Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Petit entraînement en couple [PV : Abuto]
Un nouveau regard [solo] EmptyAujourd'hui à 22:15 par Sekken Ryoko

» 2/Final. L'Empire du Feu
Un nouveau regard [solo] EmptyAujourd'hui à 21:32 par Gentoku M. Yamiko

» Or et plaisir [Yasei Reikan & Aditya]
Un nouveau regard [solo] EmptyAujourd'hui à 21:26 par Date Junko

» Un moment d'égarement × Junko
Un nouveau regard [solo] EmptyAujourd'hui à 20:44 par Date Junko

» 2/01. Faire tomber le masque
Un nouveau regard [solo] EmptyAujourd'hui à 20:12 par Metaru Itagami

» Mu Staki avec sa gueule de métèque
Un nouveau regard [solo] EmptyAujourd'hui à 19:16 par Mu

» Présages et réalités [Pv: Kansei]
Un nouveau regard [solo] EmptyAujourd'hui à 18:28 par Suzuri Takara

» Kokuen Akame [EN MODIFICATION]
Un nouveau regard [solo] EmptyAujourd'hui à 17:51 par Meikyû Raizen

» 2/02. Recroiser le fer [Victoire : Teikoku]
Un nouveau regard [solo] EmptyAujourd'hui à 17:33 par Hayai Taishi

» Cohabitation
Un nouveau regard [solo] EmptyAujourd'hui à 17:29 par Joo Jun

Partagez

Un nouveau regard [solo]


Un nouveau regard [solo] Empty
Ven 19 Oct 2018 - 10:03
Posée dans ma chambre, un livre à la main, je ne mis pas bien longtemps à remarquer les paroles agitées provenant de l’étage inférieur. Je ne pris tout d’abord pas la peine de vérifier de quoi il en retournait, lassée par le comportement de mon père. Ce ne fut que lorsque je réalisai qu’il discutait avec son frère que je pris la peine de lâcher mes études pour descendre les voir.

— Je te l’ai déjà dis, dis une première voix appartenant à mon père. Tu n’es plus le bienvenu dans cette maison !

— Ceci n’a rien à voir avec nos querelles, répondit Koda avec une pointe d’exaspération. Je suis juste venu voir Hisa, à moins que tu souhaites revenir sur notre accord.

Perchée silencieusement en haut des escaliers, j’osai enfin apparaître en entendant mon nom. Je n’avais aucune idée de quel accord il parlait et cela m’intriguait, mais je l’étais davantage par ce qu’il me voulait. En m’apercevant, mon père lâcha un long soupir et mon oncle un sourire sobre.

— Bonjour, vous parliez de moi ?

— Salut Hisa, viens avec moi, on va s’entraîner.

Mon père, affalé dans son fauteuil, se releva alors subitement, malgré un léger vacillement dû à son alcoolémie. Il semblait particulièrement énervé par la situation.

— On est encore chez moi ici et c’est encore ma fille ! T’es qui pour venir nous donner des ordres ainsi ?!

Le sourire sur le visage de Koda s’effaça rapidement. Après un long regard silencieux en direction de son frère, il se tourna vers moi et me fit signe de le suivre.

— Je me permets d’insister, je ne compte pas vous demander votre avis.

Si la tension entre les deux m’était habituelle, j’avais du mal à saisir pourquoi il m’incluait dans son injonction. Face à son regard des plus sérieux et au silence de mon père qui s’était rassis, je m’exécutai. Je suivis alors Koda jusqu’à l’extérieur de la maison.

Saisissant mon équipement d’entraînement sur le trajet je fus arrêtée par un geste de sa part.

— Tu n’auras besoin de rien pour cet entraînement.

— Ah... on va faire quoi ?

— Tu verras.

J’étais totalement déboussolée, c’était la première fois que je le voyais se comporter aussi froidement à mon égard. Je devinai rapidement qu’il me reprochait quelque chose, sans être capable de mettre la main sur ce dont il s’agissait.

Ce fut alors dans un silence mortifère que nous prîmes la route. Je pensais tout d’abord que notre direction était le dojo clanique, mais ce ne fut pas le cas. Ma deuxième hypothèse fut les hauts plateaux puisque nous en prenions la direction pendant un moment. Face au silence de Koda et son regard sévère, je me contentai de lui suivre sans oser le questionner à nouveau.

À ma surprise, mon oncle continua sa route une fois arrivé aux plateaux pour se diriger vers les hautes montagnes. Je savais bien que nous dépassions les limites autorisées du village. Accompagnée d’un jonin, je ne devais probablement pas risquer grand chose, mais son mutisme devenait de plus en plus perturbant.

_________________
Un nouveau regard [solo] 1535023072-ezgif-com-add-text
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Un nouveau regard [solo] Empty
Sam 20 Oct 2018 - 16:25
Nous marchâmes deux bonnes heures à travers les montagnes, gagnant peu à peu de l’altitude. Puis, sans prévenir, il s’arrêta au milieu de nulle part. L’hiver commençait à peine à se montrer au village, mais à l’altitude où nous étions, l’air était gelé et le vent glacial.

Il se tourna alors enfin vers moi, montrant toujours un visage inhabituellement sévère.


— J’ai appris les détails de ce qu’il s’est passé à Tetsu. Je t’ai laissé du temps pour t’en remettre, mais ce temps est terminé. Trois mois à rester enfermé, ce n’est pas tolérable.

Ses mots étaient particulièrement violents, mais surtout parce qu’ils étaient véridiques. Rien ne pouvait excuser mon comportement, je baissai la tête devant lui.

— Ne va pas non plus penser que je vais t’accorder plus de temps parce que tu fais preuve de faiblesse. C’est à toi seule qu’il revient la charge de corriger tes torts. Pour cela, tu vas rester ici jusqu’à ce que je vienne te récupérer. Je ne peux t’obliger à rien, mais si tu sors des montagnes ou que tu retournes au village avant cela, je te laisse imaginer les conséquences.

Sur ces mots, il s’éclipsa rapidement me laissant seule dans le froid. Si je ne voyais pas ce qu’il espérait de ce challenge, je comprenais parfaitement ce qu’il entendait par conséquence. S’il était impossible de retirer le titre de Samouraï à quelqu’un, les sanctions restaient nombreuses. Malgré les liens que j’entretenais avec Koda, je le savais parfaitement capable de m’exclure des affaires de la famille.

Je me retrouvais ainsi bien vite assise sur le sol enneigé au bord d’un ravin. De là où j’étais, un panorama du village et de ses alentours s’offrait à moi. Cette vue magnifique contrastait avec les nombreux ressentiments qui s’accumulaient dans mon esprit. Le vent violent et glaciale qui venait brûler ma peau me fit désagréable au début, mais plus le temps passait, plus je réalisais qu’il calmait les ardeurs de mes pensées.

En position de méditation au bord du vide, je contemplais la vue tout en essayant de comprendre ce qu’il cherchait à accomplir avec cet entraînement. Ma résistance au froid n’était pas un secret pour lui, ni ma patience. Je pouvais facilement tenir quelques jours dans ces conditions grâce aux sceaux que je gardais sur moi en cas d’urgence. Nourriture, eau, vêtements, je ne manquais jamais de rien. La température risquait d’être un souci s’il s’absentait longtemps, mais j’avais déjà dû faire des exercices de survie en hautes montagnes, notamment à l’académie. Je connaissais les différentes techniques pour tenir malgré l’hiver.

_________________
Un nouveau regard [solo] 1535023072-ezgif-com-add-text
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Un nouveau regard [solo] Empty
Sam 27 Oct 2018 - 17:10
La première journée fut assez tranquille, ma plus grande préoccupation était les émotions conflictuelles qui obscurcissaient mon esprit. Les paroles de Koda se répétaient en boucle dans ma tête et me faisait me questionner sur mon propre comportement. J’avais essayé de me convaincre pendant tout ce temps que je restais cloîtrée pour me retrouver et faire la paix avec ce qu’il s’était passé, mais ce n’était qu’un grand déni. Après trois mois, mes sentiments étaient les mêmes et je me posais les mêmes questions, je n’avais fait que fuir le monde et repousser l’échéance à plus tard.

En attendant de comprendre la raison de la présence en ce lieu, je décidai de m’entraîner au sabre la deuxième journée. La rigueur du climat m’obligeait à essayer de me réchauffer constamment et rester près d’un feu de camp n’était pas très productif, surtout que la nuit fut particulièrement éprouvante.

Éloignée du village et perdue en altitude, j’étais à l’abri des regards indiscrets et n’avait pas besoin de me retenir mes coups. J’utilisai mon sceau de remplacement de sabre pour récupérer mon second katana, me faisant réaliser au passage que je ne pouvais plus me permettre de me déplacer ainsi désarmée.

Ce fut le flanc de la montagne qui subit mon entraînement. Bien que ce fut un choix par défaut, je réalisai bien vite l’intérêt d’une telle cible. Le moindre coup se devait d’être puissant et maîtrisé sans quoi la lame ne pouvait supporter le choc contre la roche. Coup par coup, je me mis donc à découper des parois rocheuses tout en changeant de place régulièrement pour éviter de provoquer un éboulement dangereux.

La deuxième journée me sembla bien longue, surtout que mes réserves de chakra étaient bien limitées et que je les épuisais bien vite en y mettant autant d’intensité. C’était cependant cette dernière qui me permit de progresser réellement, plus la fatigue s’emparait de mon corps, plus la brume qui paralysait mon esprit se dégageait. Ce ne fut qu’une fois que le climat glaciale eu finit de mettre à mal l’ensemble des forces qui luttaient inlassablement en moi que je réalisai qu’il s’agissait là de la raison la plus probable de ma présence en ces lieux. Il était évident que Koda m’avait fait venir en conséquence de mon isolement, il n’était pas du genre à choisir des sanctions qui n’étaient pas productives.

Il était encore un peu tôt pour savoir s’il avait eu raison, mais plus mon corps perdait de ses forces, plus je me sentais mieux. À la fin de la deuxième journée, alors que je n’avais plus la force de continuer mon entraînement, le feu de camps chargé de garder ma température corporelle semblait bien dérisoire face aux vagues de neige qui frappaient périodiquement contre ma couverture.

Si même avec mon jeune âge, j’avais déjà vécu des expériences plus rudes que celle-ci, ne pas savoir combien de temps il me restait était le plus dur. En essayant de m’endormir, je réalisai que cet entraînement n’avait comme fin que l’arrivée de Koda, mais ce dernier n’avait pas céder la moindre information à ce sujet. S’il s’agissait de quelques jours, cela restait réalisable, mais je n’osais imaginer attendre plus d’une semaine en ces lieux. Cette pensée, renforcée par la baisse continue de la température, compensait largement ma fatigue physique dans ma quête de repos.

_________________
Un nouveau regard [solo] 1535023072-ezgif-com-add-text
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Un nouveau regard [solo] Empty
Ven 2 Nov 2018 - 14:55
Après une nuit particulièrement éprouvante, le feu s’était éteint et mes membres étaient engourdis. Ma motivation à m’entraîner ne reposait presque plus que sur la nécessité vitale de me réchauffer. Alors que je me remettais à découper de la roche, je finis par remarquer la présence d’un témoin original. Perché à une bonne cinquantaine de mètres au dessus de moi, sur une branche suspendue dans le vide au bord du ravin, un rapace d’une taille impressionnante. Si je n’étais pas une experte dans la faune et la flore locale, je reconnu rapidement l’animal comme étant un faucon. Il semblait m’observer avec attention, probablement aussi curieux de ma présence que je l’étais de la sienne.

D’un pas calme et assuré, je me mis à marcher le long de la paroi pour m’approcher de lui. Bien que ce n’était pas la première fois qu’il m’était donné l’occasion d’en apercevoir un de mes propres yeux, je n’avais pas grand chose d’autre à faire que de l’observer à mon tour. Probablement surpris et inquiet de me voir gravir ainsi la distance nous séparant en défiant les lois de la gravité, il s’envola de son perchoir pour disparaître de mon champ de vision. Légèrement déçue, je redescendis pour reprendre mon découpage de cailloux.

Il ne me fallut patienter que quelques minutes supplémentaires pour le voir réapparaître au même endroit, jetant à nouveau son regard sur moi. J’ignorais s’il attendait simplement que le froid m’emporte pour se repaitre de mon cadavre, mais ma curiosité m’empêchait de l’ignorer. Koda m’avait déjà donné une leçon quand j’étais plus jeune sur les faucons et leur manière de scruter la moindre ouverture chez leur proie avant d’attaquer rapidement sans leur laisser l’occasion de se défendre. Je ne savais pas pourquoi ce souvenir me revint ainsi, surtout qu’il était peu probable que je fus une proie de prédilection du rapace. Ce n’était pas dans leur comportement habituel d’attendre la mort de leur proie et il devait bien se douter que j’étais trop grande pour qu’il pût avoir la moindre chance en cas d’attaque.

Voyant son inaction totale et me doutant qu’essayer à nouveau de m’approcher était futile, je décidai de reprendre mon entraînement. À rester figée sur place, je commençais à refroidir mes muscles.

Quelques minutes après, alors que la roche qui me faisait face voyait sa stabilité se réduire dangereusement sous les coups de mon arme, je changeai à nouveau de position. Ce ne fut alors que lorsque je remarquai le rapace quitter également son perchoir pour me suivre que je confirmai qu’il était réellement en train de m’observer. Incapable de faire quoi que ce soit d’autre pour satisfaire ma curiosité, j’effectuai une technique de détection de chakra à son égard, son comportement étant très étrange. Ma première hypothèse était qu’il s’agissait d’une technique destinée à me surveiller ou à me faire une blague, provenant de Koda ou d’un individu m’ayant repéré.

Je ne détectai pas la moindre influence de chakra sur l’animal, mais ce dernier en dégageait tout même une quantité impressionnante. Incapable de comprendre sur le moment un tel phénomène, je me rappelai rapidement ma rencontre avec le chuunin Kazan et son collègue bison. Les deux animaux possédaient tous les deux une réserve de chakra digne d’un shinobi. Pouvait-il s’agir d’une invocation de Koda destinée à surveiller si j’effectuai bien l’entraînement qu’il m’avait assigné ? C’était possible, mais il n’avait jamais évoqué le moindre pacte. Cela n’excluait pas la possibilité pour autant, Koda était très réservé sur ses propres capacités, à tel point que je n’avais découvert que récemment qu’il maitrisait le Genjutsu. Ce dont je pouvais cependant être certaine était que ce faucon n’était pas un simple animal curieux de ma présence.

— Vous comptez rester là à m’observer pendant longtemps ?

Déjà que le simple fait d’être bloquée dans ces montagnes en hiver était une épreuve assez rude, je n’avais pas l’intention de faire comme si ce rapace n’était pas présent. Je n’eus pas de réponse de sa part, mais son regard persistant sembla changer légèrement lorsque je m’addressai directement à lui. Je ne savais pas s’il ne s’agissait que d’un simple excès d’imagination de ma part ou si tout cela faisait parti d’un test créé par Koda et cela me frustrait considérablement. Je n’allais cependant pas me mettre en chasse de cet animal, d’une part parce qu’il ne m’avait rien fait et d’autre part, parce que chercher à capturer un faucon dans des montagnes était une tâche bien trop laborieuse. S’il ne voulait pas me répondre ou si je me trompais entièrement à son sujet, dans les deux cas je ne pouvais pas y faire grand chose. Je me mis donc à reprendre mon entrainement.

_________________
Un nouveau regard [solo] 1535023072-ezgif-com-add-text


Dernière édition par Nagamasa Hisa le Ven 2 Nov 2018 - 17:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Un nouveau regard [solo] Empty
Ven 2 Nov 2018 - 15:38
Ma curiosité ne fut donc pas satisfaite et le rapace restait à mes côtés en silence. Si cela me fut assez difficile d’y faire abstraction au début, je finis par passer outre au bout de plusieurs heures. Si l’animal ne désirait qu’observer mon entrainement, il me fallait au moins le faire correctement. Ce dont je ne m’attendais toutefois aucunement c’était que ce petit manège continuât pendant plusieurs jours. Chaque jour qui s’écoulait épuisait grandement mes forces et mes réserves de nourriture. A partir de la cinquième journée, il ne me restait plus que des rations de survie et de l’eau que j’étais obligée d’économiser le plus possible. A partir de la dixième, lorsque mes réserves d’eau arrivaient à leur fin, que le faucon était toujours entrain de m’observer, que Koda n’était toujours pas revenu et que mon corps commençait à montrer des signes alarmants, je commençai à paniquer intérieurement. Je n’avais aucune idée du temps qu’il me restait à tenir et surtout, du nombre de jours que j’étais encore capable d’endurer. Le pauvre feu de camp que j’alimentais régulièrement depuis le début n’était pas suffisant pour garder la température de mon corps à un niveau suffisant. A partir du sixième jour, je m’étais mis à rechercher une grotte ou ne serait-ce qu’un abri sommaire pour lutter contre le vent glaciale des nuits d’hiver, mais sans aucun succès. La durée de mes entrainements se réduisait chaque jour progressivement, mes coups étaient moins forts et moins précis, ma respiration était devenu lente et difficile.

Ce ne fut que le onzième jour que je commençai à regarder le rapace avec un nouveau regard. Il ne m’était d’aucune assistance, ne semblait pas être particulièrement gêné par le froid et rester à proximité de moi en permanence. Il était probablement là pour s’assurer que je restais bien en vie, mais j’avais du mal à le voir autrement que comme un morceau de viande entourée d’un bon plumage. Il ne m’avait fait aucun mal, mais son refus de communiquer tandis que j’étais condamnée la solitude ne plaidait pas correctement en sa faveur. Je pris donc la décision de le chasser. Je doutais être capable d’y arriver, mais je n’avais pas grand chose à perdre et l’ennui profond qui s’emparait progressivement de moi m’était insupportable. Ainsi, au lieu de commencer mon entraînement à l’aube comme à mon habitude, je décidai de me diriger directement vers l’animal. Ce dernier ne réagit pas vraiment à mon approche, probablement habitué à mes déplacements innocents de ces derniers jours. Lorsque je ne fus qu’à une demie-douzaine de mètres de lui, j’utilisai mon chakra pour charger dans sa direction avant de frapper du sabre sur lui. C’était le moment de vérité, soit il s’agissait réellement d’un animal maitrisant le chakra et il allait être contraint de me le prouver, soit j’allais pouvoir profiter d’un vrai repas et d’une nouvelle couverture.

_________________
Un nouveau regard [solo] 1535023072-ezgif-com-add-text
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Un nouveau regard [solo] Empty
Ven 2 Nov 2018 - 16:47
Ma lame fut immédiatement contrée par un mouvement d’aile de l’animal qui vint la percuter avec ses serres. Il s’envola alors aussitôt pour mettre de la distance entre nous. Mon assaut avait échoué, mais j’avais au moins obtenu la réponse que j’attendais depuis longtemps, il s’agissait bien d’un animal particulier.

— Non, mais t’es complétement folle ou quoi ?! Je me fais chier à attendre pendant des jours dans le froid à regarder une gamine s’amuser avec son sabre et c’est comme ça qu’on me remercie ? C’est la dernière fois que je rends service à Koda... Je vais aller lui dire deux mots à ce samouraï.

Sur ces mots, il s’envola en direction du village. Je devais bien avouer que ce n’était pas vraiment la réaction que j’attendais de sa part. Je savais désormais qu’il était bien lié à Koda, mais je me sentais un peu coupable désormais de l’avoir attaqué ainsi. Je m’installai ensuite sur son perchoir, observant le village en contrebas. Je doutais avoir pris la bonne décision, mais j’allais enfin avoir du changement. Si mon oncle avait décidé de placer un animal pour me surveiller, il était peu probable que ce dernier n’eut pas de remplaçant.

Je n’eus d’ailleurs pas à attendre bien longtemps pour voir apparaitre un second faucon au loin. Au fur et à mesure qu’il se rapprochait, je pus remarquer que sa taille n’avait rien à voir avec celle du précédent. Ce fut une bête majestueuse de plus de deux mètres de haut qui se posa à proximité de moi avant de rabattre ses ailes violemment, provoquant un grand souffle dans ma direction. Je fus ainsi contrainte de me tenir fermement au rebord de la falaise pour m’empêcher de tomber.

— J’ai bien l’impression que tu as contrarié Kawamashi, il sait se montrer assez susceptible malgré sa patience. Je me présente, Yuusuo, du clan Kyuushuu.

— Enchantée, Yuusuo, je suis Nagamasa Hisa, même si tu dois t’en douter. Désolé d’avoir été déplacée avec Kawamashi, j’ai un peu de mal à gérer ma situation.

Yuusuo se pencha alors un peu pour m’observer de plus près. Il semblait vouloir me jauger du regard.

— Il est vrai que tu as l’air d’avoir eu du mal à endurer cet exercice. Tu tenais tant que ça à y mettre fin ? Non je n’ai pas l’impression qu’il s’agissait de cela... Tu voulais probablement juste être fixée sur l’identité de Kawamashi... Il n’y avait pas d’autres méthodes pour cela ?

Il était vrai que ma méthode était un peu expéditive, mais je ne pouvais répondre à sa question ne voyant pas d’autres solutions aussi efficaces.

— Mais ne t’inquiète pas, il n’est pas du genre à rester fâché bien longtemps. Bon, Koda nous avait demandé de te surveiller sans donner plus de précision, mais si c’est moi qui doit m’en charger, il est hors de question que je reste pendant des heures à rien faire. Tu vas m’affronter, ça nous passera le temps.

En entendant la déclaration du rapace, je tirai mon sabre de son fourreau avant de me mettre en position de combat. J’étais physiquement exténuée et Yuusuo me semblait bien fort, mais avec l’ennui que j’avais accumulé, j’étais contente d’avoir un partenaire d’entraînement.

— Pas d’hésitation, c’est bien. Je vais être juste envers toi, tu as été observée pendant près de deux semaines, je vais te montrer la puissance du clan Kyuushuu.

D’un mouvement d’aile particulièrement rapide pour un être de sa taille, il décolla du sol avec panache. En moins de temps qu’il me fallait pour réagir, il s’était retrouvé à une dizaine de mètres au dessus de moi. Il tournoya légèrement dans un ballet aérien avant de piquer dans ma direction.

Fixée sur mes appuis, tenant fermement la poignée de mon sabre chargé en chakra, j’étais prête à l’accueillir. Je fus cependant prise au dépourvu lorsqu’il s’arrêta à quelques mètres avant de rabattre ses ailes devant lui, provoquant une vague de vent suffisamment puissante pour me décoller du sol. Précipitée dans le vide qui se trouvait derrière moi, j’étais incapable de réagir. Il en profita donc pour continuer sa chute vers moi. Sans appui, mes mouvements défensifs de sabre furent dérisoires contre ses mouvements aériens précis. Il réussit sans aucun mal à me saisir et m’immobiliser complètement en plaçant ses serres tout autour de moi.

Avec ma petite taille, il n’eut aucun mal à me soulever dans les airs et à m’emmener en altitude. Au bout de quelques secondes d’ascension, il se décida enfin à me libérer, me laissant chuter en contrebas.

La chute fut violente et eut raison de mes dernières forces. Je n’étais définitivement pas suffisamment en forme pour affronter un adversaire de ce niveau. Me voyant peiner à me relever, Yuusuo se posa délicatement à proximité.

— Je suis désolée de faire un si piètre adversaire...

— Qu’est-ce que tu racontes ? C’était amusant, non ? Je plaisantais un peu, j’avais bien remarqué que tu n’étais pas en état, mais je devais une faveur à Kawamashi. Mais pour avoir accepté tout de même, je te remercie.

Si c’était ce qu’il considérait comme amusant, je commençais un peu à comprendre comment ils avaient fini par être liés à Koda.

— Repose toi un peu près du feu, on ira chasser quand tu iras un peu mieux.

J’acquiesçai silencieusement avant de me relever avec peine. J’avais du mal à saisir la personnalité du rapace, mais malgré son humour douteux, il restait sympathique. Il avait également évoqué une chasse, ce qui n’était pas du tout dans mes compétences, mais l’idée me plaisait grandement. Les faucons étaient considérés comme d’excellents prédateurs et vu la puissance de celui-ci, j’avais confiance en sa capacité à nous faire manger de la viande rapidement. Ce fut donc avec l’eau à la bouche que je me recouchai au bord du feu de camp.

Ma première sensation au réveil fut une chaleur réconfortante qui me recouvrait entièrement. En ouvrant les yeux, je réalisai que Yuusuo s’était installé autour de moi, me faisait profiter du confort de ses ailes pour m’aider à récupérer. Jusqu’alors, je ne voyais Kawamashi et lui que comme des surveillants, mais leur mission semblait réellement être de me protéger alors qu’ils ne me connaissaient pas. Même s’il s’agissait de la décision de Koda, cela me touchait de voir Yuusuo ainsi et je commençais à m’en vouloir vraiment de m’être pris à son prédécesseur. Toujours était il que ces quelques heures de repos à l’abri des températures glaciales extérieures me fut d’un grand secours. L’ensemble des symptômes que j’avais développé durant la dizaine de jours passée dans le froid n’avait pas non plus disparu, mais je sentais mon corps regagné par une vague d’énergie. Mes membres ne semblaient plus être complétement rigide et pour la première fois depuis mon arrivée, je me sentais réellement motivée à aller me chercher de la nourriture.

— Maintenant que tu es réveillée, on va pouvoir aller chasser. J’y serais bien allé pendant ton sommeil, mais comme je te l’avais proposé. Allez, monte sur mon dos !

_________________
Un nouveau regard [solo] 1535023072-ezgif-com-add-text


Dernière édition par Nagamasa Hisa le Mar 6 Nov 2018 - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Un nouveau regard [solo] Empty
Mar 6 Nov 2018 - 14:23
Je m’attelai donc à m’installer sur le dos de Yuusuo, légèrement excitée à l’idée d’avoir l’occasion de voler ainsi. J’avais déjà eu la chance de parcourir les cieux grâce à la maîtrise fuuton d’un proche, mais je devinais que ce n’était pas la même sensation. La position n’était pas évidente à tenir, l’animal était morphologiquement moins adapté à la monté que les équidés. Sa grande taille faisait cependant office de sécurité en me permettant d’avoir beaucoup de place pour me poser. L’important pour moi était d’ajuster correctement ma prise pour m’éviter de tomber au premier virage.

— Ça va, t’es confortable là-haut ?

Sans attendre de réponse, il souleva ses ailes avant de les battre deux trois fois pour s’assurer que ma position n’entravait pas la fluidité de ses gestes. Il battit alors une nouvelle fois pour décoller.

En quelques secondes seulement, nous avions quitté le sol et commencions à survoler les montagnes. La sensation du vent glaciale me sembla immédiatement moins désagréable. J’étais toujours en hypothermie, mais cela ne me faisait pas regretter ma décision de l’accompagner.

Ce fut en levant légèrement la tête que je réalisai la chance qui m’était donné. La vue du village depuis les montagnes était magnifique, mais ne tenait pas la comparaison avec ce qui s’offrait à mes yeux. Était-ce là une partie de ce que voulait me montrer Koda ? Un sentiment de liberté sans limite comme leçon pour des mois passés enfermés.

Pendant que je m’extasiais sur cette expérience, Yuusuo lui n’y prêtait guère attention, cherchant avec ferveur la moindre forme de vie comestible se trouvant dans ces montagnes.

— Tu veux que je t’amène plus loin, pour chasser dans la forêt ?

— L’envie ne me manque pas, je pourrais explorer l’ensemble du continent ainsi, mais Koda m’a interdit de quitter les montagnes avant son retour.

— C’est toi qui vois, jeune Samouraï. Il doit bien rester de quoi manger dans les montagnes.

En quelques battements d’ailes, il se retourna pour atteindre l’autre flanc de la montagne. Son regard semblait être perdu vers le sol. J’avais beau tenter de chercher avec lui, mes yeux n’étaient pas suffisamment puissant pour discerner les formes en contrebas.

Nous errâmes ainsi dans les cieux pendant plusieurs minutes en scrutant le moindre mouvement. Ce fut cependant un cri perçant qui attira en premier notre attention.

— Karyuudo !

Je ne compris pas immédiatement la réaction de ma monture, mais je réalisai bien en le voyant se précipiter que quelque chose n’allait pas. La balade aérienne à laquelle j’avais eu droit jusqu’alors était terminé. Le faucon accéléra pendant quelques secondes vers l’origine du bruit avant de descendre en piquet.

Je compris alors soudainement que le cri entendu n’était autre que celui d’un autre rapace. Plaquée contre Yuusuo, me tenant de toutes mes forces pour résister à la vitesse, il m’était impossible de distinguer ce qu’il se déroulait en contrebas. Ce ne fut que lorsqu’il se redressa enfin que je pus relever la tête. J’aperçus alors un faucon au sol, une flèche lui traversant l’aile droite, entouré d’un petit groupe d’hommes. En voyant leur équipement, ils étaient probablement des braconniers.

— Raah ! Si j’attaque, je risque de le blesser. Faudrait que je me rapproche.

Il n’en m’en fallait pas plus pour me convaincre. Ces faucons avaient accepté de me protéger sans même me connaître, je ne pouvais laisser l’un des leurs se faire attaquer sans réagir. Je me relevai alors rapidement sur le dos de Yuusuo avant de plonger dans le vide. La distance qui me séparait du sol était assez grande, mais j’avais confiance en ma capacité à résister à la chute.


_________________
Un nouveau regard [solo] 1535023072-ezgif-com-add-text
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Un nouveau regard [solo] Empty
Mar 6 Nov 2018 - 14:23

En atterrissant entre les braconniers et leur proie, je ressentis une vive douleur me saisirent les jambes et le dos, mais rien d’insurmontable. Je me relevai alors doucement avant de porter ma main sur la garde de mon sabre.

— Faites demi-tour, je ne peux vous laisser vous emparer de ce faucon.

Deux d’entre eux se mirent alors à rire et un troisième se rapprocha légèrement en me scrutant du regard.

— Je ne sais pas ce qu’une gamine d’Iwa fait ici, mais tu devrais rentrer chez toi, il fait froid ici. Et puis, ce n’est pas comme si qu’on allait partir dans notre repas.

Je jetai un rapide coup d’œil en arrière, voyant ainsi que l’état du faucon n’était pas glorieux. Je ne devais pas perdre de temps avec ces hommes pour lui porter secours. Je tirai alors ma lame de son fourreau avant de le faire briller en lui infusant du chakra.

— Ce faucon est important, alors je ne vous le redirais qu’une seule fois, partez où je vous considérai comme des ennemis.

Mes menaces enlevèrent leur sourire de leur visage, mais ils ne plièrent pas pour autant. Lorsque le plus téméraire d’entre eux s’approcha de moi arme à la main, probablement pour me tester, je tranchai cette dernière en deux avant de donner un coup dans l’arrière de son genou. Cela l’amena immédiatement au sol dans un hurlement. Je posai alors ma lame encore légèrement ensanglantée contre son cou en regardant ses camarades.

— Cet animal a besoin de soin et le faucon aussi, je n’ai vraiment pas de temps à perdre avec vous.

Cela ne me procurait aucun plaisir de blesser et menacer un homme ainsi, mais je ne pouvais perdre de temps avec ce genre de détails.

— T’es complètement folle ?! Tu t’en prends à un humain pour protéger une bête, les shinobis se croient vraiment tout permis. Allez les gars, récupérer Roger et on se casse.

Un autre homme s’approcha alors de moi d’un pas hésitant. Il attendit que je retirât mon arme pour saisir son camarade avant de reculer. Le petit groupe continua alors de me jeter des regards noirs avant de s’éclipser. Ce genre de méthode n’était pas très appréciable, mais montrait toutefois une efficacité certaine. Une bourrasque de vent me fit alors lever les yeux au ciel pour y apercevoir Yuusuo, traversant avec difficulté la cime des arbres pour nous rejoindre.

— Je ne saurais te remercier pour ton assistance Hisa, tu peux juste m’aider à récupérer Karyuudo ?

Je m’exécutai aussi en soulevant l’animal qui fit alors une série de jappements plaintifs.

— Karyuudo n’est pas comme les membres de mon clan, il n’est pas capable d’utiliser votre langue. Il reste important à mes yeux cela dit.

— Dans ce cas, il est important aux miens également. Vous avez veillé sur moi pendant tout mon séjour dans ces montagnes et fait découvrir la joie de voler dans les cieux, je ne peux qu’avoir une dette envers vous.

— Je commence à comprendre pourquoi Koda voit du potentiel en toi. Je connais bien le Bushido et les Samouraïs, mais c’est bien la première fois que je vois quelqu’un de ton âge risquer ainsi sa vie pour autrui.

J’installai alors Karyuudo avec moi sur le dos de Yuusuo, le laissant s’envoler à nouveau pour l’amener obtenir des soins.

— C’est fort aimable à vous, mais mes motivations étaient principalement dues à ma reconnaissance en vos actes, rendre simplement ce que vous m’avez donné.

— Que tes motivations soient égoïstes ou pas, si tes actes sont dictés par la bienveillance et le respect, cela revient au même pour moi.

Les mots de Yuusuo me faisaient particulièrement plaisir. Après tout ce qu’il s’était passé, cela m’était agréable d’entendre des compliments sur mes actions. Il fit alors démonstration de sa vitesse en se précipitant vers les sommets des montagnes.

Nous arrivâmes en quelques minutes dans ce qui ressemblait à un refuge pour rapace, voire un sanctuaire, perdu entre deux montagnes, pratiquement inaccessible pour quiconque ne sachant pas voler. De nombreux volatiles nous observèrent arriver, leurs regards se posaient aussi bien sur la personne que sur celle de l’être que je tenais dans mes bras.

— Bienvenue chez nous ! Tu as de la chance, rares sont les humains ayant déjà foulé ces terres, dis Yuusuo en me regardant avant de s’adresser aux spectateurs. Allez chercher le guérisseur, on a un blessé !

Alors qu’on se posait doucement sur une corniche, un vieux faucon à l’allure étrange s’approcha de nous. Il vint ensuite saisir Karyuudo que je lui tendis a bout de bras avant de descendre au sol. Yuusuo se tourna alors vers moi.

— Je dois bien dire que je ne m’attendais pas à cela. J’étais censé te tester pour décider si tu étais digne de signer un pacte de sang avec nous, mais avec ces événements, je ne vois pas comment je pourrais te le refuser. Alors qu’en dis-tu jeune Samouraï ?

Un pacte de sang... L’idée ne m’avait même pas effleuré l’esprit. J’avais du mal à saisir s’il s’agissait ou non de l’intention de Koda depuis le départ, mais l’honneur qu’on me faisait était bien trop grand pour pouvoir refuser.

— Vous m’honorez par cette proposition et je ne peux qu’accepter. Mais êtes vous sûr de vouloir vous engager avec quelqu’un comme moi ?

— Ne te sous-estime pas, tu as été entraînée par des grands guerriers et tu es bien meilleure qu’ils ne l’étaient à ton âge. L’expérience et la maturité ne peut venir qu’avec le temps, ce sera à toi d’honorer cette confiance.

Ses mots faisaient écho en moi, il semblait sincère et cela réchauffait mon cœur. Il sortit alors un grand rouleau qu’il déroula devant moi. Je pus lire dessus le nom de mon oncle, ce qui ne me surprit pas vraiment, mais également celui de mon grand-père.

— Tous les membres de ma famille ont décidé de garder le secret à ce sujet ?

— Disons simplement qu’ils voulaient tous les deux garder secret certaines de leurs compétences. Rien ne t’oblige cependant d’en faire de même, tu suis ta propre voie.

J’acquiesçai alors avec un sourire. Il avait raison, surtout que je n’aimais pas garder des secrets aux autres. Après une grande inspiration, je découpai le bout de mon doigt pour inscrire mon nom sur le parchemin.

Aussitôt Yuusuo émit un long jappement tonitruant qui fut suivit par ceux de la majorité des rapaces autour de nous.

— Une fois encore, le clan Kyuushuu se voit lié au clan Nagamasa ! Comme dans de nombreuses batailles par le passé et de nombreuses autres à venir, la voie du Bushido vaincra nos ennemis !

_________________
Un nouveau regard [solo] 1535023072-ezgif-com-add-text
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3775-nagamasa-hisa http://www.ascentofshinobi.com/t4475-carnet-de-nagamasa-hisa

Un nouveau regard [solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: