Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Being a good hunter


Mar 16 Oct 2018 - 16:30
La neige crisse sous tes pieds nus alors que tranquillement tu empruntes les ruelles de Kumo en direction du terrain d’entrainement où ta sensei t’avait dit de la rejoindre en début de l’après-midi pour un apprentissage particulier. Elle désirait te former en capture car là était le rôle qu’elle t’avait assigné au sein de votre équipe alors que ton coéquipier, Satetsu Nobusuke, endosserait le rôle du tortionnaire. Beaucoup penseraient certainement que tu serais mieux dans le dernier rôle mais ta sensei semblait bien mieux te connaître. En effet, bien que tu fusses une amoureuse de la bagarre, tu n’appréciais point t’acharner sur des personnes incapables de se défendre car tu ne puisais du plaisir que dans un réel échange des coups. Frapper sans en recevoir en retour ne t’intéressait guère. Contrairement à ce que ton apparence et ta personnalité laissaient croire, tu n’étais pas une tortionnaire mais juste une batailleuse invétérée qui ne reculait devant rien pour obtenir ce qu’elle convoitait.

Le rôle que t’avait attribué ta sensei te convenait parfaitement car ce que tu allais devoir capturer n’était certainement pas des doux chatons mais des shinobi dont certains pourraient très bien se révéler plus féroces que toi. Leur capture ne serait donc pas un travail aisé et cette idée te plaisait. Tu n’étais pas un être qui aimait la facilité. Pour toi, les challenges étaient synonymes de divertissement et plus les difficultés étaient grandes, plus tu puisais du plaisir à les braver. Tu ne connaissais ni l’abandon ni le désespoir. Ta ténacité faisait certainement de toi un être à tendance suicidaire mais celle-ci ferait peut-être de toi une chasseuse à craindre. Ta sensei l’avait sans doute pressenti mais, pour l’heure, elle jugeait que tu avais encore besoin d’être formée. D’où l’apprentissage auquel tu allais avoir droit. Celui-ci avait pour but de te préparer pour les rudes tâches que tu seras emmené à accomplir dans l’avenir.

C’est avec l’espoir de pouvoir compter quelques techniques en plus en fin de journée dans ton répertoire qui était encore assez pauvre que tu avances des pas tranquilles sous les regards dubitatifs de ceux que tu croisais. Ces derniers étaient étonnés de te voir si peu vêtue et surtout pieds nus en cette période de froid. C’était ton premier hiver à Kumo alors les habitants n’étaient pas encore habitués de te voir accoutrée toujours aussi légèrement peu importe le temps qu’il faisait. Tu détestais mettre plusieurs couches de vêtements alors tu avais habitué ton corps à supporter le froid pour éviter de te camoufler de la tête aux pieds comme le commun des mortels dès que la température chutait.

Tu ignores totalement ce beau monde qui te suivait du regard comme si tu étais la bête noire du Village en poursuivant sereinement ton chemin.

Arrivée au point de rendez-vous, tu constates que ta sensei n’était pas encore arrivée. Tu étais peut-être en avance ou bien elle était en retard car tu n’avais pas jugé nécessaire de regarder l’heure avant de partir. Pour t’occuper mais surtout pour t’éviter d’avoir froid car bien que tu parvinsses à supporter une basse température ambiante, tu n’étais pas à l’abri du gelé si tu restais inactive, alors tu commences à taper sans ménagement sur les troncs d’arbre aménagés à cet effet sur le terrain d’entrainement …

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Lun 22 Oct 2018 - 19:42


Ça faisait déjà quelque temps que j’étais dans cet état, quelque temps que je ne me réveillais plus le matin avec une effroyable nausée ; quelque temps que s’était arrêté le sentiment de malaise, quelque mois que s’étaient tues ses émotions ne sachant trop leur raison d’être. Les mois précédents combien de fois m’étais-je énervée contre la plus petite babiole ? Combien de fois avais-je fondu en larme devant le truc le plus insignifiant qui soit, ou à contrario éclaté de rire devant une situation censée être triste. Enfin, enfin je pouvais reprendre une vie presque normale, avec un certain contrôle sur moi-même si ce n’était le poids de cette petite créature commençant à se faire sentir sur mon abdomen.
Avançant au travers de la rue, une main sur le ventre, caressant machinalement celui-ci, je saluais sur le chemin ceux qui me dévisageaient trop longtemps, progressant à mon rythme vers le terrain d’entrainement où j’avais donné rendez-vous à Yamiko chan pour perfectionner le domaine au sein duquel je la voyais prospérer. Très chaudement vêtue, un épais manteau non, mais de laine classique, mais de laine de métal sur le dos je contais de me montrer prévenant envers les curieux. Saluant ceux-ci d’une main, caressant mon ventre de l’autre, tenant un sac à Bentô prévu pour Yamiko dans une autre, un sachet de manju dans sa consœur argentée, j’aidai un peu la dernière à porter à mes lèvres cette bouteille d’eau gardée par la dernière… oui, le compte y était… à non ! j’oubliais la sixième qui… qui faisait quoi déjà ? M’arrêtant au milieu de la route je portai mes six mains face à moi pour finir à remarquer la dernière avec laquelle je m’exerçais à créer des objets sans utiliser mes bras de chaire.

Vous l’aurez compris le regard des passants n’étaient pas simplement alerté par une femme enceinte, i même par le fait qu’il s’agissait de ma personne ; non, c’étaient ces quatre autres bras contre nature qui les interpelaient. Le bandeau du village que je portais autour du cou suffisant généralement à leur faire pousser un soupir soulagé, sans pour autant détacher le regard de ma présente création ; mais… si je voulais plus de maniabilité ainsi que de possibilité, aussi bien pour la vie courante que pour éventuellement des combats, ces nouvelles paires de bras avaient été la réponse à mon désir de pluralité dans les taches que je pouvais accomplir. Oui, ces premiers mois particulièrement difficiles passés, je me sentais enfin apte à me relancer dans mes activités et tant qu’à faire valait mieux « tripler la cadence », entre grands guillemets bien entendu ; j’imaginais déjà Hisao paniquer ne serait-ce que du fait d’une faible baisse de mon chakra…
Parlant de L’Akahoshi… il avait fait de gros efforts sur lui-même depuis qu’il avait appris la nouvelle ; il s’était depuis lors interdit de fumer en ma présence, se retenant du mieux qu’il le pouvait jusqu’à ce que nous nous séparions pour quelque temps :

- Tu es drôlement désirée toi… marmonnai-je entre deux salutations à la résidente de mes chaires. Hum ? Comment savais-je qu’il s’agissait d’UNE résidente ? Une intuition… clin d’œil vers la caméra.

J’arrivai finalement sur l’aire d’entrainement pour y trouver Reik… heu… ? Ha Yamiko en train de frapper de tout son saoul les pauvres tronçons d’entrainement. Un Coup d’œil à ma montre me confirma que j’étais bien en avance de quelques minutes, mais fallait croire qu’elle ne pouvait pas se tenir tranquille. Inclinant un peu la tête, souriant vis à vit de la situation, j’étouffai presque un rire tant s’en était risible, cette jeune fille ressemblait tant à sa Kage que je n’aurais pas été surprise d’apprendre qu’il s’agissait de sa sœur ainée. Une pensée pour celle-ci, je déduisis que la connaissait-elle jetais encore son dévolu sur la roche de cette montagne, parachevant ses plans de tunnels sous la montagne… creusé avec ses points…

* Bon sang en quel matériau est sa peau à celle-là ?...* Soupirai-je silencieusement en progressant sans bruit jusqu’à un des sièges non loin de la jeune Metaru.

Me posant tranquillement, disposant aussi des différents paquets que j’avais sur moi, je réajustai le manteau de laine de métal chauffé via mon chakra et l’observai quelque temps dans ses exercices ; me rappelant moi-même m’être attaqué à ces mêmes poteaux fut une époque, frappant aussi fort que je le pouvais, persuadée que le taijutsu était la voie que je me devais d’emprunter… voie que je m’étais contentée de suivre selon les dires de celui qui avait initié mon entrainement en tant que Kunoishi. J’avais essayé de faire de cette base une de mes spécialités et forcément…

- Bonjour Yamiko chan… Fis-je tranquillement alors qu’à tour de rôle, les deux paires de bras aux reflets argent et or se passaient des Kunais et shurikens créé sur le moment pour les lancer et les planter l’un des poteaux à côté du sien. vu que tu étais en avance, je me suis permis de te laisser t’échauffer… ça va ? Finis-je tandis que l’un de mes bras de Metal lançait au même moment une hachette qui allait violemment se planter dans le bois, fissurant un peu celui-ci :

Houla… peut être un peu fort… Marmonai-je en amenant à mes yeux le coupable, ouvrant et refermant la main du dit bras, un de ses frères me mettant un manju en bouche tandis que l’eau remuait ma bouteille d’eau : Manju ? Proposai-je en lui tendant le sachet d’une de mes mains de chair. ils sont encore chauds


_________________


Enceinte de 4 Mois 1/2

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mer 24 Oct 2018 - 14:59
Absorbée à te défouler sur les troncs d’arbre recouvert de corde que tu ne parvenais pas à casser malgré toutes les forces que tu mettais dans tes frappes, tu ne vois même pas la personne que tu attendais arriver. Tranquillement elle se pose sur un banc non loin de ta position mais tu ne remarques sa présence seulement lorsqu’elle t’interpelle. Tu cesses alors ton acharnement sur les cibles sans vie pour te tourner vers elle et tu restes bouche bée face à ce que tu vois. Ta sensei avait deux paires de bras de plus qu’un être normalement constitué. Par l’élément qui semblait constituer les membres en trop et leurs mouvements anormalement saccadés, tu devines que c’était surement une technique de jutsu pas encore parfaitement maîtrisé.

Tu trouvais la nouvelle apparence de ta sensei plutôt étrange, tellement que tu te demandes si elle allait toujours garder cette allure. Personnellement, tu avais cure de son aspect physique mais elle devait attirer bien des regards avec ces bras loin d’être naturels mais ne considérant pas que cela était pas ton problème, tu oublies vite cette étrangeté qui ne te concernait pas.

Tu t’avances vers la Metaru enceinte puis tu fixes son ventre que s’était bien arrondi depuis la dernière fois que tu l’avais vu que tu te demandes si elle n’allait pas accoucher dans l’immédiat. Depuis qu’elle commençait à avoir des symptômes d’une femme en gestation, tu la voyais de moins en moins. Vos entraînements se faisaient de plus en plus rares. Tu avais été d’ailleurs fort étonnée en apprenant qu’elle allait d’enseigner une technique aujourd’hui. Sans doute avait-elle peur que toi et Nobusuke finiraient par l’écarter de votre voie si elle s’absentait trop auprès de vous. Alors, en sensei soucieuse de son devoir envers ses élèves, elle faisait l’effort de vous prendre en charge malgré son état qui pousserais pourtant les plus faibles des femmes à rester plutôt au chaud au sein de leur foyer au lieu de braver le froid pour enseigner à une élève aussi égoïste que tu l'étais. La bienveillance d’Itagami envers ta personne méritait du respect et l’indulgence en retour de ta part et pourtant …

>> Vous avez bien grossi Sensei. Vous devez arrêter de vous goinfrer sinon vous allez finir par éclater.

Sans même une salutation, tu te moquais de son physique. Malgré la rudesse de tes propos tu ne pensais pas cependant au mal mais, fidèle à toi-même, tu ne pouvais t’empêcher de la titiller à ta façon.

>> Pensez-vous réellement être en état de m’enseignez quoique ce soit ? … Ce n’est pas que je doute de votre capacité mais on dirait que vous allez accoucher d’une seconde à l’autre. Et je vous préviens, si vous mettez bas durant l’apprentissage ne comptez pas sur moi pour vous aider … Je déteste les enfants et encore plus les nourrissons.

Effectivement tu n’aimais pas les enfants, peu importait leur âge, leur caractère et leur sexe mais malgré tes dires, tu n’abandonnerais certainement pas la Metaru si elle se retrouvait dans la détresse car malgré l’apparence et tes méchantes paroles, au fond tu avais fini par l’apprécier réellement …

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Dim 4 Nov 2018 - 10:29


Alors que la jeune Metaru s’était enfin arrêtée, faisant volteface pour savoir de quoi il s’agissait, c’est surtout son expression figée devant cette technique encore en développement m’arracha un rire amusé. Je savais que le cerveau humain avait du mal avec tout ce qui sortait de l’ordinaire, surtout lorsqu’il s’agissait de son quotidien. Habitué depuis toujours à associer l’homme à une créature ne possédant qu’une paire de bras, des éléments disproportionnels comme ceux dont je disposais présentement étaient pour lui bien plus perturbant qu’autre chose ; dans certains cas ceci aurait même pu faire office de genjutsu.
Un rapide coup d’œil à celle-ci, prenant état de ses aptitudes physiques « visibles » actuelles, je repris une bouchée de ma friandise, les yeux mis clos, un sourire sur les lèvres. Comme Reiko elle ne lésinait pas sur son entrainement, et comme elle, elle arrivait étrangement permettre à son corps de se reposer suffisamment pour supporter le rythme infernal que tous deux leur imposaient ; je devais l’admettre, ces demoiselles avaient mon respect pour ceci. J’avais bel et bien déjà tenu pareils rythmes, mais… pour être parfaitement honnête, voir de plus en plus de muscles se dessiner sous ma peau ne me sied guerre, aussi bien à cette époque que maintenant. Oui c’était actuellement la véritable raison pour laquelle je n’avais jamais vraiment poussé mon entrainement jusqu’aux portes célestes… L’esthétique :

- Haha… si seulement Yamiko… si seulement Répondis-je à sa première petite pique sur ma « prise de poids ».

Quelques kilos en trop auraient été tellement plus facile à vivre que de porter une nouvelle vie, mais justement, là était la différence ; ce long périple en valait la chandelle. Un sourire sur les lèvres, le regard pensif vis-à-vis de ceci, je jouais avec ce qu’il restait de la pâtisserie que j’avais entamée, me demandant auquel de nous deux allait ressembler cette petite créature ? À son père ? Ou à sa mère ? Naitrait-elle en bonne santé ... ? Et toutes les inquiétudes suivant son existence.

- Et non ne t’inquiète pas Yamiko chan, je ne vais pas accoucher maintenant, il y en a encore pour au moins quatre bons mois… et encore… poursuivis-je en caressant lentement mon abdomen. * Ce serait bien qu’Hisao arrive à se libérer pour assister à ta naissance toi…*

- Bien ! fis-je en finissant ma petite pâtisserie, frappant mes mains de chaire l’une contre l’autre alors que je m’efforçais de garder en activité sur quelque chose, juste histoire de continuer de m’exercer avant de reprendre. Aujourd’hui comme tu peux t’en douter l’exercice ne serait pas un entrainement entre nous deux… bien que je pourrais m’y lancer ce serait… déconseillé… Fis-je avec un petit rire une main sur le ventre. Non aujourd’hui je vais t’enseigner une de mes techniques, une technique de capture qui… j’en suis sure ira bien avec le style que nous voulons te développer. Poursuivis-je avec un clin d’œil complice.

Ayant déjà étudié le sujet, ou plutôt la manière dont j’allais la mettre sur la voie concernant ceci, je me redressai en laissant mes nombreux paquets sur le banc. Mettant un peu plus de distance entre la jeune Metaru et moi, je lui fis signe de rester à sa place avant de me mordre le doigt : * Te connaissant… et surtout vu mon état tu vas certainement essayer d’en profiter…*

- Kcuhyose ! M’exprimai-je après une série de mudra, posant ma main sur le sol. Seulement à peine le jutsu s’était-il déclenché que pendant un petit bond en arrière je m’étais empressée d’enchainer avec la technique du jour.



- ITAGAMIIIIII !!! Fit le rugissement de la hyène bondissant hors de la fumée générée par son invocation. Calme, je la regardai me filer droit dessus depuis les airs, fis un pas en arrière avant que celle-ci ne se fige en plein vol. S’agitant nerveusement quelques mètres au-dessus du sol, elle finit par comprendre ce qui lui arrivait alors que les fils s’enroulaient lentement autour d’elle : à… alors c... cette portée elle... elle se passe bien ? poursuivit ma prisonnière.

- Ho… très bien merci… et le clan ? fis-je comme si de rien était, parlant à mon amie à fourrure autour de laquelle se resserrais clairement les liens : b… bien bien… ! … D.. dis... tu… tu peux me faire descendre ? Devant mon silence, paniquant davantage dans sa prison qui se faisait de plus en plus oppressante alors qu’elle s’agitait.

- Voila ce que je te propose Yamiko, des fils si fins qu’ils en sont difficilement perceptibles poursuivis-je en ignorant les jérémiades de Shenzy. et bien assez robustes pour pour supporter de nombreuses attaques. C’est d’ailleurs le genre de Jutsu qui marcherais parfaitement contre quelqu’un qui comme Reiko ou toi se base beaucoup sur le corps à corps, parce que confiant de votre force, vous vous en servirez pour essayer de vous libérer… continuai-je en faisant passer mon doigt su un des fils, le faisant vibrer comme la corde d’une guitare. plus ils se resserreront autour de vous.. ou de la cible… serrant encore et encore jusqu’à commencer à s’incruster dans la chaire et… m’enfin tu imagines bien la suite.

- DACCORD DACCORD ITA J’AI PERDU ! EXCUSE-MOI !!! Mais tu sais que c’est dans notre nature d’essayer de prendre le commandement quand ont le peu gomen sort moi de là !!! S’exclama la quadrupède que je finis libérer, consciente qu’il ne restait que peu de temps avant que les fils n’entament sa chaire.

- Bien ! On s’y met ? Finis-je alors que la matriarche des hyènes posait enfin pattes au sol.

Spoiler:
 

_________________


Enceinte de 4 Mois 1/2

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Lun 12 Nov 2018 - 11:08
Ta sensei te rassure qu’elle n’accoucherait pas tout de suite car elle en avait encore pour quelques mois. Tu ne connaissais rien à la gestation mais tu doutais bien qu’elle pourrait très bien perdre son enfant si elle brutalisait son corps dans son état mais la Metaru t’apprend que ça ne sera pas avec elle que tu allais t’entraîner. Alors que tu te demandes avec qui tu allais devoir te battre, elle abandonne son banc et ses provisions puis se mord un doigt. Tu comprends alors que la jeune femme allait invoquer une créature. Ne connaissant pas grand-chose sur ta sensei, tu ne savais même pas qu’elle maîtrisait l’invocation.

La Metaru invoque une hyène. Un animal auquel tu ne t’attendais pas du tout mais ce n’était pas le genre de bête que tu détestais. Tu n’appréciais pas particulièrement non plus celui-ci mais tu n’étais pas là pour faire ami-ami avec alors tu t'en fichais de la bête.

A peine l’hyène était apparue qu’elle s’était fait capturer par son invocatrice elle-même. Toi-même tu trouvais l’acte bien mesquin mais tu comprends assez vite que c’était nécessaire car la bête ne semblait pas avoir bondi vers la Metaru pour quémander une embrassade mais plutôt pour l’attaquer.

Gardant ton calme, malgré la présence de la bête loin d’être amicale invoquée par ta sensei, tu écoutes cette dernière et son animal converser. La Metaru t’apprend ensuite que c’était cette technique qu’elle avait usée pour immobiliser l’hyène qu’elle désirait t’apprendre. Intéressée, tu te rapproches alors un peu plus, tout en faisant attention de ne pas te couper avec les fils si fins qui étaient en train de se resserrer dangereusement autour de sa proie que tu fixes d’un regard où dansait une lueur d’exultation face à la scène de torture si parfaite. Tu te demandes si ta sensei avait décidé de se débarrasser du félin mais à ton grand désenchantement, la jeune femme finit par libérer l’animal après que celui-ci s’était excusée auprès d’elle.

Déçue de ne pas assister à un éclatement des chairs, tu croises tes mains sous ta poitrine tout en fixant l’hyène de ton regard devenu froid comme habituellement. Tu retrouves cependant vite ta joie alors que tu penses avoir compris pourquoi ta sensei avait invoqué le félin au rire moqueur.

>> Je suppose que je dois capturer ce gros chaton ?

Tu avais parlé tout en toisant l’hyène alors qui tu t’étais mise déjà en position d’attaque : jambes légèrement écartées et pieds ancrés solidement sur le sol. Rapidement, tu malaxes ton chakra puis tu tentes de matérialiser des fils comme tu faisais avec des pieux, suivant l’enseignement de Kenshin. D’abord, tu dessines ce que tu veux obtenir dans ton esprit puis tu tentes de le créer dans la réalité sauf que les quelques fils que tu réussisses à matérialiser tombent sur le félin tels des cordes très fins qu’on a jeté dans les airs sans avoir attaché aucune exterminé …

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Being a good hunter

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: