Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Quel Intérêt ? (Meikyu Raizen, Sasayaki Tsukiko)


Sam 13 Oct 2018 - 22:42

Quel Intérêt ?

Devant l'Assemblée - Kumo

Tsukiko & Raizen





La réunion d’abord ouverte à l’ensemble des Kumojin et finalement restreinte aux seuls membres de l’opération venait de toucher à sa fin. Tout avait était exposé, les questions avaient reçu leurs réponses… Il ne nous restait plus qu’à mettre au point les derniers préparatifs et nous pourrions partir. Ces deux semaines qui nous séparaient du départ ne seraient pas de trop. Ainsi, j’avais quitté l’assemblée, avec Raizen ; pour discuter de quelques points propres à notre mission.

-Je pense que ça se passera bien. Nous avons beaucoup de choses à offrir aux habitants d’Hayashi… Soulignais-je en m’adressant à Raizen. J’étais prête à beaucoup de chose pour qu’un partenariat ou même une alliance naisse de notre relation avec le pays du bois. Ce que ce dernier avait à nous apporter était tout aussi intéressant et nous permettrait d’ailleurs d’entretenir un cercle parfaitement vertueux entre eux, et nous. Il fallait que cette mission réussisse.

J’espérais donc qu’aucun de ceux que j’avais sélectionnés ne fassent… foirer nos efforts fournis un mois et demi avant. Traiter avec les autorités d’Hayashi n’était pas chose… évidente. Mais il me semblait que nous avions déjà montré nos attentions envers le pays du bois. J’avais un peu de mal à percevoir ce qui nous empêcherait donc d’atteindre nos objectifs sans avoir recours à la force… Enfin, nous verrions bien qu’il en ressortirait, mais j’avais bon espoir.

-Tu sais, j’aime bien cet endroit, ce village… Je ne m’étais jamais attachée à un lieu avant… Dis-je en observant les personnes circuler dans la rue, tranquillement… C’était vrai dans le fond, Kumo n’était pas un si mauvais endroit où vivre…

@Sasayaki Tsukiko


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 14 Oct 2018 - 1:01

En regardant Sazuka, il devait avouer ne l’avoir jamais vu dans un tel état. Pour une raison étrange, il la savait nerveuse pour cette mission, comme lorsqu’elle avait appris le fuinjutsu en sa compagnie. Si on veut, c’était une nervosité qui impliquait son intérêt et sa forte implication. Apprécié du Meikyû qui partageait exactement la même opinion, mais qui canalisait son excitation de manière différente, il se contenta de poser soigneusement sa main sur son épaule avant de l’attirer vers lui pour l’étreindre tranquillement.

-Je le vois et je le sens, crois-moi.

Lui faisant un clin d’œil après avoir relâché calmement l’étreinte, il prit une brève respiration avant d’observer les alentours.

-Sache que même si ce ne sera pas forcément facile, que je ferais mon possible pour m’assurer que cette relation positive voit le jour. Elle prendra peut-être plus de temps que prévu, mais nous y arriverons au bout du compte, et ce même s’il nous faut recourir à de l’aide contre-intuitive puisqu’il est hors de question que nous les attaquions ou tentons de nous imposer sur eux.

Au contraire, Raizen voulait prouver que la science et la nature devaient et pouvaient cohabiter ensemble. Si on veut, la science représentait une analyse de la nature qui donnait les capacités d’amplifier et d’en comprendre la totalité des bénéfices. Ainsi, il considérait la science comme étant l’outil qui risquait de débloquer le plein potentiel de ce qu’ils avaient déjà. Du moins, c’était à condition que la science ne prenne pas le dessus par rapport à la nature. Autrement, les possibilités de conflits ne feraient qu’être gênantes.

-S’il faut même entamer la relation en les aidant à bâtir un champ de force supplémentaire qui viendra les avertir des intrusions dans leur territoire, nous le ferons. Tu peux compter sur moi pour cela Sazuka.

Tentant de la rassurer, il regardait les gens autour marcher tandis qu’il avait son plan en tête. Puis, comme si ce n’était pas suffisant, une dizaine de possibilités habitaient son esprit ce qui était digne du stratège qu’il devenait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mar 16 Oct 2018 - 19:54
La jeune femme se retrouva devant les portes de l'assemblée, d'où elle fut extirpée, happée par le flot de la foule, dès l'instant où le contenu de la discussion devenait trop sensible pour les simples villageois qu'ils représentaient. L'essence de la cité se voyait ainsi réduite au simple rôle de décor, triste vérité de toute une caste sans bénéfice directe à la grande Kumo, et pourtant... . Pourtant elle se rappelait d'avant Kumo, d'avant l'officialisation d'une ville ne jurant plus que par les jutsu, d'une cité portée par l'artisanat et le savoir, bien au-delà de cette course effrénée à la toute puissance. Et si par le passé sa vie souffrit de quelques mollesses, quelques négligences d'abstentions, à l'annonce d'une expédition dans les terres d'Hayashi, aucune hésitation ne nourrit son choix d'y participer.

Dans le grande bibliothèque, Tsukiko avait déjà pu lire quelques récits de la mystérieuse forêt, surement fictifs pour la plupart, embellis des mots d'auteurs éloquents, mais son amour pour l'inconnu ne leur en tint aucunement rigueur. Il y avait ce quelque chose d'onirique, tout cet imaginaire dans lequel baignée le Pays des Bois depuis tant d'années, comme une aventure récurrente systématiquement racontée à travers un regard nouveau. Et si... et si ses yeux neufs se posaient à leur tour sur cette forêt et ses habitants ? Et si, pour une fois, le rapprochement de deux communautés se jouait par la bienveillance d'une personne dénuée de tout chakra, actionnant les rouages d'une diplomatie future par le social et non le militaire ?

Patientant la sortie de celle ayant présenté l'enjeu d'un tel projet, Tsukiko furetait entre les discussions des regroupements de villageois. "Perte de temps" entendait-elle par-ci, "découverte de nouveaux horizons" par-là. Elle voguait sur les avis et suggestions de chacun, sans jamais vraiment s'y amarrer. Jamais ? Son attention s'ancra toutefois dans le récit d'une vielle dame, expliquant à une enfant la disparition d'une ancienne forêt près de Teitetsu. Indépendamment du contenu, l'image à elle seule représentait une splendide métaphore, tant celle de la transmission de l'Histoire que celle de l'amnésie renforcée par le temps.

- "Qu'est-il arrivé ?" Demanda l'enfant, d'une innocence propre à son jeune âge. Ce à quoi la vieille dame se contenta de répondre un "nous" sec et pesant, sans décrocher du regard l'accablant spectacle qui semblait se rejouer devant elle. La réponse comprima la cage thoracique de Tsukiko de tout son poids, le poids d'une prise de conscience, doublée du fatum de l'impuissance. Ce fut ce "nous" réprobateur qui acheva la décision de Tsukiko de vouloir participer à l'expédition. Il ne lui suffisait plus à présent que de convaincre l'instigatrice de ce voyage... rien que ça. Elle saisit l'occasion lorsqu'elle se présenta à la sortie du bâtiment, sous les traits d'Ikeda Sazuka.

- "Et si l'entraide venait d'ailleurs ?" La main de Tsukiko se porta aussitôt jusqu'à sa bouche, comme pour tenter de rattraper une question sortie trop vite. Un "Pardon..." timide s'extirpa alors d'entre ses doigts. Autant par respect que par embarras, le jeune femme s'inclina en avant puis se présenta.
- "Sasayaki Tsukiko, navrée d'avoir interrompu votre discussion." L'assurance la regagna petit à petit, alors qu'elle explicitait la connotation logée au creux de sa précédente question. "Ce que je voulais dire par là.. c'est que... le raccourci de penser le monde comme notre quotidien est commun. Vous êtes des soldats, la force et la défense représentent votre principale monnaie d'échange. Mais je doute qu'en face, les cités du Pays des Bois ne soient portées que par la simple ardeur de quelques guerriers. Quid des civils ? Quid des citoyens, comme moi ? Quel message vont-ils comprendre en voyant débarquer le bras armé de Kumo dans les pourparlers, aussi inoffensifs puissiez-vous paraître ?" Car les raccourcis fonctionnaient dans les deux sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174 http://www.ascentofshinobi.com/t4702-suzuri-shisei?nid=1#36628

Jeu 18 Oct 2018 - 1:11



Une courte discussion que j’avais entamée avec le Meikyu et qui fut rapidement abrégée par une petite voix sortie de nulle part, celle d’une femme, plus ou moins jeune. Mon regard se porta instinctivement sur elle, me la décrivant en quelques secondes. Son visage ne me disait rien, ni sa voix. Une personne que je n’avais jamais rencontrée, ou tout au moins pas directement. Surprise par des mots que je n’avais d’abord pas compris, je la laissai parler, se présenter ; et compris la nature de cette interruption.

Ce qu’était un shinobi, n’était pas très clair. Être une Kunoichi, dans un village ; faisait-il de moi un militaire ? Je n’en avais pas l’impression. Je répondais certes à la rigueur martiale, j’étais aussi un ninja, une « gradée » de ce village mais avant tout…

-Je… ne suis pas… un soldat. Soupirais-je. Pas tout à fait. Repris-je pensive l’intervalle d’une seconde. Effectivement j’étais un médecin, une scientifique plus qu’autre chose et je n’utilisais la force qu’en cas d’ultime nécessité. Cela-dit, et même si elle sortait de quasiment nulle part ; je devais lui reconnaître ce point : les shinobi, depuis l’épisode d’Hi, avaient une… réputation peu envieuse ; même si elle tendait à s’améliorer. J’avais plus ou moins compris ce qu’elle cherchait à dire, et ce malgré mon faible niveau de lecture « intra-linéaire ». Et nous n’aurons pas à nous imposer par la force…

Dis-je en la fixant toujours, de ce regard ambré. Ouais, j’avais une vague idée de la suite de cette discussion…

-Que veux-tu exactement ? Lui adressais-je aussitôt. Il était bien de beau parler, mais je préférais amplement qu’on ne tourne pas en rond… Le temps était une ressource assez précieuse, et surtout, j'aimais bien les personnes sachant faire preuve d'initiative.... Être direct était la meilleure façon d'obtenir ce que l'on voulait...




_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Ven 19 Oct 2018 - 2:28

Se faire interrompre par quelqu’un en pleine discussion n’était pas monnaie courante à Kumo. Pourtant, chaque fois, il semblait y avoir le sort inévitable que ce soit plus ou moins pertinent. Cette fois-ci, le Meikyû ne pouvait totalement avouer que c’était le cas. Après tout, bien que réalisée quelque peu maladroitement, elle avait raison. Elle avait raison sur tous les points sauf sur ses interlocuteurs. Ainsi, si dans le fond son idée et sa perception étaient bonnes, le contenant ne l’était pas ce qui avait pour but malheureux d’inverser le court effort qu’elle avait mis.

Malgré tout, la vie n’était pas fatale, du moins pas pour Raizen. Il n’y avait pas d’échec ou de réussite, mais que des tentatives et des apprentissages. S’éloignant toutefois de l’utopisme qu’il y avait à voir des victoires partout, il prenait toutefois considération de son argumentaire. Puis, le tout l’incitait à se demander qui elle était et depuis combien de temps elle les écoutait. Après tout, pour pouvoir s’incruster avec autant d’aisance dans un sujet, il fallait comprendre, se préparer et synchroniser son entrée de la manière la plus adéquate possible.

Bref, cela lui importait peu surtout que Sazuka avait déjà pris le soin de la corriger et de la questionner. C’était le réflexe qu’il aurait s’il avait répondu en premier. Or, il ne s’en plaignait pas, sachant qu’il pouvait rebondir sur d’autres faits connexes qui étaient plus importants.

-Pour ma part, je suis loin d’être un pion ou plutôt... un soldat comme tu l’as mentionné précédemment.

Prenant le temps de sourire, Raizen ne se catégorisait aucunement comme un pion ou comme quoi que ce soit. Se catégoriser l’insupportait, mais pour le soin de l’exercice, il était prêt à faire quelques compromis.

-En soi, j’aimerais me catégoriser comme un diplomate, mais je préfère simplement dire que je suis assez réaliste pour savoir qu’ils n’ont pas forcément besoin de nos principaux atouts comme l’attaque et la défense. Du moins, ça, c’est dans le cas ou ce serait notre principal atout.

Souriant, il prenait le soin d’examiner les iris de la jeune femme afin d’y lire quelque chose de suffisamment intéressant pour pouvoir la décrypter.

-Avant de parler de matériel ou d’échange, le plus important est de comprendre leur contexte. Trop souvent, les gens tentent d’entamer des négociations ou des relations, mais ne prennent même pas le temps de se mettre dans les chaussures de l’autre pour mieux les comprendre.

Soupirant, il regarda ensuite Sazuka, femme de peu de mots, mais qui avait pourtant un contexte suffisamment riche pour qu’il désire creuser davantage sa personnalité. Sans quoi, il se serait arrêté sur son ton froid sans pour autant découvrir ses belles facettes.

-Donc, le but premier sera de les comprendre et si une personne est dotée de bonne capacité de compréhension, le fait d’avoir différentes visions et point de vue risque de rendre le tout un peu plus riche.

Par accident, il avait trop parlé, fait qui le poussa à porter sa main à ses lèvres afin de se taire.

-Mais bon, ce serait bel et bien intéressant de savoir à qui nous avons honneur...

Songeant soudainement au fait qu’il aurait du garder cela pour la suite, il restait pourtant très attentif aux moindres réactions de l’intrus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Ven 19 Oct 2018 - 19:02
La jeune femme comprit parfaitement leur réaction. C'était d'ailleurs ce qu'elle cherchait à provoquer, en titillant leur égo par de la pure sémantique. Elle démontrait par l'exemple la force des mots, leur impact et leurs conséquences. À cet instant, le reste de la foule n'existait plus pour Tsukiko, elle naviguait dans un océan qu'elle connaissait et, à l'instar des shinobis et leur chakra, parvenait à maitriser. Elle dégustait ces moments d'échanges, le regard pétillant d'une malice enfantine, l'esprit bouillonnant d'une curiosité pleine et entière. La questions de l'Ikeda avait été des plus directe, alors elle lui répondit tout aussi franchement, sans détour.

-"Votre expédition, Ikeda-san, je souhaite en être. Je peux vous aider, de par ma différence de statut, à démontrer la richesse et la diversité sociale de Kumo."

Son regard se porta alors sur l'homme, le héros de Kaze qu'elle connaissait de renom. La ville avait beau être grande, les histoires et l'information sifflaient assez distinctement dans les rues à qui savait tendre l'oreille.

-"Je n'ai pas de profession bien définie, Meikyû-san. Je prends le temps d'écouter les gens et m'efforce de les aider, socialement, humainement, de faire jouer mes relations au sein des oubliés de la cité pour forger l'entraide. Je ne peux donc qu'approuver votre discours quant à l'importance de comprendre l'autre. Vous pouvez vous rapprocher de Butsuma-dono , à l'orphelinat. Pour m'avoir supportée durant quatre ans, il est surement le plus à même de vous détailler mes qualités et mes défauts, et ce sans aucun tabou."

Le petit bout de femme s'était rapproché des deux shinobis, les pupilles grandes ouvertes, le visage fendu d'un sourire sincère. "Je vous propose mes services et mon expertise, pour atteindre les populations locales dans leur quotidien et tisser ce que nous pourrions qualifier de lien social." Derrière le reflet de ses lunettes, l'air innocent de Tsukiko laissa place à une détermination palpable.

-"Qu'en dites-vous ?" Elle était motivée comme jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174 http://www.ascentofshinobi.com/t4702-suzuri-shisei?nid=1#36628

Sam 20 Oct 2018 - 15:04



Elle voulait donc se joindre à la mission d’Hayashi afin de nous aider à tisser des liens « sociaux ». Si sur le papier cela semblait être une bonne idée, dans les faits, cela me paraissait être plus compliqué. Je comprenais bien son point de vue et voyais bien quel intérêt, ou atout ; elle pourrait représenter pour favoriser les échanges, sans parler de l’image un peu plus positive qu’elle donnerait à notre délégation, mais en même temps…

-Le pays du bois est un endroit dangereux pour des shinobi, et davantage encore pour une « civile ». Loin de moi l’idée de la dénigrer et de vouloir faire une différenciation entre les ninjas et les civils de Kaminari, qui étaient tous dans le fond ; des citoyens. Mais je parlais d’expérience. Traiter avec les habitants, ou tout au moins les autorités d’Hayashi n’était pas… simple ; mais ce n’était pas non plus ce qu’il y avait de plus dangereux. En revanche, les animaux sauvages peuplant ces territoires étaient plus dangereux que la moyenne. Le chakra émanant de certaines parties des forêts de cette nation les avait irrémédiablement affectés, leur apportant des spécificités uniques et vues nul part ailleurs.

Il nous fallait faire la somme des risques et des avantages. Je n’étais pas contre l’idée d’adjoindre des effectifs supplémentaires à ce voyage, mais nous devions être sûrs que ce soit pour de bonnes raisons, et surtout nous assurer que ces modifications de dernière minute ne menace le bon déroulement de ce que nous allions devoir faire. Néanmoins, l’idée d’avoir un atout supplémentaire pour faire pencher la balance en notre faveur sans la faire déborder de sang… me plaisait, malgré tout.

-Tu sauras te défendre seule si jamais aucun ninja n’est là pour le faire ? Lui dis-je sans détacher mon regard du sien. Si cette expédition avait concerné un autre pays, sans doute aurais-je accepté plus rapidement ; mais… nous parlions d’Hayashi ; le pays dont les seules informations que nous détenions provenaient des témoignages de courageux aventuriers s’en étant sortis en vie. En vie oui, pas indemne. Et des témoignages anciens, de plus. Les informations que nous avions glanées avec le Meikyu n’étaient d’ailleurs, sûrement, que la partie visible du pays du bois. Celles qu’on nous avait laissé voir peut-être, même. Qu’en dis-tu Raizen ? Pour ou contre ?

Et bien sûr, que la réponse soit négative ou positive ; cela ne m’empêcherait d’aller me renseigner sur elle, comme elle nous l’avait suggéré… Même si ma décision était déjà prise. Savoir ce qu'en pensait Raizen était relativement important; j'espérais seulement qu'il ne s'élance dans un long et ennuyeux discours comme il savait si bien en prononcer...


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Sam 20 Oct 2018 - 16:18

Examinant la situation et la personnalité de celle qui tentait soudainement de les convaincre de les rejoindre dans cette mission, il devait avouer que sa présence était fortement intéressante. Là où les autres shinobis n’avaient probablement pas pour stratégie d’avoir une approche réelle et aussi humaine, celle-ci n’avait pas le choix ce qui rendait sa présence assez intéressante. Or, à tout moment, elle pouvait devenir un fardeau ce qui n’était pas agréable sachant que la forêt elle-même était hostile et ne se gênerait pas d’attaquer le maillon faible du groupe.

Fixant Sazuka pour voir ce qu’elle en pensait, il remarqua qu’elle semblait plus ou moins ennuyée. L’avait-il ennuyée avec ses discours précédents? Quoiqu’il arrive, elle savait très bien qu’elle n’avait qu’à poser ses lèvres sur les siennes pour qu’il cesse de parler, rien de trop difficile non ?

-Vous parlez d’expertise, mais outre comprendre ce qu’est un lien social, je n’en vois aucune.

Il devait être sincère. Elle avait totalement dévié la question sur sa personne. Il ne lui demandait pas forcément de se vendre, mais d’avoir au moins la descente de leur expliquer en quoi elle était différente.

-Parce que si on voulait des civils pour jouer les figurants, on pourrait très bien dire à certains shinobis d’avoir pour mission de se faire passer pour des civils normaux sans aucune gêne... C’était même plutôt une bonne idée.

Marquant une pause, il poursuivit :

-Je suis prêt à lui donner sa chance si elle assume qu’elle sera un fardeau physique pour son équipe, mais qu’elle démontre un point sous lequel elle pourra les aider.

C’était simple et bref comme une salutation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 21 Oct 2018 - 12:15
-"Se faire passer pour des civils ?" L'idée arracha un hoquet de stupeur à la jeune Tsukiko. "Cela m'apparaît tout aussi aberrant que de demander à des civils d'interpréter le rôle des Shinobis. Le naturel ne peut être parfaitement mimé. Et quand bien même, je n'ose imaginer le devenir d'une alliance fondée sur le mensonge."

Non, ce n'était définitivement pas une bonne idée... on ne pouvait imiter l'inné ni le spontané. Elle leur accordait cependant l'argument du fardeau qu'elle représenterait durant toue la première phase de l'expédition, Tsukiko était une civile certainement pas une guerrière.

-"Inutile de vous mentir ou promettre l'impossible... je serai un poids face aux dangers que recèle la forêt." À partir de là, le duo faisait un pari fou. Celui du savoir-faire au service du savoir-être. Celui de risquer davantage lors de la traversé des dangers, aller-retour, dans l'espoir d'un gain supérieur une fois au contact des habitants d'Hayashi.

-"Plutôt que de tenter de vous le prouver par des mots, je vous propose de trancher sur la question de mon utilité au sein de l'équipe, une fois à la frontière du Pays des Bois. Le trajet devrait suffire à tous pour jauger de la pertinence de ma présence ou non. Et si je ne fais pas l'affaire, je saurai retrouver mon chemin jusqu'ici, seule." Tsukiko leur proposait ainsi une alternative à un choix immédiat, une porte de sortie en cas de doute, tant pour eux que pour elle. Car si leur dessein officiel reflétait une approche diplomatique et bienveillante, peut-être le voyage lui apprendrait une réalité toute autre, bien moins tolérante. Extirpant de sa sacoche un petit bout de papier et un stylo, elle griffonna une adresse qu'elle tendit en direction de la kunoichi.

-"Lorsque votre décision définitive sera prise, vous pourrez me trouver à cette adresse."

HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174 http://www.ascentofshinobi.com/t4702-suzuri-shisei?nid=1#36628

Dim 21 Oct 2018 - 18:12



J’étais plutôt d’accord avec la civile. Pourquoi fonder une alliance sur un mensonge ? Déjà que le mensonge était quelque chose que j’exécrais… Aurais-je accepté de le faire pour gagner les faveurs d’un peuple déjà méfiant et risquer de détruire toute possibilité de créer un lien de confiance ? Non, probablement pas. Ce que nous allions faire, qui s’apparentait à une mission diplomatique ; était à l’antipode de la mission que j’avais menée à Mizu aux côtés de Shôran et Asami. Nous ne retournions pas à Hayashi clandestinement pour les espionner…

Enfin, je gardais ce désaccord pour moi, pour le moment et ne fis qu’acquiescer aux propos de la jeune femme. Ses explications tenaient la route, et comme elle le disait –même si elle ne le disait pas tout à fait de cette façon- ; nous ne pouvions savoir avant d’avoir essayé. Puis finalement, elle nous remit un morceau de papier sur lequel elle avait griffonné son adresse. Je le pris et le glissai dans une poche, sous ma cape. Comme je le disais, j’aimais beaucoup ce village et ses habitants ; toujours plein d’agréables rebondissements…

-Je viendrais à ta rencontre dès que nous aurons la réponse. Laquelle était déjà pour moi très claire. Puis la jeune femme s’éloigna après de brèves salutations ; me laissant seule –plus ou moins- avec le Meikyu. Faire passer un shinobi pour civil… Une trééés bonne idée, Raizen. Dis-je en l’observant un bref instant. Tu te souviens de cette garde-frontière ? Et de ces Iguanes ? S’ils sont dotés de capacités sensorielles… Nous serions rapidement démasqués… Et vouloir les manipuler avec un tel subterfuge… Ne vaudrait pas mieux que de les attaquer. Nous devons montrer que les exactions de Kumo à Hi n’ont été qu’une erreur… de jeunesse.

J’avais bien sûr compris qu’il n’avait pas de si mauvaises intentions que ça et qu’il désirait autant que moi voir se concrétiser notre action par une relation fertile entre Kaminari et Hayashi. Mais nous ne devions pas tomber dans la facilité. Les shinobi avaient tendance à s’y laisser tenter, trop souvent.

-Enfin… elle peut ajouter quelque chose lors des négociations… Tu pourras apprendre d’elle autant qu’elle de toi. Haussais-je les épaules. Bien, j’ai encore du travail. A plus tard Raizen. Dis-je en me retournant, et regagnant l’assemblée. Je devais récupérer ma sacoche que j’avais oubliée… Et, retourner à l’Institut pour vérifier deux ou trois choses…



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 21 Oct 2018 - 19:09


Oops ? Raizen s’était-il mal exprimé ou son message avait-il mal été interprété ? Un peu des deux sachant que des deux côtés, il y avait eu une certaine dose de refus. Dans un sens, c’était positif puisque le tout démontrait qu’elle n’était pas soumise et ne comptait pas obéir aux règles stupides aveuglément. C’était agréable de savoir cela, mais surtout pertinent pour Raizen qui avait fait de même à travers tout son parcours. Si pour certains, il était important d’obéir à toutes les règles, Raizen considérait qu’une personne se devait de faire un arbitrage lorsqu’une option plus intelligente se présentait.

Par contre, en aucun cas il n’était suffisamment stupide pour proposer un tel subterfuge. En fait, le message qu’il avait voulu véhiculé était qu’ils n’avaient pas vraiment besoin de quelqu’un de théorique pour cette mission. Dans un but de lui demander d’élaborer sur ses qualités, le tout avait été mal interprété. D’exemple maladroit l’intimant d’élaborer sur sa personne à exemple concret qui était perçu comme une proposition, les deux femmes s‘étaient braquées. Or, Raizen mieux que quiconque savait qu’il n’avait pas besoin de shinobis pendant cette mission, mais surtout d’individus réfléchissant avec l’ensemble de leurs capacités. Faire le lien avec le fait d’être un civil était le plus facile sachant qu’ils pensaient beaucoup plus souvent avec leurs émotions que des shinobis. Ainsi, Raizen avait voulu leur faire comprendre qu’il était beaucoup plus important pour lui d’avoir des atouts dans son équipe qui sauraient faire usage de cette facette tout en ne devenant pas un fardeau physique pour les autres. Primant sur le fait qu’ils devaient penser en tant qu’individus sous toutes les facettes et non en tant que simple shinobi, son objectif lors de cette mission était de briser la perception qu’ils avaient des shinobis pour détruire cette barrière fausse qui avait nourri par des gens n’ayant rien à voir avec eux.

Or, là où il comprenait, que son exemple avait manqué d’élaboration pour atteindre l’objectif était principalement dans l’explication qu’il en avait fait. Vu la manière dont il l’avait positionné, il aurait dû avouer qu’il cherchait à en apprendre davantage sur elle puisqu’il était à la quête des shinobis aptes à mettre à profit leur côté relationnel et que pour la peine, agir comme des civils et non des shinobis était le parfait exemple même si au fond, ils étaient tous des shinobis. L’un n’excluait pas l’autre, mais se concentrer uniquement sur la vision d’un shinobi n’était pas la chose la plus pertinente à ce stade de leur relation avec Hayashi.

-Sazuka, avant que tu partes, je pense que mon message n’a pas été bien transmis, mais au moins ça m’a permis de savoir qu’elle est plus utile qu’inutile et qu’elle ne suivra pas aveuglément les ordres s’ils ne font pas de sens.

Se dépêchant de terminer puisqu’elle était pressée, il poursuivit :

-Je voulais surtout dire que je n’ai pas besoin de shinobis qui pensent comme des shinobis pour cette mission, mais bien des gens qui réfléchissent avant tout comme des êtres humains, qu’ils soient civils, shinobis ou autre. Le fait d’être un shinobi est un bonus, mais ce n’est pas en ayant que la défense et l’attaque à l’esprit que nous créerons une relation.

Soupirant, il savait toutefois qu’il n’avait pas besoin d’élaborer davantage.

- J’ai surtout peur que les autres ne l’aient pas compris, mais nous prendrons le temps de le préciser avant le départ. Tâche de ne pas travailler trop tard et si tu n’as pas le temps, j’irais la voir pour lui annoncer la nouvelle.

Haussant les épaules avant de glisser ses mains dans ses poches, il regarda la direction dans laquelle la nouvelle était partie.

Ce personnage était assez intéressant et le fait que sa partenaire de Fuinjutsu lui ait révélé qu’il apprendrait d’elle l’intriguait drôlement. Certes, elle avait un côté beaucoup plus émotionnel que lui, chose que Raizen remplaçait par son intuition et sa logique. Or, il n’était pas certain que ce soit la seule chose qu’elle puisse lui enseigner. Dans tous les cas, il attendait avec impatience de découvrir plus en détail cette personne qui déviait totalement des normes Kumojin.

Précision:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Quel Intérêt ? (Meikyu Raizen, Sasayaki Tsukiko)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Assemblée
Sauter vers: