Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Mise en garde ? [PV : Itagami]


Jeu 22 Nov 2018 - 2:48
Cela fait quelques jours qu'Anzu a détecté la présence de Shuuhei à Kaminari no Kuni, et ça fait plusieurs jours aussi qu'elle n'a pas eu de nouvelles d'Itagami. Il y aurait un lien entre les deux ? Au début, elle y croyait, mais elle a vit compris qu'elle était à l'hôpital pour accoucher, donc elle ne pouvait pas être là-bas et sous les yeux intentionnés d'une sage-femme. Cependant, hormis Reiko qui a été la première au courant, elle n'a mis au courant personne, mais c'est pas faute d'avoir essayer de trouver des personnes qui seraient intéressés par cette nouvelle. Enfin, Anzu a aussi d'autres priorités en ce moment : elle doit garder cette haine qu'elle stock suite à son affrontement contre Yahiko qui s'est mal passé et qui a fini par la mettre dans un état critique. Elle savait que cette action était pour lui faire mal, voire même que c'était pour la tuer, elle en est sûre, elle l'avait senti, cette haine qu'il avait à ce moment-là et qui a contaminé Anzu suite à ce coup ... mais heureusement, elle a guéri, et elle a une carte en main qui lui permet d'oublier tout ça.

Comme Itagami était à l’hôpital, la petite Kumiko était toute seule, et comme la Sendai s'occupe de son apprentissage, c'est évidemment elle qui doit la garder. Voir sa petite bouille adorable lui permettait d'oublier un peu tout ça, d'oublier ce fichu Sendai qui voulait la tuer ... en y repensant, la haine qu'elle a avec Yahiko a surpassé celle qu'elle entretenait avec Yamiko. Enfin, la violette se dirige vers la maison d'Itagami, toujours en restant concentrée pour surveiller les environs : elle sait qu'il peut se cacher n'importe où, mais il ne peut pas passer le radar de Kumo, la senseuse la plus puissante du village. Il faudra bien plus que ne pas faire de bruit, il faudra bien plus que de marcher sur la pointe des pieds pour réussir à la tromper ... Mais comme d'habitude, il n'est pas là, il a sans doute trop peur de rater son coup ou bien d'être vu, ce serait dommage que toutes ses magouilles pour avoir une bonne image à Kumo se brise, car c'est son unique alibi. Qui croirait que c'est cette personne pleines de bonnes intentions qui veut la tuer après tout ?

La Sendai se retrouve devant la maison, elle prévient la jeune Metaru qui habite encore dedans en toquant à la porte, puis ouvre. Itagami lui faisait assez confiance pour garder les doubles des clés de la maison ... mais ça ne l'empêche pas de toujours pouvoir en créer une fausse. Elle peut tout créer après tout avec son chakra ... donc elle peut toujours créer une fausse clé. Mais ça ne servirait à rien, de toute manière, Kumiko doit déjà l'attendre. Ce n'est pas la première fois qu'elle vient, à vrai dire, elle vient chaque jour, chaque jour elle vérifie qu'elle va bien, qu'elle ne s'est pas trop entraînée, qu'elle mange, qu'elle dorme correctement ...

- Kumiko ? Je suis rentrée !

Elle l'appelle, on ne sait jamais si elle n'a pas entendu toquer, ni même si elle était trop occupée à jouer dans sa chambre. Dans tous les cas, elle est prévenue que sa présence est ici.

_________________
Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Dim 25 Nov 2018 - 13:05

JÇa faisait combien de journées que je brûlais à l’hôpital ? Observant encore et encore sa petite poitrine monter et redescendre à un rythme presque régulier ? Je ne le savais guère, mais jusqu’à présent cette information n’avait pour moi pas grande importance ; parce que ce petit miracle était maintenant en plus de sa grande sœur et son père mes trésors les plus précieux dans cette vie.
En effet, j’avais accouché, enfin ! La petite comme je m’en doutais était venue au monde, certes plusieurs semaines trop tôt, mais son empressement à voir le monde n’avait fort heureusement pas trop sévèrement impacté son espérance de vie, mais son corps sous-développé avait besoin d’un suivi particulier… d’où cette coupe de verre sous laquelle elle reposait, d’où cette douleur lancinante à la poitrine. Elle était là ! mais je ne pouvais la tenir quelques minutes par jour, je la voyais, mais ne pouvais pas vraiment en profiter, suivait son existence sans véritablement pouvoir en faire partie ; assise derrière cette coupe de verre je m’étais faite simple spectatrice de ma propre enfant. Ceci-dit c’était pour son bien et rien que pour ça… c’était une peine que je pouvais supporter.

Akahoshi Seina chan <3

Les premiers jours, Hisao m’accompagnait, ne pouvant trop s’empêcher d’être un peu gaga devant son enfant, harcelant les toubibs d’un flot de questions telles que je ne pensais point le voir un jour aussi bavard. Mais… être le bras droit du Raikage était un poids, un poids dont il ne pouvait se défaire aussi aisément, aussi il du diminuer ses visites, même si cette vie était une par de la sienne, il ne pouvait délaisser tout le village pour le simple plaisir de la contempler.
Il y a quelques jours durant Kuu chan m’imitait aussi, venant avec moi day every day voir sa petite sœur, s’émerveillant à chacun de ses fait et geste, elle aussi confinée derrière cette coupole, loin du monde dans lequel vivait sa cadette. Puis quelques jours plus tard, à ma grande surprise elle arrêta de m’accompagner. Sur le coup je n’avais pas compris le pourquoi, mais lorsque je suis venue la trouver plusieurs soirs de suite endormie dans ses livres et manuels estudiantins, j’ai compris la raison de cet éloignement. Elle n’avait reculé que pour mieux sauter. Elle plus que quiconque savait ce que c’était que d’être protégée et visiblement elle avait pris conscience qu’elle avait maintenant quelque chose à protéger, seulement… s’était peut-être ce comportement, ou ce désir de pouvoir être utile à sa petite sœur qui me rappela une notion importante. Si elle… Kumiko chan, travaillait si dure pour assurer un bel avenir à sa sœurette, moi… assise devant cette coupe de verre que faisais-je ? Même si rester à son chevet me paraissait paradisiaque… je n’étais que trop bien placée pour savoir que ce monde dans lequel nous vivions, ce monde de shinobis, de guerre et de sang était loin d’être suffisamment clément pour me laisser fondre dans cette oisiveté. Je l’avais mise au monde, l’avait invitée dans cette nouvelle existence, mais… ce monde… ce monde la méritait-il ? Elle comme sa sœur ainée ? Fronçant le regard, l’observant d’un air de plus en plus sérieux… * Qu’est-ce que je fais ici… hormis hypothéquer ton avenir… ? *

---------------------------------------------------

- Bonne arrivée Anzu sensei ! Fis-je en ouvrant la porte, un large sourire sur les lèvres pour accueillir ma nouvelle prof.

Maman avant vraiment trouvé ce qu’il y avait de mieux pour moi, Zorokou san était depuis sa sortie d’hôpital congédié chez lui, interdit de sortit ! Moi qui pensais que seuls les jeunes comme mois pouvions être ainsi punis, je dois avouer que j’ai eu du mal à ne pas éclater de rire quand maman me l’a dit. Il fallait que j’aille lui rendre visite d’ailleurs ! mais son bouquet de jonquille n’était pas encore près, ces fleures prenaient un peu trop de temps à croitre à mon gout, mais c’était pour la bonne cause !
Donc oui, Zorokou sans dans l’incapacité de me donner des cours, c’était Anzu tan… heu sensei qui me les dispensait ! En plus de passer du temps avec moi. Depuis que Seina chan était née maman ne l’avait pas quittée des yeux… je ne suis pas jalouse ! Enfin je crois… mais quand je suis allée la voir les premiers jours j’ai compris pourquoi moment avait du mal à s’en détacher ; elle était toute petite et fragile comme un petit lapin. C’est là que j’ai pensé à comment maman avait bataillée pour me sortir de… ma cage à une certaine époque… et je voulais l’aider, je voulais lui prouver qu’elle pouvait compter sur moi et que c’était à mon tour de protéger MA petite sœur !

Anzu sensei avait depuis lors été… très présente à la maison, elle était presque devenue comme une grande sœur ! Il allait falloir que je lui demande un jour si j’pouvais l’appeler nee chan… Mais aujourd’hui était différents de tous ces autres jours, aujourd’hui maman était là. Elle n’à fait qu’une heure à l’hôpital et depuis hier déjà je l’avais remarqué ce regard qu’elle avait… C’en était un que je ne lui avais plus vu depuis... longtemps. Un air concentré… sérieux très déterminé… presque effrayant. Elle était préoccupée et je le savais, parce que c’est de ce visage dont je me rappelle… lorsque nous fuyions les esclavagistes à l’époque. :

- J’ai réussi à vous cacher quelque chose aujourd’hui Sensei ! Fis-je d’une voix enjouée alors que les senteurs de la cuisine avaient déjà pris possession de la maison. J’avais fait de mon mieux pour utiliser mon chakra et brouiller celui de mère… mais en réalité, je commençais à douter qu’elle l’ait peut-être fait elle-même.


La voir derrière les fourneaux était parfois reposant… parfois inquiétant, parce que même si ses plats étaient toujours délicieux, je savais qu’elle cuisinait souvent pour réfléchir et « tuer » sa frustration, son stress… il n’était que neuf heures… et elle préparait déjà le déjeuner…

_________________


Enceinte de 4 Mois 1/2

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mar 27 Nov 2018 - 17:54
En se faisant ouvrir, il y a une forte odeur de nourriture qui arrive. Tiens, Itagami est entrée ? Elle aurait pu la prévenir ... bah, elle n'y a certainement pas pensé, mais la violette constate qu'une partie de son chakra est brouillé, ce qui n'est pas suffisant pour totalement couvrir celui de la maman Metaru et ne pas la reconnaître, mais c'était bien essayer de sa part, malheureusement, Itagami ne l'aide pas vraiment sur ce coup vu l'odeur qui s'en suit dans la pièce. Dommage pour la petite Kumiko, elle aurait pu lui faire une surprise, mais ça n'a pas réussi malheureusement, de toute manière, cuisine ou non, elle l'aurait entendu ou senti, donc ce n'était pas totalement gâché. Enfin, elle sourit, se baisse pour caresser le cuir chevelu de la petite fille qui l'a accueilli et qui semble contente de la revoir une nouvelle fois, elle qui pensait qu'elle finirait par se lasser de ses visites régulières.

- Bien tenté Kumiko-kun, dommage que ta mère soit en train de cuisiner.

Enfin, au moins, elle a essayé de la camoufler du mieux qu'elle pouvait, elle a fait l'effort de vouloir préparer cette surprise. Mais la surprise en question n'est pas si discrète que cela, mais cette dernière ne doit pas être au courant des visites d'Anzu et du temps qu'elle a passé avec sa fille. Il fallait donc qu'elle aille la voir, dans la cuisine donc ? Vu la tête que fait Kumiko, ça a l'air d'être une assez mauvaise idée. La violette peut comprendre : en scannant la zone, elle ressent la présence que de deux personnes, la petite fille devant elle et sa mère dans la cuisine, si cela est habituellement normal, Anzu pouvait voir que quelque chose clochait. Elle pouvait sentir la présence du bébé dans le ventre d'Itagami lorsqu'elle était enceinte, et visiblement, il n'y avait pas cette petite présence dans la maison. Vu qu'elle a accouché un mois plus tôt, ce doit être normal que l'enfant soit resté à l'hopital, et du coup, Itagami doit s'inquiéter pour son enfant. Pourtant, elle voulait venir la voir, au moins pour lui parler d'une certaine personne qui va bientôt arriver.

- On va dans ta chambre pour étudier ? Je te rejoins dans un moment, je vais dire bonjour à ta mère.

Après lui avoir dit ça, la jeune femme se dirige vers la cuisine, cependant, en restant devant la porte, elle ressent ... d'étranges émotions venant d'elle. Elle reconnait de la crainte, du stress, et de la frustration, est-ce vraiment à cause de sa dernière création ? De la petite soeur de Kumiko ? Bien qu'elle veuille lui parler, elle a peur de troubler sa tentative de sa calmer, mais heureusement, elle peut quand même lui transmettre un message. Fouillant dans sa poche, elle sort un boitier en forme de petite grenouille, assez grand pour contenir un bout de papier, assez petit pour se faufiler à travers une petite ouverture dans la porte. Elle écrit donc les mots suivants :

Mot a écrit:
Bonjour Itagami-san,

Je viens vous prévenir que Shuuhei va bientôt revenir, comme vous avez l'air de le connaître, je pense que cette infos vous intéressera peut-être.

La Raïkage est déjà au courant.

Je vous félicite pour l'arrivé de votre fille.

Elle enferme la lettre dans la grenouille, puis elle anime celle-ci pour qu'elle vienne se faufiler à travers la fine ouverture de la porte de la cuisine. Alors que l'animal bondissait pour venir voir Itagami et probablement sauter sur tout les meubles, Anzu va rejoindre Kumiko dans sa chambre. Maintenant qu'elle a une petite soeur, elle a un nouveau sujet de conversation maintenant.

- Alors Kumiko, ça fait quoi d'être une grande soeur maintenant ?

Dit-elle alors qu'elle s'assied sur son lit, dieu que ça faisait du bien que cette douleur soit enfin partis après une semaine de repos. Mais avant de commencer le cours, elle pouvait lui demander comment elle se sent.

_________________
Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Ven 7 Déc 2018 - 16:07

Je m’étais peut-être un peu trop habituée à en recevoir… des caresses sur la tête. J’avais gardé les yeux fermés tout du long tandis qu’Anzu nee san me complimentais pour avoir essayé ; c’est avec un très large sourire que j’accueillis ses dires alors qu’elle me donnait le programme du jour, ou plutôt le où nous allions travailler. Je pense que c’est à cause de l’expression que j’avais, ou alors de la manière dont j’avais réagi lorsqu’il avait s’agit de mère dans ses dires, mais... elle avait réussi à détecter qu’il y avait un problème… Aujourd’hui c’était vraiment parce que ça semblait très sérieux, mais généralement… elle était très forte pour ne pas que les gens connaissent le véritable fond de ses pensées. Du coup elle était plus « difficile à cerner » comme elle le disait elle-même. Mais aujourd’hui, depuis la naissance de Sein chan… je savais qu’elle s’inquiétait et je savais pourquoi elle s’inquiétait… Elle voulait certainement mieux nous protéger, Seina et moi… Des autres Shinobis…

*, Mais tu ne peux pas nous défendre contre le monde entier Maman… c’est pas possible…* Pensai-je en regardant les reflets violets de ma sensei s’évanouir derrière l’encadrement du couloir de la cuisine.
Montant dans ma chambre, imitant un peu ma mère, je n’essayais pas de me mettre à son niveau en trouvant comment nous protéger toutes les deux… nous notre éducation et notre « sourire » comme elle aime si bien le dire ; non… non je pense à lui alléger le fardeau… apprendre à me protéger et protéger ma petite sœur. Même si ça implique apprendre à nous cacher comme des petites souris elle et moi.


- Maman pense trop loin… à trop de choses et à trop de mésaventures… elle à raison… et c’est justement pour ça que je ne dois pas être un fardeau… comme avant. me murmurai-je à moi-même pour me redonner du courage. Mais je comprenais maintenant, au moins un peu ce qu’elle ressentait… à cette époque.

Aussi à la première question que me posai Anzu sensei en entrant finalement dans ma chambre, ma réponse ne se fit pas attendre ; je bombai fièrement le torse en lui montrant un sourire espiègle : De la fierté ! Je suis plus la plus petite maintenant ! Je suis la grande soeur et je dois protéger ma petite soeur ! Comme maman m’a toujours protégé ! Et pour ça il fallait que je travaille encore un peu plus.

, Mais nee san, j’ai bel et bien réussi à te cacher maman jusqu’à ce que tu rentres dans la maison. Bha oui je savais que l’odeur de la cuisine ou le bruit des marmites bouillonnantes allaient lui mettre la puce à l’oreille. j’ai utilisé mon chakra pour essayer de recouvrir le sien, mais… elle en a trop c’était pas possible. maintenant que j’étudie en tant que senseur je me rends bien compte du point auquel elle est forte ma moman… et malgré ça… ce n’était pas suffisant.

du coup, j’ai juste caché en partie l’endroit où ton sonar devait la toucher si tu scannais la zone. Donc mon plan à marché ! hé hé ! L’élève va dépasser le maitre. Du coup Nee san, c’est quoi le jour d’aujourd’hui ?

_________________


Enceinte de 4 Mois 1/2

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Hier à 16:30
La réponse de la petite Kumiko ne se fait pas attendre, elle bombait le torse fièrement, puis elle lui répondait avec la même fierté qu'elle est contente de ne plus être la plus petite ... là, Anzu ne comprend pas trop. Elle n'a pas d'autres sœurs, et à vrai dire, même si Itagami a l'air d'être une vrai maman poule, elle n'a pas l'air de prendre la petite Metaru pour une enfant comme les autres. Du coup ... pourquoi "je ne suis plus la plus petite" ? Pensait-elle ne pas arriver à surpasser Itagami ? Sans doute se sent-elle trop protégé ... d'un certain point de vue, la Sendai peut comprendre cela : la blonde a l'air de vouloir la confiner dans un monde à part, un monde plus méritoire, avec moins de vues sur elle, moins de dangers. Sans doute la venue de la nouvelle fille doit lui faire révéler qu'elle a plus de travail à faire maintenant ... mais elle ne peut pas les protéger indéfiniment, il faut qu'elle apprenne à les rendre plus fortes, pour qu'elle puisse se débrouiller toutes seules ... la vie de shinobi n'est jamais une vie de tout repos, c'est ce qu'elle doit leur dire. Un jour, Itagami ne sera probablement plus là ... mais que feront-elles maintenant si elle n'est plus ?

- Eh bien, il va y avoir du boulot alors.

Elle sourit en la voyant, il allait certainement falloir lui apprendre de nouvelles choses à cette petite, maintenant qu'Anzu est "senseï" en tout cas, elle peut bien apprendre à Kumiko comment survivre seule. Elle réfléchit à quoi faire, puis, Kumiko semble continuer dans son élan de fierté, lui disant qu'elle a réussi à empêcher Anzu de détecter Itagami dans son sonar. Elle hausse un sourcil, non pas en entendant ça, mais plutôt en entendant comment la petite fille l'a appelé. "Nee-san", grande sœur, elle la voyait comme ça ? Pourtant, Anzu n'imaginait pas qu'elle se soit autant rapprocher de cette fille. Elle ne pensait qu'avoir une relation élève-maître sans plus, mais on dirait qu'elle s'est montrée trop proche à ce sujet ... bah, c'est pas grave, elle s'en sortira.

- "Nee-san" ? Je suis une grande sœur pour toi ?


Mais tout de suite elle comprend mieux pourquoi elle se voit comme "la plus petite", peut-être faudrait-il montrer qu'elle se montre moins protectrice elle aussi ... enfin, au moins, ça lui donne une idée d'entrainement.

- Je ne sais pas à vrai dire si tu as réussi à m'empêcher de la détecter, je n'ai pas activé mon sonar avant. Quand je suis rentrée, j'ai tout de suite su qu'Itagami était là à l'odeur, donc je n'ai pas eu besoin d'activer une détection. Je l'ai quand même fait après et à vrai dire, ta dissimulation est imparfaite. Au lieu de la camoufler, tu as brouillé son chakra, si un senseur de ton niveau aurait eu du mal à identifier ta mère, j'arrivais encore à la reconnaître au mien.

Elle lui patpat la tête, cette phrase, c'est surtout pour dire "prend pas la confiance petit scarabée" ou "ne te repose pas trop sur tes lauriers", elle espère avoir été clair là-dessus. Croire en ses capacités actuelles de sensorialité, ce n'est pas la bonne chose à faire : c'est même néfaste pour l'apprentissage. Enfin, maintenant, il allait falloir passer au cours du jour.

- Mmm ... on va passer au Hengen, la dernière fois, tu n'a pas vraiment réussi à prendre la forme d'Hisao, il était ... un peu gros.

Elle se mettait à rire, il allait donc falloir travailler sur ça ...

- Et si tu me montrais maintenant comme tu y arrives ?

_________________
Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Mise en garde ? [PV : Itagami]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: