Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Nouvelle rencontre ; Ft. Yamiche


Mer 21 Nov 2018 - 16:28
Nouvelle rencontre


- « C’est un plaisir de vous revoir, Shuu-sama ! »

- « Réciproque mes p’tits gars ! »

J’eus un rire alors que j’étais entouré d’une dizaine de petits Metaru qui avaient vite fait de s’agglutiner autour de moi une fois qu’ils m’avaient vu passer la porte principale de la demeure clanique. Revoir ces petites bouilles me faisait plaisir. C’était rafraichissant, clairement. Quelques-uns avaient réussi à me faire trébucher en sautant sur moi sans aucune retenue, mais pouvais-je vraiment leur en vouloir ? L’ambiance semblait bonne et ce seul indice me faisait comprendre que Reiko faisait de l’excellent travail en tant que chef de clan. J’avais définitivement bien fait de la choisir pour reprendre toutes mes charges. Mes derniers doutes la concernant se dissipèrent instantanément et même mieux… Définitivement.

Je n’avais plus aucun remord à m’occuper de mon cas.

Ce n’est qu’après une bonne heure que les enfants décidèrent de me laisser tranquille pour aller jouer. Un petit moment de répit qui me permit enfin d’aller voir mes parents et d’échanger longuement avec ces derniers. Ma mère était surtout rayonnante. Voir sa Reiko au toit de Kumo l’inondait de joie et d’un bonheur immense. On pouvait clairement dire qu’elle avait mis au monde des enfants exceptionnels puisque ses deux premiers avaient fini raikage. Mon père était égal à lui-même : Peu prolixe, taciturne, réservé. Mais avec un éclat dans les yeux qui ne mentait pas. Il était lui aussi fier de ce qu’était devenu sa fille ; même s’il ne l’exprimerait sans doute jamais de vive voix. Comme d'habitude.

Le soleil était déjà couché lorsque je pris congés de mes parents pour me diriger vers mes quartiers qui étaient toujours entretenus malgré mon absence. En entrant dans ma chambre, j’eus l’image de Nora qui faisait le ménage avec le sourire aux lèvres. Cependant, je fis vite de l’ordre dans mes esprits avant d’aller prendre un bon bain, non sans un soupir amusé. L’ex-moniale avait décidé de rester dans le petit village côtier dans lequel nous étions pour s’occuper des enfants démunis qui y étaient en attendant mon retour. Ce choix était pour le mieux. C’était peut-être paradoxal vu que Kumo était la ville la plus sûre de Kaminari, mais je la savais plus en sécurité là où elle était actuellement.

Après un bon bain et un repas copieux que m’avait apporté une jeune Metaru, je décidai de faire le tour de la gigantesque demeure de notre clan. Certainement la plus grande de tout Kumo. On pouvait pas faire plus bling-bling qu’un Metaru et nous étions à peu de choses près le clan le plus riche de Kumo pour ne pas dire de tout le Yuukan. Utiliser le kinton pour créer des ryos n’était pas chose difficile, mais le clan avait toujours fait en sorte de ne pas perturber l’économie mondiale. Je me perdis ainsi dans mes pensées, jusqu’à arriver vers un endroit plus ou moins désert qui faisait parfois office d’entrainement. D’ailleurs, sous le clair de la lune, une personne semblait s’exercer à fond, toute seule.

Personne que je me mis à observer silencieusement en m’accoudant à un arbre, non loin de la scène.


Dernière édition par Metaru Shūuhei le Mar 4 Déc 2018 - 18:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 22 Nov 2018 - 16:55
Une dernière pichenette pour envoyer un morceau de métal se ficher dans le plafond alors que tu étais allongée sur ton futon, tu décides de t’assoir.

Ce soir, tu avais décidé de ne pas aller Chez Ckimaru, une taverne fréquentée par des gens de ton espèce. Un lieu malfamé qui était devenu le repère des scélérats de Kumo. Cet endroit était devenu ton refuge du soir mais, ayant une dure journée qui commencera très tôt le lendemain, tu avais décidé d’être raisonnable en te couchant tôt ce soir mais avec le temps qui commençait à faire chaud et la pleine lune, tu ne parvenais pas à t’endormir.

Après quelques secondes à chercher quoi faire, tu te décides à te relever. Tu enfiles rapidement un t-shirt, alors que tu n’avais qu’une petite culotte en guise de pyjama comme d’habitude. Tu sors ensuite de ta chambre puis de la maison, laissant tes cheveux lâchés alors qu’habituellement tu ne sortais jamais sans ton excentrique coiffure.

Yamiko avec les cheveux lâchés:
 

Des pas tranquilles, tu te diriges vers l’endroit où beaucoup des Metaru, dont toi, avaient pris l’habitude de s’entraîner. Rejoindre le lieu t’oblige à traverser presque tout le vaste domaine du clan qui était éclairé par la lune ce soir. Une fois sur place, tu fais des étirements longuement avant d’exécuter lentement des katas. Ton objectif n’était pas d’épuiser ton corps mais juste à l’aider à se détendre. La méditation était sans doute ce dont tu avais le plus besoin mais malheureusement tu n’avais pas assez de patiente pour cette pratique qui avait plutôt tendance à t’énerver qu’à t’apaiser.

Tu t’exerçais depuis un moment lorsque tu te sens comme épiée. Tu t’arrêtes alors instantanément pour regarder autour de toi et tu distingues une silhouette à côté d’un arbre. Tu exécutes rapidement des mudra avant de souffler des bris de métal dans cette direction, visant l’ombre qui t’observait.

>> Je déteste qu’on m’espionne, lâches-tu sèchement et assez fort pour te faire entendre par la personne que tu venais de cibler sans prévenir ...


Techniques Utilisées:
 

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Ven 23 Nov 2018 - 1:15
Nouvelle rencontre


- « Eh bien, eh bien… »

Les mudras qu’elle avait effectués trahirent ses intentions. Quand bien même ils avaient été exécuté vite fait, j’avais eu le temps de les voir, de sourire, de concentrer légèrement mon chakra sous mes pieds et d’esquiver tranquillement les petits projectiles qui m’auraient planté si jamais j’avais rien fait. La scène aurait été assez surréaliste pour un civil, mais la jeune femme avait eu sans doute eu le temps de me voir m’échapper du champ d’action de sa technique les mains dans les poches et le sourire aux lèvres. Presque les doigts dans le nez dirons-nous. Un peu snob sur le coup, mais pas de quoi impressionner non plus. Sa technique avait été dans la moyenne. Rien de très puissant.

- « Mes excuses. Je passais par là et je t’ai vu t’entrainer. Pure coïncidence en vérité. »

J’eus un petit rire avant de me diriger, non pas vers elle, mais vers lesdits projectiles qu’elle avait soufflé avec force, précision et maestria. J’en ramassai un avant de l’observer sous toutes ses coutures, tout sourire, avant de constater qu’il s’agissait bien d’une Metaru. De sang, tout du moins. De toute façon, son comportement le prouvait bel et bien. Il n’y avait pas plus belliqueux que les Metaru à Kumo et s’inscrivait dans la lignée de la nouvelle génération qui prenait le pouvoir tant à l’intérieur du clan que sur la scène kumojin et même l’échiquier international. De bon augure pour la pérennité du clan. Il y avait du talent de la force et cela ne pouvait que me ravir. L’avenir promettait.

- « Tu peux me considérer comme un simple vagabond qui se promène un peu partout dans le coin. Continue ton entrainement sans t’occuper de moi, je te pris… »

Je jetai le bris de métal pour me retourner vers elle, toujours avec un sourire doux aux lèvres. C’est à ce moment-là que je remarquai sa joliesse. Ou plutôt son physique agréable à l’œil. Elle était plus bonne que mignonne d’ailleurs. Et assez athlétique aussi. Une Reiko bis ? Probable. Beaucoup ne le savaient peut-être pas, mais j’avais cette faculté à cerner rapidement les gens à un seul coup d’œil. On ne devenait pas chef de clan puis kage sans un minimum de savoir-faire en matière de psychologie. Et puis, c’était également ce qui m’avait valu la réputation d’être le meilleur forgeron du monde et celui de l’histoire entière des Metaru. Un coup d’œil à une personne me suffisait à lui construire une arme lui convenant.

- « Je ne tarderai pas à m’en aller de toute façon. Sois tranquille. »

Et sur ces mots, je sortis un paquet de clopes de l’intérieur de mon kimono noir –surmonté d’un haori floqué des armoiries des Metaru-, histoire de m’en griller une vite fait.




Dernière édition par Metaru Shūuhei le Mar 4 Déc 2018 - 18:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Lun 26 Nov 2018 - 23:26
Fidèle à toi-même, une fois de plus tu avais agis instinctivement, sans prendre le temps de réfléchir au résultat qui aurait pu être néfaste de ton acte. En effet, tu aurais pu très bien viser un enfant Metaru attiré par la peine lune ou un tout autre être incapable de se défendre face à ton assaut impulsif. Fort heureusement pour toi, il se révélait que tu avais visé une personne qui n'était autre que l'ancien Kage qui réussit donc à esquiver ton attaque avec une facilité évidente.

Cet homme, tu aurais aimé le rencontrer lors de ton arrivée dans le Village Caché des Nuages. A cette époque, tu ignorais qu'il avait perdu son pouvoir héréditaire alors tu avais eu pour ambition de le pousser à t'enseigner la maîtrise du kinton. Reiko avait été également sur ta liste mais votre première entrevue s'était si mal déroulée que tu avais préféré tirer un trait sur son plausible enseignement. Tu appréciais si peu cette femme que tu choisissais te tenir loin d'elle. Et puis, c'était sans doute le mieux que tu avais à faire pour ton propre bien.

Le retour du Nidaine avait fait le tour de Kumo et bien sûr dans le clan Metaru on ne parlait plus que de lui. Tes oreilles avaient été forcées d'entendre des louanges en son nom et tes yeux à assister à des scènes de jubilation des personnes de tout âge. Une réjouissance que tu ne partageais guère car pour toi il n'était personne malgré sa haute stature au sein du Village mais aussi dans le clan. Au milieu de toute cette frénésie, tu étais restée toi-même : complètement placide.

Alors qu'il t'adresse la parole, tu le fixes sans broncher. Il dégageait de cet homme une puissance qui titillait la belliqueuse qui sommeillait en toi. Même sans la maîtrise de son pouvoir clanique, tu étais certaine qu'il pourrait te battre sans effort. Et pourtant, attirée par la puissante aura qui émanait de l'ancien kage, le désir de l'affronter commençait à germer en toi.

Alors qu'il fumait tranquillement une cigarette, ton poing droit se ferme jusqu'à te faire mal tant tu freinais ton envie de l'attaquer. Tu n'avais pas peur de lui, ni même qu'il t'ôterait la vie mais tu savais pertinemment qu'il ne serait pas raisonnable de déclencher un combat à cet endroit à cette heure-ci. Tu risquerais des nouvelles remontrances hors tu étais lasse de te faire réprimander comme une enfant.

Le regarder sans rien faire finirait par te faire céder à ton impulsion et tu n'avais plus aucune envie de poursuivre ton entrainement alors tu décides de t'approcher du Nidaine. Tu lui arraches sans prévenir sa cigarette de la main que tu portes ensuite à ta bouche. Tu inspires profondément de la fumée mais tu finis par tousser sévèrement. Tu jettes alors la cigarette par terre avant de l'écraser de ton pied nu.

>> J'avais oublié à quel point cette chose était immonde.

Tu avais déjà essayé de fumer par le passé mais tu avais rapidement conclu que ce n'était pas pour toi. Tu avais certes grandi au milieu de la pègre mais tu n'avais pas adopter tous les vices de ce monde.

>> Désolée. Vous aurez préféré que je vous la rende peut-être ?

Ton timbre ne dénotait aucune culpabilité car en réalité ton acte était délibéré …

_________________

Spoiler:
 


Dernière édition par Metaru G. Yamiko le Jeu 29 Nov 2018 - 9:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Mer 28 Nov 2018 - 22:15
Nouvelle rencontre


- « Reiko était comme ça quand elle avait pas encore de responsabilités… Que de souvenirs ! »

C’est presqu’avec tout le sérieux du monde que je venais de lui cracher cette impression. En mettant de côté le physique, ce fait m’apparaissait comme évident au niveau mental : Ces deux meufs étaient des pestes. Si Reiko avait fini par se canaliser et ce d’autant plus qu’elle représentait et dirigeait Kumo, celle qui me faisait face semblait être encore dans sa période rebelle. Si on peut dire ça comme ça. Pas besoin de beaucoup réfléchir pour le comprendre. Son regard trahissait également une envie qui semblait la tirailler de l’intérieur : Tester ma force et dépasser ainsi ses limites. Ces jeunes alors… Tellement prévisibles ! Elle plus que les autres d’ailleurs, si bien que j’eus un sourire presque paternel avant de lever une paluche pour la passer sur sa tête que je tapotai comme si j’avais affaire à une sale gosse.

- « Pas d’quoi s’énerver, sinon ! C’est qu’une clope après tout… Et puis, comment les enfants appellent ça déjà ? Un baiser indirect hein… T’es bien une Metaru toi ! Audacieuse comme jamais ! »

Retour à l’envoyeur. En banalisant son acte et en la prenant pour une gamine, je venais surement de la titiller davantage ou même de retourner son propre jeu contre elle. Elle était tombée sur la mauvaise personne à provoquer, d’autant plus que contrairement à ma frangine qui partait vite au quart-le-tour, j’aimais mieux me foutre de la gueule des gens qui me cherchaient ; ce qui était le cas pour la gamine. Mes vieux m’avaient vite fait touché un mot sur elle. Une Metaru sortie de nulle part… J’avais eu une grimace en l’apprenant parce que j’avais instinctivement pensé qu’il s’agissait d’un enfant d’une de mes nombreuses maitresses un peu partout dans le pays, mais l’âge de la petite m’avait rassuré. Impossible qu’il s’agisse de la mienne. Par contre, sa face me faisait carrément penser à l’un de nos cousins lointains…

- « C’est fou ce que tu me fais penser à Asano… La même bouille à peu de choses près… »

J’avais repris un air sérieux en passant ma paluche sur l’une de ses joues, de façon légère et fluette comme si j’étudiais de près ses traits. Et force était de constater qu’elle me faisait vraiment penser à ce vieux con. Mais bien vite, je retirai ma main de son visage avant de fouiller une nouvelle fois mon kimono pour ressortir mon paquet de clopes et m’en griller une nouvelle fois. « Enfin, j’dois me tromper. Et ce n’est pas comme si c’était mes affaires. Le chef de clan est le mieux placé pour gérer ça. » Autrement dit la raikage actuelle. Et peut-être qu’elle menait déjà des investigations dans ce sens. Probable. Pour ne pas me faire chiper ma cigarette une deuxième fois, je finis par me retourner et même m’éloigner d’elle, lentement. La première taffe m’arracha un soupir de plaisir, avant que je ne stoppe finalement ma progression.

- « Partir comme ça serait con, putain… »

Une nouvelle fois, je me retournai de sorte à faire face à la gamine.

- « J’veux bien voir c’que tu vaux et j’suis sûr que c’est réciproque, non ? »

Très vite, j’enchainai quelques mudras avant qu’une dizaine de senbons de foudre ne fusent vers la jeune.

Rien de bien méchant on s’entend, mais de quoi ouvrir les hostilités.




Dernière édition par Metaru Shūuhei le Mar 4 Déc 2018 - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Lun 3 Déc 2018 - 12:15
Très vite, tu apprends que la Sandaime et le Nidaine Raïkage étaient complètement différents. En effet, si la première était prompte à se mettre en colère, le second semblait savoir garder son sang-froid ; à ton plus grand déplaisir. L’âge du Nidaine justifiait surement sa maîtrise de soi. Il avait dû l’acquérir avec le temps mais la Sandaime n’était encore qu’une femme à peine sortie de l’adolescence, tout comme toi. Même si, contrairement à cette dernière, tu savais faire preuve de plus de flegme.

L’ancien Kage n’avait même bronché à ta provocation qui n’était pas pourtant de moindre. Au contraire, ton comportement semblait même l’amusé. Il se permet de te provoquer en retour sauf que, tout comme lui, tu savais garder le contrôle de toi-même dans ce genre de situation. Tu étais certes du genre à foncer la tête baissée quand il s’agissait de combattre mais tu savais rester maîtresse de tes émotions face à une provocation aussi puérile que celle du Nidaine présentement. Tu ne perdras pas à ton propre jeu.

Tu le laisses donc faire alors qu’il te traître comme une gamine. Bien sûr son geste te déplaisait profondément mais tu savais qu’il faisait cela, non pas pour te montrer une quelconque affection à ton égard mais juste pour chercher à t’agacer et il était hors de question pour toi de lui offrir ce plaisir.

Le Metaru avance ensuite que tu ressembles à un certain Asano. Cet homme n’était-il donc pas au courant que tu ne désirais rien savoir sur ton géniteur ? Tu avais fait comprendre aux anciens, lors de ton entretien avec eux, que tu n’avais pas rejoint Kumo ou le clan Metaru pour savoir qui était ce lâche qui avait osé tromper sa femme avec une autre qu’il avait ensuite délaissé en apprenant que cette dernière était tombée enceinte.

>> En effet, ce ne sont pas vos affaires. Ni celles de personne d’ailleurs.

Tu t’étais exprimée sereinement bien que tu mourrais d’envie de fracasser ton poing sur le faciès de cet homme qui aurait dû se mordre la langue avant de parler qu’après s’être exprimé. Si ton histoire avec ton géniteur ne le concernait pas comme il l’avançait, il aurait dû alors éviter de faire cette remarque sur ta ressemblance avec un autre. C’était comme s’il venait de te fournir un indice sur l’identité de celui avec qui tu partageais surement le sang. Par cette révélation, peut-être que le Nidaine cherchait toujours à te provoquer. Dans ce cas, ça serait vraiment manquer de tact de sa part et venant d’un ancien kage, c’était vraiment navrant.

Il s’éloigne pour allumer une nouvelle cigarette. Sans doute avait-il peur que tu lui arraches de nouveau celle-ci de la bouche mais tu ne referas pas ce geste que tu savais fort inutile. Il y a que les idiots qui répétaient les mêmes erreurs.

Il se retourne ensuite vers toi pour te lancer de aiguilles de foudre que tu esquives en te déplaçant à peine sur le côté.

>> Je ne voudrais pas vous imposer plus longtemps ma compagnie qui semble fort vous déplaire.

Bien sûr, tu mourrais d’envie de le combattre mais le Nidaine ne semblait pas à apprécier ta présence et c’était réciproque. Et lorsqu’un être t’insupportait, tu préférais éviter le moindre contact avec lui. C’était déjà le cas avec Reiko. Ceux qui tu aimais affronter n’étaient pas forcément ceux qui tu détestaient le plus. En vérité, tu éprouvais envers ceux que tu considérais comme des véritables rivaux des sentiments similaires à de l’affection. C’était par exemple le cas avec cette Sendai Anzu qui te détestait profondément mais que tu appréciais à ta façon en retour. Une relation plutôt complexe et que tu n’avais aucune envie d’entretenir avec le Metaru.

>> Bonne nuit Nidaine et navrée si je vous ai offensé.

Excuse loin d’être sincère. Tu essayais juste de l’embrouiller en te montrant polie alors que tu étais certaine qu’il avait une forte mauvaise image de ta personne.

Sur tes derniers mots, tu t’éloignes pour rejoindre la demeure où tu étais logée …

Technique Utilisée:
 

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Mar 4 Déc 2018 - 18:53
Nouvelle rencontre


- « J’crois pas une seule seconde à ton baratin ! »

Et là, j’avais commencé à me bidonner comme un bossu. Le rire était assez fort pour être entendu dans une bonne partie de la demeure. Du reste, c’était la première fois depuis bien longtemps que quelqu’un ne m’avait pas arraché un rire pareil. Depuis ma mésaventure à Hi no Kuni en vérité. Oui, depuis ce fameux jour où j’avais perdu ce qui faisait de moi il y a encore un an l’homme le plus puissant de Kumo. Si la gamine avait donc un mérite, c’était donc ce fait : M’amuser grandement avec son petit mensonge digne d’une vraie gosse ! Si elle pensait qu’elle pouvait facilement m’entuber, elle se foutait le doigt dans l’œil et ce jusqu’au coude ! Sérieux, fallait quand même l’faire après son petit numéro avec ma clope, tout à l’heure. Tout ça pour dire que c’était même pas crédible et qu’il n’y avait qu’à voir comment je me tenais le bide, presque plié en deux, en train de me marrer comme un con !

Et ça dura une bonne minute, oui. Une longue et bonne minute !

- « Putain… Pardon… Ça fait tellement longtemps que j’ai pas rigolé de la sorte ! Et ça fait du bien bordel ! »

Sur ces dires, j’avais fini par me redresser avant d’essuyer un coin de l’œil pour me débarrasser vite fait de quelques larmes. C’était à ce point, oui. Parce qu’on pouvait pas faire plus drôle que ça ! Comme l’un de mes nombreux gorilles l’diraient « On apprend pas à mentir à un vieux Metaru », quelque chose comme ça. Oui oui, mes gorilles s’essayaient parfois à l’humour… Même si c’était naze et que ça avait tendance à bien me gonfler en vérité. Mais pour le coup, il n’y avait pas plus vrai qu’un tel proverbe, si on peut le considérer comme ça. Mon souffle reprit et le calme revenu, mes yeux glissèrent inévitablement sur le corps de la gamine… Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle était définitivement une Metaru : Des boobs, mais surtout un gros cul qui appelait à la luxure… D’quoi faire bander n’importe quel Kumojin… Sauf que si elle était réellement une pâle copie de Reiko, j’imaginais pas les râteaux…

- « Écoute, si j’ai sous-entendu que tu ressemblais à ma petite sœur, c’est que je te déteste pas du tout. Tu te fais des idées toute seule, là. Et puis, ce genre de tours, ça prend pas avec moi, petite. Que tu veuilles partir parce que ça ne t’intéresse pas ou parce que tu as peur de te prendre une dérouillée, pourquoi pas, mais de là à inventer des excuses… Putain… »

Sur ces mots, je me remis à fumer sans avoir bougé d’un iota. Là, je venais à la fois de rétablir la vérité tout en la titillant un peu. Les personnes de sa trempe avaient toujours une petite fierté, surtout quand on les traitait à demi-mot de froussards. Je savais pas trop si ça allait porter ses fruits sur le coup, mais au moins, j’avais essayé. De toute façon, il était plus ou moins de coutume que les Metaru se fracassent parfois la gueule… Avant d’aller taper sur les autres. Ou de construire des armes après, comme si de rien était. Ma génération avait peut-être atténué le côté barbare et guerrier qui caractérisait notre clan, mais le sang des Metaru était ce qu’il était : Pacifique ou pas, on finissait toujours par être salement violents quand il s’agissait de baston. Je ne faisais pas vraiment exception en vérité. Mon flegme était parfois un leurre et mes mains étaient couvertes de sang. Un peu trop d’ailleurs.

Pas de quoi m’arracher des remords ceci dit.

C’était la voie d’un ninja. Celle que j’avais choisi d’embrasser comme beaucoup d’autres.

- « Je reste encore ici pendant une demi-heure, si jamais tu changes d’avis. »

Et tranquillement, je continuais de profiter de ma clope.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Dim 9 Déc 2018 - 22:16
D'un regard interrogateur, tu fixes le Nidaine qui était en train de s'esclaffer. Tu ne comprenais pas la cause de cette hilarité soudaine de l'ancien kage. Tu te demandais s'il n'avait pas péter un câble car tu n'avais rien dit ni fait quelque chose de drôle. Était-ce ton mensonge qu'il avait réussi à déceler qui le mettait dans ce état ? Si c'était le cas alors tu ne comprenais encore moins car tu ne voyais pas en quoi c'était drôle.

Tu le laisses se calmer.

>> Ravie de vous avoir fait rire.

Ton timbre était placide et pourtant intérieurement tu bouillonnais d'envie de taper cet homme. Tu parvenais cependant à calmer ton ardeur alors que de nouveau tes poings s'étaient serrés jusqu'à te faire mal.

Que tu avais horreur de te retenir de la sorte. Cela te faisait tellement souffrir. C'était bien plus douloureuse qu'une blessure ouverte. C'était tout ton être qui était en agonie et la seule façon de te libérer de cette géhenne était de laisser ton impulsivité s'exprimer mais pour une raison que tu ne parvenais pas à comprendre, tu n'avais pas envie de montrer au Nidaine que tu étais en réalité une créature soumise à ses impulsions. Sans doute, tu n'appréciais pas le fait qu'il te comparait à Reiko qui était l'exemple parfait d'une personne esclave de sa spontanéité. Le genre qui réagissait avant de réfléchir.

Très vite, l'idée de t'en aller déserte complètement ton esprit alors que tu gardes les yeux rivés sur le Nidaine qui fumait à présent tranquillement à quelque mètres de te position. Le Metaru venait de te faire comprendre qu'il ne te détestait pas mais cela ne changeait rien pour toi. Tu ne parvenais toujours pas à le supporter pour une raison que là encore tu n'arrivais pas à expliquer. Sa simple présence t'irritait. Si tu étais capable de justifier pourquoi tu n'appréciais pas la Sandaime, ce n'était pas le cas pour le Nidaine. Cet homme ne t'avait rien fait de mal après tout.

Ton exacerbation était sans doute liée au fait que tu te retenais de l'agresser. Si tu parvenais à extérioriser toute cette agressivité à son égard qui s'accumulait en toi, peut-être parviendrais-tu à voir les choses plus clairement. C'est donc dans ce but qu’un kusarigama se forme rapidement dans ta main droite. Sans laisser échapper le moindre mot, tu cherches à couper avec la lame bien acérée de ton arme plutôt singulière la cigarette que le Nidinaine avait en bouche en guise d'une énième provocation. Grâce à la chaîne qui te permettait de contrôler la longueur de portée et la direction de ton arme, juste après le premier assaut, la lame se retourne pour revenir attaquer le Metaru, cherchant à le faucher au niveau du cou cette fois …

Le kusarigama:
 

Techniques Utilisées:
 

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Nouvelle rencontre ; Ft. Yamiche

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: