Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Le Patient atteint d'une flêche ▬ Chiaki


Jeu 8 Nov 2018 - 18:58
Le lit grince sous les coups de reins puissant de notre héros en combinaison moulante. On peut entendre les frottements du fer contre le mur, alors que ses cris d'homme -presque- viril se rependent dans tout le complexe. Le rythme est lent, mais petit à petit, il se brusque et jusqu'à en devenir presque brutal, insupportable. D'autant plus que la chaleur de la chambre n'arrangeait pas les choses. Mais stupeur, un médecin rentre, une jolie fille et surprend notre homme masqué.

Celui-ci ne peut s'empêcher de gigoter dû à la plaie laissé sur sa fesse gauche. Il bouge sans cesse, agonisant d'une gêne et d'une douleur qu'il juge insupportable ; il lui arrive même de prier le soir, espérant que la magie opère et que sa petite plaie puisse disparaître comme par magie... mais hélas, ce n'est là que de doux rêves -auquels il croit dur comme fer- qui ne se réaliserons jamais.

Le médecin s'approche alors pour établir un examen de ce qui a bien pu se passer. Armé d'un terrible crayon et d'un insurpassable bloc note, elle se tiens prêt à lancer sa première offensive. Tâtant le sexy boy du regard -il est un homme irrésistible aux yeux de ces dames-, elle ouvre la bouche et lance ses premières incantations.

▬ Expliquez-moi tout ce qu'il s'est passé dans le moindre détails je vous prie.

▬ Très bien charmante de... Docteur. Tout a commencé, il y a de cela quelques jours alors que j'étais missionné dans les montagnes de Kumo, à la tête d'une équipe dont j'avais la charge...


☻☻☻

Ce jour-là, on pouvait apercevoir de la pluie. Les cieux semblaient agité au-dessus du village, alors que je cherchais à prendre un sbi... un élève à ma botte pour lui enseigner le métier. J'avais donc organisé un rendez-vous constitué de plusieurs apprentis ninja que j'avais pu repérer ici et là dans le village. Me rendant sur les lieux, je pouvais voir une belle bande de nu... de jeunes déterminés. Seulement, sur ces dix personnes, une seule allait en sortir gagnante ! Seulement un seul d'entre eux avait droit au privilège de mon enseignement.

Il me fallait un moyen d'évaluation précis et fiable qui allait me faire choisir la bonne personne, vous voyez ? Alors, j'ai choisi... mes yeux. Tout allait se jouer dans le regard et l'attitude ! C'était le critère de sélection que j'avais défini !


▬ Attendez... vous avez choisi votre élève juste en jugeant sur le regard ?

▬ C'est moi qui raconte ou c'est vous ?! Bon, je reprend.


Je parcourais les rangs, et observais attentivement le moindre fais et geste. Mais il me fallait choisir, vous comprenez ?! Alors, je commençais ma petite sélection.

☻ Mhhh... pas toi... Pas toi non plus.... Mhhh non... trop enrobé... trop maigre... trop précieux, non, non... Ah peut être...

☺ Ah ?! *yeux pleins d'espoirs*

☻ Quoi que non... Toi non plus !

☺ Je suis riche.

☻ Très bien, engagé, merci aux autres d'être venus et bonjour chez vous !


▬ C'est incroyable...

▬ Elles disent toutes ça.


Enfin bref ! Après une dure sélection, j'étais fier d'avoir mon premier et seule élève avec qui j'allais partager, je le sais, de folles aventures. Nous étions beaux, nous étions forts, nous étions unis, nous étions l'équipe " Sexy ", composée de MOI et puis de, coco.

▬ Coco ?

▬ C'est comme ça que je l'appelle.


Et puis telle ne fut pas ma stupéfaction, quand j'avais appris que nous allions avoir du boulot, et ce, plutôt que prévu. Moi, Coco et puis Sakuramachintruc, nous étions dépêché par les anciens du village pour éradiquer un camp de mercenaire qui semblait s'installer près du village. Jugeant que ce camp n'était composé que de bras cassés, une équipe de trois shinobi suffisait amplement à la tâche.

Après quelques recherches, il fut assez simple de retrouver leurs traces... Plus précisément, les traces de sabots de leurs chevaux. J’eus alors l'idée d'emprunter une charrette et des chevaux à un marchand non loin avec l'aide financière de la richesse de coc... de moi-même. Déguisé en marchant d'armes ambulantes, on avait prétexté vouloir faire un peu de business avec ces sombres énergumènes, mais les choses ne s'étaient pas passées comme je les avais imaginées ! Très vite, on se retrouvait dans la pente de la montagne, à déballer au triple galop afin d'éviter la salve de flèches qui nous pointaient ! M'accrochant à la charrette pour ne pas passer par-dessus bord, je guidais mes braves compagnons au-delà du danger !


A droite ! Attention la salve ! A gauche toute ! A gauche ! NON L'AUTRE GAUCHE ! A GAAAAAUUUUUUUUUCHE !

☻☻☻

▬ Et c'est comme ça que vous avez reçu une fléche dans votre postérieur gauche ?

▬ Exactement.

▬ Et si vous me disiez ce qui s'est réellement passé ?

▬ Je faisais un pic-nique avec Coco et quand je me suis assis sur la chaise, je n'avais pas vu le Kunai posé dessus.

▬ Merci à vous, je reviendrai vous voir plus tard.


Dans cette solitude la plus certaine, notre héros scrute l'horizon sans fin depuis la fenêtre.

▬ On pourra dire ce qu'on veut, mais le ciel est bleu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 12 Nov 2018 - 14:55

Le patient atteint d'une flèche.

« Chiaki, tu peux aller en salle 322 ? J’ai un débile qui s’est planté un kunai dans le postérieur. »
La tête brune se penche. Un kunai dans le postérieur. C’est pour ça qu’on l’empêche de manger, maintenant ? Sa pauvre pause de dix minutes, pendant la garde … Faut croire qu’elle est rendue impossible par un demeuré qui sait pas comment fonctionnent les kunais. Bon. Bah, de toute façon, elle travaille dans un hôpital. Ce n’est pas de la chirurgie, c’en est très loin, même, mais ça a au moins le mérite de sortir de l’ordinaire. Son rôle de jeune apprentie lui fait vivre des histoires particulières, comme le fait de sauver des gens qui se coupent le cul avec un kunai.

Hanae ne lui a donné aucun détail supplémentaire, elle a posé le dossier face à elle et est partie. Au bout de sa vie, la petite infirmière. Complètement au bout de sa vie. C’est un énième tour de garde, qui la fatigue, ronge ses nerfs au point de la rendre folle. Chiaki jette un œil au dossier. Yamanaka Seiya. Un Yamanaka. Chez les médecins, ce nom n’est pas inconnu, étant donné les capacités qui sont associées à ce clan. Par contre, c’est la première fois que la brunette rencontre un vrai représentant des manipulateurs d’esprit. C’est con, n’empêche. Un Yamanaka suffisamment maladroit – ou stupide – pour se prendre un kunai dans le cul. Chiaki parcourt le dossier, voit la taille, le poids, quelques précisions sur la blessure. Eh bien, il est temps d’aller voir.

Salle 322.

Chiaki pousse la porte. Un étrange énergumène se tient sur le lit. Costumé, accompagné. La brune va de surprise en surprise, aujourd’hui. Quelle garde intéressante. Elle réajuste sa blouse d’une main, puis s’approche, un grand sourire aux lèvres. Ses prunelles émeraudes détaillent le jeune homme plusieurs fois.
« Bonjour, monsieur Yamanaka. Je suis le docteur Sentetsu, apprentie chirurgienne. Je vais m’occuper de votre blessure. »
La brune fait semblant de reprendre le dossier, le parcourt vivement, sans véritable intérêt. Elle laisse son stylo dans sa blouse puis pose le document sur le bord du lit. Pas de temps à perdre, il faut s’occuper du patient. Qu’il ait mal au cul ou ailleurs, c’est un patient. Une fois arrivée près de lui, elle prend des gants, le nécessaire de suture, quelques anti-douleurs au cas où, puis les pose sur la table à côté du lit.
« Plusieurs choses à savoir, d’abord. Non, vous n’aurez pas mal. Oui, cela risque de gratter après. Non, je n’en ai rien à faire de voir vos fesses. »
Chiaki sourit. Le sourire de médecin, celui qui met à l’aise sans mettre à l’aise. Elle n’en a vraiment rien à faire de voir son cul. Ce ne sera pas la première de fesses que ses yeux de chirurgien croiseront. Ce ne sera probablement pas la seule qu’elle devra soigner non plus. Alors, au fond, bah … Autant dire qu’elle n’en a rien à carrer. Le sourire s’adoucit, néanmoins, parce qu’il faut quand même le mettre à l’aise. Un kunai dans le cul, c’est une sacrée aventure pour la virilité.
« Avez-vous d’autres questions ? »
Une sorte de routine, hein ? Ouais, une routine qui empêche de manger. Vivement que cette affaire soit bouclée. Quelques points sur la fesse n’ont jamais tué, ni empêché quelqu’un de vivre. Tout devrait aller vite et bien.

En théorie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 12 Nov 2018 - 15:29
Salle 322. Dans la douleur indéfinissable du Sexy Boy, voici venu le temps du réconfort après l'effort. Coco vient d'arriver pour tenir compagnie à son mentor et semble avoir apporté avec lui la chance et le destin. La porte se pousse lentement, interrompant une des nombreuses conversations farfelue des deux compères, tout deux dont la tête et le regard sont figés en direction de cette silhouette qui apparaît peu à peu.


Sublime...
Douce...
Beauté inégalée...
Coup de foudre.

Il n'y a aucun mot pour décrire ce que ressent le Coeur de Seiya en ce moment même. La personne d'une jeune femme, toute mignonne, haute comme trois pommes, aux cheveux longs et bougeant au vent -grâce à Coco qui avait prit l'initiative entre temps d'ouvrir la fenêtre pour faire l'effet vent dans les cheveux-. Il voit cette femme somptueuse, au charme indescriptible qui s'avance vers lui, mais pour lui, le temps s'arrête. Tout est au ralenti, les secondes deviennent des minutes. Tout semble être au ralenti, pouvant prendre le plaisir de se mordre les lèvres au fur et à mesure qu'elle place un pied devant l'autre pour avancer. Ses jambes épilées semblent divines au point d'avoir envie de les câliner.

Aussitôt, le Sexy Boy s'imagine Mille et un conte de fées et d'amour... Notamment celui où ils seraient que tous les deux sur une île déserte, les pieds dans un sable fin, blanc et chaud, courant l'un vers l'autre pour finir par se serrer dans les bras avant de s'embrasser farouchement sous les rayons d'un soleil couchant.

La seconde histoire est celle où ils seraient couchés dans des draps de velours. Allongée sur le dos, elle ne saurait pas résister à la pression des lèvres du don juan sur son corps. Une histoire où la nuit serai des plus torrides. Où les draps seraient recouverts d'une sueur de taureau. Une histoire, où les étoiles pourraient entendre les cris de plaisir depuis les cieux et l'espace.

Mais, retour à la réalité.

Sentetsu, tel est son nom. Peu importe ce qu'elle peut dire, il ne l'écoute pas. Envouté par ses lèvres humides qu'elle agite non loin de lui, il ne sait où donner de la tête. Coco quant à lui, essaye de ramener son comparse à la raison, avec de petits coup de coude discret et insistants. Il comprend bien là qu'il est trop tard, qu'aucun médecin ne peut plus rien y faire : Seiya est in-love.

Alors lorsqu'elle annonce qu'elle aller lui tâter le cul, il ne fait aucun doute que c'est un honneur pour Seiya de mettre sa fierté de côté pour une pareille femme fatale. Sans dire mot, il retire le drap de son corps qui vient atterir sur le visage de Coco. Il laisse apparaître le bas de son corps, totalement dénudé et dans un mouvement des plus sexy, il se tourne pour mettre ses fesses face à la femme.

▬ Donnez-moi ce que je mérite, Déesse de mes nuits.

Prit de panique, Coco retire le draps qui le recouvre depuis plusieurs seconde. Son ami dérape, il perd totalement la raison. Il est sur une autre planète, il est à Upendi, une planète constituée seulement que d'amour et de belles histoires. Se plaçant entre la jeune chirurgienne et Seiya, il rattrape le coup comme il peut.

▬ B'jour ! Moi c'est Coco ! Je suis l'élève de M'sieur Seiya ! FAITES PAS ATTENTION A CE QU'IL RACONTE SURTOUT ! Vous savez, avec les anti-douleurs et tout... AHAHAH ! *Passe sa main derrière sa tête*.

▬ ???

▬ Vous savez, M'sieur Seiya c'est un homme bien ! Je me rappel encore de ce jour, où il m'avait sauvé d'un immeuble en flamme, alors que j'étais à deux doigt d'y laisser la vie.

▬ ??????

▬ Où encore la fois où il avait sauvé une vieille dame de la noyade... il avait plongé sans même prendre le temps de retirer ses vêtements !

▬ ????????? ... Ah Ooooooh *comprend la ruse*. Voyons Coco, arrête, ce n'était rien tout ça, je ne faisais que mon devoir d'homme.

Il est évident que celui à la combinaison rouge et celui à la combinaison verte son de mêche pour faire craquer d'amour cette infirmière cochonn... mignonne, sous le charme inégalé du Yamanaka à la position non avantageuse. Cela dit, elle ne semble pas prendre ce pincette pour dire et faire ce qu'elle pense cette petite.

▬ Allez-y, je suis prêt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 12 Nov 2018 - 18:54

Le patient atteint d'une flèche.

Le rouge, le vert, une sorte de malédiction haute en couleurs qui laisse Chiaki stoïque. Le premier, le rouge, est une sorte d’exhibitionniste qui pense qu’il peut tout avoir en tendant un petit bout de queue. Le deuxième, le vert, le soutient bec et ongles dans cette entreprise. La brunette ne bouge pas d’un poil. Son patient et son acolyte, Coco, sont … d’étranges énergumènes. Mais peu importe, vraiment. La dernière phrase du patient attire néanmoins un sourire à la brunette. « Son devoir d’homme », hein ? Elle claque son gant en latex et le regarde avec un profond amusement.
« Votre devoir d’homme vous fait souvent vous asseoir sur un kunai ? »
Oups. La taquinerie Chiaki. Un gigantesque sourire étire ses lèvres. Ses prunelles émeraudes passent de l’un à l’autre à répétition, puis elle attend qu’il tende la fesse – littéralement – pour observer la blessure. Elle hausse doucement les épaules. Tout ce bruit pour ça ? Il est temps de jouer à un petit jeu, voir si ce drôle de monsieur est aussi monsieur que monsieur.
« Bon, j’ai quelques questions. Vous, le vert. » Elle darde sur lui un regard froid. « Je ne veux pas vous entendre. Sinon je vous donne une raison de devenir mon patient. »
Chiaki détourne son attention et regarde de nouveau le rouge. Le but du jeu ? Détourner son attention pendant qu’elle lui tripote les fesses. Sa virilité doit être enterrée au loin, cachée derrière une gigantesque haie opaque. Noire. Toute noire. Elle inspire, puis pose ses doigts autour de la blessure.
« Êtes-vous un ninja ? »
C’est une plaie assez profonde, il ne s’est vraiment pas raté. Il a dû s’asseoir comme un gros tas sur sa chaise, ce qui a causé une très grosse blessure sur la fesse, profonde de par l’impact incontrôlé. Mmh … Des points. Il faut des points. Mais d’abord il faut désinfecter.
« Les Yamanaka peuvent contrôler l’esprit des gens, c’est vrai ? »
Chiaki attrape du désinfectant et une compresse, qu’elle imbibe généreusement avant de s’approcher.
« Serrez les dents, monsieur l’Homme. Ça risque de piquer. »
Elle appuie doucement puis nettoie tout autour, sans même prendre gare à ce que dit le rouge, ou même son comparse. De toute façon, en théorie, le comparse a été réduit au silence. S’il se manifeste trop, de toute façon, Chiaki a tout un arsenal à sa disposition pour le faire taire. Et il ne veut pas qu’elle s’en serve. Oh, non, il ne veut pas. Une fois la séquence compresse terminée, Chiaki regarde la belle plaie, qui n’attend qu’à être recousue.
« Aimez-vous Kumo ? »
Question au hasard, la première qui se présente. Pas la première, mais peu importe. En réalité, Chiaki n’en a rien à faire de ce qu’il lui dit. Seulement, s’il parle, il réfléchit. S’il réfléchit, il ne pense pas au fait que la brune lui tripote les fesses depuis plusieurs minutes. La virilité en pâtit peut-être moins. Ou, au contraire, vu sa réaction précédente, il adore tout ce qu’elle lui fait. Quelle plaie. Quelle tristesse. Enfin, quoi qu’il en soit. Elle se saisit d’une aiguille, des fils, et c’est parti.
« Comptez-vous réitérer cet acte de stupidité ? Ou allez-vous être un homme, un vrai ? »
Chiaki passe à travers la chair, fait des allées-et-venues entre les deux bords de la peau, puis réalise de magnifiques sutures. Propres, réussies. Plus aucun problème à signaler. Elle s’assure que tout soit bien serré et coupe les morceaux de fil restants. La brune dépose les outils dans le bac qu’elle a ramené plus tôt et se redresse. La blouse remise en place correctement, elle récupère son matériel avant de le déposer près du lavabo. Une infirmière passera sûrement s’en occuper. Au pire, elle le fera en partant.
« Bien. C’est fini. »
L’apprentie chirurgienne se saisit du dossier, prend son stylo et note les soins apportés au patient. Elle lève les yeux et les dépose sur le malade.
« Autre chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aujourd'hui à 17:25
L'infirmière cochonne et de surcroît sadique étant donné qu'elle tente de s'empresser de tâter les divines fesses du Sexy boy, ne cache pas sa joie quant au fait de ce contact charnel... Chose qui malgré la position inconfortable et féminisé de notre héros, n'a pas échappé à son regard. Il se décide donc à jouer le jeu, parieur fou, il ne compte pas la laisser prendre les devants dans ce jeu d'esprit... un domaine où il est totalement imbattable.

Coco quant à lui, semble s'amuser de la situation dans laquelle se trouve son mentor, ainsi que par la douce remarque sur la virilité de Seiya et du Kunai sur lequel il s'est assis. Mais il ne tarde pas à déchanter, ayant subi des menaces indirect de la part de l'infirmière cochonne. Il décide donc de s'asseoir au coin de la pièce sur une chaise disponible, et de ne pas dire un mot, allant même jusqu'à cacher la silhouette apparente de son sourire.

▬ Votre devoir de femme vous rend toujours aussi heureuse lorsqu'il s'agit de toucher les fesses d'un homme ? Ahah ! Réponds Seiya en souriant bêtement à la taquinerie de l'infirmière cochonne.

M'enfin, elle se contente de poser toute une série de questions, comme si cela pourrait faire oublier le fait qu'il est en train de se faire trifouiller le cul par une femme et une aiguille. Que nennie. Mais fort heureusement, notre homme est quelqu'un d'ouvert d'esprit pour qui chaque expérience est bonne à prendre avec son lot d'apprentissage, de bien et de mal !

▬ Certe je suis un Shinobi, qui plus est, hormis ce malencontreux accident sur mon postérieur, un shinobi sensationnel !

Marquant une courte pause pour laisser parler la guérisseuse perverse.

▬ Les Yamanaka ont effectivement la capacité de s'infiltrer dans l'esprit des gens. Nous pouvons communiquer, chercher ou perturber des souvenirs, des informations, voir contrôler effectivement le corps de notre... Ennemi... *Plisse les yeux en regardant les seins de l'infirmière cochonne*.

▬ Serrez les dents, monsieur l’Homme. Ça risque de piquer.

▬ D'ailleurs je pourrai prendre possession de votre corps et me care... AIEEEEEEEEEEEEEEEEEE WAHOUUU AHOU AIE AIE AIE !

En tapotant la plaie avec la compresse, Seiya se tord de douleur, laissant sa cambrure se tendre un maximum telle... telle... une corde à linge que l'on tend à son... Maximum, du coup. Il est d'abord surpris par la nature de cette douleur, plutôt chimique, avant d'être surpris par l'infirmière cochonne toute contente de son travail ! Quelle monstruosité. Bien évidemment dans sa douleur et par " Inadvertance ", l'homme masqué attrape l'une des fesses de l'infirmière avant de retirer aussitôt sa main, prétextant un geste " Reflex " pour ne pas penser à la douleur et non-intentionnel bien évidemment.

▬ Dé... Désolé ! Mais sans déconner comment ça pique trop de la vie quoi ! ça pique, ça lance, et derrière, comment ça re-pique trop ! Affirme t-il les mains crispées vers le ciel.

L'infirmière cochonne, peut-elle comprendre la douleur qui prend actuellement notre homme en collant ?! Non, bien sûr que non. En plus d'être perverse, Seiya la suspecte d'être très certainement masochiste sur les bords, peut-être une femme dominatrice qui ne se gêne pas pour faire vivre une soumission douloureuse à ses patients.

▬ JE DÉTESTE KUMO ! Les femmes, on m'interdit de les draguer ! Parier de l'argent, hop interdit pareil ! Je suis forcé de mettre mes capacités au service de Kumo pour pas aller en prison ! C'est dingue quand même !

Si il fallait reconnaître une chose à Seiya c'est son état d'esprit et l'ouverture de celui-ci. Le fait de se faire tâter les fesses depuis plusieurs minutes semble plaire à celui-ci qui voit cela désormais comme une séance de massage où il confie ses petits problèmes à la masseuse cochonne. Et le fait que celle-ci semble apprécié de tripoter de pareille fesse musclée semble encore plus exciter notre homme.

▬ Je peux vous montrez ce qu'est un vrai homme sur le champs, si vous le souhaitez. C'est loin de ce que vous pratiquez d'habitude et loin de toutes vos idées, Docteur.

La mégère ! Elle compte s'enfuir alors que l'heure des confessions n'est pas finie ! QUE NENNIE !

▬ Vous partez déjà ? Vous m'avez posé un nombre incalculable de question, c'est à mon tour. A moins que les choses aient changées depuis le temps et que la curiosité n'est plus un des principaux atout demandé chez les médecins ?

Il en joue beaucoup. Presque un peu trop. Sa confiance se fait ressentir, quelqu'un d'imperturbable et de mystérieux, très difficile à cerner... à mi-chemin entre le sérieux et la crétinerie. Il sait parfaitement jongler entre ses " personnalités ", un coup sexy, un coup ridicule, un coup mystérieux et un coup sérieux. Il serait un sujet parfait pour un psychologue.

Se tournant légèrement sur son lit pour être allongé de coter, laissant apparaître toute sa masculinité nue aux yeux de l'infirmière Cochonne, il compte bien la punir de ce petit plaisir en recouvrant son oiseau charmeur avec le drap qu'il vient déposer sur son corps. Tel un appolon, il mime ses paroles par des gestes sensuels.

▬ Je vous en prie, prenez place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Patient atteint d'une flêche ▬ Chiaki

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Complexe scientifique
Sauter vers: