Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji)

Aller à la page : Précédent  1, 2
Nobuatsu Saji
Nobuatsu SajiEn ligne

[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji) - Page 2 Empty
Lun 29 Oct 2018 - 17:00
Après avoir reçu le rapport écrit de la situation, Wutu-Fuku en tant que chef prend une décision difficile pour le bien de la mission. Il prend le risque d’agir comme appât afin de distraire les missiles explosifs qui les attendent à l’extérieur. Son mouvement est lent et solennel alors qu’il descend les escaliers, comme s’il se préparait mentalement à se lancer dans l’arène. Une fois arrivé en bas, le Kaguya retire son kimono qu’il confie à leur allié aveugle, afin de ne pas être encombré dans la manœuvre qu’il s’apprête à exécuter. Un temps de préparation. Son regard est déterminé et plus sérieux que jamais. Quelque chose vient d’arriver. Il est impossible de voir la différence à l’œil nu au moment où il se tient debout. Mais on sent dans sa posture que quelque chose vient de changer en lui. Et les trois autres allaient très vite s’en rendre compte. Il se lance. Quelle vitesse incroyable. Wutu-Fuku charge dans l’arène blanche, laissant derrière lui des traces de ses geta dans la neige teintée de rouge. Son pas est rapide et bien plus léger que n’importe quel autre shinobi que Saji ait pu voir jusqu’ici. Une technique de taijutsu ? Ou serait-ce… lié à son kekkei genkai ? Une technique Kaguya ? L’un ou l’autre. Le Kaguya continue à courir le plus loin possible de l’entrée afin d’éloigner les projectiles et offrir une ouverture à ses genins pour entrer en jeu. Désormais, on pourrait presque voir la lueur orangée des parchemins explosifs qui s’embrasent et fusent dans l’air. C’est leur chance. Tandis que Kuzan fonce la tête la première dans l’obscurité sans demander l’aide du vieil aveugle qui a le don de détecter l’ennemi, Saji s’arrête un moment pour l’écouter, à l’abri contre le mur en attendant de recevoir les indications.

« Deux ennemis. Sur le côté droit. Dans les buissons. Deux ennemis. Côté gauche. Un sur le plus grand arbre qui borde la route. L’autre est à couvert derrière le même arbre. »

Saji acquiesce tandis qu’il entend son ami lui crier qu’il se chargeait d’attaquer à droite. Dans ce cas il se chargera de couvrir les ennemis du flanc gauche. Avant de foncer, le sabreur réalise que même si le Kaguya est en train de créer une diversion avec ses bruits de pas, il serait très facile pour les lanceurs de kunaï de l’entendre arriver vers eux. Il a une idée. Saji sort lui-même un kunaï de sa sacoche auquel il attache un parchemin explosif. Il laisse le parchemin brûler dans sa main pendant deux secondes. Il inspire puis se met à courir rapidement tout en composant un mudrâ. Sa technique martiale lui donne une brève impulsion dans les jambes afin de réduire la distance entre lui et les assaillants qui ne le voient pas arriver, encore distraits par la diversion de Wutu-Fuku.



Il lance le parchemin presque complètement brûlé très haut dans les airs. L’objet explose en plein vol, créant la confusion sonore chez l’adversaire qui lève la tête vers le ciel. Le bruit de la détonation permet de masquer le bruit de ses pas pour un court instant, mais suffisamment pour qu’il s’approche sans être détecté. Sa course s’accélère sur une courte distance et très vite il arrive à hauteur de l’arbre qui abrite les deux snipers. Le sabreur concentre alors du chakra au niveau de la semelle de ses pieds et se met à grimper le tronc de l’arbre, et arrivé à la cime il tombe nez-à-nez avec un homme portant un turban jaune au front. Ce dernier sursaute à la vue du ninja masqué qui profite de l’ouverture pour frapper la nuque du paysan avec le dos de la lame, l’assommant immédiatement. Inconscient, son corps s’affaisse dans les branches, les bras pendant dans le vide. En voilà un hors d’état de nuire. Saji tourne le regard vers le bas et identifie le deuxième ennemi qui vient de voir la scène. Il est terrorisé par l’apparition de l’homme en noir qu’il ne s’attendait pas du tout à voir, et encore moins derrière les lignes ennemies. Profitant de l’effet de surprise, Saji fait un salto en avant et assène un coup de pied au visage du deuxième ennemi qui rejoint son camarade au pays des rêves.

Le vieil aveugle sort de l’auberge en faisant signe aux shinobis que la voie est libre, que la menace est écartée. Tous les ennemis sont neutralisés à gauche comme à droite. Enfin… Deux neutralisés sur le côté gauche par Saji et deux tués par la main de Kuzan sur le côté droit. L’un n’est plus qu’un tas de cendre tandis que l’autre gît au sol criblé de pics de glace. Les yeux posés sur ce qu’il reste des victimes, Saji a l’air consterné. Il n’approuve absolument pas cette action de la part de son ami. Il se rend compte que leurs méthodes sont radicalement différentes et que c’est peut-être la violence de la guerre qui a affecté le vétéran quarantenaire au point qu’il est insensible au sort de ses ennemis. Mais Kuzan a vécu les souffrances de la guerre tandis que lui non. Peut-être l’idéalisme doit être sacrifié sur l’autel du pragmatisme après tout. Qu’en sait-il ? Il n’a que 25 ans. Il n’a pas autant d’expérience que son camarade genin. Mais faut-il pour autant devenir des bêtes assoiffées de sang prêtes à étriper le moindre individu hostile au lieu de le neutraliser ?

Il est clair que ces paysans de Fii ne sont pas aussi entraînés qu’eux, ils ne sont pas ninjas. Il se dit que son ami en a probablement conscience également. Il sait analyser et jauger de la force de quelqu’un en très peu de temps. Et pourtant, il fait le choix d’enlever la vie alors qu’il y a aussi la possibilité de les épargner, de tout simplement les « neutraliser » comme l’a spécifiquement ordonné leur chef de mission Wutu-Fuku avant de créer la diversion. En effet, il vient d’enfreindre un ordre direct d’un supérieur. En outre, il s’agit de la deuxième fois que le Yuki fait montre de sa brutalité, après avoir gelé le corps des fanatiques qu’il a interrogés à l’étage. Il se laisse aller par ses pulsions, sa brutalité, sa volonté de nuire. En combat, en particulier contre l’ennemi, il est méconnaissable, très différent du rival lucide qu’il a l’habitude d’affronter en duel. Mais au final ce n’est pas à Saji de décider même s’il est agacé par ce dont il vient d’être témoin. Il tourne son regard vers leur chef, se demandant ce qu’il va dire… Il est facile de tuer, mais bien plus difficile de rester fidèle à des principes moraux. Quelle sera la réaction de Wutu-Fuku face à l’insubordination et à la brutalité de son élève de l’équipe 7 ?

_________________
[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji) - Page 2 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Kaguya Wutu-Fuku
Kaguya Wutu-FukuEn ligne

[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji) - Page 2 Empty
Mer 31 Oct 2018 - 0:31
Wutu-Fuku continue à esquiver et réussi à entrevoir les deux genins sortir de l’auberge pour remplir leur part du boulot, chacun prenant un côté. Il ne peut néanmoins pas percevoir plus, il est trop occupé à rester en vie. Les explosions continuent à retentir, éclairant partiellement la zone pendant quelques instants à chaque fois. Saji fait du bon travail. Kuzan, beaucoup moins, n’hésitant pas à utiliser la force létale. Le Kaguya ne peut pas intervenir, étant trop concentré sur les assauts qu’il subit. Ce n’est que quand le vieillard ose sortir de l’auberge et signaler qu’il n’y a plus d’ennemis que le chef d’équipe se permet de relâcher son attention. Le jeune homme prend une longue inspiration afin de se maîtriser, avant de marcher vers le vieil homme et de récupérer son kimono en le remerciant. Le tissu est bien accueilli par le corps du kirijin. Il se tourne ensuite vers le Yuki, dont le comportement est inadéquat. Wutu-Fuku a déjà eu à supporter les sautes d’humeurs de ce dernier lors de leur première rencontre et lors de son sevrage. Saji, lui, reste silencieux comme à son habitude. Mais s’il avait la capacité de parler, il aurait certainement gardé le silence également.

-J’ai demandé plusieurs fois de ne pas employer la force létale, à moins que ce soit nécessaire. Cela ne l’était pas, nous n’affrontons pas des guerriers, nous affrontons des fermiers aveugles qui savent à peine lancer un kunaï droit. Si j’avais voulu les tuer, j’aurais pu le faire très facilement. Et ça m’aurait pris, aller, quinze secondes pour être large. Vous seriez restés bien au chaud dans ce qu’il reste de l’auberge pendant ce temps.

C’est justement pour être raccord avec la nécessité de ne pas tuer que Wutu-Fuku n’a pas juste sulfaté autour de l’auberge pour faire le ménage. Malheureusement, la confiance en Kuzan est ébréchée. Ce sera à lui de faire les efforts pour colmater les fissures. Le chûnin ne peut pas se permettre de revoir le Yuki faire preuve d’une telle violence. S’il cherche un chef d’équipe violent, il en trouvera car kiri n’en manque pas. Reste à savoir quel gradé acceptera de prendre en charge un genin de plus de quarante ans.

-Nous reparlerons de ton comportement une fois de retour à Kiri. Priorité à la mission pour l'instant. Néanmoins, je te place en retrait à partir de maintenant.

Il pointe l’aveugle du doigt.

-Tu surveilleras le vieil aveugle de Fii afin de garantir sa sécurité jusqu’à ce que le culte soit neutralisé. Nous l’emmènerons ensuite à Kiri une fois que ce sera terminé, afin d’avoir toutes les informations nécessaires pour dresser l’historique précis des événements. Cela implique que tu ne participeras plus aux combats jusqu’à notre retour, sauf pour protéger le vieil homme.

Il tourne le dos, prêt à avancer vers Fii. Les aveugles savent qu’ils arrivent, l’effet de surprise n’est plus une possibilité depuis un moment de toute manière. Trop d’innocents sont morts. Le chûnin est déterminé à finir cette mission le plus vite possible. Aussi va-t-il faire preuve d’un relâchement qu’on voit rarement chez lui. Il peut encore sauver les « sacrifices » du jour en plus des aveugles embrigadés et il compte bien le faire.

-Saji, je t’invite également à rester en retrait pour la suite. Je vais titiller leur foi, ça permettra peut-être d’éviter d’avoir à assommer tout le village. De plus je n’ai pas envie que vous subissiez des dégâts collatéraux... Mais tu as fais preuve de retenue jusqu’ici, aussi je fais confiance à ton jugement pour te permettre de décider si tu dois agir ou pas.

Wutu-Fuku a juste le temps de ligoter les aveugles rescapés comme des cadeaux de noël et les placer dans l’auberge alors que les premiers rayons du soleil commencent à percer l’obscurité au loin. Le chef d’équipe donne l’ordre à la troupe d’avancer en direction de Fii. Le village des aveugles n’est plus très loin maintenant. Ils ne rencontrent étonnement aucune résistance sur le chemin. Ils ont fait leur preuve et le chef de ce culte, aussi fou soit-il, sait qu’envoyer ses fidèles au casse-pipe ne lui apportera rien. Le chûnin a eu le temps d’apprendre ce dont il a besoin pour son plan lors du trajet.

Voilà enfin Fii. Les rapports ne mentaient pas : l’architecture est très particulière, donnant une identité très singulière au village. Les tuiles des toitures sont désordonnées et de couleurs différentes, les marches d’escaliers ne font pas la même longueur… La faute à la cécité des charpentiers. Si la délégation n’a pas été interceptée, elle est attendue car des dizaines d’aveugles portant le même bandeau jaune que leurs agresseurs sont sur la place centrale du village, tandis que le reste des habitants « regardent » les étrangers passer devant eux sans réagir. Au centre du hameau se tient le seul non-aveugle. Le chef du culte, la description correspond. Vêtu d’une large robe portant des inscriptions obscures, l’homme d’âge mur fixe les étrangers. Il affiche un air serein sur le visage avant de prendre la parole avec une voix que l’on reconnait chez les leaders nés.

-Kirijins. Nous vous attendions. Le Grand Zénith avait prédit notre venue et ses fidèles ont tenté de vous intercepter. En vain. Soit. Mais vous n’avez rien à faire ici. Le Grand Zénith est vénéré en ces lieux, que vaut la légitimité d’étrangers comme vous ? Ces gens sont aveugles mais c’est vous qui refusez de voir la puissance de leur foi.

Une voix hésitante mais pleine de conviction retentit. C’est celle du vieillard qui accompagne les kirijins.

-Vous n’êtes qu’un imposteur ! Vous profitez de la détresse de ces pauvres gens pour faire vivre votre culte absurde et meurtrier ! Votre place n’est pas dans une église mais dans un cachot sombre et humide !

Les têtes des aveugles s’inclinent vers le vénérable. Le gourou le fusille du regard quelques secondes avant de reprendre.

-Monsieur Gin. Le Grand Zénith a été clément avec vous en vous permettant de quitter Fii. Mais vous ne savez visiblement pas profiter de votre chance. Mura.

Le dénommé Mura quitte la foule et se met à côté du chef du culte. L’aveugle commence à trembler. Il est facile de deviner qu’il s’agit du fameux fils.

-Vous êtes un vieil homme, Gin. Vous n’avez plus bien longtemps à vivre. Éteindre votre étincelle de vie ne serait pas un châtiment à la mesure de vos sacrilèges.

Le gourou fouille dans sa robe et en sort une sorte de lame sacrificielle, qu’il tend à Mura, silencieux.

-Mura, mon fidèle ami. Tu es un fervent adorateur du Grand Zénith. Aussi te laisse-t-il l’opportunité de punir un pécheur comme il se doit. En t’ôtant la vie, tu feras subir à ton père une souffrance nécessaire à l’expiation de ses péchés et au salut de son âme. Vous vous retrouverez dans l’autre monde.

Le gourou embrasse Mura sur le front, tandis que le jeune homme oriente la lame sacrificielle vers son ventre. Le père, désemparé, ne peut que subir la situation.

-Mura, non !

-Je dois le faire, père. Pour notre salut.

C’était sans compter sur Wutu-Fuku, qui observait la scène en silence, et qui prend la parole avant que le jeune homme aveugle ne mette ses menaces à exécutions.

-Cette plaisanterie a assez durée. Chef du culte du Grand Zénith, je vous provoque en Ordalie par combat singulier.

La foi a l’avantage d’avoir ses lois immuables. S’il veut rester cohérent, le chef du culte ne peut qu’accepter.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine http://www.ascentofshinobi.com/u800
Yuki Kuzan
Yuki Kuzan

[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji) - Page 2 Empty
Mer 31 Oct 2018 - 12:26
La lune est sur le point de terminer sa nuit avant de laisser sa place au soleil blanc d'hiver. Le sang s'échappe des corps meurtris avant de repeindre la poudreuse au sol. Mon subconscient me sonde alors, la voix pacifique a t-elle été respecté ? Absolument pas. Plus les jours passent et plus je ressens à nouveau l'envie de tuer, de rendre justice comme il se doit. Le Yuukan se meurt dans des idéologies en se voilant la face, la véritable de paix n'existera jamais tant que des criminels fouleront ces terres. Les sceller dans les geôles du pays en attendant qu'ils nous confessent leur nouvelle croyance en la rédemption ? La réinsertion de meurtrier après des années d'enfermement, après qu'ils aient enfin fais leur béa ? C'est stupide. Qu'ils crèvent dans une cage ou par les mains des soldats de la brume, ça revient au même.

Une erreur qui peut me coûter cher mais qui est nécessaire. Ils sont de simple fermiers certes mais sont tout de même conscient de leurs actes. Ils ont choisis le crime, soit. Ils en paieront les conséquences. C'est une justice que je clame haut et fort mais qui ne plait pas forcement à tout le monde. Notamment vis-à-vis de Wutu-Fuku senpaï. Il n'est qu'un jeune shinobi étant devenu chef d'équipe bien trop tôt. Ça lui monte à la tête on dirait. La guerre, la perte de ses proches, le sang de ses alliés sur les mains, la misère des conflits. Tout ça, il ne l'a pas forcement connu.

Le regard froid et patibulaire du Kaguya, l'annonce de ma potentielle éviction quant à cette mission et mon nouvel ordre de surveillance du ciel aveugle sans prendre part aux combats me font réfléchir sur ma position ici. Ai-je réellement perdu le contrôle et bafouer mes soit disantes convictions ? Le Hippie que j'incarne s'est-il trompé de voie quant à ce qu'il souhaite véhiculer ? Durant les paroles du dirigeant de mission, je ne dis rien et écoute comme un bon chien à son maitre malgré mon mécontentement d'obéir à un bambin alors que je suis un quarantenaire. Mais c'est ma faute si je ne me suis pas entrainer depuis la création du village, c'est ma faute si je ne me suis pas investie dès le début; moi qui pensait être réellement en paix.

En queue de peloton, je garde donc les yeux sur l'aveugle, tout en rejoignant mon meilleur ami dans le clans des muets; je ne dirais et ne ferais plus rien durant ce voyage. Malgré nos différents et mon agacement vis-à-vis de lui, je respecte entièrement Wutu-Fuku senpaï quant aux valeurs qu'il souhaite transmettre, quant à son aide pour me sortir de mes addictions. Ma faute, si j'ai le sang chaud.

***

Quelques temps plus tard, on arrive aux portes de Fii sans encombres. Comme s'ils faisaient tout pour que l'on arrive sain et sauf à eux. Afin de mieux nous martyriser peut être ? En tout cas, nous traversant la ville non des plus grandes en quelques minutes. Les toits et les maisons sont tous sauf en harmonies, faisant de la cité une erreur visuelle qu'on se passerait bien. Une odeur forte de viande froide s'émane des rues alors que nous atteignons le sanctuaire du grand manitou. Viande froid ? Ou cadavre en pleine décomposition ? Alors que j'aperçois le visage de psychopathe du "Manfred", j'opte plutôt pour la deuxième option.

C'est alors qu'un grand discours sort de sa gueule de serpent, croyant qu'il est le divin messager d'un dieu bla bla bla. Je me contente de regarder légèrement autour de nous alors que des troupes obscures s'avancent dans l'ombre. Une attaque se prépare.

Un jeune homme sort de la foule se trouvant autour de nous, présente pour son prophète adorer, et s'avance vers lui. Mura, le fils de Gin le vieil aveugle s'annonce. Et alors que le discours de l'émissaire continue, ma mission se met à ouvrir la bouche et à marmonner des choses qui n'atteignent pas mes esgourdes. Mais un détail vient me frapper en plein face. La demande de ce fou à sa victime, de se donner la mort pour expier les péchés de son père. Quelque chose de totalement stupide faisant ressortir mon sens de la justice. Mon poing se serre, ne souhaitant que frapper de toutes mes forces son visage de grand malade.

Cet homme ne doit pas être enfermer, il doit mourir. Mais malheureusement, ce n'est pas moi qui donne les ordres ... Alors bien évidemment, on lui passera la corde aux poignets pour éviter sa fuite, mais il recevra un châtiment tout aussi important.

C'est alors qu'avant de ce jeune imbécile ne suive les ordres de son maitre, le Kaguya s'avance et annonce un duel en singulier. Lui contre le fou. Un rire délétère retentit alors dans la salle, de la part du maitre des lieux, faisant prendre part au public à cette folie. Un rire commun envahit le peuple. Mais le calme revient vite lorsque le manitou lève la main comme ordre de se taire, avant de se lever de son siège si précieux.

D'après le Senpaï, si cet homme est respectueux des lois qu'il pratique, alors la demande d'une Ordalie doit lui être impossible à refuser. Puis après tout, son attribut héréditaire est redoutable, il devrait n'en faire qu'une bouchée de se cher Wutu-Fuku. Le peuple fait silence, alors que le fameux "dieu" annonce « Très bien ! Je ferais de toi un nouveau membre de notre communauté et plus précieusement, mon martyr ! ». Ses poings commencent à rougir, laissant une chaleur s'en échapper. Le combat est sur le point de commencer tout comme la fin de cette mission. Une fois leur chef défait, le peuple suivra et cessera d'être sous ses ordres pour les plus fidèles d'entre eux. Les autres seront libres et recueillit par le village.

J'attrape alors l'aveugle sur mon dos et décide de monter en hauteur pour admirer le spectacle.

« Je grimpe sur le toit avec notre cher papi, histoire de vous laisser la place. Sinon je risque de tuer quelqu'un avec tous les coups. »

Ironie qu'ils ne comprendront certainement pas, car ils n'ont très certainement pas d'humour, même dans ce genre de situation critique. Quant à Saji, il peut faire ce qu'il lui plait, sauver une partie de la population, le gamin du vieux ou venir avec moi; personnellement j'en ai plus grand chose à faire. J'commence à avoir faim.
Revenir en haut Aller en bas
Nobuatsu Saji
Nobuatsu SajiEn ligne

[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji) - Page 2 Empty
Mer 31 Oct 2018 - 17:45
Des étendards jaunes flottent dans l’air, un groupe de fidèles est rassemblé sur la place du village, derrière leur chef de culte. Ils portent tous des habits en tissu jaune, et le même signe distinctif que tout à l’heure, le turban jaune, attestant de leur appartenance commune au culte de Fii. Leur regard est vide, leurs yeux sont gris. On voit surtout des hommes, armés de râteaux, de haches, de lances et d’autres armes très rudimentaires. Ils se tiennent là, une petite armée en ordre de formation. Ils attendent les visiteurs depuis un certain moment. Ce qui veut dire qu’ils étaient déjà avertis de la venue des shinobis de Kiri. Les nouvelles vont vite. Mais à la différence des paysans qu’ils ont rencontrés à l’auberge, ceux du village semblent disciplinés. Ils sont aussi immobiles que des statues, prêts à exécuter les ordres de leur maître qui prend désormais la parole. Il souhaite la bienvenue aux courageux Kirijins qui entrent dans la gueule du loup pour mettre un terme à leur règne de terreur dans la région. Il prétend que le Grand Zénith lui a chuchoté à l’oreille qu’ils étaient sur le chemin du village de Fii, mais ils savent très bien qui est leur source d’information, l’aubergiste qui y a laissé la vie, tué par ses propres alliés imprudents. Face aux paroles fanatiques du chef de culte, le vieil aveugle ne peut écouter sans réagir. Il se met à crier à l’attention du gourou que sa parole n’est qu’une façon d’instrumentaliser la foi des gens et de se servir de leur détresse pour servir ses propres fins meurtrières. Saji acquiesce en signe d’approbation face à son discours. Ce qu’il dit est vrai. Cette religion ne sert qu’à servir d’excuse pour satisfaire ses pulsions meurtrières et déguiser ses crimes. Il n’y a rien de sain ou de juste dans ce qu’il fait. Il n’a apporté que le malheur et la désolation dans la région. Comment un tel culte qui apporte si peu de bénéfices peut-il avoir tant d’influence ? Comment ces pauvres gens ont-ils réussi à se faire convaincre qu’il y avait quelque chose de bien dans leurs pratiques immorales ? Difficile de trouver ne serait-ce qu’une raison qui puisse expliquer cette folie. S’agit-il seulement de la promesse d’un paradis ? Le fondamentalisme religieux peut mener à beaucoup de dangers, à des crimes contre l’humanité… Triste réalité.

[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji) - Page 2 Yellow11

Soudain, Saji est réveillé de ses pensées lorsqu’il aperçoit du coin de l’œil le haut d’une tête à la fenêtre d’une maison juste à côté de lui. Un jeune garçon curieux avec une coupe au bol brune qui tend l’oreille. Ses yeux sont gris eux aussi. On dirait qu’il cherche à mieux écouter ce qui se passe sur la place, là où se déroule le cœur de l’action. Mais sa mère s’approche vite de la fenêtre pour l’éloigner et l’obliger à retourner à l’intérieur, de façon à ce qu’il soit à l’abri du danger potentiel. C’est vrai, on l’aurait presque oublié il n’y a pas que les fanatiques vêtus de jaune qui habitent la ville, ils y aussi les civils innocents qui y vivent. Bizarrement, ils n’ont pas vu d’homme aveugle parmi les non-fanatiques, mais seulement des femmes et des enfants. Il semblerait que le culte recrute seulement des hommes capables de se défendre, probablement pour chasser ceux qu’ils considèrent comme des hérétiques.

Coup de théâtre, le gourou se sert maintenant du fils du vieil aveugle pour lui faire payer les « sacrilèges » du père. Un acte ignoble qui fait monter le sang de Saji, dont la main se rapproche lentement de la poignée de son sabre. Mais il détend sa main, et se ravise de dégainer. Il doit se retenir, et faire confiance à l’expérience de Wutu-Fuku. Il ne doit pas intervenir, du moins pas pour l’instant, et attendre le bon moment, quand on aura vraiment besoin de lui. Il faut laisser leur chef de mission gérer la situation et prendre la parole pour leur équipe. Même si dans le cas de Saji, son mutisme ne lui laisse pas vraiment le choix. Mura, le fils de Gin le vieillard aveugle qui les a accompagnés jusqu’à présent, fait donc bel et bien partie du groupe des fidèles du Grand Zénith. Il est complètement lobotomisé par les paroles du chef de culte qui lui ordonne désormais de s’ôter la vie. Il embrasse son fidèle sur le front avant de lui demander de mettre son ordre à exécution. Le jeune homme lève lentement et cérémonieusement la dague de rituel vers le haut, la pointe en direction de son cœur. Il prend une inspiration.

Alors que Mura s’apprête à donner sa vie au culte, Wutu-Fuku interrompt la scène en déclarant qu’il souhaite défier le chef de culte dans une ordalie. Un combat à mort sous le regard du Grand Zénith. Comment pourraient-ils refuser ? Si jamais leur dieu leur apporte effectivement sa puissance, ils n’ont aucune raison de douter et donc de ne pas accepter le duel. Un plan de génie de la part du chuunin qui a su exploiter leur croyance et la retourner contre eux. Car si le gourou refuse, cela remettrait en question la véracité de la religion qu’il prêche. Saji remarque que le prêtre n’est plus aussi sûr de lui à présent, le Kaguya vient de le toucher dans sa conviction. D’abord, un long silence, pas de réponse. Mais soudain, son regard se remplit d’une certaine détermination. Il esquisse un sourire sournois, puis laisse échapper un rire de fou qui retentit dans la place silencieuse. Il sait qu’il n’a pas le choix. Il accepte le défi avec excitation et ordonne à Mura de se remettre dans les rangs derrière lui.

Un vent glacial souffle sur la place. Saji observe le terrain sur lequel Wutu-Fuku et le chef de culte s’apprêtent à se battre. Le sol est plat et dallé de pierres, avec des habitations tout autour abritant des civils à l’intérieur. Une attaque de zone risquerait d’occasionner des dommages collatéraux, aussi le chuunin devra-t-il faire attention à concentrer ses attaques sur un champ réduit. Désormais, les pièces de l’échiquier sont en place. Le gourou et son armée de fidèles d’un côté, le Kaguya et ses genins de l’autre. La tension est palpable, les deux adversaires sont prêts à commencer. Le prête ouvre les hostilités en concentrant du chakra dans son poing qui commence à rougir, laissant échapper un peu de vapeur… Kuzan se met à l’abri sur un toit en compagnie du vieillard aveugle. Saji quant à lui décide de ne pas se mettre sur le toit, craignant que celui-ci ne s’effondre, il fait même un signe du doigt à Kuzan et pointe la maison. Puis il décide d’aller sur le côté opposé des deux spectateurs afin d’avoir une vue sur l’ensemble de la place, de façon à ce qu’ils puissent observer sous deux angles différents. Qui sait ? Peut-être que les fanatiques tenteront une embuscade comme à l’auberge, mais il en doute… Si leur foi dans le Grand Zénith est réel, ils n’oseront blasphémer cette épreuve en l’interrompant. A moins qu’ils ne s’y prennent seulement qu’aux trois spectateurs du côté de Wutu-Fuku et qui ne participent pas au combat. Dans tous les cas, Saji est sur ses gardes.

_________________
[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji) - Page 2 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Kaguya Wutu-Fuku
Kaguya Wutu-FukuEn ligne

[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji) - Page 2 Empty
Jeu 1 Nov 2018 - 0:44
Le gourou retire sa robe, dévoilant un corps robuste et gras. Sa position de chef du culte lui permet visiblement de bien manger, ce qui n’est pas le cas de tout le monde dans les campagnes de Mizu, malheureusement. Le chûnin de Kiri l’imite, retirant son kimono. Pour pouvoir mieux bouger, oui, mais aussi parce que ce serait dommage de l’abimer. L’arène est défavorable au shinobi : ils sont en plein cœur du village, avec des civils et des membres du culte à proximité immédiate. Ce qui n’est certainement pas une préoccupation pour le chef du Grand Zénith, vu la considération qu’il accorde à la vie de ses disciples, comme il l’a montré il y a quelques instants.

L’homme d’âge mur lève le poing vers le ciel, tandis qu’une aura rouge commence à entourer ce dernier. La chaleur qui s’en dégage commence à déformer l’air autour de lui. L’atmosphère se réchauffe, si bien que d’un coup, les deux hommes, bien que partiellement dénudés, ne ressentent plus les effets du froid. Cette technique, en plus des données présentes dans le rapport de la première expédition à Fii, ne laissent plus de doute. Cet homme maîtrise le Shakuton. C’est à l’aide de ce kekkei genkai qu’il peut dessécher les sacrifices.

Le manieur du Shakuton concentre son chakra dans ses pieds, avant se charger son ennemi à une vitesse surhumaine. Des notions en Taijutsu, comme le laissait présager le rapport, qui précisait que l’homme est assez fort pour soulever un être humain d’un seul bras. L’objectif est clair : attraper une partie du corps de son ennemi pour le dessécher. Mais Wutu-Fuku a un avantage certain : lui n’a pas eu besoin de dévoiler ses capacités jusqu’ici et les quelques témoins sont saucissonnés dans une auberge à plusieurs kilomètres d’ici. Alors que le gourou s’apprête à poser son bras sur l’une des épaules du chûnin, une pointe d’os en jaillit et manque de lui perforer la main. Il a juste le temps de réagir afin de ne pas s’empaler mais ne peut se dérober complètement à cause de la vitesse qu’il a déployé pour arriver au contact. L’os tranchant lui laisse une large entaille au niveau de la paume. Grognant de douleur, il fait un pas en arrière. Il en faudra plus pour en venir à bout. Mais avant de ré-attaquer, il se permet une petite tirade comme il doit en avoir l’habitude.

-Un Kaguya… Un pouvoir satanique qui sied bien à un infidèle dans ton genre. Comme tous les membres de ton clan, des démons dégénérés jusque dans leurs os.

Une provocation qui glisse sur l’indifférence de Wutu-Fuku. Le gourou solidifie ses appuis au niveau des jambes, avant de donner un coup de poing dans le vide en direction du chûnin. Sauf que ce n’est pas qu’une attaque dans le vent. Une sphère de chaleur de taille moyenne fonce en direction du Kaguya, qui est bien obligé de déployer un bouclier pour se protéger. L’attaque du chef du culte vient s’écraser sur les os, peu sensibles aux fortes températures. L’ennemi tique, mais garde son air confiant sur le visage.

-C’est donc la seule chose que tu sais faire, te défendre ?

Le gourou change de tactique et commence à composer une série de mûdras rapides tout en s’éloignant de la foule pour se diriger vers un puit. Immédiatement après, un dragon aqueux sort de la source d’eau souterraine. Le dragon fonce vers Wutu-Fuku, qui esquive au dernier moment. La vague d’eau, elle, continue et dévaste le village. Heureusement, les seuls personnes encore dehors de ce côté sont Saji, Kuzan et le vieux de Fii. Le Yuki a d’ailleurs décidé de gagner les hauteurs. Le sabreur, lui, n’aura aucun mal à esquiver une attaque de ce niveau, même s’il constatera que ce n’est pas de la rigolade.

-Espèce de couard. Tu me provoques en ordalie mais tu passes ton temps à esquiver ? J’espère que le Grand Zénith saura punir ta lâcheté dans l’autre monde comme il se doit.

Il ne le sait pas encore, mais le gourou est dans l’erreur. Ce n’est pas de la lâcheté qui pousse Wutu-Fuku à ne pas attaquer. Il attendait juste le bon moment. Le bon placement. Le gourou s’est éloigné de la foule, il a désormais assez de place pour agir. Depuis le début de ce duel, le kirijin cherche à éloigner son adversaire des civils. Dans l’idéal, le faire sortir du village. Pour toute réponse à cette nouvelle provocation, le jeune chef d’équipe sert les poings et se recroqueville, avant de pousser un hurlement à réveiller les morts.

D’immenses structures osseuses jaillissent d’un seul coup du dos du jeune homme. Si les aveugles avaient pu voir, ils auraient pu deviner l’intensité de l’effort déployé par le Kaguya pour mettre en œuvre sa technique. Les os gigantesques commencent à prendre peu à peu une forme reconnaissable pour ceux dotés de la vue : un squelette. Gigantesque. Les aveugles pourront sentir le poids du colosse qui vient d’apparaître. Culminant à une bonne vingtaine de mètres, il se tient debout, immobile.



Le gourou a perdu son air confiant. Devant un tel colosse, il écarquille les yeux et recule de quelques pas. Il baisse la tête pour regarder son adversaire, qui transpire à grosses gouttes. Sa chance, se dit-il.

-Je n’ai qu’à t’attaquer toi !

Les deux poings du gourou s’entourent alors de la même aura rouge que précédemment. Cette fois, c’est une pluie de coups de poings qu’il lance, et autant de sphères de chaleur. Le squelette s’anime alors, plaçant l’une de ses jambes immenses entre le chef du culte et le Kaguya. Les attaques ne peuvent que s’écraser sur l’os gigantesque. Une fraction de seconde plus tard, la main ouverte du géant manque de se refermer sur le gourou, qui esquive au dernier moment d’un bond vers le haut. Il est cueillit par l’autre main du colosse, qui frappe avec sa paume comme un humain frapperait un insecte qui lui tourne autour. Le choc est violent et l’homme et envoyé jusqu’à l’extérieur du village. Wutu-Fuku, à l’aide de son chakra, escalade sa technique jusqu’à l’épaule, avant de se diriger vers le lieu où le gourou a atterri, prenant soin de ne rien écraser au passage.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine http://www.ascentofshinobi.com/u800
Yuki Kuzan
Yuki Kuzan

[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji) - Page 2 Empty
Jeu 1 Nov 2018 - 18:30
Une tension palpable s'installe dans l'arène, laissant la population présente s'écarter de quelques mètres autour des deux combattants pour ne pas être victime d'un shuriken perdu. Du haut de mon toit, j'observe la scène en compagnie du vieil aveugle Gin, tandis que Saji me fait signe qu'il se positionne de l'autre côté. Avoir une vue d'ensemble du territoire c'est plutôt pas mal, ça nous évitera une attaque surprise, du moins, ça préviendra plus facilement.

Le point fumant, rougeoyant, laissant une légère vapeur s'en échapper, le gourou charge Wutu-Fuku sensei avec rage afin de le faire taire, l'empêcher d'insulter son culte. En plus d'être complètement fou, il est narcissique, obsédé par le pouvoir qu'il tient entre ses mains. Par le peuple qu'il contrôle à sa guise. Etonnant ? Pas tant que ça. Il est le chef d'un culte psychotique après tout ...

« Leurs chakra sont puissants ... C'est impressionnant. Mais il semblerait que le chef du culte soit plus puissant que votre ami ! Il doit se sortir de là ! »

Pratique d'avoir un sensoriel à ses côtés, mais se baser sur le chakra de quelqu'un pour en définir sa puissance c'est efficace mais pas totalement vrai. Il peut cacher sa puissance ou tout bonnement être plus intelligent que son adversaire et la jouer plus finement en stratégie.

« Vous inquiétez pas pour lui, il sait ce qu'il fait. »

La bataille continue alors, laissant un spectacle sans précédent à ses spectateurs et moi le premier. J'en perds même l'objectif de surveillance, protégeant d'un potentiel assaut. Mais l'homme à mes côtés ne perds pas le temps pour me rappeler à l'ordre.

« Attention ! Je détecte des présences venant de derrière nous et aussi vers votre troisième compagnon ! »

Pratique d'avoir un gps intuitif à ses côtés.

Mais en effet, cinq hommes se positionnent derrière dont deux se mettent sur nos côtés. La surprise est rapide mais efficace. Je sors un kunai que j'attrape pour me protéger de potentiels projectiles et demande à l'aveugle de se positionner derrière moi, mon bras libre le protégeant et le guidant jusqu'à derrière mon dos. Des surines comme armes de jets, je les dévies avant de réceptionner l'un d'eux venant à moi pour me frapper. Une esquive mineure sur la gauche suffit avant que mon genoux ne lui fasse cracher son petit déjeuner en lui explosant l'abdomen. un coup derrière la nuque pour le faire tomber, il s'écroule sur le toit en tuile. Une fissure plutôt importante se creuse entre nous, mais ne suffit pas à faire céder la structure.

Deux autres hommes viennent sur nous, avant que je demande en quatrième vitesse au vieille homme de grimper sur mon dos. Mon nouveau sac en place, mes bras lui tenant les jambes pour le soutenir, mes pattes sont les seuls membres pouvant nous défendre. Une balayette du pied droit au premier avant d'enchainer le deuxième par le même panard, je quitte le toit, laissant la structure s'effondrer peu à peu sous les chutes de ces messieurs.

Je rejoins alors Saji en vitesse, laissant ses hommes nous poursuivre. Je tombe alors dos à dos avec mon ami muet tandis que les forces ennemis nous encerclent.

« Monsieur voulait savoir ton secret pour apprécier les soirées sadomasochistes comme je lui ai dis que tu aimais t'habiller tout en cuire, j'espère que ça te dérange pas ! »

Il n'en a jamais été question, mais j'aime bien le mettre dans des situations embarrassantes.

Ils se rapprochent de nous alors que le temps s'arrête soudainement à l'apparition d'un squelette géant au milieu du combat qu'on oublie visuellement. Plusieurs mètres de haut, le titan balaye l'écervelé dans les airs, avant de le poursuivre.

Les lunettes tombantes sur le nez, les yeux grands ouverts, je demande à ce que l'on me pince pour me confirmer que tout cela n'est pas un rêve. Enfin, la puissance de Wutu-Fuku senpaï entre en oeuvre.

Désormais, c'est à nous de faire notre nécessaire pour neutraliser, cette fois-ci, ces hommes. Et les libérer de l'emprise du dément.
Revenir en haut Aller en bas
Nobuatsu Saji
Nobuatsu SajiEn ligne

[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji) - Page 2 Empty
Jeu 1 Nov 2018 - 19:50
Le combat entre Wutu-Fuku et le chef de culte fait rage. Les premiers coups sont échangés, montrant que ni l’un ni l’autre n’est à prendre à la légère. Saji remarque que leur chef d’équipe retient de nouveau ses coups, sûrement parce qu’il souhaite de nouveau éviter d’endommager les structures à proximité avec des attaques de zone. Non seulement il retient ses coups, mais il se bat de façon plus défensive. Lorsque le gourou s’approche, il réplique avec un os qui manque de peu de transpercer la main de l’adversaire. De même, il se protège avec son bouclier osseux face à la boule shakuton qui vole dans sa direction. Très vite le gros lard au turban jaune perd patience et reproche au Kaguya d’être trop passif. Mais comme on pouvait s’y attendre d’un chuunin entraîné et qui sait ce qu’il fait, il ne cède pas à la provocation, et essaie de trouver le bon moment pour frapper. Frustré, le gourou s’éloigne de ses sbires derrière lui et avance vers un puits d’où il commence à tirer un énorme dragon aqueux qui se déferle sur Wutu-Fuku qui esquive juste à temps. La vague ne s’arrête pas et couvre la largeur séparant Saji et Kuzan. Ils sont tous les deux sur le point d’être touchés mais sautent sur un autre toit pour rester hors de portée. Bientôt la hauteur de l’eau redescend, le dragon aqueux laisse derrière lui quelques maisons en partie détruites au niveau des murs. Saji se retourne pour constater l’étendue des dégâts. Il serre le poing. Le chef de culte qui est censé guider les villageois n’a donc aucune considération pour son propre peuple. Une ordure de la pire espèce. Un escroc qui prend du plaisir à manipuler le cœur des petites gens. Sa colère redescend quand il voit Wutu-Fuku qui se recroqueville avant de pousser un cri de douleur qui retentit dans tout le village. Les genins allaient être témoins du vrai pouvoir des Kaguya. Des os se mettent à pousser de son dos, des os qui semblent s’allonger à l’infini pour finalement prendre la forme d’un squelette entier dont les os ne cessent de grandir pour finalement lui donne une taille de géant ! La vision du monstre fait froid dans le dos et Saji écarquille les yeux en voyant cette abomination. Comment est-ce possible ? De générer une chose pareille rien qu’avec les os de son corps… Saji se doutait que leur chef d’équipe dissimulait un atout dans sa manche mais cela dépasse toutes ses attentes.

Mais pas le temps d’admirer le spectacle, il entend des cris sur le côté, Kuzan et le vieil aveugle sont attaqués, tandis que Saji reçoit un couteau au niveau de l’épaule. Il se retourne avec l’effet de la douleur. Un homme avec un turban jaune est déjà à sa hauteur sur le toit et s’apprête à lui asséner une attaque avec son couteau de boucher. Mais à peine son adversaire pose le pied sur le toit que celui-ci s’effondre. Tous les deux passent à travers le toit pour tomber sur un tas de débris de bois. Saji est le premier à se relever, il retire rapidement le couteau de son épaule et le jette par terre. Il s’approche de son assaillant qui est tombé avec lui à l’intérieur, dégage le couteau de boucher du pied. Il le relève en le saisissant par le col et effectue une projection au sol, le mettant hors d’état de nuire. Saji remarque qu’ils ne sont pas seuls dans la maison, le garçon avec la coupe au bol et sa mère sont contre le mur du fond, ils tremblent de tous leurs membres, ne sachant pas exactement ce qu'il se passe et ce que l'étranger s'apprête à leur faire. Saji les regarde un moment avant de se tourner vers la porte d'entrée. Il sort.

A l’extérieur, il voit maintenant Kuzan porter le vieil homme sur son dos et qui se fait pourchasser par les hommes au turban jaune. Saji fonce vers eux pour les rejoindre. En entendant le commentaire de son ami, il ne peut s’empêcher d’esquisser un sourire. Il a toujours le mot pour rire. Il lui donne une tape sur l’épaule tandis qu’ils se font encercler par trois aveugles qui tournent autour d’eux en faisant des pas de côté. Ils font tourner leurs armes, ils vont attaquer à tout moment. Tandis que l’homme à la pioche se jette sur Kuzan, Saji doit s’occuper des deux autres car son coéquipier est encombré et ne pourra pas se défendre comme il faut s’il doit défendre Gin. Le sabreur dégaine complètement son katana tout en ne quittant pas du regard les deux adversaires qu’il doit faire face mais qui se trouvent à une certaine distance l’un de l’autre. Son œil passe de l’un à l’autre à plusieurs reprises, essayant d’anticiper celui qui va attaquer le premier. C’est l’homme à la hache de bûcheron qui fonce vers lui avec un cri rocailleux. Saji s’avance et d’un geste rapide découpe la manche en bois de la hache, désarmant son adversaire. Ce dernier est surpris mais reprend courage en essayant d’attaquer à mains nues. Mais le sabreur fait un pas de côté pour esquiver le coup de poing, puis lui donne un coup à la nuque qui l’assomme. Le regard de Saji se pose sur le deuxième adversaire qui profite du fait que le sabreur soit occupé pour prendre Kuzan de flanc alors qu’il est occupé avec l’homme à la pioche. Il n’a pas le choix. Saji se concentre et lance le sabre en direction de ses jambes. La lame bleutée jaillit à la façon d’un kunaï, elle arrive très rapidement au niveau des mollets et y laisse une fine entaille, mais suffisamment douloureuse pour le faire s’effondrer. Le deuxième homme au turban jaune s'écroule en criant de douleur. Saji regarde Kuzan qui finit de s’occuper de l’homme à la pioche puis tourne son attention vers la place, où on peut voir d’énormes traces de pas squelettiques laissées au sol mais on ne voit plus les deux combattants. Wutu-Fuku a réussi à éloigner son adversaire, c’était son plan depuis le début. Le chuunin ne cesse de l’impressionner. L’équipe 7 a beaucoup de chances d’avoir un homme aussi droit et intelligent que lui, surtout à Kiri. Ses yeux se posent sur l’armée de fidèles en jaune sur la place, toujours immobiles. Ils semblent attendre patiemment le dénouement du combat. Quant à Kuzan et Saji, ils ont repoussé les assaillants qui ont tenté de leur tendre une embuscade. Désormais, tout repose entièrement sur les épaules de leur chef d’équipe qui continue le combat à l’extérieur du village…

_________________
[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji) - Page 2 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Kaguya Wutu-Fuku
Kaguya Wutu-FukuEn ligne

[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji) - Page 2 Empty
Jeu 1 Nov 2018 - 23:04
Le gourou est sonné par l’immense claque qu’il vient de prendre. Par chance, son point de chute est recouvert d’une épaisse couche de neige, aussi n’est-il pas trop blessé par l’impact avec le sol. Il se redresse difficilement en serrant les dents. Il a mal au ventre. Certaines de ses côtes sont certainement cassées suite à la dernière attaque du Kaguya. Il peste intérieurement, ne s’attendant pas à ce qu’un ninja aussi jeune puisse avoir une telle technique dans son arsenal. Il a l’air d’être le chef, mais c’est le plus jeune du trio… est-il vraiment le plus fort de l’équipe ? Si les deux autres sont capables de faire de même alors il n’a aucune chance. Il ne lui reste que la fuite. Courir est trop douloureux, et le gigantesque squelette se rapproche, faisant trembler la terre à chaque pas. Le colosse osseux masque le soleil au chef du Grand Zénith, projetant son ombre géante sur la vallée et rendant sa présence encore plus imposante.

-Je ne vais pas… te laisser gagner comme ça…

Le gourou serre les poings jusqu’à se les faire saigner.

-JE VAIS TE TUER !

Combinée à la rage de l’homme, une aura rouge similaire à celle déployée au début du combat jaillit autour de lui, vaporisant instantanément la neige autour de lui, tandis que ses muscles deviennent plus imposants. Semblant soudainement faire abstraction de la douleur, il prend appui avant de se projeter vers le Kaguya. La violence est telle que le sol se craquelle sous la puissance des jambes du gourou. Rien de bien méchant pour le géant cependant, qui place sa paume sur le chemin entre l’ennemi et le jeune homme. Le choc est violent, mais malheureusement pour le chef du culte, il ne peut tout simplement pas déployer assez de force physique pour espérer ébrécher des os aussi denses. Il s’attend à chuter mais la poigne du squelette géant se referme sur lui, l’empêchant de réaliser le moindre geste.

Wutu-Fuku se met à glisser le long du bras qui saisit son adversaire jusqu’à arriver à son niveau. L’homme d’âge moyen sue à grosses gouttes. Sa dernière technique lui a manifestement beaucoup demandé et il n’a plus l’énergie de la jeunesse avec lui. Ce shinobi pourrait très bien le tuer, maintenant. Il suffirait que le géant resserre ses doigts pour lui broyer les os. Mais il est encore en vie. Pourquoi ?

-Tu as gagné… je t’ai sous-estimé, on dirait. Ainsi soit-il. Tu as gagné l’Ordalie. Tue-moi maintenant.

Mais le chûnin ne fait rien.

-Aller, tue-moi !

Toujours rien. Seulement le regard impassible du jeune homme. Le gourou s’énerve.

-Tue-moi, enfant de pute !

Inutile contre le jeune Kaguya, qui est immunisé à ce genre de provocations. Il plie légèrement les genoux et garde un ton calme, comme il tente de le faire en toutes circonstances.

-Je ne suis pas comme toi, enfoiré. Tout le monde n’est pas comme toi. Je ne vais pas te tuer. Je ne deviendrais pas un monstre. Tu ne me transformeras pas en monstre. Je vais te ramener à Kiri. Tu auras une place de choix dans les geôles. Tu auras de la chance si tu revois un jour la lumière du soleil à travers une fenêtre de la taille d’une brique, un jour. Et tu y resteras jusqu’à ta mort misérable.

Le gourou commence à hurler de colère et à se débattre autant qu’il le peut, mais Wutu-Fuku a dit ce qu’il avait à dire et il tourne donc le dos, remontant sur l’épaule, tandis que le squelette retourne en direction de Fii. La foule reste immobile, ne pouvant que sentir la marche lourde du géant d’os. Une fois sur la place centrale du village, le chef de l’équipe 7 descend de sa monture avant de s’adresser à la foule.

-J’ai remporté l’Ordalie. Mais ne vous méprenez pas. Ce n’est pas parce que votre Dieu a décidé que j’étais plus digne que lui. Il vous tourne en bourrique, depuis des mois, profitant de votre cécité. Une seule personne a-t-elle été guérie depuis son arrivée ?

Non, bien sûr que non.

-Je ne peux rien faire pour vos yeux. C’est une partie de vous, comme le Shikotsumyaku est une partie de moi. Mais on peut combattre sa nature. Vous êtes aveugles et pourtant le village fonctionne. Quant à moi…

Son regard croise un instant celui de Kuzan.

-Le combat est quotidien pour combattre la nature guerrière de mon clan. Prouver que l’on peut lutter sans tuer malgré le fait qu’on ait toutes les prédispositions pour et que c’est ce que font les miens depuis des décennies. Je crois qu’un autre chemin est possible.

Tandis que le gourou est encore confiné dans la main du squelette, le chûnin va s’enquérir de l’état de ses disciples.

-Vous n’avez rien ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine http://www.ascentofshinobi.com/u800
Yuki Kuzan
Yuki Kuzan

[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji) - Page 2 Empty
Ven 2 Nov 2018 - 11:34
Les forces ennemies se regroupent, se plaçant tout autour de nous prêt à mettre un terme à notre petit voyage. Alors que pendant ce temps, le senpaï s'occupe à grand coup de gifle squelettique du grand manitou de la secte. Quant à nous, notre mission reste simple; protéger le guide aveugle et neutraliser les forces adverses. Cette fois-ci, je compte bien prouver à mon supérieur hiérarchique mais aussi à mon ami et collègue, que je suis apte à respecter un ordre directe tout comme une directive de mission. Je n'échouerais pas.

De nombreuses esquives et très peu d'attaque. Du moins les offensives que je me permets d'effectuer sont là pour de nouveau esquiver leurs coups. Je laisse ce boulot à Saji. La vie du vieil aveugle étant ente mes mains, je ne dois me permettre de faire la moindre bavure. Bafouer les ordres et les honneurs de Wutu-Fuku senpaï à nouveau ferait très certainement de moi la plaie de Kiri. Deux fois en une seule mission, ce serait se foutre de la gueule du monde. Et puis, il est vrai que je ne me suis pas totalement reconnue sur cette action à l'auberge durant la nuit ... Malgré que je pense avoir fais ce que je devais faire. Mais comme on dit, le passé est au passé. Seul le présent est juge de notre destin.

Esquivant donc les haches, les pioches ainsi que les fourches des mains des aveugles de Fii, je protège tant bien que mal le civil insulté tel le traitre qu'ils le voient. Mais plus j'y repense, à notre rencontre, les doutes que j'avais sur lui, son fils zombifié présent auprès du gourou tel un chien à son maitre, plus je pense à sa bonne volonté de fuir cette folie et de dire la vérité depuis le début. C'est pourquoi je dois le garder en vie, rien que pour le remercier.

Quelques secondes plus tard, nous sommes débarrassé des assaillants. Car oui en tant que shinobi face à des civils, villageois, paysans, on se doit d'être un minimum à la hauteur. Ceux que nous désarmons sont immédiatement attaché fermement afin de ne pas qu'ils profitent de s'échapper. La question n'est pas de les enfermer pour le moment mais plutôt de leur faire ouvrir les yeux sur la situation, sur le contrôle de ce psychopathe notoire exerce sur eux.

Le peuple quant à lui ne fait rien. Ni du côté de fou ni du nôtre, ils sont simplement là en tant que citoyen de cette région, membre du village. Ce qu'ils veulent c'est très certainement être débarrassé de ce tyran pour vivre leur vie comme ils l'entendent sans peur de représailles et je peux les comprendre. Je ... les comprends.

C'est alors que, quelques minutes après la sécurisation du village, le géant d'os revient sur la place centrale de Fii avec le bourreau dans la paume de sa main. La victoire nous est alors attribués, faisant retenir les cris de surprise des villageois, stupéfaits de l'exploit que l'équipe sept de Kiri vient de relever. La poussière qu'il traine se pose sur les tuiles en hauteur alors que le senpaï descend de son fidèle compagnon. Un grand discours s'en suit, faisant ouvrir les yeux aux villageois, les délivrants d'un emprise psychologique les amenants désormais à vivre librement. Quant à cette pourriture, nous l'emmènerons au village afin qu'il réponde de ses crimes au sein et contre la nation de l'eau. Les paroles qui suivent me sont indirectement transmises me faisant comprendre l'importance des valeurs que l'on se donne. L'importance de ce qui nous habite; nos pulsions, nos facultés à détruire, à créer, les raisons qui nous poussent à faire quelque chose de mal ou de bien. Sur ce point, j'avais pu choisir une voie pacifiste il y a un temps mais ce dont j'ai été capable à l'auberge fait de moi le contraire de ce que je prétendait être. Une valeur démentit par mes actions précédemment effectués ? Malheureusement je le crains fort. Même si je pense m'être racheté aujourd'hui en protégeant l'aveugle, je me dois d'exempter mes fautes.

« Senpaï ... Mes dernières actions ne vous ont pas prouvés ma valeur. J'aimerais me racheter autant que possible, comme aujourd'hui en protégeant ce cher Monsieur Gin. Si je dois répondre de mes fautes à notre retour au village, je ferais en sorte de répondre à mes actes. Je me dois d'être clair avec vous, mon but étant d'inclure le Shiden, de pourchasser et de capture, mort ou vif, les criminels de ce pays. Si j'ai fais tout ça, c'est que je le pensais juste. Mais au final, en y réfléchissant, j'aurais dû les neutraliser en les laissant en vie et en les attachants au pied d'un arbre. J'ai bafoué mes propres valeurs, celles que vous voulez transmettre et pour ça, je ne suis pas honorable. Je ne suis pas méritant d'être votre élève. J'ai beau être plus vieux, je suis respectable de mes supérieurs hiérarchique, qu'importe l'âge qu'ils ont. JE SUIS DÉSOLÉ WUTU-FUKU SENPAI ! » lui dis-je pour finir, les mains jointes baissant le buste devant lui. Ces paroles sont aussi destinés à Saji, mais je sais qu'il comprendra.

Révélation & peine au coeur, j'ai merdé. Et je le sais. Je ne demande pas le pardon, mais la compréhension.

Désormais, il est grand temps de rentrer au village. La mission est accomplie.
Revenir en haut Aller en bas
Nobuatsu Saji
Nobuatsu SajiEn ligne

[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji) - Page 2 Empty
Ven 2 Nov 2018 - 13:43
Le combat est terminé du côté de Kuzan et Saji, ils ont réussi à exécuter l’ordre de leur chef de mission, à savoir protéger Gin, le vieil aveugle. Le regard des deux genins est désormais tourné vers la place, où l’armée des turbans jaunes est toujours là à attendre le retour de leur maître. Et le maître revient, mais en cage. Plus précisément dans une cage d’os, au creux de la main squelettique du titan créé par le Kaguya. Le monstre osseux s’approche à grands pas, chaque mouvement fait trembler la terre sous leurs pieds. Toujours aussi impressionné, Saji réalise la chance qu’il a de voir un jutsu d’une telle puissance de ses propres yeux. Il n’y a plus de doute sur le pouvoir incroyable des Kaguyas. Le géant d’os pose le pied sur la grande place, mettant un terme à la série de tremblements de terre. Le silence s’abat sur le village ébahi par le spectacle, des villageois commencent à sortir de leur maison, curieux de connaître le dénouement. Wutu-Fuku descend tranquillement du bras de sa créature pour se poser devant la foule des fanatiques et leur adresser un discours inspirant. Il est le grand vainqueur de l’ordalie et pourtant il veut leur faire comprendre que cela ne veut rien dire. Qu’il n’y a pas de Dieu, du moins pas de Grand Zénith pour veiller sur eux et leur demander d’agir en son nom. Tout cela n’est qu’une ruse de la part du maître de culte pour avoir une armée à sa botte.

Au sens propre comme au sens figuré, les habitants de Fii étaient aveugles. Désormais au moins ils pourront voir la vérité qu’ils ont refusé tout ce temps, celle selon laquelle il n’existe pas de Grand Zénith, et que toutes leurs actions ne dépendent que d’eux. Ils sont responsables de leurs actions. Ils sont des hommes libres et égaux. La foi sans action responsable de leur part n’effacera pas la misère qui les touche. Elle ne fera qu’atténuer leur douleur et les retenir dans leur aliénation. C’est le point de vue de Saji. Les petites gens ont besoin d’être aidées dans leurs difficultés quotidiennes, qu’on les écoute et les aide en temps de crise. Ils sont trop souvent oubliés, laissés à eux-mêmes dans les régions marginalisées du pays, tandis que le centre, le village caché connaît la prospérité. Cette mission à Fii rappelle à Saji qu’au-delà de la population de Kiri, c’est aussi pour le pays de l’Eau qu’ils doivent se battre. Ils ne protègent pas seulement un village mais une nation, une nation qui doit être unie sous le même étendard.

Le chuunin termine son discours en parlant de sa condition de Kaguya, dans ses gènes, il est déterminé à devenir un guerrier, une machine à tuer. Et pourtant, par la force de sa volonté, il a appris à se dominer et à surmonter ses pulsions. Le Shikotsumyaku fait partie de lui, comme l’animalité fait partie de chacun de nous. Nous ne pouvons complètement nier notre nature animale, celle qui nous rattache aux réactions du cerveau reptilien. Nous sommes déterminés certes, mais seulement dans une certaine mesure. Ce que nous faisons de notre liberté, voilà ce qui définit notre Moi. Wutu-Fuku se sert de l’exemple de son clan pour expliquer à son élève Kuzan que ce n’est pas parce que nous avons une nature forgée dans la violence qu’il faut pour autant s’y abandonner. Une belle leçon de morale de la part de leur chef d’équipe… Lorsqu’il demande à ses genins si tout va bien, Saji se contente d’un hochement de tête pour lui signaler que tout est ok. Même si les actions de son ami l’ont quelque peu révolté, il veut l’aider dans ses difficultés et il cherche à corriger ses erreurs. Il a réussi à protéger le vieil aveugle comme on lui a demandé. Il a rejeté son ego, son préjugé du quarantenaire frustré d’être sous les ordres du jeune homme, pour s’incliner et reconnaître qu’il s’est éloigné du droit chemin. Au final, ce voyage à Fii a été une leçon pour tout le monde, y compris pour les habitants.

Suite à la prestation du Kaguya, les fidèles au turban jaune semblent plongés dans le doute et se mettent à discuter entre eux. Ne sachant pas quoi faire, voyant que l’ordalie a été remportée par cet étranger. Le maître du culte en revanche continue à se débattre dans la main squelettique en criant à ses fidèles de le sortir de sa captivité. Mais rien n’y fait. Il voit que ses disciples hésitent désormais, doutent de sa crédibilité. Ils voient clair dans son jeu. Le Kaguya vient de leur ouvrir les yeux. Ils lâchent leurs armes qui tombent lourdement au sol, produisant de multiples bruits métalliques qui résonnent dans la place. C’est la fin. Le culte de Fii n’est plus. Quant à Gin, il descend du dos de Kuzan pour se rapprocher de son fils Mura qui sort des rangs des turbans jaunes. Ils courent l’un vers l’autre et se prennent dans les bras. Le fils semble être sorti de l’emprise du maître de culte, il pleure et colle sa tête contre le torse de son père, regrettant tout ce qu’il lui a fait subir. Une belle scène de retrouvailles qui ne manque pas de toucher Saji. Tout est bien qui finit bien. Il est grand temps de rentrer.

Le vieil homme se retourne et s’approche de l’équipe 7, pour enfin s’adresser à Wutu-Fuku :

« Monsieur, je ne saurais suffisamment vous remercier pour tout ce que vous avez fait pour notre village. Vous avez chassé le démon qui rongeait le cœur des habitants de Fii, et il a trop longtemps profité de leurs faiblesses. Aujourd’hui, vous avez redonné de l’espoir à un vieil homme en fin de vie et qui espère voir un jour la nouvelle génération lui succéder. Votre jeunesse ne vous a pas empêché de faire les bons choix et votre exemplarité est un atout pour Kiri mais aussi pour le Pays de l’Eau. De la part de tout le village de Fii, merci. »

Sur ces mots de remerciement, Gin s’incline, suivi par son fils Mura. Les turbans jaunes désormais revenus à eux-mêmes marchent en direction des shinobis de Kiri et se mettent à genoux pour les saluer. Les habitants, femmes et enfants, font de même. Toute la population est reconnaissante pour ce que ces trois hommes ont fait pour eux. Une scène mémorable.

_________________
[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji) - Page 2 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Kaguya Wutu-Fuku
Kaguya Wutu-FukuEn ligne

[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji) - Page 2 Empty
Ven 2 Nov 2018 - 18:43
Les deux genins sont saufs. Mais à en juger par les corps inconscients autour d’eux, il semblerait qu’ils aient été attaqués par certains adeptes du culte. Une minorité, au regard de la foule immobile qui ne peut que contempler la déchéance du gourou. Une bonne chose de faite. Qui sait quels dégâts ce mouvement aurait pu causer à Mizu. Le contexte est clairement défavorable à un déchirement interne. Ils n’ont clairement pas besoin de ça. Tandis que le chûnin enfile son kimono, Kuzan, qui a mené à bien sa mission, s’incline devant son chef d’équipe et se confond en excuses. Les personnes auxquelles il a ôté la vie ne reviendront pas pour autant et le Kaguya devra forcément signaler ces événements dans son rapport. Mais le Yuki est sur la bonne route désormais. Il aurait pu sombrer. Il a eu une vie avant d’être un simple membre de l’équipe 7. Wutu-Fuku le sait, il l’a lu sur les fiches qu’on lui a données avant de former l’équipe. Il pose une main réconfortante sur l’épaule de cet homme deux fois plus âgé que lui. Comme il l’a fait sur Ue.

-Relève-toi Kuzan. Le temps n’est pas aux excuses mais au soulagement. Tu as bien travaillé. Toi aussi, Saji.

Le cycliste a beau être bien plus âgé que son senpai, il avait tout de même beaucoup à apprendre. Le chûnin tourne la tête en direction de la foule, toujours immobile. Le gourou continue à hurler, ordonnant à ses fidèles de le sortir de sa prison. Mais ils n’en font rien. Sa supercherie est démasquée. Elle aurait dû l’être depuis longtemps. Mais la détresse de la cécité, combinée à l’effet de groupe, peut faire des ravages. Les habitants de Fii devront réapprendre à vivre normalement, avec la culpabilité pour certains. Mais à cela, Wutu-Fuku préfère la discrétion de la justice interne de Fii. Il n’est pas juge et il ne saurait pas déceler qui a fait quoi et à quel niveau. De toute manière, le plus important est fait : la tête du culte et coupée. Les différentes armes de fortune qu’ils tenaient tombent lourdement au sol, créant un vacarme de bruits métalliques pendant quelques instants. Le chef d’équipe soupire de soulagement. Il n’aura pas à neutraliser tout un village endoctriné. Une tâche qui aurait été compliquée car de simples civils ne résisteraient certainement pas à une baffe du squelette géant.

Gin, faisant preuve d’une étonnante agilité, ne peut résister et se dirige vers son fils pour des retrouvailles émouvantes. Et dire qu’il était capable de se suicider quelques minutes plus tôt. L’esprit humain est décidément plein de contradictions. Mais alors que le trio se prépare pour le départ, le vieil homme s’empresse de rejoindre ses sauveurs et se met à genoux pour les remercier, bientôt imité par la population rassemblée sur la place, qui s’est entre temps débarrassée des turbans jaunes, symboles de leur appartenance au culte du Grand Zénith. Wutu-Fuku en est presque gêné.

-Allons, relevez-vous enfin !baka!

Pragmatique, le chûnin revient vite aux fondamentaux.

-N’oubliez pas les quelques villageois qu’on a été obligés de ligoter comme des gigots dans les restes de l’auberge. Et évitez peut-être de les libérer prématurément, ils n’ont pas assistés à la défaite de leur chef, eux.

En voyant Gin et son fils, le Kaguya se dit qu’il serait dommage de les séparer dès maintenant. De plus, la rudesse de l’hiver rendrait un voyage pour un aussi vieil homme difficile. Aussi propose-t-il qu’un autre villageois accompagne le trio jusqu’à Kiri. C’est une autre civile qui se dévoue, une jeune femme qui était restée dans une des maisons pendant tout l’affrontement.

-Merci de vous porter volontaire. Les informations que vous voudrez bien nous donner nous serons très utiles.


Le squelette géant est également du voyage, afin de garder dans sa main le gourou, qui a arrêté de crier entre temps, résolu. Le voyage retour se déroule sans encombre et une fois de retour à Kiri, la jeune femme leur donnera toutes les informations nécessaires pour retracer le calendrier des événements. Comment cet homme est arrivé il y a quelques mois et comment il a endoctriné la population avec sa maîtrise du Shakuton, qui le rendait « visible » pour les aveugles. Le fait de faire voyager une habitante de Fii est également un prétexte pour Wutu-Fuku afin de retourner au hameau quelques jours plus tard pour ramener la villageoise mais aussi pour s’assurer que la vie reprenne bien son cour et que le culte est définitivement enterré.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine http://www.ascentofshinobi.com/u800

[Mission libre B] FII CAUSE TOUJOURS DES PROBLÈMES... (Wutu-Fuku / Saji)

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: