Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Deal with the devil [ Deku ]


Jeu 25 Oct 2018 - 19:05




自然 - Deal with the devil



« Hands blood. »

◐first blood◐

Début de l'An 200, Section d'interrogatoire et de torture d’Iwakagure No Sato


Le jour s’éteignait et le soleil gracieux, croquait les cumulus de ses rayons sanguins. La teinte rosâtre des nuages transformant le ciel en un tableau purement divin. Les ombres des saules s’allongèrent sans fins, semblables à de grands spectres se donnant la main.

Le Yasei fut tiré de son éternel quiétude, un rapacis messager lui ayant laisser un parchemin orné de l’emblème de la Roche et de celui du Triumvirat. Prenant connaissance de son contenu, en lisant rapidement les lignes qui défilaient sous ses yeux, d'un air quelque peu surpris. Il fallait dire que celui-ci avait fait d'énormes progrès à ce niveau, le défunt Shinobu lui ayant inculqué l'apprentissage de la lecture afin de le parfaire quant à son intégration parmi les hommes civilisés.

Sans attendre, l'Ostrogoth sans s'être réellement adonné à quelques préparatifs, claqua la porte de son modeste wigwam avant de se rendre en direction du bâtiment des interrogatoires du village.

La tâche qui lui avait été octroyée s'annonçait des plus palpitantes en terme d’expérience. En effet, il allait devoir assister interrogation menée d’une main de fer par un supérieur et maître en la matière. Formation obligatoire quant à la diversification des compétences du chûnin que représentait l’indigène.

Alors patientait, tandis qu’il fut convié à pénétrer dans le bâtiment, se faisant, celui-ci fut amené à emprunter les sous-sols, lugubres et sinueux. Pas un seul son ne sortait de la bouche du chasseur de bêtes, seuls quelques cris de douleurs retentissaient avec une curieuse odeur d’hémoglobines qui enivrait dès lors, l’atmosphère. « C’est ici, tu sera placé sous les ordres du commandant Deku, bonne chance gamin... héhé... »

La porte s’entrouvrit lentement, grinçant frénétiquement au passage, il y faisait un froid glacial - nichait en son centre, deux silhouettes se distinguant devant le shinobi tout juste confirmé au faciès peinturluré. Une ombre assise et ligotée accompagnée d'une seconde se tenant debout.

L'expression du visage du virtuose martial demeurait suspicieuse mais il n'affichait aucune crainte, perpétuellement stoïque face à l'inconnu, et, en tant que fier guerrier autochtone, la peur ne devait en aucun cas apparaître sur son faciès sous risque de se voir déchu.

« Deku-san ? Je suis Yaoguaï Senkū, chûnin chargé de vous assister durant cet interrogatoire. Yoroshiku onegaishimasu.* » Se présentait-il d'un rictus forcé.

Enchanté*

Le cauchemar pouvait maintenant commencer...



_________________
戦士 - Sennen Mûsha
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Dim 28 Oct 2018 - 10:41
. : Deal with the devil : .



Jour après jour.
Heure après heure.
Seconde après seconde.

Larme vermeille sur les doigts, devenant peu à peu écailleuse. Ce jardin des milles souffrances ; cette allégresse à chaque coupure aussi infime soit-elle. Un abandon volontaire aux forces chaotiques ; fer chauffé à blanc et scalpel rouillé. Certains Ninja auraient pu avoir une grimace au coin des commissures sanguines ; mais tu embrassais ce rôle avec une joie non dissimulée. C’était d’ailleurs pour cela que les grandes instances guerrières te laissaient dans ton coin pour le moment : malgré que le travail soit fait dans la férocité, la colère et la véhémence du corps, les tâches étaient accomplies pour la grandeur d’Iwagakure No Sato ; bénie soit cette sacro-sainte ville militaire.

Il y avait rien de plus formateur que la violence pure ; c’était le créneau de certains hauts gradés et par conséquence, un pacte avait été scellé entre ta personne et ces Grands Fous. Un concept d’orchestre macabre et d’apprentissage qui se faisait dans les organes libérés, l’odeur de la chaire et les hurlements isolés des prisonniers de guerre. La nuitée s’avançait lentement alors que l’arôme de l’hémoglobine gagnait peu à peu tes narines. Oui, ce soir promettait d’être une belle lune. Oui, la lune hurlerait de joie en voyant tes actes… Ou plutôt.
Jashin.

Cette pensée gagna ta colonne vertébrale, libérant un âpre frisson. Le prisonnier qui se tenait face à toi représentait Kiri ; du moins c’était ce qu’indiquait son bandeau frontal, maintenant au sol, saccagé par la frousse, l’épouvante mais surtout… Le désir. Ton désir. La porte s’ouvrit suite à cette pensée, à cette envie d’en finir au plus vite ; peut-être s’agissait-il de la chance pour l’émissaire Kirijin ou bien, le couronnement de son décès annoncé comme évident. Regardant ton Royaume dans la souffrance ; la silhouette imposante te laissa présager une forte brute importante. Les peinture de guerre renforcèrent cette impression et ce ne fut que lors de ces derniers mots d’enfants qu’un épais sourire gagna ton visage ivoire.

Bienvenue Senkû. Oublie les formes de politesse ici, tu n’es plus à Iwa. 

Le sourire gagna en puissance.

Tu es donc mon mouflet pour la soirée, magnifique, tu sembles… Sauvage. 

Regardant de façon presque malsaine ton nouveau coéquipier, tu observas l’enveloppe corporelle de l’humain. Une belle bête qui, par la suite, allait devenir un puissant ninja, sans aucun doute. Les muscles semblaient être veineux, le regard implacable, ayant déjà connu l’Art de la guerre. En oubliant presque le prisonnier de guerre qui marmottait dans son bâillon, tu posas une main ensanglantée sur l’épaule du jeune homme, plongeant ton regard enflammé dans le sien. Un geste qui pouvait être interpelé de différentes façons, mais qui avait de grande chance de mettre mal à l’aise le nouveau venu.

Avant qu’on commence, je dois te mettre en garde. 
Silence.
Ce que tu verras ici restera en toi, tu ne dois rien dire, que cela soit à ton Senseï, tes coéquipiers ou même à ta compagne du moment. Aussi, je te demande de ne pas perdre ta foi en Iwa ; ce que tu verras et ferras ici est dans le seul but de protéger notre village, notre Kage et la population du village. Nous oeuvrons pour notre civilisation, notre culture, nos idéaux.
Second silence.
J’aime Iwa et j’espère que tu l’aimes aussi. 

Tu laissas tomber mollement ta main, laissant une légère trainée rougeâtre sur l’épaule du dénommé Senkû. Tournant les talons, d’un geste presque expert tu ôtas la boule en fer de sa cavité buccale, le prisonnier toussota, reprenant une respiration correcte.

Sache aussi qu’ici, on n’utilise pas les Arts Ninja. 
Coup dans mâchoire.
Tu as seulement le droit à ton imagination, tes mains, et quelques outils à disposition. 
Le Kirijin cracha une volute de sang, le regard aussi goudronneux que les cieux d’Ame, tu sentais ses muscles se raidirent sous la pulsion guerrière, sous l’envie de meurtre, sous l’envie de t’étranger, de reprendre le contrôle.

Tu n’as pas besoin de savoir pourquoi il est ici, pour le moment en tout cas. 

De l’autre côté de la pièce se situait une épaisse armoire métallique sans décoration, ainsi que plusieurs tables médicales dont l’âme semblait être pervertie depuis la nuit des temps, si la curiosité piquait ; on pouvait apercevoir plusieurs ustensiles plus orignaux les uns que les autres voire même quelques bruissements d’animaux divers et variés. Un rapide aller-retour, pour une cuillère à soupe et une autre, à dessert.

Ça te dérange si tu tiens sa tête, il risque de geindre un peu… 

Même si le terme « Ça te dérange » était plus une forme de politesse cachant un ordre militaire pure et simple, il valait mieux mettre à l’aise les petits nouveaux intégrants de façon temporaire ton antre des symphonies monstrueuses. Plaçant la plus large des cuillères entre tes dents, tu étiras à l’aide d’une main les paupières de l’homme avant d’insérer celle à dessert par le haut, sous les hurlements et les bougonnements du Kirijin. Un mouvement de balance, un peu de grincement, puis l’objet convoité commença à sortir de sa cavité avant que tu ne l’attrapes de tes quelques doigts crasseux, un fil épais joignant l’orbite à son propriétaire. L’hurlement et le sang débloquaient un nouveau succès, celui de la réussite.

Il y a des bocaux vides au fond de la pièce, vers l’armoire. J’en ai besoin. 
D’un geste sec, tu arrachas le nerf optique.
Oh, et choisi un ustensile. 
Ricanement.
C’est ton tour. 

Aucune explication.
Aucune question.
Seulement de la violence.
Pour Jashin.
Pour Iwa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1708-les-cris-sont-des-fleurs-la-douleur-leur-parfum-ryuuketsu-no-deku http://www.ascentofshinobi.com/t3383-ryuuketsu-no-deku-carnet-de-bord

Lun 12 Nov 2018 - 15:37




自然 - Deal with the devil



« Hands blood. »

◐first blood◐

Début de l'An 200, Section d'interrogatoire et de torture d’Iwakagure No Sato


Des frissons accompagnèrent les dires du maître de torture. De son sourire carnassier, il posa sa main baignée du sang qui n’était pas le sien sur l’épaule du sauvageon qui constatait sans bronché les traces ensanglantés dégoulinant le long de sa peau hâlée.

L’homme à la chevelure rappelant la lune et ses rayons d’argents s’élança alors vers un monologue explicatif, sans aucune interruption spontanée de la part de son acolyte qui, apparaissait tout ouïe face aux paroles émises par son mentor.

Une mise en garde, aux allures de pacte méphistophélique entre les deux hommes naquit dès lors. Le Yaoguaï se contentant d’acquiescer d’un simple signe de la tête, ne se sentant aucunement menacé, bien qu’il trouvait le responsable de la faction, quelque peu suspect et complètement décalé.

La victime se voyait être un Kirijin tombé dans la toile abyssale de Deku, il ne pouvait imaginer pire sort pour mettre un terme à son existence. Un coup au niveau de la mâchoire lui fut asséner, amenant le Yaoguai à sourire légèrement d’un rictus malicieux. Ce petit cours débutait de plus bels et s’annonçait comme particulièrement excitant.

De nature curieuse, le pré-adulte zieuta autour de lui, une pièce lugubre avec posés sur les tables, d’innombrables outils prévus à cet effet, celui de la torture et de la barbarie. Senku s’approcha tout en examinant chacun des objets placé ne connaissant à peine le tier d’entre eux.

« Impressionnante collection. Ces objets, j'imagine que vous les avez déjà tous expérimentés... » Supposait-il intrigué.

Trêve de bavardage, le Chûunin fut directement amené à porter son assistance quant aux activités sanguinaires de son supérieur. Tenant la tête du prisonnier, il observa Deku dans ses œuvres, l’air étonnement surpris de par sa créativité.

En effet, à l’aide d’une simple cuillère, celui-ci venait de retirer l’oeil de son orifice orbitaires. Provoquant un hurlement de douleur qu’il n’avait encore jamais entendu. Cette homme Deku, était un grand malade, mais il était avant tout, un artiste au talent incompris et Iwa ne possédait son équivalent tant il paraissait exceller dans son art. Venant à peine de commencer qu’il impressionnait déjà l’ostrogoth, qui ravala difficilement sa salive suite à la vue du filet de muscle qui retenait l’orbite oculaire de la victime.

« Ou..oui. » Répondit le chuunin en donnant le bocal vide au maestro de la torture.

La scène ne l’avait pas dégoutté non, cela apparaissait loin d'un tel rendement. Il ne fallait pas oublier le fait que, le Yaoguai était issu d’un peuple autochtone connu à travers le pays pour capturer les étrangers s’aventurant trop près de leur territoire, ceci afin de les torturer et plus encore, aucun n'est jamais revenu vivant de leur domaine. Le jeune shinobi au faciès peinturluré avait la ferme intention de se délecter de la moindre parcelle de barbarie de l’artiste que représentait Deku, il allait ainsi pouvoir canaliser ses pulsions clanique et même réitéré dans le futur, à l’instar de celui qui allait tout lui enseigner.

Son tour était arrivé, un silence naquit dès lors, durant quelques instants alors que le guerrier atypique jeta son dévolu sur un ustensile assez particulier. Les regards s’échangeaient dans une complicité naissante entre disciple et professeur.

« Toi là, tu es Kirijin n’est ce pas ? Dans ce cas, je suppose que tu dois adorer l’eau.. héhé. *S'adresse à Deku* Retiens-le. » Lançait-il d'un air malsain et d'un ton sarcastique.

Le Yaoguai donna un coup de poing au ventre de la victime, profitant du fait qu’il ouvre la bouche pour y placer son récipient où une énorme quantité d’eau loin d’être potable fut verser continuellement pour étancher sa soif. Des cris incessants accompagnés d'étouffements se mélangèrent constituant une merveilleuse symphonie. Ironie poétique et sadique, que de voir un ressortissant du Pays de l’eau s’étouffer avec le même liquide qui définissait tant sa patrie.

Le brun ténébreux débutait doucement et apparaissait attentif aux moindres conseils et remarques de son professeur, qu’ils soient positifs ou négatifs, tout était bon à prendre.


_________________
戦士 - Sennen Mûsha
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Dim 18 Nov 2018 - 12:57
. : Deal with the devil : .



Il existe de nombreuses histoires sombres et encore plus dans les souterrains nauséabonds de la grande métropole militaire, aucune gloire à tenir le couteau sous la gorge d’un homme enchainé. Ne se sentant nullement comme la plupart de la population, tu t’étais isolé peu à peu avec le temps jusqu’à ne devenir qu’une ombre sociale s’enfermant à l’intérieur même de son travail, un focus constant sur la recherche, l’information, la chaire, l’envie, le cri, la réussite mais surtout, la recherche du remerciement et malgré l’impression que te donnait Senkū en parlant de ta collection, de ton Art, tu préférais ne pas y prêter attention plus que ça pour l’instant.

D’une main crasseuse, tes doigts se posèrent sur l’objet en verre, le subtilisant avec une fausse douceur à ton nouveau compagnon, ou plutôt à ce jeune qui avait encore tout à apprendre, tout à comprendre, jusqu’à comprendre la Vérité. Au vu de la condition physique imposante de l’homme, un doute guerrier naissait au creux de ton estomac, cet homme-là devait être un boeuf d’acier sur le champ de bataille, un atout majeur au vu de sa stature. Toi qui résultait d’un être frêle légèrement musculeux, tu ne rivalisais avec cette monstruosité, il avait presque un air de monstre fabriqué, ça te plaisait. L’oeil tomba dans un bruissement léger avant que tu ailles récupéré un liquide douteux, permettant de conserver la chose durant un laps de temps particulier.

C’était à lui, c’était au tour de cette petite larve de s’ouvrit et de s’épanouir dans un lac de souffrance et de bile. L’ordre et l’utilisation de l’impératif te fit légèrement tiquer, il y avait de l’assurance dans sa voix, de la haine dans ses gestes et de la force dans son tempérament. Rare étaient les apprentis à prendre le pli aussi vite, la majorité couinait à la première démonstration et s’enfuyait lorsque tu donnais le premier ordre, au moins l’interrogatoire risquait de ne pas être si ennuyeux que ça. Grimaçant presque, tu t’exécutas néanmoins, tenant l’homme par la chevelure, sa tête bien en arrière, ne lui laissant que peu d’option. L’eau gagna son ventre et certainement un peu de ses poumons, à moitié étouffé, tu lâchas sa crinière et l’homme du Pays du l’Eau crachota tant bien que mal.

Ce Kirijin a été aperçu à l’intérieur du village, au plus proche de nos bibliothèques militaires…  
Gneh… Tuez-moi, ça… Ira plus vite.  
Sache que nous avons une équipe médicale à notre disposition, Senkū, si nous y allons un peu trop fort, ils interviendront et nous pourrons reprendre notre petit manège…  

Il y avait de nombreux protocoles à suivre lors des tortures d’émissaires et notamment concernant le décès d’un membre interrogé. C’était d’ailleurs pour cela qu’Iwa avait mis des équipes d’intervention d’urgence, au cas où un dérapage avait lieu. Il n'y avait pas d’excuse pour autant, si un mort survenait, il fallait en rendre compte au Quartier Général et en subir les conséquences. Sauf si on obtenait les informations avant...

Le but de l’exercice est surtout de connaitre et d’anticiper une prise d’otage, si par le plus grand des malheurs tu venais à être capturer par l’ennemi, tu sauras à quoi t’attendre…  

À de la douleur, à de la violence, du sang et de la peine. La guerre entre les villages ; les petites magouilles des Seigneurs, les Genin disparaissant en dehors du village, il existait de nombreuses variables pour qu’une situation stable devienne chaotique. Tu ne blâmais quiconque, bien au contraire. Sachant pertinemment une seule chose, il s’agissait là d’un serpent qui se mordait la queue en continue.

À quoi aspires-tu ? Pourquoi Iwa ? Que t’apporte la Grande et Puissante à ton humble avis ?  

Les deux premières questions auraient pu être communes aux deux protagonistes mais la troisième scella la direction vers le Chuunin sauvage ; avait-il les épaules assez larges pour permettre à Iwa d’être la plus belle et la puis superbe ?

Tu t’assieds face au candidat à la torture, cette chose misérable, le cul visé sur une chaise à geindre de son oeil perdu et de la tortueuse eau broyant ses intestins. D’un geste de la main, tu invitas ton interlocuteur à te rejoindre, contre le sol, face au cadavre ambulant. Une pensée évasive, vous reprendrez après ce petit manège.

Parle sans crainte, Senkū, il ne survivra pas.  

Deux êtres perdus,
Assis ensemble.
Face au plus somptueux des tableaux.
Celui de l’agonie.

Option:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1708-les-cris-sont-des-fleurs-la-douleur-leur-parfum-ryuuketsu-no-deku http://www.ascentofshinobi.com/t3383-ryuuketsu-no-deku-carnet-de-bord

Mer 26 Déc 2018 - 18:19




自然 - Deal with the devil



« Hands blood. »

◐Senkū x Deku◐

Début de l'An 200, Section d'interrogatoire et de torture d’Iwakagure No Sato


Et le Mizujin crachotait et bavait tel un canidé affamé, ses yeux devint rouge sanguine tandis que ses veines frontales, transparaissaient avec véhémence. Ceci, sous l’oeil railleur de son oppresseur et de son supérieur. Quémandant au duo de torture Iwajin, de mettre un terme à sa souffrance pourtant si amusante aux yeux du sauvageon. L’ostrogoth qui ne s’était pas autant diverti depuis la capture de gaijin s’aventurant trop près de son village natale. Chez lui, les étrangers se faisaient capturer et persécuter avant d’être jeter aux fauves peuplant la faune d’Hayashi.

« Keuf.. Tu as vraiment pensé à tout, Deku. Au moins, il saura que chez nous la curiosité est un vilain défaut hehe.. » Lançait le Chuunin avec ironie.

L’indigène parlait sur un ton narquois, sa xénophobie naturel le poussait à châtier l’étranger. Il n’en demeurait pas moins tout ouïe face à l’énoncé de son collègue psychotique, le prévenant de ce qu’il pourrait advenir de lui s’il se voyait capturer par le camps ennemie. L’adolescent des Bois hocha la tête en guise d'acquiescement, comprenant qu’il vallait mieux se faire tuer plutôt que de finir tel un vulgaire animal de compagnie, à l’instar du Kirijin. “Vous.. vous allez tous ...crever sales chiens d’iwajin ! Je vais .. argh ! *sbaf * Hurla le captif tandis que le Yaoguaï le fit taire en lui envoyant un revers du gauche.

« *S'adresse au prisonnier* Ferme ta grande gueule. * Son regard se pose sur Deku* Je nourris bon nombres de desseins... Pourquoi la Roche ? Tout simplement parce que ce village me permettra d’atteindre un jour le sommet. Je vais prouver à tous que même un sauvage, peut se hisser dans la haute hiérarchie. Se faisant, je ferais tout mon possible pour faire d’Iwa la première puissance mondiale shinobi. Ce village a besoin de davantage de force, et c’est à partir de cette puissance que naquit le pouvoir. » Déclarait le Yaojin d'un ton suspicieux.

Il marque une pause ses poings se resserrent en pensant à sa terre natale. De fait, il haïssait Iwagakure tout autant que ses pairs et les autres nations shinobi. Mais ses intentions primitive et malsaines ne devaient en aucun cas être dévoilées… Le mensonge était sa seule option, même si à travers ses dires, l’on pouvait ressentir une certaine part de vérité. Car il était responsable d’une bonne partie des siens venu immigré en terre Tsuchi-jin, connu comme étant le pôle économique du commerce et des affaires.

« Cela dit, j’ai bien conscience que la force seule ne suffira pas… Et toi ? Quelles sont tes ambitions ? Pourquoi avoir choisi ce village de marchands ? D’où viens-tu ? Ton odeur diffère de celle des habitants que j’ai l’habitude de croiser, elle empestes la... mort. » Ajoutait le jeune homme conscient de la singularité de l'individu qui se tenait à ses côtés.

Le jouvenceau rejoignit son interlocuteur, s’asseyant à ses côtés face à leur victime. Senkū zieutant son supérieur du coin de l’oeil, apparaissait particulièrement intrigué par le personnage mystérieux qu’il représentait. En effet, il sortait du lot...


_________________
戦士 - Sennen Mûsha
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Mer 26 Déc 2018 - 20:19
. : Deal with the devil : .


Le sauvage puait. Pas au sens propre - quoique ? - mais tu pouvais sentir un certain talent qui ne demandait qu’à sortir de ses phalanges et ça sortait avec une certaine facilité, chose qui continuait à te mettre la puce à l’oreille. Une société détestable qui s’effondrait à chaque cracha du Kirijin ; elle était belle la métropole commerciale ! Certaines choses n’avaient pas de prix, et la vie humaine n’en faisait décidément pas partie, pour ton plus grand plaisir, c’était ce qui te permettait d’avoir une piaule et non plus au Pays du Rempart. Tandis que le jeune Chuunin marquait alors une pause, tu en profitas pour glisser quelques mots.

Philosophie de comptoir d’un cerveau déjà trop altéré.

Le problème du pouvoir… Plus tu en as, plus tu en veux. Alors que si tu te contentes d’un peu, tu es heureux avec ça… Mais avoir peu de pouvoir ou de force dans notre monde… Amène à la Mort. Dilemme.  

Ça ne ferait certainement pas mouvoir les choses et au vu de l’oeil restant exacerbé du prisonnier, ce dernier semblait croire qu’il se trouvait dorénavant dans une dimension parallèle, emprisonné dans un Genjustu quelconque, à l’abri du Temps mais certainement pas de Vous. Pousse le jusqu’à l’agonie. Pousse le jusqu’à la folie. Toutefois, le sauvageon semblait nourrir des idéaux qui te semblaient juste et malgré ta psychologie abimée, il était aisé de ressentir la rage qui animait ce personnage, une flamme grisâtre qui commençait à s’éteindre en toi, mais encore vivace au sein des nouvelles générations.

Durant la conversation, tu n’avais pas quitté le Kirijin de l’oeil d’ailleurs ; par déformation professionnelle mais aussi par plaisir oculaire, il s’agissait là d’un spectacle qui, sans mauvais jeu de mot, faisait plaisir aux yeux. Intérieurement, ton fort intérieur tiqua au moment précis où les situations s’inversèrent : Recevoir des questions, il était rare que l’on s’intéresse à toi, qui plus est provenant d’un jouvenceau.

J’ai sûrement défait plus de vie que tu n’en détruiras dans toute ta carrière… Pas de gloire dans ce geste, c’est seulement un constat.  
Tu te levas, t’appuyant alors sur le sauvageon sans gêne aucune. 

Il ne semblait pas en avoir à ton égard, après tout. 

Je ne proviens pas de Tsuchi No Kuni, en effet.  


Ton enveloppe corporelle se tourna alors de la pièce, tournoyant comme un corbeau à travers les nombreux ustensiles plus obscurs les uns que les autres, tu étais dans ton élément, tu étais dans ce petit jardin des tortures, ce cocon bien loin des piliers fantasques et de la hiérarchique canine des villages cachés. Tu ne répondis même pas aux différentes questions de l’apprenti, peut-être par professionnalisme, peut-être par couardise. Finalement et après avoir divagué comme une abeille dans un champ de pollen, tu te plaças à l’arrière du bleuâtre ennemi, plaçant tes quatre doigts (Index et majeur de chaque côté) dans sa bouche, étirant alors cette dernière au maximum. Rapidement, les tissus épidermiques commencèrent à se défaire. dès que le sang coula légèrement, tu arrêtas, gardant tes doigts crasseux dans sa cavité buccale.

Que vois-tu à l’intérieur ?  
Rien.
Cette bouche est comme une grotte. La grotte est dans la capacité d’enfouir les secrets les plus profonds, l’homme enfoui depuis la nuit des temps non pas ses peurs les plus anciennes, mais bien sa nature première.  
Tu tiras un peu plus alors que la métaphore s’efforçait à tenir debout difficilement.
Tu empestes aussi la Mort, Senkû.  
Éclats de rire.
Regarde toi, un sauvage, un bourreau en devenir, tu pourrais me défaire la nuque d’un seul claquement, ahaha. Ton assurance cache ton manquement de sommeil mais tes cernes te trahissent.  
Tu tiras une fois, deux fois, trois fois.
La fois de trop.
Fais attention petit Chuunin, ne brise pas ta grotte intérieure, ne te laisse pas détruire par Iwa. 

Bouche ensanglantée.
Je… Gne… Aaaaah…Je…Bo…Bowdel…  
Equipe Médicale ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1708-les-cris-sont-des-fleurs-la-douleur-leur-parfum-ryuuketsu-no-deku http://www.ascentofshinobi.com/t3383-ryuuketsu-no-deku-carnet-de-bord

Jeu 27 Déc 2018 - 0:47




自然 - Deal with the devil



« Hands blood. »

◐Senkū x Deku◐

Début de l'An 200, Section d'interrogatoire et de torture d’Iwakagure No Sato


Les deux hommes s’étaient assis face à un tableau divinement sordide, échangeant tandis que l’hominidé devant eux suffoquant et toussotant, restait perpétuellement ancré dans l’inconscient de son subconscient, divaguant tel un véritable aliéné.

L’aborigène des monts et forêts se contentait d’hocher la tête face aux dires de son professeur de tortures. Il était chose très ardue que de trouver un juste milieu sans tomber dans le gouffre abyssale de l’avidité. Bien heureusement, le jeune chûnin en était conscient. Son interlocuteur s’appuya donc avec culot sur son épaule afin de se redresser sur ses longues jambes. Un geste qui fit hausser les sourcils du virtuose martial légèrement surpris par sa prise de confiance. Il finit tout de même par se munir d’un petit sourire du coin tout en fermant lentement ses paupières avant de les rouvrir à la même allure dès que la voix rauque de Deku se mit à retentir à travers la pièce.

L’homme pâle semblait agir comme s’il dissimulait un passé tout aussi sombre qu’une nuit sans lune...Ancien criminel ? Soit, il émettait des paroles obscurs, lourdes de sens et pourtant véridiques. L’adolescent prenait soin d'enregistrer chacune des phrases, car échanger avec pareil individu relevait de l’exploit tant ils se faisaient rare de pouvoir communiquer avec eux sans que mort s’en suive.

Le guerrier ressortissant de la faune observait alors d’un air interrogatoire son acolyte du jour, l’on pourrait croire qu’il dansait autour de sa victime, comme une araignée jubilant à l’idée de dévorer sa proie emprisonnée dans sa toile. Ce type, il n’était pas prêt de l’oublier de sitôt… Senkū restait assis dévisageant les agissements de son équipier qui lui soumettait quelques questions en prenant le kirijin pour cible.

Face à la scène horrifiante et sanglante, son faciès restait de marbre suivant les dires avec concentration, il regardait la mâchoire du Mizujin s’ouvrir frénétiquement jusqu’à la giclée. Mais ce ne fut pas le sang dégoulinant de toute part qui le fit sourciller en cet instant, mais plutôt la mise en garde sinueuse de l’homme à la chevelure lunaire. Deku avait quasiment sondé le sauvageon, il démontrait une capacité d’analyse phénoménale...

« Tu as réussi à lire en moi comme dans un livre, je dois admettre que je suis impressionné. Me laisser détruire par Iwa ? Impossible. » Rétorquait le balafré sûr de lui.

Un signe au garde qui restait devant la porte pour lui dire de faire intervenir l'équipe médicale. Le captif n’en avait plus pour très longtemps à en juger de par son état laborieux. On pouvait difficilement appréhender les mots qui sortaient de sa bouche, ou du moins de ce qu’il en restait. L'ostrogoth avait besoin de plus de précisions, nul doute que son supérieur savait des choses qu’il ignorait, son expérience ne pouvait lui être que particulièrement utile quant à son avenir.

« Alors elle te consume toi aussi, cette véritable nature ? Tu l'a sens te ronger et grâce à ça * Il pointe du doigt le kirijin * tu tentes de repousser l'inévitable en satisfaisant cette soif inextinguible. » Disait-il constamment serein.

Et peut-être qu’un jour, il se remémorait de la métaphore du psychotique, un être que tout le monde au village voulait éviter à tout prix. En se levant d'une traite, il se mit à réfléchir tout en posant ses yeux sur leur cible presque morte. Fronçant ses sourcils, il se demandait alors ce qu'il adviendrait si un jour la Roche le contraignait à briser sa grotte intérieur autrement dit, laisser exploser sa véritable nature de sauvage impétueux et barbare aux yeux de tous...


_________________
戦士 - Sennen Mûsha
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Jeu 27 Déc 2018 - 12:23
. : Deal with the devil : .



Il y avait certainement pas de terme exact concernant la déficience mentale qui rongeait peu à peu ton âme, hormis le fait que tu sois tombé dans l’emprise Jashiniste, aucune mesure psychologique serait capable de mettre un mot sur les évènements. Sauf peut-être « folie. » Tes doigts se retirèrent lentement de la gueule éclatée du prisonnier, secouant légèrement cette dernière pour en ôter le surplus. En temps normal, tu ne te serais pas gêné pour y goûter mais il valait mieux se retenir, la confiance n’était de mise que d’apparence.

L’équipe d’intervention médicale apparue assez rapidement, déployant alors les capacités médicales de quelques militaires, soupirant face au tableau misérable qu’ils devaient tant bien que mal à remettre sur pied. Certains te regardèrent avec un air nonchalamment, nullement curieux, nullement choqués, simplement habitués à la comédie dramatique. Ce n’était pas la première fois qu’ils intervenaient et ça ne serait certainement pas la dernière. Avant que tu ne répondes à ton coéquipier de la nuitée, ce qui semblait être le chef d’escouade se tourna vers toi, un air fatigué sur son visage.

Tu as réussi à obtenir des informations avant que l’on intervienne ? 
Non, mais ce n’est qu’une question de temps. 
Il va avoir besoin de repos, ton comportement est encore une fois à la limite de la faute professionnelle, tu sais que je vais devoir faire un rapport ? 
Mes amitiés au Kage. 

Dans cette réponse, il y avait nulle ironie, nul sarcasme, une réponse nullement hautaine mais plutôt bizarrement teintée d’une sorte de respect militaire qui sortait de nul part. Fou, à moitié fou. Conscient de n’avoir pas encore rempli tes obligations professionnelles, il allait falloir que tu travailles au corps cet espion de façon plus précise, quitte à lui faire tenir une ardoise et une mauvaise craie. N’ayant pas les capacités d’un Yamanaka, ça rendait un peu plus compliqué l’obtention d’informations, mais il y avait déjà plus de mérite à faire ça : « À l’ancienne ». Un énième soupire et un hochement de tête, les médecins retournèrent à leur travail avant de disparaitre comme ils étaient venu, rapidement et discrètement.

Iwa est une capitale somptueuse, garde ça en tête lorsque tu devras remplir des missions plus atroces les unes que les autres. J’admire profondément Iwa et je donnerai ma vie pour elle, malheureusement, c’est un cheminement à sens unique… 

Nous sommes tous de la chaire à canon pour elle.
Des guerriers remplaçables.
Des compétences à usage unique.

Ton regard se porta alors sur le jeune homme, et pour la première fois depuis l’entretien, un sourire sincère s’inscrit sur ton visage, comme un calme intérieur. Ou peut-être, s’agissait-il d’une résignation finale ? Car après tout, on ne pouvait rien y faire, c’était là le fonctionnement du monde et plus encore, sa finalité utopique.

Ne fais pas les mêmes erreurs que moi, ne te laisse pas ronger par la colère, l’amertume, ne recherche pas la gloire dans le sang car tu n’y trouveras que ton propre reflet défiguré. 

Empoigna la crinière du Kirijin, tu relevas sa tête tandis que tu observais les cicatrices qui eurent apparues suite à l’utilisation de l’Iroujustu, cette capacité faisait des miracles, il y avait pas d’autre mot. Un épais bandage avait été installé le long de ses deux joues, tu avais donc dû légèrement soulevé les installations médicales avant de les remettre tant bien que mal en place. L’homme était dans les vapes mais semblait encore conscient, son oeil valide te regardait, tremblant.

Un Mortel regardant son Dieu.

Il va avoir besoin de repos… Mais nous n’avons pas le temps… Que proposes-tu, Senkû ? 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1708-les-cris-sont-des-fleurs-la-douleur-leur-parfum-ryuuketsu-no-deku http://www.ascentofshinobi.com/t3383-ryuuketsu-no-deku-carnet-de-bord

Jeu 27 Déc 2018 - 21:59




自然 - Deal with the devil



« Hands blood. »

◐Senkū x Deku◐

Début de l'An 200, Section d'interrogatoire et de torture d’Iwakagure No Sato


Il patientait debout, fier sur ses deux jambes solides, patientant jusqu’à l’arrivée du comité médical. Les eiseinin dans leurs efforts, en profitaient pour se renseigner sur l’avancée du soutirage d’informations, sermonnant le responsable des lieux au passage. Le Yaoguaï ne pu s’empêcher d’esquisser un léger sourire du coin quant à la réponse de son enseignant, décidément, son arrogance n’avait d’égal que sa propre folie.

L’unité d’intervention s’en alla, l’on pouvait voir dans leur regard le dégoût qu’ils ressentaient à l’égard du maître du martyr, l’un d’entre eux claqua la porte après avoir extirper un bref souffle d’exaspération. Comme si le Jônin apparaissait être irrécupérable... Et pourtant il ne cessait de louer cette ville loin d’être reconnaissante à son égard, pourquoi autant d’attachement ?

Ses paroles prennent un sens aux allures prémonitoires, comme un avertissement lancé au chûnin qui avait fait l’erreur de dévoiler une infime partie de la rage qui bouillonnait au fond de lui, et qui n’avait de cesse que de vouloir se dévoiler au grand jour, dans une mer de flammes infernale et un bain de sang sans fonds.

« Je tâcherais de m’en souvenir. Au final, tes erreurs t’ont menées jusqu'ici, ce n’est pas plus mal hehe.. » Répondit le sauvageon avec ironie.

Il ne s’en rendait pas compte sur l’instant présent, mais cette phrase du tueur allait le hanter tout le reste de son existence parmi les hommes. Deku se voyait être un homme qui côtoyait bien plus la mort que n’importe lequel des guerriers peuplant son propre clan. Vint le moment de s’occuper à nouveau du captif, ses plaies avaient vraisemblablement cicatrisées à une vitesse allant au delà du commun des mortels. La médecine iwajin apparaissait d’un tout autre niveau que celui des prêtresses guérisseuses de sa tribu.

« D’où je viens, nous faisons parler nos prisonniers ainsi... » Lançait-il en se déplaçant.

Le primitif se dirigeait lentement en direction de la table où étaient rangés les multiples ustensiles, prenant un des outils dans sa main qu’il plaça directement aux contacts de flammes. “Qu..qu’est ce tu fou.. ? Re..relâchez-moi bande de tarés..” Marmonnait le bleuâtre en reprenant peu à peu connaissance.

« Il paraît que cette douleur est la pire qui soit. On va voir si tu vas rester muet avec ça enfoiré. » Ajoutait-il d'un air sournois.

Le fer à marquer apparaissait fin prêt à être utilisé. Son embout brillait d’une lueur si vive et intense que même les défunts ayant succombés dans cette pièce furent apeurés. S’approchant du prisonnier, il retira le bas de son habillement d’une traite tout en le déchirant avec férocité. Son bras droit armé de l’outil calcinant la chair, se rapprochait du point culminant, plus précisément, entre les jambes du mizujin, l’homme-bête visait les roubignoles de ce dernier.

La chaleur émanant de la pointe dénotait avec insistance que la souffrance octroyée surpassait de loin ce qu’il avait vécu jusqu’à présent. “ NO..NON !! PITIÉ !!! JE.. JE VAIS PARLER PUTAIN !!” Hurlait le Kirijin larmoyant, sa morve dégoulinante de son museau. Senkû quant à lui, leva les yeux croisant le regard de son équipier, attendant l’approbation de son mentor d’un sourire carnassier sur les lèvres. L'indigène riait à demi, le psychotique déteignait vraiment sur l’adolescent finalement...

HRP:
 



_________________
戦士 - Sennen Mûsha
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Sam 29 Déc 2018 - 10:01
. : Deal with the devil : .


Il apprenait vite ce gosse, il y avait du potentiel, c’était certain ! Et au vu des coutumes « d’où il venait » cela faisait plutôt flipper. Se servir d’ustensiles n’était pas interdit, loin de là, c’était au contraire une acceptation de sa condition de barbare et ça restait plaisant de voir un homme parcourir l’autre extrémité, une ligne plus sombre, plus violence, plus… Réaliste comparativement à la conception classique d’un Ninja. Il va s’en dire que le rapport que tu feras sur ce jeune apprenti sera élogieux, cet homme ira loin dans la hiérarchie Iwajienne. Peut-être même les épaules d’un Kage, mais ça, tu n’étais pas assez expérimenté pour le savoir réellement. Puis, on ne jugeait pas les capacités d’un homme à la démonstration de sa force tortueuse. Surtout pour tenir un village…

Ton oeil scintillait, brillait de la même lueur incandescente que le fer chauffé à blanc, il s’agissait là d’un spectacle particulièrement… Agréable à percevoir, tu avais grandement hâte de voir la finalité de la chose ! Similaire à un gamin face à ces cadeaux, ressentant quelques papillons dans le bas du ventre, une envie pressante, une envie affolante, une envie sucrée ! Le fauve apprivoisé, d’un coup sec ôta les effets vestimentaires du jeune homme du village de la Brume avant que ce dernier commence à réellement comprendre ce qui allait lui arriver, ou plutôt, ce qu’il allait perdre.

Marque le. De l’emblème d’Iwa. Pour toujours. 

Croisant les bras, tu hochas positivement la tête lorsque ton regard sanguin croisa celui du sauvageon, le duo fonctionnait plutôt correctement pour une première fois, peut-être pas des âmes soeurs de la torture mais il y avait quelque chose qui accrochait, quelque chose de similaire aux deux hommes, qui venait des tripes, c’était certain.

Je… Je venais pour vos… Contrats de marchandises avec… Les territoires alentours, bloquez… Votre expansion…! 

Iwa commençait à devenir une cité de plus en plus importante, une concentration effective d’exports-imports apparaissait aux frontières, des documents officiels, des douanes, des taxes. En somme, la cité militaire devenait aussi un pôle commercial ou du moins, était en passe de le devenir dans les années à venir. Il fallait croire que le village de Kiri l’avait eu un peu mauvaise sur ce coup là.

Ki… Kiri tente de mettre en place… Un souverain… Et pour cela… Il doit être à la tête de la… Plus grande des cités… 
Il s’agissait donc d’une mission officielle ? 
… Oui. 
Senkû, prend la relève. 
Sous entendu, parle et continue de parler.

Tu tournas les talons et te redirigea une énième fois vers la table du fond, même sans avoir les yeux rivés sur ta cible, il était aisé de sentir sa peur en pensant qu’une nouvelle forme de torture allait être déployé. Le bougre avec déjà perdu un oeil, était défiguré de façon buccale et sa virilité avait pris… Un coup de chaud. Si on le renvoyait dans cet état là à Kiri, cela risquait de geindre. Ce ne fut pas un nouvel ustensile mais un morceau de parchemin et une plume, griffonnant rapidement quelques écritures confidentielles, tu marquas la missive de ton propre sang d’un coup de dent. Tu gardas en main une seconde feuille, et plaça la plume entre tes dents. Ton enveloppe corporelle se décala une seconde fois, mais cette fois-ci vers la porte que tu entrouvris avant de fournir le premier papier à un garde quelconque qui passait par là.

Che vhiens d’envouyer une michive aux chtêtes penchantes du village. 
Tu crachas la plume qui atterri dans ta main, duo symbolique d’un papier vierge.
Tu te rapprochas.
C’est simple, ce sont eux qui vont choisir si tu auras la vie sauve, ou non. 

Ricanement.
Mais ça, ça dépendra de ta loyauté envers Iwa. 
Ça touchait à sa fin, merveilleusement.

Tu plantas la pointe de la plume dans l'orbite défait du guerrier, teintant la pointe d'un sang semi-séché, prêt dorénavant à écrire ses Mémoires et ses Aveux totaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1708-les-cris-sont-des-fleurs-la-douleur-leur-parfum-ryuuketsu-no-deku http://www.ascentofshinobi.com/t3383-ryuuketsu-no-deku-carnet-de-bord

Deal with the devil [ Deku ]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: