PV Hohoemi Tsuki]
Aujourd'hui à 10:11 par Nobuatsu Saji

» [Mission libre D] Le chat chapardeur
Aujourd'hui à 10:10 par Akane Ito

Partagez | 

30 millions d’amis | Kuchiyose


Mer 10 Oct 2018 - 3:15


* * *

La nuit était déjà fortement avancée. La pleine lune, siégeant sur son palais étoilés, était immense. Les cieux étaient brodé d’une myriade de constellations, toutes plus resplendissantes les unes que les autres. La température avait drastiquement chutée, comme chaque soir dans ce désert. Kaze no Kuni oscillait entre écrasante implacable chaleur lors de la journée et abominable vent polaire lorsque le voile de la nuit s’épaississait.

La lune en personne descendit de son piédestal, elle semblait à la recherche d’une quelconque forme de vie dans cette étendue désertique marqué par les différentes dunes et ergs. En cette magnifique nuit, il n’y avait pas de bêtes, ni même le souffle léger et mordant du vent. Que pouvait-elle bien rechercher...

Une silhouette, au loin, dans l’ombre du creux d’une dune, tournant le dos à cet astre bienfaisant, était visible. Assis contre le sable froid, elle était recroquevillé sur elle même, ses avant-bras posaient sur ses genoux tandis que sa tête était enfoncé contre son corps. À première vue, on aurait pu pensé à un simple nomade - perdu - sommeillant hors de sa tente. Mais ce n’était pas le cas. Un petit bruit, imperceptible au début, venait d’apparaitre. Petit à petit, ce simple bruit c’était transformé en un torrent plus ou moins silencieux. La silhouette pleurait.

La voute céleste se tut le temps d’un instant. Qui pouvait bien pleurer en cette nuit - pourtant si magnifique ? Les cieux, curieux, s’approchèrent en vue de distingué qui pourrait bien être dans un tel état et surtout pourquoi. Stupeur. La silhouette n’était autre que Takamagahara, l’émissaire des cieux en personne pleurait à chaude larmes. Lui, ce bon vivant, toujours le sourire aux lèvres, restant calme et doux en toutes circonstances... La vérité était bien ailleurs. Ses larmes - presque muettes - déchiraient les cieux de par leurs tristesse infinies. Seul.

Voila la vérité. Il n’était pas rare que l’homme passe ses nuits entière à pleurer à l’image d’un nourrisson recroquevillé sur lui même. Pour ne pas qu’il soit entendu ou même vue, ce dernier s’exilait loin de tout. Ni animaux, ni humains n’était proche de lui dans ce genre de situation. Son coeur, aimant d’apparence, était en réalité brisé. Ni famille, ni amis ne l’attendaient le soir venu. À l’inverse d’une grande partie du Yuukan, il ne comptait pour personnes. Bien que ses actions étaient emplit d’une pureté et d’une sincérité sans limite cela n’effaçait jamais ce fardeau qu’il portait, ce gouffre, cet abime sans fond qu’était la solitude coupler à la tristesse... Il n’était pas rare de le voir converser avec lui même, énumérant ses interminables défauts en omettant ses plus grandes qualités.

La vie était dure, il le savait plus que quiconque. Un sourire. C’est tout ce qui le rattachait d’une quelconque image maternelle. Il rêvait continuellement, jour après jour de cet énigmatique sourire et pourtant si beau. Une beauté telle qu’elle aurait pu briser les cieux sous son propre poids. Il ne connaissait même pas sa mère... Il s’efforçait néanmoins de lui ressembler - c’est d’ailleurs de là qu’il tire son sourire continuel. Son père, il ne savait même pas s’il en avait un. Bien que Byakuren Masato soit considérer par le bambin comme son père. Le véritable géniteur lui était inconnu.

Quoi de plus déchirant que de ne pas se connaitre sois même. Bien que les sourires de ses frères et soeurs venaient directement soulager son âme, ce n’étaient pas assez pour combler le vide de cet imposant organe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 11 Oct 2018 - 1:58


* * *

Plusieurs heures étaient maintenant passées depuis son arriver dans ce désert arctique. Sa tristesse ne faiblissait pas même d’un iota. Ce n’était pas la première fois qu’il s’isolait de la sorte. À vrai dire, toutes les nuits étaient réglées comme du papier millimétré, elles suivaient toujours ce même schéma. Il ne le savait sans doute pas encore... Mais la voute céleste qui fut prise d’émotions avait décidée d’agir. Son héraut ne pouvait continuer de la sorte. Entre être hanter pas les fantômes d’un passé désormais révolu tout en étant attrister par les aléas de la vie de ses frères et soeurs subissant les pires maux... Il ne pouvait plus porter cela tout seul. En cette nuit, son destin changea, l’offrande fut préparer.

Les larmes tombaient interminablement contre le sable froid. Il ne faisait aucun bruit ne voulant pas gémir face à un si beau paysage. Il n’avait pas entendu, trop occuper à noyer sa peine, mais le sol fut saisit d’une légère secousse. Une première, puis une seconde et pour finir une troisième venant littéralement aspergé les lieux d’une nuée de morceaux de sable. Ce fut uniquement quand le sable vint se poser délicatement contre lui que sa tête se releva. De ses yeux rougeoyants ruisselaient un flot abondant de liquide lacrymale. Il n’était plus seul. Seconde stupeur de la soirée. Tellement emporté par ses émotions qu’il n’avait ni ressentit ni même entendu l’apparition de tout ce petit groupe. Devant lui ce trouvait l’ensemble des animaux qu’il avait pu nourrir depuis son arriver dans le pays. À leur tête se trouvait le scorpion avec ces enfants qu’il avait épargné.

Que faisaient-ils tous ici ? Quand étaient-ils apparus ? Tellement de questions qui venait se bousculer dans sa tête, d’un revers de sa manche, il essuya ses larmes. Il pouvait se montrer dans un tel état face à ses confrères et consoeurs.

— Que la paix et le salut soit sur l’ensemble de vous. Pardonnez moi de vous avoir montrer une partie de moi si faible et n’inspirant que la pitié. Je ... Ne vous ai pas entendu arriver.

Le bambin marqua une pause, très légère. Ce simple contact venait de le calmer.

— Avez vous besoin de quelque chose ? Puis-je vous êtres utile d’une quelconque manière ?

Une antilope vint se blottir contre lui, mimant à l’aide de sa puissante stature un câlin. Il en profita même pour relever difficilement le Byakuren. La situation semblait sortir tout droit d’une fable ou même d’un mirage. Carnassiers comme herbivores n’étaient pas là pour leur lutte sempiternelle. Non, c’était pour une tout autre raison. Raison qui échappait encore au jeune prince. L’une des imposante pince vint saisir Takamagahara au niveau de l’abdomen, la pression semblait inexistante et pourtant la bête réussit à le soulever du sol pour le poser sur ça carapace chitineuse. À ses côtés se trouvaient une dizaine de scorpions miniature venaient littéralement s’asseoir et se blottir contre lui. Les animaux agissaient à son égard comme une famille.

Le groupe entama finalement sa lente et silencieuse marche. Ils s’enfonçaient encore plus profondément dans le désert. Une partie qu’il n’avait jamais encore exploré, qu’il ne connaissait d’ailleurs même pas. Aucune carte n’avait pu - pour l’instant - traiter d’une telle partie. Après une longue heure de marche où chaque animal se relayait afin de passer du temps avec le jeune prince, ils étaient finalement arrivés. Le paysage était ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Oct 2018 - 20:35
Un bijou d’architecture se trouvait devant lui, une gigantesque pyramide défiant les cieux. Au pied de la structure gisaient un nombre incalculable de statues faite dans un matériaux étrange et inconnu pour le petit prince, la pyramide était faite de la même matière, ce n’était définitivement pas du sable. Les statues étaient toutes parfaitement alignées, formant littéralement un puissant et imposant bataillon. Aucune des statues ne se ressemblaient, elles étaient toutes différentes. Certaines ressemblaient à des chats, d’autres des dragons, d’autres encore à des fourmis. Elles possédaient toutes un point commun non négligeable, elles ressemblaient - sans aucune exception - à des animaux.

Très doucement ainsi que très calmement, la mère scorpion se saisit du petit prince pour le déposer au sol - à quelques mètres de l’entrée de l’édifice. Le Byakuren était quelque peu perdu, la situation commençait à lui échapper, il ne comprenait tout simplement pas. Cependant, respect oblige, il ne pouvait ne pas les remercier pour ce geste - sûrement - salvateur.

— Merci de m’avoir mener jusqu’ici. Je ne vous ferais pas honte, bien que je ne saisisse pas encore l’entiereté de la chose, cependant ce n’est pas un acte sans raison. Je ne suis pas sans raison.

Son sourire cristallin venait à nouveau de sublimer son visage. Il prit la peine d’offrir une gracieuse caresse à l’ensemble du groupe qui semblait eux aussi, triste de le quitter. Finalement, ce fut - très gentiment - la mère scorpion qui le poussa en direction de sa pince en direction de l’entrée, la situation semblait plus importante que prévu. À peine s’était-il trouver en face du seuil de l’infrastructure que les animaux firent demi-tour. Le laissant seul, encore.

La situation était intrigante, il voulait en savoir plus. Sans attendre et sans peur, il franchit le cap. À peine était-il entré que l’entrée se referma derrière lui. L’obscurité la plus totale régnait dans la bâtisse, il ne voyait même pas ses propres mains. Ne pouvant faire demi-tour, il entama sa marche. Il remarqua très vite qu’il était dans un long corridor, plus il marchait - droit devant lui - et plus il semblait s’enfoncé dans les ténèbres. Soudain, l’espoir. Une torche était allumé, seule présence de lumière depuis maintenant plusieurs minutes.

Cependant, deux pupilles percèrent de leur éclats les ténèbres face à lui - bien avant la torche. Une voix étrange retentit.

— Takamagahara. Enfin. Nous vous attendions. Approchez

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 14 Oct 2018 - 4:54
— Je suis Bōshoku, la famille royale vous a convier ici, elle vous attend avec impatience. Elle vous suit depuis que vous avez poser le pied sur le sol du pays. Je serais votre guide le temps d’un instant.

Takamagahara continua sa route en direction de la torche, les pupilles et ce qui s’y trouvait derrière se décrivait comme son guide. C’était étrange qu’un homme joue le rôle de serviteur dans un tel endroit, il n’avait jamais entendu parler d’une quelconque famille royale non plus. Mais ayant une totale confiance aux animaux du désert il restait comme à son habitude ; Serein et souriant - même si c’était difficile à voir.

— Quand nous avons apprit qu’un Byakuren de votre calibre aidait animaux et indigents, cela a fortement surpris la famille royale. Curieux, ils ont décider de retracer votre longue péripétie. Ils sont déjà au courant de tout mais n’éprouve aucun intérêt à ébruiter l’affaire.

Premier coup de massue pour le petit prince qui fut frapper très rapidement par un second. Le premier fut que l’homme ainsi que la famille royale sache ses origines suzeraines. Personne en ce monde ne savait, comment avaient ils fait ? Un épais mystère. Le second fut la révélation du physique du majordome. Il était bien loin d’être un homme ou encore une chose. Était-ce bénéfique ou non pour lui et ses liens avec les animaux ? Il n’en avait aucune idée. Un grenouille moine tenant en ces mains une gourde et un bâton, le guide était un animal. La surprise était clairement visible, il était abasourdi.

Spoiler:
 

— Voyons ne m’épiez pas de la sorte ! Ce n’est quand même pas la première fois que vous voyez une grenouille de votre vie. Saisissez vous de la torche, nous somme presque arrivé.

Bien qu’abasourdi par la situation qui s’offrait devant lui, le petit prince écouta quand même le moine. Il n’y avait aucun doute possible, il était dans une illusion. Les animaux ne parlaient pas dans son monde.

— D’autres ... D’autres animaux parlent comme vous ? C’est pourtant si étrange, ce n’est qu’un puissant Genjutsu.

La grenouille moine s’arrêta quelques secondes, le regarda et explosa de rire entre deux petit coassements puis reprit tranquillement ça marche comme si de rien n’était.

— Hahaha ! Dans la pyramide, il n’y a que la famille royale et moi même. Dans le monde entier, chaque espèces parlent, elles ne se révèlent qu’au plus interessante des personnes. Cela me surprend que vous ne connaissiez pas les Kuchiyoses.

Il marchait maintenant depuis quelques minutes dans ce qui était l’imposant corridor - la torche permettait de bien s’y repérer et de s’y mouvoir convenablement. Tout les deux mètres, de chaque côté du couloir, siégeait une statue faite dans la même matière que la pyramide. Elle représentait une fidèle et puissante grenouille en armure. L’architecture du lieu était d’ailleurs magnifique. Toute bonne chose a une fin. L’interminable ligne droite venait tout juste de prendre fin. Une imposante porte séparait les lieux. Comme venez de le souligner la grenouille bouddhiste, il n’avait pas encore pensé au Kuchiyose et tout ce que cela signifiait. La théorie avait beaucoup de sens. Un léger coassement le fit sortir de sa torpeur.

— Je vous attend ici pour vous raccompagnez, j’ai pour consigne d’uniquement vous guidez jusque là. Pour le reste, bonne chance vous en aurez besoin !

La porte s’ouvrit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 14 Oct 2018 - 16:46


* * *

Spoiler:
 

Une grenouille à l’allure de geisha dans les alentour d’un mètre trente venait d’ouvrir la porte, un imposant sourire accueillit le petit prince.

— Bienvenue dans notre cour royale. Nous vous attendions, je suis Shikiyoku, mère des jeunes princes. Entrez, venez vous installez.

La geisha venait de l’accueillir dans un véritable palace caché à l’intérieur de la citadelle. La salle n’avait rien à envié aux plus belles cours des suzerains de ce monde. Un nombre impressionnant de tableaux étaient placardés aux murs, ils tiraient le portrait de divers grenouille toute plus excentrique les une que les autres - sûrement les ascendants de la famille. Les sculptures et les fresques n’étaient pas non plus en reste, elles semblaient décrire des passages héroïque comme historique des grenouilles et de la famille royale. La salle était entièrement éclairé par d’imposant lustre en forme de têtard fluorescent ce qui donnait un côté caverneux à la pièce. Au milieu même de cette dernière siégeait une imposante table comportant huit sièges. Calmement la génitrice amphibie l’amena à l’un des siège inoccupé avant d’aller à son tour s’installer aux côtés de sa famille.

Spoiler:
 

— Je vous salut Byakuren Takamagahara et vous remercie d’avoir accepter notre invitation. Je suis Gōyoku, le père de tous. Comme vous pouvez vous en doutez vous n’êtes pas ici uniquement pour parlez et plaidez votre cause.

Le patriarche quant à lui mesurait à peine un mètre dix et portait une tenue bien singulière rappelant celle d’un marchand itinérant, elle était néanmoins frappé par le blason royal. Il sourit malicieusement à la vue de son invité. Le petit prince, quant à lui, était à l’extrémité de la table, face à lui ce trouvait donc la famille entière, tandis que certains arboraient un visage remplit d’une empathie certaine, d’autre, quant à eux, étaient mystiquement fermés et ne semblaient pas ouvert à la discussion.

— Je vous remercie pour cet accueil chaleureux. Cependant je me dois de me confesser. Qu’attendez vous clairement de moi ?

Spoiler:
 

— Cinquième héritiers, Taida. Nous avons entendu vos exploits de par le monde. Une telle envie de paix ainsi qu’un tel comportement, nous a éblouit. La raison de votre venue ne devrait plus tardé.

Taida était une grenouille archère, elle mesurait dans les environs d’un mètre cinquante tout au plus et fut le plus polie des héritiers. La même compassion qu’habitait Takamagahara luisait au travers le comportement du batracien.

Spoiler:
 

— Shitto. Le Quatrième.

Le ninja mesurait assez facilement dans les cinq mètres de haut. Aucun autre son ne sortit de sa gueule - malheureusement. Elle était clairement distante et ne boulait pas s’engager plus que cela dans de long discours.

Spoiler:
 

— Commandant général de l’armée et de l’empire amphibien, Gōman. Malheureusement vous n’êtes à mes yeux qu’un simple civil. Bien que je respecte la décision de mon ainé, je ne veux côtoyer d’amateur.

La grenouille mesurait elle aussi dans les cinq mètres de haut, elle était revêtue d’une imposante armure de plaque digne des plus grands shoguns. Son comportement était beaucoup plus directe et contrastait assez facilement avec les autres. Grace à ces mots, le petit prince fut cependant soulagé d’un certain poids. Ils ne connaissaient pas son arcane héréditaire.

Spoiler:
 

— Tu ne m’intéresse pas humain, ni toi ni ta race je n’ai rien à faire ici.

Le misanthrope mesurait une vingtaine de mètre ce qui contrastait énormément avec ces congénères beaucoup plus petit. C’était sans doute l’ainé de la fratrie et le plus belliqueux d’entre eux.

Le Byakuren, après les multiples présentation avait fait finalement le tour. Le septième siège qui se trouvait face à lui était mystérieusement vide.

La porte de la pièce s’ouvrît avec fracas.

Spoiler:
 

— Takamagahara. C’est moi qui vous ai conviez ici. Pardonnez le temperament belliqueux de mes jeunes frères. Ils ont voulu prendre une decision de leur plein gré en pensant que je ne serais pas là. Fundo, voila son nom. La paix va bientôt naitre en ce monde.

Une toute petite grenouille d’une trentaine de centimètre venait tout juste d’apparaitre. À peine avait-elle terminé ces mots, qu’elle se trouvait déjà sur la table, face au petit prince, un long parchemin à la main : le pacte.

— Apposez votre sang et nous serons liés.

Le petit prince tenta de prononcer une phrase mais en plongeant son regard dans celui de l’ainé, toute envie de questionnement disparue. Il semblait littéralement happé par le futur roi. Le destin était en train d’écrire un pan important de son histoire tandis que lui ne savait pas encore, il n’était que spectateur de la scène. Une toute nouvelle aventure venait de débuté. Doucement, il croqua son pouce pour étaler le sang dans une signature parfaitement calligraphié, son corps bougeait de lui même. Ce fut la dernière chose qu’il se rappela avant qu’un black-out ne surgisse de nul part.

Il se réveilla chez lui, plusieurs heures après, encore abasourdi par les événements. Il voulait se rassuré.

— Ce n’était qu’un simple rêve finalement...

Il releva son buste et réalisa. Le sceau était déroulé face à lui, sur son lit de paille. La signature était bien présente. Ce n’était finalement pas un rêve, un autre nom était inscrit sur le pacte ; Meruem. Le dernier de la fratrie, frère ainé qui ne c’était pas presenté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

30 millions d’amis | Kuchiyose

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent :: Désert aride
Sauter vers: