Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Bushido | Shimazu Aomine
Aujourd'hui à 13:01 par Shimazu Aomine

» Travail de nuit
Aujourd'hui à 12:35 par Mamoru Honō

» 09. Demandes de Succès
Aujourd'hui à 12:20 par Yuki Mugetsu

» Du passé et de l'avenir. | ft. Nishimura Rara
Aujourd'hui à 12:15 par Yuki Mugetsu

» Mission Rang C - Sauvetage Félins.
Aujourd'hui à 11:58 par Kamijiyū Shimi

» Première étape ∞ Jun
Aujourd'hui à 11:54 par Yamanaka Jun

» The swan and the duck
Aujourd'hui à 11:29 par Metaru Kenshin

» Neutralité et savoir faire | Shaka et Ichiryû
Aujourd'hui à 10:11 par Yamanaka Shaka

» Omerta | Mamoru Honō
Aujourd'hui à 9:14 par Mamoru Honō

» Vent perturbé, Rafale de doute [Gabushi]
Aujourd'hui à 8:12 par Ashikaga Gabushi

Partagez | 

[MLB] Dépoussièrer le passé [Metaru Itagami]


Jeu 25 Oct 2018 - 4:24

Dépoussièrer le passé

Kumo et alentours

Metaru Itagami


Ordre de mission:
 




Convoquée le matin même au bureau des missions, la Suzuri avait quitté son poste légèrement à contrecœur afin de répondre à cet appel. Elle avait repris du poil de la bête depuis ses déboires et avait déjà effectué quelques missions pour Kumo, avec divers ninjas. Si ses parents étaient très heureux de ce revirement qu’ils nommèrent gentiment « prise de conscience », Akina, elle avait toujours autant de mal à s’habituer à la chose militaire. Arrivée sur place elle fut assez étonnée de voir présente dans la même pièce qu’elle une autre Kunoichi, Metaru de clan ; qu’elle connaissait… plutôt bien.

Elle s’avança, salua et le préposé aux missions et la jeune femme au ventre bombé qu’elle n’avait pas manqué tout en replaçant ses lunettes. L’homme, sûrement plus vielle qu’elle ; leur expliqua ce qu’elles devaient faire ; ne laissant ainsi aucun doute sur le fait qu’elles allaient faire équipe. Après quelques minutes et un acquiescement face aux ordres, les deux jeunes femmes purent se mettre à l’œuvre, commençant, déjç ; par quitter ce bureau, et ce bâtiment. Une fois à l’extérieur ; la Suzuri s’adressa à sa comparse dans cette aventure.

-Je suis contente qu’on puisse travailler ensemble. Lui dit-elle armée d’un sourire joyeux. Les ruines de Shitaderu… ce doit être vieux… Je ne sais pas du tout où c’est… Et pourtant… ça fait un moment que je vis ici. Avait-elle continué en faisant quelques pas dans la rue. Tu sais de quels plans il parlait ? Tu diriges la raffinerie, non ? Interrogea-t-elle la Metaru. Elle ne connaissait pas la réponse à sa première question, mais la seconde question, elle, était plus rhétorique qu’autre chose. D’ailleurs, la jeune femme se demandait combien de temps la blonde allait encore travailler, dans cet état… Ce n’était pas… prudent.

Enfin, s’il y avait bien un endroit où elles pourraient trouver des informations ; c’était sans conteste la Bibliothèque, sur son territoire… Ce qui tombait bien puisqu’elle devait justement dépoussiérer certaines archives publiques du village…



_________________

Akina [akina] n.f - n.p : Qui ressent de la joie en toutes circonstances
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Ven 26 Oct 2018 - 2:09


Fuuuuuu… ça avait été difficile, fort difficile de convaincre le futur papa de me laisser enfin reprendre quelques activités. Je comprenais ses craintes, mais était enceinte, pas mourante, d’autant que c’était ma seconde grossesse ; je n’allais pas aller jusqu’à dire que j’étais une experte en la matière, mais je me rappelais quand même assez bien des périodes qui avaient été les plus pénibles et de celles qui se démarquaient surtout par l’ennui… oui l’ennui ! Dans le sens où je me sentais disponible, mais n’avait strictement rien le droit de faire. Du coup j’avais anticipé. Travaillé à la raffinerie était hors de question à cause des incidents potentiels et surtout de la limaille de fer dans les airs, ne sachant point s’il s’agirait d’une Metaru ou d’une Akahoshi, je ne pouvais me permettre d’exposer cette petite créature à pareilles émanations… donc, il ne me restait plus que la dernière option, celle qui me permettrait de sortir un peu du village et voir des choses nouvelles, m’échapper de ces murs pour me sentir un peu plus libre.
Depuis la veille, j’avais donc fait la demande à la section gérant les attributions de mission de me compter de nouveau parmi leurs effectifs disponibles pour une mission. Là encore, nul besoin de dire, le regard de l’hôtesse était plus que désapprobateur, regard qui s’adoucit lorsque je précisai préférer des missions ne nécessitant pas forcément de tirer mes Kunais de leur sacoche ; après tout en tant que travailleuse civile, j’étais plus que consciente que faire parler les lames n’était pas la seule manière d’apporter sa contribution au développement du village… quoique, même à l’état civil mes activités tournaient par fois autour des « lames ».

Assise auprès du feu crépitant dans la cheminée, je caressais machinalement les cheveux de Kuu qui dormait encore la tête sur mes genoux, lisant un des nombreux documents que j’avais empruntés à la Bibliothèque il y avait déjà quelque mois de cela. Fermant les yeux avant de laisser mon imagination vagabonder vis-à-vis de l’intendante à laquelle j’avais signalé l’emprunt de ces livres, je tachai de me reconcentrer sur le livre que je tenais présentement. Il traitait des différentes affinités élémentaires et de leurs combinaisons connues à ce jour ; bref, un élément de mon arsenal shinobi qui n’avait jamais vraiment été développé. À bien voir mon kit, bien que l’ayant chargé de techniques assez récemment, il s’agissait de jutsus dans ma zone de confort, des éléments s’appuyant sur mon Kekkei Genkai ou sur mes capacités de forgeronne… Ce n’était pas forcément un mal, mais l’impression de n’employer que la moitié de ce don serait véritablement capable mes dons avaient fini par m’intriguer suffisamment pour que j’étudie le sujet… étude qui m’avait mené à un résultat intéressant…

- … Le Shakuton… Murmurai-je en relisant le titre dudit chapitre.


Pour la majorité de ses utilisateurs, il était question d’une capacité innée, mais il y avait un autre moyen de parvenir à l’utiliser, combiner deux éléments bien distincts ; Le Katon… et le fuuton… Ceux dont j’avais été bénie, me concentrant plus sur le Katon m’aidant pour la forge que le fuuton que j’avais un peu de mal à… synthétiser en combat ou dans la vie courante.

Simple, il suffisait de les associer et le tour est joué !... Pensez-vous, j’avais déjà essayé de joindre mes éléments et tenté de me rapprocher de ce qui était dit dans ce fameux document vis-à-vis de cette nouvelle affinité combinée, maiiiiiis… disons que des mèches brûlées ne sont pas vraiment un résultat concluant.
Fermant mon bouquin en entendant ma moindre sonner six heures du matin, je quittai mon petit ange, la gratifiant d’une petite bise sur le front avant de fermer derrière moi. Non il n’était pas encore l’heure du départ pour la fameuse mission, mais c’était l’heure idéale pour commencer à faire des emplettes pour celle-ci. Je ne savais trop combien de temps mon équipier et moi allions y passer, mais au vu de mes récentes envies, je préférais être préparée à ce genre d’éventualités.

-------------------------------------------

Finalement, présente dans la salle où mon coéquipier, qui s’avéra selon les dire du gestionnaire des attributions être une coéquipière devait me rejoindre, je chantonnais un petit paquet en main, jusqu’à ce que quelques coups frappés à la porte brisent le calme qui s’était installé après les quelques questions communes auxquelles je me sentais maintenant l’habitude de répondre : « ça va bien ? /c’est prudent de partir en mission dans cet état ? /vous devriez vous reposer non ? … » ET j’en passais. Ceci dit, quelle ne fut pas ma surprise en remarquant dans l’encadrement de la porte une silhouette plus que familière :

- Ha ! Akina  ! Réagis-je avec allégresse, un sourire sur les lèvres, l’odeur de mes petites pâtisseries encore chaudes remontant à mes narines je lui tendis un des paquet : Manju ou dangos ?

Finalement l’ordre de mission tomba, une fouille des ruines de shitaderu ? Il y avait des ruines d’une précédente ville ? Réfléchissant pendant quelque temps aux dires du shinobi, j’essayai de me faire une idée de ce dont il parlait ; Shitaderu s’étant, je crois, bâtie sur les fondations de Shitaderu, il devait soit y avoir une autre ville qui était mal relatée, ou représentée dans les livres et documentation du continent…

- Ho moi aussi Akina ! Si tu savais… Répondis-je souriante à sa première intervention, m’arrachant à mes pensées pour lui répondre. Mais malheureusement non, je ne sais pas trop à quoi je dois m’attendre concernant les plans de l’ancienne raffinerie de Shitaderu. Fis-je en fronçant un peu le regard, fouillant dans ma mémoire si quelque chose me revenait. Celle que nous Metaru dirigeons actuellement a été bâtie depuis un certain temps certes, mais c’était surtout pour exacerbé les capacités de notre Kekkei… nous avons donc majoritairement été centralisés sur nos propres capacités plutôt que sur les techniques passées… voire celles des autres forges.

Sur le coup je n’en attendais pas grand-chose, les meilleurs d’entre nous étaient capables de directement modeler le métal sans avoir à le passer dans un four ou aux marteaux, mais après mûres réflexions… il n’était pas impossible que les ruines de la cité du savoir disposent d’informations ou de formules pour créer des métaux plus résistants, plus léger ou autre… des éléments que je cherchais à implémenter à la raffinerie pour à croitre notre champ d’action et de création… sans véritablement parvenir à un résultat concluant. Mais pensez-y ! Un métal plus léger, mais plus résistant ; avec un peu de pratique, l’on pourrait même en faire des tenues de combat plus solides pour nos shinobis. De véritables armures sans cette fichue contrainte de poids pour les Non-Metaru.
Dans nos pensées, avançant vers la bibliothèque sans véritablement s’être tous deux concertées ; il était déjà plaisant de voir que nous étions sur la même longueur d’onde ; qui plus était, la Suzuri allait se retrouver dans son élément.

- Bien, je vais fouiller dans le coté géographie et les anciens plans de Kaminari, tu t’occuperas du coté histoire du continent ? Fis-je à son encontre, attendant son OK pour commencer à arpenter les rayons à la recherche d’éléments intéressants pour notre ville perdue… Mais si jamais nous ne trouvions rien ici, il allait falloir songer à s’aventurer dans la réserve souterraine de la bibliothèque…



_________________

Mother of two beatiful Angels

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Dim 28 Oct 2018 - 3:16



Elle observa longuement la blonde, de longues secondes ; avant de replacer sur son nez ses lunettes rectangulaires et de tendre la main vers un dango davantage pour faire plaisir à la Metaru que pour le sien. La Suzuri n’avait pas le palet sucré, ni même salé à vrai dire… Elle et la nourriture, ça faisait deux. Mauvaise cuisinière, si on pouvait parler de cuisine… Elle n’apportait pas vraiment d’importance à « ça ». En fait, s’il y avait à manger, Akina mangeait ; s’il n’y avait rien, elle ne mangeait rien ; basique.

Enfin, la réponse de la cheffe des forges ne la surprit pas vraiment, entre les changements qu’avait subi Kumo, les remaniements et le reste… Il n’était pas si étonnant que cela qu’une partie de son histoire, même récente, fut perdue. D’ailleurs elle se demandait ce que ces ruines avaient à voir avec la raffinerie… Etait l’ancien site d’exploitation ?

-Tu sais… C’est pour ça que je n’aime pas trop les Metaru, en dehors de toi bien sûr. Dit-elle en lui adressant un léger sourire alors qu’elle ouvrait un épais livre à la couverture de cuir, et légèrement passée. D’ailleurs, en la voyant, la Suzuri ne put s’empêcher de se dire qu’il aurait besoin d’un coup de jeune… Ce bouquin. Tous les autres Metaru que j’ai pu rencontrer ne sont centrés que sur eux-mêmes… Soupira-t-elle en parcourant la préface de l’ouvrage à la recherche d’une information pertinente. L’intendante ne voulait pas se montrer désagréable, ni même porter un jugement sur la famille d’Itagami… surtout que sa propre famille n'était pas exemplaire...

Chercher cette information se révélait être assez fastidieux et correspondait littéralement à l’expression « chercher une aiguille dans une motte de foin », et cette motte-ci était bien fournie.

-Si Kaldea était toujours là… elle aurait déjà trouvé. Soupira-t-elle en continuant sa lecture. Cette femme était une traitresse, morte ; certes, mais cela ne retirait rien à son expertise et son savoir. Même si elle n’était pas un exemple de vertu, au final ; Akina ne pouvait s’empêcher de se comparer à elle, au même âge. La traitresse, comme on l’appelait, était déjà une Kunoichi redoutable à cette époque, Akina elle… pas vraiment.

Elle referma le livre qui ne contenait pas ce qu’elle cherchait et le remit soigneusement à sa place avant d’en extirper un nouveau, et de l’ouvrir à son tour.

-Kumo est plus grand que ce qu'était Shitaderu... Ces ruines ne doivent pas être si loin... Ajouta-t-elle en reposant son livre et cherchant un nouvel ouvrage, plus particulier; l'un de ceux -et ils n'étaient pas nombreux- qui relatait l'histoire de Shitaderu depuis... longtemps. Ou alors, ces ruines, si elles sont celles d'une ancienne forge, ou raffinerie... Elles sont peut-être en dehors du village... que ce soit Kumo... ou Shitaderu... Dit-elle pensive. Ce n'était pas illogique, peut-être pour ne pas perturber le quotidien des Shitaderujin cet éventuel complexe avait-il été excentré...



_________________

Akina [akina] n.f - n.p : Qui ressent de la joie en toutes circonstances
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 20 Nov 2018 - 4:55


- Haha, ne t’inquiète pas, je sais bien que la réputation de notre clan est loin de faire l’unanimité. Répondis-je à Akina avec un petit rire.

J’avais déjà posé quelques livres à mes côtés tout en l’écoutant, feuilletant rapidement certains avant de les remettre à leur place, m’arrêtant sur des détails perçus ça et là avant de simplement passer à une autre source d’information, consciente que les documents que j’exploitais n’étaient sans doute pas les bons.

[color=darkred]- Je me considérer moi-même assez différente de nombre des membres de mon clan. J’ai… mes petits défauts, quelques points communs avec les éléments qui je pense ont été les plus turbulents, mais… j’ai surtout appris à vivre avec et en faire fi.|/color] Fis-je en me retournant vers elle alors qu’elle feuilletait un bouquin, remettant dans son mouvement habituel ses lunettes à bonne hauteur.
Et je fais partie de ces gens qui critiquent leur propre famille… alors, ne t’en fais pas ! Ce n’est pour moi que trop naturel de voir certaines personnes nous désapprouver. Marquant une pause, refermant un énième livre un peu poussiéreux, je levai le regard vers le haut de l’étagère en question, évaluai le nombre de livres concernant ne serait-ce que celle-ci avant de tourner le regard vers les autres. Si je poursuivais au pif comme ça… ce ‘n’était pas pour maintenant.

Si Kaldea était là hein… connaissant ma cousine, cette petite complainte aurait suffi à créer une petite querelle en ces lieux ; fin, elle s’était étonnamment humanisée avec le temps donc peut-être… Quoiqu’il en était, elle n’était pas le sujet ici. Sa haine des déserteurs m’avait simplement remémoré bien des choses, mais… le gros de cette mission avant même de parler d’exploration était de trouver ces ruines et avant de les trouver encore fallait-il s’assurer qu’elles aient un jour véritablement existé.
La réflexion de ma très chère intendante se fit pertinente, en effet avec le raffut provoqué par les raffineries, la chaleur et le traitement des fumés nocive, il était fort à parier qu’effectivement, il y avait de belles chances que ceci ait été bâti loin de tout ce qui était zone de vie concernant l’ancienne Shitaderu, ne serait-ce que pour le bien-être de ses habitants.

Les yeux posés sur des étagères de rouleaux, je réfléchissais, s’il était fort probable que de telles mentions soient anecdotiques dans les documents et livres de Kumo, il y avait fort à parier qu’il soit plus aisé de trouver des informations, ou de ne serait-ce que prouvé leur existence sur des cartes. Fronçant un peu le regard, je me dirigeai vers lesdits rayons et fouillai pour en ressortir une de l’actuel Kaminari. Exainant relief par relief, cherchant sur celle-ci un élément qui n’aurait pas de traits naturels je finis par me tourner vers Akina :

- Dis-moi tu saurais me trouver la carte la plus ancienne qu’on ait de kaminari ? Fis-je calmement, avec un peu de chance en coupant sur les différences géographique, il y avait moyen de trouver quelque chose. Sinon il nous restait la réserve et mieux encore la possibilité d’aller directement demander aux scribes du Daimyo, mais… valait mieux éviter de le déranger pour un élément de la sorte.

- Après comme tu l’as fais remarqué, il est fort probable qu’ils se soient installés loin des zones de vie, donc… pour l’époque… réfléchissant les yeux posé sur la carte cherchant un lieu qui pourrait naturellement servir pour ce genre de travaux mon regard s’arrêta sur les reliefs montagneux. ça aurait été intelligent de leur part de travailler dans le creux d’une montagne, peut être une cavité naturelle réhabilitée ? Où alors un volcan endormi pour se servir de roches magmatiques et de leur propriété pour leurs conceptions… Continuai-je main au menton bien consciente que je poussais la réflexion fantaisiste trop loin…

- Ou alors je crois que j’ai lu beaucoup trop de contes de fées et ça commence à déteindre sur mes sens de déductions… Fis-je avec un petit rire, une pensée pour toutes ces histoires que j’avais lues à Kuu.
Mais justement, ces histoires prenaient leurs origines quelque part…


_________________

Mother of two beatiful Angels

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Dim 25 Nov 2018 - 18:59



Des cartes… il y en avait des dizaines dans la grande bibliothèque, celles du pays, d’autres pays plus ou moins complètes, et de Shitaderu bien évidemment. Alors peu de temps après que la Metaru lui ai demandé, la Suzuri ramena deux ou trois cartes ; pas si anciennes que ça ; cela ne datait pas non plus de plusieurs siècles cette histoire. Elle la déroula sur une table au centre de l’allée et observa…

-Un ancien volcan ? Je ne suis pas sûre… Kaminari n’est pas spécialement… volcanique ; enfin, plus depuis longtemps je pense. Dit-elle en replaçant ses lunettes. La carte était un peu endommagée, émaciée par le temps et la poussière ; il y avait même par endroit quelques trous… Puis, la jeune femme pointa du doigt un endroit sur la carte où était inscrit en fines lettres « Forge ». Là ! S’exclama-t-elle. Puis elle déroula une autre carte, bien plus récente et compara avec l’autre. Celle-ci représentait davantage Kumo, bien que le village avait encore changé depuis qu’elle fut éditée.

-La nouvelle forge… enfin, la raffinerie est là actuellement ! Enfin… ça tu le sais déjà. L’ancienne est là. Et comme l’avait pensé la bibliothécaire, cette dernière était un peu excentrée, quasiment en dehors des limites du village tel qu’il était aujourd’hui. Hum… elles étaient quand même loin ces forges à l’époque… Dit-elle en se redressant et posant son regard sur la blonde. A mon avis, l’ancien site a été abandonné et ramené dans le centre de Kumo… Et ça se comprend. Oui, ça se comprenait. La raffinerie qui avait été reconstruite au sein du village était bien plus « sensible » et perfectionnée que les anciennes forges. Un fleuron du pays en plus de Kumo ; elle devait être mieux protégée ainsi.

C’était là bas leur nouvelle destination, un peu plus à l’est du village, dans les terres toujours. Heureusement, elles n’auraient pas à traverser la moitié du Yuukan pour s’y rendre, non. Et il valait mieux pour Itagami, en plus.



_________________

Akina [akina] n.f - n.p : Qui ressent de la joie en toutes circonstances
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 2 Déc 2018 - 13:56


Hum Intendante à n’en point douter ; Akina n’avait mis que quelque minute à me rapporter les documents que j’avais demandés. Encore heureux l’air de shitaderu ne remontait qu’à quelques décennies, même rongées aux mites certaines de ces cartes étaient de véritables mines d’or d’information ; par exemple la théorie d’Akina comme quoi les villageois avaient prévu pour la raffinerie de les faire travailler loin de zone de vies s’était avérée. Qui plus était, les vestiges de cette raffinerie n’étaient pas si loin de Kumo que cela, elle devait certainement être enfouie sous la roche, scellée, ou simplement posséder un passage assez particulier pour empêcher que leur ancien savoir-faire ne finisse par fuiter du continent.
Découvrir son emplacement m’arracha un sourire, sourire que je partageai avec ma coéquipière avant d’être vraiment reconnaissante envers les Shitaderijins, ils m’avaient rendu un fier service en me permettant de ne pas avoir à trop m’éloigner du village pour arriver à destination, surtout dans mon état. Je savais pouvoir forcer un peu sur certaines choses, voir bien plus que la majorité des femmes dans ma condition, mais cela restait tout de même… inconsidéré.

Il y avait bien d’autres éléments que j’aurais voulu visiter d’après ce que je voyais de cette carte, des marques semblant vouloir désigner des filons, une autre un entrepôt et bien d’autres éléments encore ; oui un entrepôt… après tout quoi de plus normal qu’un endroit pour ranger le matériel en surplus autre que la forge elle-même conçue pour les créer et non les entreposer ?

- Je sais que c’est annexe à la mission, mais… pourrait-on aller y jeter un coup d’œil après avoir fini avec la raffinerie ? Proposai-je en tapotant du doigt sur l’emplacement de l’un d’entre eux, celui le plus proche de ladite bâtisse.

--------------------------------------

- Je ne suis pas une mule tu sais Ita san… Fit la voix quelque peut bougonne de Shenzy alors que nous attendions aux portes du village.

- Oui je sais, mais tu peux bien me faire cette faveur non ? Lui susurrai-je un m’allongeant un peu plus sur le long de son échine.

J’avais invoqué la hyène ronchonne pour qu’elle me porte jusqu’à destination, même si de sa gueule ne sortait que flopée de plaintes et ronchonnement, je pouvais clairement sentir son corps et ses muscles bouger de sorte a ce que je sois à mon aise. Me promettant de gracieusement la remercier plus tard, je levai le regard vers notre destination à venir, jaugeant la distance la tête pleine de questions. Qu’allait-on y trouver ? Ces runes seraient-elles encore debout ? Y aurait-il encore du matériel exploitable ? Des schémas ? Des patrons, ou mieux encore des produits finit laissés sur place ; quelque chose qui pourrait me permettre d’apprendre quoi que ce soit de nouveau dans mes méthodes de forge actuelle ! Tan de questions auxquelles j’espérais des réponses positives alors que j’entendais se rapprocher le pas de ma coéquipière.

- Prête ? Fis-je a son encontre.

- Ho ! Encore toi ! S'exclama ma compagne à fourrure en voyant Akina arriver, un large sourire dévoilant une partie de ses crocs sur la gueule, elle lui accorda un long sourire complice avant de détourner le regard. Bien allons-y, je commence a avoir les crocs moi. Fit la hyène avant d’entamer notre progression vers ladite zone.


_________________

Mother of two beatiful Angels

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Dim 2 Déc 2018 - 17:06



Ainsi c’était donc décidé, elles allaient se rendre à l’emplacement repéré sur la carte. Une ancienne forge, des entrepôts… Cela ne posait aucun problème à la Suzuri, évidemment. Akina n’était qu’une genin après tout et Itagami un tout petit peu plus que ça. Une fois aux portes, elle fut à demi surprise de voir la Hyenne, Shenzy. Cette grosse bestiole pas forcément très avenante mais plutôt sympathique dans le fond allait donc servir de « véhicule » à la Metaru.

-Je suis prête, oui, toujours. Répondit-elle d’abord à la blonde avant de reporter son regard sur « Shenzy ». Oui, encore moi ; contente de te voir aussi. Esquissait-elle un sourire avant qu’ils ne mirent en route pour les anciennes forges. Même si la forge était en dehors de l’actuel Kumo, elle n’était pas si loin que ça ; les deux Kunoichi mettraient tout au plus une demi-heure pour rejoindre leur destination.

Ainsi Itagami, sur le dos de son animal –et c’était une bonne vue son « état »- , et Akina traversèrent la longue pente descendant depuis l’arche grise jusqu’à la vallée. Là, selon la carte, il fallait suivre le chemin, tout simplement. Et, à un moment, bifurquer sur la droite et traverser un bois, toujours en suivant la route. Mais, étrangement, Akina n’avait aucun souvenir de cette bifurcation… Enfin, c’est qu’elles firent… Suivre la route. Tout en marchant et profitant d’un temps plutôt clément, la brunette fit apparaître dans un main une feuille blanche, légèrement cartonnée.

-Tu sais, les Suzuri ont un point commun, en dehors de l’encre… C’est l’art… ou enfin, le dessin. Haussait-elle les épaules. Et du coup… J’ai fait un portrait de toi ! S’exclama-t-elle en tendant la feuille à Itagami. J’ai dessiné Shenzy aussi. Ajouta-t-elle en regardant la cheffe de la raffinerie.

Spoiler:
 

Elle ne savait pas vraiment si la jeune femme était sensible à ce genre d’attention, ni même si elle était sensible à l’art. Mais ce n’était pas grave, ça lui avait fait plaisir à elle, Akina.

Après quelques autres minutes de marche, la Suzuri s’arrêta en regard la carte. Cette dernière indiquait à cet endroit précis, un petit chemin. Elle observa. Le passage semblait avoir été recouvert par la végétation, il n’y en avait plus la moindre trace. Il ne suffisait qu’une d’une dizaine d’années à une construction pour perdre ses droits sur la nature ; alors un vulgaire chemin de pierre, ou de terre ?

-Normalement… on devrait tourner… ici ! Affirma-t-elle avec entrain. S’approchant du bord de la route, écartant branches et herbes hautes, elle s’enfonça dans le sous-bois sur quelques mètres, observant et cherchant les éventuels vestiges d’une route. Puis elle s’exclama : J’ai trouvé ! C’est par là ! Elle revint sur ses pas, pour aller chercher la blonde. Finalement, il n’y avait que les premiers mètres de ce chemin qui avaient été complétement effacés. Après, un sentier plus qu’une route se dessinait entre les arbres. Il était sûr qu’elles étaient sur la bonne voie.

L’escapade en forêt ne dura pas bien longtemps. Une vingtaine de minutes leur suffirent à entre-apercevoir, recouvert d’un épais lierre et quelques ronces, un grand portail rouillé, bancale, tenant sans doute grâce aux plantes qui le recouvraient.

-Ils ont dû complétement abandonner le site… Et ils n’ont rien… démonté… C’est quand même bizarre. S’étonna-t-elle. Oui, parce que bien que rongé par le temps ; le portail semblait d’excellente facture et tout de même très résistant. En plus… Je n’ai pas le souvenir qu’il soit fait mention quelque part de son abandon… Elle poussa donc l’armature métallique dans un long grincement particulièrement sonore qui fit s’envoler tous les oiseaux perchés dans les arbres alentours. Akina fit quelques pas et vit se dresser devant elle un ensemble de bâtiments assez impressionnants, mais dans un état lamentable. Des ruines quoi ! D’anciens fourneaux, des rails en partie détruits, des wagonnets reversés… Je me demande ce qui a pu se passer ici… On dirait… que tout a été laissé en … plant.



_________________

Akina [akina] n.f - n.p : Qui ressent de la joie en toutes circonstances
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 4 Déc 2018 - 23:49


Les cadeaux, qui déprécierait un jour de recevoir un présent venant du fond du cœur ? Mis appart psychos et sociopathes, c’était le genre de profil que j’avais du mal à tracer ; pour sure, je ne sus vraiment que répondre à Akina lorsqu’elle me tendit cadeau qu’elle m’avait confectionné. Oui, personnellement confection, c’était un dessin, fait de sa plume, un portrait me représentant moi, et ma compagne à fourrure. Surprise Shenzy poussa un sifflement étonné, gratifiant le portrait de sa reconnaissance, mais reconnaissant aussi les talents de celle qui l’avait conçu :

- Tu veux que je me mette au régime c’est ça ! pour que je sois aussi classe que sur ta toile… Fit la hyène avec une pointe de colère. t’es une futée toi… Non, cette colère n’était en rien dirigée vers Akina, mais bien vers elle-même qui se reprochait depuis plusieurs semaines déjà de ne pas être aussi en forme et puissante qu’elle le devait si elle voulait protéger sa meute. Fhum… regarde moi bien j’te prouverais que j’peux être aussi classe, non j’ferrais même mieux ! Fit-elle alors que je l’entendais et la sentais souffler, comme pour se donner le courage de parvenir à ce résultat.

Ceci dit il fallait dire ce qui était, elle avait trouvé de quoi nous magnifier sur cette feuille ; l’observant en silence un sourire sur les lèvres, j’étais amusée de voir la ressemblance, mais aussi de voir à quel point elle avait respecté une certaine partie de mon anatomie :

- Calme-toi toi… tout se passera bien, je t’aiderais tu verras Fis-je en tapotant le flanc de ma féline carnivore. , Mais, tu as vraiment un beau coup de crayon Akina chan… fis-je avec un sourire avant de fermer les yeux. Merci beaucoup, j’en prendrais grand soin. Ajoutai-je en le roulant soigneusement avant de le ranger dans ma sacoche ; il allait falloir que je la remercie… Convenablement.

----------------------------------------------

Depuis que je travaillais à la raffinerie, depuis le temps que je créais, peaufinais et livrais le matériel sur lequel, je passais tant de temps, je pouvais assurer une chose ; jamais au cours de ces nombreuses livraisons je n’avais véritablement fait attention à cette bifurcation dans le sentier ; ou alors si un jour ça avait été le cas, je devais certainement l’avoir prise comme étant une simple ratée dans le dessin du chemin que tout un chacun employait, sans véritablement le distinguer.
Suivant scrupuleusement la carte, l’intendante de la grande bibliothèque de Kumo nous ouvrit le chemin dans la végétation tentant de reprendre ses droits. Sur ses gardes, sa nature de prédateur ne permettait pas à la hyène de se reposer, elle jetait des coups d’œil frénétiques autour d’elle, s’attelant à être sure que la zone était sécurisée. Cela nous prit quelques minutes de marche, minutes durant lesquelles je cherchais comment compléter les premières idées de remerciement que j’avais déjà en tête ; pour le coup la Suzuri avait réussi à me distraire, mais… ce n’était pas un mal après tout !

Nous progressâmes dans cette forêt deux dizaines de minutes avant de finalement tomber sur la preuve de l’existence de ce que nous cherchions, un grand et imposant portail métallique. Rouillé, décalé, s’étant certainement affaissé sous son propre poids vis-à-vis de ses gonds. Ce sont les dires d’Akina qui me ramenèrent à moi, dires sur l’état dans lequel ils avaient laissé leur atelier avant de le quitter ; et il fallait dire que sa remarque était pertinente.
Même s’ils étaient surs et certains de pouvoir recréer tout le contenu de la forge, pourquoi n’avaient-ils rien démonté derrière eux, avaient-ils seulement pensé à emporter dans leur déménagement leurs schémas et notices ? Si tel n’était point le cas, cela nous arrangerait, ceci dit… subsistait une question qui commençait à peser de plus en plus lourd dans cette balance : pourquoi diable semblaient-ils s’en être allés dans la précipitation ? Grinçant comme jamais alors que la Suzuri le déplaçait pour la première fois depuis visiblement des décennies, le portail s’ouvrit sur la pénombre des ruines d’une version cheap de la raffinerie de Kumo Gakure. Fin… cheap, l’actuelle raffinerie était dézinguée pour être utilisée par des Metaru, celle-là a contrario visait visiblement le plus grand nombre. Du matériel de transport, des poulies ou ce qu’il en restait, des charriots, wagon et systèmes de rails ; tout pour faciliter le travail de personne ordinaire. Ceci dit, cette question trottant encore et encore ne faisait que générer de plus en plus de doute.

- Vaudrait mieux que l’on évite de se séparer. fis-je en approchant d’elle avec mes propres jambes. On est jamais trop prudent… Posant la main sur son épaule, une seconde peau métallique la recouvrit en un instant, avant de reprendre l’apparence de sa personne.


- Hum… pour le coup je suis d’accord avec la femme enceinte… il s’est passé quoi ici… ? Fis Shenzy avançant à pas de loup.

M’emparant des torches qui encadraient la porte d’entrée, j’entendis une à l’artiste et posai la mienne contre la sienne avant d’y souffler une gerbe de flamme qui les alluma en un instant. Fronçant un peu le regard sur tout ce foutoir, mon regard se dirigea vers le fond des ruines de la raffinerie. Si documents importants je devais conserver, ils ne seraient pas à l’entrée, mais au fond de l‘édifice, dans le bureau le plus à l’écart, ou le plus éloignée de la sortie pour avoir le temps d’interpelé un éventuel voleur. Indiquant d’un signe de tête ma direction à la Suzuri, nous nous enfonçâmes à la lueur de nos torches dans les ruines.

Used Jutsu:
 

_________________

Mother of two beatiful Angels

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Dim 9 Déc 2018 - 2:50



-Je suis d’accord… évidemment. Répondit Akina à la Hyène en lui adressant un regard approbateur. Elles ne savaient pas ce qu’il s’était passé ici. Ce n’était pas comme un simple déménagement non… Il y avait quelque chose… d’étrange ici. Ces forges, leurs structures métalliques rouillées, leurs murs couverts de lierres, une végétation ayant repris ses droits et envahi toute la cour donnaient un aspect lugubre à cet endroit. Ça ne donnait clairement pas envie de s’y aventurer. Mais heureusement, les deux jeunes femmes étaient des Kunoichi en principe entraînées, et rien dans cet endroit ne pourrait leur poser de véritables problèmes. Puis avec cette seconde peau métallique que venait de lui octroyer Itagami…

Elles traversèrent donc la cour principale - la forge était à ciel ouvert, entourée d’arbres projetant leur ombre sur tout le périmètre- de la forge abandonnée pour rejoindre les bureaux des « contremaîtres » situés à l’extrémité –ou au fond- du complexe. Un bâtiment de trois étages, en piteux état comme le reste des installations se dressait au « loin ». C’était ce lieu qu’elles devaient d’abord visiter ; avec un peu de chance, des plans s’y trouveraient toujours…

-Je me demande combien de personnes pouvaient travailler ici, à l’époque… C’est quand même… très grand… Remarqua la Suzuri. Ce qui était plutôt évident. On ne faisait pas de tels édifices pour une dizaine de personne. Mais… C’est quand même bizarre… Ce n’est pas comme si la guerre avait forcé la l’abandon de cette place… Shitaderu n’état pas si loin… Continuait-elle de s’interroger alors qu’elles se rapprochaient des bureaux. Akina posa la main sur le porte en bois munie d’une vitre crasseuse, et la poussa. Celle-ci fut à la différence du portail, très silencieuse…

Elles pénétrèrent donc le bâtiment… Et à peine entrées, Akina déroula un parchemin et y dessina plusieurs petites souris qui coururent le long du sol abimé par le temps et se séparèrent dans chacune des pièces. Puis elle ré-enroula son rouleau et le rangea.

-Dans cinq minutes je les rappelle et on saura si quelque chose ne va pas… s’il en manque… Précisa-t-elle. Posant son regard sur la première porte qu’elle vit, l’intendante reprit : On commence par cette pièce-là ? En pointant du doigt le mot à moitié effacé sur la porte. « Bur… tude… »


Spoiler:
 

_________________

Akina [akina] n.f - n.p : Qui ressent de la joie en toutes circonstances
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 18 Déc 2018 - 19:13


C’était fou comme l’esprit pouvait être trompeur, ou plus tôt comme le désir de survie pouvait créer de véritables accès de terreurs. Nous n’avions pas trouvé grand-chose à la bibliothèque concernant l’ancienne forge de Shitaderu, donc techniquement il ne devait rien y être arrivé de fondamentalement grave, à moins que ces informations ne soient devenues secrets d’état et donc profondément consignées, ou… que ces données aient été perdues lors de leur déménagement dans la grande bibliothèque des nuages.
J’écoutais les interrogations de la jeune Suzuri, interrogations qui ne faisaient que nourrir les miennes allant elles aussi crescendo en nombre et en suppositions concernant les évènements ayant frappé la forge.

Je regardai ses souris partir en observatrice avant de s’évanouir dans la pénombre, même si la majorité de la bâtisse était à ciel ouvert, ces bureaux eux semblaient appartenir à un tout autre complexe qui visiblement lui était fermé, certainement pour protéger les travailleurs et éventuels dessinateurs, peut-être même les dossiers sensés y être ranger ; après tout même maintenant, la raffinerie de Kumo comportait une salle des archives comprenant techniques de travaux, clients, factures et différents projets en attente de développement.
Je devais avouer une chose, ne serait-ce que progresser au sein de cet édifice m’avait fait réaliser les énormes possibilités que ceci représentait que d’apprendre la métallurgie et ses secrets à des non Metaru. Dans de bonnes conditions un tel environnement de travail augmenterait significativement les productions de Kumo gakure vers le reste du monde, mais ôterait aussi un poids de nos épaules nous Metaru ; qui plus était… c’était un nouvel emploi générateur de revenus, aussi bien pour kumo que pour kaminari. Moins de chômage intrinsèquement moins d’écart entre bas peuples et individus aisés et bien sûr une certaine baisse de la criminalité au sein du village serait à prévoir ; mais ceci ne restait qu’hypothétique :

- Je n’arrive pas à me faire à ce qui a pu se passer ici… fis-je pensive en détournant le regard, cherchant des indices dans l’environnement tel qu’il avait été laissé.

- Daccord… répondis-je un peu absente lorsque me regard suivi son indication et se posa sur la porte. bur… bu… bureau d’étude ? Supposai-je un sourcil levé avant de m’en approcher.

À l’affut d’anormalité, je posai la main sur la poignée que j’ouvris, non pas sans un certain soulagement en me rendant compte que rien de fâcheux ne m’y attendait derrière. Le supposé bureau était une pièce étrangement bien conservée. La majorité des meubles et textiles avait perdu de leur apparat et couleur, mais la documentation n’en restait pas moins lisible ; du moins de ce que j’en voyais.
Fronçant un tantinet le regard, je m’y aventurai, curieuse de voir leurs avancés, mais aussi si cette salle était bien ce à quoi je pensais. M’arrêtant après quelques mètres, je pris une nouvelle torche sur le mur et m’accroupit pour la tendre à Shenzy :

- Dis pourrais-tu me chercher le bureau du directeur ? Normalement il devrait être au bout de ce couloir ou un peu plus loin dans ce secteur. poursuivis-je en mettant la torche allumée devant sa gueule.

- Daccord mais pourquoi me donnes-tu une torche, même s’il y fait noir comme dans une grotte on voit dans l’obscurité, tu sais.

- Hum… juste une mesure de précaution, observe la flamme, si elle grandit, se comporte étrangement ou change de couleur, des émanations toxiques seraient à envisager… rappel toi nous cherchons ce qui a poussé les Shitaderijin à quitter ces installations…, en attendant le retour des souris d’Akina toi tu nous permettrais d’écarter la variable toxique du problème… si jamais ça devient trop dangereux rentre auprès de ta meute, la torche laissée par terre marquera la zone. Ne faisant plus de nouveaux commentaires superflus, la hyène m’observa un instant, posa ses yeux sur mon ventre avant de s’exécuter.

- Bien voyons ce que l’on peut trouver ici… murmurai à l’égard d’Akina avant de me diriger vers les différents rouleaux entreposés dans la pièce.

_________________

Mother of two beatiful Angels

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Ven 28 Déc 2018 - 4:58



S’apprêtant à répondre à la Metaru par l’affirmative, Akina se rendit compte qu’en fait elle s’adressait à la Hyène. La jeune femme avait un peu de mal à se faire à l’idée de la présence de cette bête, et encore plus qu’elle était autant douée de conscience qu’elles deux. Le fauve parti vers son nouvel objectif, elles pénétrèrent dans le bureau d’étude. La poussière de plusieurs années, et plus encore ; avait recouvert les meubles et le sol, et une légère odeur d’humidité flottait dans l’air. Autant dire que depuis longtemps personne n’avait plus mis les pieds ici.

-Ça me rappelle les romans d’épouvante que j’ai pu lire. Rigola l’intendante alors qu’un frisson lui parcourait l’échine. Un endroit lugubre, le silence, deux femmes dont une blonde… Dit-elle pensive, se disant que c’était toujours la blonde qui y passait en premier, dans les livres. Mais dans ces livres, il n’était pas question de Kunoichi ni de Hyène parlante. Elle fit alors quelques pas jusqu’au fond du bureau et observa les étagères où croupissaient de vieux livres. Elle en prit un, l’ouvrit et constata que les pages étaient blanches.

Elle ne se posait pas vraiment de question quant à cette étrangeté qui n’en était pas une. Akina savait que les « livres blanc » étaient courants, il y en avait même à la bibliothèque. Ces derniers servaient simplement à être remplis. Livres de comptes, d’enregistrement etc… Ce n’était pas un indice. Elle reposa précautionneusement et se retourna, guettant quelques secondes Itagami avant de tirer un tiroir visiblement coincé. Après quelques secondes sans parvenir à le déverrouiller elle extirpa d’une de ses poches un senbon qu’elle glissa dans la petite serrure.

Un léger cliquetis et il s’ouvrit, dévoilant son contenu. Des feuilles, un ou deux crayons… Elle prit les feuilles ; des parchemins assez fins et bien conservés en comparaison du reste de la pièce. Sa lecture ne dévoila rien de très intéressant. Ce n’était qu’une commande de matériel provenant d’un village plus au sud de Kaminari, Tokanaba. Mais, dans le doute elle le porta à la cheffe de la raffinerie, c’était elle l’experte ; et il fallait avouer que certaines abréviations lui échappaient complétement.

-Tien, j’ai trouvé ça ! Peut-être que tu remarqueras quelque chose ? Dit-elle un fin sourire sur les lèvres avant de retourner fouiller dans le tiroir. Passant sa main dans celui-ci, elle sentit un petit objet métallique. Une clef qu’elle extirpa. Celle-ci n’avait rien de particulier, c’était une clef assez banale ; mais… En même temps… Qu’une clef fut enfermée dans un tiroir, glissé tout au fond sous un tas de papiers et fournitures... C'était... surprenant… Une clef, qu’elle soit grise ou d’or restait une clef. Et, celle-ci aussi elle l’apporta à l’Heidan. Et j’ai trouvé ça aussi. On va peut-être trouver un trésor. Dit-elle les yeux écarquillés. Et toi, t’as trouvé quelque chose ? Ajoutait-elle alors qu’une à une revenaient ses souris d’encre.



_________________

Akina [akina] n.f - n.p : Qui ressent de la joie en toutes circonstances
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mer 2 Jan 2019 - 11:03


J’eus un petit rire en entendant sa réflexion sur les similitudes qu’elle percevait avec certains romans d’horreur. Il était vrai que sur le papier, c’était le genre de scénario qui était propice à ce genre de fantaisie » Deux femmes rentrent seules dans une raffinerie désaffectée… ». * Effectivement vu comme ça…* ça semblait presque cousu de fil blanc qu’une monstruosité allait leur sauté dessus sans crier gare et qu’au moins l’une d’entre elles ne rentrerait pas ce soir. Encore heureux nous n’étions pas dans une fiction et puis… :

- Hummm ceci dit moi ça me met un autre genre de scènes en tête… fis-je en lui accordant un regard complice, suffisamment explicite pour qu’elle comprenne où je voulais en venir. Mais avant toute chose, nous devons trouver ce qui s’est passé ici. Fis-je avec une pointe de regret, tachant d’éviter de laisser mon esprit vagabonder. , mais si tu as un peu de temps après... FInis-je en lui accordant un coup d’œil complice avant de me replonger dans mes recherches.

Shenzy s’en était allé pour son inspection et nous vérifions les quelques documents remplis du bureau, Akina m’apporta ses trouvailles alors que moi progressait dans l’analyse de certains des plans que j’avais trouvés sur place. Y’avait pas à dire… à cette époque Shitaderu méritait amplement la renommée qu’elle s’était faite de par le monde. Je découvris dans ladite documentation certaine de nos techniques de forge et comparant avec les quelques factures et bons de livraison que m’avait apportée à chère Suzuei, je déduisis fonction des dates que certaines techniques étaient créées spécialement pour faciliter la conception d’un certain type de matériel, voir d’un certain type d’alliage pour pouvoir efficacement répondre aux différentes attentes des clients.
Petit à petit je comprenais certains détails, l’histoire de nos clients et même des éléments sombres comme la CMP « Construction en Métal plein » De peur que la recette des alliages créés ne soit découverte par la concurrence, certaines conceptions de la forge de Shitaderu étaient pleines au lieu d’être creux. La fonte d’élément de se genre se faisant bien plus ardu pour les autres pays et finirait par dénaturer ledit alliage, il leur serait donc impossible de pouvoir comprendre la conception de leurs nouveaux matériaux. Nous même Metaru avions perduré l’application de la CMP sans véritablement comprendre le pourquoi, la raison que nous nous en étions faite était tout autre dans le sens où nous pensions qualité et poids pour les armes lourdes. Mais le métal Metaru étant lui-même très difficilement manipulable par qui que ce soit d’autre, nous étions naturellement ou presque « protégés » contre ces tentatives de vol technologiques.

C’est alors que je poursuivais mes prospections que je tombai sur un rouleau de parchemin, le sceau de cire était encore intact, comme quoi l’individu n’avait visiblement pas eu la chance de le faire parvenir à son destinataire. C’était visiblement une lettre… fin un rouleau de démission ; en l’état… ce document était une simple demande d’arrêt de travail, mais… il s’agissait peut-être d’une piste ?
Déchirant le haut de celle-ci en me servant d’une lame créée au bout de l’index, je libérai le document et en entamai la lecture. Il s’agissait visiblement du gestionnaire du bureau dans lequel nous nous trouvions, parcourant rapidement les lignes de celle-ci je soulevai un sourcil avant d’en faire part à ma partenaire :

- Akina chan… vient voir. Fis-je, attendant qu’elle arrive pour parcourir le document une seconde fois pour m’assurer de ce qui y était marqué.

à Monsieur le directeur :


Moi Kohisuki Shun vous rédige ce document pour vous faire part de ma démission, j’ai beaucoup appris à vos côtés et sachez que cette décision me peine plus que tout autre chose. J’aurais aimé continuer l’aventure avec vous, mais au vu des récents évènements qui ont frappé la raffinerie, je vous prie de m’en excuser, mais je ne pourrais vous suivre dans cette profanation.
Oyashiro sama a déjà fait bien assez de victimes comme ça, mais vous persistez à vouloir descendre plus bas dans les entrailles de la Terre. J’ai une famille à nourrir, des amis avec qui passer du temps et des parents à chérir, aussi… pour le salut de votre âme, je vous conseille d’arrêter de déranger les dieux !

Kohisuki Shun

Gérant du Bureau d’Étude

- Oyashiro sama hein… murmurai-je dubitative en parcourant de nouveau le document du regard. C’était le nom d’un dieu, ou plus précisément, c’était le nom d’un faux dieu, né d’une fausse religion, un simple usurpateur qui avait tenté de s’approprier aussi bien la torture déjà réservée à Jashin sama que la mort, faisant déjà partie du domaine des Shinigamis. Pourquoi en savais-je tant sur ce domaine ésotérique ? C’était bien simple, en tant que Jashiniste moi-même… je ne supportais pas l’existence de cette farce.

- Qu’est ce que le nom de cet imposteur fait ici… murmurai-je avec une pointe de cynisme. Et puis il avait parlé de profaner ? Descendre ? Ce sont des éléments qui lentement se mettaient en place lorsque je pris finalement en compte un élément qui nous échappait nous Metaru. Les gens normaux avaient besoin d’extraire des métaux bruts de la terre pour pouvoir travailler le fer, nous Metaru générions nos propres métaux, mais des civiles… ne pouvaient eux que se reposer sur des mines de fer… Se pourrait-il que…

J’allais émettre mon hypothèse, lorsque nous parvint le rire lointain, mais continu de Shenzy, elle ne s’esclaffait pas, mais semblait plutôt pouffer, comme si elle s’en retenait. Non, elle ne se moquait de rien et non, il ne s’agissait pas des effets d’un Gaz hilarant :

– Hum ! Elle a trouvé ce qu’on cherchait… … et quelque chose qu’elle ne comprend pas… Fis-je en levant un sourcil, ses indications étaient pour le coup… flou. Elle dit de faire attention à l’air en venant… traduisis-je en me tournant vers Akina, lui tendant un de mes mouchoirs. tes souris ont trouvé quelque chose ?


_________________

Mother of two beatiful Angels

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Sam 12 Jan 2019 - 22:32



Fixant la blonde, un léger rougissement teignit les joues de la jeune intendante avant qu’elle ne retrouve rapidement son sérieux. Elle n’avait pu s’empêcher d’imaginer une scène telle que la sous-entendait Itagimi, ce qui était à la fois excitant et… très étrange ; une pensée qui ne pouvait l’habiter, pas durant leur mission.

Elle soupira donc en réajustant ses lunettes et attendit le verdict quant aux trouvailles qu’elle venait de lui apporter. Le temps qu’elle les feuillette, elle retourna à ses recherches sans pour autant mettre la main sur autre chose de plus intéressant, ou suspect. Il n'y avait ici visiblement plus grand chose de véritablement...

Mais la Metaru, elle, semblait avoir trouvé quelque chose. Akina l’observa de nouveau, un moment, en train de lire ce qui semblait être une lettre. Retournant une nouvelle fois auprès d’elle, elle commença à lire la lettre par-dessus son épaule. La Suzuri n’y comprenait pas grand-chose. Des noms qu’elle ne connaissait pas, des actions dont elle n’avait jamais entendu parler… Mais la cheffe de la raffinerie, elle… Ouais, c’était vraiment très étrange…

Elle prit le mouchoir et fit un signe de la main pour rappeler ses souris. Après plusieurs secondes d’attente, celles-ci ne revinrent pas. Akina fut surprise mais cela voulait dire qu’elles étaient passées dans un endroit… trop dangereux pour elle. Ces souris n’étaient pas forcément très performantes, ni même forcément utiles…. Mais qu’elles ne revinrent pas…

-Si au moins une était revenue… Soupirait-elle en observant la pièce désespérément vide. Mais au moins sa hyène avait trouvé autre chose… ça peut aussi bien être un air toxique qu’un chat qui a pu les neutraliser… Huuuum… Ils ont peut-être libéré une force surnaturelle. Ajouta-t-elle avec une certaine excitation. L’imagination d’Akina était très fertile, sûrement grâce, ou à cause de tous les livres qu’elle avait pu lire. Et il fallait dire que les histoires fantastiques étaient ses préférées, avec celles d’épouvante, bien sûr. Alors vivre une telle aventure…

-Enfin… ce n’est pas possible… Dit-elle un peu déçue de revenir à la réalité... C’est qui ce « Oyashiro » ? Demanda-t-elle finalement alors qu'elles prirent la direction de... la Hyène.




_________________

Akina [akina] n.f - n.p : Qui ressent de la joie en toutes circonstances
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

[MLB] Dépoussièrer le passé [Metaru Itagami]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: