Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Nourrir ses ambitions. [Pv : Metaru Reiko]


Ven 2 Nov 2018 - 20:34
-"Et ça ne te plairais pas, toi, de rejoindre une des unités spéciales ?"

Il s'en faisait, maintenant. Il était curieux de savoir comment Yahiko organiserait sa vie de ninja pour atteindre ses objectifs personnels... et ça le changeait. Il était étrange de voir que son père adoptif, anciennement si mystérieux, devenu ensuite désagréable, était maintenant un peu comme un père de coeur. Une mutation de leur relation qu'il ne devait qu'à une chose : la discussion. Quatre-vingt dix pourcents des problèmes pouvaient être réglés par la discussion... et les dix pourcents restants étaient réservés aux problèmes causés par les imbéciles.

Ca correspondait à quoi, une unité spéciale ? Il était si peu renseigné qu'il n'avait pas même entendu parler une seule fois ni de leur existence ni de leur utilité. Il ne savait de ce fait pas même à quoi elles servaient au sein du village et il semblait que le temps de cette ignorance était maintenant révolu. Son regard s'éclaircissait, les pupilles brillaient. Il était curieux, ambitieux, à son tour. Dépasser les décisions qui ne se prenaient que lorsque les émotions les engageaient, faire des choix parce qu'on en avait envie. Un pas de plus vers la maturité.

-"... Ca m'intéresse. Dis moi en plus !"

Une longue discussion s'effectua, dans laquelle les informations fusaient. Kabuto détailla à son fils adoptif tous les clans qu'il connaissait, toutes les branches dont il avait entendu parler et qui étaient susceptibles de l'intéresser. Parmi celles-ci, il y en avait bien une qui l'intéressait plus que les autres. Une qui lui convenait mieux, une qui l'appelait, étrangement. Comme s'il savait qu'il y était destiné, comme s'il était persuadé que son futur s'écrirait parmi les assassins.

Cette conversation ne datait pas de si longtemps que ça. Il fallut tout de même plusieurs jours au Sendai pour prendre son courage à deux mains et pour se lancer. Tout l'appelait, tout concordait pour dire qu'il devait construire son futur dans le Chuwa Butei, mais son courage lui avait fait défaut. Effectuer des missions ? Aucun problème. Se porter volontaire dans une tâche où personne n'attendait rien de lui ? Étrangement stressant. Le pas déterminé, il accomplirait la mission dont il était le commanditaire : réussir sa vie.

Quelques petits coups à la porte de la personne qui saurait mieux que personne l'orienter. La personne la plus influente, la plus forte du village, celle qui saurait quoi faire de lui.

-"Raikage", dit-il en s'inclinant respectueusement. Prenant le temps de se poser afin d'éviter toute conversation brusquée, il se lança. "Je me permets de vous déranger afin d'obtenir quelques informations sur le Chuwa Butai. Je souhaite rejoindre l'unité, si cela est possible"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Sam 3 Nov 2018 - 17:39
Concentrée...

Tu avais dégusté depuis quelques jours avec ceux que tu avais mit à la tête de l'unité d'Elite de Kumo. Ces mêmes personnes qui avaient du mal à te rendre des comptes alors qu'ils dépendaient uniquement de ta volonté. En même temps comment leur en vouloir... Espionner, préserver les secrets d'états, agir dans l'ombre, là était toute la substance de cette même division. Quelqu'un de bien trop bavard ne pouvait même pas espérer y prétendre.

Et bien que tu avais ordonné à ta secrétaire de ne laisser entrer personne dans ton bureau, voilà qu'un homme dont tu connaissais davantage de profil que de relation, venait d'y pénétrer. Plissant les yeux, tu le jugeas rapidement avant même qu'il n'ai le temps de mouvoir ses lèvres. Dans un autre jour, tu lui aurais certainement refait le visage, à cause du fait qu'hormis frapper à ta porte, il ne s'était même pas annoncé. Pire, il n'avait même pas attendu que tu daignes lui donner l'autorisation.

Soupirant alors, tu l'écoutais arquant même un sourcil lorsqu'il vint à parler de cette fameuse division.

Comment avait-il entendu parlé de celle-ci ? Par nature, celle ci devait rester discrète, à l'abri des oreilles un peu naïves comme celle du jeune homme. C'était toi qui d'habitude approchait les recrues prometteuses où le chef de la division elle même dans d'autres mesures. Mais là, le fait qu'il vienne de la sorte te mettait dans une situation assez particulière.

De toute manière, il restait un élément de Kumo mais maintenant qu'il avait soumit son envie de rejoindre la division, tu allais devoir examiner son cas plus en détail. Chose que tu n'avais pas prévue de faire durant ces prochaines heures.

- Que veux tu savoir ? Et comment as tu entendu parler de cette division ?


Fronçant les sourcils, tu avais pris sa demande bien au sérieux, et c'était même pour cela que tu portais un visage si grave. S'il y tenait réellement, cela allait le changer de son quotidien. Le Chuwa Buntai était plus qu'un métier, c'était une méthode de vie. Même avec tout ton talent, tu n'aurais jamais pu y mettre les pieds là bas. La cause à des méthodes bien trop directes pour ces adeptes de la filouterie.

- On y rentre pas simplement avec un beau sourire et une demande au bureau du Raikage.


Évidemment, il fallait faire ses preuves. Où du moins qu'il arrive à se vendre suffisamment bien pour que acceptes sa requête.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 8 Nov 2018 - 0:34
Un regard qui ne le rassurait pas, elle dégageait un charisme certain. Nul doute que pour rien au monde il ne souhaitait devenir son ennemi, ou même une personne qu'elle n'appréciait pas. Faire bonne image, malgré les quelques aisances qu'il s'était permit en entrant innocemment dans son bureau. De l'impolitesse ? Loin de là. Ce n'était qu'insouciance qui le menait à agir comme il le faisait. Cette même insouciance l'avait amené jusqu'à ce bureau, qui l'avait poussé à parler à son supérieur pour entrer dans une branche bien particulière : celle des assassins. Qu'est-ce qui l'avait mené à ça ? Lui qui prônait la paix, lui qui se voulait presque pacifique... ce qui paraissait être tout l'inverse de la mentalité assassine.

Il n'avait pas oublié un détail important : ces mêmes assassins étaient liés au village, dirigés par la Raikage. Peut-être prendraient-ils des initiatives, mais rien ne se ferait sans l'accord de la puissante Metaru. C'est quelque part d'une confiance aveugle qu'il voulait s'intégrer, faire profiter son style de combat pour renforcer les rangs, pour enfin aider à accomplir de véritables objectifs qui lui plaisaient. Suite à ce maudit combat avec Anzu, montrant l'étendue de son incompétence, il sentait qu'il avait d'une part à se racheter, d'autre part à se développer d'une manière qui l'intéressait. Une espèce de coup de coeur, de sentiment qui lui montrait qu'il était fait pour ça. La Raikage était rude, mais il savait ce qu'il voulait.

-"J'aimerai savoir comment il était possible d'intégrer l'unité des assassins. J'ai passé de nombreux entraînements dans l'objectif de devenir meilleur, et lorsque mon père adoptif m'a parlé plus précisément de ce dont il était question, j'ai senti que j'avais ma place dans l'unité. Les techniques que j'ai développé peuvent être utiles, et je sens que je pourrais continuer à me développer de la manière qui m'intéresse dans le Chuwa Butai."

Il prit un petit temps de répit. Il ne voulait pas trop lui en dire, mais parler trop peu signifiait aussi manquer de conviction. Lui en dire autant qu'il le pouvait sur ses motivations, sur ses désirs, sur ses attentes, sur ses objectifs. C'était sûrement ce qui impacterait le plus l'opinion de sa supérieure.

-"C'est donc bien mon père adoptif qui a réussi à récolter les informations, je ne sais comment. Il s'intéresse depuis peu à ce que j'accomplisse mes rêves, alors ça fait plusieurs mois qu'il se renseigne sur notre village et sur ses filières. Je me demandais, qu'est-ce que je dois accomplir pour faire mes preuves ? La filière est-elle active ces temps-ci ? Quels sont les prérequis pour l'intégrer ?"

Trois questions, c'était assez suffisant pour commencer. Il avait des questions bien plus précises à lui poser, mais il était quelque part assez idiot de lui poser ces questions s'il n'était pas officiellement rallié au Chuwa Butai. Des informations n'avaient pas à être partagées à n'importe qui, il le savait.

-"Je suis prêt à faire tout ce dont il est nécessaire. Afin de préserver les informations que vous ne voulez divulguer, je ne vous poserai d'autres questions que quand vous me partagerez un avis positif... enfin si vous m'en partagez un", se permit-il dans un petit rictus gêné.

L'air assuré, il voulait montrer à son interlocutrice qu'il n'était pas là pour se démotiver. Se battre pour ses rêves, pour les accomplir. Montrer qu'on était toujours partant pour se tirer vers le haut.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Dim 18 Nov 2018 - 12:37
Attentive...

Tu n'accordais pourtant que très peu d'attention à ce genre de type de manière générale. Hormis ta poire, tu n'étais pas trop tournée vers le monde extérieur dans tout les cas. Néanmoins, le métier de Raikage t'avait poussé à sortir des tranchées battues. De dégager de tes zones de conforts personnel pour pouvoir pleinement accomplir ton devoir. Alors quitte à l'écouter, tu le fixais droit dans les yeux, avec toute la prestance que tu étais capable d'accabler sur ses frêles épaules. Tu le savais, il était très dur de soutenir ton regard à cause de ton agressivité personnelle. Contrairement à ce Yahiko qui semblait vouloir faire ses preuves, toi, tu les avais déjà faite. Si bien que l'on te connaissait de réputation à travers le monde entier désormais.

Alors tu l'écoutais. Tu venais à repenser ses doutes, à vérifier s'il avait vraiment la carrure mentale pour supporter un tel dévouement envers son village. L'unité qu'il tentait de rejoindre était la plus ingrate. Celle connue d'un minimum de personne, celle qui ne recevait que très rarement les éloges des officiels. Celle qui se battait dans l'ombre pour préserver la lumière de la nation.

- Active ? Tu penses que cette division n'est qu'un jeu d'enfant ? Une division mise dans un coin qui peut se permettre de procrastiner au vouloir ? Tu ne sembles pas avoir compris. La rejoindre, c'est abandonner tout envie personnelle pour un dévouement total et sans condition à son pays. Ces gens ne se reposent pas, ils n'en n'ont pas les droits.


Leurs métiers étaient presque aussi insupportables que le tiens. Généralement, on mourrait avant de succomber à la pression, mais ce n'était pas toujours le cas. Et la reconversion suite à leur engagement n'était pas une chose acceptée voir même tolérée.

- Tu as du courage, mais tu te présentes à moi, prêt à te jeter dans les abysses les yeux fermées sans même savoir ce qu'elles referment. Il n'y a pas de marche arrière à ton choix.


Pour toi, tu n'en avais jamais eu le luxe. Mais pour lui, tu n'en savais absolument rien. Tu voulais bien croire sa volonté indéfectible, mais tu avais besoin de plus qu'un visage déterminé et de quelques mots.

- Tu veux rejoindre l'unité ? Très bien, tout ceux qui s'y retrouvent se doivent d'être en total discrétion sur leurs activités. Prend ce kunai sur ce bureau. Tranche toi la langue.


A cela, tu fixais ta secrétaire qui fixait la scène juste derrière la porte. Elle savait très bien ce qu'elle avait à faire, et simplement t'épier n'était pas une solution viable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Dim 25 Nov 2018 - 12:55
-"Sauf votre respect, Raikage, je ne me serais jamais permis de dire que le Chuwa Butai était réservé aux enfants. Je veux paraître présentable auprès de vous, mais mes intentions sont celles qu'il vous faut. Un dévouement total à son pays ? Une interdiction de se reposer sur ses lauriers ? C'est exactement ce que je recherche."

Il ne se faisait évidemment pas la moindre idée de l'ambiance ou de ce qu'il pouvait s'y passer là bas. Personne ne pouvait se représenter le poids à supporter lorsqu'on vivait en enfer. Comme c'était présenté, le Chuwa Butai était l'organisation parfaite pour que le Sendai accomplisse son Nindô. Il voulait se dévouer totalement à son pays tant qu'il était capable de protéger des innocents, tant qu'il était capable de participer à la paix qu'il voulait construire. Ne pas avoir le droit de se reposer ? Parfait pour un monstre du travail. Il ne cessait jamais de s'entraîner, il ne baissait jamais les bras, il était prêt à tout pour toujours s'améliorer et être toujours plus puissant.

Parce que savoir parler pouvait impacter les grands cerveaux. Parce que savoir frapper pouvait impacter les gros muscles. Devenir toujours plus diplomate, toujours plus puissant, voilà quel était l'équilibre que cherchait le jeune Sendai qui comptait bien poursuivre la paix qu'il n'obtiendrait jamais. Il le savait, mais s'il abandonnait, il fallait se suicider. Accepter que la haine se répande était un crime contre l'humanité, il ne se le permettrait jamais. Rejoindre le Chuwa Butai, c'était une façon pour lui très noble d'avouer sa dévotion envers son village. Surtout s'il n'était pas reconnu pour ça.

Les prochaines paroles du Raikage étaient frappantes, et plus que ça, elles étaient un point de non retour. Se couper la langue, c'était se refuser à toute vie sociale. C'était se refuser à tout mode de communication, c'était accepter sa dévotion envers son village et sa filière. C'était aussi une manière pour Reiko de s'assurer que Yahiko ne transmette aucune information, qu'il se plie à ce qu'il lui est imposé sans avoir son mot à dire. Il était on ne peut plus fidèle et il effectuait toujours ce qu'on lui demandait, mais se couper sa propre langue était bien trop. Testait-elle sa dévotion ? Voulait-elle savoir s'il voulait toujours intégrer le Chuwa Butai après cet immense sacrifice ?

-"Je ne peux pas. Je veux rejoindre l'unité, mais il m'est impossible de me couper la langue. Je ne pense pas être seul dans le Chuwa Butai, et si les informations peuvent être sujet à de grandes trahisons, elles peuvent aussi servir à sauver des vies. Si je souhaitais vous trahir, je le pourrais même sans langue. Ce que vous voulez peut-être, c'est que je gagne votre confiance. Dites-moi ce que vous voulez que je fasse, je le ferais, tant que ça n'a aucune atteinte à un quelconque être innocent."

L'intention était la suivante : montrer son caractère déterminé, montrer sa capacité à avoir du recul, montrer qu'il pouvait tenter de voir clair dans les ordres qui lui étaient donnés, montrer qu'il tentait d'avoir du discernement. Hors de question de n'être qu'un pantin qui applique bêtement les règles, surtout lorsque celles-ci avaient autant d'impacts négatifs que d'impacts positifs.

-"S'il vous plait, Raikage, faites moi l'honneur de ne jamais douter de la dévotion que j'ai pour Kumo. Je suis prêt à accomplir ce qui est nécessaire pour assurer la paix que je recherche. Même à mourir de vos mains si le Chuwa Butai ne me convient plus."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Mar 27 Nov 2018 - 23:06
Pitoyable...

Tu avais froncé les sourcils face à son refus des plus médiocres. Testais-tu sa dévotion ? Absolument. Tu te fichais bien de son charabia, tu ne pouvais pas croire des paroles car celles-ci n'avaient aucune valeur dans le contexte où tu tentais de le mettre. Il ne voulait pas se couper la langue car cela pouvait porter atteinte à des vies humaines ? A ce niveau là, allait-il refuser tes ordres dans un avenir proche car cela allait selon lui porter aussi atteinte à des vies humaines ? A la différence de lui, tu t'étais déjà engagée corps et âme pour cette cause. Et si tu étais à ce bureau et pas lui, c'était bien pour la simple raison que tes mots et tes ordres étaient réfléchis et avaient pour unique but d'être effectué.

Tu n'avais pas besoin de libre penseur. Cette unité n'était pas faite pour les gens trop naïfs dans son genre incapable de comprendre que sa parole n'avait aucun intérêt. Dans cette unité, tu avais besoin d’exécutant, des gens implacables capable de commettre la pire des atrocités sous ton nom pour espérer sauver un plus grand nombre encore. Ils ne devaient se poser aucune question, devaient porter un total dévouement à la hiérarchie.

Il n'y avait que comme ça qu'on pouvait établir un certain ordre et préserver la paix même dans les temps les plus sombres. Des temps semblables à ceux se déroulant au présent.

- En effet, tu pourrais me trahir même sans ta langue. Mais je t'ai simplement demandé de te la couper sans te poser de question. Je t'ai pas demandé de chercher le pourquoi du comment à cela. Même si à tes yeux, cela n'avaient absolument aucun sens, tu aurais du te la couper tout simplement car je te l'ai ordonné. Car tu dois avoir une foi absolue en mes mots. Car tu dois croire au fait que tout ce que je fais, je le fais pour le bien commun !

A cela, tu faisais un mouvement de tête vers ta secrétaire qui attendait toujours derrière la porte. Contre toute attente, elle aussi était un shinobi et clairement pas mauvaise dans son domaine en réalité. Même si sa présence aux cotés des divers Raikage au sein de l'histoire de Kumo avait éclipsé ses compétences, elle n'en restait pas moins une fine utilisatrice de Genjutsu.

Yahiko venait de suivre comme nombreux shinobis avant lui le premier test d'une longue série consistant à savoir s'il avait le cran d'être au sein de l'élite de l'élite. Celle qui agissait dans l'ombre de l'ombre, ne demandant aucune gloire, ayant simplement la satisfaction du devoir accomplie.

Évidemment, que tu n'allais pas le laisser là, sans langue, tout ceci n'aurait été qu'une simple illusion. Et s'il l'avait fait bêtement, il aurait certainement eu ton aval pour la suite des choses. C'était une méthode assez simple pour toi de savoir si tu pouvais faire confiance à ce point à quelqu'un dont tu ne connaissais que l'historique et dont tu n'entendais que des paroles.

- Tu peux disposer.


Rien de plus. Tu n'avais pas de temps à perdre avec lui. Il avait eu sa chance, comme les nombreux autres avant lui. Mais tout comme une majeur partie, il n'avait pas su mettre sa personnalité de côté pour simplement t'écouter. Bien évidemment, tu ne cherchais pas des moutons sans autonomie. Mais l'intelligence ne devait pas être synonyme d'une non loyauté absolue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Sam 8 Déc 2018 - 21:18
Beaucoup d'espoirs, marqués par une grande détermination qu'il ne cachait pas. Les yeux brillants, il ne voulait qu'une seule chose : son approbation. Pouvoir intégrer les forces obscures, celles dont on taisait le nom mais qui agissaient de manière héroïque. Dans les grandes lignes, c'était exactement ce qu'il lui fallait. Mais seulement dans les grandes, car lorsqu'on approfondissait un peu la chose, on se rendait compte que les intentions pouvaient être un peu plus malsaines. Il n'avait en effet pas la moindre idée de ce qui pouvait bien l'attendre, mais si se couper la langue était un prérequis obligatoire, alors il était hors de question qu'il fasse quoi que ce soit.

Il était autant amusant que surprenant de voir que sa supérieure hiérarchique reconnaissait que son ordre était stupide. Elle ne voulait qu'une seule chose : qu'il s'exécute. Peu importe comment on voyait la chose, son refus et sa façon de s'exprimer reflétait parfaitement celle d'un homme d'état qui ne voulait pas voir plus loin que ses yeux. Elle ne cherchait pas à lui faire comprendre, elle ne cherchait pas à modifier son comportement. Elle voulait de l'idiot, elle voulait de l'imbécile qui suivait ses ordres, même s'ils étaient totalement absurdes. Pour le bien commun ? Se couper la langue ne faisait pas parti d'un bien commun. Les hommes qui devaient être recrutés devaient être suffisamment bête pour agir au premier ordre, et suffisamment intelligent pour se sortir des situations les plus périlleuses. Il ne comprenait pas, ce n'était pas normal.

Lorsqu'on ne comprenait pas quelque chose qui devait être si évident, il fallait se faire à l'idée : ce n'était pas la branche qui lui convenait. Il avait fait erreur sur la marchandise.

-"Bien. Excusez moi de vous avoir importuné."

On ne pouvait enlever au Raikage d'être on ne peut plus patriote, mais elle n'était clairement pas la personne idéale que recherchait le Sendai. Loin d'avoir la sagesse qu'il aurait apprécié d'un homme d'état, ce qui reflétait sûrement les raisons pour lesquelles l'humanité ne trouverait jamais la paix. Il respecterait son supérieur hiérarchique, il suivrait ses ordres, mais il ne pourrait jamais être capable de voir la vie de ses yeux. Tournant le dos à son ancien interlocuteur, il partit tranquillement de la pièce. A ses yeux, bien des choses avaient changé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Nourrir ses ambitions. [Pv : Metaru Reiko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: