Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Ain't no rest for the wicked. [Sazuka]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Mar 1 Jan 2019 - 20:37


Comme je l’avais imaginé, cette première attaque n’avait pas vraiment eu d’effet. Je m’étais attendue à ce que la jeune chirurgienne puisse au moins résister à une simple gifle, et n’était-ce pas le but recherché finalement ? Une simple introduction, une mise en bouche.

Et j’étais plutôt contente de voir qu’elle n’était pas dénue de répartie, capable de de contre attaquer. Un enchaînement rapide de coups dont je n’avais pas eu trop de mal à me défendre. J’étais habituée au corps à corps depuis de très nombreuses années, et j’avais eu tout intérêt à en faire mon expertise ; les samouraïs ne pardonnaient pas…

Ton bras renforcé de chakra dôton avait encaissé deux coups, un premier venant par le bas, une sorte d’uppercut, et un deuxième moins… violent. Enfin, à priori. Et alors que je parais ce second coup de mon bras solidifié, je déviais celui de la jeune femme, celui avec lequel elle voulait me mettre une … pichenette ?...

Puis infligeai un coup à Chiaki de mon autre main, paume ouverte. Je visais la cage thoracique, voulant pas ce coup lui couper la respiration. Cette frappe que j’avais développée après de nombreuses années d’autodidacties n’était pas beaucoup plus dangereuse que la précédente gifle, elle avait plus un effet… dissuasif.

Laissant entrevoir à mes potentiels adversaires ce dont j’étais capable. Cela provoquait souvent de la surprise, et chez certaines personnes de la peur même. Je me souvenais d’un Samouraï, Watari, qui l’avait subi. Se moquant d’abord de ma faiblesse il surprit de la défaillance de sa jambe, qui le fit céder et chuter sous le poids de sa propre armure.

Une simple, petite technique, un coup de paume sans violence dont je me servais, oui, pour dissuader… Mais entre Shinobi capable de surmonter les pires situations et les Samouraïs qui se retrouvaient démunis face à un adversaire pouvant rivaliser avec leur maîtrise du Katana… Il y avait un pas.


Spoiler:
 

_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Sam 5 Jan 2019 - 20:09

Ain't no rest for the wicked.

La pichenette est sa technique préférée. Cette si petite attaque, si faible, si inutile en apparence, est pourtant capable de faire brutalement vaciller la victime si elle la prend à la légère. Quoi de plus difficile pour l’ego que de se faire marcher dessus par une petite chirurgienne qui tape à coups de pichenettes ? Chiaki aime vraiment beaucoup cette capacité. Néanmoins, cette fois, elle ne prend pas. Sazuka encaisse avec un renforcement Doton, une technique semblable aux techniques que Chiaki maîtrise. Intéressant, très intéressant. Sa supérieure hiérarchique l’intrigue de plus en plus.

La suite la perturbe, par contre. Très rapidement, Sazuka balaie ses bras et crée une véritable ouverture dans sa défense. La paume impacte. Un coup, là. En pleine poitrine. Chiaki a un mouvement de recul. Elle hoquette, inspire. Non. Quelque chose cloche. Quelle étrange attaque. Son cœur ne fonctionne plus correctement. Vu ses sensations actuelles, il s’agit d’une technique qui affecte le rythme cardiaque. Non, ça ne peut pas être ça. La chirurgienne ne laisse pas l’attaque la faire tomber véritablement, elle compose rapidement des mudras. Ses mains se recouvrent d’une aura verdâtre. Le chakra médical. Elle appose ses deux mains sur sa poitrine. Une douce chaleur irradie, puis les sensations étranges se calment. Ses prunelles reviennent sur Sazuka.
« Intéressant, comme technique, ça … »
Piquée au vif. Intriguée. Elle veut en savoir plus. Chiaki récupère lentement, inspire, expire. Elle semble aller mieux. Mais c’est quand même … Particulier, comme technique. Malgré son très large panel d’aptitudes, la brune n’a jamais pensé à aller directement attaquer l’interne. À passer par des moyens très inoffensifs en apparence pour mettre un énorme bazar dans le métabolisme, et non à l’extérieur. Après tout, elle est chirurgienne, non ? Quelle erreur de ne pas penser à s’en prendre aux organes de ses adversaires. Cela rappelle à Chiaki à quel point elle est encore novice en matière de techniques ninjas et bagarre en général. Mais … Ce n’est plus qu’une question de temps, d’entraînement.

Elle ne se laisse pas abattre et reprend la bataille. D’abord, revenir à la charge. Pour ça, Chiaki se remet en position et retourne en direction de Sazuka. Sa supérieure hiérarchique lui a montré comment s’y prendre pour toucher directement en interne. Alors, certes, la chirurgienne est moins calée à ce niveau que la brune, mais elle est quand même capable de jolies choses. Alors, elle s’élance, le poing dressé, prête à lui envoyer un nouveau coup. Un seul. Mais un coup puissant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne http://www.ascentofshinobi.com/u883

Lun 7 Jan 2019 - 4:06




Je n’étais pas une acharnée du combat. Ni de la victoire à tout prix. Alors qu’elle se soignait, s’étant probablement rendue compte que les coups que je pouvais infliger n’avaient rien d’inoffensifs ; je… ne l’attaquais pas. J’aurai pu ! Mais ne le fis pas.

Je préférais lui laisser le temps de récupérer, et même la laisser porter un nouveau coup. Sans doute cette fois-ci allait-elle y mettre plus d’énergie, de force ; pour m’atteindre. Bien qu’au corps à corps… Enfin… Ce fut donc le poing serré que la jeune femme me fondit dessus.

C’était une Eisei-nin, je l’avais bien compris. Et ne pouvait m’empêcher de me dire que, sûrement, elle avait développé des aptitudes identiques aux miennes. Maîtriser le « chakra médical » offrait des perspectives très intéressantes que je connaissais très bien. Tant sur le plan médical que sur le plan physique, d’ailleurs. C’était d’ailleurs pour cette raison que jamais je n’appelais cette énergie « le chakra médical », je trouvais cela trop réducteur, voire péjoratif. Et il était bien complexe qu’un banal « chakra ».

Il était plus qu’une affinité ou une sensibilité à un élément quelconque…. Je me demandais quelle perception Chiaki avait cette habilité qui ne sortait pas de nulle part, qui n’était due qu’au travail. Et peu avant que son poing ne m’atteigne, je me penchais légèrement sur le côté, sur la droite, évitant de peu son coup de poing.

-Presque... dis-je rapidement, me montrant pour une fois, et ce n'était pas coutume, assez pédagogue, enfin... quelque chose comme ça en tous les cas.

Et de ma main gauche, prononçant cet unique mot, déviai une nouvelle fois son coup, le repoussant sur sa droite à elle ; ce qui me permit de m’excentrer légèrement par rapport à son torse ; et lui « apposai » de nouveau ma main couverte de chakra verdoyant, mais sur son épaule.





Spoiler:
 

_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 13 Jan 2019 - 1:20

Ain't no rest for the wicked.

Échec. Énième échec de cet entraînement. Chiaki a beau essayer, elle a beau faire des pieds et des mains – surtout des mains –, rien n’y fait. Sa supérieure a toujours la même parade. Une parade inesquivable, qui pourrait l’envoyer rapidement au tapis si elle ne limitait pas ses coups. L’idée est intéressante, voire très bonne. Suffisamment bonne pour empêcher la demoiselle de passer à travers sa défense. Sazuka esquive, le coup est dévié, puis une autre offensive s’abat sur son épaule. Même technique, même idée, même principe. Et pourtant, voilà que la brune sent son bras s’alourdir. Une sensation inconnue à la chirurgienne, mais pour qui les symptômes n’ont rien d’inconnu. Au contraire. Cette douleur, ce poids qui appuie, là … L’épaule se démet. Il faut réagir, vite. Chiaki recule, ne réfléchit plus et recommence sa technique de soin, la même que précédemment. Pas de temps à perdre dans ce cas, sinon leur entraînement au corps-à-corps n’aura plus aucune utilité, ni aucune possibilité de se poursuivre.

La main recouverte de chakra verdâtre remonte jusqu’à l’épaule de la demoiselle. La douleur se calme, le poids redevient normal. L’épaule retrouve ses fonctions. Que faire, maintenant ? Les attaques simples ne fonctionnent pas. Elle les dévie quoi qu’il arrive et elle en rajoute une couche. La même attaque, la même forme … d’humiliation ? Non, non. Une façon de lui apprendre. Comment riposter ? Chiaki recule et se met en position. Du corps-à-corps, rien que du corps-à-corps. Il lui reste une façon de procéder. Elle n’est pas certaine que cela va fonctionner, mais il faut quand même tenter le coup.

Chiaki revient à la charge, peut-être pour la dernière offensive. Une offensive étrange, différente. Assez rapidement, elle se rapproche de Sazuka et, contrairement à précédemment, la Genin tend les bras de façon à se saisir fermement du bras de sa supérieure. Cela ne fonctionnera pas forcément, peut-être que la médecin a encore un tour dans son sac pour la parer, mais qu’à cela ne tienne. L’entraînement passe aussi par l’échec. Chiaki ferme ses mains sur son poignet et tente désormais de l’envoyer contre terre, dans une prise aussi assurée que brutale. Fonctionnera, fonctionnera pas ?

Encore le coup de la paume ? Il lui tarde de le savoir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne http://www.ascentofshinobi.com/u883

Ven 25 Jan 2019 - 0:41




J'observais la jeune chirurgienne réagir à ce nouveau coup de paume que je ne venais de lui assener. Surprise, sans doute, une nouvelle fois de la douleur que pouvait provoquer ce simple coup mais néanmoins réactive et capable de se soigner rapidement. Ce n’était évidemment que parce que c’était un entrainement que je la laissais faire, mais dans d’autres circonstances, je n’aurais probablement pas attendu qu’elle mette en œuvre sa maîtrise du chakra « médical »… User de ce genre de jutsu alors qu’une si faible distance nous séparait… Enfin… Cela permettait de voir, dans les grandes lignes, ce dont était capable cette « Eisei-nin ».

Puis elle s’était rapidement rapprochée, tendant le bras. Une nouvelle fois j’esquivai, sans me déplacer, me penchant légèrement, et de nouveau repoussai sa main, formant un signe. Et, sans frapper, je plaquai ma main libre sur sa poitrine. Du contact entre ma main et le tissu naîtrait un sceau composé de multiples hiragana ressemblant davantage à des gribouillis qu’un véritable langage. Une suite de symboles n’ayant une signification que pour moi mais dont certains éléments étaient communs à ce que l’on retrouvait sur les « parchemins explosifs » produit par certains artificiers de Kaminari.

Bien sûr, ce sceau n’avait rien à voir avec ces vulgaires morceaux de papier dont disposaient la plupart des shinobis venant d’un village… Et qu’il fut directement apposé sur la « personne » avait un effet… dissuasif. Bien sûr, l’idée de le faire exploser ne me traverserait pas l’esprit ; pas dans cette situation. Mais sa simple présence pouvait avoir un effet dissuasif non négligeable. Un expert en sceau saurait tout de suite il s’agissait, un néophyte lui… pourrait éventuellement s’en douter. Je ne mettais souvent en œuvre que des moyens de dissuasion ; pouvant s’avérer mortels.

Enfin, un idiot, lui ; foncerait dans le tas et finirait, au mieux, en deux parties distinctes, et au pire… en charpie.




Spoiler:
 

_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Sam 26 Jan 2019 - 1:36
Ain't no rest for the wicked.

Une nouvelle tentative. De nombreux espoirs posés dans cette offensive, mais rien n’y fait. Sazuka ne peut pas être atteinte au corps-à-corps. Elle esquive, dévie les assauts et se sert des faiblesses qu’elle crée elle-même pour réussir à prendre le dessus sur ses adversaires. Cette fois, ce n’est plus un coup de paume que la directrice emploie, c’est … Ces écritures sur sa poitrine … Qu’est-ce que c’est ? Chiaki arque un sourcil, dubitative. Ce langage ne lui dit pas grand chose, mais elle en sait suffisamment pour ne pas tenter le diable. Quand quelque chose d’inconnu est placé sur une partie du corps, autant ne pas chercher à titiller.

Chiaki recule et se met à bonne distance de Sazuka. Ses prunelles scrutent son nouveau tatouage avec une très grande attention. Ses connaissances en sceaux sont encore trop minces pour tenter de l’analyser et y comprendre quelque chose. Elle arque un sourcil. La seule chose qui lui vienne à l’esprit est le mot « Danger », écrit en gros et rouge par-dessus le sceau sur sa poitrine. Elle n’a aucune idée de ce que ce charabia signifie, mais il n’y a aucune chance pour que ce soit un sceau inoffensif. La chirurgienne secoue doucement la tête.
« C’est bon. Je pense que c’est bon pour l’entraînement. »
La Genin balaye les alentours du regard. Non, il n’y a rien de cassé. Elles ont fait un bel entraînement sans foutre un trop gros bordel. C’est plutôt pas mal, non ? Chiaki penche la tête et regarde son sceau, puis repense à toutes les techniques employées par Sazuka. La paume, bien placée, a eu l’air de causer de très nombreux dégâts, à vrai dire. Si elle ne s’était pas soignée à temps, qui sait ce qu’il serait advenu ? Qui sait ce que ce sceau peut faire ? Chiaki en est certaine, désormais : sa supérieure hiérarchique n’a pas atterri ici uniquement grâce à ses connaissances médicales, oh non. Il y a beaucoup d’expertise des arts ninjas, aussi. Qui l’ont probablement aidée. Chiaki éprouve un respect plus grand encore pour Sazuka.
« Bien, il faut croire que l’accident de centrifugeuse a été une bonne chose, à vrai dire. Enfin, ‘bonne chose’, ça reste relatif … »
Elle hausse doucement les épaules. La relativité de leur monde se montre à chaque instant.
« Vous cachez bien votre jeu, d’ailleurs … Qui aurait cru que la simple docteur soit capable de telles choses. Et j’imagine que je n’ai pas tout vu. »
Un sourire étire ses lèvres. Le respect grimpe, grimpe. Sazuka est une personne follement intéressante, auprès de qui la petite brune veut absolument apprendre, pour atteindre son niveau et, un jour, se tenir à ses côtés en tant que combattante. Oh, oui. Cette idée ravit Chiaki.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne http://www.ascentofshinobi.com/u883

Ven 1 Fév 2019 - 18:23




Bien sûr, je n’aurais pas activé ce sceau pour éviter d’abimer cette salle rutilante, et parce que je n’avais pas le droit de faire –trop- de mal aux Kumojin. Ainsi la faire exploser me semblait… inapproprié. D’autant qu’elle s’était plutôt bien défendue dans l’ensemble. Alors elle fit mine de jeter l’éponge, je me relâchai, desserrant les poings et laissant mes muscles retourner à leur repos. Ce genre d’entrainement me permettait de ne pas trop rouiller, et sans m’en rendre compte ; je pratiquais assez souvent. Ces Kumojin étaient très… demandeurs, il fallait le souligner.

-Ouais… il faut croire… Répondis-je simplement. Cette histoire de centrifugeuse… J’allais devoir l’expliquer à la Raikage pour qu’elle remplacée et rien que cette perspective, de ce que j’allais devoir « donner » en échange, me réjouissais déjà, réellement. Tout était bon pour… « ça ». Les « gens » pensent souvent que les médecins sont inoffensifs. A tort. Lui dis-je en m’approchant d’elle et apposant une main sur sa poitrine –ou son buste plus généralement- en formant un signe de l’autre. Et un sceau apparut, se superposant à l’autre et fit s’estomper le premier avant de disparaître lui-même.

Puis d’un pas je reculai, histoire qu’elle ne fasse pas de fausses idées ; et repris là où je m’étais arrêtée le temps seulement de la débarrasser de ce fâcheux sceau explosif qui pouvait couper un très gros arbre en deux sans difficulté, alors une Chiaki…

-Après, je ne connais pas tous les Eisei-nin qu’abrite le Yukan… Certains ne sont peut-être pas coutumiers du combat… C’est aussi une question d’expérience. Soulignais-je en me frottant le bras. C’était le cas pour moi, c’était ma vie –ou ma survie- à Tetsu qui avait façonné la plupart de mes capacités, que ce soit justement à survivre ou à me défendre. Et, tous ceux que j’avais rencontrés, ou affrontés plutôt, ne devaient pas nécessairement mourir. J’avais toujours trouvé plus d’utilité aux vivants qu’aux morts… Ce qui expliquait une grande partie de ce que j’étais. Mais, te concernant… Tu n’es pas trop mauvaise, ça va. Haussais-je les épaules. Pourquoi tu t’intéresses au taijutsu ? Ce n’est pas… si courant. Dis-je pensive en la fixant avec un regard intrigué.

Il y avait souvent une raison à ce genre de choix… Une raison personnelle reposant sur un vécu… Ce n’était pas inné, la plupart du temps. Tout au moins je le pensais mais sa réponse pouvait tout aussi bien être « parce que j’aime bien » sans que ce soit plus justifié que le fait d’aimer plutôt les femmes aux hommes. Et puis dans le fond… cela ne m’importait pas vraiment, ce n’étais qu’une question liée à ma curiosité et ma tentative de mieux comprendre les autres.

-Hum… Je peux t’aider à t’améliorer si tu veux… Une proposition que je ne faisais pas habituellement, enfin, pas à tout le monde. A vrai dire, c’était quelque chose que je n’offrais, de moi-même, qu’aux membres de ma gente. J’étais beaucoup plus ouverte quand il s’agissait d’une autre femme, sans surprise. Je pense que… joindre ton chakra vit… médical à tes coups pourrait t’y aider. Repris-je avec un léger sourire. Comme ce coup de paume que j’ai employé plusieurs fois.



Spoiler:
 

_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mer 13 Fév 2019 - 15:42
Ain't no rest for the wicked.

Les médecins, inoffensifs. Un sourire étire les lèvres de Chiaki. Oui, les gens qui pensent ainsi ont totalement tort. Les professionnels de la santé sont peut-être les plus dangereux ninjas de ce monde. Ils connaissent les faiblesses du corps humain, ils savent exactement où frapper pour causer un maximum de dégâts. Dans le cas des chirurgiens, non seulement ils connaissent les points faibles, mais, en plus, ils savent précisément où trancher pour causer des dommages irréversibles … Non, les médecins ne sont pas inoffensifs. Bien au contraire.

La brune se laisse faire lorsque Sazuka vient retirer le sceau qui orne sa poitrine. Elle se demande quels dommages cet arcane aurait pu lui causer si elle avait décidé de continuer la bataille. Les sceaux ne sont pas encore sa tasse de thé, mais sa curiosité est grande. Enfin, au fond, que la doctoresse lui retire est une bonne chose. Cela lui évite de … mourir, par exemple. On ne sait jamais, après tout. Les techniques inconnues sont souvent les plus dangereuses, autant être prudente.

Chiaki hoche doucement la tête. Sa supérieure hiérarchique a l’air de connaître bien des choses, en réalité. Néanmoins, comme toute personne humaine, ses connaissances se limitent à ses expériences. Ce qu’elle a vu, vécu. Forcément, si elle n’a pas de référentiel extérieur pour lui montrer l’inverse, comment savoir ? La chirurgienne croise les bras sur sa poitrine. Des rougeurs grimpent sur ses joues lorsque Sazuka la complimente. « Pas trop mauvaise » c’est mieux que mauvaise ! Ça veut dire qu’elle s’en tire bien, non ? Pour un premier entraînement, la brune décide de considérer cette remarque comme méliorative. Elle sourit.

La mimique sur son visage s’affirme quand Sazuka lui demande pourquoi elle s’intéresse au Taijutsu. Beaucoup pourraient dire que c’est « comme ça », parce que, finalement, le combat au corps-à-corps est une facilité. Chiaki … Chiaki a de vraies raisons de s’y intéresser, à vrai dire. Néanmoins, la brune laisse Sazuka finir de parler avant de se manifester. On ne sait jamais, la politesse veut qu’on ne coupe pas la parole, encore moins à ses supérieurs. Elle penche la tête. Lui donner un coup de main ? Transmettre son savoir, pour lui permettre de faire un peu comme elle. Le visage de la chirurgienne s’illumine.
« Oui, je veux bien essayer de suivre votre exemple ! »
Chiaki hoche vivement la tête, excitée. Apprendre ! Apprendre d’une personne aussi forte que Sazuka ! Oui ! C’est une occasion absolument inratable. Elle croise les bras sur sa poitrine.
« Quant au Taijutsu … Je suis chirurgienne. Je suis en contact avec des corps à longueur de temps, je les manipule, je les ouvre, je les soigne … Alors … Je pense que le Taijutsu est ma meilleure porte d’entrée dans ce genre de cas. Je sais exactement où frapper, je peux contrôler l’impact de mes coups. Alors … Je pense qu’il s’agit du style le plus adapté à mes compétences, de façon générale. Ce n’est pas un choix au hasard. »
Une forme de fierté émane de la demoiselle. Son rôle de chirurgienne lui tient énormément à cœur … Si, en plus, il peut lui servir dans sa vie de ninja, c’est encore mieux. Chiaki décroise les bras et s’étire.
« Quoi qu’il en soit ! Je veux bien apprendre à faire comme vous. Ce coup de paume pourrait m’être très utile … Et je pourrais également m’en inspirer pour m’améliorer, plus tard. »
Motivée, toujours très motivée pour devenir meilleure, la petite. Après son chef de chirurgie, voici Sazuka, qui la prend plus ou moins sous son aile … Il semblerait que les choses aillent dans un sens plus que réjouissant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne http://www.ascentofshinobi.com/u883

Dim 17 Fév 2019 - 2:39




Suivre mon exemple… Cette première phrase spontanée de l’apprentie chirurgienne sonnait étrangement à mon oreille. Etais-je vraiment le type de personne sur lequel on pouvait prendre exemple ? Exemple sur ce que je pouvais faire… pourquoi pas… Exemple sur moi ? J’en doutais un peu plus. Enfin, comme souvent, peut-être que je n’avais simplement pas compris ce qu’elle voulait dire par là. Je n’avais donc fait qu’esquisser un sourire, et acquiescer.

Son explication quant au taijutsu… Me fit sourire. Je trouvais ça toujours… amusant, voire mignon de voir les personnes s’évertuer à se justifier, aussi logique cela pouvait-il paraître. Malgré « ma complexité », celle dont m’avait fait part Asami dans ce même sous-sol, je restais une personne aimant la simplicité et me contentais généralement de toutes les réponses, même les plus courtes, qu’on pouvait m’apporter. Mais, en même temps, comme j’étais plutôt curieuse ; pouvais-je vraiment me plaindre d’une réponse aussi détaillée ?

-Tu as bien… étudié ça… Remarquais-je en l’observant toujours. Tu aurais aussi pu me dire que tu aimais simplement ça. Haussais-je les épaules. Enfin ? l’un ou l’autre, cela ne changeait finalement pas grand-chose, le plus important était surtout que cela soit naturel, pour elle, de pratiquer cet « art ». Hum… Tu peux me tutoyer, aussi, si tu veux. Nous ne sommes plus à ça prés… Soupirais-je en repensant à cet autre jour… Enfin, je me reconcentrais sur ce que je lui avais dit, ce que je pouvais lui apprendre. Pour qu’elle s’améliore…

-Bien… Je suppose que tu connais donc le fonctionnement du chakra médical… ça devrait être plutôt simple. Dis-je pensive. Tu as dû remarquer qu’à chaque fois, je ne t’ai pas vraiment frappée… Cela reste un coup, je ne dis pas le contraire mais ce n’est pas le coup lui-même qui est dangereux, mais le chakra que tu y mets à l’impact. Je tendis le bras vers elle, main ouverte. Si tu es en situation de combat, que tu portes plusieurs coups de paume « classiques », ton adversaire baissera sa garde en pensant que ce n’est qu’un énième coup… Dis-je en baissant finalement le bras et reprenant mon explication. Et donc au moment où ta main entre en contact avec la peau, tu dois insuffler une légère quantité de chakra médical, et celui-ci perturbera… ce que tu auras touché. Je ne savais pas si ce que je disais était suffisamment clair pour la Sentetsu, j’employais cette technique… instinctivement… Commence… déjà par t’exercer… dans le vide. Et lorsque tu penseras que c’est bon… Frappes moi.




_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Jeu 21 Fév 2019 - 17:33
Ain't no rest for the wicked.

Bien étudié, hein ? Chiaki hoche doucement la tête. La chirurgienne ne peut s’empêcher de travailler quelque chose au maximum, faire énormément de théorie avant de passer à la pratique. Ses connaissances, sur le papier, sont extrêmement étendues. Au fond, cela lui permet d’apprendre beaucoup plus vite lorsqu’il s’agit de tout retranscrire dans la réalité. Du coup … Peut-être qu’elle prend cette phrase comme un compliment. Elle ne sait pas. Ce qui suit instille le doute dans son esprit. Aimer ça … Ce n’est pas faux, Chiaki aime le combat au corps-à-corps, qui, pour elle, est le meilleur moyen de véritablement ressentir la hargne d’une bataille, mais … Ce n’est pas tout. Et ce n’est pas la seule raison qui l’a menée à se spécialiser dans ce style. Enfin, peu importe, au fond. C’est fait, c’est fait !

Son sourire s’élargit lorsque Sazuka lui dit de la tutoyer. Alors … Alors elle peut ? Elles en sont là ? Une forme de proximité un peu particulière, qui ne modifie pas vraiment leur relation de supérieure à subordonnée, mais efface tout de même une barrière qui les séparait. La brune hoche de nouveau la tête. Le tutoiement sera de rigueur aussi rapidement que possible. Pour l’heure, Chiaki se concentre sur les explications.

Le chakra médical est la clé de cette capacité. Il s’agit d’en insuffler une petite partie dans sa paume et de frapper avec. C’est tout le secret de la technique. La chirurgienne écoute avec une très grande attention. L’idée est de porter un coup, certes, mais ne pas se limiter à ça. Chiaki hoche la tête et en prend bonne note. Il faut que cela arrive en traître, aussi. Mettre des coups de paume « normaux », si tant est qu’il existe une norme dans ce cas, puis glisser un coup dans lequel le chakra est insufflé. À partir de là, l’adversaire, qui ne l’aura pas vu venir, se sentira exactement comme la brunette : perturbé. L’obstination dans les coups, qui dérivent sur la fin et agissent comme une véritable surprise. Un piège ? Plus ou moins.

La brune tend la main en avant, concentrée. Mettre des coups normaux, les enchaîner … Il s’agit de sa première piste. Elle se met en position et effectue une suite de coups, un peu comme dans les entraînements, lorsque les ninjas se battent contre un adversaire factice. Comment savoir quand porter le coup final ? Un, deux, trois, quatre … Chiaki décide que c’est le moment. Cinq. Elle insuffle le chakra dans sa main et porte un coup de paume. Nouvel hochement de tête.
« Je pense que c’est bon. »
La chirurgienne se tourne vers Sazuka, prête à lui montrer ce qu’elle pense avoir compris. Chiaki hésite un instant, puis s’élance sur sa supérieure. Elle met un premier coup, un deuxième. Au troisième, lorsque sa main impacte, la brune insuffle du chakra dans sa main et tente d’imiter la doctoresse. Toutes les questions arrivent dans son esprit lorsqu’elle termine sa démonstration : la quantité de chakra infusée est-elle bonne ? L’intention, dans le coup, suffit-elle ? Manque-t-il quelque chose ? Des questions auxquelles la demoiselle ne peut répondre sans informations supplémentaires de Sazuka.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne http://www.ascentofshinobi.com/u883

Ven 22 Fév 2019 - 15:11




C’était ainsi que je m’entraînais et que je m’étais toujours entrainée ; répétant inlassablement les mêmes gestes, les mêmes mouvements pour gommer toutes les imperfections, ne laisser aucune faille que pourrait un adversaire. Les erreurs n’étaient pas permises contre les Samouraïs, comme dans beaucoup d’autres situations impliquant de devoir se battre. Une méthode qui ne plaisait pas à tout le monde mais que la Sentetsu semblait s’être appropriée. Je l’observais donc s’exercer quelques minutes au bout desquelles elle estima que c’était le bon moment. Cela me semblait court, mais… je n’étais pas elle.

Comme je lui avais conseillé, elle m’attaqua ; mais je n’avais pas pensé qu’elle prendrait toute mon explication au pied de la lettre. Elle avait enchainé plusieurs coups basiques pour terminer par le fameux coup de paume qui a ma grande surprise ne m’infligea rien de plus qu’un fourmillement, par forcément agréable mais pas de quoi faire douter. C’était un échec, et fort heureusement, si nous étions ici, et elle en particulier, c’était justement pour pouvoir échouer, et apprendre. L’échec était plus que nécessaire dans la phase d’apprentissage, selon moi, pour savoir quelles erreurs ne pas reproduire ou simplement pour s’améliorer.

Me massant légèrement les endroits qu’avait touché la chirurgienne, je m’approchai d’elle.

-C’est… un bon début. Souris-je. Mais loin d’être suffisant. En tant que pratiquante de l’Iroujutsu, tu dois être capable de maîtriser ton chakra mieux que quiconque. Le concentrer dans un membre, c’est la base. Expliquais-je le plus simplement possible. Ici, dans cet endroit ; tu as le temps de te concentrer, de percevoir et savoir ce que tu veux faire avec ton chakra. Ne sois pas pressée. Plus tard, tu seras capable de donner ce coup sans y réfléchir, avant cela… Tu dois… prendre le temps.

J’arrivais à comprendre l’impatience des uns et des autres à vouloir maîtriser de nouvelles compétences, de nouvelles techniques… Mais ils oubliaient souvent que ces derniers avaient mis du temps à voir le jour. Ce coup de paume, ou n’importe quel autre de mes jutsu était le fruit d’une réflexion, d’une pratique, et d’échecs parfois « tragiques ». Et, face à moi, ces Kumojin n’avaient pas grand-chose à craindre, ni que je m’éclipse subitement sans avoir terminé cet enseignement, ni que je les brusque… Je savais à quel point apprendre pouvait être… fastidieux.




_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Lun 25 Fév 2019 - 23:00
Ain't no rest for the wicked.

D’échec en échec. D’abord, ne pas réussir à atteindre Sazuka dans un combat à mains nues est une première défaite. Ensuite, là, s’entraîner et ne pas parvenir à accomplir la technique qui l’a touchée plusieurs fois est une seconde déception. Chiaki a l’impression d’avancer à l’aveuglette, sans trop savoir où aller ni comment s’y prendre pour parvenir à faire aussi bien que sa supérieure hiérarchique. À vrai dire, si c’était si simple, Sazuka ne serait pas sa supérieure et tout serait bien plus simple, mais, quand même. Chiaki est plus ou moins attristée de voir le fossé qui les sépare. Néanmoins, la brune ne peut s’empêcher de se dire que c’est pour le mieux. Si la distance entre elles est aussi grande, ça veut sûrement dire que Sazuka pourra apprendre beaucoup de choses à la chirurgienne. Autrement dit, sa marge de progression lui paraît véritablement gigantesque …

La Genin décide de ne pas se laisser miner et de prendre les choses de ce point de vue. Sazuka lui est supérieure à tous les niveaux, mais c’est pour le mieux. Alors, quand la directrice de l’Institut lui dit de se concentrer et de recommencer, Chiaki hoche doucement la tête et se concentre de nouveau. Son premier coup n’était pas assez fort, probablement. La concentration de chakra ne devait pas suffire. Il lui faut faire plus. Tenter, encore et encore, jusqu’à ce que la technique soit efficace. Pour ça, il faut d’abord vider son esprit. Ne pas vouloir aller trop vite. Prendre son temps. Tout ira bien. Sazuka a raison, finalement. Ici, le temps lui est offert, pas comme dans une situation de combat. Là, elles sont là pour ça. La brune inspire profondément, puis expire. Elle se remet en position.

Premier coup, deuxième coup, troisième coup. Le quatrième coup est infusé de chakra. Chiaki réfléchit. Non. Cette manière de faire ne lui convient pas. Il y a quelque chose en trop, ou quelque chose d’insuffisant. Cette méthode ne lui convient pas. La chirurgienne décide de faire autrement. Plutôt que de faire un enchaînement, d’abord, la voilà qui concentre directement le chakra dans sa main et travaille cette première partie. Si le coup de grâce est maîtrisé, les autres le seront aussi, naturellement. Il lui faut donc s’atteler à cette tâche.

Chiaki ferme les yeux et inspire profondément. Elle visualise le trajet de son chakra médical jusqu’à sa main. Épaule, bras, avant-bras, main … La route est simple, mais il faut parvenir à y arriver sans encombre. Pas de perte, pas d’erreur. La brune se concentre toujours davantage. Jusqu’à la main … Elle ouvre les yeux et frappe dans le vide. Jusque-là, cela lui paraît bien. Elle a réussi à mener le chakra au bout de sa trajectoire … Maintenant, est-il arrivé au bout en bonne et due forme ? Avec toute sa puissance ?

Chiaki se dit qu’il faut réessayer. Une fois, puis deux. Le coup lui paraît s’améliorer. Peut-être que ça ira, maintenant ? La brune se tourne vers Sazuka.
« Je vais tenter une première fois sans enchaînement. Je pense que le plus important est de maîtriser le coup de paume. Si c’est bon, je recommencerais, en intégrant l’enchaînement. »
Elle soupire doucement, nerveuse. Tout ira bien, tout ira bien. La chirurgienne revient vers sa supérieure hiérarchique et se met en position, puis elle envoie son coup. Tenter le tout pour le tout … Et y croire au maximum. Une détermination sans faille apporte-t-elle toujours des résultats concluants ? Chiaki ne va pas tarder à le savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne http://www.ascentofshinobi.com/u883

Mer 27 Fév 2019 - 22:31




Je ne comprenais pas pourquoi elle s’obstinait à me parler d’enchaînement, ce n’était pas une nécessité, et ce coup était plutôt indépendant des autres. Mais si cela l’aidait, au pire, que pouvais-je y faire ? Elle avait donc suivi mes conseils et profitait du temps que nous avions à disposition pour améliorer son approche de ce coup de paume. La maîtrise du chakra était la clef de son fonctionnement et surtout de son efficacité, de sa réussite. Après de longues minutes d’intense concentration, se focalisant finalement sur l’unique coup qui nous intéressait ; Chiaki pensa être une nouvelle fois prête.

D’un geste de la tête j’avais acquiescé, l’autorisant donc à poursuivre et, comme la fois précédente, à s’essayer sur moi. Le coup vint, et cette fois-ci je ressentis un peu plus quelques picotements. Une douleur qui n’avait rien d’insoutenable mais qui avait engourdie et endolorie mon épaule suffisamment pour que je ne parvienne pas à lever le bras. Le visage d’abord animé d’un rictus sans doute lié au « désagréable » de ce coup de paume que je subissais pour la première fois, j’esquissai finalement un léger sourire.

-C’est mieux ! M’exclamais-je d’une voix forcée par la sensation qui continuait d’hanter mon épaule. Je savais que les effets du chakra de la jeune femme finiraient par s’estomper d’eux, tout comme la douleur. Je n’avais qu’à attendre, et heureusement nous avions du temps. Je ne pensais pas que c’était aussi désagréable. Rigolais-je cette fois en me massant l’épaule. En fait, l’épaule, c’était très bien ; je n’avais pas envie de connaître ce qu’avaient pu ressentir mes adversaires, ou victimes…

A priori elle n’était pas loin d’avoir bien compris la répartition du chakra, sa concentration, et le reste. Mais finalement, je n’aimais pas vraiment servir de cobaye, c’était encore une de mes grandes idées, pour expérimenter. Alors, je devais trouver un autre moyen de lui permettre de tester son coup. Mais serait-il juste de demander à un autre scientifique d’endurer ces fameux coups de paume ?

-Pas besoin d’essayer avec un enchaînement, c’est déjà… mieux, oui. On va trouver autre chose… pour t’entraîner, que mon corps… Ok ? Mais quoi, c’était la question. Enfin… Continues comme ça, visualises bien ton chakra… Ta dernière « concentration » était… très proche de la perfection.




_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 3 Mar 2019 - 3:05

Ain't no rest for the wicked.


Avancer, c’est prendre le risque d’échouer et recommencer, jusqu’à réussir. Chiaki donne son maximum pour parvenir à ce résultat positif, final, qu’elle attend plus que jamais. Pour tout être humain, ce parcours est long et semé d’embûches. Souvent, l’abandon est plus simple, plus rapide et parfois plus « efficace ». Se débarrasser de quelque chose de gênant est plus facile que de persévérer pour améliorer, jusqu’à atteindre la perfection. Mais la chirurgienne n’est pas de ces gens ! Même si ce n’est pas encore totalement réussi, Sazuka lui a dit que c’était mieux ! C’est un petit pas vers le succès ! Petit, mais quand même !

La brune, plutôt réjouie de cette avancée, écoute sa supérieure avec une grande attention. Pas besoin d’enchaînement, apparemment. Juste un simple coup, comme ça, suffira amplement. Chiaki opine du chef et prend bonne note. Oui, l’Ikeda a raison, finalement. Autant aller au plus simple. Un coup avec la bonne répartition de chakra et le tour est joué. Il suffit juste de trouver le bon moment pour cela. Sazuka lui indique finalement qu’elles vont aller chercher quelqu’un ou quelque chose d’autre pour pratiquer cette technique. La chirurgienne penche doucement la tête. Elle comprend bien que ce ne soit pas agréable. Être le cobaye d’une capacité telle que celle-ci est … particulier, c’est certain. Mais qui ? La question se pose très rapidement. Qui accepterait d’encaisser ça ? À part quelqu’un de franchement masochiste, Chiaki ne voit pas.

La dernière intervention de la directrice met la chirurgienne dans un état de joie avancé. Un sourire étire largement son visage. Proche de la perfection ! Sazuka vient de la complimenter ! Décidément, plus ça va et plus … Plus, wow. Ça devient incroyable, ici. Chiaki hoche la tête, joyeuse.

« Merci ! »

Enfin, c’est bien beau, tout ça, d’être si près du but, mais … Maintenant, elles vont tester ça où ? Sur qui ? Dans quel cadre ? Parce que, s’arrêter maintenant … Ce serait frustrant, tout de même. Chiaki croise les bras sur ses hanches.

« Je veux bien tester ailleurs, mais où ? Avec qui ? Je doute que les scientifiques de l’institut acceptent qu’on leur tape dessus … Gratuitement ou non, d’ailleurs. Et puis, entre nous, la directrice et la bleue de l’établissement qui viennent leur demander de se prêter à une ‘expérience’ de ce type … »

La chirurgienne lâche un petit rire, amusé et nerveux à la fois. Une drôle de sensation.

« Enfin, tes ordres font mes actes, alors, je te suis. »

Chiaki hausse les épaules. Ça ne peut pas être si dramatique … Si ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne http://www.ascentofshinobi.com/u883

Lun 4 Mar 2019 - 18:42




C’était donc la grande question, qui allait bien vouloir accepter de se prendre des coups ? Je ne pouvais obliger personne, ce n’était ni dans mon caractère –à priori- ni vraiment de ma fonction ; solliciter les uns et les autres concernant des recherches, ou le travail « normal » de l’institut ou du complexe m’était possible ; mais obliger une personne à souffrir ; non, il fallait que ce soit sur la base du volontariat. J’observais donc un instant la chirurgienne, réfléchissant à qui pourrait bien vouloir se « sacrifier ». J’aurais pu prendre sur moi, subir et me soigner en cas de nécessité ; mais… je n’avais simplement pas envie de ressentir une douleur qui ne m’était pas nécessaire…

-Je sais ! M’exclamais-je avec un léger sourire. Je connais la personne qui acceptera, pour le bien de la science. Une personne assez connue dans Kumo, pour sa force et sa vantardise à ce sujet. Tu connais… Kizuato Daisuke ? C’était clairement le meilleur candidat pour cette « expérience », cela-dit… Hum… Je le ferai venir demain, au terrain d’entraînement, à l’Est du village. Continuais-je rapidement. Daisuke était un homme très occupé malgré qu’il ne fut plus chef de la police ni même conseiller auprès de la Raïkage. C’était… un jeune « retraité » qui rendait de temps à autre de menus services, comme lorsque j’avais développé et dû tester de nouveaux médicaments… Bien, donc on va s’arrêter ici pour aujourd’hui. Trouves un moment pour t’entraîner, et demain, tu devrais être en mesure de maîtriser ce jutsu. Souris-je à la jeune femme en prenant la direction de la sortie. Donc demain, début d’après-midi. Lui lançais-je en lui adressant un léger sourire et quittant finalement la salle blanche.

Le lendemain matin…

Levée aux aurores comme d’habitude, je m’étais fixée pour cette nouvelle journée un objectif bien particulier, celui de trouver l’ancien chef de la police et le convaincre de servir de cobaye. Je savais par avance qu’il serait d’accord, il avait une fierté et un orgueil très prononcés qui le poussaient à accepter toutes sortes de défis. Ce ninja émérite était d’une résistance particulièrement impressionnante, un colosse en armure de samouraï, qui n’en était pas un. Le seul défaut que je lui avais trouvé lors de notre première rencontre était son sexe. Aussi vaillant et « fort » était-il, il ne restait au final qu’un homme…

Le trouver ne fut pas non plus la tâche la plus difficile dont je dû m’acquitter. Même s’il aimait exhiber ses muscles, cet homme préférait s’entraîner à l’abri des regards ; et privilégiait donc un terrain d’entraînement tout particulier aux abords du village, un peu plus haut dans la montagne. Ce qui fut donc le plus ardu, fut de gravir les pentes qui y menaient, mais une fois fait, la récompense se trouvait au bout et était à la mesure de mes attentes. Le géant en armure était là, concentré, répétant dans le vide avec une grande vitesse le même mouvement. Toussotant pour manifester ma présence, il se retourna.

-Ah, Directrice. Que me voulez-vous ? Encore une de vos idées bizarres ? Lança-t-il de sa voix rauque.
-Bonjour Kizuato-sama. Non, aucune idée bizarre. Répondis-je un peu surprise, je n’avais jamais eu d’idées bizarres par le passé… Mais j’aurais besoin de vos services.
-Ho ! Non, je suis occupé, trouvez-vous quelqu’un d’autre. Dit-il en détourant le regard et reprenant son entrânement.
-D’accord. Répondis-je en rebroussant chemin, puis, je fis volte-face. Mais, je comprends que vous ayez peur. Lui lançais-je avec tout mon sérieux.
-Peu ?! Rien ne me fait peur. De quoi parles-tu ?!
-Nous devions tester des techniques de combat rapproché, mais… si vous pensez que je vous en demande trop…

Un léger silence s’installa alors que Kumojin se tourna vers moi, l’air pensif, son petit sourire narquois sur les lèvres.

-Taijutsu ? Fallait le dire gamine. Où, et quand ?

Plusieurs heures après, au terrain d’entraînement Est, sous un soleil chaud et radieux.

Comme souvent, je fus la première arrivée. En ce début d’après-midi, le terrain était désert, sans doute les ninjas de Kumo étaient-ils occupés à digérer leur repas du midi, ou à d’autres choses… Mais, peu après, je vis Daisuke arriver, il était immanquable. Il s’était approché de moi et observa les alentours avant de s’esclaffer.

-T’as bien dit « nous » ? Alors, ils sont où les autres ?
-Elle arrive, elle arrive. L’assurais-je.




_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mer 6 Mar 2019 - 1:59

Ain't no rest for the wicked.


Trouver un cobaye doit être la tâche la plus ardue pour un scientifique. Si les animaux sont les plus discrets, ils ne sont pas non plus des êtres dénués de toute sensation. Chiaki ne peut pas, sciemment, condamner un animal ou lui faire subir bien des souffrances seulement parce qu’il est un animal et qu’il ne peut pas se défendre. Les souris de laboratoire sont une bien triste nécessité à ses yeux … Mais une nécessité est une nécessité, on ne peut pas s’en défaire aussi simplement. Néanmoins, Sazuka semble avoir la réponse à leur question. Une personne qui accepterait de se prêter au jeu, de se prendre une claque. Un nom qui ne fait sonner aucune cloche dans l’esprit de la demoiselle. Kizuato Daisuke, Kizuato Daisuke, Kizuato Daisuke … Non, rien. Peut-être une personne émérite, qui a eu son importance au village, mais n’est pas parvenue à se faire un chemin dans la mémoire d’une chirurgienne trop enfermée dans ses études de médecine. Quoi qu’il en soit, cet homme acceptera de leur servir de mannequin, selon Sazuka, alors … Pourquoi pas ? Ce sera l’occasion pour la chirurgienne d’apprendre à le connaître, après tout ! La rencontre aura lieu le lendemain, dans l’après-midi, au terrain d’entraînement à l’Est du village. Chiaki en prend bonne note. Elle opine du chef. Sazuka lui conseille de travailler et, une fois leur rencontre de demain terminée, le jutsu sera acquis. Une réjouissance si proche et pourtant si loin. Un sourire radieux passe sur les lèvres de la chirurgienne.

« D’accord ! Demain, au terrain à l’Est, dans l’après-midi ! Je serai là. »

Lorsque sa supérieure quitte la salle blanche, la demoiselle décide d’y rester pour s’entraîner encore un peu à cette fameuse technique. La concentration de chakra vital dans la main, qui est relâchée à l’impact pour troubler le membre impacté … Juste ça, juste ça. Ce n’est pas compliqué, sur le papier. Mais la brune aimerait être véritablement prête pour demain, alors elle continue et persévère ainsi pendant encore une bonne heure, voire deux. À vrai dire, Chiaki ne les voit pas passer. Lorsqu’elle est satisfaite, la chirurgienne quitte l’Institut et se rend directement chez elle. Demain est un nouveau jour, placé sous le signe de la réussite … Il ne faudrait pas manquer ça !

[…]

Le terrain d’entraînement de l’Est. Deux personnes. Sazuka, une silhouette qu’elle commence à connaître, puis une autre. Une silhouette bourrue, typiquement masculine. Celle d’un homme fort, bien fait, avec un air un peu terrifiant. La chirurgienne fait confiance à sa supérieure, ce type ne peut pas être une mauvaise personne. Bon. Rien n’est sûr quand aux bienfaits d’attribuer sa confiance à Sazuka, mais ça, c’est une autre histoire. Chiaki s’avance tranquillement jusqu’aux deux êtres et les salue poliment, d’une courbette.

« Bonjour ! »

Un sourire malicieux étire ses lèvres. Une bêtise va fuser, incontrôlable … Parce que la Sentetsu ne retient pas les blagues, jamais. Même les pires. Même celles qui peuvent lui coûter une bagarre – surtout celles qui peuvent lui coûter une bagarre, en fait.

« Je suis Chiaki ! Apparemment, vous êtes … Kizuato Daisuke ? Une personne assez gentille pour accepter de nous servir de cobaye ? »

Gentille ou masochiste … Chiaki ne saurait le dire. Mais cette personne aura toute son utilité, aujourd’hui. L’accomplissement de son apprentissage est proche, si proche …

« J’imagine que cela vous convient si je donne mon maximum pour mener ma technique à bien ? »

On ne sait jamais, après tout ! Mais en toute logique, le colosse doit s’attendre à ce qu’elle ne lésine sur aucun moyen. Au fond, la chirurgienne l’espère. Une telle carrure, une telle prestance se doit d’avoir autre chose que des petits muscles. De la force, de la vraie force … Pour un véritable entraînement. Sazuka a vraiment de très bonnes idées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne http://www.ascentofshinobi.com/u883

Ven 8 Mar 2019 - 15:07




La Sentetsu ne tarda pas à nous rejoindre –heureusement car Daisuke était un homme plutôt hyperactif, assez difficile à maintenir en place-, et se présenta en bonne et due forme au Kizuato. Celui-ci lui rendit la politesse, ce qui était plutôt étonnant d’ailleurs…

-Ouais fais donc ça gamine. Dit-il en s’éloignant de quelques pas. Comme la première fois que je l’avais rencontré dans un cadre à peu près similaire, il prit son temps pour défaire son armure et apparaître torse-nu. Je ne comprenais toujours pas pourquoi il faisait ça… Etait-ce pour rendre les « essais » plus efficaces ou alors pour exhiber sa musculature parfaite ? Sans cet homme avait-il quelque chose à se prouver ; ou alors tentait-il une quelconque parade pour séduire Chiaki. Non, franchement, cet homme demeurait un mystère à mes yeux…

Je soupirai alors qu’il s’était retourné vers nous ses muscles tous saillant. Ne manquait plus que l’huile… Enfin, il semblait donc prêt à recevoir des coups ; ses muscles allaient servir à quelque chose d’utile, pour une fois... quoique...

-Je sais que vous n’êtes pas… très sensible, Daisuke ; mais les coups que va vous porter Chiaki risquent de vous faire mal, je préfère vous prévenir. Haussais-je les épaules en le fixant. Il n’allait pas recevoir un vulgaire coup venant d’une simple jeunette, mais une frappe spécialisée visant l’intérieur du corps ; le genre que ses muscles ne suffiraient pas contenir. J’étais donc impatiente de voir sa réaction… Bien, tu peux y aller Chiaki.
-Et donne tout ce que tu as ! Les petites scientifiques ne sont pas réputées pour leur force, de toute façon !

Ah! C'était exactement ce genre de phrase que j'attendais de sa part. La provocation et le dénigrement. Cela me rassurait...




_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois


Dernière édition par Ikeda Sazuka le Ven 15 Mar 2019 - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Ven 15 Mar 2019 - 17:45

Ain't no rest for the wicked.


Cet homme est un animal. Il semble penser par sa propre force, ne pas réfléchir autrement qu’avec ses muscles. Une sorte de gros monstre à la testostérone trop élevée. Chiaki soupire. Il y en a, des comme ça. Des êtres qui exhibent tout et pensent que cela suffira à les rendre meilleurs, plus forts. Ça n’a aucun sens. Mais, au fond, la chirurgienne trouve ça plutôt bien. Parce que maintenant, elle n’a plus qu’à jouer sur cette grosse force que l’homme se plaît à vanter pour lui mettre droit dans les dents. Blesser son ego et s’assurer de parvenir à la réussite de son propre apprentissage. Oh, oui. Il y a un bon filon, ici. Quelque chose de vraiment intéressant. Chiaki sourit. Une scientifique, peu de force … Ouais. La provocation l’enhardit et lui donne encore plus envie de réussir. Il va voir ce qu’une petite scientifique peut faire.

La brune se met en place, toujours aussi souriante. À force, il va se douter que quelque chose se trame et qu’il n’y a pas qu’un petit corps de haricot sous cette carapace. Non … Il y a une médecin combattante, qui apprend à manier son chakra pour causer plus que de simples dégâts idiots. Chiaki se concentre, puis vient à sa rencontre. Pas de peur, pas de peur. Il est volontaire. Quelqu’un de présent pour se prendre des coups. Alors … Alors il faut lui mettre des coups, pour lui faire honneur !

Arrivée à sa hauteur, Chiaki inspire profondément. Son sourire s’efface. Où frapper ? Sur les muscles saillants ? Après tout, pourquoi pas ? Ils sont là, ils la regardent … Ils l’appellent. Chiaki sent les hurlements de ces membres qui ne demandent qu’à se faire frapper, qu’à rencontrer la puissance du ninja médecin. Ouais, les muscles. Au milieu, là, sur le bas de la cage thoracique. Comme ça, les organes vont le sentir, mais aussi tout le reste … Oh ouais, c’est la meilleure idée. Chiaki cogne, relâche tout le chakra impulsé. Impact. Son sourire grandit encore. Elle recule.

« J’espère avoir un peu plus de force, pour une scientifique … »

Un espoir ? Plutôt un fait, caché par une grande, très grande malice. Il ne faut pas sous-estimer les femmes, certes, mais sous-estimer les scientifiques, c’est encore pire. Alors, forcément, quand Chiaki est les deux à la fois … En théorie, la technique a porté ses fruits, plus qu’à attendre la réaction de l’homme, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne http://www.ascentofshinobi.com/u883

Ain't no rest for the wicked. [Sazuka]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Complexe scientifique
Sauter vers: