Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Comment faire tomber son père, leçon n°1 [Narrateur]


Sam 27 Oct 2018 - 16:52
Ce jour-là, la thérianthrope se promenait sans but dans le village de Kiri. Ce qu'il s'était passé ces dernières semaines lui donnait à réfléchir. Lorsqu'elle était arrivée au village, c'était simplement pour sauver sa peau. Lasse d'être poursuivie par son propre père depuis plus de trois ans, elle était venue s'y réfugier. Se mettre à l'abri dans un endroit où il n'aurait pas pu l'atteindre. Et elle pensait avoir échangé une prison contre une autre. Il y avait toujours des ordres auxquels obéir, mais la personne qui les donnait avait juste changé. Et les murs étaient plus larges. Mais elle n'avait pas le droit de sortir, et restait bloquée là. Mis à part pour effectuer des missions ou contrats. Pas grand chose de changé par rapport à avant.

Mais elle avait effectué quelques missions. Et découvrait ce que c'était de vivre dans un village. En dehors du fait qu'il y avait des shinobis, c'était avant tout un regroupement de personnes de tous horizons. Depuis toute petite elle n'avait vécu qu'avec sa sœur, son père, ses mercenaires, et hommes de mains. Et ce qu'elle avait cru être une nouvelle prison était en fait un peu plus que ça. Il y avait des enfants, des vieillards. Des marchands, des couples heureux. Et elle pouvait librement marcher à côté d'eux alors qu'elle n'avait aucun ordre de son père à effectuer.

Elle avait été invitée par une vieille dame à prendre le thé pendant des heures, alors qu'elle cherchait son chat. Jamais encore elle n'avait été invitée chez qui que ce soit. Même si ça avait été dérangeant et qu'elle n'avait que pour seule envie de sortir de cette dame, ça avait été une expérience... enrichissante. Elle avait aussi aidé une adolescente à retrouver son frère sous les gravats. Jamais encore elle n'avait aidé quelqu'un qui ne soit pas sa sœur ou son père. Et certainement pas de cette manière. Akane avait aussi aidé pour la reconstruction du village.

En dehors des missions, elle avait aussi été aidée par quelqu'un lorsqu'elle cherchait des informations Tatsuzô. Ils avaient fait une belle équipe. Elle avait aussi fait une jolie rencontre dans les rues de Kiri, et avait fini par courir sur les toits de Kiri en se croyant dans une magnifique forêt. Et un shinobi l'avait entraînée sans rien demander en retour, en lui apprenant le respect de l'adversaire.

Alors elle marchait dans les rues, regardant les passants. En repensant à tout cela. Et si elle s'était trompée, et que ce n'était pas vraiment une nouvelle prison ? La métamorphe voulait faire tomber son père, afin qu'il ne puisse plus continuer ses sales affaires. Mais elle s'était bien rendue compte qu'elle ne pourrait pas le faire seule. Il lui faudrait de l'aide pour ça. Et qui de mieux placé qu'un village shinobi pour faire tomber une tête pensante se prenant pour un yakuza ?

Faire confiance n'était pas vraiment chose aisée. On lui avait apprit à se méfier de tout le monde. Mais elle était ici depuis plus de trois mois et le village lui avait permit d'être en sécurité. De louer un chez-elle meublé. Peut-être était-il temps d'aller plus loin. Elle avait obtenu pas mal d'informations sur Tatsuzô, peut-être était-il temps de les partager. Alors elle se dirigea vers le palais du mizukage, sa sensei. Là, elle s'adressa à une kunoichi qui accueillait les shinobis venant chercher des missions.


- « J'ai des informations à partager. Pourrais-je prendre rendez-vous avec dame Watanabe ? »
- « Je suis désolée, mais elle est très prise. Peut-être pourrais-je vous aider ? »


Elle était un peu déçue, mais s'en doutait. Elle était très occupée, et avait d'autres obligations.

- « D'accord. Dans ce cas, avec qui vous voulez. Mes informations concernent Tatsuzô. Il se fait aussi appeler « le boss ».
- « Je vois. Veuillez patienter, je vais trouver quelqu'un pour vous recevoir. »
- « Merci. »


Elle délaissa alors la femme pour s'asseoir sur une des chaises présentes dans la pièce. Il ne lui restait plus qu'à attendre qu'on veuille bien la recevoir.

_________________



Dernière édition par Yasei Akane le Dim 28 Oct 2018 - 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Dim 28 Oct 2018 - 11:31

Quelques temps plus tard, un vieil homme semblait venir avec la lenteur de la tortue. Le rythme de la canne qui l’aidait à marcher donnait un certain rythme musical parfait pour une marche mortuaire. Il avait sur le crâne dégarni un grand chapeau, celui que portaient généralement les travailleurs de la terre pour résister au soleil. Il avait de petits yeux perçant malgré son âge et une très fine barbichette blanche. Glissa un bras dans son dos et sur des chaussures traditionnelles du pays de l’eau, cet étrange personnage s’avança jusqu’à la jeune demoiselle.

« Et bien et bien, quelle énergie. On m’a dit que vous aviez des informations sur un homme, un certains Tatsuzô ? Alors dites-moi ce que vous savez, pourquoi et comment ? Hm ? Et pourquoi venir nous voir seulement maintenant ? »

Demanda alors le vieil homme en se glissant jusqu’à la chaise face à Akane en toussant légèrement. Il portait à la ceinture le symbole de Kiri, il était bien un shonobi visiblement. Il toussa légèrement à croire que ses poumons allaient en sortir, mais son regard perçant se posa sur ceux de la dame féline.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 28 Oct 2018 - 17:06
Les mains croisées, elle attendait patiemment que quelqu'un vienne lui parler. Observant les allées et venues des shinobis venant voir le tableau des missions. Certains repartaient l'air satisfait, d'autres bredouille. Puis elle entendit d'abord le vieil homme avant de le voir. Le son de sa canne frappait le sol au rythme de ses pas. Il avançait vers elle et elle devina qu'il serait celui qui l'interrogerait. Instinctivement, elle se mit debout pour l’accueillir. Elle ne se fia pas à son grand âge et son accoutrement : le bandeau de Kiri, l’œil vif et les questions pertinentes démontraient les facultés encore bien présentes du shinobi.

- « Oui, c'est exact. »

Son regard parcourut la pièce, observant brièvement les personnes présentes. Certes, les shinobis n'étaient certainement dans la poche de son père. Mais elle n'avait pas forcément envie que tout le monde entende ce qu'elle avait à dire. Surtout si elle en venait à avouer certains détails de son passé. Des contrats que son père lui avait fait faire, par exemple...

- « J'ai eu de nouvelles informations très récemment. Je vais vous les donner, et vous dire tout ce que je sais sur lui. »

Elle s'était de nouveau tournée vers le shinobi. Ses petits yeux vifs lui donnaient l’impression qu'il pouvait lire au fond d'elle. Cet homme devait certainement être un spécialiste.

- « Peut-être pourrions-nous... Aller dans un endroit plus tranquille ? »

Rester dans le grand hall ne lui semblait pas être une bonne idée. Il y avait certainement des pièces plus adaptées ailleurs. Même si il ne lui viendrait pas à l'idée de donner des ordres au vieil homme, au contraire. Quelque chose lui disait qu'il vaudrait mieux éviter de le froisser.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Lun 29 Oct 2018 - 18:16




La canne du vieil homme semblait être celui d’un prêtre ou d’un moine, c’était un grand bâton, du moins pour sa taille, avec quatre cercles de bois au sommet du bâton. Il apprécia évidemment la gentille attention de la jeune femme de se lever à son approche, mais il ne dit rien et son visage resta impassible. C’était sans doute dans cela que l’on pouvait voir qu’il était satisfait. Le vieil homme suivit alors le regard d’Akane dans la pièce, il semblait avoir bien trop de monde à son goût. En tout cas, elle était certaine que ce qu’elle avait à dire était très important. Il comprit tout à fait la réaction de la jeune fille, et que sa réaction soit juste ou exagérée, elle serait bien plus amené à parler plus ouvertement dans un milieu plus adéquat.

« J’ai déjà entendu ce nom à plusieurs reprises, alors je suis assez curieux je dois bien avouer. »

Dit alors le vieil homme sur un ton neutre, comme il aurait été capable de parler de tout et de n’importe quoi. Il mena alors la jeune fille dans une pièce close, où il y avait deux sièges de part et d’autre avec des menottes attachés à la table. C’était une salle d’interrogatoire, mais pour le moment, il n’était pas question d’entendre en tant que suspecte Akane. Il lui indiqua alors un siège en se mettant en face tenant toujours sa canne à deux mains, un petit peu comme si cela l’aidait à rester droit.

« Si je ne m’abuse, vous êtes ici depuis quelques mois, vous êtes une étrangère, alors pourquoi venir nous raconter cela maintenant et pas avant ? Même si je suis évidemment, je suis curieux de savoir ce que vous pouvez bien savoir sur cet homme au combien obscure.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 29 Oct 2018 - 21:26
Le vieil homme semblait visiblement intéressé par ce qu'elle avait à lui dire. Et il se rendit également compte qu'elle ne voulait pas parler dans une salle commune, avec tant de passage. Ils se rendirent donc dans un endroit plus calme, où ils pourraient discuter tranquillement sans être dérangés par les allées et venues.

Dès qu'elle arriva devant la pièce, elle regretta de l'avoir demandée. L'endroit exigu et clos lui donnait l'impression de ne plus pouvoir respirer. Mais elle prit une grande inspiration pour se calmer, et suivit l'homme à l'intérieur. C'était elle qui l'avait demandée. Et même si les menottes présentes sur la table ne lui plaisaient pas plus que la pièce en elle-même, le vieil homme n'avait pas d'intentions hostiles. Pour le moment, en tous cas.

Il l'invita à s'asseoir, et elle prit place en face du vieil homme. Du côté des menottes. Le shinobi, lui, semblait parfaitement à son aise. Même s'il prenait toujours appui sur sa canne alors qu'il était désormais assis. Et il lui reposa la même question qu'il avait déjà posé auparavant. Si elle avait voulu l'esquiver, c'était raté. D'autant plus qu'il ne lui en posa qu'une seule, cette fois-ci. Ce qui ne lui donnait pas vraiment le choix d'y répondre. Elle réfléchit, puis fini par dire ce qu'elle pensait réellement.


- « J'ai attendu de savoir si je pouvais vraiment faire confiance. »

Si cet homme était vraiment un spécialiste des interrogatoires comme elle le soupçonnait, il pourrait sentir qu'elle disait la vérité. Travailler pour quelqu'un était une chose, faire confiance au point de divulguer des informations sur soi-même en était une autre.

- « Je voudrais d'ailleurs remercier Kiri pour m'avoir accueillie en sachant qui j'étais. Sans chercher à... Me faire parler. »

Ils avaient été patients. À son arrivée, ils auraient très bien pu essayer de lui tirer les vers du nez et la jeter derrière les barreaux ensuite. Mais au lieu de ça ils l'avaient acceptée et laissée tranquille. Peut-être qu'aussi ils se fichaient totalement de Tatsuzô et de son propre passé criminel. Elle était arrivée dans une sale période, et avaient eu besoin de bras supplémentaires tout de suite.

- « Et puis, comme je vous le disais, j'ai eu très récemment de nouvelles informations le concernant. Jusqu'à présent je pensais qu'il était toujours à ma poursuite, mais j'ai apprit que non. Je peux donc me permettre de... Sortir un peu de l'ombre. »

Même s'il restait toujours à l'affût d'informations la concernant, il n'était plus en recherche active de sa fille. Ce qui lui laissait désormais un peu plus de marge de manœuvre. Et d'être beaucoup moins méfiante envers tout le monde. Même si elle le restait toujours, parce que c'était dans sa nature de l'être. Elle attendit ensuite les questions suivantes de l'homme, ou son feu vert pour tout déballer.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Jeu 1 Nov 2018 - 15:41



Le vieil homme remarqua aisément la réaction d’Akane quant à l’espace exigüe, mais il n’en montra rien que ce soit dans son regard, dans ses manières ou dans les mots et sa façon de les dire. C’était une personne expérimentée, qui devait en avoir vu vraiment beaucoup et réussit à survivre jusqu’à là. Akane était adepte des grands espaces, mais le ninja spécialiste dans les interrogatoires et le glanage d’informations ne pensait pas tomber sur une ninja claustrophobe. Ce n’était pas forcément un bon élément à savoir, vu qu’Akane venait donner d’elle-même des informations, mais que voulez-vous, c’était le métier qui voulait cela. Le vieil homme restait neutre et il s’installa comme si de rien n’était en faisant face à la dame féline. Les endroits sombres n’étaient pas un problème, comme l’était les menottes et tout ce qui avait bien pu se passer dans ce type de lieu. Avait-il choisi cette pièce par hasard ? Mystère.

« Je comprends, et en quoi maintenant le village de Kiri vous semble être de confiance par rapport à il y a quelques mois ? Ne le prenez pas mal, mais les circonstances sont toutes aussi importantes que les informations, vous le comprendrez sûrement. La confiance doit être mutuelle. »

Déclara alors le vieil homme sans jamais quitter le regard d’Akane lorsqu’il parlait aussi fluide que de l’eau sans aucun ombrage au tableau.

« Le village militaire de Kiri défendant le pays de l’eau a été formé dans des circonstances bien particulières, alors sachez seulement que des personnes dans votre type de liens peuvent se répéter. Ce sont surtout vos agissements qui seront observer à la loupe plus que votre passé. »

Répondit alors toute en objectivité le vieil homme, alors qu’il n’en était pas obligé. En ayant balayé pendant des années des bandes de malfrats notoires, il était évident que la plupart de ceux qui savaient se battre dans ce pays avaient des liens plus ou moins proches avec le crime organisé. Ce n’était pas vraiment une surprise, mais l’histoire d’Akane allait encore plus loin que les autres.

« Très bien, alors je vous écoute, qu’est-ce que vous savez exactement ? A votre poursuite ? Pourquoi le serait-il exactement ? Quels sont vos liens ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 1 Nov 2018 - 18:03
Les mains posées sur la table, comme si elles étaient retenues par des menottes invisibles, Akane rendait son regard au vieil homme. Tout comme elle, il était impassible et rien ne semblait le troubler lorsqu'il faisait son travail. Mais pour le moment elle n'était pas en mission et il pouvait facilement lire ses émotions. Plus facilement qu'elle ne l'aurait voulu, en tous cas. Mais il ne semblait pas vouloir utiliser ses propres peurs contre elle et c'était tant mieux. Il lui posa de nouveau une question pertinente, à laquelle elle tenta de répondre le mieux qu'elle le pouvait.

- « Je suis de nature plutôt méfiante et pour vous avouer je pensais être d'avantage surveillée que ça lorsque je suis arrivée. Mais vous... »

Elle se reprit, corrigeant son erreur :

- « Kiri, m'a laissée plutôt... Libre. »

Même si elle était entourée de murs qu'elle n'avait pas le droit de franchir seule, lui donnant l’impression de vivre dans une prison à ciel ouvert.

- « J'ai pu effectuer plusieurs missions, gagner de l'argent, parler avec qui j'en avais envie, me trouver un logement... Je me sens bien plus à l'aise et en sécurité qu'en arrivant. Ce village m'a donné la chance de vivre une vie plus... Normale.»

Une vie telle qu'elle n'en avait jamais eue. Et il lui avait fallu du temps pour s'autoriser à faire confiance. L'homme l'informa qu'elle n'était pas la première à avoir un passé tumultueux à entrer au service de Kiri. Ce qui ne l'étonna pas. Après tout, le pays de l'eau avait un sombre passé, et certains cherchaient à avoir une seconde chance en offrant leurs services au village. Même si tout le monde ne le méritait pas forcément. Et à cette pensée l'image du Leviathan s'imposa à son esprit. Ce sale type... Même lui avait été accepté. Il n'était pas étonnant que les gens comme eux soient plus surveillés que d'autres. Le contraire aurait même été étonnant. Elle hocha la tête pour signifier qu'elle comprenait très bien.

Le shinobi entrait désormais dans le vif du sujet. Elle allait devoir déballer tout ce qu'elle savait, et même ce qui la concernait. Mais c'était elle qui l'avait décidé, donc après avoir prit une grande inspiration, elle se lança.


- « Tatsuzô est mon père. Du moins, mon père adoptif. Il m'a recueillie avec ma sœur quand nous étions petites, après la mort de notre mère. Je suis restée à son service exclusif durant environ quinze ans. J'ai donc effectué un certain nombre de... Choses, pour lui. »

Quinze ans de contrats, ou au moins dix, puisqu'elle n'en avait pas forcément effectué tout de suite. Ça faisait beaucoup de connaissances le concernant.

- « Il ne nous envoyait jamais toutes les deux en même temps. Après chaque mission, on revenait chez nous pour pouvoir nous retrouver. Mais Misaki est... Décédée. »

Elle détourna le regard quelques secondes pour se reprendre, puis poursuivit en l'observant de nouveau.

- « Il m'a envoyée supprimer le fils d'un de ses concurrents. C'était encore qu'un enfant. Je n'ai pas pu... Et n'ayant plus de raison de retourner auprès de lui, je me suis enfuie. C'est à partir de là qu'il m'a poursuivie. Et que j'ai été traquée durant trois ans. »

De nouveau elle prit une pause. Mais cette fois-ci ce n'était pas pour se reprendre, plutôt pour réfléchir à ce qu'elle allait dire.

- « J'ai réussi à lui échapper durant tout ce temps. Mais il a fini par m'envoyer l'un de ses lieutenants. Chikara, notre maître d'armes. Il était avec des mercenaires. Je m'en suis sortie de justesse en le faisant... Tomber, dans la crevasse. Les autres hommes présents ont cru que j'étais tombée dedans avec lui. »

Et ils avaient remonté l'information de sa prétendue mort à son père, qui avait alors arrêté de la pourchasser.

- « Je me suis rendue à Kiri un peu plus d'une semaine après ça. Quand j'ai pensé être libérée de lui. »

Voilà ce qu'il en était concernant son lien avec lui, et pourquoi il lui en voulait. Il lui restait encore à aborder concrètement ce qu'elle savait. Et tout ce qu'elle avait fait sous ses ordres.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Sam 3 Nov 2018 - 21:17



Le vieil homme qui pouvait être prit pour quelqu’un de froid et distant, faisait son travail, et il ne tentait pas de piéger la femme qui était venue parler. Ce serait un petit peu le monde à l’envers et cela n’aidait sans doute pas à la faire parler. Il en avait bien conscience. Il se devait d’observer et d’écouter les réponses à des questions qu’il estimait légitime. Sans doute qu’une analyse plus poussée des données seraient effectuées par la suite. Il serait difficile de prendre pour argent comptant tout ce que l’on pouvait lui raconter à longueur de journée.

« Sans doute que les hautes instances de Kiri n’ont pas jugé bons ou n’ont pas vu en vous un danger immédiat pour le village. Nous avons accueilli des membres bien plus compliqués à intégrer que vous précédemment jeune fille. »

Le vieil homme ne précisa évidemment pas que si jamais les forces de Kiri la surveillait, sans doute qu’un ninja de ce niveau ne pourrait pas les desceller si aisément. Il n’en savait rien et il était inutile de lancer ce genre de discussions peu agréable, surtout face à une femme si ouverte à parler pour le moment.

« Vous êtes une personne sans problème, alors c’est une évidence. Si l’on ne vous autorise pas à sortir de Kiri sans être accompagné, c’est surtout pour votre sécurité, et non pas pour vous cloisonner. Si vous êtes presque étonnée de vivre cette liberté, c’est sans doute qu’avant, vous n’en avez pas profité n’est-ce pas ? »

Demanda le vieil homme à l’esprit fin, sans pour autant montrer quoi que ce soit sur son visage. Il hocha la tête lentement en entendant que Tatsuzô était le père de cette jeune fille, sans pour autant avoir de lien de parenté.

« Le fait que vous en parliez comme votre père, alors que vous ne semblez pas l’apprécier est assez étonnant non ? Êtes-vous certaine qu’il n’a plus aucune influence sur vous ? »

Questionna le vieil homme alors qu’il trouva rapidement une nouvelle question.

« Dans quel condition est mort votre mère ? Si je puis me permettre, êtes-vous certaine que votre père adoptif n’a rien à voir avec cette histoire ? »

Le vieil homme se doutait bien qu’un chef de la pègre n’allait pas demander à sa fille adoptive de simplement s’occuper du ménage et de la vaisselle. Voilà sans doute d’où venait ses facultés pour une personne n’ayant pas suivi de réelles formations de ninjas dans sa vie. La petite sœur était apparemment morte, voilà un bon électrochoc pour fuir son tortionnaire.

« Malgré vos capacités, vous n’avez pas essayer de vous enfuir avant la mort de votre sœur ? Pourquoi ? »

Le vieil homme voyait bien que c’était douloureux pour Akane. Cependant, c’était une ninja, et si son cœur devait se parer de protection, autant qu’il en soit quelque part l’instigateur. Un combattant de l’ombre ne pouvait pas perdre son sang-froid sans en payer le prix, généralement assez élevé. Un ninja devait absolument réussir sa mission, quoi qu’il en coute, c’était dans le code ninja. Les sentiments ne devaient pas rentrer en ligne de combat, cependant, ce n’était sans doute pas le moment de procéder à un cours intégral de rattrapage. Alors le vieil homme se contenta de hocher la tête doucement. C’était pour le moment une simple information de plus à verser à son dossier.

« Trois ans de fuite, voilà qui est admirable, mais peut-être ne vous cherchait-il pas si ardemment ? Evidemment, une formation de quinze années, c’est une grande perte. Il doit vraiment vous en vouloir. La mort de votre sœur est à cause de lui ? »

Le vieil homme leva alors un doigt en rajoutant suite au commentaire de la jeune fille.

« Ce n’est pas votre maître d’arme, vous ne faites plus parti de cette organisation, à moins que vous ayez un aveu à faire ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 5 Nov 2018 - 16:05
La jeune femme tentait tant bien que mal de répondre à l'avalanche de questions sur son passé, tout en essayant de respirer normalement dans une pièce si petite. Si elle réussissait ce challenge, elle serait parée à tout. Du moins, c'était ce qu'elle se disait pour se donner du courage. C'était elle qui avait demandé à être là, ce serait stupide de ne pas passer cette épreuve qu'elle s'imposait seule. Se concentrant sur sa respiration, elle répondait d'une façon la plus neutre possible. Il leva un doigt pour l'interrompre, et elle tourna la tête de droite à gauche.

- « Non, non, je n'en fait plus partie. C'est juste que... J'ai encore un peu de mal à réaliser. »

Heureusement pour elle, le shinobi en face d'elle était neutre, ne semblant pas la juger sur ce qu'elle lui disait. Il la rassura même – volontairement ou non, elle ne le savait pas – en lui disant qu'elle n'était si compliquée que ça à intégrer. Ils avaient eu pire, et elle se faisait assez discrète pour qu'on ne la remarque pas. Mis à part casser les doigts de Sanzô et gronder métamorphosée en panthère sur les toits de Kiri, elle était restée plutôt sage dans l'ensemble. Il semblait que ça payait. La première question qui suivit semblait rhétorique. Elle ne savait pas vraiment si elle devait y répondre. Dans le doute, elle répondit quand même.

- « J'imagine que oui. »

Il était vrai qu'elle était restée cloisonnée dans sa maison avec sa sœur, n'en sortant que pour aller dans le jardin. Généralement pour s’entraîner. Ou bien pour aller effectuer un « contrat ». N'ayant d'ailleurs jamais été payée pour tout ce qu'elle avait fait pour Tatsuzô, elle se demandait comment nommer ses actions. Le vieil homme lui posa une question qui la prit au dépourvu, et elle plongea dans ses yeux vifs, y cherchant ce qu'il attendait qu'elle lui réponde. L'homme qui l'avait accueillie et élevée durant plus de quinze ans comme sa propre fille avait-il encore une influence sur elle ? Elle ouvrit la bouche, mais aucun son n'en sortit. La réponse germait dans son esprit et dans son cœur, mais elle ne l'avouerait pas à haute voix. Comment admettre qu'elle pouvait encore éprouver de l'affection pour un homme qui l'avait manipulée durant des années, et avait tué sa sœur ? C'était inconcevable ! Elle ouvrit encore la bouche, mais de nouveau elle ne put rien répondre ni avouer.

Elle doutait fort que la réponse à cette question serve à Kiri. Peut-être le vieil homme voulait-il juste la faire réfléchir. D'ailleurs, il enchaîna sur une autre question. Elle ouvrit grand les yeux, semblant être étonnée, puis finit par fermer le visage et les poings. Il avait raison. Peut-être avait-il quelque chose à voir avec ça. Il organisait tellement toujours tout à l'avance ! Et s'il l'avait manipulée depuis le début ? Cette idée lui paraissait plausible, même si elle ne savait pas pourquoi il aurait jeté son dévolu sur sa sœur et elle et pas sur quelqu'un d'autre.


- « Je ne peux pas en être sûre. Elle a été tuée devant nous, mais je n'ai jamais su par qui ni pourquoi. J'ai cherché à savoir au début, mais c'est quelque chose de tellement courant... »

Ça pouvait tout aussi bien être quelqu'un cherchant à les voler, et elle s'était trouvée sur le passage. Elle n'avait aucun souvenir de ce qui avait bien pu se passer avant. Tout ce dont elle se rappelait c'était cet homme qui lui ôtait la vie, en disant que c'était fini. Le souvenir le plus vif qu'elle avait de sa mère était celui du jour de sa mort. Son visage, sa voix étaient devenus flous avec le temps. Même son propre nom de famille, qu'elle avait eu du mal à se remémorer. La question suivante était plus simple à répondre.

- « Non, car on ne sortait jamais en même temps. Et je ne pouvais pas abandonner ma sœur. Nous étions sans cesse sous bonne garde, sans pouvoir nous éloigner ensemble de la maison. Et puis au début, nous n'avons pas vraiment cherché à partir. On pensait vraiment qu'il prenait soin de nous. Il n'arrêtait pas de nous le dire. En grandissant, nous nous sommes rendues compte que tout n'était pas si... Normal. Contrairement à ce qu'on pensait jusque là. On a commencé à réfléchir à ce qu'il nous faisait faire, à la vie qu'on vivait. À la comparer au peu qu'on pouvait voir des gens qu'on croisait quand on allait faire ce qu'il nous demandait. Et quand on a commencé à comprendre qu'il n'était pas ce qu'il disait être, qu'on était piégées et qu'il se servait de nous depuis longtemps, nous n'avons pas eu le temps de faire quoi que ce soit. Misaki est revenue gravement blessée d'un contrat. Tatsuzô m'a promis qu'il allait tout faire pour la soigner. J'ai voulu rester à son chevet, mais il m'a envoyée aller voler un document. Quand je suis revenue, elle était... Partie. »

Elle prit une grande inspiration après sa tirade, peu habituée à parler autant et si longtemps. Repenser à tout ça était bien éprouvant. Mais elle n'avait pas le choix, si elle voulait qu'il tombe. Qu'il paie. Qu'il ne recommence pas avec d'autres. Une nouvelle question pertinente fusa.

- « Je ne me suis approchée des habitations que lorsque c'était vraiment nécessaire. »

Quand il vraiment vraiment trop froid, ou qu'elle était trop blessée et avait besoin de se reposer dans une chambre.

- « J'ai passé la plupart de mon temps à me cacher dans les zones boisées. En évitant de laisser des traces. Plusieurs mercenaires m'ont quand même retrouvée. Jusqu'à ce qu'il m'envoie un de ses lieutenants. »

Évidemment, il était facile de survivre seule en pleine nature lorsqu'on était une panthère. Même si la solitude et la traque lui avaient pesé. Mais ça, c'était un secret qui n'avait rien à voir avec son père et qu'elle ne livrerait pas. Elle serra de nouveau les poings en répondant à la suite.

- « Oui. Quand j'ai affronté Chikara, il m'a avoué que c'était Tatsuzô qui avait mit fin aux jours de ma sœur. Il avait promis de la soigner, et au lieu de ça, il a terminé le travail ! En m'éloignant avec un prétexte bidon de document à aller chercher... »

Elle tourna la tête pour se concentrer de nouveau sur sa respiration. Ce n'était pas vraiment le moment de se laisser emporter par la colère. Même si elle n'arriverait jamais à lui pardonner. Elle irait jusqu'au bout de cet interrogatoire, pour le faire tomber. Pour venger sa sœur qui n'avait jamais vécu libre !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Mar 6 Nov 2018 - 18:38

Après un léger bruit de questionnement, le vieil homme raffermit sa prise sur sa canne, lorsqu’Akane lui dit qu’elle ne faisait plus partie de ce groupe. Il l’avait plutôt dit d’une façon pour aider cette jeune fille, qui semblait être perdue avec elle-même à ce sujet-là. Si jamais des personnes importantes pouvaient capter ce genre de réaction, qui sais dans quelle tourmente cette enfant pouvait tomber. Etre surveiller en permanence n’était sans doute pas une bonne chose à vivre à son âge ou au sien. La question sur la liberté d’Akane par le passé était d’avantage pour la faire réaliser à quel point elle avait de la chance pour le coup de vivre à Kiri sous l’égide de personne.

Le vieil homme ne semblait pas montrer quelle sorte de bonne réponse devait faire la femme féline. Il avait suffisamment d’expérience pour rester neutre et impassible. Il remarqua tout de même qu’Akane ne put répondre rapidement à la demande si jamais son père adoptif avait encore de l’influence sur elle. Pourtant, la réponse semblait alors évidente aux yeux du vieil homme, mais sans doute que la jeune fille devait prendre son temps pour y réfléchir.

« Tu devrais sans doute d’avantage y réfléchir et ne pas y répondre tout de suite, mais un jour, d’autres personnes poseront cette question, et ils exigeront une réponse. »

Le vieil homme secoua doucement la tête dans un soupire par la suite.

« Une jeune femme ne devrait pas mourir assassinée, tu ne devrais pas mettre si peu de valeur. Il est de ton devoir de faire la lumière sur cela. Un jour, tu auras prouvé que tu es digne de confiance et tu seras nommée chunin. Tu pourras ainsi organiser ton emploi du temps presque comme tu le souhaites. »

Le vieil homme se désola tout de même de voir qu’une vie, sa propre mère, avait si peu de valeur. Enfin, c’était ce que voulait bien montrer Akane à ce propos.

« Parfois de mauvais chef envoi dans des missions suicides des membres qu’il juge déficient. Peut-être que c’est cela pour ta sœur. Ou alors ton soit disant père adoptif a fait cela pour garder la main mise sur toi. »

Indiqua alors le vieil homme comme s’il cherchait quelque part à aider cette jeune fille. Akane devait ne pas avoir quelqu’un à qui parler depuis presque toujours. Il ne craignait pas d’attaques sur Kiri pour récupérer cette jeune femme féline, c’était surtout des manigances dans l’ombre qui était le plus inquiétant. Le regard toujours neutre, il hocha la tête lentement en entendant la confession d’Akane.

« J’aimerais que tu remplisses un rapport où tu écris tout le montage de son organisation que tu connais. Je traque cet homme depuis quelques années. »

Le vieil homme s’était bien rendu compte que cela pesait sur Akane toutes ses questions, mais il était certains que cela lui ferait du bien.

« Il y a-t-il autre chose que tu souhaites dire à ce propos ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 9 Nov 2018 - 21:17
Le vieil homme la scrutait toujours de ses yeux vifs, comme si il essayait de lire en elle. Ce qui était possible, car elle avait beau savoir se montrer impassible, elle avait perdu de son assurance lors de leur échange. De plus, il était assez expérimenté pour savoir voir au-delà de ce qu'elle voulait bien lui montrer. Et elle ne sut pas vraiment ce qu'il vit ou si c'était son histoire qui l'avait touché, mais le vieil homme passa soudainement au tutoiement. Elle en fut un peu surprise, mais tenta de ne pas le montrer.

Il se montrait encore plus compréhensif, et tentait de la rassurer. À moins qu'il ne vienne juste de faire tomber son propre masque à son tour et montrait son vrai visage. Celui d'un vieil homme bienveillant. Elle le regarda étrangement lorsqu'il lui parla de devenir chûnin un jour et d'organiser son emploi du temps comme elle le voudrait. Cette idée ne l'avait même pas effleurée. Elle s'était imaginée devoir rester genin et sous les ordres des autres toute sa vie, au vu de son passé. Ne pensant pas qu'un jour elle serait assez digne de confiance pour ça. C'était surtout elle qui ne s'en jugeait pas digne. Elle n'avait pas réussi à protéger sa sœur, comment pourrait-elle de nouveau avoir quelqu'un sur qui veiller ? Alors qu'elle n'en avait pas été capable ? Elle échouerait certainement de nouveau.

Le vieil homme l'étonna encore par sa perspicacité. Là encore, elle n'avait même pas songé que son père puisse être lié directement à la mort de sa sœur de cette façon. Il l'avait achevée alors qu'elle était revenue gravement blessée de sa mission. Était-elle censée ne pas en revenir ? Cette histoire la touchait de bien trop près pour pouvoir y réfléchir clairement. Ses sentiments obscurcissaient son jugement. Et elle fut bien contente d'être venue en parler aux autorités. Eux, ils sauraient comment gérer avec toutes ces informations. L'homme lui demanda d'ailleurs de mettre sur papier tout ce qu'elle savait. Avant de lui demander si elle voulait dire d'autres choses.


- « Oui, je veux bien. »

Parler lui était difficile. Mais n'ayant pas écrit depuis l'âge de six ans, elle risquait d'avoir beaucoup de mal à donner des informations lisibles. Et elle voulait donner le maximum de chances à Kiri pour retrouver Tatsuzô. Elle n'avait pas eu de retours négatifs par rapport aux documents remplis des missions effectuées, mais tout de même. Reprendre l'écriture lui avait été pénible.

- « Je peux vous donner tout ce que je sais à l'oral. Et si je me souviens de quelque chose par la suite, je vous l'écrirais. Ça vous va ? »

Le vieil homme en face d'elle le cherchait depuis longtemps. Il devrait donc être ravi de tout ce qu'elle avait encore à lui dire. De nouveau elle prit une grande inspiration, et la parole :

- « Il a des lieutenants. Avec mon père, ils sont cinq en tout. Parmi eux Chikara, qui entraînait les recrues ou engageait les mercenaires. Ensuite il y a Akito, qui s'occupe des relations avec les autres. C'est lui qui se déplace pour faire les négociations. Il est grand et mince, avec des cheveux grisonnants. Il y a une femme aussi. Emiko. Je ne sais pas trop son rôle, mais elle portait sans cesse des tenues et des coiffures différentes. Parfois je ne la reconnaissais même pas quand elle venait chez nous. Mais comme c'était la seule femme... Fuminori gère l'argent, valide les transactions. Lui est plutôt petit par rapport aux autres, il est de la même taille qu'Emiko je dirais. Et blond. Le dernier, je ne l'ai jamais vu et ne connais pas son nom. J'ai juste entendu sa voix quand il discutait avec mon père dans son bureau. Je ne sais pas son rôle mais je n'avais le droit de rien savoir sur lui. »

Elle hésita avant de poursuivre, le regard perdu dans ses souvenirs.

- « Père... Tatsuzô, me disait que moins j'en savais sur lui, mieux ce serait. Qu'il était dangereux. Oh et, Tatsuzô a l'air de coordonner tout le monde. Il est le point central. Ils ne se sont jamais rencontrés tous ensemble, et je crois même que certains ne se connaissent même pas entre eux. »

Puis elle lui dit tous les contrats qu'elle avait effectués. Ou du moins, tout ceux dont elle se souvenait, en partant du souvenir le plus ancien. Lui donnant le nom des cibles, le travail effectué, le lieu. Parfois les informations étaient incomplètes car ses souvenirs étaient vagues mais elle fit de son mieux pour lui donner le maximum d'informations possibles, y compris l'adresse et le nom de sa dernière cible. Si l'enfant était encore en vie, il y avait encore une chance d'aller l'aider.

Elle lui donna ensuite quelques lieux et adresses de planques, caches et entrepôts où elle déposait parfois les objets qu'elle devait voler. Ainsi que des noms de contacts, comme celui qui était à Kiri et qu'elle avait été voir, y rencontrant Saji qui cherchait son frère. Frère qui avait travaillé en tant que mercenaire pour Tatsuzô. Elle ne lui donna aucune information sur le sabreur et son frère, s'il voulait le faire il le ferait lui-même. Ce n'était pas à elle de s'en charger. Et elle termina par l'adresse de sa propre maison, où elle avait habité durant une quinzaine d'années.


- « Mais j'ai appris qu'il en était parti. Elle doit être vide maintenant. »

Finit-elle par conclure. Elle espèrait pouvoir s'y rendre sur ordre de Kiri, pour pouvoir la fouiller et voir si elle pourrait trouver des informations utiles. Cherchant une nouvelle fois dans sa mémoire, elle ajouta.

- « Je crois que j'ai tout dit. Tout ce dont je me souviens pour le moment, en tous cas. »

Mais il pouvait toujours lui poser des questions pour éclaircir certains détails s'il le désirait.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Lun 12 Nov 2018 - 9:55




Le vieil homme avait su montrer ses capacités en essayant de rester neutre dans cette affaire, même s'il n'avait pas pu se retenir de donner des conseils à cet enfant perdu. C'était un petit peu comme cela qu'il la voyait de ses yeux d'homme sage. Il voulait lui laisser ouvert son esprit à de bonnes possibilités, c'était sans doute la meilleure manière de s'assurer que Akane ne fasse pas de bêtises. C'était la seule chose qu'il craignait, que cette femme ne retombe vers ce malfrat qu'il l'avait pourtant utilisé tant son influence sur elle était encore grande. C'était un risque pour le moment, mais si jamais elle montrerait de bonnes choses, il n'y avait pas de raison à ne pas monter les échelons.

« montrez donc ce dont vous êtes capable, que vous avez vraiment coupé les ponts et vous pourrez bien devenir quelqu'un d'important pour ce village. Je vous trouve plutôt bien placé au contraire. »

Le vieil homme tendit un rouleau vierge et de quoi écrire à Akane pour qu'elle écrive au propre tout ce qu'elle venait de dire.

« Je vous demanderais d'écrire au propre là-dessus, et de signer. Vous pourrez le remettre ensuite à la personne à l'accueil. Il y a des chances que les autorités de Kiri reviennent vers vous à ce sujet dans le futur. »

Indiqua alors le vieil homme en regardant Akane, en hochant la tête.

« Oui bien entendu, n'hésitez pas à revenir, quelqu'un prendra vos informations que ce soit moi ou un autre. »

Le vieil homme allait devoir tout écrire de cette réunion, car il y avait tout de même beaucoup d'informations d'un coup. Sans doute que Akane serait surveillée, mais il n'était pas inquiet si jamais elle faisait ce qu'il fallait.

« Je vous remercie pour toutes ces informations, elles seront bien utilisées et nous tâcherons de démonter cette organisation comme il convient. Dites-vous que cet homme est un étranger, qu'il vous a assez nui dans la vie pour faire justice. »

Les recherches allaient être longues et minutieuses, surtout que le village caché de Kiri était emprise avec de nombreux problèmes. Malgré la purge effectuée il y a quelques années maintenant, il restait encore beaucoup à faire pour ceux ayant été les mieux préparés.

« Vous en savez beaucoup, vous serez une cible lorsqu'il aura compris que vous avez parlé, mais ayez confiance en votre nouvelle famille, celle de Kiri. »

Le vieil homme chercha alors à attendre un petit peu afin de s'assurer si jamais Akane avait quelque chose à dire, puis il quitta la pièce pour aller faire son rapport en détails. L'affaire était enfin relancée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 12 Nov 2018 - 12:34
Une nouvelle fois, le vieil homme qui n'était pas si neutre semblait vouloir la rassurer, l'aider. C'était gentil de sa part, elle ne s'attendait pas vraiment à ça en venant là. Elle avait cru qu'on la regarderait de travers dans le meilleur des cas, mais non. Elle allait de surprise en surprise depuis qu'elle était arrivée à Kiri. S'étonnant de l'attitude des gens, de leur générosité. Non, depuis qu'elle était Kirijine.

Le shinobi lui tendit un rouleau vide ainsi que de quoi écrire. Elle s'en saisit timidement en le remerciant. « Écrire au propre », elle ferait ce qu'elle pourrait mais ne garantirait rien... Il lui faudrait sans doute s'entraîner et écrire ce dont elle se souvenait ailleurs, avant de tout recopier là dessus. Ça allait lui prendre un certain temps. Mais elle avait réussi à en dire le maximum à l'oral et c'était déjà une très bonne chose. Qu'elle le mette maintenant au propre à l'écrit n'était qu'une formalité, afin de confirmer son témoignage.

Elle nota mentalement quelque chose : il parlait d'une organisation. Elle n'avait pas encore vu les choses sous cet angle. Le vieil homme disait suivre Tatsuzô depuis des années. S'il en savait plus qu'elle ? S'il s'agissait vraiment d'une organisation, et non pas d'un homme seul qui ordonnait à ses subordonnés ? Et si ce n'était pas son père qui se trouvait au sommet de la pyramide ? Cette pensée l'avait déjà effleurée autrefois, quand elle l'avait questionné par rapport aux doigts manquants de sa main. Il l'avait rassurée en lui disant qu'il s'en occupait, que ça ne la regardait pas et qu'elle n'avait pas à s'en faire pour lui. Lorsqu'elle l'avait connu, il avait ses mains intactes. À son départ, la dernière fois qu'elle l'avait vu, il lui manquait deux doigts.

Elle avait pensé que de venir parler de tout ça à quelqu'un d'autre la soulagerait d'un poids. Que Kiri prendrait la relève et qu'elle pourrait passer à autre chose, s'occupant de ça juste lors des missions qu'on lui donnerait. Et au final c'était le cas, mais d'un autre côté ça ravivait beaucoup de souvenirs et soulevait bon nombre de questions dont elle n'avait pas la réponse. Elle ne serait jamais vraiment débarrassée de tout ça, c'était certain. Même si le shinobi lui demandait de le voir comme « un étranger ».


- « Je vais essayer. »

Considérer celui qu'elle avait vu comme son père à un époque comme un inconnu à présent lui semblait difficile. Mais la distance l'aiderait certainement. Et puis, comme le lui précisait le Kirijin en face d'elle, elle avait désormais une autre famille. La jeune femme lui répondit par un sourire chaleureux.

- « Merci pour tout. »

Et elle s'inclina respectueusement. Puis elle prit congé du vieil homme, sortant de cette pièce où elle étouffait. Parler à huis clos dans cette pièce l'avait vidée de toute son énergie. Et pourtant, elle se sent bien mieux qu'avant d'y entrer. Une nouvelle famille, hein ? Était-ce donc comme ça qu'elle devait considérer les habitants du village ? Si c'était le cas, elle allait désormais les regarder d'un tout autre œil. Car jusqu'à présent elle les voyait comme des étrangers menaçants. Car jusqu’à présent dans sa vie il y avait eu que sa sœur qu'elle aimait plus que tout, son père à qui elle devait obéissance, et les autres. Mais si elle devait les voir comme elle avait vu sa sœur, alors elle allait se montrer bien plus chaleureuse et protectrice envers eux.

Le sourire aux lèvres, la jeune femme solitaire regardait les Kirijins d'un œil nouveau.

Spoiler:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Comment faire tomber son père, leçon n°1 [Narrateur]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Palais de la Brume
Sauter vers: