Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

L'histoire de la fillette apeurée devenue femme farouche [Solo]


Mer 7 Nov 2018 - 23:36
La rencontre

Ile d'Aato, année 173

La petite fille marchait dans les rues, observant les gens avec attention. Elle regardait si leurs vêtements étaient propres et impeccables, si leurs poches étaient bien fournies, s'ils avaient l'air méfiants ou non. Se faufilant sans se faire remarquer parmi la foule, l'enfant chassait sa prochaine victime. Celle qui lui permettrait de manger ce soir. Et c'est là qu'elle le vit : un homme bien habillé, portant un sabre à la ceinture. Le renflement dans sa poche droite indiquait une bourse bien rebondie. Il n'avait pas l'air méfiant, mais plutôt inquiet. C'était plutôt comme s'il attendait quelque chose ou quelqu'un, son regard portant au loin. C'était parfait, qu'il regarde ailleurs pendant qu'elle lui volerait son argent. Quand il s'en rendrait compte, elle serait déjà partie !


Sa victime trouvée, il ne lui restait plus qu'à agir. Se faisant la plus petite et la plus discrète possible, elle attendit qu'il passe parmi d'autres adultes pour marcher derrière lui. Là, une de ses mains s'introduisit dans sa poche, s'emparant de l'argent convoité. En voulant la ressortir, elle se trouva bloquée. Elle tira, mais il lui tenait le poignet. Levant alors le regard vers l'homme, elle croisa le sien. Il n'avait pas l'air fâché ou triste. Au contraire, il lui souriait. Elle attendit qu'il dise quelque chose, qu'il la gronde, la frappe, ou lui dise de déguerpir, mais il continuait de la dévisager. Pas de ce regard que lui lançaient les adultes à qui elle donnait l'argent volé pour acheter de quoi manger. Ni de ceux qui la prenaient sur le fait. Non, il y avait quelque chose que jamais elle n'aurait cru revoir chez un adulte.


- « Monsieur... ? »

La petite Akane tira une nouvelle fois sur son poignet pour se dégager, et cette fois il la laissa faire. Il s'accroupit pour venir à sa hauteur, lui souriant toujours. Il sorti sa bourse de sa poche, et lui tendit quelques pièces.

- « Ça ira pour aujourd'hui ? »

Elle le regarda avec méfiance, sans prendre ce qu'il lui donnait. Il prit alors une voix plus douce.

- « C'est pour toi. Vas-y, n'aie pas peur. »

Sa main était toujours tendue, contenant l'argent qu'il lui offrait. Il posa celle qui était libre sur la tête de la petite fille, qui parut surprise de ce geste. Ils restèrent ainsi quelques secondes, puis elle s'empara vivement des pièces - en faisant tomber une au passage - , et s'enfuit en courant dans la direction opposée. L'homme se redressa, un large sourire sur les lèvres.

Le lendemain, elle chercha de nouveau une autre victime. Mais l'homme était là, au même endroit et à la même heure que la veille. Comme la pêche avait été fructueuse avec lui, elle tenta de nouveau de mettre la main dans sa poche. Il lui attrapa encore le poignet en souriant. Cette fois-ci elle ne tenta pas de se dégager car il la lâcha rapidement, avant de s'accroupir et de lui tendre des pièces. Il lui caressa doucement la tête et elle se laissa faire. Avant de prendre la monnaie avec moins de précipitation que la veille, et de s'enfuir de nouveau.

Le surlendemain, elle se rendit sur la place pour le chercher. Il était encore là, et elle courut derrière lui. Une fois à sa hauteur, elle mit la main dans sa poche et attendit qu'il lui prenne. Ce qu'il fit, toujours en lui souriant avec cet air bienveillant. La chaleur de sa main dans la sienne était réconfortante. Il lui donna encore quelques pièces. Et elle attendit le contact sur sa tête avant de partir avec son trésor.

Le jour d'après, elle ne mit pas la main dans sa poche. Elle tira simplement sur son kimono, en le regardant. Et elle reçut encore des pièces ainsi qu'une caresse. Le cinquième jour, elle courut gaiement vers l'homme et hésita une fois arrivée à sa hauteur, derrière lui. Puis elle glissa timidement sa main dans la sienne. Il la referma et ils se regardèrent durant plusieurs secondes avant qu'il ne se décide à lui donner de l'argent. Et toujours, elle recevait en même temps une petite attention. Leur manège dura plusieurs jours ainsi. Si bien qu'au bout d'un moment, elle courait directement vers lui de face, sans se cacher dans son dos. Pour mettre sa main dans la sienne et marcher un peu avec lui, comme elle le ferait avec un parent. Et au final, elle ne savait plus vraiment si elle allait le voir pour qu'il lui donne de quoi acheter à manger ou pour recevoir cette marque d'affection qu'elle appréciait, et avait tant besoin. Tout comme ce sourire qu'il lui tendait à chaque fois qu'il la voyait. Juste pour elle.

_________________



Dernière édition par Yasei Akane le Mer 7 Nov 2018 - 23:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

Mer 7 Nov 2018 - 23:42
Leur petit jeu continua encore plusieurs jours. Et au fur et à mesure, Akane se détendait avec lui. Elle devenait plus souriante, plus bavarde aussi. Même si elle ne disait jamais plus que quelques mots. Ils restaient ensemble un peu plus longtemps à chaque fois. Parfois, elle l'observait durant de longues minutes avant d'aller le voir. Qu'il pleuve ou qu'il vente, il était toujours là, à l'attendre patiemment. Et elle adorait savoir que quelqu'un l'attendait quelque part. Elle avait l’impression qu'il serait toujours là. Qu'il veillait sur elle, comme elle veillait sur sa sœur. Si bien qu'au bout de deux semaines, quand elle glissa sa main dans la sienne, quelqu'un en fit de même de l'autre côté. Il sursauta à ce contact, et se tourna vers la seconde petite fille.

- « Bonjour ! Moi c'est Misaki ! Kannie m'a beaucoup parlé de toi, j'avais hâte de te rencontrer ! »

Il l'observa durant un long moment comme il l'avait fait avec la première. Elle lui souriait de toutes ses dents, et semblait beaucoup plus vive. Et bavarde.

- « Elle ne voulait pas que je vienne avant ! Elle a dit qu'il fallait attendre de voir que tu es vraiment gentil ! Mais tu es gentil, hein ? »

Elle les regarda tour à tour, et sans attendre qu'il lui réponde elle poursuivit en montrant Akane du doigt.

- « Je suis sûre elle voulait te garder pour elle toute seule ! »

Et elle prit un air boudeur, visiblement vexée pour quelque chose dont elle ne savait même pas si c'était vrai. L'homme se tourna vers la première, qui regardait ses pieds en rougissant, tenant encore plus fermement sa main. Puis vers la seconde, qui boudait. Et il éclata d'un rire franc, avant de s'abaisser à leur niveau et les serrer contre lui.

- « Ravi de vous rencontrer, Kannie et Misaki. On va manger ensemble ? »
- « Ouiii ! »
- « D'accord. »


La plus petite sautillait sur place, tandis que l’aînée se serrait contre lui. Il leur adressa un large sourire, semblant vraiment avoir l'air heureux. Et ils allèrent manger dans un restaurant. Savourant en même temps le plaisir d'être ensemble tous les trois. Akane mangeait en silence, mais ses yeux pétillaient de joie et ses jambes se balançaient gaiement dans le vide. Misaki elle, faisait toute la conversation toute seule. Posant tout un tas de questions parfois sans queue ni tête à l'homme qui les accompagnait. Lui profitait de cet instant et essayait de répondre à toutes les questions qu'il pouvait. Du moins, toutes celles qui exigeaient une réponse, et auxquelles il voulait bien en donner. Une nouvelle semaine passa, durant laquelle ils se voyaient désormais tous les trois. Puis l'homme s'adressa à elles, se mettant une nouvelle fois à leur niveau  :

- « Je vais bientôt repartir chez moi. »
- « Tu habites pas ici ? Tu vas nous laisser ? »


Son regard passa de la petite Misaki qui avait les larmes aux yeux à Akane, qui ne disait rien mais avait l'air d'attendre sa réponse avec anxiété.

- « Non, je n'habite pas sur cette île. Demain, amenez vos affaires et on partira ensemble. Je ne vous laisserais pas ici seules. Vous êtes mes filles. »

Et il posa une main sur chaque tête, en ébouriffant leurs cheveux.

- « Alors... On peut t’appeler papa ? »
- « Ça me plairait beaucoup. »
- « Papa ! »


Misaki se jeta à son cou sans aucune retenue. Il se tourna alors vers celle qui ne disait rien, et lui tendit la main. Il ne lui en fallut pas plus pour qu'elle se laisse aller à son tour contre lui. Contre l'homme qui venait de les adopter toutes les deux. Leur offrant un toit, de quoi se nourrir, et un foyer où elle furent heureuses. Au moins l'espace de quelques mois.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967

L'histoire de la fillette apeurée devenue femme farouche [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: