Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Petit entraînement en couple [PV : Abuto]
La mission embarrassante [PV: Etsuko] EmptyAujourd'hui à 22:15 par Sekken Ryoko

» 2/Final. L'Empire du Feu
La mission embarrassante [PV: Etsuko] EmptyAujourd'hui à 21:32 par Gentoku M. Yamiko

» Or et plaisir [Yasei Reikan & Aditya]
La mission embarrassante [PV: Etsuko] EmptyAujourd'hui à 21:26 par Date Junko

» Un moment d'égarement × Junko
La mission embarrassante [PV: Etsuko] EmptyAujourd'hui à 20:44 par Date Junko

» 2/01. Faire tomber le masque
La mission embarrassante [PV: Etsuko] EmptyAujourd'hui à 20:12 par Metaru Itagami

» Mu Staki avec sa gueule de métèque
La mission embarrassante [PV: Etsuko] EmptyAujourd'hui à 19:16 par Mu

» Présages et réalités [Pv: Kansei]
La mission embarrassante [PV: Etsuko] EmptyAujourd'hui à 18:28 par Suzuri Takara

» Kokuen Akame [EN MODIFICATION]
La mission embarrassante [PV: Etsuko] EmptyAujourd'hui à 17:51 par Meikyû Raizen

» 2/02. Recroiser le fer [Victoire : Teikoku]
La mission embarrassante [PV: Etsuko] EmptyAujourd'hui à 17:33 par Hayai Taishi

» Cohabitation
La mission embarrassante [PV: Etsuko] EmptyAujourd'hui à 17:29 par Joo Jun

Partagez

La mission embarrassante [PV: Etsuko]


La mission embarrassante [PV: Etsuko] Empty
Mar 23 Oct 2018 - 19:59
Le jour venait de se lever et la jeune fille sortait lentement de sa torpeur de la nuitée calme qu'elle venait de passer. Les petits rituels du quotidien s'enchainaient rapidement pendant que les rayons du soleil créaient lentement des ombres sur les murs qui changeaient lentement d'inclinaison avec le temps qui défilait. Une belle matinée d'hiver, il y avait encore un peu de neige dehors ici et là, rien qui ne devrait tenir bien longtemps devant un soleil aussi prononcée. Elle s'était décidé à rejoindre le terrain d'entrainement pour pratiquer son art, comme elle pouvait le faire sur plusieurs jours. Quand elle fut interrompu en sortant de son petit appartement par la vérification du courrier. Une mission ! C'était sa deuxième mission ! Elle se mit à lire la lettre à la hâte silencieusement et avec attention, avant de faire le point et synthétiser son contenu.

Elle n'était pas particulièrement complexe au premier regard, il s'agissait de retrouver un objet volé à un marchand pendant son trajet au village. Il s'était fait subtilisé quelque chose de valeur pendant une de ses pauses pendant le voyage et s'en était rendu compte qu'après. Ce n'était pas quelque chose d'importance, loin de là. Mais à la réflexion, Gabushi s'était finalement aperçu qu'elle n'avait pas vraiment les qualités et les dispositions pour retrouver quelque chose comme ça. Les autorités avait du distribuer l'ordre à la va vite et c'était tombé sur elle sans trop savoir pourquoi. Elle n'allait pas refusé, aider le village était sa priorité et c'était une occasion à saisir. Mais elle ne savait clairement pas par où commencer. L'idée de demander de l'aide venait petit à petit dans son esprit, au vu de son manque d'idée pour accomplir la tâche qui lui avait été donné, l'archère n'avait pas dix solutions.

Elle se demanda tout de même comment une mission sur un sujet aussi régalien avait atterrie dans sa boite au lettre, cela relevait peut être plus de l'ordre de policier qui était dans le village... Etsuko-sensei !
D'un pas décidé, l'Ashikaga empreinta la rue pour traverser le quartier résidentielle. Etsuko-sensei était la première personne avec qui elle s'était vraiment ouverte dans le village, elle lui avait permis de toucher son don du doigt pour la toute première fois sans causer de catastrophe incontrôlable. Elle ne l'avait pas recroisé depuis, si ce n'était au pays du fer. Mais elle préférait garder le souvenir de la tutrice bienveillante en tête que les sombres souvenirs des évènements de Tetsu no kuni. Elle lui avait dis à cette époque là, qu'au moindre problème ou la moindre question, il fallait venir la voir au poste n°=6. Elle était même Fukutaisho ! Si quelqu'un pouvait lui donner des conseils et/ou l'éclairer sur l'ordre qu'elle venait de recevoir, c'était bien Etsuko.

Une fois devant le poste, elle se présenta rapidement à l'accueil en demandant si elle pouvait avoir une rapide entrevu avec la Naari. Toujours décidée et volontaire quant à remplir les conditions de la mission, malgré son manque flagrant de talent ou d'idée, elle pressa son entrevu en signifiant qu'il s'agissait d'une urgence, tout en restant polie bien entendu. L'attente fut brève et elle pu enfin rencontrer une nouvelle fois la chuunin.


- Bonjour, Etsuko-sensei. J'ai... eh.. Un soucis, avec une mission qu'on vient de me confier à l'instant. Il s'agit de retrouver un objet volé et je ne sais pas quoi... enfin... Je ne sais pas par où commencer. Et vu que vous m'aviez dis la dernière fois, sur le hauts plateaux, que je pouvais venir vous rencontrer si j'avais des questions. Enfin voilà, je vous demande humblement de m'aider, si vous en avez le temps. Elle s'inclina respectueusement, les joues rouge d'embarras suite à sa déclaration, tout en tenant timidement l'ordre de mission en question.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi

La mission embarrassante [PV: Etsuko] Empty
Mar 6 Nov 2018 - 15:38
Etsuko avait choisi de garder le poste 6 comme lieu de travail même si désormais, la police attendait la création d'un nouveau bâtiment plus grand pour être rassemblée et non plus dispercée dans la douzaine de postes actuels. Il s'agissait là d'une volonté du Tsuchikage qui cherchait avec cette réforme une simplification du système policier, sans doute pour aider les plaignants à ne plus se perdre en ville à la recherche du poste de police où ils devaient se présenter selon leur problème.

Elle ne pouvait s'empêcher d'être déçue, ayant passé pas mal de temps à travailler sur la paperasse qu'on lui avait demandé de faire pour la spécialisation de son poste n°6, mais elle comprennait la nécessité de la chose, même si elle en avait vanté les mérites à Meikyu Raizen quelques temps auparavant. Dans un sens, elle avait pu apporter quelques conseils au Tsuchikage grâce à l'échange qu'elle avait eu avec le kumojin et la réforme n'en serait que plus efficace.

Lorsque Gabushi arriva, Etsuko était dans son petit bureau. Ce fut un policier qui lui demanda de patienter le temps qu'il prévienne la nouvelle Taishô avant de revenir vers la jeune archère pour l'introduire auprès de la Naari. Etsuko lui sourit, la reconnaissant avec un certain plaisir. Leur dernière rencontre avait été dure et elle ignorait comment les genins avaient pu prendre ses mots plutôt durs dans une situation d'urgence qu'elle devait contrôler pour éviter un désastre. La voir ici la rassurait, elle pouvait se dire qu'elle au moins n'avait pas été totalement traumatisée même si elle essaierai de lui échanger quelques mots à ce sujet, histoire d'avoir son avis.

« Ohayo gozaimasu, Gabushi-san. Installe-toi et explique moi ton problème, je t'écoute. »

Reposant son stylo avec lequel elle griffonnait sur un carnet, un dossier ouvert à côté d'elle, elle ferma ce dernier avant de reposer son stylo, se redressant un peu sur sa chaise et accordant toute son attention à l'assimilatrice de fûton.

« De t'aider ? Bien sûr, laisse moi juste une minute pour lire... D'accord, je vois. C'est un peu étrange que l'on t'ai donné cette mission, c'est plutôt le genre d'enquête que l'on confie à la police. Mais si on te l'a confiée, alors c'est à toi d'y répondre. Mais je peux t'aider bien sûr. J'avais besoin d'un peu d'activités, j'ai eu beaucoup de rapports et de papiers à faire et à rattraper depuis Tetsu no Kuni... Enfin. Je suis heureuse que tu sois venue me voir malgré la difficulté de la situation à laquelle nous avons été confrontés et les choix que j'ai dû alors faire. »

Etsuko avait lu une première fois l'ordre de mission et reprit le temps de chercher d'éventuels détails donnés qui auraient pu les mettre sur une piste. Au final, seul le nom du marchand, un certain Goku Hattari, était donné ainsi que le lieu où il résidait à Iwa. Même l'objet volé en question n'était pas décrit dans la mission, voilà qui imposait un certain ordre de marche pour avancer et ainsi avoir des résultats.

« Bien, vu le peu d'informations que nous avons sur cette mission, la première étape à faire sera d'aller rencontrer ce Goku Hattari-san et de rassembler ce qu'il pourra nous dire, de l'analyser et de voir quelles sont les pistes qui s'offrent à nous. Nous avons son adresse, alors si tu me laisses deux petites minutes, je vais ranger ce dossier et prévenir mes subalternes que je serai partie pour la journée, je pense qu'ils pourront tenir sans moi pendant vingt-quatre heures mais je préfère qu'ils soient au courant. Tu peux m'attendre dans le couloir ou dehors, j'en ai pas pour longtemps. »

Etsuko lui sourit puis se leva, commençant à ranger le dossier en question et se dirigeant vers l'armoire, laissant Gabushi aller l'attendre à côté. Elle finit par sortir deux minutes plus tard et se dirigea rapidement vers un autre bureau où elle toqua avant d'ouvrir la porte et d'échanger quelques mots à l'intérieur. Elle revint finalement vers Gabushi et lui sourit, carnet et crayon en main.

« Bien, c'est tout ce que j'avais à faire ici, alors on peut aller à la rencontre de Goku-san dès maintenant si tu en as envie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

La mission embarrassante [PV: Etsuko] Empty
Ven 23 Nov 2018 - 17:38
L'entrevu démarrait bien, l'accueil de sa supérieur était aimable et agréable. De quoi rassurer l'Ashikaga qui était visiblement peu sûre d'elle malgré sa détermination. Tout comme la première fois qu'elles s'étaient rencontrées au terrain d'entrainement de l'académie, la jeune fille restait plutôt intimidée à sortir de sa zone de confort et d'habitude. Peut être l'effet secondaire de ses années à pratiquer les mêmes mouvements, les mêmes rituels et les mêmes traditions. Beaucoup de choses étaient cependant nouvelles ces derniers temps dans sa vie, elle commençait à s'habituer à ne pas être à l'aise, enfin, probablement. Mais à l'inverse, Etsuko était sûre d'elle et de son environnement et elle faisait preuve d'une confiance en soi qui rassurait d'autant plus la jeune Ashikaga dans sa démarche.

La chuunin confirma les doutes de Gabushi, c'était une mission un peu étrange et surtout pas vraiment dans ses cordes. Tout en rajoutant, sûre d'elle, que si la mission lui avait été envoyé, c'était à elle de la remplir. Oui, l'idée de se détourner de la mission n'avait pas effleuré son esprit. Depuis qu'elle avait reçu son bandeau du village, c'était son devoir de remplir les missions qui lui étaient données. Heureusement, Etsuko était partante pour lui donner un coup de main. Elle qui était bien plus expérimentée pour retrouver un objet volé que l'archère, décida de prendre les rennes de l'enquête.
Une phrase à propos des évènements du fer se glissa dans les propos d'Etsuko et la jeune fille décida de ne pas relever la chose. Si sa foi dans le village n'était pas ébranlée après les meurtres et autre qu'il s'était passé là-bas, c'était en parti grâce à son sens du devoir et du respect. Elle avait décidé de laisser ces évènements dans un coin et de ne plus y penser, n'ayant pas les armes pour se battre contre quelque chose d'aussi fuyant et confus. Le déni était sa seule réponse, elle ne faisait comme si rien ne s'était passé pour le moment. Mais les choix qu'avaient du faire Etsuko là-bas n'était pas oubliés. Cela lui avait laissé une profonde cicatrice que le regard de Sayuka lui rappelait pendant son sommeil.

Elle haussa les épaules avant de reporter son attention sur le présent. Elle pu admirer le travail de la policière devant elle qui savait déjà où aller et pourquoi pour progresser. C'était simple et Gabushi n'avait pas eu la présence d'esprit de trouver la première piste alors qu'elle se trouvait sur le bout de papier. Elle était décidément inexpérimentée dans pas mal de domaine, l'enquête en était un sans aucun doute.


- Bien sûr, bien sûr ! Je vous remercie encore une fois Etsuko-sensei. Dit-elle en se levant à son tour pour s'incliner. Elle laissa Etsuko prendre ses dispositions en l'attendant au dehors du bureau légèrement impatiente de continuer. Elle était heureuse que les choses se déroulent ainsi et arrivent à trouver un dénouement. Certain genin de sa connaissance pouvaient de temps en temps être bien trop fière ou têtu pour demander de l'aide. Ce n'était pas son cas, la seule réussite importait vraiment. Même si les choses étaient quelque fois complexe, elle aimait les simplifier pour garder son cap. La flèche à la fin de l'histoire, était-elle au centre de la cible ?

Etsuko la rejoignit peut de temps après, équipée des outils adéquats à la résolution de l'affaire. Elle n'avait que son arc à l'épaule, peut être était-il de trop pour un mission comme celle-là ? Bien moins utile qu'un carnet et un crayon, sans aucun doute.


- Je n'ai pas de meilleure suggestion. Se renseigner auprès de la personne volée semble la chose logique à faire. Allons-y sans tarder. Dit-elle dans un sourire franc à Etsuko.

Les deux kunoichi se rendirent donc où se trouvait les informations pour commencer à enquêter à propos de ce mystérieux vol. Direction le cœur commerçant pour retrouver une petite échoppe qui semblait à première vu être un coutelier ou quelqu'un qui marchande des petites armes blanches. Ce n'était pas vraiment rare de croiser ce genre de commerce dans un village militarisé comme l'était Iwa. Mais même s'il y avait bien des kunai et autre armes de lancé ici et là, probablement pour contenter la demande des shinobi, il y avait aussi des choses plus ouvragées et travaillées. Sans aucun doute pour un tout autre type de clientèle. Le marchand vint les voir toutes les deux dès qu'elles eurent franchi l'entrée.

- Bien le bonjour mes demoiselles ! Goku Hattari est mon nom, que puis-je pour vous servir ? Dit-il d'un air qui se voulait engageant et charmeur, prêt à se montrer serviable tout en dégainant des arguments de vente.
Il était vêtu simplement, faisant contraste avec les marchandises qui se trouvaient à côté de lui. Il n'avait rien de reconnaissable ou de remarquable non plus côté physique. Un grand homme au cheveux sombre, qui cultivait probablement cette image de serviteur proche de ses clients. Gabushi n'était pas vraiment sensible aux marchands et autres boutique qui étaient partout sur dans le village, elle avait tendance à penser que l'artisant et le guerrier étaient les deux vrais facette d'Iwa et que les personnes comme ce Hattari profitaient de l'art du premier et de la protection du second. Une philosophie dure pour une si jeune fille, peut être.
Elle tourna son regard vers Etsuko, n'osant pour le moment pas prendre la parole.

_________________


Dernière édition par Ashikaga Gabushi le Ven 7 Déc 2018 - 15:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi

La mission embarrassante [PV: Etsuko] Empty
Lun 3 Déc 2018 - 9:59
Etsuko était arrivée jusqu'à la demeure de l'homme en question, celui qui s'était fait volé et dont Gabushi avait été l'étrange destinataire de la mission qui visait à retrouver son voleur et peut-être son bien. La jeune femme aux cheveux de jais et aux yeux de jade avait ainsi accompagné la genin jusqu'à cette échoppe qu'elle connaissait un peu. Après tout, elle avait grandit ici-même et bien qu'elle n'ait jamais été cliente de ce magasin là, elle était déjà passé devant de nombreuses fois, notamment parce que l'un de ses amis d'enfance habitait non loin.

« Ohayo Gozaimasu Goku-san. Je me nomme Naari Etsuko et voici Ashikaga Gabushi, nous sommes les deux kunoichis envoyées pour répondre à votre requête suite au vol dont vous avez été victime il y a peu. Vous avez un peu de temps pour nous en parler et nous expliquer un peu ce qu'il s'est passé, ce que l'on vous a prit ? Si cela vous dérange maintenant à cause de votre travail, nous pouvons également revenir plus tard dans la journée. »

Business is business, il arrivait que certains marchands soient odieux et peu coopératifs si l'on venait les déranger dans leurs heures de productivité, là où les acheteurs se bousculaient pour faire des achats. Ainsi Etsuko voulait s'éviter tout mauvais départ et s'assurer de l'efficacité de leur échange, qu'il ne soit pas des plus désagréables et que Gabushi n'ait pas à subir la mauvaise humeur d'un avare. Mais heureusement, ce dernier ne semblait pas de ce bord puisqu'il gardait ce sourire qu'il voulait charmeur même s'il n'avait aucun effet sur la Jônin.

« Non, non bien sûr, allez-y je vous écoute, je suis prêt à me mettre à votre entière disposition. Après tout, c'est moi qui en ait fait la demande et je vous suis gré d'avoir prit le temps si rapidement de vous occuper de mon humble requête. »

Il avait toujours cet air qui se voulait agréable que l'on retrouvait chez tout marchand qui sentait qu'il avait un profit à tirer d'un échange, quelque chose que la Naari n'avait jamais compris puisque son but premier en tant que vendeuse était de partager sa passion des fleurs et d'offrir aux gens ce qu'ils souhaitaient. Combler les coeurs avant de chercher à combler son propre porte-monnaie, voilà l'attrait principal de la jeune femme dans son métier premier.

« D'accord, merci de votre coopération. Nous avons donc quelques questions, à commencer par ce qui a été volé puisque ce n'était pas précisé, ainsi que où exactement et quand. Nous souhaiterions aussi savoir si vous avez touché la scène depuis, si vous avez le moindre soupçon sur qui pourrait avoir fait ça, de leurs raisons, ou si selon vous il s'agit d'un vol "banal", que ce n'est pas quelque chose contre vous en particulier. Ce n'est qu'une possibilité, mais je voudrais savoir si vous avez des doutes à ce sujet. »

En effet, elle avait déjà vu certains marchands voler des stocks à d'autres pour leur nuire et s'enrichir dans le même coup. Ils avaient finis par être attrapés en général, mais ils avaient eu le temps de faire perdre pas mal d'argent à leur concurrent. Les arnaques et les prix exhorbitants pouvaient aussi être un motif que l'on retrouvait certaines fois, comme une vengeance contre le marchand qui demandait un pécule trop important pour des objets qui ne le valait pas.

Etsuko suivit par ailleurs le marchand qui avait commencé à se déplacer, s'installant contre son comptoir pour discuter un peu plus posément, prêt à répondre de son mieux apparemment. Elle restait cependant sur ses gardes, elle ne devait pas se laisser berner. Elle fit aussi un petit regard à Gabushi, l'incitant également à ne pas hésiter à poser des questions si elle en avait en tête. Cela restait sa mission après tout, si la Naari avait accepté de l'aider, ce n'était pas pour tout faire à sa place.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

La mission embarrassante [PV: Etsuko] Empty
Mar 25 Déc 2018 - 22:55
Et la Naari sous le regard insistant de la jeune archère s'était décidée à prendre la conversation en main. Gabushi était admirative en regardant son supérieur poser des questions simples et claires qui allaient inévitablement faire avancer l'enquête après s'être assuré de la coopération d'Hattari-sans. Ce n'était pas vraiment extraordinaire en vérité, avec un peu de recul, c'était une manière logique de procéder et très efficace. Mais l'archère trouvait tout de même la démarche et le professionnalisme d'Etsuko, sans aucune hésitation, plus que respectable.
La jeune fille se voyait plus comme un soldat au service du village, c'est un peu pour ça qu'elle ne s'était jamais rapproché du service de police du pays qui recrutait des shinobis dans leurs rangs. Mais sa conviction et son respect pour la profession étaient renforcés par le cours accéléré qui se déroulait sous ses yeux.
Goku Hatari semblait ravi de voir que sa demande fut acceptée aussi rapidement, au point de se rendre immédiatement disponible pour les deux kunoichi. Il est vrai que les affaires n'étaient apparemment pas vraiment nombreuses à cette période de la journée. Elle n'y connaissait pas grand-chose, mais le manque de client dans la boutique semblait particulièrement préoccupant pour son regard profane. Quoique avec le prix d'une seule de ses marchandises de luxe, il devrait être à l'abri du besoin pendant un moment.
Son attention se reporta sur la conversation et sur les réponses que pouvait fournir l'interrogé.


- Et bien très chère, je possède une forge dans la cours arrière de ma modeste échoppe. commença-t'il d'un ton de conteur d'histoire. Pour les commandes, dirons-nous, spéciales. Et je fais venir des lingots d'acier très précieux de loin, pour assouvir la demande de... qualité, de ma clientèle. Figurez-vous qu'un chargement de plusieurs unités de ces précieux matériaux venait d'arriver chez moi, avant de disparaître dans la nuit sans que mon forgeron puisse faire parler son art.
Il se gratta le menton, apparemment en pleine réflexion. Il n'était pas particulièrement touché par les maux qu'il venait de décrire, seulement légèrement embarrassé. Il se rappela des autres questions d'Etsuko quand son regard revint sur elle, et reprit ses explications de la situation.
- Je ne pense pas qu'il s'agit particulièrement de ma personne, ces lingots valent une petite fortune dans les mains d'un forgeron qui sait quoi en faire et pourraient justifier de prendre des risques pour leurs acquisitions. La concurrence ne manque pas dans le village, je ne vous apprends rien. Lacha t-il entre ses dents avec un sourire charmeur.

Gabushi fronça les sourcils en observant le marchand, il y avait quelque chose qui n'allait pas dans cette histoire. Elle n'osait pas vraiment prendre la parole pour le moment, mais le regard d'Etsuko était sans nul doute là pour l'inciter à agir dans la conversation. Elle se décida, après une petite réflexion histoire de structurer ses phrases de manière clair et limpide, à poser des questions.
- Quelque chose d'autre vous a été volé ? Il y a eu des traces d'effraction ou de lutte ?

Pour l'Ashikaga, cela ne pouvait pas être un vol dû au hasard si rien d'autre ne fut subtilisé et aucune porte vandalisée ou forcée. Quelqu'un voulait précisément ces lingots et avait réussit à atteindre la cour arrière sans passer par la boutique et sans prendre le risque de prendre quelque chose derrière les vitrines. Le marchand confirma ses doutes, quand celui-ci affirma que non, rien d'autre n'intéressait le voleur à part les fameux lingots.

- Peut-être devrions-nous parler à votre employé à la forge. Nous pourrions voir où il entrepose son matériel et continuer notre enquête à partir de là. Ajouta Gabushi à haute voix, tout en réfléchissant. Hattori-san la regarda en haussant un sourcil, comme s'il jugeait la jeune kunoichi après la remarque qu'elle venait de faire. Avant de hausser les épaules.
- Oui, bien sûr. Vous avez mon entière coopération. Dit-il, avant de se détourner pour ouvrir la porte menant à l'arrière de la boutique qui mène sur la forge. Celle-ci était éteinte et en présence d'un homme qui semblait être en train de recompter ses outils. Hattori-san, qui semblait vouloir retourner à ses affaires, s'empressa de rentrer laissant les deux kunoichi en présence du potentiel témoin.

- B'jour mes dames, Juka Ichi pour vous servir. Dit-il après s'être retourné et avoir remarqué la présence des deux nouvelles dans son lieu de travail. Z'êtes là pour le vol hein ? Vous avez pas des têtes de stagiaire et l'patron m'a rien dit. Qu'est-ce que vous voulez savoir ?
Il avait des traces de cendre un peu partout sur son grand tablier, une barbe noir jais qui semblait avoir pris trop la chaleur à certains endroits. Mais il était chaleureux, quoi que visiblement inquiet dans la voix. Peut-être la présence des deux kunoichi était intimidante et qu'il n'avait pas le même contrôle de soi que Hattori. Mais son regard était étrangement fuyant malgré sa visible bonne volonté à vouloir aider.
- Bonjour Ichi-san, je suis Ashikaga Gabushi et voici Naari Etsuko. Nous sommes effectivement là pour le vol et Hattari-san a gentillement accepté notre requête pour venir vous parler. Nous avons des questions. Où entreposez-vous ce genre de marchandise précieuse ? A part la voie des airs, comment peut-on entrer dans la forge de nuit ?

Des questions brèves et simples pour plus d'efficacité dans les réponses de l'homme qui commençait visiblement à être mal à l'aise.

_________________


Dernière édition par Ashikaga Gabushi le Dim 20 Jan 2019 - 7:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi

La mission embarrassante [PV: Etsuko] Empty
Dim 13 Jan 2019 - 16:53
Etsuko laissa la jeune fille prendre un peu les devants. Elle avait besoin de se lancer et après un petit exemple, elle y parvenait. Les réponses de l'homme étaient plutôt complètes malgré un air qui se voulait charmeur qui déplaisait à la Naari. Certes les marchands avaient souvent tendance à être outrageusement accueillants, mais elle avait comme une impression de quelque chose de malsain en le voyant. Elle écoutait en se concentrant sur ses paroles plutôt que sur son apparence, parvenant ainsi à se détendre un peu pour être plus efficace.

Elle hocha un peu la tête aux questions de Gabushi, plutôt en accord avec ce qu'elle demandait. Elles avancèrent alors jusqu'à la scène, la découvrant avant de rencontrer le forgeron qui s'arrêta en les entendant arriver. Tandis que le patron s'éclipsait en affirmant être à leur service pour l'enquête, l'employé qui n'était pas totalement serain se présenta et leur demanda comment les aider. Gabushi se lança alors dans une série de questions qui le laissèrent perplexe pendant un moment. Il prit le temps de réfléchir pour ensuite se lancer.

« La marchandise précieuse... Et ben elle reste là... La forge est pas assez grande et on a pas de pièce sécurisé de stockage alors ici c'est l'endroit le plus sûr puisque y a la boutique avant et que ben... Faut la passer pour venir jusque là. C'est lourd ces machins qu'on nous a volé, pas trop possible de les embarquer par le ciel, et c'est la seule entrée... Enfin y a bien l'arrière de la forge qui donne sur une ptite cour mais c'est que pour les livraisons d'matériel. La nuit la ruelle est fermée et la porte aussi. C'est plus simple de passer par la boutique quoi. »

Il se grattait un peu la tête, l'air de réfléchir encore. Il ne trouvait cependant pas de solution, continuant de regarder sur le côté.

« D'accord, merci pour ces informations. Et sinon, vous n'avez pas eu d'autres cas de vol ? C'est la première fois qu'une chose pareille se produit ? Est-ce que vous pourriez me dire qui vous a livré ces lingots, à quelle heure, et à quelle heure vous êtes partis de la forge la veille du vol ainsi que l'heure où vous êtes arrivé le matin suivant. »

Pensive, Etsuko regarda un peu la bâtisse derrière l'artisan, le lieu de travail des métaux.

« Vous pouvez nous faire visiter la forge également ? Nous visiterons ensuite la boutique, cela m'étonne un peu que rien n'y ait été volé et qu'il n'y ait aucun signe d'éffraction. »

Un peu plus mal à l'aise, leur hôte prit le temps de réfléchir quelques instants avant de leur répondre. Il passait sa main dans sa barbe, cherchant à trouver quoi répondre exactement. Fouillait-il dans sa mémoire ou cherchait-il un mensonge crédible, c'était difficile à définir pour le moment mais la policière commençait à avoir des doutes.

« Alors... Non, ya pas eu d'autres vols que je sache, en tous cas pas dans la forge. Le livreur c'est l'même que d'habitude, faut que vous demandiez au patron pour savoir exactement qui c'est... Pour l'heure, j'suis parti à la tombée de la nuit. Devait être un peu plus de 18 heures à cette saison. Et j'suis r'venu vers 6 heures comme tous les matins. Pour la forge euh... Ok... Pas d'problèmes... Suivez-moi, j'vais vous montrer mes dames... »

Se retournant alors, Juka Ichi les guida à l'intérieur, les faisant pénétrer dans le petit bâtiment après l'arrière-cour.

_________________
Theme song : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

La mission embarrassante [PV: Etsuko] Empty
Dim 20 Jan 2019 - 7:36
Le forgeron répondait aimablement aux questions qui lui étaient posées, mais Gabushi avait l'impression que quelque chose n'allait pas. Elle ne pouvait l'expliquer ou mettre des mots sur ce sentiment, mais c'était très ressemblant à celui qu'un combattant pouvait ressentir avant de tomber dans une embuscade. Une sensation dérangeante comme si quelque chose ne collait pas, mais sans pouvoir exactement dire quoi.
Pourtant, tout semblait en ordre d'après les dires du forgeron barbu. Le matériau précieux s'était simplement évaporé. Pendant un instant, Gabushi se disait qu'un shinobi pouvait faire un miracle comme ça. Elle avait vu depuis le temps qu'elle était au village, des choses bien plus incroyable, mais pourquoi et qui ? Cela ne faisait aucun sens.

En se reconcentrant sur la conversation, Etsuko semblait d'accord avec elle sur un point, c'était très étrange que rien d'autre ne fût subtilisé et/ou vandalisé dans l'opération. Une rapine bien trop ciblée pour être le fait d'un simple voleur à la recherche de trésor précieux. Pour le reste, la jeune archère était un peu perdue, n'ayant pas l'expérience de la Naari pour enquêter.

Ils entrèrent tous les trois dans la petite forge, lieu où un art ancestral que l'Ashikaga respectait beaucoup était pratiqué. Même si c'était au service d'un homme qui voyait probablement uniquement là-dedans un moyen de s'enrichir, le forgeron lui avait toute l'admiration de la jeune kunoichi. La pièce n'était pas très grande et plutôt sombre, le feu étant éteint pour le moment. Le forgeron désigna d'une main tendu un petit coin aménagé avant de rajouter en soufflant dans sa barbe.

- Voilà, c'était là hier soir.

Il n'osait pas regarder les deux enquêtrices, marmonnant des mots incompréhensibles dans sa barbe avant de leur tourner le dos, soudainement très intéressé par les outils accrochés sur le mur.
Gabushi jeta un coup d'œil inquiet à Etsuko, là commençaient les choses un peu plus compliquées. Maintenant qu'elles avaient rassemblés des éléments, l'archère ne voyait pas comment avancer plus loin.


- Etsuko-sensei ? Que faisons-nous à présent ? J'ai l'impression que quelque chose ne va pas dans tout ça, mais je ne sais pas quoi ni comment arranger ça. Dit-elle en chuchotant discrètement pour ne pas partager ses confidences avec le forgeron, qu'elle observait du coin de l'œil.

C'était peut-être un peu simpliste, peut être que les mots étaient mal choisi ou peut être même qu'elle était un peu trop franche dans ses dires à la sensei. Mais elle était avant tout une artiste martiale qui était bien loin d'un champ de bataille.

Comment toucher sa cible si celle-ci est masquée derrière des mensonges ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi

La mission embarrassante [PV: Etsuko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: