Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Matinée d'Hiver


Dim 18 Nov 2018 - 0:41
L’aube se levait à l’horion de la vieille muraille de Jôheki. Des teintes de rouge, d’or et de rose embrasaient le ciel. Le haut mur de pierre avait vu bien des siècles d’existence, a vu défiler nombre de souverains à sa tête. Le mûr glacé de pierres grises était constamment martelé par les pas des gardes qui surveillaient les frontières de Jôheki.
 
Devant ce spectacle, se tenait une jeune fille. Habillée de soie couleur d’émeraude et emmitouflée dans une riche fourrure de renard, elle se tenait droite devant la muraille au loin.
Le vent frais d’hiver balayait son visage et ses cheveux aussi blancs que la neige environnante. En y regardant bien, ses yeux étaient fermés alors même qu’elle semblait contempler le paysage.
Ses doigts fins étaient cachés dans des gants de cuir qui se tenaient l’un l’autre.
Levant le nez plus en haut, la jeune femme ouvrit enfin ses yeux. Etant aussi verts que sa tenue, ils semblaient néanmoins voilés par un étrange phénomène.
 
« Je sais que tu es là Yuna-chan. » Finit-elle par dire, sans tourner la tête.
 
Se déplaçant de derrière un arbre, plusieurs dizaines de mètres plus loin, une petite fille d’environ 12 ans se montra. L’expression penaude de son visage indiquait qu’elle attendait déjà une remontrance. Sa tenue était étonnamment simple comparée à celle de la dame en vert. Vêtue d’un large manteau marron et de bottines de la même couleur, la jouvencelle réajusta ses lunettes, rouge de gêne.
 
« Co.. Comment avez-vou su ? » Dit-elle en un murmure à peine audible.
 
« Tu n’es pas discrète pour un sou tout simplement. » Répondit la plus âgée, d’un ton amusé.
La petite brune ouvrit de grands yeux, ne pensant pas être entendue. Elle baissa la tête, toute honteuse.
 
« Pardonnez mon impolitesse Madame ! » Dit-elle d’une voix forte pendant qu’elle s’inclinait du plus bas qu’elle le pouvait.
Entre-temps, la dame en vert s’était retournée et avait eu le temps de faire quelques pas en direction de la plus jeune.
« Et c’est inutile de se baisser devant moi. » Dit-elle, ponctuant sa phrase d’un léger rire qu’elle couvrit avec une de ses longues manches.
 
La dame en vert avait en face d’elle, Omura Yuna, servante au palais du daimyô. Elle vient de la famille Omura, autrefois noble et puissante à Jôheki qui avait osée s’opposer au pouvoir des Tachibana, famille régnante du pays. Après une courte guerre civile et une cuisante défaite des Omura, ceux-ci avaient été condamnés à servir les Tachibana jusqu’à la fin de leur lignée. Cette guerre appartenait maintenant à un passé lointain que même les anciens n’avaient pas vécu.
Le Clan s’était habitué à sa vie de pseudo-esclaves, et bien traités par les Tachibana, il ne planait en eux aucune idée de révolte.
 
Yuna faisait partie de cette famille. Loin d’être une exception, elle était également élève à l’Académie de Jôheki. Elle y avait appris notamment quelques arts ninjas. Yuna était la servante de Konohananosakuya, la princesse du royaume. C’est dans cette optique que dès ses quatre ans elle apprit le ninjutsu médical, jusqu’à devenir à 12 ans à peine, une irounin compétente.
 
La dame en vert posa sa main gantée sur le sommet de la tête de la petite fille. La belle dame lui souris, regardant dans le vide.
« Alors qu’est-ce que ça a donné ? » Demandais-t-elle.
 
Yuna baissa la tête. La dame en vert le sentis et retira sa main, prenant un air grave.
« Je suis désolée Madame… Mais l’Académie n’accepte pas d’élèves handicapés. »
La dame en vert tiqua sur le dernier mot.
La petite fille releva la tête.
La blonde soupira bruyamment.
 
« J’aurais dû m’en douter… »
La plus petite semblait déçue pour sa maîtresse.
 
« Bon il ne reste plus qu’une chose à faire… »
La petite brune releva les yeux. Elle espérait sans doute que sa maîtresse abandonne l’idée d’apprendre le ninjutsu et de se mettre en danger. L’espoir se lisait dans ses yeux.
La demoiselle sourit et partit comme une flèche en direction du palais. Elle relevait sa lourde robe pour franchir la neige plus vite. La petite brune courant derrière elle, le duo franchit quelques dizaines de mètres avant d’arriver aux jardins centraux du palais.
On pouvait voir le rempart d’a peu près partout dans le palais mais rien ne valait la petite clairière calme dans lequel aimait aller la princesse Konohananosakuya.
La demoiselle ralentit le pas quand elle sentit la pierre des pavés remplacer le doux craquement de la neige.
 
« Bon, aujourd’hui j’ai un court de danse avec Monsieur Minamoto. » Dit la dame en vert. En fit un léger clin d’œil dans la direction de Yuna.
Celle-ci acquiesça et pris le bras de sa maîtresse. La petite brune guidait ainsi la jeune femme à travers les jardins puis le palais. La dame à la chevelure blanche n’avait nullement besoin d’un guide pour se déplacer dans un endroit qu’elle connaissait depuis sa naissance mais elle gardait cette image de faible jeune femme sous le conseil de son grand-père. Ainsi elle n’inspirerait aucune méfiance vis-à-vis des partisans de sa mère.
 
Les serviteurs et autres artistes qui peuplaient le palais jetaient des regards emplis de pitié à la jeune demoiselle, n’osant lui parler. Konohananosakuya le savait très bien. Elle était née ainsi et l’avait toujours traité comme une créature fragile et sans défense. Tous sauf son grand-père. Le vénérable daimyô savait que sa petite fille avait dans ses veines du sang de kunoichi. Et bien que jamais une princesse ne puisse s’inscrire à l’Académie militaire, il était entendu qu’il fermait les yeux sur les entrainements nocturnes de la demoiselle.
Jôheki n’est pas un grand pays, c’est pour cela que le daimyô rêve de pouvoir un jour y établir un village caché. Ce ne serait pas un village orienté vers la guerre comme les autres pays mais plutôt un village regroupant des espions et des assassins qui resterait inconnu des autres pays.
 
C’est l’objectif du vénérable daimyô Tachibana no Toyotama. L’information était bien évidemment secrète et seuls eux deux étaient au courant.
Justement en parlant du loup…
Yuna guidait sa maîtresse dans un long couloir du palais maintenant. A sa gauche se trouvait un long mûr où étaient disposées les chambres des concubines du daimyô. A sa droite, le jardin central trônait avec toute son élégance.
 
« Qui vois-je de si bon matin ? Ne serait-ce pas ma petite fleur ? » Sonna une voix grave et si familière aux oreilles de la dame en vert.
 
Yuna se jeta au sol, les mains devant elle et le front plaqué par terre. La demoiselle à la fourrure se tourna vers la voix et lui offrit son plus beau sourire.
« Grand-père ! »
Le vieil homme sourit. La princesse de jade, sa petite-fille était la seule famille qui lui restait. Il tendit une main fripée à la demoiselle qui s’en saisit pour se rapprocher de lui.
 
« Tes yeux sont du même vert que ceux de ta mère. » Dit-il comme presque chaque jour.
« Excusez-moi grand-père, mais qu’est-ce que le vert ? » Demandais la jeune fille, encore et toujours comme à chaque fois que le vieux daimyô lui faisait la remarque.
Le vieil homme souri encore une fois.
« Viens ma fille, je dois te montrer quelque chose. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4646-chokoku-no-ko-no-hana-no-sakuya-hime

Matinée d'Hiver

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Jôheki no Kuni, Pays du Rempart
Sauter vers: