Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Dawn of the Dead ▬ Chinoike Katsuko


Mer 10 Oct 2018 - 12:29
Lieu : Pays de la Pluie.
An : Aux alentours de 202.

. : Dawn of the Dead : .



Tu n’es qu’un incapable !
Un misérable !
Chaire à canon, monstre sans crocs !

Les échos des grondements tintaient ton âme brumeuse, des formes fantomatiques à l’aspect irréel nageaient autour d’un amas de viande, ressemblant à une projection de ton propre cervelas. La perte de conscience permettait de franchir cette barrière entre le réel et l’irréel, cette fine et mince palissade offrant à quelques mains griffues la possibilité de sortir du cadre, de le ré-interroger de façon religieuse. Il y a une seule chose qui aurait pu permettre un retour en arrière, sur la route des ténèbres malgré l’épée de Damoclès au dessus de sa propre tête. La peur de mourir de la main de tes compagnons n’était pas le problème, mais mourir de la main des Grands Gourmands n’était pas du même ressort.

Pourquoi devrait-on te garder en vie ?
Insecte sans importance !
Parasite Ninja…!

Observe les formes dansantes, naviguant autour de ta personne. Ils te jugent, te transperce de leurs prunelles perçantes, sans forme, sans loi, sans volonté saine. Un pied en dehors de la réalité, les démons Jashiniste déposent des brèves menottes osseuses autour de ta passion, te voilà enchainé comme un chien de guerre, bavant le sang de tes anciens ennemis. Regarde intensivement ton parcours, regarde avec du recul ce dernier combat à Ame No Kuni, ces chiens de guerre, cette révolution politique, cette hargne de la basse population à refléter l’envie des nouvelles organisations à sortir ce pays de la pluie dans laquelle il s’embourbe depuis des années.

Avorton sanguin !
Inutile morceau d’humain !
Cochon couard !

Nullement besoin d’être assez futé pour croiser le fer avec des mauvais templiers de la bonne foi ; mais il fallait une mentalité assez saine ou peut-être bien, assez folle pour survenir et outrepasser les tyranniques litanies des harpies mentales. Sortir de sa position de faiblard, sortir de ce problème, sortir de cette… Catastrophe arrivée à la gorge. Tu avais été déshonoré, par des gamins sans importance et ô combien futile. L’arrière goût de vengeance ne coulait pas encore dans ton sang… Quoique.

Les humains te laissent la vie sauve. 
Pour le moment…
Fais attention, petit pantin.

Une lumière différente gagna peu à peu ton esprit, l’épaisse brume disparue au même moment où tu reprenais conscience de ton corps mais aussi de ton essence. Tu te sentais enfin… Libéré. Pas totalement, finalement. D’une lourdeur obscure tes paupières eurent du mal à se refaire à la lumière du jour. Mouvements entravés, il était impossible pour toi de pouvoir bouger correctement. Tu n’aimais pas ça. La mort était peut-être plus glorieuse que cette situation… Une secousse de l’épaule, les entraves semblaient tenir de façon correcte. Il y avait eu de la précaution dans la préparation.

Hmmh… 

Le corps semblait faible, amoindrie physiquement par les obstructions maladives, les liens qui te retiennent, le cuir râpe la peau jaunâtre de ton corps empli de cicatrices et de boutons de pus ; à chaque mouvement guerrier, à chaque tentative d’échappatoire, ton corps gémissait intérieurement, les pustules éclataient extérieurement, libérant amertume et liquide blanchâtre mêlant sang et de pyorrhée.

Observe donc l’endroit, à défaut de pouvoir t’en défaire. Ton cou te tirait de façon maussade et du peu de ce que tu étais en capacité de percevoir, il semblerait que ton enveloppe corporelle se situait dans une pièce impersonnelle, peut-être une chambre à louer ou quelque chose de la sorte… L’absence d’effet personnel augmentait cette impression. Toutefois, il manquait quelque chose… Ton tortionnaire.

Les rôles étaient inversés.
Ancien de la Section d'interrogatoire et de torture d’Iwakagure No Sato.
Maintenant prisonnier, attendant
Son jugement.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1708-les-cris-sont-des-fleurs-la-douleur-leur-parfum-ryuuketsu-no-deku

Sam 20 Oct 2018 - 20:35
Katsuko rentra à la taverne, trempée. Comme toujours dans ce pays de chien. Elle cracha par terre de dépit, gardant sa capuche bien enfoncée sur sa tête, s'essuyant le visage d'un revers de main après avoir enlevé ses gants. Certaines gouttes de pluie avaient réussi à se faufiler malgré sa protection. Génial. Elle s'avança dans la pièce principale de la taverne, faisant un signe de tête au barman avant d'aller le voir.

« Un verre de saké s'il te plait. »

L'homme lui répondit également d'un signe de tête avant de se retourner pour préparer le verre. Il ne fit aucun commentaire, ayant bien compris que la vampire n'était pas du genre à parler pour ne rien dire. Elle prit le verre lorsqu'il fut servi, posant les ryôs nécessaires sur le comptoir avant de se diriger vers l'escalier. Elle grimpa tranquillement jusqu'à sa chambre, découvrant son prisonnier réveillé en train de grommeler dans son baillon.

« T'as pas souvent prit de bains toi, pas vrai ? »

La demoiselle enleva sa capuche, dévoilant son visage au teint nacré entouré de ses mèches roses, deux rubis ardents fixant l'homme installé confortablement sur sa chaise. Elle s'assit sur le lit, commençant à siroter un peu son verre, pensive.

« Ahlala... Qu'est-ce que je vais faire de toi... Je t'ai sauvé la vie, j'espère que tu m'en es reconnaissant. »

Elle lui jeta un regard amusé avant de se reconcentrer sur son verre, attendant ainsi quelques minutes sans bouger ni parler avant de soupirer.

« Bon. On va faire assez simple ok ? Je veux savoir qui tu es, ce que tu sais faire, pourquoi tu es venu jusqu'à Murashigure et pourquoi t'as fait cet insigne d'Iwa sur ce pauvre type. C'était demandé dans la mission ou c'était ton but personnel ? Et d'où tu viens aussi. D'ailleurs, c'est quoi ton but dans la vie actuellement ? Selon tes réponses, je verrais si tu vis, si tu meurs. Le reste, j'y réfléchirais plus tranquillement. »

Elle se leva alors, lui enlevant son baillon en passant dans son dos avant de retourner s'assoir sur son lit, le fixant.

« Je t'écoute. »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Jeu 25 Oct 2018 - 12:50
. : Dawn of the Dead : .



Tu. 

N’aimais.
Pas.
Les.



Gamines. 



De ce que tu découvris en regardant son visage de fausse vierge amusé, il était aisé de comprendre que tu te trouvais dans une situation qui n’était pas réellement optimal pour ta survie. Objectivement, en regardant la jeune demoiselle en face de toi, tu avais un peu de mal à croire à son histoire. Reconnaissant ou pas ; elle t’avait empêché de finir aux côtés de Maitre Jashin ; finissant dans un sommeil éternel. Sans vraiment t’en rendre compte, ton regard enflammé se fixa sur le léger verre au liquide inconnu. Appâté le prédateur, lui subtilisé son envie et lui faire croire qu’il avait un brin de chance de pouvoir y accédé. Que cela ne tienne, boire ton propre sang quitte à se mordre la langue devrait être plus appréciable que de mêler sa salive à la sienne.

Avec plus de précision, tes pupilles se fixèrent réellement sur les lèvres du bourreau, observant chaque goutte qui passait du verre à son système digestif. De l’attente. Encore et toujours de l’attente. Le temps s’écoula et il semblerait que la prise de décision était plus longue à prendre qu’il y paraissait. Quelques secondes puis les minutes défilèrent, tu arrêtas de bougonner dans ton coin, fixant toujours et encore la même chose.

Silence. 

Et enfin, elle blablata. Et elle blablabla bien trop. Visuel de deux commissures sanguines qui bougeaient en continue, tu écoutas d’une oreille attentive toutes les questions qu’elle te posa. Cela en faisait beaucoup, globalement, cela éradiquait énormément de mystère à tes agissements ; mettant la lumière au centre de tes propos, de ton horreur, de ton Art. Une fois le ballon de cuir ôté de ta bouche et quelques filets de bave glissant jusqu’au sol, tu relevas la tête, quelques mèches de ta crinière argentée glissant sur ton visage.

Hinhinhin… Tu me tueras pas avant d’avoir tes réponses, un interrogatoire ça ne marche pas comme ça. 

Dévoilant un sourire carnassier, ton dos se releva contre le dossier de la chaise, tu n’étais peut-être pas dans la meilleure position qu’il soit mais, tu en avais déjà vu, des interrogatoires, bien que tu étais à la place du bourreau d’habitude. Ça risquait d’être amusant !

Montre moi tes compétences d’interrogatrice, je te montrerai les miennes… 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1708-les-cris-sont-des-fleurs-la-douleur-leur-parfum-ryuuketsu-no-deku

Jeu 8 Nov 2018 - 13:34
Katsuko regardait sa proie avec un petit sourire amusé. Il était dégoutant, elle l'aurait bien plongé dans un bain. Mais pour l'instant, elle avait d'autres priorités, notamment faire en sorte qu'il lui en dise un peu plus sur sa présence ici. Cependant, sa première réponse ne fut pas satisfaisante. Pas plus que la seconde. Il voulait être torturé ? Il était con ou quoi ?

« On a vraiment besoin d'en arriver là ? Tu veux vraiment que je perde de l'énergie à te faire parler alors qu'on pourrait faire ça gentiment et efficacement ? Bon, comme tu voudras. »

Elle soupira et enleva sa veste, la pliant avant de la poser sur son lit. Elle détacha ses cheveux, lui tournant le dos, et les rassembla tranquillement dans ses mains, se faisant une queue de cheval pour ne pas être gênée. Elle réutilisa l'une de ses pinces habituelles pour bien les faire tenir avant de s'étirer. La vampirette se retourna alors, lui souriant, un air de pitié sur le visage.

« Tu es sûr de toi ?.. Bien... Je suppose qu'on va faire comme ça. »

La demoiselle d'un mètre quarante cinq s'avança vers lui puis le contourna. Première étape, le mettre dans une position d'inconfort. Elle fit alors basculer sa chaise sans le moindre mal. A moitié penché en arrière, comme en chûte perpétuelle, toujours bien attaché, il ne pouvait que regarder. Elle aurait pu faire plus vicieux, mais elle voulait commencer doucement. Elle se glissa alors à son côté, lui bandant les yeux. Elle alla ensuite chercher des fils de fer un peu rouillés et des bougies. Elle prit également une dague à la lame émoussée avant de revenir vers lui, s'asseyant à son côté avant de passer le plat de son poignard sur la joue de l'homme.

« Alors, tu as eu un peu de temps pour réfléchir... Je commence à te faire mal ou tu m'évites la perte de temps ? Si t'es coopératif en plus, non seulement tu pourras éviter la mort mais je pourrais aussi te faire une proposition intéressante... »

Elle respira tranquillement, relevant les yeux vers le plafond, ne semblant pas avoir la moindre crainte face à ce prisonnier totalement incapacité.

« Juste pour rappel, si jamais ça t'aide à te décider, je veux savoir qui tu es, d'où tu viens, pourquoi tu es venu jusqu'ici et pourquoi cette hainte envers Iwa. Et pour finir, ce que tu sais faire et ce que tu veux faire de ta vie. Parce que c'est un peu nul une vie sans but, sans rêve disons. »

Elle joua un peu avec sa lame, la faisant danser sur la gorge puis le torse de sa proie.

« Alors ? On se lance dans quoi ? Les questions une par une dans la douleur, ou tu me réponds avant que ça ne tourne mal ? C'est ta dernière chance... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Dawn of the Dead ▬ Chinoike Katsuko

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: