Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» [Mission libre rang D]Explosions, argile... Chôkoku ?
The swan and the duck EmptyAujourd'hui à 16:47 par Chôkoku Jurôjin

» Deux pour le prix d'un ! [Solo/Kuchy - En cours]
The swan and the duck EmptyAujourd'hui à 16:44 par Saiha Anshin

» Absence (titre original)
The swan and the duck EmptyAujourd'hui à 16:36 par Joo Jun

» [Mission Libre | rang B | IWA] Voyage Funèbre à Valicca
The swan and the duck EmptyAujourd'hui à 16:10 par Borukan Muramasa

» Clair de Lune [I. Sazuka]
The swan and the duck EmptyAujourd'hui à 16:01 par Ikeda Sazuka

» little friend (Zoku)
The swan and the duck EmptyAujourd'hui à 16:00 par Kaguya Kai

» broken memories (Aditya)
The swan and the duck EmptyAujourd'hui à 14:57 par Kaguya Kai

» [A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES
The swan and the duck EmptyAujourd'hui à 14:31 par Yuki Kaya

» Hommes et bêtes
The swan and the duck EmptyAujourd'hui à 14:15 par Yasei Zoku

» Retour dans le passé [solo]
The swan and the duck EmptyAujourd'hui à 13:26 par Konran Tenzin

Partagez

The swan and the duck


The swan and the duck Empty
Ven 16 Nov 2018 - 12:49
[D'ICI]

Vingt-deux heures moins treize. C’était la énième fois que tu levais la tête vers l’horloge accroché au fond du bar alors que tu étais installée sur un des tabourets qui longeaient le comptoir.

>> Un rendez-vous galant ? Te balances le propriétaire du lieu tout en poursuivant ses tâches de l’autre côté du bar.
>> On peut dire ça comme ça mais je doute que le prince charmant va se pointer.
>> Ça serait fort dommage pour lui car c’est bien la première fois que je vois princesse Yamiko si impatiente d’attendre quelqu’un.

En effet, tu étais impatiente mais pas pour revoir le prince charmant mais plutôt que vingt-deux heures ne tombent afin de savoir si celui-ci aurait assez d’audace pour te rejoindre à cet endroit si malfamé où tu lui avais donné rendez-vous. Un défi si facile à relever pour le commun des mortels mais pas pour lui qui était d'une noble lignée. Fréquenter un endroit tel que Chez Chikamaru pourrait bien ternir la réputation du Noble.

« Chez Chikamaru » était le repère des scélérats de Kumo. Des gens peu recommandables préféraient fréquenter ce lieu plutôt qu’un autre car le propriétaire de l’établissement les laissait commettre certains excès tant que cela n’allait pas trop loin pour alerter la Police du Village et que les coupables remboursaient les casses. Chikamaru lui-même était un ancien de la pègre qui s’était rangé sans pour autant déserter complètement le monde qui l’avait façonné. C’était à présent un vieil homme qui attendait patiemment que son heure ne vienne en s’occupant de son établissement. Il n’avait ni compagne, ni enfant mais il considérait les habitués de son établissement comme sa famille. Ne s’intéressant aucunement à tes semblables tu ne lui avais jamais demandé de te conter son histoire mais tu avais ouïe dire que c’était orphelin qui avait mal tourné. Histoire bien classique en somme. Il avait fait maintes fois de la prison par le passé avant de décider de prendre en main sa vie et le bougre avait plutôt bien réussi. Malgré son âge bien avancé, il avait encore toute sa tête et ce malgré tous les produits nocifs dont il ne se privait pas depuis sa jeunesse jusqu’à aujourd’hui.

Tu trouvais les vieux bien ennuyeux mais pas Chikamaru. Sans doute parce qu’il était issu du même milieu que toi et que jamais il n’avait cherché à te faire des leçons même si, tel un être plus expérimenté, il lui arrivait de te prodiguer des conseils. Si tu avais fait de cet endroit ton refuge du soir, c’était surtout parce que tu appréciais la compagnie du vieil homme qui pour une raison que tu ne cherchais pas à comprendre semblait beaucoup t’apprécier. Tu venais souvent ici bien que tu ne fusses pas particulièrement attirée par l’alcool. D’ailleurs rares sont les fois où tu repartais d’ici ivre.

>> Tu ne veux toujours rien à boire ?
>> Non, pas avant vingt-deux heures, fais-tu tout en jetant de nouveau un coup d’œil à l’horloge.
>> Je suis curieux de savoir à quoi il ressemble ce prince charmant.
>> Je peux vous dire qu’il ne ressemble pas à ceux-là.

Tu désignes du regard des ratés de la société attablés un peu plus loin. Il était encore tôt mais ils étaient déjà bien saouls et ils n’étaient pas les seuls …

_________________
The swan and the duck 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

The swan and the duck Empty
Jeu 22 Nov 2018 - 11:38
L’entrainement terminé, je me dirige vers la demeure familiale pour me poser en attendant la soirée. La journée fut très différente de ce que j’avais imaginé, très enrichissante aussi. Celui qui autrefois écoutait ses maîtres pour intégrer leurs connaissances s’affaire désormais à transmettre les siennes. Je comprends également mieux ce que l’on peut ressentir, en tant que professeur, lorsque son élève travaille si ardemment pour réussir. Une fierté, tant pour soi que pour la personne. Une envie de l’aider, de la soutenir, d’y arriver ensemble. Le soleil se décroche de son piédestal pour rejoindre la terre et le bleu se décompose progressivement en une infinité de rouge, orange et rose. Je descends du terrain du domaine clannique pour m’engager dans les ruelles du quartier. Là, l’activité y est bouillonnante. Les gens finissent leur travail et profite de ce temps pour se promener, manger ou effectuer des achats. Profiter, tout simplement. Profiter n’est pas quelque chose dont je suis habitué, pas ainsi tout du moins. Bien que j’apprécie la compagnie des gens, j’ai pour habitude de me retrouver seul pour lire ou me cultiver. Un rat de bibliothèque… dont l’apparence, bien trompeuse, n’en laisse rien paraître. Mais l’apparence est tout dans mon monde. J’ai appris à revêtir ce masque et ces vêtements, tel un second visage et une seconde peau. Mais ces mêmes personnes, qui s’affairent dans les rues et se touchent toutes entre elles prennent grand soin de ne pas faire de même avec moi, comme si un mur nous séparait. Ce mur est agréable, vu que je n’aime guère les contacts inutiles, mais il est aussi… lassant. Rares sont ceux qui ne mettent pas d’eux même un mur entre nous, afin de ne pas me vexer ou paraître impoli. Afin de ne prendre aucun risque. Metaru et noble à la fois, je représente un grand danger potentiel. Or ceux qui me connaissent bien savent qu’il est très difficile de me vexer, tant je peux accepter les avis et comportements divergents. Un étranger parmi les Metaru, comme l’ont autrefois dit les miens. Jamais en face, toujours à visage caché. Mais les expressions, les rires et les remarques parlent d’elles-mêmes. En ce sens, je peux comprendre de bien des manières Yamiko et apprécier d’autant plus sa compagnie. Ses provocations, ses défis, sa vulgarité. Elle qui se moque de la différence de statut, d’argent, de pouvoir. Le fait qu’elle m’est vouvoyé est témoin du respect que j’ai réussi à gagner. Mais le chemin reste long.

Arrivé au niveau de la demeure familiale, la porte du domaine s’ouvre devant moi. Hanae, qui a sûrement dû me voir arriver, me salue poliment, salue que je lui rends aussitôt.


« – Bonjour Hanae, comment allez-vous ?
Bien Monsieur, merci de vous en inquiétez. Et vous ? Votre entrainement s’est-il bien passé ?
Oui, très bien. Mon père est-il rentré ?
Pas encore, il rentra certainement tard ce soir, mais votre mère est présente.
Bien. Dîtes leur que je ne mangerai pas là ce soir.
Bien Monsieur.
Et sauriez-vous où se trouve le bar ou restaurant « Chez Chikamaru ? » ?
Ce n’est pas un bar pour vous monsieur, il se trouve dans un quartier malfamé du village. Si c’est là que vous comptez aller, il serait dangereux de vous y aventurer.
Je sais me défendre, mais je vous remercie pour votre inquiétude. Cependant, puisque vous savez cela, ne dites rien de cela à personne. Est-ce bien compris ?
Oui Monsieur. »


Une réponse hésitante, faite sous la contrainte d’un ordre qu’elle ne peut refuser. Mais ma vie ne concerne aucunement père ou mère, qui ne se gêneraient pas non plus de faire la même remarque qu’Hanae. Notre rendez-vous se fera donc parmi les criminels et ratés du village. Un lieu qui ne m’étonne aucunement de la part de Yamiko, tant elle connaît bien cette première catégorie de personne. Se trouver là-bas après le service militaire est comme rentrer chez elle après le travail. Pour sûr ma présence se fera remarquer, mais je ne pense pas qu’ils oseront quoi que ce soit. Se risquer à attaquer un Metaru leur vaudrait une guerre contre le clan le plus puissant du village, même du pays. Criminels mais pas sots.

_____________________________________

L’heure approchant, je sors de la bâtisse puis me dirige vers le lieu de rendez-vous. Arrivé dans la rue, je me dirige vers ce qui sera une découverte pour moi, puisque je ne suis jamais allé dans ces quartiers, bien que je sois déjà allé dans des quartiers pauvres du village. Aurai-je du prendre un garde ? Pour se faire encore plus remarquer s’aurait été une brillante idée. Ces personnes suivent la loi du plus fort, une loi que, en dépit des apparences, je connais parfaitement. C’est la loi que nous suivons tous au sein du clan. Tous ceux qui ont osé se frotter à Madame Reiko sont morts ou paralysés. Un cas extrême que notre Raikage et chef de clan, mais un cas qui n’est pas une exception. Devrai-je montrer mon Katana ? Cela serait un signe que je crains leur réaction, un signe de défi également. Je vais simplement rester moi, et chasser du regard tous ceux qui oseraient me défier. Si cela ne suffit pas, alors je leur montrerai ce que cela veut dire que de défier un Metaru.

L’ambiance évolue au fur et à mesure que mes pas me rapprochent de l’échoppe. Les grandes demeures ont tout d’abord laissé place aux petites bâtisses de la ville, puis aux immeubles plus pauvres et maintenant à ceux délabrés. Les regards tout d’abord absents se sont fait plus curieux puis enfin provocateurs. Des regards que je ne gêne pas de défier. Vêtu de ma tenue de noble du clan, je montre ouvertement par le blason mes origines, un message que tous ici comprendront certainement. Les rues s’enchaînent, toutes plus exotiques les unes que les autres, jusqu'à ce que j'arrive devant une échoppe dans un état un peu moins calamiteux. Une pancarte en bois indiquant « Chez Chikamaru » confirme que je suis à la bonne adresse. J’entre aussitôt puis, remarquant que la jeune femme se tient sur le bar, pars la rejoindre sans un mot. Tous les regards sont rivés vers moi, des regards que j’ignore pour me fixer sur le sien.


« Bonsoir Yamiko, voilà donc une adresse qui te sied parfaitement. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

The swan and the duck Empty
Mer 28 Nov 2018 - 7:00
Alors que le Noble pénètre l’enceinte de l’établissement, Chikamaru revient vers toi.

>> Ne me dis pas que c’est lui le prince charmant ?
>> Pourquoi pas ?
>> Je ne t’aurais pas cru capable d’avoir de l’attirance pour un homme avec un balai coincé dans le derrière.
>> Justement, c’est très amusant de retirer le balai.
>> Ha ! … Je vois.
>> Non, tu ne vois rien du tout le Vieux. Il n’y a rien entre moi et cet homme.

En effet, pour toi ce rendez-vous n’était rien d’autre d’un stupide défi de ta part. Jamais tu n’aurais pensé que Kenshin se pointerait. Finalement, il se révélait en avoir assez sous son hakama pour oser poser les pieds à cet endroit qui n’était point fait pour une personne de son statut.

Tu ne lui accordes la moindre attention alors qu’il s’avance vers toi. Tous les regards, hormis le tien, étaient rivés sur lui. Les habitués se demandaient certainement ce que le Metaru était venu faire dans leur repère. Aucun n’ose cependant venir lui poser la question. Ils devaient savoir qu’il valait mieux éviter de se frotter à cet homme qui, contrairement à eux, était issu d’une noble famille respectée et crainte à la fois. Sans compter que celui-ci était un shinobi et pas un simple genin.

Toi aussi, tu étais une ressortissante du clan de Kenshin mais contrairement aux autres membres de celui-ci, tu n’avais pas grandi au sein du caste privilégié. Ton éducation n’avait rien de comparable à celle des autres Metaru. Tu n’étais pas un être bien éduqué mais plutôt un produit de la pègre. Une différence que Kenshin soulève d’ailleurs dans ses propos alors qu’il venait juste de s’installer à tes côtés.

>> Qui me sied, hein ? … Suis-je donc aussi pitoyable que cet endroit ?

Chikamaru ne tique même en t’entendant rabaissé son établissement car il savait pertinemment que tu ne pensais pas réellement à ce que tu disais. Le vieil homme te connaissait assez bien à présent pour savoir que tu étais du genre à lâcher des âneries volontairement dans l’unique but de chercher à provoquer. Le gérant se contente de déposer un récipient rempli de saké et deux verres devant vous avant de s’en aller s’occuper des autres clients.

Tu verses de l’alcool de riz dans l’un des verres que tu pousses ensuite devant Kenshin avant de te servir.

>> A votre santé ! Fais-tu tout en levant ton verre en direction du Noble avant de le vider d’une traite.

Aussitôt tu te ressers mais tu ne bois pas immédiatement.

>> Je peux savoir ce qui vous a motivé à venir ?

Oui, tu étais curieuse de savoir la raison qui avait poussé le Metaru à risquer sa réputation en se rendant à cet endroit dont la fréquentation pourrait très bien ternir son image …

_________________
The swan and the duck 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

The swan and the duck Empty
Mar 4 Déc 2018 - 17:01
« Pitoyable n’est pas le terme que j’aurai employé, hors des sentiers battus plutôt. »

Ce n’est pas le terme le plus percutant que j’aurai pu trouver, mais mieux vaut ça que rien. Pour autant, je trouve bel et bien cet endroit pitoyable mais Yamiko, elle, ne l’est aucunement. Me voilà donc sur son territoire, un territoire où je me trouve pour la première fois. Une terra incognita parsemée de danger, bien qu’aucun ne sera sûrement assez fou pour s’attaquer à un Metaru. Le gérant ne semble pas perturbé par la petite pique de sa cliente. Se connaissent-ils ? Leurs messes basses à mon arrivée semblent aller en ce sens. Je m’assois aux côtés de Yamiko puis saisit le verre d’alcool de riz que le gérant vient de remplir, accompagnée par celui destinée à la jeune femme.

« A votre santé. »

Un sourire en coin, je vide mon verre d’une traite puis le remplit une fois que Yamiko eut fait de même. L’alcool me prend à la bouche, puis s’écoule rapidement dans ma gorge. Je tords légèrement le visage, tant par la puissance de ce dernier que par son goût savoureux. La question de ma venue se pose en premier, ouvrant ainsi le bal de cette soirée. S’attendait-elle donc à ce point que je ne vienne pas ?

« C’est pourtant simple. Je n’ai pas refusé ton invitation, c’est donc que je l’ai accepté. »

Ceci me paraissait être une évidence, mais j’oublie trop souvent que nous venons de deux mondes bien différents. A y réfléchir, bon nombre de nobles n’agissent pas non plus ainsi. Il ne s’agit donc que de moi et de mes manières, parfois imperméables aux autres.

« Et toi ? Pourquoi m’avoir invité ? Etait-ce par amusement ? Dans le but de me provoquer ? De voir si j’en étais capable ? Ou de réellement fêter la réussite de ce jour ? »

Peut-être au fond est-ce un peu de tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

The swan and the duck Empty
Jeu 13 Déc 2018 - 12:34
>> Ou parce que j’avais envie de vous inviter, tout simplement.

Mensonge. En vérité, le Metaru avait raison. Outre sa dernière proposition, il était dans le vrai. Tu l’avais invité pour l’amusement, la provocation en plus de voir s’il avait assez de cran pour venir te retrouver en ce lieu bien miteux.

Tu prends le temps de descendre tranquillement deux verres de saké puis de te resservir. Tu laisses cependant le verre de nouveau plein sur le comptoir avant de te retourner vers Kenshin, plongeant ton regard violacé où dansait une certaine lueur de provocation dans celui de l’homme aux longs cheveux noir de jais.

>> Et si je vous ai invité pour une mauvaise intention, que comptez-vous faire ?

Savoir ce que le Metaru ferait s’il apprenait ta véritable intention ne t’aurait pas intéressé habituellement mais étrangement ton être semblait vouloir connaître un peu mieux cet homme qui semblait être ton opposé en tout point. Toi-même, tu avais du mal à croire que vous appartenez au même clan tant vous étiez comme le soleil et la lune. Vos différences te plongent soudain dans une réflexion qui jusque-là ne t’avait jamais frôlé l’esprit. Vous les Métaru étiez-vous tous liés par le sang ? Ou bien le seul lien qui vous unissez était votre capacité à maîtriser le métal ? Une question qui mériterait probablement une réponse mais que tu jugeais sans importance que tu ne daignes même pas la poser à Kenshin. Tu savais pourtant que cet homme était certainement en mesure de t’apporter une réponse. Après tout, c’était un Metaru « pure souche » et un homme cultivé. Il devait savoir toute l’histoire de votre clan. Tu ne serais même pas étonnée d’apprendre qu’il connaissait l’identité de ton géniteur.

Ne sachant maintenir une conversation si ce n'était pas pour provoquer, tu laisses le silence s'instaurer entre vous tout en continuant de boire …

_________________
The swan and the duck 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

The swan and the duck Empty
Sam 22 Déc 2018 - 21:32
Ou parce que tu avais envie de m’inviter, tout simplement ? Me provoquer donc, comme je le pensais. Cela me déçoit, bien que j’aurai dû m’en douter. Au fond j’espérai que la raison soit, pour une fois, toute autre. Que d’illusions.

Le premier verre à peine vidé que déjà le second se remplit… et se vide aussitôt. Ses yeux se plongent dans les miens, comme pour sonder mon esprit. Le même petit jeu habituel. Qu’aurai-je fait si tu m’avais invité pour une mauvaise intention ? Et quelle mauvaise intention ? Si tu me voulais foncièrement du mal, je ne pourrai pas t’empêcher de m’en faire, à moins de te séquestrer dans une geôle, dans les sous-sols du village. Et là encore, je serai bien peiné. Mais je pense au-delà des apparences, je ne m’en contente pas pour juger les gens. Je ne me contente pas de ce que tu me montres, ce comportement puéril, pour te juger Yamiko.


« Je commence à te connaître. Ce que tu dévoiles et ce que tu es sont deux choses très différentes. Tu es brutale, mais pas sans pitié. Tu es provocatrice et arrogante mais pas méchante. Ton comportement est puéril, mais je vois au-delà de tout cela. »

Et je ne me trompe pas. Je veux le croire. Je ne veux pas douter. Mais je ne peux m’empêcher de douter, d’hésiter, de me questionner. Et si je faisais fausse route sur toute la ligne ? Si les autres avaient raison et que j’avais tort ?

« De plus, personne ici présent ne serait assez fou pour s’attaquer à un Metaru. Je pense que tous, ou presque, tiennent à leur vie. Aucune chance que ce soit un guet-apens. Ainsi quelles options te reste-t-il ? M’empoisonner ? Me droguer ? Me souler ? Tu aurais pu le faire bien plus tôt, de bien des manières. Et même si c’était le cas, pour qui me prends-tu ? Me penses-tu trop faible pour savoir me défendre ? Est-ce donc cela que tu penses de moi ? »

Jusqu’à ce que je rencontre la mort. Depuis mon entrée à l’institut j’ai été en contact avec maintes substances. Je m’entraine tous les jours, depuis mon rétablissement, toujours plus. Je ne suis plus le même homme aujourd’hui.

« Je l’ai été dans le passé, mais ce passé est révolu depuis que j’ai ôté ma première vie. Le monde bien doré que tu critiques et méprises tant s’est effondré et la dure réalité est revenue à moi. De cette réalité j’ai compris une chose : je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour survivre, qu’importe les obstacles que j’aurai à surmonter. Toi, qui commence à me connaître, tu devrais avoir compris depuis longtemps à quel point je suis déterminé à vivre. Alors non, je ne pense pas que c’était par mauvaise intention, mais plutôt par défi. Et quand bien-même tu aies de mauvaises intentions, je ne resterai pas là à me laisser sans rien faire. Tu oublies qu’avec l’âge vient l’expérience, ce n’est pas la première fois qu’une femme invite un jeune noble un peu trop poli et respectueux à une soirée, dans un coin malfamé du village.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

The swan and the duck Empty
Mer 26 Déc 2018 - 19:37
Alors que le Noble part dans un long discours, tu ne l'écoutes qu'à moitié, ne s'intéressant pas tellement à ses dires. Si au début tu l'avais fixé, tu avais fini par reporter ton regard en face de toi lorsqu'il avait commencé à parler de sa personne. Tu continuais de boire sereinement sans jamais laisser ton verre vide. Tu n'appréciais guère relater ta vie mais tu détestais encore plus écouter les autres raconter la leur. S'il avait été quelqu'un d'autre tu aurais coupé court aux paroles du Metaru, lui faisant ainsi comprendre que tu n'avais cure de ses récits mais le peu de respect que tu semblais vouer malgré toi envers cet homme te forçait à le laisser parler et même à lui prêter une oreille ; celle qui était de son côté. Ce qui était déjà un exploit pour toi qui généralement daignait rarement faire des efforts pour ne pas froisser une personne.

>> Vous commencez à me connaitre ? … Toutes mes félicitations ! Aucune personne ne s'est encore vantée d'un tel exploit avant vous.

Tout en parlant tu avais levé ton verre en direction du Noble que tu fixais d'un regard mi-amusé, mi-moqueur.

Cet homme avait presque tout bon à part la piété. Il était vrai que derrière ta brutalité ne se cachait aucune méchanceté. Pour toi, un combat a toujours été un simple divertissement et non une façon de soumettre un autrui à sa puissance. Tu aimais fracasser des êtres mais pas ceux qui étaient incapables de se battre car tout ce que tu cherchais dans une joute était le plaisir d'échanger des coups. Un être incapable de te renvoyer ta frappe équitablement ne t'intéressait donc aucunement. Tu avais déjà cependant malmené et même tué des êtres sans défense mais parce que le Parrain t'en avait donné l'ordre. Par contre, jamais encore tu n'avais éprouvé de la pitié. Même pas durant cette nuit lorsque tu avais décapité ce petit garçon qui avait été témoin d'une scène qu'il n'aurait pas dû voir. Tu étais capable des viles choses sans éprouver le moindre remord mais ça, le Metaru n'avait pas à le savoir. Tu ne cherches donc pas à le contredire, préférant le laisser dans ses croyances.

>> Et vous avez raison, personne ici ne veut … ou plutôt ne peut vous faire du mal.

Tu prends le temps de vider ton verre et de le remplir de nouveau avant de poursuivre, tout en fixant toujours le Metaru.

>> Si je vous ai invité c'est par simple défi comme vous semblez l'avoir compris. Après tout, je ne suis pas une méchante personne alors pourquoi vous ferais-je du mal ? … Par contre …

Tu vides d'une traite ton verre nouvellement rempli avant de le laisser cette fois vide sur le comptoir.

>> … épargnez-moi les détails de votre vie et … vos aspirations ... s'il vous plaît.

Tu avais beau avoir vécu au sein d'une organisation mafieuse qui t'obligeait quotidiennement à fréquenter des nombreuses personnes tu n'avais jamais été très proche d'aucun de ses membres à part le Parrain lui-même. Aujourd'hui, tu servais le Village Caché des Nuages et tes nouveaux devoirs te forçaient à fréquenter d'autres shinobi mais surtout des membres de "ton clan" mais tout comme avec ton ancienne organisation, tu ne comptais te rapprocher réellement de qui que ce soit. Mais, pour espérer obtenir ce qui tu étais venue chercher dans ce Village, tu allais devoir te montrer un minimum complaisante et ton talent inné de comédienne allait être mis en contribution pour mener à bien ton dessein. Tu faisais l'effort de te montrer attentive, coopérative, voire même aimable parfois mais il y avait de limites à ce que tu pouvais supporter …

_________________
The swan and the duck 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

The swan and the duck Empty
Ven 28 Déc 2018 - 14:03
Pourquoi suis-je en train de me justifier… Pourquoi est-ce que je ressens encore le besoin de me justifier ? Pourquoi mes doutes sont-ils encore si grands ? Le chemin qu’il me reste à parcourir est encore long et difficile. Je ne suis qu’au début de ce qui peut s’apparenter à un pèlerinage.

Yamiko semble amusé d’entendre dire que je l’ai comprise, arguant que je suis le premier à prétendre une telle chose. La comprendre est un bien grand mot, mais je la comprends tout du moins en partie. Sur un ton également à moitié moqueur, elle lève son verre vers moi, invitation à laquelle je réponds sans grand intérêt. Elle avoue m’avoir invité par défi et me demande, d’un dédain sans nom, de lui épargner les frasques sur ma vie privée. Je lève les yeux au ciel, signe de ma lassitude grandissante envers son comportement, tantôt intéressé tantôt désintéressé.


« Tu dis cela mais tu m’invites pour autant à parler et à me justifier. Ce devrait plutôt être toi qui devrait m’épargner tes changements d’humeur minutaire. »

Une petite pique que Yamiko ne relèvera peut-être même pas, mais avec elle je n’ai pas non plus besoin de garder ce costume que je m’efforce de revêtir tous les jours, je peux être un peu plus nature, plus tranchant.

« Tu te plains qu’on ne te comprend pas et qu’on ne te respecte pas, mais c’est toi la première à agir de la sorte. On mérite bien souvent le comportement des autres vis-à-vis de notre personne, tant il reflète le nôtre vis-à-vis d’eux. »

Pour parvenir à ses objectifs il faut faire des sacrifices. Il ne fait aucun doute que la jeune femme en fait, mais c’est un travail à moitié fait.

« Tu veux devenir plus puissante, gagner de l’influence et réaliser tes objectifs ? Mais tu ne prends pas la peine d’écouter et de te nourrir de l’expérience des autres. Tu ne fais que la moitié des efforts, sans réfléchir. »

L’alcool me rendrait-il acerbe ? Ou aurait-il tout simplement effacé les filtres de ma personnalité ? Je regarde le verre dans ma main puis décide de le poser sur le comptoir. A suivre le rythme de la jeune femme, je ne tiendrai pas longtemps et risque d’en dire plus que je ne le veux. C’est déjà le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

The swan and the duck Empty
Lun 7 Jan 2019 - 19:44
Une fois de plus, tu laisses le Noble parler sans interrompre une seule fois tout en l'écoutant que d'une oreille mais cette fois tu t'abstiens de boire pendant le conversation. Le Metaru avançait des accusations à ton égard et dont la plupart étaient totalement fausses. Tu pensais que cet homme commençait à bien te connaître mais il se révélait au final que non. Tu te demandes si c'était l'alcool qui le poussait à dire des telles âneries ou s'il avait encore toute sa lucidité et de ce fait racontais donc des réelles niaiseries.

>> Je ne veux pas vous vexer mais vous avez tout faux sur moi ... Enfin, presque tout faux car il est vrai que je cherche à être plus puissante et que je m'y prend certainement mal pour y parvenir mais ça ... c'est mon problème ... Quant au reste, vous êtes totalement à côté de la plaque ... Je m'enfiche totalement que vous ou quelqu'un d'autre ne parvenez pas à me comprendre ou qu'on me manque totalement de respect tout comme je m'en fiche de ne gagner de l'influence.

Malgré la rudesse de tes propos tu t'étais exprimée sereinement car tu n'étais point vexée. Tu tenais juste à ce que cet homme comprenne que le jugement qu'il te portait était erroné. Tu t'enfichais en général des opinions d'autrui sur ta petite personne mais tu savais que cet homme n'avait que des bonnes intentions à ton égard et, comme il l'avait dit lui-même, au fond tu n'étais pas une si mauvaise personne, alors tu tentais de le faire comprendre à ta manière quel genre de personne tu étais. A savoir, un être qui ne cherchait aucune reconnaissance auprès de quiconque et qui n'avait cure de sa réputation. Tu espérais ainsi que le Noble cesserait de se torturer à vouloir se montrer agréable avec toi qui n'avait cure en réalité de sa bienveillance.

Tu prends le temps de remplir tranquillement ton verre resté bien trop longtemps vide. Tu vides ensuite celui-ci d'une traite avant de le remplir de nouveau mais tu te contentes de fermer ta main sur le récipient plein posé sur le comptoir alors que ton regard violacé cherche à capturer celui de Kenshin.

>> Il semblerait que je sois une réelle source de tracas pour vous alors pour votre bien, je vous invite à m'ignorer comme beaucoup le font déjà. Je ne vous en voudriez aucunement pour cela car je suis consciente d'être une désagréable personne.

Effectivement, tu avais pleinement conscience de ton sale caractère mais c'était une personnalité que tu cultivais volontairement car contrairement à la plupart de tes semblables, tu n'as que faire de la sympathie. Au contraire, plus on te haïssait, mieux tu te portais ...

_________________
The swan and the duck 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

The swan and the duck Empty
Lun 14 Jan 2019 - 17:29
Avoir tout faux sur elle ? Non, je ne pense pas, bien au contraire… Ou si ? L’alcool semble de toute évidence me monter à la tête. Ce verre… Il n’est pas utile de boire plus. De toute évidence j’ai mal jugé les alcools qu’ils fournissent ici… Ou quel qu’en soit la raison. Ainsi je la jugerai mal ? Yamiko ne chercherait pas à gagner de l’influence ni à gagner le respect des autres personnes ? Pour le second point, je veux bien l’avouer. Mais si gagner de l’influence n’est pas son… Evidemment. L’influence à travers la hiérarchie militaire ne l’intéresse aucunement. C’est ce qu’elle a dû penser, alors que je parlais d’influence globale… Ou peut-être a-t-elle bien compris et encore une fois je fais fausse route ? Depuis combien de temps maintenant est-ce que je connais Yamiko ? Depuis combien de temps maintenant ai-je accepté cette mission… Enfin, si je suis pleinement honnête avec moi-même, je ne l’ai pas accepté parce que la doyenne me l’a demandé, mais parce que c’était la seule bonne chose à faire. La vie de Yamiko est une injustice. Tout ce qu’elle a vécu jusqu’à maintenant est une injustice. Plus que tout, je souhaite réparer ça. Je souhaite réparer cette injustice, comme toutes les autres. Mais à quel prix ? Je ne sais pas. Je ne sais pas encore. Même si au fond de moi, je le sais déjà.

Yamiko capte mon attention, plongeant son regard froid dans le mien, m’extirpant de mes pensées. Il semble qu’elle aussi se trompe sur ma personne.


« Es-tu une source de tracas pour moi ? Oui, évidemment. Je tiens à toi. A partir du moment où l’on tient à quelqu’un, cette personne peut devenir une source de problème. Mais ça ce n’est pas à toi d’en juger ni même d’en décider. »

Tout comme tu n’as que faire de mon jugement, je n’ai que faire d’un jugement aussi biaisé que le sien sur sa personne.

« T’ignorer est donc impossible. Et de toute façon je refuse de le faire. Je n’ai que faire de la manière dont les autres personnes agissent. Si je m’en contentais, je ne serais certainement ce que je suis devenu aujourd’hui. N’oublie donc pas d’où je viens. Je fais et ferai toujours ce que je pense être juste. Qu’importe si je suis le seul à battre les pavés de cette voie, je tracerai ma propre route et je réussirai. »

Les mots sortent de ma bouche si vite et si distinctement que je ne parviens pas à les contrôler, ni à en saisir toute la profondeur. Ainsi c’est la personne que je suis ? Je ne sais, il me reste tant de questions… tant de peurs… tant d’obstacles encore à franchir… Mais cette fois-ci je ne laisse rien transparaître du tourbillon d’émotion qui se fracasse en moi. Le regard déterminé, je reste fixé sur celui de mon interlocutrice.

« J’ai fait une promesse à la doyenne. Mais surtout, je me suis fait une promesse à moi-même. Je n’ai qu’une seule parole. »

S’il y a bien une chose, une unique chose que je connais, c’est bien celle-ci. Jamais il ne me viendrait à l’idée de trahir ma parole. Jamais je ne donne ma parole à moins d’être certain de pouvoir m’engager et tout faire pour réussir. Jamais. Mais cette fois-ci n’ai-je pas fait une erreur ? Parviendrai-je à m’occuper de Yamiko ? A la sauver ? La tâche semble impossible à réaliser… Peut-être même qu’elle l’est. Mais qu’importe. Ce qui est fait est fait. Ce qui est dit est dit. Il n’est plus l’heure de se poser ce genre de questions. Ce temps-là est déjà révolu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

The swan and the duck Empty
Mer 16 Jan 2019 - 7:26
Tu ne peux t’empêcher de pouffer face aux propos du Noble, manquant de d’étouffer alors que tu avais du saké en bouche. Une partie du liquide avait giclé de ta bouche alors qu’une fine quantité était partie dans tes voies nasales. Tu te mets à tousser violemment une main portée au niveau de ta bouche. L’incident attire les regards sur vous mais heureusement ta toux se calme assez rapidement.

Une fois calmée, tu fixes Kenshin.

>> Vous avez failli me tuer avec vos âneries. Tu te remets. Vous tenez à moi ? Tu riotes. Comment pouvez dire une telle stupidité alors qu’on se connait à peine ? … Ecoutez-moi bien – tu te tournes de ton tabouret de sorte à te retrouver dans une face à face avec le Metaru afin de marquer l’importance de ce que tu allais lui dire – je ne sais pas ce que vous cherchez à faire, ni ce que vous espérez de moi mais sachez que votre attachement n’est pas réciproque.

La seule personne à qui tu t’étais vraiment attachée n’était plus de ce monde et tu ne comptais pas la remplacer. Non pas par peur de souffrir de nouveau comme avec la perte de cet être qui avait beaucoup compté pour toi mais tu jugeais simplement que tu n’avais besoin d’aucun attachement et encore moins avec un shinobi servant un Village Caché. Après tout, tu ne comptais pas d’établir définitivement à Kumo car ton avenir était ailleurs.

Tu te retournes vers le comptoir puis attrapes la bouteille pour boire au goulot. N’étant pas habituée à descendre de l’alcool de cette manière, tu fais une nouvelle crise de toux après avoir reposée le récipient presque vide sur le bar. Voyant ton acte inhabituel et plutôt dangereux car même s’il t’arrivait de boire régulièrement, tu ne tenais pas vraiment l’alcool, Chikamaru vient vers vous.

>> Qu’est-ce qui te prend, Yamiko !? Le Vieux débarrasse la bouteille du comptoir. Tu as assez bu pour ce soir !
>> De toute façon je me casse, fais-tu tout en déposant un amas de ryos sur le bar pour payer vos boissons à toi et Kenshin.

Tu te redresses ensuite avant de te diriger vers la sortie sans accorder la moindre attention à Kenshin alors que c’était toi qui l’avais invité en ce lieu. Tu ne montrais aucun signe d’ivresse. Tu réussissais à marcher droit bien tu commençais à te sentir étrangement bien.

>> Vous ne voudriez pas l’accompagner s’il vous plait ? J’ai bien peur qu’elle ne fasse des bêtises en chemin, demande Chikamaru au Metaru …

_________________
The swan and the duck 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

The swan and the duck Empty
Dim 20 Jan 2019 - 6:29
Yamiko manque de s’étouffer, mes propos sont-ils donc si absurdes que cela pour elle ? Après tout, ce n’est pas si étonnant. Elle se calme puis retourne son tabouret pour me faire face, me défier, attirer mon attention. Mon attachement n’est pas réciproque ? Peut-être, peut-être pas. Le fait qu’elle me vouvoie est un grand changement, signe qu’elle me témoigne du respect. L’attachement commence par-là, par le respect que l’on éprouve envers quelqu’un. Donc au fond, même si elle refuse de se l’avouer, même si elle refuse de l’accepter, Yamiko a déjà commencé à s’attacher à moi. Je ne sais pas comment, je ne sais pas de quelle force, mais ce doit être le cas, ne serait-ce qu’un petit peu. Nous avons tous besoin de quelqu’un. Personne ne peut vivre seul, personne. L’humain n’est pas conçu pour vivre seul. Cette jeune femme, qui vit dans la solitude depuis si longtemps et qui se voit aujourd’hui tendre une main qu’elle n’arrête pas de frapper ne peut cependant se refuser à la saisir éternellement. Je ne sais pas combien de temps il me faudra, quel prix est-ce que cela me coûtera, quels efforts… Mais j’y parviendrai.

Elle saisit alors la bouteille d’alcool et la boit quasiment cul sec, sous les protestations du patron du bar. La jeune femme semble agacée, perturbée, énervée… et après avoir déposé l’argent pour payer nos consommations, elle se dirige aussitôt vers la sortie. Le gérant me demande, l’air inquiet, de l’accompagner jusqu’à chez elle afin que rien ne puisse lui arriver.


« Oui. Je ne comptais de toute façon pas la laisser entrer seule, mais plutôt que la crainte qu’il ne lui arrive quelque chose, j’ai surtout peur qu’elle ne fasse du mal à d’autres personnes et que ses actes ne lui retombent dessus. »

Car Yamiko en serait tout à fait capable. Ainsi, je prends la direction de la sortie, pour embrayer le pas de la jeune femme jusqu’à arriver à ses côtés.

« Je vais t’accompagner jusqu’à chez toi, ensuite je rentrerai. »

Elle aura beau protester voire même refuser, il ne fait aucun doute que les choses se dérouleront de cette manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

The swan and the duck Empty
Mer 13 Fév 2019 - 8:07
Pour tenter de fausser compagnie à Kenshin, tu accélères les pas mais vainement. L’homme semblait s’obstiner à vouloir te raccompagner.

Toi et le Noble allez vous rendre au même endroit, à savoir le domaine des Metaru, mais tu n’appréciais guère te faire chaperonner de la sorte. Cela te donnait l’impression d’être une vraie gamine même si au fond c’était ce que tu étais réellement. Tu étais un être si irresponsable que des gens sensés et soucieux de ta personne comme kenshin avaient une bonne raison de vouloir préserver. Seulement, bien que l’acte fût fort louable, celui-ci ne te convenait pas alors tu tentes de le dissuader de te laisser tomber à ta manière.

>> Je ne suis plus une enfant vous savez !?

Tu t’arrêtes pour te tourner vers le Metaru puis tu soulèves ton haut afin de lui révéler ta poitrine sans faire attention si d’autres personnes pouvaient vous voir.

>> La preuve ! … Et ce sont des vrais ! Vous pouvez toucher si vous voulez vérifier.

Ton acte était digne de ta personne bien que tu n’aurais certainement pas agis de la sorte sans être sous l’emprise de l’alcool qui commençait sérieusement à te brouiller l’esprit.

Changeant rapidement d’avis, tu t’approches du Noble cherchant à te coller à lui.

>> J’ai trop chaud, pas vous ? … Vous voulez que je vous déshabille ?

Sans attendre l’autorisation du Noble, tu cherches alors à le délester maladroitement de ses vêtements. L’homme allait vite comprendre qu’il valait mieux éviter de te fréquenter quand tu étais soûl à moins de vouloir céder à ta dépravation …

_________________
The swan and the duck 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

The swan and the duck Empty
Mar 12 Mar 2019 - 10:16
Yamiko accélère le pas, vaine tentative pour me semer. Sans succès. Au bout de quelques pas, son agacement se fait plus évident, plus visible, jusqu’à ce qu’elle se retourne pour m’interpeller, arguant qu’elle n’était plus une enfant. Plus une enfant ? C’est bien vrai. Mais il n’y a pas que sur les enfants que l’on veille, l’on doit veiller sur les personnes auxquels on tient. Mais quel n’est pas ma surprise quand je vois Yamiko lever son haut devant moi, à la vue de tous, en plein milieu de la rue ?! Par réflexe, je recule sous la surprise, puis me rapproche aussitôt afin de boucher la vue aux curieux, me rapprochant par la même occasion de la jeune femme.

« Arrête veux-tu ! »

Les toucher pour vérifier que ce sont des vrais ? Aucun doute qu’ils le sont et je n’avais pas besoin de les voir pour le croire ! L’alcool embrouille sans aucun doute son esprit… Ne faisant qu’accentuer son côté provocateur jusqu’à la rendre ainsi dévergondée. Elle se colle à moi puis tente de me déshabiller, ce que j’interromps immédiatement en saisissant ses mains fermement.

« Cela suffit. Tu sais bien que je ne suis pas ce genre d’homme. Je ne suis pas de ceux qu’on achète et encore moins ainsi. »

Ma poigne, ferme, se relâche pour saisir son haut et revêtir le corps ainsi exposé de Yamiko, sans lui laisser le choix.

« Je ne te suis pas parce que je pense que tu es une enfant que l’on a besoin de protéger, mais parce que je m’inquiète pour toi. Tu es saoule et ce que tu viens de faire là le montre bien. »

L’obliger à aller chez elle aurait certainement l’effet inverse… Tout ce qui pourrait la contraindre dans ce sens pourrait avoir l’effet inverse à vrai dire… Je dois me montrer un minimum rusé… et me calmer. Reprendre ma respiration, calmer mes battements. Inspirer, expirer…

« Si tu veux te débarrasser de moi c’est simple : rentre en tout sécurité. Après tu pourras faire ce qu’il te plaît, je veux juste m’assurer que tu arrives chez toi en un seul morceau et je ne partirai pas tant que ce ne sera pas le cas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

The swan and the duck Empty
Mer 13 Mar 2019 - 9:00
>> Vous n’êtes pas drôle ! Fais-tu, refroidie par le comportement du Noble.

Retrouvant un semblant de lucidité et surtout n'ayant plus envie de jouer avec cet homme, tu laisses ce dernier te rhabiller dans le silence et sans même chercher à te débattre bien que tu fixasses ton aîné d’un regard très froid. Aussitôt qu’il finit, tu reprends le chemin en direction du Domaine des Metaru, le devançant une fois de plus.

Gardant toujours les lèvres closes, tu avances des pas modérés durant un moment avant d’accéder petit à petit pour finir par courir et rapidement. Tu ne cherchais pas réellement à te débarrasser de Kenshin cette fois mais ton être désirait juste savoir à quel point cet homme était persévérant. Allait-il te poursuivre ou bien te laisser partir ?

Tu pourrais en profiter pour aller ailleurs, forçant ainsi le Noble à t’arrêter de force ou à te suivre, mais tu suis le chemin en direction du Domaine des Metaru. Ton corps réclamait du repos alors que ton esprit aspirait au calme présentement.

Ta course te mène en seulement quelques minutes devant le domicile de la Vieille Aya chez qui tu étais logée. Tu t’arrêtes à quelques mètres de la porte que tu fixes sans aucune raison particulière. Le silence régnait au sein de la demeure. Rien d’étonnant. Vu l’heure si tardive, la Doyenne devait être en train de dormir. Après avoir tenter maintes fois de te dissuader de traîner la nuit, la vieille Dame avait fini par abandonner, comprenant qu’elle ne réussirait jamais à faire changes tes mauvaises habitudes.

Sans même te retourner pour vérifier si Kenshin était derrière toi ou pas, tranquillement tu avances vers la porte que tu fais coulisser délicatement. Aya avait laissé celle-ci exprès déverrouillée sachant que tu étais toujours dehors. Tu refermes la porte derrière toi puis tu prends le soin de la verrouiller avant de te diriger vers ta chambre, empruntant le couloir qui était laissé légèrement éclairé par la Doyenne qui pensait toujours à toi bien que tu te montrasses en véritable ingrate à son égard.

Sans même chercher à te déshabiller, tu t’allonges sur ton futon. Alors que tu fixes le plafond, ton ventre crie soudain famine par un long et bien bruyant gargouillement. Tu n’avais pas dîner mais ayant la flemme de te relever, tout en sachant qu'Aya avait dû te laisser de quoi manger comme d'habitude, tu te contentes de te retourner sur le côté. Une main sur le ventre pour tenter de calmer la détresse de ce dernier, tu fermes les yeux pour une nuit qui s'annonçait perturbée et un lendemain particulièrement difficile à cause de tes propres bêtises …

_________________
The swan and the duck 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

The swan and the duck

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: