Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Broken Dojo-Breaker [Kami, libre à eisenin]


Dim 18 Nov 2018 - 22:24
Toph sortit de son dojo. Quelqu'un s'en était approché et elle l'avait aperçut avec son Byakugan. Elle était accompagné d'Iorek, son ours kuchyiose. Et là... elle tomba sur la silhouette ensanglanté et sans connaissance de Kami. Elle voyait son chakra mais directement se précipita pour sentir son poul à son cou.

Oh ben merde, il t'es arrivé quoi Kami-kun ?
Ce sont des blessures de guerriers. Il a affronter quelqu'un. Et ce n'est pas que son sang que je sens sur lui.

Toph et Iorek le trainèrent jusqu'à une table dans le dojo et l'installèrent dessus. Elle mit une couverture sous sa tête, et prépara un sceau d'eau avec une serviette qu'elle trempa dedans pour essayer ses blessures et ses croûtes séchés. Il était bien dégommé, mais Toph reconnaissait là des blessures qui n'engageaient pas de dangers directe.

Salement amoché, mais pas en danger de mort.

Cela n'a pas l'air suffisamment grave pour l'emmener à l'hôpital, mais il faudrait quand même aller quérir un docteur.
Hors de question, ma fille.

Toph reconnu cette voix entre mille. Elle s'arrêta dans ses mouvements, et lâcha sa serviette.

Père...
Tu n'as pas à t'abaisser à trainer avec des membres de la branche secondaire. C'est... Vulgaire ! Ils sont là pour nous servir, non le contraire. Tu files du mauvais coton, et je ne suis pas le seul à le penser. Il est temps que tu te reprennes.

Toph le regarda, Byakugan dans Byakugan en une réverbération infinie. Elle sentait la colère en lui, et sentait aussi la frustration dans son message. Sa fille échappait à son contrôle. Son école Jishin. Elle avait été élue représentante du clan. Elle commençait à se faire un nom dans le clan. Elle avait fait des performances plus qu'honorables aux deux tournois auxquelles elle avait participé. La démonstration en face du Tsuchikage, qu'il avait initialement pris comme un moyen d'avancer sa propre influence, s'était retourné contre lui, et elle avait encensé des techniques modernes loin du carcan traditionnel.

Pire encore, elle avait mis en avant Kami, et cela il ne l'avait pas supporté.

C'est ridicule. Je comprends le système, pour préserver le doujutsu. Mais je ne comprends pas cette fixation à les rabaisser de la sorte. Et plus que tout... Kami est mon ami.
Un ami qui traine avec des nécromanciennes débauchées qui raniment les cadavres de tes cousins... quand elle ne les assassine pas.

Là, il avait franchit la ligne. Toph frappa le sol avec son pied, et une vague de chakra s'éleva devant elle. Un tir de semonce. Un avertissement. Elle ne pouvait tolérer cet assaut.

... Car Tsubaki avait été son amie et sa coéquipière. Alors, reprocher à Kami son association avec la Nécromancienne, c'était aussi reprocher sa propre association, par voix de fait. Et même si Toph ne pouvait comprendre ni pardonner les actions qui firent de Tsubaki une tueuse... Et bien, quelque part, c'était son seul défaut. Elle avait vécu dans la peur et le rejet des autres, ce n'était pas étonnant qu'elle finisse par flancher. Et c'était ce genre de comportement que son père ré-itérait. Il perpétuait le cycle de la haine. De la violence.

Non, elle se refusait à cela. Tsubaki avait tué et serait jugée pour cela, car la Justice le demandait. Mais elle ne laisserait personne parler d'elle en ces termes.

Père ! Il SUFFIT ! Iorek, ramène le à la sortie. Et va chercher un médecin.

Iorek s'avança, mais l'Ancien leva un bras.

Je connais la sortie. On en reparlera.

Il repartit, Iorek trottant derrière lui. Et Toph pleura un peu.

Avant de se remettre à panser du mieux qu'elle pouvait les blessures de Kami. Avec un tissu trempé dans de l'eau et mélangé avec quelques larmes, Toph essuyait ses blessures et nettoyait les plaies du mieux qu'elle pouvait. Lui, le cofondateur de l'école Jishin. Et quelqu'un qu'elle appelait avec fierté un camarade et un ami.
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Lun 19 Nov 2018 - 11:46
« Broken Dojo-Breaker »



Son corps gisait devant le parterre du dojo. Aussitôt s'éclipsèrent les élèves du grand maitre Suken pour retourner dans leur village et auprès de leur sensei. Il était salement amoché. Les yeux révulsés il ne percevait absolument rien. N'entendait que des bruits sourds. Mais la douleur…Il la sentait. Il sentait sa chair et ses muscles meurtri par le combat. Des ombres s'approchèrent de lui. De simple voile obscure qui se baladait auprès de son corps immobile. Il se sentit trainer. Chaque mètre parcouru était un supplice. Le calvaire cessa après un instant. S'en suivit d'un brouhaha. Les mots n'étaient qu'une symphonie immonde qui résonnait dans son crâne.

Le calme revint quelques secondes plus tard. Il sentit un linge le tamponner légèrement pour nettoyer ses blessures. Il reprenait peu à peu connaissance. Du moins il était conscient mais ne savait pas vraiment où il était et qui s'occupait de lui. Il toussa péniblement. Une giclette de sang s'échappa sur son torse mais fut rapidement nettoyer par sa bienfaitrice. Il leva les yeux et essayait de chercher la personne de son regard vitreux. Il ne voyait qu'un amas noir passant un linge sur son corps couvert d'ecchymoses.

"Q..Qui...êtes…v…vous…"

Sa voix était fébrile. Il parlait mais ne savait même pas s'il allait comprendre la réponse. Il avait à peine entendu sa propre phrase. Mais l'incompréhension le gagnait. Manquerait plus que l'on ait amené au mauvais endroit. Il gigota le bras comme pour attraper la personne qui le soignait.

"Où…Où suis-je…Répondez…"

Le voile commençait à se lever, les couleurs revenaient, les ombres disparaissaient. Un visage flou mais familier se forma. Cette coiffure et cette tenue. Même flou il pouvait la reconnaitre entre mille. C'était Toph. Il était à la maison. Enfin. Il eut un sourire satisfait marqué quelques crispations due à la douleur.

"Toph…On va devenir riche…J'ai brisé la concurrence…"

L'avenir de l'école Jishin allait être prospère. Les dojos avoisinants avaient été défait. Les gens allaient bientôt être parfaitement au courant de la réputation de l'école. Le succès n'était plus qu'une question de temps.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3351-hyuga-kami-le-cannibale-masque http://www.ascentofshinobi.com/t3730-hyuga-kami http://www.ascentofshinobi.com/u705

Lun 19 Nov 2018 - 13:35
Etsuko avait prit sa journée en tant que policière pour s'occuper de l'hôpital. En effet, ces derniers jours une recrudescence de blessés et de malades y affluaient, l'hiver frappant assez fort cette année dans la cité cachée montagneuse. Elle travaillait d'arrache-pied lorsque elle entendit des cris. Des cris affolés. Que se passait-il ?

Terminant rapidement de s'occuper du malade en lui indiquant quelle dose prendre du médicament qu'elle venait de lui prescrire, elle s'empressa d'aller à l'entrée de l'hôpital où il n'y avait plus personne. A l'extérieur, un gros ours polaire faisait les cent pas, l'air impatient. Elle fronça les sourcils et prit son courage à deux mains avant de sortir pour aller à la rencontre de la bête. Sur ses gardes, elle commença d'abord par lui parler, ayant bien remarqué le comportement étrange du monstre.

« Êtes-vous un Kuchiyose à tout hasard ? Et dans ce cas, que voulez-vous ?.. »

L'ours s'arrêta alors, remarquant la Jônin en tenue de médecin avec une blouse par dessus ses vêtements classiques. Contrairement aux autres, elle était relativement sereine, aussi prit-il la peine de lui parler. Lui expliquant rapidement la situation, il la guida une fois l'accord de la Naari reçu jusqu'au dojo Jishin. Elle n'avait aucune idée de ce qu'était cet endroit ou de ce qu'il y renfermait, mais un blessé grâve s'y trouvait et il allait de son devoir d'éviter toutes les morts possibles dans Iwa, tant en temps que Jônin, qu'en temps que Taichô qu'en temps qu'eisenin. Elle prit simplement quelques instants pour rentrer dans l'hôpital et chercher le minimum nécessaire à savoir anti-douleurs, bandages et savon avant de ressortir en compagnie de l'ours.

Fonçant donc derrière la créature qui lui ouvrait le chemin en faisant sensation, Etsuko découvrit l'entrée du bâtiment pour y rentrer sans plus attendre afin d'aller sauver cette personne qui était très mal en point. Elle découvrit dès lors une jeune fille qu'elle connaissait pour avoir déjà travaillé avec elle et une silhouette allongée qu'elle ne reconnut pas immédiatement tant son état était pitoyable.

« Pardon Toph-san, un ours m'a appelé de l'hôpital. C'est quelqu'un que tu connais ? »

Elle s'avança alors, s'installant à genoux aux côtés de Kami face à Toph pour pouvoir commencer à l'ausculter rapidement par son chakra, tout en l'observant avec ses yeux. Ce n'est qu'après quelques secondes qu'elle reconnut le visage d'un des aspirants policier, Hyûga Kami.

« Kami-san ! »

Un peu perturbée, elle secoua légèrement la tête pour se reconcentrer, faisant une analyse assez profonde pour détecter d'éventuelles blessures internes. Toph avait déjà fait un travail correct de nettoyage pour quelqu'un qui ne s'y connaissait pas, ce qui lui offrit le loisir de vérifier qu'il n'y avait pas de blessures trop dangereuses qui pouvaient passer inaperçues si l'on se contentait de regarder la surface du corps meurtri, les blessures basiques étant déjà toutes bien repérables.

Elle repéra rapidement un problème, des côtes cassées qui avaient abimé légèrement son système digestif, Etsuko se mit à enchaîner les mudras. La Naari commença par retirer les petits morceaux d'os pour les replacer à leur place originelle avant de refermer la blessure en elle-même, pour arrêter le sang. La Jônin tâcha ensuite de replacer les os tant bien que mal avant de les solidifier de son mieux, ce qui était assez complexe mais qui lui permettrait tout de même d'éviter un déplacement des os cassés. Kami devrait malgré tout se reposer un bon moment avant de pouvoir bouger à nouveau comme avant.

La jeune femme aux yeux émeraude recommença alors une nouvelle analyse et ne s'arrêta que lorsqu'elle fut certaine qu'il n'y avait aucune autre blessure interne. Elle s'attaqua alors en priorité aux blessures les plus graves, les refermant doucement. Elle ne devait et ne pouvait de toute façon pas y aller trop précipitamment au risque de faire une erreur, aussi elle préféra jouer de sûreté, sa vie n'étant pas en danger immédiat. Après un bon moment de travail et une quantité de chakra certaine, elle se recula un peu, s'essuyant le front. Sa concentration et l'énergie qu'elle avait déployé étaient assez grandes et elle avait besoin de souffler un peu, laissant alors à Toph le soin de terminer son oeuvre.

« Voilà, il est hors de danger. J'ai soigné sa blessure interne et le plus gros de ses blessures externes, il ne reste plus qu'à finir de le nettoyer et de faire les bandages. J'en ai amené avec moi dans mon sac. Kami-san, je ne sais pas si tu me comprends bien, mais il va falloir ne trop bouger ni faire de gros efforts pendant un certain temps. Tu as des côtes fragilisées, j'ai fait en sorte que ça ne te pose pas de problèmes dans la vie quotidienne mais évite les combats pendant au minimum une semaine. L'idéal serait une durée d'un mois. Si tu es vraiment très pressé, je pourrais te traîter à nouveau pour réduire la durée mais ce ne sera pas avant demain sinon ce sera inefficace. »

La femme aux cheveux de jais soupira un peu en se redressant avant de regarder le blessé.

« Maintenant... Je peux savoir la raison qui a mené l'un de mes futurs Keijins à être dans cet état ?.. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Lun 19 Nov 2018 - 23:28
Kami délirait. Toph était prise au dépourvue.

C'est Toph, gros béta. On est au dojo. AU DOJO. Tu m'entends ? T'as pris de la bonne toi...

Rien à faire. Kami était dans un délire. Etait-ce les blessures ? Ou est-ce qu'il avait trouvé un de ces dealer du pays de l'Herbe dont les gourous chantaient les louages dans les tavernes des bas-fonds. Toph n'avait que peu d'expérience avec ce genre de délire dû à des blessures. Elle avait hérité de sa mère un crâne solide. Par contre, a force de côtoyer des gens peu fréquentables, elle en savait suffisamment sur certaines substances pour ne pas accepter tout ce que les vieux édentés lui proposaient, et elle croyait reconnaitre là les symptômes.

Concurrence ? Toi, t'as pris un coup de trop sur la tête. J'suis Toph, on est au dojo. D'ailleurs... Je vais te faire un autre masque tiens. Je sais à quel point tu y tiens.

Toph utilisa sa compétence de sculptage à même le mur et en ressortit un masque de pierre noire, presque ébène. Il était semblable à celui que Kami utilisait en général. A part la couleur. Mais bon, on ne pouvait pas tout avoir. Toph déposa délicatement le masque sur sa tête, et l'ajusta pour qu'il tienne sans souci. L'avantage de pouvoir sculpter à même la peau.

Mais quelqu'un dévala les escaliers de son dojo. L'eisenin, surement. Toph se retourna avec espoir, avant de figer son visage. Douche froid. Car aux côtés d'Iorek, il y avait...

Etsuko-san...

Elle la salua avec politesse, car c'était encore et toujours une des vertus du Bushido. La jeune femme hurla presque quand elle reconnu les traits de Kami. Toph en déduisit qu'il était un de ses apprentis policiers. C'était chose courante chez les Hyûgas talentueux. Si Toph avait plus de discipline, elle aurait également envisagée cette voie.

Toph remercia Iorek et le congédia. Il se lova dans un coin de la pièce et s'y endormit. Sans doute était-il animé d'une envie de rester dans les parages pour éviter une nouvelle esclandre avec son père. Iorek était protecteur comme ça.

Pendant que la médecin s'affairait, Toph décrivit les circonstances dans lesquelles elle l'avait trouvé.

Je l'ai trouvé comme ça, devant le dojo. Pour cela que j'ai envoyé Iorek aller chercher un eisenin. J'aurais du préciser quelqu'un d'autres qu'Etsuko, même si j'ignorais qu'elle était également médecin. Ce n'est pas ce pour quoi elle est connue et réputée. Etrange comment elle a si facilement condamner un homme alors qu'elle protège la vie. Hum, est-ce qu'il y a une sorte de secret professionnel, en tant qu'Eisenin ? Parce que Kami n'a peut-être pas été très sage ce soir...

Rapport à sa consommation d'herbes hypothétiques. Bien sûr.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Mar 20 Nov 2018 - 15:19
« Broken Dojo-Breaker »




Les yeux dans le vide, il observait le monde qui l'entourait sans vraiment comprendre et voir quelque chose. Tout ce qu'il savait c'est que Toph était là. L'endroit le plus probable où il pouvait la revoir était le dojo. Il ne cherchait pas plus à savoir où il se trouvait. Son esprit était toujours embrumé. Quelqu'un débaroula à son tour dans le dojo. Quel raffut. Les talons claquant sur sol résonnaient dans la pièce. Le vacarme fut de courte durée. Le nouvel individu se posa auprès de Kami. Lui ne voyait qu'une masse informe et floue. Il sentit une agréable sensation de chaleur se répandre en lui. Il sentait son corps se régénéré lentement de l'intérieur comme si on remettait tout ce qu'il n'allait pas en place. Il poussa un long soupir de satisfaction.

"Merci…"

Qui que ce soit, il lui en était extrêmement reconnaissant. L'agréable source de chaleur s'estompa. La gêne au moment de respirer aussi. Il pouvait pleinement profiter de l'air ambiant qui emplissait ses poumons. Toutefois il ne pouvait pas encore bouger, le moindre mouvement le faisait souffrir. On aurait presque pu penser qu'il était en sucre. Son brouillard se leva peu à peu. Il ne voyait toujours pas son deuxième bienfaiteur. Il supposait que le premier soit Toph, bien qu'il puisse tromper. En tout cas son second sauveur semblait être une femme. L'hyûga eut un sourire sous son nouveau masque obscur. Décidément il avait du succès en tant qu'infirme.

"Une fois rétabli, promis je vous emmène dans le restaurant le plus chicos d'Iwa." Lança-il en regardant dans le vide.

A qui s'adressait-il ? Une personne en particulier ou les deux ? Même lui ne le savait pas vraiment. Il souhaitait simplement manifester sa satisfaction. Et puis depuis la nouvelle de l'incarcération de Tsubaki en vue de son jugement, Kami avait besoin de changer d'air. Il venait de perdre un camarade à Tetsu et allait bientôt perdre une amie. Mais il se sentait également trahi. Il ne connaissait pas les raisons de ce crime envers son propre clan et il ne souhaitait pas les connaitre. Peut-être pour se préserver d'une douleur bien plus grande qu'elle ne l'était pour le moment. Les premiers soins apportés firent leurs effets et la vision flouté ne fut qu'un lointain souvenir. Recouvrant la vue, il cligna plusieurs fois des yeux comme pour habitué son regard à voir de nouveau. Il tourna lentement la tête sur le côté. Il remarqua les deux infirmières. Toph et Etsuko. Il ne s'était pas trompé pour sa cousine quant à sa supérieure, il n'aurait jamais pensé qu'elle soit disponible au vue de ses plannings chargé entre la police et l'hôpital.

"Toph…Dame Naari…Merci…Du fond du cœur....Je crois que j'ai un peu trop forcé sur le combat ces derniers jours."

Il sourit. Il eut un certain moment de flottement. Avait-il quelques minutes plus tôt invité sa supérieure au restaurant ?...Pourvu qu'elle ne prenne pas ceci pour de la corruption d'agent de police.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3351-hyuga-kami-le-cannibale-masque http://www.ascentofshinobi.com/t3730-hyuga-kami http://www.ascentofshinobi.com/u705

Mar 20 Nov 2018 - 15:51
Etsuko se concentrait sur l'état de son blessé, faisant un hochement de tête à la réponse de Toph à sa salutation. Sobre, efficace, elle n'avait pas de temps à perdre pour le mettre hors de danger. Elle avait cependant bien remarqué l'expression changer littéralement, d'un espoir à un mutisme affiché sur le visage de la jeune Hyûga. Elle devrait peut-être lui parler... Enfin elle verrait ça après, il y avait plus urgent, la silhouette allongée sur le sol du dojo Jishin.

Alors qu'elle s'affairait sur Kami, elle entendit ce dernier fabuler, ce qui lui arracha un sourire rassuré. S'il pouvait dire une bêtise pareille, alors c'était signe qu'il irait bien. Elle reprit alors un peu plus confiance, se concentrant plus facilement sur sa tâche tout en écoutant la jeune fille face à elle. Elle hocha à nouveau la tête.

« D'accord Toph-san. Merci pour les explications, j'espère qu'il pourra nous dire lui-même ce qu'il s'est passé quand il sera de nouveau en état. »

Elle eut un petit rire franc en entendant Toph lui parler de secret médical sur le sujet, désormais certaine qu'elle n'avait plus grand chose à soigner sur son apprenti.

« Il n'y a pas de telle chose quand il s'agit de l'un de mes futurs keijins. Cependant, il n'était pas dans le cadre d'une enquête ou d'une opération de police, ni même dans une simple ronde. Quant à d'éventuelles substances peu recommendables, je ne me suis pas encore penchée sur la juridiction qui les concerne. Je suis Taichô depuis peu, je n'ai pas eu le temps de tout gérer et je préfère mettre en avant la sécurité des citoyens par rapport à des régulations qui sont secondaires dans l'instant. Et la douleur fait parfois délirer, alors je ne vais pas le blâmer pour l'instant. »

Elle garda un petit sourire, terminant ses soins et surveillant l'état de son patient, continuant de vérifier à l'aide de son chakra que rien n'ait été oublié. Rassurée, elle s'arrêta finalement, tournant la tête vers le jeune homme qui venait de commencer à parler.

« Ah, tu as repris un peu des esprits ? C'est normal, je suis Eisenin et je m'occupe des blessés que je peux. Tous les médecins ne sont pas habitués à cotoyer des créatures chakratiques comme cetours, Iorek si j'ai bien compris, que tu as envoyé me chercher, Toph-san. »

Elle retourna son regard vers Kami, se faisant alors un peu plus sévère. Ses émeraudes le plantaient au sol aussi surement que des pieux auraient pu le faire, attendant visiblement des réponses.

« J'ai quelques petites questions pour toi, Kami-san. D'abord, comment as-tu fini dans cet état. Tu as parlé de combats à l'instant, c'est-à-dire ? Qui as-tu combattu, pourquoi, selon quelles règles pour terminer dans cet état ? Ensuite, j'aimerais que tu nous dises si tu as pris une quelconque substance hallucinogène pour arriver à dire des choses comme ce que tu as raconté dans ton demi-sommeil ? Pour finir, inviter ta supérieure au restaurant alors que je viens de te retrouver dans un sale état, c'est un peu étrange, non ? »

A sa dernière question, elle ne put retenir un petit sourire amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Mar 20 Nov 2018 - 22:27
Quoi qu'elle pensait professionnellement d'Etsuko, Toph devait admettre un point. Sa technique de guérison était au point. C'était... étonnant. En effet, Etsuko était réputée pour ses talents de combattante. La voir réparer aussi simplement des plaies aussi grave, de voir les chairs se réparer et les joues de Kami reprendre leur couleur...

Et bien, peut-être qu'un tout petit peu, mais alors vraiment de manière infime...

Que Toph était reconnaissante envers la jonin. Mais bien vite elle chassa cette pensée impure, car l'injustice observée était encore grande et présente en son coeur. Kami se réveillait. Il les remercia. Toph fit un sourire et fut véritablement soulagée. Elle ne pensait pas qu'il allait clampser non plus, mais elle n'aimait pas prendre de risque. Et puis, elle appréciait bien son cofondateur du dojo - qui venait de lui promettre une bonne bouffe au resto.

Yare yare, je donnerais cher pour te voir manger de la dinde kirijin à la paille. Cela risque d'être intéressant à voir.

Parce que vu ton état, c'est un miracle que tu parles aussi facilement. Elle n'énuméra pas à haute voix son étonnement. La présence de la jonin la mettait sur la défensive. Cette dernière continuait de soigner Kami mais essayait aussi de prendre contact avec lui. Une manière de voir s'il y avait des dégâts à sa caboche. Il suffisait de demander à Toph, il était déjà comme ça avant. Au mieux, cela voulait dire qu'il allait bien, non ?

Puis Kami lâcha une petite phrase innocente. Une phrase qui, sinueusement, fit son chemin dans l'esprit tordu et complexe de la jeune et innocente Hyûga.

Forcé sur le combat... briser la concurrence... Ne me dit pas que...

L'association était pourtant on ne pouvait plus claire et nette. Kami s'était lancé à corps perdu dans une quête dantesque. Pour se faire, il avait du braver bien des dangers. Quel idiot... mais un brave idiot. Non, dans l'esprit de Toph, cela ne faisait plus aucun doute. Elle savait.

... Tu as attaqué Kumo ? Non, ce n'est pas possible, je t'ai vu au village y'a deux jours. Et puis tu n'es pas suffisamment bête.

Et oui, Toph n'avait en fait aucune idée de la dernière bêtise en date de Kami. Qu'à cela ne tienne, elle allait lui tirer les vers du nez !

D'ailleurs, fidèle à son métier de policière, et même Taisho de toute l'organisation, Etsuko commença son interrogatoire. Il ne manquait qu'une lampe de chevet et un fort accent Kumojin pour se croire dans un théâtre contemporain. Cela en était presque une parodie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Jeu 22 Nov 2018 - 22:26
« Broken Dojo-Breaker »



Il avait repris conscience mais était incapable de bouger le moindre membre. Il observait son monde en bougeant légèrement la tête et les yeux. Toph et Etsuko s'occupait de lui mais il ne put profiter de son harem très longtemps. Etsuko fusilla du regard Kami du regard. Il déglutit. En général ce genre de regard ne voulait dire qu'une seule chose. Tu risques de prendre cher…Pas manqué. La Taicho mitrailla de question son collègue policier. Au fur et à mesure que les questions défilaient Kami sentait sa gorge se serrer. Une mauvaise réponse à l'une d'entre elle et il se ferrait découper menu.

Etsuko qui questionne Kami:
 

Une fois la tempête Etsuko passé, ce fut au tour de Toph de poser des questions…Attaqué Kumo ?...Wow c'était peut-être un peu fort comme théorie. Il n'avait rien contre le village des nuages d'autant plus qu'il s'était lié d'amitié avec une Kumojin lors du tournoi de Kaze. Pourquoi les attaquerait-il ? Et surtout tout seul.

"Du calme…Du calme…Je vais tout vous expliquez."

Il déglutit et reprit son souffle.

…Tu sais Toph je t'avais parler de promouvoir l'école Jishin…C'est ce que j'ai fait. Il regarda Toph dans les yeux. Je suis littéralement parti en croisade. J'ai fait chaque école d'Iwa et je les ai brisés. Je suis allé dans un autre village et j'ai également remporté la victoire. Finalement j'ai affronté l'un des maitres de l'école Goken et c'est ce dernier qui m'a mis dans cet état. Le bougre maitrisait les portes célestes mais je l'ai défait par la paume terrestre du hakke. Il eut un petit sourire. Jishin 4 ever boy ! Du coup je n'ai pas attaqué Kumo ni prit des substances douteuses…J'ai simplement fait mon devoir. Il regarda Etsuko. Pardonnez-moi dame Naari de vous avoir inquiéter. Il remit sa tête droite et regarda le plafond. En tout cas…Il risque d'y avoir de nouveau élèves au dojo d'ici peu… Il soupira. Ai-je mal agit ?

Tel était la question. Avait-il eu raison de partir dans une telle aventure quitte à finir en briser de toute part ? Cela partait en tout cas d'une bonne intention. Celle d'aider Toph à remplir son dojo. Il aimait le style Jishin et souhaitait le voir à son apogée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3351-hyuga-kami-le-cannibale-masque http://www.ascentofshinobi.com/t3730-hyuga-kami http://www.ascentofshinobi.com/u705

Lun 3 Déc 2018 - 19:57
Etsuko fronça un peu les sourcils en écoutant Kami. Ce dernier avouait devant la Jônin qu'il était parti attaquer de nombreuses autres écoles de jutsus comme celle qu'ils avaient apparemment créé ensemble ici-même, qu'ils appelaient l'école du Séisme. Sans doute en lien avec ce que la Naari avait pu apercevoir pendant le tournoi des genins de la part de Toph, ces techniques étranges de doton liées aux capacités Hyûga. Il les rassura un peu quand au lien avec Kumo bien que la mention du village de la bouche de la genin face à elle étonna la jeune femme.

Elle sourit un peu lorsqu'il répondit négativement pour les substances, sachant aussi qu'il n'y avait aucun doute là dessus, au vu de son état c'était le choc à n'en pas douter, surtout avec la vitesse il était parvenu à reprendre ses esprits de manière plutôt claire. Etsuko ferma alors les yeux quelques instants avant de les rouvrir à la question finale du jeune futur policier, soupirant un peu.

« Est-ce que tu as blessé gravement ces élèves et est-ce que les affrontements étaient dans un cadre défini et en accord avec tes adversaires, ou est-ce que tu les as attaqué comme un vulgaire sauvage ? La promotion de votre école est, je n'en doute pas, une bonne chose. Surtout que je vous ai un peu vu, notamment toi Toph, l'appliquer pendant le tournoi des genins. Assez impressionnant. Mais attention à ne pas faire n'importe quoi. Des règles sont établies, pensez à les respecter. Tant que tu es resté dans le cadre des lois d'Iwagakure no Sato, alors je n'ai rien à te reprocher. »

Terminant par une dernière analyse qui lui permit de s'assurer qu'il n'avait plus rien, elle se redressa alors et regarda à nouveau le jeune homme d'un air un peu las.

« Je suppose que je vais avoir du mal à te dire de venir au poste demain dans cet état, alors viens quand tu seras guéri et à nouveau capable de te battre. Si tu veux toujours devenir policier bien sûr. Ce n'est pas spécialement pressé, tu n'as pas de limite de temps. Viens juste quand tu es à nouveau en parfait état. Et pas la peine de stresser, je ne vais pas te virer pour une invitation au restaurant quand tu étais à moitié sonné. Cela dit si tu as toujours envie de me payer un repas comme à elle, je ne dirais pas non. Soigner prend de l'énergie après tout. »

Amusée, elle attendit sa réponse, prête cependant à partir pour laisser le duo qui semblait assez proche l'un avec l'autre, juste avant de se rappeler de ce qu'elle avait failli oublier. Elle avait reprit un peu son sérieux, se retournant vers la genin qui éta

« Ah et... Toph-san... Quand tu auras un peu de temps, tu voudras bien passer me voir ? Que ce soit à l'hôpital, au poste de police ou chez moi, à Kisetsu no Hana, n'hésite pas. J'aimerais parler un peu avec toi. N'en fais pas une urgence à placer au dessus de tout, mais je pense que c'est nécessaire. »

Elle repartit alors, ne voulant pas les déranger plus longtemps, ayant de toute façon fait le nécessaire pour que Kami aille bien. Maintenant, il ne lui restait que le repos obligatoire suite à un abus de combat, quelque chose d'assez normal en somme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Lun 3 Déc 2018 - 22:53
Toph écouta avec attention le récit de Kami.

Tu as ... Oh, tu connais la légende du dojo-breaker ? Et tu l'as répliqué. C'était... stupide de ta part. Et dangereux. Et ptet bien brave aussi, mais que cela ne te monte pas à la tête !

Toph eut un petit rire qu'elle essaya de masquer au mieux. A côté de la Taicho elle se retenait. Mais la genin était amusée par son cofondateur Jishin. L'idée qu'il avait eu était brillante. Un rien traditionnelle - mais c'était dans cette vision-là que son cousin excellait. Là où Toph était une innovatrice lui était fort dans les traditions. Le dialogue entre eux deux étaient très souvent fructifiant.

La capitaine osa poser un véritable interrogatoire alors que Kami était à peine conscient. Elle... accepta même le restaurant de Kami ? Etait-ce du flirt de la part d'un supérieur hiérarchique ? Ce genre de ragot pouvait en intéresser plus d'un. Puis, elle se tourna vers Toph et demanda à la fondatrice Jishin de passer la voir. Mais comme c'était pas urgent, Toph mit ça dans sa liste des choses-à-éventuellement-faire-si-j'ai-rien-d'autre-ou-si-je-peux-péter-la-gueule-de-quelqu'un-en-chemin.

Je vous rendrais visite, Etsuko-san. Merci d'avoir rétabli Kami-kun. Passez une bonne soirée.

Elle s'inclina devant l'eisenin, et attendit quelques instant qu'elle fusse hors de portée avant de lâcher un gros soupir de soulagement.

Pas mécontent qu'elle soit partie celle-là. Je n'arriverai jamais à lui pardonner pour Musashi-san, je crois. Enfin, d'un point de vue positif... entre tes actions, le tournoi des genin et le tournoi de Kaze, il y a fort à parier que la renommée de notre dojo va s'étendre comme un peu de paille. A nous la gloire et la richesse Kami ! Mais d'abord... racontes moi TOUS les détails ! Qui as-tu affronté ? As-tu vu des techniques intéressantes ?

Toph avait les yeux qui brillaient de curiosité. Elle voulait tout savoir maintenant. Elle n'avait pas posé trop de question devant Etsuko, par crainte d'incriminer Kami - il ne fallait pas se voiler les yeux, il avait très certainement enfreint des lois - mais maintenant qu'elle était partie, Toph n'avait plus rien à craindre et se rattrapait avec force. Elle voulait savoir les différentes écoles que Kami avait affrontées, leurs styles, leur particularité.

Elle été aussi un peu envieuse. Si seulement elle avait eu l'idée de casser les dojo avant Kami, elle l'aurait fait et se serait probablement. Enfin, au pire, elle pouvait faire un petit rerun d'ici quelques mois pour réitérer la marque Jishin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Mer 5 Déc 2018 - 15:07
« Broken Dojo-Breaker »




Il en avait peut-être trop dit. A vouloir expliquer son épopée, il avait de nouveau attisé la curiosité de sa supérieure hiérarchique. Pensant peut-être que Kami était un street fighter, elle lui demanda tout un tas détail. Les combats étaient-ils réglementés, des blessés ?...Il ne s'était pas inscrit dans un fight club clandestin, il avait simplement des écoles d'art martiaux. Rien de bien folichon sur le papier. Toutefois elle rappela qu'il fallait qu'il soit resté dans les lois du pays. Il ne savait pas grand-chose des lois mais en tout cas il savait que tuer était sévèrement puni. Aucun cadavre n'avait été laissé dans son sillon, il n'était pas un meurtrier, du moins pas à sa connaissance. Toph n'était pas non plus sur la touche car elle trouva les intentions de son cousin, stupide et dangereux…Mais aussi brave dans un sens. Il sourit.

Etsuko poursuivit en demanda à son stagiaire de revenir au poste quand il se sentira mieux. Sans oublier de l'inviter au restaurant. Un rencard ? Avec sa supérieure ?...S'il se débrouille bien, il allait pouvoir vite gravir les échelons de la police le petit.

"Merci beaucoup madame, je reviendrais rapidement au poste et soyez sans craintes…Tout a été fait dans la légalité la plus totale…"

La Taicho repartit demandant cependant à Toph de venir la voir prochainement. Rien de bien étonnant. Sa cousine n'avait toujours pas digéré les agissements d'Etsuko lors des évènements de Tetsu…une remise au point semblait nécessaire pour Etsuko. Une fois qu'elle hors de la vue de la jeune genin, Toph se détendit et soupira comme pour expulser une certaine frustration retenu trop longtemps. Décidément elle ne la portait pas dans son cœur. Mais le petit démon avait complétement changé d'attitude. D'abord un peu inquiete en présence d'Etsuko, elle chavira de l'autre bord en étant complétement excité du récit de Kami. Il rigola, elle savait cacher son jeu.

"Tu es une sacrée comédienne tu le sais ça ? Pour rentrer un peu plus dans les détails j'ai brisé les écoles d'arts martiaux classiques d'Iwa puis je me suis attaqué à une école dont la réputation commençait à prendre dans l'ampleur dans la région. L'épreuve qui m'attendait était bien différente que celle que j'ai dû subir. Je n'ai pas dû affronter non pas un mais plusieurs combattants. Toujours en un contre un mais à peine avait-je battu un adversaire qu'un second se jetait sur moi. C'était dément ! Je n'ai jamais ressenti une excitation pareille dans un combat ! Puis le lendemain j'ai affronté un homme dénommé Dan. Il se disait maitre de l'art Goken. Je ne l'ai pas cru sur l'instant. Il semblait si…naze. Mais il a su démontrer ses talents de combattant, il a même réussit à ouvrir les portes célestes ! Je ne dois ma victoire qu'à son manque d'endurance physique lié à l'utilisation de ce pouvoir. Si son corps avait tenu le choc…Je n'aurais surement jamais gagné…"

C'est vrai. Sa dernière victoire avait un léger gout de chance. Mais il s'en moquait. Ce n'était pas pour sa gloire personnelle qu'il l'avait fait. C'était pour l'école Jishin, pour Toph, pour la renommée du clan Hyûga. Pour eux. Il marqua un temps d'arrêt.

"D'ailleurs ce fameux maitre Goken utilisait des gants lesté pour se ralentir volontairement. Mais une fois qu'il les a enlevés…Ses bras étaient de véritables fusées ! C'était assez original comme méthode de combat. Mais le plus beau dans l'histoire…C'est qu'il a été battu par la paume terrestre du hakke."

Le meilleur pour la fin. Un finisher d'anthologie. La paume terrestre du hakke. Il tapota l'épaule de sa cousine.

"En tout cas c'est très gentille de ta part d'avoir pris le temps de me soigner."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3351-hyuga-kami-le-cannibale-masque http://www.ascentofshinobi.com/t3730-hyuga-kami http://www.ascentofshinobi.com/u705

Jeu 6 Déc 2018 - 20:30
Les portes célestes ? C'est... la même technique que Senku-sensei. Des techniques sacrificielles, à la puissance sans équivalent. Cela aurait pu être très dangereux, mais je suis contente que tu en sois sorti vivant. Effectivement, ce genre d'adversaire peut s'auto-détuire par lui-même. Tu as utilisé de défense ou plutôt d'esquive ?

Désireuse d'en savoir plus, Toph posait des questions. Elle devrait s'en doute affronter plus sérieusement Senku un moment, et ce genre de réflexions ou de retour d'expérience pourrait lui être utile à ce moment-là. Elle s'était prise une raclée la fois précédente.

HA ! La première arcane Jishin ! Aux tournois, je m'en suis bien servit. D'ailleurs, j'ai fait une technique de zone avec, j'appelle ça la paume Atlas, et c'est assez pratique. Je pense que ca mériterait d'être la troisième arcane. Et en quatrième arcane, j'ai développé une autre technique, c'est du support, mais ça booste tes paumes un truc de malade...

Toph parti dans un pseudo délire d'explications alambiquée de ces deux nouvelles techniques, et comment elle les avait utilisé contre Tenzin et Raizen aux tournois. Excitée comme une puce, elle tenait à montrer ces deux techniques à son cousin et à les lui apprendre dès que possible. Peut-être pas quand il était ainsi, dans son lit à moitié mort. Par contre, Toph avait l'impression de toucher comme un mur dans les possibilités du doton et du taijutsu. Elle avait déjà pas mal exploitée les possibilités à vrai dire. Et elle avait du mal à en trouver d'autres. Ou d'autres qui en valaient le coup.

Pas de souci, tu sais. Tu fais partie de la famille.

Du moins, Toph le pensait. Même si son père n'était vraiment pas d'accord. Sans doute qu'elle devrait l'affronter, un de ses quatre. Se lancer d'elle-même dans la politique de son clan. Depuis l'inactivité de Takumi, le clan... devenait l'ombre de lui-même. Il fallait se ressaisir. En y pensant... la princesse Hyûga n'avait toujours pas averti son cousin de son changement de voie.

Au fait, je ne te l'ai pas dit... mais j'étudie le Bushido ces derniers temps. Depuis Tetsu, en fait. Je pense que je vais apprendre à manier les sabres. Je vais un peu de détourner du nintaijutsu, je pense, et me tourner vers le ninkenjutsu. Enfin, certaines paumes du Hakke me resteront ouvertes. Est-ce que tu pourras t'occuper seul de cette branche-là pour le futur de l'école Jishin ?

La question était importante. Car si avant ils étaient redondant, là... ils allaient sur des chemins parallèles mais différents. Une façon de se démarquer l'un de l'autre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Broken Dojo-Breaker [Kami, libre à eisenin]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers résidentiels
Sauter vers: