Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Braquage à l'Italienne | PV CHINOIKE KATSUKO


Mer 21 Nov 2018 - 23:20
L’air était étonnamment frais en ce début de matinée. Pourtant le printemps commençait à pointer le bout de son nez mais le givre et la neige recouvraient tout de même le pays vallonné. La princesse de jade et sa servante, Omura Yuna étaient assises côte à côte. Levées de bon matin toutes les deux, elles avaient embarqués dans une calèche discrète pour se rendre dans une ville portuaire, loin de a capitale de Jôheki. Deux chevaux blancs comme la neige tiraient la voiture, conduite par un garde en tenue de civil. Tout était fait pour ne pas être remarqué. Le convoi se dirigeait vers la ville portuaire pour y inaugurer un temple shinto dédié à la déesse Izanami. Celui-ci était en construction depuis des décennies et se voulait être le joyau de l’architecture du Pays des Remparts. A l’intérieur de la carriole, la princesse avait revêtue sa tenue d’apparat. Elle était recouverte de soie, de pierreries et de vison. Trônant au sommet de son visage, une tiare d’argent incrustée d’émeraudes scintillait de milles feu aux rayons du soleil levant. Yuna, assise à côté d’elle, comptait le nombre de bandages qu’elle avait emmené avec elle. En face des deux jeunes femmes, un shinobi spécialement employé à la protection de la demoiselle regardait par la fenêtre, tendu.
 
« Je continue à dire qu’il n’est pas prudent de voyager comme ça. » Fit le shinobi en regardant par la fenêtre.
 
« Ne vous en faites pas. Nous sommes dans un pays tranquille, il n’arrivera rien. » Fit la princesse d’un ton confiant. A ses mots elle avait braqué son regard vide directement dans celui du shinobi qui frissonna. Il se demandait comment elle avait pu le fixer sans le voir. Il retourna à sa fenêtre, frustré.
 
Konohananosakuya sourit. Elle aimait son pays et jamais dans ses voyages son convoi n’avait été agressé. Ca n’allait sans doute pas commencer aujourd’hui. La carriole roula pendant une heure et demie encore. Yuna et le shinobis regardaient le paysage, loisir que ne pouvait s’offrir la princesse qui se perdait dans ses pensées.
Elle repensait aux orifices qui s’étaient creusés dans ses paumes. Ces bouches étranges étaient apparemment communes aux membres de son Clan qu’elle n’avait jamais vu. Son père était un héros de guerre ici à Jôheki, membre du lointain Clan Chôkoku, la jeune fille ne l’avait presque pas connu.  Elle n’avait de lui que ces appendices.
 
Après une heure de route de plus, la carriole s’arrêta.
 
« On est déjà arrivés ? »
Demanda Yuna, étonnée de l’arrêt complet du véhicule. Le shinobi releva le nez, inquiet.
 
« Il se passe quelque chose d’anormal… »
L’homme ouvrit la porte immédiatement. Le guerrier n’eut pas le temps de bouger. La carriole était entourée d’hommes en noir pointant leurs katanas sur lui. Bien sûr la princesse ne le savait pas. Elle pouvait sentir que quelque chose n’allait pas à la tension dans l’air mais elle était loin d’imaginer la scène qui se déroulait pourtant devant elle.
Des guerriers masqués avaient entourés le pauvre shinobi et forçaient maintenant les deux femmes à descendre.
Les mains derrière la tête, Yuna pleurait, tétanisée de peur.
Le shinobi restait calme, se plaçant devant la princesse pour la protéger du mieux qu’il pouvait.
L’un des hommes en noir s’avança. Du revers de la main il fit signe au garde de la princesse de se décaler. Il regarda la jouvencelle un instant avant de lui arracher sa tiare d’un geste violent.
 
« Tu sais que tu vaux très cher ma belle ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4646-chokoku-no-ko-no-hana-no-sakuya-hime

Ven 23 Nov 2018 - 7:50
Katsuko s'était un peu éloignée du camp où ils avaient décidé de s'arrêter avec Kagami, marcher un peu pour se perdre dans ses pensées et réfléchir en paix, sans la présence de personne autour d'elle. La mission d'escorte s'était parfaitement passé, Ohana n'avait pas eu la moindre égratignure, restait désormais à voir si la journaliste accepterait d'écrire un article pour soutenir leur cause, si elle avait une autre possibilité d'aide, une autre proposition, ou si elle leur donnerait simplement de l'argent pour leurs services. C'était déjà mieux que rien, mais elle ne pourrait s'empêcher d'être déçue.

Alors qu'elle marchait depuis un peu plus d'une heure, se préparant à tourner ses pas pour revenir vers le campement, elle entendit quelques rires. Elle fronça un peu les sourcils et tourna la tête vers l'origine du bruit. Des arbres, rien que des arbres. Elle entendit alors à nouveau des rires venant de la même direction et choisit dès lors de se mettre en marche discrètement dans la végétation vers cette origine. Les rires étaient mauvais, cruels. Ce n'était pas des rires agréables ou sains, c'était mauvais. Elle le sentait. Typiquement le rire qu'elle faisait lorsqu'une de ses proies avait tout utilisé et se trouvait désarmée face à elle.

Curieuse et voulant éviter d'éventuels problèmes qui pourraient leur retomber dessus, elle avait choisit d'aller découvrir ce qui se tramait et selon ce sur quoi elle tomberait, elle éliminerait le problème ou le laisserait filer sans s'en préoccuper. Katsuko commença par grimper dans un arbre une fois que des voix devenaient perceptibles puis finit par se trouver proche d'une lisière, une route traversant la forêt. Elle vit alors une troupe de quelques bandits en train d'entourer deux femmes dont une en pleurs et un homme qui semblait impuissant. Un garde qui s'était laissé surprendre par une embuscade de balourds, bah bravo. Il allait perdre son job lui, c'était certain.

L'un des hommes s'avança alors, arrachant la petite couronne de ce qui semblait être une princesse, lui faisant un sourire malsain. Il avait touché le jackpot, il était heureux. Cependant ces bandits pourraient tout aussi bien choisir de se faire une deuxième proie un peu plus loin sur le chemin en la personne d'Ohana et la fille aux yeux de sang ne comptait pas prendre ce risque. Qui plus est, sauver une princesse pourrait toujours rapporter, que ce soit en or ou en informations, voire en aide d'une quelconque autre manière. Amusée, elle prit alors le temps de se préparer avant de lancer son offensive.

Premiers mudras, deux ailes de sang se formaient dans son dos accompagnées de deux petites cornes sur son front. Nouveaux mudras et son corps complet, cheveux aussi, se teintait de la couleur du sang. Elle devenait dès lors un véritable démon. Quelques signes plus tard, elle était désormais armée d'une large faux terrible capable sans aucun doute de décapiter quiconque lui déplaisait. Pour terminer, Neiko fit de nouveaux mudras et forma une large lame de sang qu'elle envoya sur celui qui venait de toucher la princesse. La lame s'abattit avec violence sur le pauvre homme qui n'avait rien vu venir, coupé en deux avant que le sang ne s'éclate au sol, se mélangeant au sien tandis qu'il hurlait de douleur dans les derniers instants de sa vie.

La vampirette se laissa alors retomber au sol avec souplesse, plantant la pointe de sa faux dans la tête de sa proie pour l'achever au passage et qu'il arrête de faire autant de bruit. Elle se redressa alors, arborant un cruel sourire blanc qui se détacha sans mal sur son corps rouge. Elle se tourna un peu, faux en main, ailes battant légèrement dans le vide, brassant l'air autour d'elle.

« Je tue qui, maintenant ? »

Elle regarda un peu les bandits terrifiés puis la princesse, la pleureuse et l'incapable. Elle attendait visiblement une réponse.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Ven 23 Nov 2018 - 16:27
Le bandit riait aux éclats. La tiare dans les mains il s’amusait à compter les émeraudes incrustées. Ses camarades pointaient toujours leurs armes contre le convoi les empêchant de bouger plus. Le shinobi qui était en charge de protéger sa majesté baissa la tête, impuissant. Il avait largement échoué dans sa mission et sentait bien que sa présence ne serait plus demandée auprès de la famille royale.
La dame en vert restait de marbre mais ne faisait que camoufler sa peur. Intérieurement, elle était au moins aussi effrayé que sa servante qui ne se privait pas pour le montrer.
 
« Aaargh ! »
 
La demoiselle entendit ce cri d’une force inégalée comparée à ce que les autres avaient entendus. Instinctivement elle se cacha les oreilles avec les mains, grimaçant. Elle savait bien que celui qui avait crié n’était autre que celui qui lui avait volé sa tiare. Mais la pauvre demoiselle était bien loin d’imaginer ce qui se tramait sous ses yeux…
 
Le voleur gisait au sol dans une marre de sang. Un trait venu des arbres l’avait frappé de plein fouet, déchirant son corps en deux. La lame meurtrière s’était effondrée au contact du sol, se mêlant au sang de sa victime.
Le shinobi s’était placé devant son employeur, prenant à sa place les giclures de sang. Les bandits ne riaient plus. Leur camarade était mort d’une manière atroce, sous leurs yeux, d’une attaque venant de nulle part.
Un silence de mort s’était installé entre eux. Le shinobi grinçait des dents. Il avait échoué à protéger sa maîtresse et il avait fallu qu’un autre ninja intervienne pour faire son travail.
 
Ce fût à se moment qu’elle apparût. Une jeune fille sortit des buissons d’où venait la lame ensanglantée. Son apparence glaça d’effroi tous ceux qui la virent, tous sauf la dame en vert.
Yuna arrêta de pleurer, elle était comme paralysée de peur. Le shinobi regardait la demoiselle d’un regard mauvais, pour lui il ne s’agissait que d’une menace de plus.
La jeune fille qui venait de faire son entrée n’avait rien d’humain. Affublée de cornes, d’ailes et de chair couleur sang, la jouvencelle tenait dans sa main une faux d’une matière étrange qui n’était ni du fer, ni du bois, ni tout autre matière commune connue.
 
Elle s’approcha du groupe, l’air de rien.
 
« Je tue qui, maintenant ? »
 
Dit-elle d’une voix enfantine. Konohananosakuya releva la tête, elle avait retiré ses mains de ses oreilles. La voix de petite fille l’intriguait. Etait-elle à l’origine du cri qu’avait poussé le bandit ? Elle avait très bien ressenti le froid qui s’était installé ainsi que le bruit d’une masse qui s’effondrait, ou plutôt de deux. Elle en avait déduit que le voleur avait été vaincu, sans doute par cette jeune fille.
Mais alors pourquoi son garde semblait si hostile à son égard ?
 
Les voleurs s’écartèrent à la vue de la jouvencelle démoniaque. Certains d’entre eux s’étaient enfuis mais pas tous. Certains de leurs capacités, trois ou quatre d’entre eux se jetèrent sur l’inconnue, près à en déccoudre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4646-chokoku-no-ko-no-hana-no-sakuya-hime

Sam 24 Nov 2018 - 19:57
Katsuko regarda un peu les personnes autour d'elle. Elle rit un peu en voyant les vêtements de la servante s'assombrir légèrement, le shinobi quant à lui détait devant la princesse, n'en menant pas large. Elle se retourna vers les bandits, leur faisant un sourire sadique. Quelques uns s'enfuirent mais quatre d'entre eux décidèrent de mourir. Elle se passa dès lors sa langue sur les lèvres et après quelques mudras, elle fit une nouvelle lame de sang qui en cueilli deux en plein ventre. L'un parvint à amortir le choc avec ses bras, hurlant cependant de douleur avant d'essayer de se ravancer vers elle, tandis que le second s'était tout simplement fait couper en deux, les yeux écarquillés.

La démone rouge sang se retourna sur les deux autres et les trancha avec facilité avec sa faux, les blessant sévèrement. Elle riait de plus en plus fort, les yeux brillants. Ils mourraient tous. Ils devaient le sentir désormais. Ce lieu serait leur tombeau, ou plus exactement, celui de leurs restes. Elle termina ses mouvements par de nouveaux mudras, une ceinture de shurikens de sang se formant alors autour de la vampire au corps rouge pour être ensuite projettés sur ses trois ennemis encore debout.

Elle les regarda subir avec plaisir, riant à leurs cris de douleur. Celui qui avait résisté à sa lame de sang était en meilleur état que les deux autres. Peut-être espérait-il qu'il pourrait fuir, il tourna le dos et se mit à courir à toute vitesse, de toutes ses forces. Les deux autres, désespérés, se jetèrent à nouveau sur Katsuko qui leur fit goûter une nouvelle fois à sa faux. L'un d'entre eux tomba tandis que le dernier était encore debout. Il chancelait cependant, serrant son katana dans son poing alors que la peur se lisait sur son visage.

Au lieu de simplement l'achever, la demoiselle tueuse décida de jouer un peu avec lui. Faisant bouillonner son sang en elle, elle se mit d'un seul coup à se déplacer beaucoup plus vite. Arrivant ainsi dans son dos avant qu'il n'ait put réagir, lui ayant donné un coup d'aile au passage, la demoiselle lui souffla sur l'oreille droite avant de lui caresser la joue de sa main libre. Alors qu'il hurlait de terreur, elle planta sa faux à travers son dos, la lame ressortant de son ventre dans des gargouillis horribles. Elle rejeta alors le cadavre sur son camarade au sol, faisant de nouveaux mudras. Elle avait laissé sa faux tomber au sol et avait les bras tendus vers le dernier fuyard. Non, il ne partirait pas vivant celui-là. La lame se propulsa à sa poursuite, le frappant en plein dos, le coupant à son tour en deux dans un dernier hurlement de douleur. Elle reprit finalement sa faux qui, après quelques mudras, devint un katana, et alla planter ce dernier dans la tête de chacun de ses ennemis, s'assurant qu'ils étaient tous bien morts.

Elle revint finalement vers le petit groupe avec un sourire amusé, regardant notamment la princesse qui n'avait toujours pas réagit. Elle plissa un peu les yeux, se rendant alors compte que cette dernière semblait regarder dans le vide. Elle était aveugle ? Etrange.

« Alors, on dit pas merci ? Quel est mon paiement pour tout ça ? Hmmm ? J'ai bien travaillé quand même. Je vous ai évité une belle rançon à devoir payer à ces rats. »

Arrêtant de canaliser son chakra, Katsuko perdit peu à peu ses cornes et ses ailes, puis sa peau et ses cheveux reprirent leur teinte normale tandis que son katana retombait sur le sol à l'état liquide. Sa tenue était désormais tâchée de sang mais ce n'était pas grave, elle s'était bien amusée.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Dim 25 Nov 2018 - 15:51
Une avalanche de hurlements. C’est tout ce qu’entendait Konohananosakuya. Elle entendait les bandits attaquer la jouvencelle et hurler de douleur. Il était maintenant certain qu’elle était une bien meilleur kunoichi que ne l’était son propre gardien. Il n’en menait pas large non plus ! Konoha-Hime pouvait sentir son corps trembler de là où elle se trouvait. Il n’était clairement pas taillé pour ce travail. Pendant ce temps là, la santé mentale de la petite servante s’était évanouie dans la nature. Elle ne semblait même plus réagir à l’horreur qui se dressait devant ses yeux.
 
La fille aux cheveux roses riait aux éclats. C’était une bonne journée pour elle. Elle empalait les uns après les autres chacun des voleurs. La neige qui recouvrait le sol avait pris une teinte écarlate. Une fois son méfait accompli, la fillette reprit forme humaine, révélant un minois des plus adorable. Elle avait un visage rond et enfantin qui collait parfaitement à sa voix juvénile.
 
Le shinobi fronça les sourcils. L’expression triomphante de la gamine ne lui plaisait guère.
La dame en vert elle, ne réagissait pas. Elle avait bien entendu les rires sardoniques de la fillette pendant qu’elle tranchait les chairs de gens qu’elle ne connaissait pas. Une autre petite noble aurait probablement fondu en larme mais pas elle. Contrairement à d’autres familles, la famille régnante du pays des remparts était accoutumée à ce genre de situation.
Depuis petits on les a entrainés à tuer, à se battre et à supporter des scènes de violence extrême en cas de guerre. C’est ainsi que le pays s’est préservé d’une rébellion de l’armée depuis des siècles : en produisant des leaders capables de mener une armée aussi bien que de gouverner un pays.
 
Le shinobi sortit un kunaï d’une de ses poches.
« Arrière ! »cria-t-il à la petite fille, une fois qu’elle eut fini d’achever ses victimes.
 
« Alors, on dit pas merci ? Quel est mon paiement pour tout ça ? Hmmm ? J'ai bien travaillé quand même. Je vous ai évité une belle rançon à devoir payer à ces rats. » Fit la demoiselle, mettant ses poings sur ses hanches.
 
Konoha poussa le shinobi et passa devant lui, faisant face à la demoiselle qui faisait une tête de moins qu’elle. Sa robe traina dans le sang frais. Contre toute attente, elle s’agenouilla devant la petite fille aux cheveux roses.
 
« Je vous remercie infiniment pour votre intervention salvatrice. Votre récompense sera à la hauteur de votre exploit.»
 
La princesse dit sa phrase dans un calme olympien qui contrastait avec l’horreur des amas de chairs et de sang qui l’entourait. La petite servante finit par tomber dans les pommes, s’effondrant dans la neige. Le shinobi serrait les dents.
 
« Je vous en pris Madame, escortez-moi jusqu’à destination. Votre prix sera le mien. »
 
« Quoi ?! » Hurla le garde qui n’avait pas participé à la bataille.
« Je vous interdis de vous approcher de cette sorcière ! »
 
Il pointa son arme blanche vers la fillette aux cheveux roses.
La dame en vert soupira. Les ignorants l’épuisaient au plus haut point.
 
« Je me passerais de vos commentaires soldats. » Dit-elle d’un ton froid qui ferma a clapet du shinobi qui eut soudainement peur pour sa paye.
 
La noble passa sa main gantée sur la neige, balayant l’endroit jusqu’à trouver l’objet qu’elle avait entendu tomber à cet endroit. Elle agrippa sa tiare et se releva. Elle posa sa main sur l’épaule de la fille aux cheveux roses et la fit glisser jusqu’à sa joue. Elle retira ensuite sa main et posa la tiare sur la tête de la vampirette. Trop grande pour elle, elle penchait légèrement sur le côté.
 
« Vous pouvez la garder dans tous les cas. Mais sachez que ce n’est rien comparé à ce que vous aurez si vous m’accompagnez. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4646-chokoku-no-ko-no-hana-no-sakuya-hime

Lun 26 Nov 2018 - 0:05
Katsuko rit alors au nez du shinobi qui lui disait de reculer fébrilement, kunai en main.

« Quoi, le spectacle ne t'a pas suffit ? Toi l'incapable ? Tu crois me faire peur peut-être, avec ton couteau à soupe ? »

Elle le raillait comme elle aurait pu se moquer d'un enfant incapable de se défendre dans la cour de récréation, le chahutant avec moquerie par pur plaisir de le remettre à sa place de faiblard. Elle venait de massacrer cinq hommes en riant, il comptait faire quoi avec son jouet ? Son attention se reporta cependant bien vite sur la princesse aveugle qui semblait s'être décidée à bouger à côté de la statue aux jambes humides. Cette dernière ne tint d'ailleurs plus très longtemps puisqu'elle finit par tourner de l'oeil, tombant inconsciente dans la neige. Un spectacle bien ridicule tiens.

« T'as entendu petit chien ? Arrête d'aboyer sinon tu vas te faire museler et polir les dents. Tu n'aimerais pas ça, pas vrai ? Range ton jouet, on parle entre grandes personnes. »

Le shinobi qui essayait de défendre sa viande, de ne pas se montrer inutile, ici se trompait clairement de cible. Sa maîtresse tout comme Katsuko étaient passées à l'étape suivante, il avait le choix entre suivre et rester abandonné là sur le bord de la route. Neiko fixa de ses yeux rouge sang cette princesse aux yeux vides, elle eut un sourire amusé quand la princesse tenta de lui mettre sa coiffe. Voilà bien quelque chose qu'elle n'avait jamais souhaité avoir, un encombrant bijou qu'on risquait de perdre à chaque mouvement brusque.

Elle l'enleva alors bien vite de sa tête pour la replacer sur celle à qui elle appartenait, un sourire amusé sur le visage.

« Ta couronne ne m'intéresse pas. On croirait que je l'ai volée, elle ne vaudrait plus rien entre mes mains. Elle ne m'apporterait que des ennuis. Par contre, je veux bien t'escorter, puisque ton chien en est incapable. Dis-moi où tu vas par contre, si c'est loin je devrais prévenir mon camarade. »

Elle fit un petit sourire, amusée. Le shinobi en laisse ne pourrait rien lui faire, et si jamais il tentait, il y aurait un cadavre de plus au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Jeu 29 Nov 2018 - 15:10
La petite demoiselle retira la tiare aussitôt posée.

« Ta couronne ne m'intéresse pas. On croirait que je l'ai volée, elle ne vaudrait plus rien entre mes mains. Elle ne m'apporterait que des ennuis. Par contre, je veux bien t'escorter, puisque ton chien en est incapable. Dis-moi où tu vas par contre, si c'est loin je devrais prévenir mon camarade. »


La dame en vert recula. Elle était étonnée par la prudence de la jeune fille.

"Je vais à la ville de Tanami, à quelques heures de calèche." Dit-elle avec un grand sourire. "Vous pouvez amenez votre ami avec vous si vous le souhaitez."
Le shinobi était médusé. La princesse qu'il protégeait était tranquillement en train de bavarder avec une gamine qui venait de massacrer des bandits juste devant elle !
Et elle ne semblait même pas effrayée !
Le shinobi grinça des dents.
Il finit par se baisser et ramassa la servante qui était tombée. Il l'installa à l'intérieur de la calèche.
"Votre robe est tâchée de sang." Dit-il, croisant le regard de la petite fille.
"Avez-vous apporté du rechange ?"
La dame en vert souleva les pends de sa robe, évaluant leur poids. 
"Non je n'en ais pas.. Je ne peux pas me présenter comme ça là-bas." Dit-elle.
"Je devrais surement l'enlever."
La demoiselle fit la moue. Sa tenue était clairement plus importante que la vie de quelques brigands.
Elle remis sa tiare en place.
"Tu conduiras la calèche." Ordonna-t-elle au guerrier derrière elle. Il s'apprêtait à protester de vive voix mais croisa la sourire ironique de la petite Katsuko qui se foutait de sa gueule depuis tout à l'heure. L'homme grinça des dents... encore une fois. Il se faisait violence pour ne pas frapper la gamine. L'homme se retint de chipoter, ne voulant pas passer de nouveaux pour un incompétent.
Il poussa le cadavre de l'ancien conducteur à terre et s'assit à sa place.
"Je vous attendrais ici mademoiselle.. ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4646-chokoku-no-ko-no-hana-no-sakuya-hime

Aujourd'hui à 12:01
Katsuko écouta les paroles de cette princesse et hocha la tête.

« Quelques heures ? Ça ira, même cet imbécile devrait être capable de survivre ce court temps sans moi. Et contrairement à moi, il est très... prompt à attaquer. Il risquerait de s'énerver avec ton incapable de garde du corps et ça pourrait mal finir. »

Elle fit un petit sourire mauvais au shinobi avant de se retourner vers la princesse. Celle-ci se préoccupait de sa robe qui était à moitié couverte de sang, ce qui semblait la déranger plus que tout. La nukenin fit alors quelques mudras et le sang qui la tachait se retira de lui-même pour retourner au sol, laissant la robe sans la moindre trace de ce qui avait pu la saccager.

« Le sang est mon domaine. Votre parure n'a plus rien. Je m'appelle Neiko et donc l'attente ne sera plus nécessaire je suppose. »

Elle profita de ces instants de flottement pour repousser les cadavres sur le côté, qu'ils ne gênent pas la route. Elle fit également quelques nouveaux mudras pour effacer toutes les traces de sang du carosse, ce qui éviterait les problèmes en arrivant en ville et autres questionnements.

« J'ai aussi enlevé le sang du carosse, on devrait être tranquilles comme ça. On peut y aller. »

Neiko prit alors dans ses bras la servante évanouie et regarda la princesse avec une certaine moue.

« Enfin il faudrait peut-être la changer avant si vous ne voulez pas qu'elle salisse l'intérieur de votre carosse. Vous avez des habits de rechange pour elle ? Sinon on aura l'odeur le temps du voyage et je doute que ce soit agréable pour elle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Braquage à l'Italienne | PV CHINOIKE KATSUKO

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Jôheki no Kuni, Pays du Rempart
Sauter vers: