Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Fragment de Glace & Lame Fine (pv Saji)


Ven 26 Oct 2018 - 14:15
掻き氷機
Fragment de Glace & Lame Fine
Feat Saji


Le fracas du bois résonne dans la cour extérieur tandis que les lames des shuriken s'esquintent pour mieux atteindre leur cible. La sueur souille les dalles de béton se trouvant au sol, malgré un temps sec et donc en cet hiver de l'année deux cents trois. Respirant à grande bolée, dû à l'effort passé, c'est les bras tombant en direction d'un sol jonchée d'une flopée de shuriken et de kunai, je me redresse lentement, avant de lever le regard vers le ciel, retrouvant ma respiration initiale.

Tout au tour de ma position, d'innombrable mannequin fait de bois et de paille se retrouver planter de part et d'autre témoignant d'un entrainement rude et intensif; mon entrainement. Si depuis la création du village j'avais cessé toute activité pour me consacrer au bien être mentale du peuple du pays de l'eau, cela fait maintenant quelque temps que le hippie se trouvant en moi commence à céder sa place à une nouvelle identité. Si la paix ultime est concevable en ce monde, elle serait naturellement plus réelle quant à sa mise en place par la défense de ses idéaux; et non pas par des discours volatile prônant la diplomatie à l'apologie des conflits. Malgré mon dégout de la guerre, je dois admettre qu'il est important de faire croitre sa puissance pour protéger ce que l'on aime. C'est pourquoi, afin de faire prospérer Kiri et notre nation, je me dois de retrouver ma force et ma volonté, c'est pourquoi je m'entraine si férocement aujourd'hui, pour la protection du peuple.

Un vent se lève, alors que je reste dans mes pensées tout en me déballant une sucette, la brise caressant mon épiderme alors nu au niveau du haut. Marchant vers le banc sur lequel mon sac est posé, j'attrape ma serviette afin d'éponger mon front ainsi que les parties de mon corps souillés par l'effort.

Absorbant le sucre de ma confiserie, j'ouvre une canette de boissons énergétique à la marque d'un pingouin ninja et commence à ramasser le désordre que j'ai commis au sein du dojo extérieur.

Mais en plein ménage, mes capacités sensorielles émient la présence d'un individu arrivant dans la cour extérieur où je me trouve. Je me relève alors, kunai et shuriken en mains, les rangeant un à un dans mes sacoches avant de lui laisser la place. C'est alors que je me retourne et aperçois un shinobi du village, non moins des plus familiers.

« Oy ! C'est toi Saji ! Comment tu vas depuis cette soirée ? Hahaha ! » lui dis-je, tout sourire, serviette sur l'épaule et sucette en bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 27 Oct 2018 - 15:58
Assis en tailleur au milieu d’une des salles du dojo, l’homme en shôzoku noir est en pleine réflexion sur son parcours, essayant de faire le point sur sa vie, afin de s’en servir de ferment pour les étapes à venir. Il n’oublie pas que son objectif premier est de retrouver son frère, la raison pour laquelle il a quitté son pays natal du Pays de la Foudre pour rejoindre le village caché de la Brume, dans le Pays de l’Eau. Son arrivée au port Naragasa de Kiri, l’annonce de son souhait de devenir shinobi pour ce village d’où il n’est pas né et qu’il aucune raison de servir. Quelques jours plus tard, le premier pas dans l’enceinte du Grand Dojo, lieu de rencontre des Sabreurs de Kiri. Il y a affronté le fameux Gardien qui voulait tester son métal, et a finalement reconnu la compétence du sabreur muet. Il y a rencontré Wutu-Fuku qui a accepté de l’accompagner sur l’île de Ue pour passer la cérémonie d’intégration du Clan des Sabreurs, à savoir l’Epreuve des Lames. L’esprit du sabre Baransu l’a reconnu en tant que maître légitime. Plus tard, il a fait la rencontre d’un confrère sabreur de Kiri du nom de Meiyo, le possesseur de l’épée légendaire Senritsu. Après avoir reçu un tuyau dans une taverne concernant son frère, Saji s’est rendu dans une boutique d’armes au milieu d’un quartier au nord qui est plutôt malfamé. Sa rencontre avec la kunoichi Yasei Akane lui a permis de remonter jusqu’à Sanzô, un mercenaire au service de Tatsuzô, le chef d’un réseau criminel. Battu suite à combat difficile à deux contre un, Sanzô leur a livré beaucoup d’informations pertinentes. Son maître Tatsuzô est un homme d’influence qui a embauché son frère en tant que bras armé pour ses trafics d’armes et la contrebande. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Son frère et son employeur se sont séparés après s’être disputés sur la compensation d’un des contrats dont le danger n’a pas été correctement indiqué. Un mercenaire ne change jamais, il ne croit qu’en l’argent. Maintenant que Saji sait qu’Ashikage est en train de rôder dans les terres du Pays de l’Eau, ce n’est qu’une question de temps avant que le sabreur muet n’atteigne le rang de chuunin pour avoir le droit de mener son enquête en dehors de Kiri.

Voilà à peu près où il en est. Maintenant, il ne lui reste plus qu’à s’entraîner, enchaîner les missions au service du village, et obtenir l’autorisation de visiter les Terres de l’Eau. Il se relève maintenant qu’il a pu récupérer de son entraînement du matin et se prépare à quitter le Grand Dojo. Alors qu’il traverse un couloir, il peut voir à travers l’une des fenêtres qui donnent sur la cour extérieure un homme s’entraîner au milieu de plusieurs mannequins en bois. Il reconnaît immédiatement son ami Kuzan, qui comme à son habitude cherche à perfectionner ses lancers. Saji presse le pas pour le rejoindre dehors. Une fois sur les lieux, il s’approche de son compère pour le saluer de la main. Kuzan lui répond en lui rappelant à son grand malheur la fameuse soirée au ChouchouLove. Une triste soirée. C’est la main tremblante qu’il écrit ses mots sur son carnet.

Saji a écrit:
« Je ne m’en suis pas encore remis. Je t’avoue que parfois j’en ai des cauchemars. »

Inutile de s’étaler davantage sur la débâcle de l’autre soir. Mais il faut avouer qu’ils se sont bien amusés. Sans plus attendre, il voit que son ami vient de terminer son entraînement. Cela tombe bien, lui-même a fini le sien. Il est grand temps pour Kuzan et Saji d’effectuer leur match retour. Cela fait longtemps qu’ils attendent ce moment.

Saji a écrit:
« Que dirais-tu de reprendre où nous avions commencé la dernière fois ? »

Trêve de bavardage. Après avoir remis son dernier papier, il fait quelques pas en arrière pour créer une courte distance entre les deux et pour qu’ils se mettent chacun en position de combat. Saji dégaine son katana, la lame qui se frotte contre le fourreau produit un sifflement strident qui annonce le début du combat. Les mains fermes sur la poignée, le sabre levé en garde haute, il ne perd pas de temps et charge en direction de Kuzan avec l’intention de porter un coup de taille de haut en bas…


Résumé du tour:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Sam 27 Oct 2018 - 16:22
La main tremblante, il prend son carnet et s'arme de son stylo pour me répondre, avant de m'avouer par écrit les cicatrices psychologique qu'il traine depuis notre escapade dans ce fameux bar, le ChouChouLove. Une situation qui a très vite dérapé alors que je tentais de lui apprendre les bases de la séduction. J'ai fais en sorte qu'il se sente à l'aise dès le début de la soirée afin qu'il puisse rentrer chez lui en charmante compagnie. C'est sur une geisha d'apparence pulpeuse que son regard s'arrêta avant de prendre son courage à deux mains pour aller lui adresser son admiration la plus sincère. Malheureusement, par manque de chance, il est tombé sur une femme plutôt ... originale. Mais pour la faire courte; elle avait un pénis.

C'est la vie.

Face à face, sur les dalles de pierre du Dojo extérieur, l'homme en noir se recule directement après m'avoir proposer un nouvel entrainement en sa compagnie, que j'accepte par un hochement de tête rapide. Nouvel entrainement pas tellement en fin de compte. Plutôt une reprise de notre dernier affrontement. De tête, les kunai et les shuriken volaient de par et d'autres de l'arène, faisant de ce combat quelque chose de spécial.

Cet homme est parfait pour s'entrainer dans des conditions extrême, à croire que nous sommes les deux seuls à le faire ...

C'est en enlevant le sabre de son fourreau qu'il se met en place et en l'empoignant de ses mains fermes qu'il déclare les festivités ouvertes.

« Alors comme ça tu commences directement ? Ok pas de soucis ... »

Une phrase pour combler le vide s'étant installé, je m'abaisse le plus rapidement possible vers le sol, ramassant et lançant deux kunai fraichement utiliser en sa direction avant de ramasser une demie lame que je range dans le fourreau situé dans mon dos. La main restant sur le manche prête à dégainer, je fonce sur lui à mon tour, faisant de son attaque, un contre pour ma lame. Je rétorque alors par un coup de pied à l'abdomen, l'envoyant voir un peu plus loin si j'y suis. La dernière fois il avait prit l'avantage, aujourd'hui, il n'en aura pas l'occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 27 Oct 2018 - 17:56
Le combat est lancé. Saji se précipite en direction de Kuzan, le sabre en l’air et prêt à descendre sur sa cible à la façon d’une guillotine. Pour empêcher le sabreur de se rapprocher, le hippie a alors le réflexe de lui envoyer des projectiles, deux kunaïs pour être plus précis. Ils fusent dans la direction de Saji qui dans sa course dévie l’un d’entre eux avec la lame de son katana et esquive l’autre grâce à un simple mouvement de tête. Son ami a certainement gagné en précision depuis la dernière fois, et cela ne l’étonne pas du tout étant donné la masse d’entraînements au lancer de projectiles qu’il a dû s’imposer. Mais quant à Saji, il ne s’est pas reposé sur ses lauriers, au contraire il a continué à s’entraîner tous les jours au Grand Dojo pour perfectionner son kenjutsu, et surtout, la maîtrise de Baransu, son sabre légendaire. Son poignet tourne légèrement, il se prépare à frapper d’un coup de sabre de haut en bas. Mais voyant Kuzan charger à son tour pour aller à sa rencontre et l’intercepter, il frappe prématurément. Les lames s’entrechoquent, produisant une volée d’étincelles dans l’air. Saji applique son sabre de haut en bas tandis que son adversaire a réussi à bloquer le coup avec sa propre arme blanche. L’un comme l’autre cherche à gagner ce duel de force mais très vite Kuzan y met un terme avec un coup de pied à l’abdomen que le sabreur esquive en pivotant sur le côté. Une manœuvre corps-à-corps bien tentée. Maintenant, à son tour de passer à l’offensive.

Toujours au corps-à-corps, il pousse Kuzan pour le faire reculer et le mettre en position de recevoir son enchaînement de coups. Le sabreur fait descendre la lame sur son adversaire, puis enchaîne avec un autre coup de taille horizontal. Mais ce n’est pas fini. Il effectue un autre coup horizontal puis un deuxième dans l’autre direction, mais cette deuxième attaque est plus puissante et le chakra concentré dans son bras lui donne davantage de vélocité. Il insuffle une petite quantité de chakra à l’intérieur de sa lame pour en renforcer le tranchant. Il espère noyer le jutsu dans un enchaînement de coups basiques afin de créer la confusion auprès de son adversaire qui ne s’attendra peut-être pas à se faire frapper par un coup plus puissant après une série de coups légers. Il se demande si Kuzan arrivera à voir à travers son jeu de prestidigitation.



Mais en attendant, il doit garder le rythme et ne pas lâcher son adversaire, rester au corps-à-corps. Il Le coup est parti. Saji reste à proximité et tente d’asséner un coup d’estoc avec la pointe du katana, après quoi il prend une posture plus défensive afin de se préparer à la réplique de son adversaire. Mains fermées sur la poignée, garde basse.


Résumé du tour:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Sam 27 Oct 2018 - 18:43
C'est par un pivot sur le côté qu'il esquive simplement mon pied censé le repoussé quelques mètres plus loin sur les pavés de l'arène. On dirait que depuis notre dernier entrainement, lui aussi a fait d'énorme progrès. De part sa parade à mon coup, il se recule alors légèrement, laissant une place suffisante pour étendre sa lame, parlement la courte distance qui nous sépare de taillades mortelles. Malgré que nous soyons en combat amicale, tous les coups sont permis afin de renforcer au mieux nos capacités d'endurance physique lors de combats réels.

Armé de ma demie lame, je contre tant bien que mal un a un les jets d'acier qu'il tente de m'asséner. A gauche puis à droite, en haut puis en bas, c'est un coup venant à l'horizontale qui me met à mal avant qu'il n'enchaine en revenant dans la direction opposé. Les fers se croisent laissant les quelques étincelles de friction jaillir entre nous.

La main ferme sur le manche de mon arme, c'est durant sa passade qu'en tentant de bloquer à nouveau l'un de ces coups, mon erreur à subir une nouvelle fois ces attaques sans rien faire manque de me faire tuer. Sa lame vient se coller à la mienne, mes muscles de l'avant bras se contracte de toutes leurs forces; sans rien y faire. S'envolant dans le ciel afin de se planter dans le sol un peu plus loin, mon fer n'est plus et le tranchant de sa lame, que je constate au dernier moment plus puissant que toutes ses autres tentatives, se noie dans un écran de faux semblant pour m'atteindre. L'esquive ne suffit pas. Me projetant vers l'arrière, la pointe de la semble claque la bise à mon abdomen, lui laissant au passage une jolie entaille sur la largeur.

Quelle idée d'être torse nu aussi ...

Goutte après goutte, mon sang s'échappe timidement de ma blessure pour s'étaler sur les dalles de la cour extérieur alors que Saji lui, se retire quelques mètres plus loin. Je constate ma blessure, tout en souriant, pensant à la suite de ce combat.

Il ne va pas s'en sortir comme ça héhéhé ...

Attrapant un maximum de shuriken entre mes doigts, je balaye la ligne sur la quelle il se trouve ne lui laissant aucunes chances d'esquiver que ce soit sur les cotés ou en dessous, mis à part par les airs. Mais faudrait- il déjà qu'il puisse esquiver ce que je lui prépare ... ?

Pendant que la salve s'apprête à l'atteindre, j'effectue une suite de mudra et tends les bras vers le ciel.

« Hyôton, Pics Givrés ! »

C'est qu'une nuée de pic aussi pointue et efficace que sa lame lui fonce dessus.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 28 Oct 2018 - 10:38
Dégoulinant de son abdomen, le sang de Kuzan laisse quelques gouttes sur le sol en pierre de la cour extérieure. Les deux adversaires se fixent suite à ce premier échange de coup. Malgré ce coup qui a trouvé sa cible, le Yuki ne se décourage pas mais au contraire il sourit, bien décidé à rendre la pareille à son ami. La blessure est large mais reste superficielle, au pire lui donnera une belle cicatrice en souvenir de leur confrontation. A la limite, cela lui donnera plus de sex appeal auprès de la gente féminine et dans ce cas le sabreur vient de lui rendre un service. Il repense encore à leurs soirées au bar, il s’imagine déjà son ami se vanter auprès d’une geisha et lui raconter l’histoire de son combat épique contre un tigre géant. Les deux adversaires récupèrent un moment, la respiration reprenant alors un rythme normal. Cette fois c’est au tour de Kuzan de lancer les hostilités. Il saisit des shurikens dans sa sacoche pour lui lancer une salve de projectiles en ligne, tâchant de couvrir un maximum de largeur. Cette capacité à décider de la trajectoire de ses shurikens… Le katana déjà dégainé et en face de lui, Saji au lieu de sauter fonce droit devant et dévie deux shurikens qui partaient droit sur lui, laissant les autres projectiles passer à côté. Kuzan veut donc créer la distance hein… Et comme à son habitude, une attaque de diversion pour amener une vraie attaque décisive. Il se souvient de leur premier combat. De bons moments. Mais à peine vient-il de dévier la menace que son adversaire compose déjà une suite de mudrâ présageant une attaque imminente. Saji est sur ses gardes, le viser avec la paume de ses mains. Kuzan est debout, droit sur ses appuis mais ne se met pas en garde. Une autre attaque à distance ? Qu’importe. Quelle que soit l’attaque qui arrive, le sabreur a aussi une technique dans sa poche qui ne nécessite que peu de préparation et qui est rapide à activer. Saji réalise que son ami n'a jamais été témoin du pouvoir caché de son arme, et bien il serait sûrement l'un des premiers à le voir de ses propres yeux. Il stoppe sa course à mi-chemin, lâche son sabre en face de lui et joint les mains pour composer le mudrâ du serpent… Soudain, son sabre légendaire commence à émettre une lueur bleutée et flotter dans les airs.



Les pics de glace viennent se faire découper dans l’hélice de métal formée par Baransu, protégeant son propriétaire de l’attaque frontale. Le pied de Saji décolle du sol, il charge immédiatement en direction de Kuzan et attrape la poignée de son sabre en plein vol, prêt à contre-attaquer. Une fois au corps-à-corps, Saji reprend l’assaut avec deux coups de taille en diagonale, de haut en bas, de bas en haut, de sorte à forcer son adversaire sur la défensive. Mais cette fois il sait que Kuzan s’attendra à une technique dissimulée… Peut-être serait-il judicieux de changer de botte secrète. Il effectue dorénavant une attaque transversale de gauche à droite. Dans le mouvement, Saji pivote sur lui-même de façon à ce que son katana caché derrière son corps et hors du champ de vision de Kuzan au moment où celui-ci prend feu. Les flammes sur le métal dansent avec l’effet du vent… une technique qu’il n’a cessé de peaufiner dans son entraînement au sabre dans le Grand Dojo. La lame s’enflamme et lorsque que le coup arrive en direction de Kuzan, elle est déjà sur le point de le toucher.



Une attaque puissante qui ne pourra être bloquée ou esquivée à moins que son ami ne dispose d’une parade à son éventail de techniques… Au fond de lui, Saji espère que son ami dispose d’un moyen de défense, autrement ce combat risque de pencher peu à peu en sa faveur, et ce n’est pas ce qu’il souhaite. Il préfère un combat incertain, sûrement Kuzan ne lui a pas encore montré le meilleur de lui-même, et c’est ce qu’il cherche à éveiller en le poussant à bout.




Résumé du tour:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Dim 28 Oct 2018 - 13:38
Mon attaque transperce l'air frais de l'hiver et prend la direction de Saji qui, encore une fois se débrouille merveilleusement bien avec son sabre, déviant même mes shurikens censés être une diversion. Il déjoue mes étoiles tandis qu'il reçoit de plein fouet mes lances de glace. Mais encore une fois, je fais mouche. A peine mes mudra terminé, il avait anticipé mon attaque en balançant son sabre en l'air tout en le faisant tournoyer grâce à chakra pour effacer ce qui lui fonçait dessus.

Est-ce donc ça le pouvoir du sabre esprit ?

Il ne perd rien pour attendre. Mais pas le temps d'avoir la tête pensante, le voilà qu'il remet ça. A peine il détruit mon tir, qu'il prend appui sur le sol afin de venir à moi plus rapidement, le sabre en main. Aussitôt aperçu, je m'arme d'un kunai déjouant de peu ses taillades de haut en bas, puis de droite à gauche.

Il ne s'arrête donc jamais ? Quel redoutable rivale ...

Mais qu'est-ce que je fais à penser à son potentiel ? Je dois me ressaisir ! Voilà sa prochaine attaque. Il tournoie sur lui même avant que je n'aperçoive sa lame derrière son dos, s'enflammant peu à peu. Sans même réfléchir, je dois trouver une parade, me protéger.

Oiseau ... Tigre ... Cheval ... Singe ... Serpent.

Sa lame approche, elle n'est qu'à quelques centimètres ... Mais l'atmosphère se rafraichit subitement, quant un bloc de glace surgir du sol se mettant entre nous deux, laisse le fer de sa lame de planter dedans. Son katon ne mettant pas longtemps à faire fondre ma protection, je dois me presser d'enchainer. Je sors deux parchemins explosifs que je colle de mon côté du mur, avant de sauter par dessus, apparaissant derrière Saji. Deux kunai en main, je les lances en sa direction.

Le tranchant de mon fer d'un côté, des explosions sur le point de retentir, cette fois il n'aura pas le temps de parer.

La déflagration jaillit dans l'arène.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 29 Oct 2018 - 6:23
Malgré l’avantage du sabre sur le kunaï, Kuzan se défend avec une certaine adresse, bloquant et déviant les coups portés par Saji depuis différents angles. Les lames s’entrechoquent, avec des frottements qui font vibrer l’air. Le son métallique qui se répète de façon irrégulière domine la cour extérieure où les deux shinobis s’affrontent avec détermination. Profitant de cet enchaînement d’attaques pour habituer son adversaire à des coups légers, Saji suit derrière avec une frappe enflammée retournée visant à prendre Kuzan de surprise. Mais l’œil attentif et les réflexes du Yuki le sauvent, il parvient à composer une série de cinq mudrâs alors que la lame s’approche de son visage… On pourrait presque voir les flammes se refléter dans sa pupille tellement elles sont proches. C’est in extremis que le bloc de glace s’interpose entre lui et le sabre, lequel se plante inévitablement dans le mur.

La lame s’y enfonce mais étant donné qu’elle chauffe encore, les parois de l’entaille fondent rapidement et l’eau qui en résulte permet alors à Saji de retirer facilement la lame. Une ombre vient de passer au-dessus de lui, et le bruit de pas se posant au sol ne font aucun doute. Kuzan cherche à l’attaquer de dos en profitant d’une ouverture. Le sabreur se retourne pour faire face à son ami qui pour une énième fois se prépare à envoyer des projectiles vers lui. La main dans la sacoche, Saji fait voler deux kunais pour intercepter ceux qui arrivent dans sa direction. Les projectiles se heurtent et s’annulent, avant de retomber au sol. Mais à peine ce premier danger écarté qu’une explosion se produit juste derrière Saji, le mur est piégé ! Même si l’essentiel de l’explosion est retenue par la couche de glace épaisse, la force du souffle fait voler quelques débris de glace dans son dos, lui causant quelques égratignures et une petite coupure. Il serre les dents. Il faut avouer que cette manœuvre de distraction aurait pu lui coûter cher si l’explosion n’avait pas été contenue par le mur. Il lève la tête et regarde désormais ce qui en reste tomber autour de lui. On aurait dit que la neige tombait autour d’eux. Un beau spectacle pour un beau combat. Mais l’heure n’est pas à la contemplation.

La lame encore trempée de son katana laisse tomber quelques gouttes au sol. Celles-ci mêlent le sang précédemment prélevé et la glace fondue dans le mur érigé par le Yuki. Une goutte. Deux gouttes. Elles servent à compter les secondes avant la prochaine attaque qui va suivre. A la cinquième goutte, Saji s’élance de nouveau vers son adversaire pour arriver au corps-à-corps. Une attaque transversale d’un côté puis de l’autre, suivi d’un coup d’estoc. L’enchaînement de tailles basiques se conclut sur une attaque énormément plus puissante que celles qu’il a utilisées jusqu’à présent. Une botte secrète qu’il a cultivé après de nombreux entraînements au Grand Dojo mais aussi à l’extérieur, allant jusqu’à découper de la pierre en quatre. Une attaque rapide, décisive, voire mortelle. Utilisée généralement pour donner le coup de grâce.



Le rugissement de la lame imprégnée du chakra qui renforce son tranchant… A la façon d'un tigre qui sort ses griffes, prêt à bondir et déchiqueter sa proie. En une seconde, deux coups en croix rapides sont lancés au niveau du torse de Kuzan. Malgré la puissance de l’attaque, Saji pense que si son ami avait à encaisser une attaque de cette ampleur, il y survivrait en raison de sa robustesse. Mais une technique de ce rang… Le mur de glace n’a malheureusement pas l’épaisseur pour contenir la force de pénétration de la lame. Il a découpé plus épais que cela. Comment réagira Kuzan face à la soudaine violence de l’assaut ?


Résumé du tour:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Mar 30 Oct 2018 - 13:58
Aucunes possibilités, aucunes sorties. J'ai beau tenter n'importe quoi, toutes mes tentatives se soldent malheureusement par des échecs. Les unes après les autres, mes solutions se divisent rapidement passant d'une centaine de possibilité à ... les cinq doigts de la main ? Je désespère. Mon répertoire de technique est tellement faible que je ne peux rien faire mis à part de lancer des kunai et des shuriken. A quoi ça sert d'être un shinobi sans technique ? Autant être un civil doué au lancer, c'est tout comme.

Il s'extirpe de mon bloc de glace avec une facilité déconcertante et se débarrasse de mes projectiles les doigts dans le nez. Quand à l'explosion ? Pour lui dirait-on qu'elle est mineure et ne l'alarme pas plus que ça. Seulement de vulgaires égratignures, c'est insultant ...

Le fer trempé de glace fondue, il s'élance quelques secondes plus tard vers moi dessinant une croix dans l'espace, à quelques centimètres de moi, me touchant aux bras alors que je les croisent devant moi pour me protéger avant de reculer rapidement vers l'arrière. Je m'élance donc quelques mètres derrière piochant dans ma sacoche un rouleau de technique fraichement acquis. Le jour d'une balade de santé en compagnie de Datalia Madoka. C'est elle qui me l'a donné.

Retombant au sol, je me glisse sur le côté afin d'atteindre le flan de Saji, avant de déroulé le parchemin en l'air et de le lâcher. Mes mudra s'enchainent rapidement et ma main se pose sur le symbole d'invocation, faisant apparaitre une majestueuse tête de dragon en glace, fonçant sur lui avant qu'il ne puisse faire le moindre mouvement. Voyant comment il va s'en sortir cette fois.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 31 Oct 2018 - 14:25
Deux sifflements très rapides. Deux coups de sabre en croix. La lame fend l’air deux fois. Voyant cette attaque dangereuse arriver sur lui, Kuzan fait un pas en arrière tout en se protégeant avec les bras. N’ayant pas le temps de se protéger et ayant conscience qu’une simple lame en métal ne pourra le permettre de dévier une attaque d’une telle ampleur, il a le réflexe de mettre ses bras en avant de façon à encaisser les dégâts qui auraient pu être infligés au niveau de l’abdomen déjà endommagé. Un réflexe de survie qui vient de le sauver. Saji esquisse un sourire derrière son masque. Il n’a jamais douté de son rival. De longs traits noirs le long des avant-bras, d’où ruissellent quelques gouttelettes pour tomber finalement au niveau de son coude, Kuzan s’écarte du danger en sautant en arrière pour créer la distance. Mais le sabreur ne le lâche pas, il tente de continuer l’assaut en fonçant droit sur lui. Il a clairement l’avantage avec cette dernière attaque mais il reste encore à confirmer la victoire. Il sent que son adversaire prépare quelque chose et il ne compte le laisser faire. Pendant sa course, il regarde Kuzan sortir un rouleau de sa sacoche et le déroule au sol avant de commencer à composer des mudrâs… A ce même instant, Saji se rapproche, et il n’est plus qu’à deux pas. Kuzan vient de terminer sur le dernier mudrâ. Saji n’est plus qu’à un pas, et sa lame n’est qu’à quelques centimètres de Kuzan qui pose sa main sur le parchemin, faisant jaillir un museau, puis un corps de glace tout entier qui jaillit pour percuter le ventre du sabreur de plein fouet. Il tombe loin en arrière, et atterrit sur le dos, tandis qu’il est séparé de son arme qui chute non loin de lui. Le voilà allongé sur le dos, le visage vers le ciel. Difficile de dire s’il est encore conscient sous son masque. Mais il respire c’est l’important, étant donné que son ventre bouge encore au rythme de sa respiration difficile suite à la puissance du jutsu de glace. Sa main commence à bouger, témoignant d’une étincelle de combativité qui demeure encore en lui.

Un moment décisif. Un tournant au milieu du match qui les oppose. Kuzan se réveille enfin. Il décide d’employer l’artillerie lourde et d’arrêter de se plaindre de n’avoir que deux techniques de validées. Au fond, Saji sait qu’il aurait pu être plus prudent et tenter d’esquiver l’attaque mais il a préféré jouer la carte de l’agressivité. Et cela lui a coûté cher. Il se relève, en position assise désormais. Il regarde son abdomen couvert d’une grande trace gelée qui le brûle à travers le cuir noir. On peut même apercevoir de la vapeur gelée s’en échapper pour s’évanouir dans l’air, attestant de la puissance de l’engelure. Saji serre les dents. Il se relève complètement et ramasse son sabre au sol à côté de lui. Quel culot. Kuzan lui avait donc caché cette technique. Pourquoi ? Le sous-estimait-il ? Pensait-il s’en sortir sans avoir besoin d’avoir recours à ce jutsu d’une classe supérieure ? Saji se sent quelque peu insulté. Il reprend son souffle, se tape l’abdomen pour tenter de retirer la couche de glace encore fumante qui s’y est déposée. Que croyait-il ? Qu’il allait mettre déjà un terme au combat avec sa technique en croix ? Non bien sûr son ami n’allait pas se laisser faire et donner tout ce qu’il a pour gagner lui aussi. Tous deux ont soif de victoire, et c’est tout à fait normal. Mais l’important au final, c’est que tous deux sortent grandis de cette confrontation. Il serre la poignée de son sabre dans sa main.



Il fonce en direction de Kuzan avec détermination et plus d’excitation qu’au début du combat. Même si son ventre continue à le piquer, il surmonte la douleur pour charger avec énergie. Dans sa course, il envoie deux shurikens en direction de son adversaire pour l’empêcher d’effectuer des mudrâs ou de poser son parchemin comme tout à l’heure. Une tactique de distraction ou plutôt d’harcèlement pour que sa charge ne soit pas interrompue. Il se rapproche de Kuzan très rapidement et se prépare à asséner deux coups de taille transversaux au niveau de l’abdomen, suivis d’un coup vertical de haut en bas.



Résumé du tour:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Jeu 1 Nov 2018 - 14:30
Dans la brume de l'invocation, le dragon s'élance dans une majestueuse course gelant partiellement le sol qu'il survole avec élégance. Dans son élancer, le muet ne peut esquiver, l'attaque étant trop proche de lui. Un léger sourire s'affiche sur mon visage, content de la ruse que je viens de lui tendre.

C'est alors que le choc retentit. Explosion de fraicheur intense.

Touché en plein abdomen, il se fait expulser au loin glissant sur le sol avant de se retrouver sur le dos. Enfin, l'adversaire est touché. Je me dois de réagir vite maintenant qu'il se retrouve à terre mais mes blessures, sur le long termes, commencent à me poser problèmes. Leurs douleurs qui s'en échappe s'intensifient de plus en plus, me faisant passer quelques moments difficile quant à ma récupération lors du combat. A peine sur pieds de nouveau, mon genou touche terre sous la douleur. Ma main sur mon avant bras gauche pour empêcher un trop grand flux de sang s'échapper, je montre ma faiblesse à Saji. Quelle cruelle erreur. Ma température corporelle augmente de plus en plus laissant s'échapper une quantité de sueur importante. Mon souffle s'accélère avant que je ne calme ma respiration pour contrôler ma situation.
Pendant ce temps, il se relève constant la brûlure qu'il porte sur lui, gelant peu à peu son corps. Les dégâts sont importants mais pas assez pour le faire plier.

Le manche de son katana en main, il se redresse plus déterminé qu'autre fois. Est-ce mon attaque qui lui donne la force de se relever ? Est-ce pour ça qu'il se relève ? Car il sait que maintenant que j'ai dévoilé mon jeu, mes trois seules et uniques techniques, il peut prendre l'avantage. Il va être difficile de me battre tant que je respirais encore. Je me battrais jusqu'au bout.

La mise en place de l'adversaire me prévient qu'il me faut aussi m'armer pour contrer sa potentielle attaque. Un kunai en main, je l'attends.

La main ferme, le katana élancer, il fonce sur moi par le biais d'une charge rapide atterrissant face à moi petit à petit. Les fers se disputent la première place tandis qu'il brise la lame de mon kunai par son dernier coup transversale, me touchant une nouvelle fois de la poitrine à l'abdomen. Une trainé de sang s'échappe de ma plaie, arrosant mon cher ami tout comme les pavés de pierres du Dojo. Je glisse alors sur le sol, une nouvelle blessure au corps, trainant dans la poussière.

Je me relève enfin, alors qu'il se dresse face à moi et sans perdre un instant je parsème le terrain de bombe fumigène. Immédiatement après, je pioche kunai et shuriken dans mes sacoches et les lances dans la direction de Saji avant qu'il ne bouge. Profitant de la confusion et de la diversion, je saute dans les airs alors que je termine de confectionner mes mudrâ avant de lui lancer une pluie de pic de glace.

Sang, poussière, bleus et amitié à l'entrainement. Quelle belle journée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 1 Nov 2018 - 17:13
L’enchaînement des shurikens suivis des coups de sabre ne laissent pas le temps à Kuzan d’arrêter l’avancée de Saji, celui-ci est déjà à sa hauteur et c’est très consciemment qu’il fait en sorte de réduire la distance au maximum. Tandis que le sabreur ne cesse de frapper en avançant, son adversaire ne cesse de reculer en essayant de se défendre avec son kunaï. Mais ce dernier se brise sous les coups répétés du katana. Une simple lame de kunaï ne peut faire long feu face à la qualité éternelle d’un sabre légendaire tel que Baransu, dont le métal n’a jamais rouillé malgré les siècles. La manœuvre est récompensée. L’attaque de Saji parvient à déstabiliser Kuzan qui malgré sa bonne défense ne parvient pas à esquiver le dernier coup de taille transversal au niveau de l’abdomen. Une nouvelle entaille se dessine alors sur son corps, presque perpendiculaire à celle déjà laissée au début du combat. Le sang gicle sur la visière métallique du sabreur, mais aussi sur les dalles de pierre au sol, témoignant de la brutalité du combat. Il ne s’agit pas de n’importe quel match d’entraînement. Il s’agit d’une confrontation entre deux meilleurs amis, deux rivaux. Ils ont échangé des pintes de bière ensemble, ils ont rigolé durant de longues heures et ont vécu des péripéties, certaines plus humiliantes que d’autres. Mais quand il s’agit de se battre, les deux hommes deviennent sérieux et se déchaînent avec la ferme intention de gagner.

Le coup trouve sa cible, et Kuzan est déséquilibre et tombe en arrière, le dos dans la poussière. Face à lui, Saji commence à ressentir la gelure qui le ronge encore, celle-ci est passée à travers le cuir pour lui brûler la peau en surface. Il peut s’avérer heureux qu’il ne s’agisse que d’une brûlure superficielle, autrement il aurait dû demander une greffe de la peau. Il n’en revient toujours pas que son ami Yuki ait une telle technique dans son arsenal. Mais il sait désormais qu’il a besoin de poser son parchemin au sol pour invoquer la technique. Il ne se laissera pas berner une deuxième fois, son imprudence lui a déjà coûté au moins une semaine de douleur allongé dans un lit. Quelques secondes de récupération pour s’habituer à l’engelure. Puis Saji se met enfin à courir en direction de son adversaire qui déjà se relève.

Kuzan a une idée derrière la tête, cela se voit à ses yeux. Quelle ruse prépare-t-il encore ? Il le voit mettre la main dans sa sacoche, et quand il la sort, elle est fermée. Le suspense est brisé quand il lâche un objet rond qui éclate contre le sol. A la demi-seconde où Saji l’aperçoit, il le reconnaît. Une bombe fumigène ! La fumée jaillit de l’objet et se propage dans l’ensemble de l’arène plongeant les deux adversaires dans l’obscurité.

A peine a-t-il le temps de réfléchir à ce qui va arriver qu’un kunaï se plante dans son épaule, tandis qu’un shuriken lui passe à côté. Il pose le regard sur sa blessure, il serre les dents et retire le kunaï pour s’en servir de deuxième arme. Il a été surpris… mais en même temps il voit un schéma qui lui est assez familier… Le fumigène puis les projectiles… Saji reconnaît cette tactique, il s’en est lui-même servi contre Kuzan lors de leur première rencontre… Il esquisse un sourire. Un clin d’œil à leur premier combat peut-être ? Il est plutôt flatté que son ami en fasse usage à son tour pour l’utiliser contre lui.

Quelle sera son attaque suivante ? Le dragon de glace ? Les pics givrés ? Dans tous les cas, il ne peut pas prendre le risque de prendre l’une ou l’autre attaque de plein fouet. Une seule de ses techniques peut le permettre de s’en sortir indemne… Il ferme les yeux pour se concentrer sur son ouïe. Il entend quelque chose arriver dans sa direction. Il ne peut pas prendre le risque de parier sur l’un ou sur l’autre. Il faut anticiper !



Saji se met à concentrer du chakra dans ses jambes. Il descend sur ses appuis puis effectue une esquive très rapide sur le côté qui lui permet de sortir de la zone de danger. Le voilà sorti de l’écran de fumée, toussant légèrement. Il envoie immédiatement le kunaï en direction de son adversaire redescendu au sol puis fonce en direction de Kuzan à nouveau.



La blessure à l’épaule réduit légèrement l’amplitude de son mouvement, mais cela ne l’empêchera d’effectuer des coups plus bas, nécessitant moins d’effort de la part de l’épaule. Arrivé au corps-à-corps, il enchaîne deux coups de taille au niveau des jambes puis fait un saut en arrière, envoyant deux shurikens vers le haut du corps. Il grince. La douleur à l’abdomen continue à se faire sentir. Et la blessure à l’épaule commence à refaire surface….



Résumé du tour:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Jeu 1 Nov 2018 - 22:57
Une nouvelle fois, mon ami est éclatant de ruse et manifestement un adversaire redoutable. A en voir ses techniques de combat et la rage dont il fait preuve lors de nos affrontements, je suis fier de compter quelqu'un comme lui parmi nos rangs. Malgré l'un de mes kunai fraichement envoyé à travers la purée de pois et le blessant à l'épaule, alors que je suis dans les airs à confectionner ma technique, il se sert de ce dernier comme seconde arme et effectue une esquive sur la côté pour éviter mon attaque alors lancer dans sa direction. Une anticipation qui fait merveille dans ce combat. Il s'évite de terrible ennui.

Redescendant de mon pied d'escale un peu trop tôt acquis, je retombe au sol sur mes deux pieds mais mes blessures me font me plier en quatre. Un genoux à terre, le haut du corps ensanglanté tout comme mes bras, ma main se pose sur ma blessure abdominale alors que la seconde passe devant ma bouche, empêchant le sang de s'échapper de ma bouche. On dirait que cet entrainement va un peu trop loin et que ces blessures sont plus profondes que ce que je pensais ...

Je me relève alors, essuyant le coin de mes lèvres et constate un peu trop tard l'avancé de Saji vers moi, me tailladant les jambes. Une nouvelle fois, le mal que je ressens me déséquilibre et me met à terre. Suis-je vaincu ? Non, je ne dois pas m'avouer perdant de ce combat tant que lui aussi n'aura pas mit genoux à terre.

Et alors qu'il est en l'air, et qu'il me lance deux shuriken, je joues mon ultime carte. Une série de mudra que je m'efforce d'effectuer avant de tendre les mains devant moi, en prétextant la technique du fameux Kamehameha avant qu'une nouvelle tête de dragon se forme de mes mains et grandisse, jaillisse et rugisse, fonçant à pleine vitesse sur Saji, la rage au bout des crocs. Ses étoiles de fer volent en éclat et le reptilien de glace attaque alors sa proie.

Ma dernière réserve de chakra, ma dernière attaque. Après tout, j'ai déjà un entrainement derrière moi.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 2 Nov 2018 - 0:44
Tailladé aux jambes, Kuzan ne tient plus debout. Il est déjà étonnant qu’avec toutes ces entailles sur le corps il soit encore de la partie. On reconnaît bien le vétéran Yuki qui a connu la guerre, il en a connu des blessures, il s’est toujours battu avec l’instinct de survie. La douleur ne suffit pas à faire plier sa volonté pour sûr. Tandis que son adversaire est à genoux, Saji saute en arrière dans les airs et envoie deux shurikens dans sa direction, prêt à finir le combat. Les étoiles métalliques tournent et fusent rapidement vers son torse ensanglanté. Mais Kuzan n’a pas dit son dernier mot. Il puise dans ses dernières forces pour envoyer l’attaque la plus puissante qu’il connaisse, celle que Saji redoute le plus. Il compose les mudrâs avec difficulté puis forme un triangle avec ses mains en direction de son adversaire toujours en l’air. Il cherche à profiter de cette position de vulnérabilité pour le coincer et lui infliger une attaque de plein fouet, une nouvelle fois. Mais Saji sait que s’il doit encaisser une deuxième attaque de ce type, non seulement il aura perdu ce combat mais il risque d’être en danger de mort. La gelure qu’il a subie à l’abdomen ne cesse de le brûler à chaque mouvement… Elle est insupportable, et pourtant il a connu de différents niveaux de douleurs. Il ne s’en remettra pas s’il ne parvient pas à trouver une parade à ce jutsu. Tout son éventail de techniques défile dans sa tête tandis que le museau glacé du dragon commence à sortir des mains de son adversaire… Saji commence à retomber vers le sol, mais il sera trop tard pour esquiver l’attaque aérienne à temps. Puis lui vient une idée en tête. Il forme une croix avec les deux doigts de chaque main.



Deux clones apparaissent en l’air juste en-dessous de Saji et lui tiennent fermement une jambe chacun. Ils le projettent de toutes leurs forces sur le côté de façon à ce qu’il atterrisse plus rapidement mais aussi pour qu’il soit hors de portée de l’attaque qui vise le ciel. La manœuvre fonctionne. L’original tombe sur son épaule qui fait mal tandis que les clones sont offerts en sacrifice au dragon de glace, ils disparaissent dans un « pouf » de fumée. Même s’il vient d’éviter le danger, Saji est salement amoché, et pour être franc, il ne voit plus l’intérêt de continuer dans cet état. Il relève la partie inférieure de son masque pour cracher un filet de sang au sol. Il pose un genou à terre. Il marque une pause pour souffler puis se relève. La gelure lui fait encore mal. Tous deux ont offert un joli combat et ont montré qu’ils savaient faire preuve de tactique. Si Kuzan n’avait pas dépensé son chakra avant le combat, sûrement aurait-il eu le dessus... que dit-il, il aurait gagné haut la main. Mais sa dernière attaque semble l’avoir complètement exténué. Le dragon de glace… il s’agit d’un jutsu à utiliser avec parcimonie. Le sabreur range sa lame dans son fourreau et titube comme un zombie en direction de Kuzan. Au départ on aurait dit qu’il y allait avec la ferme intention de l’achever mais en réalité… Voyant que son ami arrive à peine à tenir debout, au lieu de lui envoyer un coup de poing, Saji lui offre sa main. Il l’invite à rentrer chez eux, non pas en tant qu’adversaires, mais en tant que meilleurs amis.


Résumé du Tour:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Ven 2 Nov 2018 - 22:31
Rugissant et miroitant les rayons du soleil, le lézard mythique fonce droit sur mon muet préféré ne le laissant aucune chance à ce dernier. Du moins, c'est ce qu'une partie de ma conscience pense, tandis que l'autre sait pertinemment qu'il va riposter ou du moins se protéger.
L'impact se rapproche, petit à petit, quand tout à coup, un nuage de fumée épais apparait devant lui. Qu'est-ce ? Des bombes fumigènes ? Non, pas cette fois.

Deux silhouettes apparaissent et se prennent de plein fouet l'attaque hyôton fraichement lancée. Dans un nouvel éclatement de fumée, ils disparaissent alors; des kage bunshin. Quel fin stratège tout de même, il arrive à s'en sortir dans pratiquement toute les situations dans lesquelles il est en difficulté. Mais cette fois-ci, l'atterrissage ne se passe pas comme prévu. Déséquilibrer à la réception, il chute et retombe sur son épaule blessé. Malgré son handicap, si on tend bien l'oreille, on peut entendre son cri d'intérieur rugir. Ceci imager par la main sur son épaule qui se ressert nerveusement.

A la suite de mon effort, puisant dans les dernières réserves qu'il me restait, mon genoux retrouve le sol. Mes poumons n'arrivent pas à prendre autant d'air qu'avant, réduisant et accélérant ma respiration de façon anormale. La sueur s'échappe de mon épiderme, noyant le sol de mes efforts commis.

Alors qu'il s'approche de moi, titubant mais avec les dernières forces qu'il lui reste, le katana dans une main trainant sur les dalles de l'arène, je ne peux plus bouger. Si il me donne un coup malgré ma forme piteuse qu'il affiche, je me retrouverais à terre et perdrait ce combat. Malgré que ce soit un entrainement, la frustration d'une défaite est toujours énervante.

C'est alors qu'il me tend la main, afin de me relever, m'invitant à rentrer pour nous guérir de nos blessures. Un léger sourire s'affiche sur mon visage, alors que je ne crache un épais molard mélanger au sang avant que ma main se joigne à la sienne, nous faisant quitter ces lieux encore plus meilleurs amis qu'avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fragment de Glace & Lame Fine (pv Saji)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: