Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Travailler, manger, s'exercer [LIBRE]


Dim 9 Juil 2017 - 18:07

Voilà deux heures que j'étais posé là, dans la boutique de mes parents « Les Flûtes Torinaku », pour accueillir et renseigner les éventuels clients. « Tetsu, demain ta mère et moi partons faire essayer quelques instruments à un riche flûtiste qui nous a contacté. Il veut que nous venions directement le voir chez lui, alors nous serons absents au moins pour la matinée. Tu devras tenir la boutique à notre place... ». Je n'avais pas vraiment eu l'occasion de refuser. Qui plus est j'étais bien le seul à pouvoir les remplacer en leur absence. Ils m'avaient inculqué tout le savoir nécessaire sur la confection des flûtes, les matériaux et les spécificités de certains modèles. Quant à la pratique de l'instrument, voilà maintenant de longues années que je le pratiquais à haut niveau.

Le temps paraissait long quand aucun client ne pointait le bout de son nez. Puis, il fallait dire que nous n'avions pas beaucoup de modèles à bas prix. Nos flûtes étaient principalement destinées à des musiciens connaisseurs et avec un bon niveau : donc des gens qui y mettaient le prix. Pour les débutants et les amateurs, seuls trois ou quatre modèles suffisaient.
Pour m'occuper, je feuilletais un livre de partitions qui recensait des morceaux traditionnels de certaines régions de notre monde. C'était une approche intéressante pour un musicien de pouvoir découvrir d'autres territoires par ce biais. Je ne me privais donc pas et attrapais même ma flûte en bois de prunier pour commencer à jouer l'un des morceaux. (dans ce style)

Je parvins à le jouer dans son entier en à peine dix minutes. Puis je le peaufinais à force de le répéter. Le son emplissait la pièce vide et m'occupait l'esprit, ça me faisait me sentir moins seul. Car toujours pas de client ce matin.
Finalement quand midi sonna, j'avais dû m'occuper en jouant trois autres morceaux un peu dans ce style mais en plus joyeux. Ce n'était pas les partitions qui manquaient ici de toute façon, on vendait une bonne centaine d'ouvrages remplis de divers morceaux et airs de flûte. J'aimais heureusement passer mon temps à jouer de la musique, mais j'aurais aussi bien aimé passer la matinée à aller m'exercer à quelques jutsus ou genjutsus. Mon grade de genin fraîchement acquis nécessitait que je m'entraîne, et je m'y attelais bien tous les jours quand je le pouvais. C'était en quelque sorte la même rigueur que dans l'apprentissage d'un instrument de musique. J'avais la chance de la posséder et de pouvoir la transposer au domaine du ninjutsu.

Je partis fermer boutique aux environs de 12h30, heure de fermeture indiquée sur la porte. Mes parents s'occuperaient de ré-ouvrir à 14h quand ils seraient rentrés. Après tout ils pouvaient bien se débrouiller avec ça, je leur avais déjà bien rendu service en tenant leur commerce toute une matinée. Et si j'avais su qu'aucun client ne viendrait...
Je sortis donc dehors, et me dirigeais d'instinct vers un petit restaurant à emporter de l'autre côté de la rue. Lequel proposait des plats de nouilles divers ainsi que des brochettes de viande.

« Je vais prendre comme d'habitude s'il vous plaît. »
« Très bien m'sieur Torinaku ! »

Après tout, nous étions commerçants dans la même rue. Il était donc normal qu'il me connaisse.
Il me servait quelques minutes plus tard des nouilles froides avec leurs légumes frais, assaisonnés à la sauce soja, au gingembre et aux algues. C'était un peu mon plat habituel, une bonne salade de nouilles plein de fraîcheur.

« Merci, à plus tard. » dis-je en payant.

Je décidai alors d'aller trouver un endroit ailleurs, un peu plus calme, pour me poser et manger tout ça. Ce n'était qu'après un bon repas que je pourrai aller m'exercer sereinement aux abords du village.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t412-torinaku-tetsuya-joueur-de-flute-terminee#1982

Lun 10 Juil 2017 - 19:44

Travailler, manger, s'exercer - ft. Torinaku Tetsuya

Travailler / Ce matin-là, Akimoto avait été mandaté pour faire la ronde dans le cœur commerçant. Noyau du village, là où les foules se rassemblaient quotidiennement – que ce soit pour travailler ou faire ses emplettes – c’était l’un des lieux symboliques et névralgiques d’Iwa. D’un coin de rue à l’autre, on pouvait y apercevoir ce dont les iwajins étaient capable, tout leur talent. En tant que tel, il était donc important de protéger cet endroit à tout prix. Bien que personne n’oserait s’attaquer directement au village – à moins d’être complètement fou – il y avait toujours les petits voleurs de bas étage qui tentaient de dérober quelqu’un. Ça et les chicaneries entre commerçants rivaux.

Aujourd’hui, tout était relativement calme. Le grand Borukan patrouillait les rues, dépassant tout le monde de plusieurs têtes, ce qui lui offrait une vue complète et totale sur ce qui se déroulait autour de lui. Akimoto était bien connu dans le quartier, partout où il passait, les commerçants le remerciaient, le saluait d’un sourire ou d’un signe de la main. Ce n’était peut-être pas l’aspect le plus palpitant du métier de shinobi, mais pour le rouquin, il s’agissait de quelque chose de très important. Sa présence, ainsi que celle des autres shinobis qui se donnaient à cette tâche, rassurait la populace, instaurant un sentiment de protection et de tranquillité. Le rouquin s’arrêta devant le stand d’un marchand qui vendait de l’équipement pour shinobi et inspecta quelques-uns des items. « De la bonne qualité, comme toujours ! » dit-il aux jeunes artisans. « Merci, merci Akimoto-sama ! » Le grand shinobi lui tendit une petite poignée de ryos et fourra dans son étui les quelques kunais qu’il venait d’acheter. Alors qu’il effectuait son achat, il aperçut du coin de l’œil une jeune fille qui tentait de subtiliser quelques bijoux sur l’échoppe voisine. « Hum…hum… » fit Akimoto en se raclant la gorge. La gamine reposa instantanément sa trouvaille et détala en courant.

Manger / Alors que l’heure du diner approchait, le ventre du costaud Borukan se mit à gargouiller. Marcher toute l’avant-midi lui avait ouvert l’appétit. Dès que son remplaçant pointa le bout de son nez – un jeune chûnin du clan Hyûga – Akimoto détala en direction de son restaurant préféré. Quelques rues plus loin, il entra dans le restaurant de son copain Shiruzen. Lui et sa femme tenaient un petit comptoir pour emporter. « Akimoto-sama ! Quel plaisir ! » lui lança l’homme de derrière son comptoir. « Une boite de yakitoris, comme à l’habitude ? » Le shinobi rigola en acquiesçant. Cela faisait quelques années qu’il venait ici plusieurs fois par semaine – et qu’il prenait toujours la même chose – Shiruzen connaissait sa commande par cœur depuis bien longtemps.

Akimoto attendait avec une grande impatience sa commande lorsqu’il entendit une douce musique en provenance de l’extérieur – de l’autre côté de la rue. De la flute ? La mélodie était douce et apaisante. Le Borukan n’avait jamais été un grand amateur – et encore moins connaisseur – de musique, mais sa défunte femme avait l’habitude de jouer quelques notes. Souriant et mélancolique, Akimoto récupéra sa commande au moment où la musique arrêta. Un jeune homme quitta la boutique d’en face et se dirigea directement vers le restaurant. Le rouquin fut surpris de constater que le joueur de flute était en réalité un jeune adolescent. La maîtrise aussi parfaite de la musique était quelque chose de difficile à atteindre à un aussi bas âge. Lorsque le jeune homme eu sa commande entre ses mains, Akimoto l’interpela. « C’est toi qui jouais de la flute ? Tu as un talent impressionnant. » dit-il en prenant une bouchée de brochette épicée.


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Jeu 13 Juil 2017 - 15:55
Cette fois, elle avait bien en tête de rencontrer du monde et de rire ouvertement, d'oublier un peu ses soucis personnels avec sa famille, d'oublier un peu les ordres de son père et d'être celle qu'elle était, une jeune femme croquant la vie à pleines dents. Bara leva la tête vers le ciel d'un bleu encore somptueux aujourd'hui. Depuis qu'ils s'étaient sédentarisés, la jeune Borukan avait pris quelques couleurs sur sa peau d'origine plutôt blanche. Un doux bronzage halé se laissait voir, laissant comprendre que la jeune femme aimait passer du temps en dehors des murs.
Elle survola les toits, sautant autant que possible pour s'exercer les jambes, puis tomba sur le quartier commerçant. Un air de flûte s'échappa de la bâtisse où ses pieds reposaient.
Le temps de la mélodie, la rousse ferma les yeux, restant ainsi perché sur le toit, le sourire aux lèvres. Elle appréciait cette résonance en elle.

Décidant de voir le musicien, elle était descendu par l'un des murs de côtés, mais avant de pouvoir le voir et lui parler, la boutique était fermée et seule une ombre se faufilait à travers les passants de la rue.
Faisant une moue décontenancée, Bara croisa les bras contre sa poitrine et s'enquit de le suivre pour avoir la chance de lui décrocher quelques mots. Quelque chose la fit patienter néanmoins. Un bruit sourd provenant de son ventre la fit rougir. Il était vrai que depuis ce matin la demoiselle n'avait rien avalé à part une longue rasade d'eau.

Fouillant dans sa petite sacoche, elle y trouva sa monnaie et s'arrêta à un petit stand où elle s'acheta trois grandes Yakitori. Les brochettes étaient bien chaudes et leur odeur donnait l'eau à la bouche de la rouquine qui, après avoir longuement soufflé dessus, s'empressa de croquer dedans.
Heureuse et curieuse, ses yeux cherchèrent l'ombre qu'elle avait vue partir de la boutique et elle le suivit de loin. Ses talons martelaient le sol, mais, après tout, qui penserait être suivit dans un tel village ?

Lorsqu'il se fut stoppé, après son repas, la curiosité de la rousse se raviva de plus belle, mais quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle remarqua l'imposante silhouette d'Akimoto se dessiner devant le jeune garçon qu'elle suivait et elle.
Se faisant moins petite et discrète, elle claqua fort ses talons sur le sol et d'un geste de sa main qui ne tenait pas précieusement sa dernière Yakitori, Bara salua les hommes.

- Hey salut salut !

Le sourire jusqu'aux oreilles, elle s'approcha du Borukan et lui tapa amicalement et doucement le dos avant de se pencher un peu vers le gamin.

- Tu joues bien, tu sais ?

De son naturel à mettre tout le monde sur la même ligne, elle oubliait toujours que vouvoyer les gens pouvait être important.

- Enfin... c'bien toi qui jouait non ? Je suis curieuse de savoir depuis quand tu joues. Ha ! Bara ! Enchantée !


Termina-t-elle en tendant sa main droite, celle de libre donc, avant de croquer un morceau de viande de sa dernière brochette.

- Cha va Akimoto au fait ?

Fit-elle en terminant d'avaler sa viande.

_________________
*~. Aurais-tu un peu chaud Invité ? .~*

Ty Shinichi ♥
"Je ne pleure pas par faiblesse,
Je n'endure pas par force"
rapière de Bara
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t24-borukan-bara-finit#117

Jeu 13 Juil 2017 - 23:16

J'avais mon idée en tête quant à l'endroit où j'irai me poser pour manger. Il s'agissait d'un petit square à deux rues d'ici, où quelques arbres offraient de l'ombre. J'y avais déjà mangé de nombreuses fois, quand à la pause de midi je voulais changer d'air les journées où je travaillais à la boutique familiale. Rester enfermé trop longtemps pour le travail n'était d'ailleurs pas vraiment une partie de plaisir. Le grand air, le mouvement, étaient deux choses que préférais de loin.
Je tenais donc le sac en papier cartonné contenant mon repas lorsqu'on me le donna, et fut interpellé subitement par un homme que je ne connaissais pas le moins du monde. Il était grand et musclé, avec des cheveux d'un roux flamboyant et la barbe. Et à dire vrai, il avait tout l'air d'un membre du clan Borukan. Qui, ici, ne les connaissait pas ou n'en avait jamais croisé un ? À mon avis personne.
Il me demandait si c'était moi qui jouait de la flûte plus tôt, en agrémentant que je possédais un talent impressionnant. Si c'était de la flatterie c'était plutôt direct, quoique ce fut simplement une approche banale et innocente. J'affichais un léger sourire, faisant mine d'apprécier cette remarque.

« Merci... oui c'était bien moi. »

J'aurais pu sortir ma flûte de ma poche de kimono pour lui prouver. Je ne le fis pas. D'ailleurs, en vérité j'étais presque blasé des compliments que l'on me faisait sur mon jeu de flûte. Parents, proches, inconnus, filles, tous ne disaient que du positif et me voyaient comme un musicien plein de talent, presque virtuose. Voilà, que dire de plus maintenant ?
Une femme se pointa alors, une rousse tirant sur le rose, pour me saluer avec l'inconnu. Elle aussi me complimenta : « Tu joues bien, tu sais ? ».

« Merci. » répondis-je calmement. « Oui c'est bien moi qui jouait plus tôt. »

Elle se montrait assez rapidement familière en s'intéressant à moi, elle s'appelait Bara. Je lui tendis la main comme elle me la tendis, puis compris ensuite que l'homme s'appelait Akimoto. Aussi je répondis quant à mon identité :

« Je suis Tetsuya Torinaku, enchanté moi aussi. À vrai dire, je joue de la flûte depuis que je suis gosse, j'ai commencé très tôt. »

En somme, ça faisait déjà plus de dix ans que je pratiquais l'instrument, ce qui chiffrait déjà pas mal et pouvait aussi expliquer mon niveau, en plus de la passion.

« Je me trompe en disant que vous devez être des Borukan ? »

Voilà que je leur posais la question aussi simplement que n'importe quoi d'autre. Cela me permettrait au moins d'en savoir plus sur eux et qui ils étaient. Ils avaient pour le moment l'air sympathique, il n'y avait pas à dire.

« J'étais en train d'aller manger, vous pouvez vous joindre à moi si vous le désirez... »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t412-torinaku-tetsuya-joueur-de-flute-terminee#1982

Lun 17 Juil 2017 - 20:25

Travailler, manger, s'exercer - ft. Torinaku Tetsuya

De près, le flutiste était d’apparence banale. Sa chevelure brune un peu ébouriffée était typique d’un adolescent de son âge – Akimoto lui donnait une quinzaine d’années à tout casser. Chose peu commune cependant, ses cheveux semblaient être animé d’une teinte violète sous certain reflet de la lumière ambiante. À l’air blasé qu’il avait pris lorsque le Borukan l’avait complimenté sur ses talents musicaux, on devinait que le jeune homme était lassé de tels commentaires. Akimoto se garda donc de renchérir ou d’ajouter un quelconque commentaire. De toute manière, ce n’était que par curiosité qu’il l’avait abordé de la sorte, se remémorant l’espace d’un instant la musique de sa chère femme.

Avant que le rouquin ne puisse répondre, il sentit un toucher délicat – une petite tape – dans son dos. Il n’eut pas le temps de se retourner qu’une tignasse rousse se pencha pour saluer et complimenter à son tour le jeune flutiste. Sur-le-champ, Akimoto reconnut cette nouvelle interlocutrice, il s’agissait de Bara. « Enfin... c'bien toi qui jouait non ? Je suis curieuse de savoir depuis quand tu joues. Ha ! Bara ! Enchantée ! » Avec son énergie habituelle, elle enchaînait les questions, laissant à peine de temps au gamin de lui répondre. Il ne la connaissait pas encore très bien, mais les quelques rencontres qu’il avait eues avec elle étaient suffisantes pour qu’il commence à bien cerner le personnage.

Spectateur de la scène, Akimoto mangeait ses brochettes d’une main, tandis qu’il tenait sa boite pleine de l’autre. « Cha va Akimoto au fait ? » ajouta la jeune Borukan tout en mangeant son yakitori. « Affamé ! Mais ça va très bien ! » dit-il en mordant à pleine dent dans une nouvelle brochette. « Tu t’es bien remise de la cuite de l’autre jour ? » ajouta-t-il en référence à leur petite compétition amicale. « Je me trompe en disant que vous devez être des Borukan ? » Akimoto avala sa boucher et reporta son attention sur Tetsuya. À la venue de Bara, son excentricité de Borukan avait repris le dessus, oubliant presque la présence du gamin. Il n’était visiblement pas difficile de deviner que le grand rouquin était un membre du clan maîtrisant la lave. Sa stature dès plus imposante et ses cheveux roux le trahissait instantanément. « Exactement ! J’en ai perdu mes manières, je ne me suis pas présenté. Akimoto Borukan ! » Ayant les mains pleines – une brochette dans l’une et la boite dans l’autre – il s’abstenu de lui tendre la main.

Le jeune flutiste leur fit savoir qu’il était sur le point d’aller manger et que les deux énergumènes étaient invités à se joindre à lui si le cœur leur en disait. « Pourquoi pas, merci de l’invitation, j’allais justement essayé de me trouver un petit coin tranquille à l’ombre pour manger mes brochettes ! » Akimoto quitta alors le petit restaurant, saluant de la main une dernière fois son ami derrière son grill. « Je connais un petit endroit sympathique à deux coins de rue si vous voulez. » Il prit les devants du groupe et se glissa à travers la foule. Bien plus grands que tout le monde de plusieurs têtes, les deux autres n’auraient pas de mal à le suivre. Avec sa large carrure, il se frayait un chemin avec facilité. Quelques minutes plus tard, ils arrivèrent à un petit square, discrètement placé entre deux grands commerces au bout d’une rue. Le sol rocailleux de la place était clairsemé de petites touffes d’herbe – suffisamment grande pour s’asseoir confortablement – et deux grands arbres projetaient leur ombre. Ici et là, quelques statues d’argile et de roc décoraient le lieu. Suivi de près par ses deux nouveaux compagnons – enfin il l’espérait – Akimoto s’installa au sol, adossé à l’arbre le plus grand.


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Dim 23 Juil 2017 - 20:10
Il avait l'air discret, ce musicien, pas étonnant, mais tout de même. Pour la jeune femme qu'était la Borukan, le calme et la discrétion, en temps de paix, ne rimait à rien. Elle pour qui le sourire comptait plus que tout au monde, elle pour qui son seul plaisir consistait à s'amuser avec les autres et découvrir le vaste monde, de voir quelqu'un comme ça la troublait, à un point qu'elle n'admettrait jamais.
Et pourtant, lorsqu'il donna son nom après les avoir remercier platement pour les compliments, les yeux de la rousse brillèrent de nouveau. C'était un pas, rien qu'un mais un tout de même, vers elle et son extravagance.
Un sourire plus prononcé parcouru le visage de Bara lorsqu'Akimoto la salua.

- Ha oui, aucun problème... juste un peu mal à la tête durant la nuit.


Un rire cristallin accompagna ses paroles alors que toute leur attention, car elle n'était visiblement pas la seule à avoir écouté le musicien, se reporta sur ce dernier.
Son regard bleu se porta tour à tour entre son compagnon d'arme et ce jeune homme qui l'intriguait tant.

Laissant son aîné répondre à la question qui les concernait, elle se posa quelques questions concernant ce dénommé Tetsuya. Si cela faisait depuis son plus jeune âge qu'il jouait ainsi, alors ses talents étaient nés de son entraînement sans doute poussé. Cela ne changeait rien au fait qu'il était doué, que sa musique était bien agréable à entendre et permettait de penser à autre chose.

Mais, elle répondit tout de même à la question, comme par politesse, ou simplement pour voir la réaction de l'homme face à elle. Poserait-il des questions, penserait-il que toutes les femmes Borukan sont comme elle ? Elle faisait tant la fierté que la contrariété de son paternel, et pourtant, et chacun le savait, rien ni personne ne pourrait changer sa nature.

- Borukan oui !

Elle gardait son sourire malgré tout ce qu'elle pouvait penser. Ce n'était pas une réelle façade, c'était elle. Bara observa tour à tour une nouvelle fois les deux hommes et se joignit à l'idée.

- Allons nous installer tranquillement, bonne idée !

Elle termina pourtant sa dernière brochette, gardant les piques dans l'une de ses mains. Qu'en ferait-elle par la suite, seul le temps pourra le dire.
Suivant jovialement Akimoto, non sans garder un œil sur le musicien, la fille de la lave reprit.

- Tu as toujours joué des morceaux de la sorte, ou il t'arrive de faire des trucs un peu plus... festif ? Tu as déjà joué avec d'autres musiciens ou tu fais toujours des solo ?

Marchant les mains dans le dos, la jeune femme vint se poster sur l'une des branches de l'arbre lorsqu'elle vit Akimoto s'asseoir non loin. De là, elle avait une vue sur le village qui lui plaisait. Ce n'était pas qu'elle regrettait sa taille, bien au contraire, elle savait en tirer partit, mais elle avait toujours eu ce besoin d'escalader les maisons, les arbres, les montagnes. Cette vision périphérique était une chose qui la détendait toujours.

- Hey... en dehors de jouer... tu fais autre chose ? Tu aime autre chose ?

Elle se laissa pendre sur la branche de l'arbre, la tête à l'envers, tenant par ses jambes. Sa tunique tombante laissa juste voir son ventre, à peine coloré par le soleil timide. A croire que de manier la lave donnait chaud, elle était toujours peu couverte et n'était encore jamais tombé malade.

- Ho, et toi Aki, tu t'es bien remis de l'autre jour ?

Passant du coq à l'âne, la demoiselle trouvait assez sympa d'observer le monde à l'envers également.

_________________
*~. Aurais-tu un peu chaud Invité ? .~*

Ty Shinichi ♥
"Je ne pleure pas par faiblesse,
Je n'endure pas par force"
rapière de Bara
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t24-borukan-bara-finit#117

Travailler, manger, s'exercer [LIBRE]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: