Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Mise en garde ? [PV : Itagami]


Jeu 22 Nov 2018 - 2:48
Cela fait quelques jours qu'Anzu a détecté la présence de Shuuhei à Kaminari no Kuni, et ça fait plusieurs jours aussi qu'elle n'a pas eu de nouvelles d'Itagami. Il y aurait un lien entre les deux ? Au début, elle y croyait, mais elle a vit compris qu'elle était à l'hôpital pour accoucher, donc elle ne pouvait pas être là-bas et sous les yeux intentionnés d'une sage-femme. Cependant, hormis Reiko qui a été la première au courant, elle n'a mis au courant personne, mais c'est pas faute d'avoir essayer de trouver des personnes qui seraient intéressés par cette nouvelle. Enfin, Anzu a aussi d'autres priorités en ce moment : elle doit garder cette haine qu'elle stock suite à son affrontement contre Yahiko qui s'est mal passé et qui a fini par la mettre dans un état critique. Elle savait que cette action était pour lui faire mal, voire même que c'était pour la tuer, elle en est sûre, elle l'avait senti, cette haine qu'il avait à ce moment-là et qui a contaminé Anzu suite à ce coup ... mais heureusement, elle a guéri, et elle a une carte en main qui lui permet d'oublier tout ça.

Comme Itagami était à l’hôpital, la petite Kumiko était toute seule, et comme la Sendai s'occupe de son apprentissage, c'est évidemment elle qui doit la garder. Voir sa petite bouille adorable lui permettait d'oublier un peu tout ça, d'oublier ce fichu Sendai qui voulait la tuer ... en y repensant, la haine qu'elle a avec Yahiko a surpassé celle qu'elle entretenait avec Yamiko. Enfin, la violette se dirige vers la maison d'Itagami, toujours en restant concentrée pour surveiller les environs : elle sait qu'il peut se cacher n'importe où, mais il ne peut pas passer le radar de Kumo, la senseuse la plus puissante du village. Il faudra bien plus que ne pas faire de bruit, il faudra bien plus que de marcher sur la pointe des pieds pour réussir à la tromper ... Mais comme d'habitude, il n'est pas là, il a sans doute trop peur de rater son coup ou bien d'être vu, ce serait dommage que toutes ses magouilles pour avoir une bonne image à Kumo se brise, car c'est son unique alibi. Qui croirait que c'est cette personne pleines de bonnes intentions qui veut la tuer après tout ?

La Sendai se retrouve devant la maison, elle prévient la jeune Metaru qui habite encore dedans en toquant à la porte, puis ouvre. Itagami lui faisait assez confiance pour garder les doubles des clés de la maison ... mais ça ne l'empêche pas de toujours pouvoir en créer une fausse. Elle peut tout créer après tout avec son chakra ... donc elle peut toujours créer une fausse clé. Mais ça ne servirait à rien, de toute manière, Kumiko doit déjà l'attendre. Ce n'est pas la première fois qu'elle vient, à vrai dire, elle vient chaque jour, chaque jour elle vérifie qu'elle va bien, qu'elle ne s'est pas trop entraînée, qu'elle mange, qu'elle dorme correctement ...

- Kumiko ? Je suis rentrée !

Elle l'appelle, on ne sait jamais si elle n'a pas entendu toquer, ni même si elle était trop occupée à jouer dans sa chambre. Dans tous les cas, elle est prévenue que sa présence est ici.

_________________
Merci à mouton pour la signa o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine http://www.ascentofshinobi.com/u784

Dim 25 Nov 2018 - 13:05

JÇa faisait combien de journées que je brûlais à l’hôpital ? Observant encore et encore sa petite poitrine monter et redescendre à un rythme presque régulier ? Je ne le savais guère, mais jusqu’à présent cette information n’avait pour moi pas grande importance ; parce que ce petit miracle était maintenant en plus de sa grande sœur et son père mes trésors les plus précieux dans cette vie.
En effet, j’avais accouché, enfin ! La petite comme je m’en doutais était venue au monde, certes plusieurs semaines trop tôt, mais son empressement à voir le monde n’avait fort heureusement pas trop sévèrement impacté son espérance de vie, mais son corps sous-développé avait besoin d’un suivi particulier… d’où cette coupe de verre sous laquelle elle reposait, d’où cette douleur lancinante à la poitrine. Elle était là ! mais je ne pouvais la tenir quelques minutes par jour, je la voyais, mais ne pouvais pas vraiment en profiter, suivait son existence sans véritablement pouvoir en faire partie ; assise derrière cette coupe de verre je m’étais faite simple spectatrice de ma propre enfant. Ceci-dit c’était pour son bien et rien que pour ça… c’était une peine que je pouvais supporter.

Akahoshi Seina chan <3

Les premiers jours, Hisao m’accompagnait, ne pouvant trop s’empêcher d’être un peu gaga devant son enfant, harcelant les toubibs d’un flot de questions telles que je ne pensais point le voir un jour aussi bavard. Mais… être le bras droit du Raikage était un poids, un poids dont il ne pouvait se défaire aussi aisément, aussi il du diminuer ses visites, même si cette vie était une par de la sienne, il ne pouvait délaisser tout le village pour le simple plaisir de la contempler.
Il y a quelques jours durant Kuu chan m’imitait aussi, venant avec moi day every day voir sa petite sœur, s’émerveillant à chacun de ses fait et geste, elle aussi confinée derrière cette coupole, loin du monde dans lequel vivait sa cadette. Puis quelques jours plus tard, à ma grande surprise elle arrêta de m’accompagner. Sur le coup je n’avais pas compris le pourquoi, mais lorsque je suis venue la trouver plusieurs soirs de suite endormie dans ses livres et manuels estudiantins, j’ai compris la raison de cet éloignement. Elle n’avait reculé que pour mieux sauter. Elle plus que quiconque savait ce que c’était que d’être protégée et visiblement elle avait pris conscience qu’elle avait maintenant quelque chose à protéger, seulement… s’était peut-être ce comportement, ou ce désir de pouvoir être utile à sa petite sœur qui me rappela une notion importante. Si elle… Kumiko chan, travaillait si dure pour assurer un bel avenir à sa sœurette, moi… assise devant cette coupe de verre que faisais-je ? Même si rester à son chevet me paraissait paradisiaque… je n’étais que trop bien placée pour savoir que ce monde dans lequel nous vivions, ce monde de shinobis, de guerre et de sang était loin d’être suffisamment clément pour me laisser fondre dans cette oisiveté. Je l’avais mise au monde, l’avait invitée dans cette nouvelle existence, mais… ce monde… ce monde la méritait-il ? Elle comme sa sœur ainée ? Fronçant le regard, l’observant d’un air de plus en plus sérieux… * Qu’est-ce que je fais ici… hormis hypothéquer ton avenir… ? *

---------------------------------------------------

- Bonne arrivée Anzu sensei ! Fis-je en ouvrant la porte, un large sourire sur les lèvres pour accueillir ma nouvelle prof.

Maman avant vraiment trouvé ce qu’il y avait de mieux pour moi, Zorokou san était depuis sa sortie d’hôpital congédié chez lui, interdit de sortit ! Moi qui pensais que seuls les jeunes comme mois pouvions être ainsi punis, je dois avouer que j’ai eu du mal à ne pas éclater de rire quand maman me l’a dit. Il fallait que j’aille lui rendre visite d’ailleurs ! mais son bouquet de jonquille n’était pas encore près, ces fleures prenaient un peu trop de temps à croitre à mon gout, mais c’était pour la bonne cause !
Donc oui, Zorokou sans dans l’incapacité de me donner des cours, c’était Anzu tan… heu sensei qui me les dispensait ! En plus de passer du temps avec moi. Depuis que Seina chan était née maman ne l’avait pas quittée des yeux… je ne suis pas jalouse ! Enfin je crois… mais quand je suis allée la voir les premiers jours j’ai compris pourquoi moment avait du mal à s’en détacher ; elle était toute petite et fragile comme un petit lapin. C’est là que j’ai pensé à comment maman avait bataillée pour me sortir de… ma cage à une certaine époque… et je voulais l’aider, je voulais lui prouver qu’elle pouvait compter sur moi et que c’était à mon tour de protéger MA petite sœur !

Anzu sensei avait depuis lors été… très présente à la maison, elle était presque devenue comme une grande sœur ! Il allait falloir que je lui demande un jour si j’pouvais l’appeler nee chan… Mais aujourd’hui était différents de tous ces autres jours, aujourd’hui maman était là. Elle n’à fait qu’une heure à l’hôpital et depuis hier déjà je l’avais remarqué ce regard qu’elle avait… C’en était un que je ne lui avais plus vu depuis... longtemps. Un air concentré… sérieux très déterminé… presque effrayant. Elle était préoccupée et je le savais, parce que c’est de ce visage dont je me rappelle… lorsque nous fuyions les esclavagistes à l’époque. :

- J’ai réussi à vous cacher quelque chose aujourd’hui Sensei ! Fis-je d’une voix enjouée alors que les senteurs de la cuisine avaient déjà pris possession de la maison. J’avais fait de mon mieux pour utiliser mon chakra et brouiller celui de mère… mais en réalité, je commençais à douter qu’elle l’ait peut-être fait elle-même.


La voir derrière les fourneaux était parfois reposant… parfois inquiétant, parce que même si ses plats étaient toujours délicieux, je savais qu’elle cuisinait souvent pour réfléchir et « tuer » sa frustration, son stress… il n’était que neuf heures… et elle préparait déjà le déjeuner…

_________________

Mother of two beatiful Angels

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mar 27 Nov 2018 - 17:54
En se faisant ouvrir, il y a une forte odeur de nourriture qui arrive. Tiens, Itagami est entrée ? Elle aurait pu la prévenir ... bah, elle n'y a certainement pas pensé, mais la violette constate qu'une partie de son chakra est brouillé, ce qui n'est pas suffisant pour totalement couvrir celui de la maman Metaru et ne pas la reconnaître, mais c'était bien essayer de sa part, malheureusement, Itagami ne l'aide pas vraiment sur ce coup vu l'odeur qui s'en suit dans la pièce. Dommage pour la petite Kumiko, elle aurait pu lui faire une surprise, mais ça n'a pas réussi malheureusement, de toute manière, cuisine ou non, elle l'aurait entendu ou senti, donc ce n'était pas totalement gâché. Enfin, elle sourit, se baisse pour caresser le cuir chevelu de la petite fille qui l'a accueilli et qui semble contente de la revoir une nouvelle fois, elle qui pensait qu'elle finirait par se lasser de ses visites régulières.

- Bien tenté Kumiko-kun, dommage que ta mère soit en train de cuisiner.

Enfin, au moins, elle a essayé de la camoufler du mieux qu'elle pouvait, elle a fait l'effort de vouloir préparer cette surprise. Mais la surprise en question n'est pas si discrète que cela, mais cette dernière ne doit pas être au courant des visites d'Anzu et du temps qu'elle a passé avec sa fille. Il fallait donc qu'elle aille la voir, dans la cuisine donc ? Vu la tête que fait Kumiko, ça a l'air d'être une assez mauvaise idée. La violette peut comprendre : en scannant la zone, elle ressent la présence que de deux personnes, la petite fille devant elle et sa mère dans la cuisine, si cela est habituellement normal, Anzu pouvait voir que quelque chose clochait. Elle pouvait sentir la présence du bébé dans le ventre d'Itagami lorsqu'elle était enceinte, et visiblement, il n'y avait pas cette petite présence dans la maison. Vu qu'elle a accouché un mois plus tôt, ce doit être normal que l'enfant soit resté à l'hopital, et du coup, Itagami doit s'inquiéter pour son enfant. Pourtant, elle voulait venir la voir, au moins pour lui parler d'une certaine personne qui va bientôt arriver.

- On va dans ta chambre pour étudier ? Je te rejoins dans un moment, je vais dire bonjour à ta mère.

Après lui avoir dit ça, la jeune femme se dirige vers la cuisine, cependant, en restant devant la porte, elle ressent ... d'étranges émotions venant d'elle. Elle reconnait de la crainte, du stress, et de la frustration, est-ce vraiment à cause de sa dernière création ? De la petite soeur de Kumiko ? Bien qu'elle veuille lui parler, elle a peur de troubler sa tentative de sa calmer, mais heureusement, elle peut quand même lui transmettre un message. Fouillant dans sa poche, elle sort un boitier en forme de petite grenouille, assez grand pour contenir un bout de papier, assez petit pour se faufiler à travers une petite ouverture dans la porte. Elle écrit donc les mots suivants :

Mot a écrit:
Bonjour Itagami-san,

Je viens vous prévenir que Shuuhei va bientôt revenir, comme vous avez l'air de le connaître, je pense que cette infos vous intéressera peut-être.

La Raïkage est déjà au courant.

Je vous félicite pour l'arrivé de votre fille.

Elle enferme la lettre dans la grenouille, puis elle anime celle-ci pour qu'elle vienne se faufiler à travers la fine ouverture de la porte de la cuisine. Alors que l'animal bondissait pour venir voir Itagami et probablement sauter sur tout les meubles, Anzu va rejoindre Kumiko dans sa chambre. Maintenant qu'elle a une petite soeur, elle a un nouveau sujet de conversation maintenant.

- Alors Kumiko, ça fait quoi d'être une grande soeur maintenant ?

Dit-elle alors qu'elle s'assied sur son lit, dieu que ça faisait du bien que cette douleur soit enfin partis après une semaine de repos. Mais avant de commencer le cours, elle pouvait lui demander comment elle se sent.

_________________
Merci à mouton pour la signa o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine http://www.ascentofshinobi.com/u784

Ven 7 Déc 2018 - 16:07

Je m’étais peut-être un peu trop habituée à en recevoir… des caresses sur la tête. J’avais gardé les yeux fermés tout du long tandis qu’Anzu nee san me complimentais pour avoir essayé ; c’est avec un très large sourire que j’accueillis ses dires alors qu’elle me donnait le programme du jour, ou plutôt le où nous allions travailler. Je pense que c’est à cause de l’expression que j’avais, ou alors de la manière dont j’avais réagi lorsqu’il avait s’agit de mère dans ses dires, mais... elle avait réussi à détecter qu’il y avait un problème… Aujourd’hui c’était vraiment parce que ça semblait très sérieux, mais généralement… elle était très forte pour ne pas que les gens connaissent le véritable fond de ses pensées. Du coup elle était plus « difficile à cerner » comme elle le disait elle-même. Mais aujourd’hui, depuis la naissance de Sein chan… je savais qu’elle s’inquiétait et je savais pourquoi elle s’inquiétait… Elle voulait certainement mieux nous protéger, Seina et moi… Des autres Shinobis…

*, Mais tu ne peux pas nous défendre contre le monde entier Maman… c’est pas possible…* Pensai-je en regardant les reflets violets de ma sensei s’évanouir derrière l’encadrement du couloir de la cuisine.
Montant dans ma chambre, imitant un peu ma mère, je n’essayais pas de me mettre à son niveau en trouvant comment nous protéger toutes les deux… nous notre éducation et notre « sourire » comme elle aime si bien le dire ; non… non je pense à lui alléger le fardeau… apprendre à me protéger et protéger ma petite sœur. Même si ça implique apprendre à nous cacher comme des petites souris elle et moi.


- Maman pense trop loin… à trop de choses et à trop de mésaventures… elle à raison… et c’est justement pour ça que je ne dois pas être un fardeau… comme avant. me murmurai-je à moi-même pour me redonner du courage. Mais je comprenais maintenant, au moins un peu ce qu’elle ressentait… à cette époque.

Aussi à la première question que me posai Anzu sensei en entrant finalement dans ma chambre, ma réponse ne se fit pas attendre ; je bombai fièrement le torse en lui montrant un sourire espiègle : De la fierté ! Je suis plus la plus petite maintenant ! Je suis la grande soeur et je dois protéger ma petite soeur ! Comme maman m’a toujours protégé ! Et pour ça il fallait que je travaille encore un peu plus.

, Mais nee san, j’ai bel et bien réussi à te cacher maman jusqu’à ce que tu rentres dans la maison. Bha oui je savais que l’odeur de la cuisine ou le bruit des marmites bouillonnantes allaient lui mettre la puce à l’oreille. j’ai utilisé mon chakra pour essayer de recouvrir le sien, mais… elle en a trop c’était pas possible. maintenant que j’étudie en tant que senseur je me rends bien compte du point auquel elle est forte ma moman… et malgré ça… ce n’était pas suffisant.

du coup, j’ai juste caché en partie l’endroit où ton sonar devait la toucher si tu scannais la zone. Donc mon plan à marché ! hé hé ! L’élève va dépasser le maitre. Du coup Nee san, c’est quoi le jour d’aujourd’hui ?

_________________

Mother of two beatiful Angels

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mar 11 Déc 2018 - 16:30
La réponse de la petite Kumiko ne se fait pas attendre, elle bombait le torse fièrement, puis elle lui répondait avec la même fierté qu'elle est contente de ne plus être la plus petite ... là, Anzu ne comprend pas trop. Elle n'a pas d'autres sœurs, et à vrai dire, même si Itagami a l'air d'être une vrai maman poule, elle n'a pas l'air de prendre la petite Metaru pour une enfant comme les autres. Du coup ... pourquoi "je ne suis plus la plus petite" ? Pensait-elle ne pas arriver à surpasser Itagami ? Sans doute se sent-elle trop protégé ... d'un certain point de vue, la Sendai peut comprendre cela : la blonde a l'air de vouloir la confiner dans un monde à part, un monde plus méritoire, avec moins de vues sur elle, moins de dangers. Sans doute la venue de la nouvelle fille doit lui faire révéler qu'elle a plus de travail à faire maintenant ... mais elle ne peut pas les protéger indéfiniment, il faut qu'elle apprenne à les rendre plus fortes, pour qu'elle puisse se débrouiller toutes seules ... la vie de shinobi n'est jamais une vie de tout repos, c'est ce qu'elle doit leur dire. Un jour, Itagami ne sera probablement plus là ... mais que feront-elles maintenant si elle n'est plus ?

- Eh bien, il va y avoir du boulot alors.

Elle sourit en la voyant, il allait certainement falloir lui apprendre de nouvelles choses à cette petite, maintenant qu'Anzu est "senseï" en tout cas, elle peut bien apprendre à Kumiko comment survivre seule. Elle réfléchit à quoi faire, puis, Kumiko semble continuer dans son élan de fierté, lui disant qu'elle a réussi à empêcher Anzu de détecter Itagami dans son sonar. Elle hausse un sourcil, non pas en entendant ça, mais plutôt en entendant comment la petite fille l'a appelé. "Nee-san", grande sœur, elle la voyait comme ça ? Pourtant, Anzu n'imaginait pas qu'elle se soit autant rapprocher de cette fille. Elle ne pensait qu'avoir une relation élève-maître sans plus, mais on dirait qu'elle s'est montrée trop proche à ce sujet ... bah, c'est pas grave, elle s'en sortira.

- "Nee-san" ? Je suis une grande sœur pour toi ?


Mais tout de suite elle comprend mieux pourquoi elle se voit comme "la plus petite", peut-être faudrait-il montrer qu'elle se montre moins protectrice elle aussi ... enfin, au moins, ça lui donne une idée d'entrainement.

- Je ne sais pas à vrai dire si tu as réussi à m'empêcher de la détecter, je n'ai pas activé mon sonar avant. Quand je suis rentrée, j'ai tout de suite su qu'Itagami était là à l'odeur, donc je n'ai pas eu besoin d'activer une détection. Je l'ai quand même fait après et à vrai dire, ta dissimulation est imparfaite. Au lieu de la camoufler, tu as brouillé son chakra, si un senseur de ton niveau aurait eu du mal à identifier ta mère, j'arrivais encore à la reconnaître au mien.

Elle lui patpat la tête, cette phrase, c'est surtout pour dire "prend pas la confiance petit scarabée" ou "ne te repose pas trop sur tes lauriers", elle espère avoir été clair là-dessus. Croire en ses capacités actuelles de sensorialité, ce n'est pas la bonne chose à faire : c'est même néfaste pour l'apprentissage. Enfin, maintenant, il allait falloir passer au cours du jour.

- Mmm ... on va passer au Hengen, la dernière fois, tu n'a pas vraiment réussi à prendre la forme d'Hisao, il était ... un peu gros.

Elle se mettait à rire, il allait donc falloir travailler sur ça ...

- Et si tu me montrais maintenant comme tu y arrives ?

_________________
Merci à mouton pour la signa o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine http://www.ascentofshinobi.com/u784

Lun 24 Déc 2018 - 19:30

Je souris à sa remarque quant au boulot que j’allais avoir, et Anzu nee chan avait autant raison que j’étais confiante d’y arriver. Pour pouvoir protéger quelqu’un, il faut être en mesure de se protéger soi-même et pour pouvoir penser à l’avenir de cette personne il faut pouvoir s’y projeter en étant sure de pouvoir la garder de tout danger. C’est parce que je sais que maman fait ça que je l’aime et la respecte tant, parce que je sais qu’elle fait de son mieux pour nous assurer un avenir à Seina chan et moi que je la respecte et l’aime autant ; je dois être la seule… à vraiment savoir tout ce que maman a sacrifié pour que nous puissions vivre tranquilles ici.

- Oui je… Voulais-je répondre pour sa question sur le fait que je la vois comme une grande sœur, mais je me tue.

Coupée dans mon élan j’écoute attentive ses dires vis-à-vis de ma tentative de dissimulation de maman, j’espérais avoir réussi à au moins un peu effacer sa présence, mais visiblement pour des senseurs de plus haut niveau mon petit patch-work n’aurait pas suffi. Nee chan reconnaissait bien que ma tentative aurait réussi à faire l’affaire avec un senseur moyen comme moi, mais avec elle c’était un autre cas. En même temps comment voulait-elle que je camoufle tout ce chakra ? En termes d’énergie Maman ressemble elle seule à une usine sans fin…
Réfléchissant à d’autres alternatives, je plisse le regard, cherche, fouille tente de trouver une manière cheap de réussir à la cacher avec mes petits moyens, me rendant surtout compte au fil des éliminations de possibilités qu’il n’y a pas grand-chose que je puisse faire en l’état. Camoufler le chakra de maman, c’était comme essayer de cacher une maison avec un drap. Hormis être très proche de la personne qui essaie de détecter les environs et l’inonder de son propre chakra à bout portant, je n’avais pas beaucoup d’autres solutions à l’horizon.


- Hummmm… Répondis-je encore pensive, continuant d’éliminer petit à petit les idées que j’vais. mais oui… tu es la première personne qui se soit autant rapprochée de moi depuis Saiyo sensei et elle… comme beaucoup de Nara semblaient assez difficiles à atteindre… Avec toi… c’est différent… répondis-je un sourire aux lèvres. C’est un peu difficile à décrire… haha

C’est avec un nouveau sourire que j’écoutai mon nouvel exercice, me redressant pour m’y tenir prête en cherchant comme déformer Hisao san aujourd’hui. Ça faisait partie des informations que je ne pouvais pas lui donner, le Henge était le premier jutsu que j’avais dû maitriser, le premier que je n’ai jamais réussi à perfectionner lorsque j’étais encore dans cette cage…
Maman et moi y avions travaillé si longtemps et avec tant d’ardeur qu’il serait presque insultant pour elle que je n’y arrive pas maintenant. Mais… aussi bien je pouvais montrer être une kunoichi compétente, que je n’avais pas le droit de divulguer notre passé commun... ou le comment nous nous étions enfuis de l’emprise de ces esclavagistes. Le regard un peu dans le vague, je revins lentement à moi avant d’enchainer la suite de signe du Henge et le prononçai haut et fort !

------------------------------------------------

- Ha ! Hisa… ha non… j’avais ouvert la porte de la chambre de Kuu après avoir récupéré le mot… plus qu’atypique que m’avait laissé la Sendai, en voyant cette grenouille de papier elle était l premier élément qui m’était venu en tête et ses écrits ne firent que le confirmer.

Un sourire sur les lèvres, je lui fis signe de la main en guise de salutation, observant le Henge d’Hisao qui semblait sortir de quelques semaines à jeun. Dis moi Hisao… tu veux dire que je cuisine si mal que tu refuses de manger ? Fis-je avec un rire provocant ma fille qui avait donné à son futur beau père une forme presque squelettique.

- Alors Anzu chan ? Comment se débrouille-t-elle ? Fis-je en reprenant un peu mon sérieux, posant sur la tablette le plateau d’amuse-bouche que je leur avais apporté. Et aussi … merci pour l’info … Fis-je avec un petit sourire sur les lèvres.



_________________

Mother of two beatiful Angels

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Jeu 27 Déc 2018 - 3:49
Anzu l'observe, contrairement à tous les enfants qui ont subi une éducation similaire, elle a l'air de rester calme, de ne pas se mettre à faire des crises comme elle a pu le voir face à tant d'enfants roi qui ont eu leur honneur bafoué lorsqu'on leur apprend qu'ils ne savent pas tout, eux qui pensent tout savoir, qui pensent que le monde est leur esclave. C'est une preuve que Kumiko est mature, qu'elle n'est pas comme tout ces enfants rois, comme ses enfants qui sont de véritables trésors pour leurs parents. Enfin, elle semblait réfléchir, probablement à ce qu'elle aurait dû faire pour réussir à ne pas qu'elle attire son attention sur sa mère. Il y a tant de possibilité en effet ... mais certainement aucune n'aurait marché car comment pouvait-elle cacher toute cette odeur ? Mais l'importance, c'est qu'elle a compris qu'elle ne doit pas se reposer sur ses lauriers, qu'elle ne doit pas garder pour acquis des choses qui la dépassent encore.

- Je ne dis pas ça pour te descendre, tu te débrouilles très bien à ton niveau, mais tu dois encore t'entraîner, surtout si tu veux réussir à me dépasser un jour.

Elle le disait en faisant un petit sourire malicieux, puis en lui tirant la langue. Après, elle se doute qu'elle est sur la bonne voie pour la dépasser un jour, elle sait qu'elle a les moyens pour et le soutien qui va avec, y compris de son objectif. Après cela, elle lui révèle après un peu de réflexion pourquoi elle la voit comme une grande sœur. Elle se dit que c'est l'une des rares personnes qui se soient rapprochées d'elle, du moins, qui a des liens aussi intimes on dirait. Vu comment était tournée la phrase, elle avait l'impression qu'elle était ... amoureuse ? Où va-t-elle chercher tout ça ... certainement est-elle juste mort de honte d'essayer de justifier pourquoi elle appelle Anu "Nee-san", et c'est peut-être trop cruel de la part de la Sendai de tenter d'en savoir plus sur le pourquoi du comment.

- Tu peux essayer de le dire avec tes mots, même sans faire de liens entre eux, je pense que je comprendrais ainsi. Et si tu n'arrives pas avec les mots, fais-le avec les gestes.

Enfin, c'était partis pour l'entraînement du jour. Anzu observait la suite de signe de la demoiselle, puis inspectait comment elle se Henge avant de voir ... qu'elle a encore échoué. Elle lâche un soupir devant ce deuxième échec, mais note cependant quelque chose qu'elle trouve ... suspect ? On dirait : cette suite, cette adresse au niveau des signes, au début, lors de la première fois, elle pensait qu'elle avait raté un signe ou mal visualisé Hisao, mais pourtant ... comment pouvait-elle raté son Henge alors qu'elle arrive a si bien exécuter les signes comme si elle l'avait refait maintes auparavant ? Quelque chose cloche ... pourquoi lui cacherait-elle quelque chose ? Elle ne lui a pas dit qu'elle était sa grande sœur pour elle ?

Heureusement pour Kumiko, Itagami est entrée dans la chambre, un peu surprise de voir Hisao dans la chambre de sa fille, Hisao dans une forme ... squelettique. Elle finit par déposer un plateau rempli d'amuses-gueules, elle a dû avoir trouver le message qu'Anzu lui a envoyé par le biais d'une boîte en forme de grenouille. La première question qu'elle pose, c'est si sa fille se débrouille bien.

- Elle a progressé depuis que tu es parti à la clinique, beaucoup progressé, je suis fière d'elle, mais elle a encore beaucoup de travail à accomplir. Je sais qu'elle a un bon niveau et qu'elle peut devenir meilleure, mais il faudra qu'elle fasse encore des efforts, ne serait-ce que dans le camouflage.


Elle se redresse, observant la jeune fille à travail son Henge, le visage assez sérieux quand elle pose son regard sur elle. Elle sait qu'elle lui cache quelque chose ... certainement devait-elle en discuter en privée avec elle. Si elle veut lui faire confiance, alors elle peut tout lui dire, Anzu sera muette et emportera tout dans sa tombe s'il le faut. Mais pourtant, elle se sent ... un peu trahi de voir qu'elle fausse ses résultats, pourquoi fait-elle ça ? Elle doit découvrir pourquoi ...

- De rien Itagami-san, ou je devrais plutôt vous appelez "Okaa-san".

Bien évidemment, elle remarque le changement physique chez Itagami, son ventre en moins et ... ses seins qui ont vachement grossi depuis. Si ça se voyait moyen avec son ventre gonflé, mais maintenant qu'elle a de la place ... c'est aussi visible que les couilles d'un bulldog.

- Et il n'y a pas qu'Hisao qui a perdu du poids de ce que je vois.

_________________
Merci à mouton pour la signa o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine http://www.ascentofshinobi.com/u784

Dim 30 Déc 2018 - 20:39

Le henge hein… une technique que Kumiko chan et moi-même ne connaissions que trop bien, elle était aussi bien les vestiges d’un passé difficile que les souvenirs de notre échappatoire de cette fameuse… condition compliquée. Si celui que je voyais présentement était spécialement raté, je savais que ses henge pouvaient être suffisamment proches de la perfection pour que la seule manière de la dissocier de l’originale soit dans son comportement, ou les tics qu’avait le modèle d’origine.
Je souris à la réponse d’Anzu chan avec un sourire, fière de voir Kuu travailler aussi dur pour devenir l’ange gardien qu’elle espérait elle aussi devenir, ceci dit… je ne voyais pas trop comment détourner l’attention de la Sendai sur le sujet du Henge ; parce qu’à n’en point douter, aussi déterminée que Kuu restait à garder la vérité sur notre passé muette, tant qu’elle exécuterait ce jutsu « devant » un ninja accompli celui-ci finirait par comprendre qu’elle se restreignait dans sa manière de le mettre en application.

Depuis mon arrivée je n’avais cessé de les observer toutes deux, attendant que l’une se décide à prendre un des amuse-gueules amenés tout en assistant à la séance du jour comme simple observatrice… Et la première chose sortant de l’ordinaire que j’avais remarqué la concernant était ce regard presque inquisiteur qu’elle lançait à ma petite ; n’eût été l’ange, j’étais presque sûr que l’on aurait petit à petit vu le visage de Kuu se déconfire.
Poussant un petit rire amusé, je croisai bras et jambes, repensant à ce que j’avais entendu en montant les escaliers vers sa chambre. Son désir d’avoir une grande sœur… me surprenait un peu ; il fallait dire qu’à cet âge l’on cherchait toujours un modèle, une personne vers qui se tourner, une personne que l’on admirait, une personne en qui on se projetait quelques années plus tard. Pour ma part ça avait été ma mère et c’était justement à elle que je devais mon application et l’élégance de mes créations en tant que forgeronne ; ce n’était que plus tard que j’avais choisi ma voie pour devenir un Kunoichi et véritablement la protéger ce qui m’était cher par mes propres moyens.

Concernant Kuu… ma mère étant une simple orfévrière je trouvais déjà difficile de la suivre quand j’étais jeune, alors pour ma propre fille… moi qui était aussi bien une Kunoishi, qu’une heidan, sans compter mon appartenance au conseil des nuages… j’avais d’une manière ou d’une autre placé la barre… peut être un peu trop haut pour elle.
*… ça fait sens…* Pensai-je alors en reprenant ces suppositions, si en tant que mère je représentais à ses yeux le sommet, Anzu qui se montrait affectueuse et travailleuse avec elle serait effectivement, une belle figure pour une grande sœur en tant que Kunoichi ; une Kunoishi d’une manière ou d’une autre sur les traces de sa mère.

- Hummm… Soupirai-je avec un sourire, me demandant surtout, si ce à quoi je pensais présentement était worth it… à la limite… reposant le regard sur la Sendai qui dans sa suspicion montrait déjà des signes de doute, je poussai un faible soupir. Kuu… fais ta représentation la plus fidèle d’Hisao… Finis-je par lui lancer à sa plus grande surprise. Elle hésita encore quelque instant m’observant avec attention en attendant voir si j’allais changer d’avis, avant de reprendre son Henge… d’un seul et unique mudra ; vitesse et précision ayant été les maitres mots de son éducation, ce n’était qu’une moindre mesure.
Du Nuage de poussière paru Hisao, naturel, presque trop… naturel, mains dans la poche alors que son Kiseru fumait entre ses lèvres, j’eus un petit rire en me rappelant qu’il avait arrêter de fumer pour Seina, mais ne pouvait s’empêcher par moment de ne serait-ce que tenir son Kiseru entre ses dents ; par simple habitude. Comme d’habitude il avait l’air fatigué, abattu par la masse de paperasse qu’il devait rabibocher tous les jours et s’adossa au mur en nous observant en silence. Non… il ne s’agissait pas d’Hisao mais bel et bien de celle qui devait être sa belle fille, l’imitant en fonction de ce qu’elle avait appris de lui en l’observant jour après jour.


- Merci beaucoup … répondis-je avec un sourire pour ses félicitation dissimulées, carressant un peu mon ventre avec un air nostalgique. Je suis contente de l’avoir mise au monde, mais … je dois avouer que sentir son absence est … dérangeant… continuai-je avec un petit rire, passant la main sur la demeure désormais vide de la petite Akahoshi.

- Mais concernant Kuu Il ne faut pas lui en vouloir, c’est une instruction que je lui ai donnée il y a de cela quelque temps et… en fille obéissante elle s’y est tenue. Fis-je en inclinant légèrement la tête, revenant au sujet principal du jour. - Kuu chan est… un petit prodige qui par rapport à nombres de jeunes de son âge déjà atteint un certain niveau en tant que Kunoishi. Poursuivis-je en indiquant à ma fillette de rejoindre le plafond.

Prenant la démarche nonchalante d’Hisao pour marcher sur le mur, rangeant son Kiseru avant de se retrouver tête en bas, il… fin elle finit par détourner le regard, certainement touchée par le fait que je reconnaissais son travail ; mais oui, c’était sans honte aucune que je la qualifiais de génie. Elle maitrise déjà tous les jutsus de base, connait quelques Jutsu intermédiaires quelques autres détails en plus…

- Je ne voulais pas te mentir Nee san mais……

– mais pour des circonstances pour le moins compliquées, elle a du vieillir avant l’âge et devenir une Kunoishi à part entière… avant ses dix ans. Continuai-je pour elle qui, bien qu’elle ai employé le ton habituel d’Hisao avait fait parlé ses sentiments en l’appelant nee san ce quiiiii…. Sortant des lèvres d’Hisao contrastait SÉVÈREMENT !

- Tu peux arrêter… Fis-je alors qu’elle rejoignait le plancher des vaches, annulant sa transformation en regardant encore le sol l’air confuse de se retrouver subitement ainsi décrite devant une personne autre que sa grand-mère et moi-même ; oui nous étions les seules au courant… jusqu’à présent.

- Si tu as des questions à me poser n’hésite pas, j’aimerais au possible faire régner une certaine confiance entre nous… mais sache que je ne pourrais pas répondre à toutes… Fis-je en fermant les yeux, inclinant un peu la tête vers le bas en guise d’excuse vis-à-vis de ces éventuelles petites cachoteries à venir. Par contre… Anzu chan… repris-je en levant le regard vers elle. J’aimerais que cette conversation ne sorte pas de cette pièce… finis-je non pas sévèrement, mais, sur un timbre se voulant confiant. Je sentais certaines de mes restrictions s’alimenter, menaçant même de démarrer pour la plupart d’entre elles alors que je semblais sur le point de faire part d’une partie de leur histoire, mais… Elle était le professeur dont Kuu avait besoin.Comment ne pas pensé ça en voyant Kuu répondre a la dernière demande de sa nee san en avançant timidement jusqu’à la prendre dans ses bras ? un air triste et gêné sur le visage... répondant donc par les actes, au lieu d’user de mots.


_________________

Mother of two beatiful Angels

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mer 2 Jan 2019 - 2:24
Après avoir fixer Kumiko pour chercher des réponses, savoir pourquoi est-ce qu'elle n'y va pas à fond alors qu'elle a le niveau pour, Itagami est intervenue, lui ordonnant de faire un réal Henge. La petite semble surprise, était-ce un ordre de la Metaru à la base ? Anzu observait la blonde un moment, un peu surprise aussi, avant de reporter son attention sur Kumiko qui s'est parfaitement transformer en Hisao. Sa démarche nonchalante, son expression toujours fatiguée, sa coiffure si particulière, tout était-là, on pouvait vraiment croire à avoir Hisao en face de soit. Anzu le savait qu'elle avait le niveau, et elle est frustrée de voir que Kumiko lui cachait cela en vain. Elle le savait ... pourquoi dans ce cas faisait-elle en sorte de paraître moins inexpérimentée ? Pourquoi ? Elle voulait le faire pour rester auprès d'elle plus longtemps c'est cela ? Elle fronce les sourcils, puis, Itagami repris la parole.

Après avoir annoncé que son absence dans son ventre est encore dérangeante, preuve que la mise au monde de la petite sœur est récente, elle lui demande de ne pas en vouloir à Kumiko, que c'est une instruction qu'elle lui a demandé il y a longtemps, pourquoi est-il d'actualité alors ? Est-ce qu'elle lui cache encore d'autres choses ? Pourquoi dans ce cas paraître aussi faible alors qu'on a le niveau des plus grands ? Pourquoi volontairement se mettre des bâtons dans les roues pour ne pas avancer et rester coincé à son niveau ? Elle trouve cette décision très injuste pour sa fille, même si les intentions doivent être bonne. Elle jette un coup vers la fille, toujours travestit en Hisao, peut-être ... devrait-elle l'éloigner un moment de ses responsabilités et l'entraîner dans son coin, sans les restrictions d'Itagami. Mais elle serait trop obéissante envers sa mère ... et elle peut comprendre. Cependant, elle a l'impression qu'à force de la protéger, elle l'enchaîne plus qu'autre chose.

- Je sais que Kumiko n'est pas l'apprentie ninja qu'elle veut se faire passer depuis que je lui enseigne, que c'est une shinobi très douée pour son âge. Elle a beau avoir tenté de camoufler tout ça, je l'ai senti dès que je l'ai vu pour la première fois. Je voulais voir la puissance de Kumiko depuis le début, sa "vraie" puissance, si mes entraînements étaient basiques pour la plupart d'entre eux, c'était pour tenter de provoquer un certains ras le bol chez elle, mais visiblement, elle est plus endurante que ça ... mais garder cette couverture pendant 7 mois est bien une preuve qu'elle est expérimentée.

C'est un sacré effort qu'elle a dû faire pour garder cette couverture pendant si longtemps, une couverture qu'elle savait factice ... Et qu'elle a eu le temps de voir venir pendant les 7 mois durant lesquels elle l'a entraîné et pris sous son aile à son tour. Elle la regarde reprendre sa forme, décidément gênée de voir qu'Itagami lui a demandé de se henge parfaitement ... elle la regarde se diriger timidement vers elle alors qu'Itagami accepte de répondre à la plupart des questions qu'elle se pose. "Sache que je ne peux pas répondre à tout", elle se doutait de quelque chose depuis le début en les scannant depuis tout ce temps, et cette phrase ... répondait quand même à certaines de ses questions.

- Je suppose que c'est en rapport avec les sceaux que vous avez sur le corps qui vous empêche toi et Kumiko de parler librement.

Oui, elle le sait, détecter des sceaux actifs ... c'est devenu basique pour Anzu qui est habituée à détecter du chakra sous toutes ses formes. Elle observe Itagami, l'air semi-sérieuse comme elle, avant de sentir les petits bras de Kumiko l'enrouler pour offrir une étreinte à celle qu'elle considère comme sa grande soeur ... elle lui rend la pareil, la serrant dans ses bras, cette minuscule créature cachant une arme redoutable et ayant besoin d'amour tout simplement, et de pardons.

- Comment pourrais-je t'apprendre de nouvelles choses si je ne sais même pas ce que tu sais faire à la base ?

Elle soupire, caressant la chevelure de la petite blonde avant de reposer ses yeux sur sa génitrice.

- Cela ne sortira pas de cette maison.

Elle continue de caresser celle qui était par adoption sa petite soeur, sa nouvelle petite soeur, elle voulait l'avoir pour grande soeur, pourtant, cette dernière ignore encore pas mal de chose dans cette histoire.

- Pourquoi deviez-vous garder ces sceaux actifs ?

C'était la première question d'Itagami, ces sceaux étaient impossible à retirer ? Elle en doute fort, elle sait que Sazuka est une bonne utilisatrice de Fuinjutsu, elle pourrait les desceller rapidement, ou lentement, et même si elle ne peut pas, il y a encore Raizen qui était un spécialiste des sceaux lui aussi qui pouvait les retirer. Pourquoi les garder alors que ces sceaux semblent visiblement les forcer à ne pas parler de leur passé ?

_________________
Merci à mouton pour la signa o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine http://www.ascentofshinobi.com/u784

Mar 8 Jan 2019 - 14:08

Écarquillant les yeux en l’entendant mentionner les sceaux, j’eu un sourire et baissai la tête, finissant lentement par acquiescer ce qu’elle venait de dire, il n’y avait pas à dire, cette demoiselle avait des capacités physiques et intellectuelles qui la rendaient particulièrement intéressante. Pour le coup, j’étais heureuse d’avoir réussi à disrupter le sceau ou le conditionnement ? Qui me poussait à m’en prendre violemment à ceux qui découvraient ce petit secret.
Le visage de Kuu s’adoucit lorsque je posai les yeux sur elle, un regard que je voulais rassurant, comme quoi je n’allais pas subitement devenir une furie et me jeter sur la Sendai pour tenter d’en faire de la charpie. À l’époque ceux à qui j’en avais parlé étaient des gens en qui j’avais placé des espoirs, des espoirs visant à me tirer de cette prison qu’étaient devenues mes propres chaires… Des espoirs que j’avais moi-même mis en pièce… massacrant de mes propres mains tout ce beau monde ; de mes propres mains… mais pas de ma propre volonté…

Tandis qu’elle s’adressait à Kuu, j’avais posé le regard sur mes doigts, de longues griffes de métal remplaçaient présentement mes ongles, de longues griffes qui à plusieurs reprises avaient fait nombres et nombres de victimes… J’étais sure que la jeune Sendai pouvait les sentir, bien qu’aucun Saki* ne les accompagnait, l’un de ces garde-fous était encore bel et bien actif ; tout ce système fonctionnait comme une chaine, j’avais simplement réussi à me défaire des maillons qui me faisaient perdre connaissance et de celui qui ciblait les personnes que je savais conscientes de nos secrets ; les autres eux…
* Je me serais bien passée de vous revoir vous … * ne pus-je m’empêcher de penser en regardant mes mains, m’efforçant de garder le contrôle sur moi-même ; espérant surtout qu’au vu de l’état actuel de mon chakra et de la situation, la Sendai comprendrait … grosso modo le souci avec le fait d’en parler à qui que ce soit, de mon plein gré, ou de manière fortuite, comme c’était le cas ici…

Fermant les yeux en tentant de chasser ces souvenirs, je les rouvris lentement en les posant sur elles, m’accommodant à la conversation qu’elle avait jusqu’alors : … Hum, dans ce cas rien de plus simple n’est-ce pas ? Fis-je en posant le regard sur Kuu, rétractant lentement mais surement ces griffes chargées de sombres souvenirs. À force de t’entrainer encore et toujours contre moi, tu commences à développer mes habitudes… les bonnes, comme les mauvaises … à l’attention de ma fille. Cela pourrait être intéressant d’avoir une nouvelle partenaire pour développer tes aptitudes ; et puis… je suis sure que tu apprendrais de nouvelles choses à prendre un peu plus d’expériences contre quelqu’un d’autre non ? Continuai-je posant le regard sur la Nee chan.

Quant-à toi Anzu… ça te permettrait de découvrir ses forces, limites et lacunes … c’est un arrangement intéressant non ? Elle qui visiblement se montrait si curieuse depuis ces quelques mois devaient certainement brulée d’envie de découvrir ce dont sa jeune élève était véritablement capable… Ce serait en tout point plus intéressant qu’un simple listing de ses capacités tu ne penses pas ? Finis-je à l’encontre d’Anzu alors que Kuu la serrait toujours dans ses bras.

La petite réfléchissait, resserrant un peu son étreinte alors qu’elle cherchait, semblait s'imaginer comment telle ou telle chose se déroulerait avant de la lever la tête vers elle, un air intrigué sur le visage. Moi j’aimerais bien, mais … j’aimerais pas que le résultat peu importe soit-il gâche ma relation avec Anzu Nee san … fit sa petite voix.


Il était vrai qu’elle n’avait pas encore de véritable amie de son âge, Anzu mise à part Sayo qui s’en était allé après deux ou trois cours était la première fille à laquelle elle s’accrochait véritablement, sa famille mise à part et je voulais voir cette relation durer. Observant à mon tour la Sendai devant cette inquiétude, j’eus un sourire amusé, j’étais sure qu’elle dirait Oui… il était presque impossible de refuser des choses à Kuu quand elle s’y mettait vraiment… Sa grand-mère et moi avions parfois tant de problèmes à lui dire « Non »… ha ha…
Ceci dit, si elle nous avait véritablement observés tout ce temps… jusqu’à quel point nous connaissait-elle ? Jusqu’à quel point… était-elle au courant ? Intriguée, un soupçon d’effroi, mais aussi de curiosité probablement déplacé… je me questionnais.

Saki * : Intentions meurtrières.

_________________

Mother of two beatiful Angels

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mer 9 Jan 2019 - 0:56
A l'annonce des sceaux, Anzu sent qu'Itagami est surprise. Cela fait longtemps qu'elle est au courant, elle le sait bien avant ce jour, bien avant qu'elle découvre que Kumiko lui mentait sur ces capacités. La Sendai est une senseuse, une des seules qui maîtrise cet art presque à la perfection, elle a encore des efforts à faire, beaucoup à apprendre, mais son niveau dépasse les autres, plus par manque de compétition que par puissance absolue. Pourtant, elle devait sans douter, elle comme Kumiko, qu'elle pouvait ressentir les sceaux actifs, après tout, elle l'a dit elle-même lors de leur premier rendez-vous. Elle fronce les sourcils en voyant les doigts d'Itagami se retrouver orné de griffe, sans qu'elle ait d'envie de meurtre. Qu'est-ce qu'elle fait ? Tente-t-elle de l'intimider ? Anzu n'est plus à ça près maintenant, ce n'est pas des griffes qui vont l'effrayer. Elle soupire, commençant à comprendre : tout ceux qui sont au même niveau de savoir se sont fait tuer ... sans doute par ces griffes.

- Combien de personne as-tu tué avec ces griffes contre ton grès ?

Elle savait que c'était contre son grès, Itagami n'est pas le genre de personne à tuer sans raison, surtout si une personne veut les aider. Si le bonheur de sa fille passe par sa libération ... alors elle doit se laisser faire sans problème, elle sait que sa fille passe par dessus tout ... mais elle constate que si Itagami se retrouve avec des griffes à la place des mains, ce n'est pas le cas de Kumiko. Elles ont des sceaux sur eux, ils ont pratiquement la même fonction ... mais leur rôle semble différent. Leur passé reste un mystère, mais ... elle sent que ça s'éclaircit un peu. Il faut travailler dessus ... c'est tout. Mais elle commence à penser que, pendant la mission de Kaze ... quelque chose semble coïncider avec elle et cette histoire d'esclave. Elle n'a pas de preuve concrète mais ... elle le sentait que quelque chose avait changé avant et après la mission. Mais dans quel camp elle était ? Celle des esclavagistes ou des prisonniers ? En tout cas, si ces sceaux étaient actifs ... c'est pour l'empêcher de devenir folle et sanguinaire, cela pouvait tout aussi bien coïncider avec un camp ou l'autre. Et dans ce cas de figure ... Kumiko serait dans l'autre camp.

En tout cas, elle commence à rebondir sur ce qu'elle a dit à Kumiko, comment pouvait-elle lui apprendre des choses si elle ignore ce qu'elle sait faire à la base ? Elle observe Itagami parler à sa fille encore dans ses bras, toujours avec son cuir chevelu sous sa main gantée. Un entrainement contre elle, pour montrer ce qu'elle sait vraiment faire ... elle se doute qu'elle est puissante, elle le sait, à quel point ... ça, c'est une autre question. Mais ... au fond d'elle, elle veut vérifier ... autre chose avant, elle voulait voir qui était Kumiko avant d'être celle qui se trouve devant elle.

- Ne t'inquiète pas, ça ne gâchera pas notre relation.

Elle continue les caresse au niveau de ses joues, les tirant d'ailleurs doucement pour la forcer à lui faire une grimace. Elle sourit en la voyant, puis, elle observe Itagami. Cette dernière semble confiante, elle semble avoir deviner la réponse d'Anzu, c'est vrai que peu de personne refuse, et pourtant, Anzu pourrait refuser. Il y a d'autres moyens de savoir ce qu'elle vaut autre qu'un entrainement.

- Je n'accepterais uniquement si elle passe un test et qu'elle le réussi.

Elle observe Kumiko, elle se disait vouloir être sa petite soeur ... elle veut bien l'accepter mais, il y a dans ce cas une autre personne qu'elle doit présenter.

- Mais avant, Kumiko, je veux d'abord voir à quoi tu ressembles en vrai.

Sur tout les sceaux qui ornent son corps, Anzu sait qu'il doit y en avoir qui la force à prendre cette apparence ... et puis, cette expertise dans le henge ... il y avait quelque chose derrière. Elle le sent, elle le sait et elle le doute aussi.

- Je veux juste voir si tu seras honnête avec moi jusqu'au bout, quelques secondes suffira, tu pourras reprendre ton apparence juste après.

_________________
Merci à mouton pour la signa o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine http://www.ascentofshinobi.com/u784

Jeu 24 Jan 2019 - 22:32

Gardant un instant le silence, j’eus un sourire effacé, observant ma main et ses griffes, me remémorant le nombre de personnes de j’avais déchiqueté, déchiré, lacéré… saignés à blanc… fronçant un peu plus le regard au fur et à mesure que me revenaient ces souvenirs, me rendant compte du point auquel avait pu être dérangé le grand malade qui me les avait posés. Il avait fait en sorte que je perde le contrôle, que je ne réagisse négativement qu’à la présence de ceux qui avaient essayé de m’aider, que je les massacre le plus brutalement possible… mais aussi et surtout que je me rappel bien de tout.
Refermant le poing alors qu’ils s’étaient résorbés au fur et à mesure, j’eus un sourire nerveux avant de finir par lui répondre : Beaucoup… Je ne pouvais donner de chiffres exacts, mais était sure et certaine de dépasser la cinquantaine… je me rappelais leur visage, mais me refusais à les dénombrer. Il fallait dire que le grand malade qui m’avait mis ces sceaux avait pensé à tout… me pousser à éliminer toutes personnes désireuses de m’aider était un fait, mais me pousser à le faire en étant simple spectatrice de mes actes en était une autre… combien de fois avais-je regardé mes bienfaiteurs se vider de leur sang ? Combien de fois avais-je simplement attendu à côté de leur corps que leur vie s’achève ? Complètement impuissante devant ce spectacle macabre… je ne comptais plus mes victimes, ne comptais plus mes tentatives de libération. En un sens le sceau et le conditionnement avaient réussi leur office… m’encastrer dans le crâne que plus je tenterais de m’en défaire, plus je ferais de victimes, plus je ferais de victimes, plus je m’enfoncerais dans le désir de sauver des vies en prenant cette malédiction sur moi… c’était un cercle vicieux… : Beaucoup trop…

Un sourire amusé en voyant Kuu chan continuer de la serrer dans ses bras, son soupir soulagé était à lui seul suffisamment explicite pour faire comprendre que cette situation la travaillait vraiment. J’entendis la condition de la Sendai, souriant à celle-ci avant de diriger mon regard vers la concernée qui la fixait déjà d’un air de défi :

- Ha ce n’est pas à moi qu’il faut le dire pour le coup… Ajoutai-je d’un air amusé alors qu’elle semblait littéralement trépigner d’impatience.

Ceci dit à sa condition première s’en ajouta une autre, celle de voir Kuu sous son vrai jour. Soulevant un sourcil, j’explorai la plupart des éléments qui auraient pu lui mener à pareille concision, cherchant comment elle avait pour le découvrir ; de la déduction ? Peut-être, mais dans ce cas comment pouvait-elle en être aussi sure ? Fronçant un peu plus le regard j’inclinai un peu la tête me posant finalement la question, pourquoi voulait-elle savoir ?
Posant le regard sur Kuu qui elle aussi m’observait semblant perdue entre surprise et désir de relever le défi, je reposai le regard sur la Sendai, puis sur Kuu un peu plus sévèrement avant de fermer les yeux. Pour le coup la présence de Shuuhei était une aubaine, il devait être mi au courent de cette histoire et une fois lui au parfum elle n’aurait plus besoin de passer des heures à se maquiller day every days… elle pourrait enfin sortir et montrer au monde à quel point elle pouvait être magnifique, sous les traits de sa différence vis-à-vis du commun des mortels ; mais la question restait la même, qu’est qui l’avait trahi ? Peut-être était simplement le fait que nous l’avions acceptée à la maison tout ce temps, au milieu de toutes nos facéties, faux dire que la vie avec Hisao m’avait ramollie… ou plutôt, m’avait permit d’avoir plus confiance en les Kaminarijin…

- Pour des raisons particulières, il n’est pas possible que tu la voies entièrement… aujourd’hui du moins, toute fois tu pourrais avoir un détail… Fis-je en tapotant de l’index un de mes yeux, geste qui était à la fois pour Kuu et pour son professeur… si je voulais sensibiliser des gens pour pouvoir la garder des dangers extérieurs, mais aussi lui permettre d’avoir l’expérience dont elle avait besoin… il allait falloir s’ouvrir au monde.
Kuu s’arrêta un instant, m’observa quelque temps avant de m’accorder un large sourire, se pressant quelque peu de les retirer… ses lentilles de contact. Enfon la transformation visuelle de Kuu n’avait rien à voir avec du chakra, c’était de la teinture pour ses cheveux, de la poudre solidifiée avec des résines naturelles pour sa peau et des lentilles de couleur pour ses yeux, un produit qu’un marchand avait jadis proposé au Daimyo à l’époque, produit sur lequel j’ai sauté pour juste ce genre de cas de figure.

¬- Hai ! Fit la petite Metaru, se frottant encore un peu les yeux avant d’ouvrir ses deux rubis sur sa nee chan, un regard semblant presque luire sur son faciès, un regard qui n’était que d’autant plus captivant lorsque sa peau n’était point beige, mais lait…
Sa maladie ? Une variation très très très peu croisée sur le Yuukan, de fait elle n’était quasiment pas connue, encore une fois c’est être proche du Daimyo et de ses connaissances qui m’avait permis d’en connaitre le nom, de savoir que hormis certaines conditions cette déformation était entièrement bénigne et qu’il ne s’agissait ni plus ni moins que dans certain cas un miracle connu sous le nom… d’enfant de la lune.

Si leur peau semblait avoir les mêmes reflets que l’astre lunaire, leurs regards eux n’étaient point sans rappeler ces fameuses nuits durant lesquelles la lune prenait une teinte rouge sang. Honnêteté ou autre mise à part… ce n’était pas du chakra qui lui permet de remodelé tout ceci… tu vas devoir donc faire avec pour le moment… C’était surtout que le démaquillage pouvait demandé pas mal de temps et la remaquiller plus tard pour seulement quelque heure avant de l’en défaire de nouveau ne serait que la fatiguer pour satisfaire une curiosité que je commençais à trouver suspicieusement insistante…

*… Hum… ce doit simplement être la curiosité de creuser un secret… … … * étais-je naïve ? Peut-être… mais les hommes de Bi fox ou Shirotsume kun n’auraient pas attendu aussi longtemps… … voir Kuu aurait elle-même remarqué les soucis éventuels.

- Alors alors cette épreuve ? S’impatienta finalement la concernée.


_________________

Mother of two beatiful Angels

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Ven 25 Jan 2019 - 19:35
"Beaucoup trop", elle s'en doutait, si elle n'arrivait pas à mettre un nombre sur ses victimes, c'est qu'elle devait avoir beaucoup de mort sur sa liste. Anzu commence à compléter petit à petit le puzzle des deux demoiselles en face d'elle, leur passé est encore un mystère, mais avec ce qui s'est passé à Kaze, l'expérience en dissimulation de Kumiko, les meurtres causés par Itagami presque contre son grès ... il n'y a pas qu'une relation fille-mère entre les deux Metaru en face d'elle. Elle est plutôt contente d'avoir assemblé un début de puzzle entre elle, elle en sait déjà assez pour éviter de trop creuser le sujet. De toute manière, visiblement, elle ne peut pas en parler plus sans se mettre en rogne malgré le contrôle dont elle fait part en ce moment.

- J'en connais un peu plus sur vous désormais, sur les rôles que vous avez dans votre passé en commun ... je vais me contenter de ça, j'ai pas besoin d'en savoir plus.

Enfin, alors qu'elle a toujours Kumiko dans ses bras, Itagami propose un entraînement avec elle, mais Anzu voulait la tester avant. Elle voulait lui faire passer un test, pas forcément un test de combat, mais plutôt ... de traque. Enfin, est-ce qu'on pouvait appeler ça une traque ? On va dire ça oui, que c'est une traque, mais avant, elle voulait voir Kumiko sous son vrai jour. Ce n'est pas qu'une curiosité à étanché, c'est aussi une preuve de confiance qu'a Kumiko envers elle, si maintenant elle accepte de se montrer sous sa vraie apparence. C'est juste ça, un test de confiance, si elle était vraiment comme elle est en face d'elle, alors Anzu le saurait si elle lui disait la vérité. Après toute cette expérience acquise en sensorialité, elle peut décerner la vérité du mensonge. Mais encore une fois, c'est Itagami qui lui donne le feu vert pour qu'elle lui montre une partie de sa vraie identité. Pourquoi la petite Kuu-chan ne peut pas répondre d'elle-même ? Ce n'est pas qu'une question de sceaux là ... enfin, certainement la pense-t-elle trop petite pour prendre ce genre de décision.

Kumiko retire donc ses lentilles et se frotte un peu les yeux ainsi qu'une partie de, visiblement, son maquillage pour révéler une peau pâle et des yeux rubis. Cela ressemble à de l'albinisme, une maladie génétique qui s'exprime par un pigment défaillant, ce qui laisse sa peau de couleur lait et ses yeux transparents. Le rouge qu'on pouvait voir n'était que les vaisseaux sanguins qui composent sa rétine. Anzu n'est peut-être pas une scientifique, mais elle avait un grand savoir dû à ses nombreuses heures passés à la bibliothèque, et puis, avoir le meilleur des médecins en tant que senseï aidait aussi quelque part.

- Je vois.

Elle pourrait insuffler du chakra dans ses cheveux, faire tomber tout ces pigments pour révéler sa chevelure qui doit être aussi blanche que la neige, mais Kumiko en a déjà pas mal fait. Pourquoi cependant cacher aux autres son albinisme ? Ce n'est qu'une maladie génétique très rare, mais rien de bien effrayant : se retrouver face à un nécromancien qui parait tout aussi pâle est encore plus effrayant. Mais avec ce qu'elle sait, elle arrive à faire une hypothèse très simple : l'albinisme étant une maladie très rare, par conséquent, une esclave albinos a une valeur marchande plus forte que celle d'une esclave normale. Et si elle garde encore caché son albinisme ... c'est que l'être qui obligeait Itagami à être l'esclavagiste et Kumiko l'esclave est encore dans le coin ... vivre tout le temps dans la peur, ça, Anzu commence à le ressentir de plus en plus.

- Ton épreuve est simple : tu dois trouver d'ici la fin de la journée ton autre "grande soeur".

En effet, Anzu avait une autre petite soeur, plus vieille que Kumiko, mais plus jeune que la Sendai. Une petite soeur qui a eu le mérite de ne pas décevoir ses parents, elle, en manipulant les affinités élémentaires. C'était basique, mais bon, il faut croire que ça suffisait pour qu'elle se fasse mettre à la porte, elle, leur fille qui est reniée juste parce qu'elle n'est pas capable de manipuler le Raïton comme tout autres éléments.

- Evidemment, je demanderais une preuve que tu l'as trouvé ... A toi de voir quelle preuve fera l'affaire.

_________________
Merci à mouton pour la signa o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine http://www.ascentofshinobi.com/u784

Mar 29 Jan 2019 - 9:44

« Je vais me contenter de ça »… Fuuuu ça lui en a prit un temps, heureusement qu’elle a décidé de s’arrêter à d’ailleurs, le regard de maman commençait à en dire long sur cet interrogatoire. Leçon numéro un, ne jamais poser trop de questions à quelqu’un. C’était l’une des premières règles qu’elle m’avait enseignées, trop de questions, surtout personnel mettrait la personne sur ses gardes parce que… heu… parce que quoi déjà… ? Ha oui « Pourquoi cette personne s’intéresse-t-elle tant à mon passé ? » vu que c’est le genre de réaction que tous auraient, ça voudrait dire que la personne interrogée commencerait à se méfier.
Hummm, finalement les cours de Maman n’étaient vraiment pas dénuées de sens, j’en ai un exemple sous les yeux. Mais Anzu nee san n’a pas besoin de se cacher elle, elle n’a pas à cacher sa personne, ses capacités ou autre… pas comme nous. Maman resta un moment suspicieuse avant de baisser sa garde… j’avais moi-même presque commencé à retenir mon souffle, mais bon. Ce devait être le temps qui avait joué en la faveur de nee chan, ça faisait une dizaine de mois après tout…

Étonnamment, elle ne dit rien en voyant mes vrais yeux… POURQUOI ! ça devrait te faire plus d’effet que ça nee chan, j’ai les yeux rouges ! Rouge ! c’est trop génial ! pourquoi tu ne le relèves pas ?! Les joues gonflées alors que je boudais clairement de son manque d’attention quant à une partie de mon véritable moi, je croisai les bras et l’écoutai.
Bha oui quoi j’étais pas comme les autres enfants avec les yeux bleu, verts, marron ou noir... non ! j’avais une couleur unique comme on en voyait rarement ; voir comme on n’en voyait jamais ! Oui… oui j’étais en train de me vexer parce que je n’avais pas reçu d’éloge sur une anomalie avec laquelle j’étais née, non que j’avais travaillé pour l’avoir… oui ; MAIS QUAND MÊME !

Retrouver mon autre grande sœur ? Elle voulait dire sa petite sœur ? * Humm… je n’aurais peut-être même pas à utiliser la sensorialité à pleine puissance…* Réfléchissons y un peu, c’est sur un coup de tête qu’a été décidé que j’allais l’affronter donc rien n’a été prévu ni préparer pour cette chasse à l’homme. À moins qu’elle n’envoie un émissaire maintenant pour la mettre au courent, je n’aurais alors qu’à suivre l’émissaire en question vu que ce serait son chakra pour avoir une idée de là où se trouverait sa sœur qui actuellement doit certainement vaquer à ses tâches quotidiennes… donc l’académie… ou sa salle de clan…


- Hum… Ok ! L’exercice ici ne devait pas être une simple détection, mais probablement une comparaison de leur chakra.

Si elles sont de la même famille ça veut dire que leur chakra doit se ressembler, après tout ya des traces de celui de mère et père dans le mien… ou plutôt une signature assez similaire u leur, donc… je devais retrouver le même Schéma que celui qu’elle avait-elle…
Je posai le regard sur mère qui me souriait… maman… elle savait que je m’amusais ! ça faisait longtemps qu’elle ne m’avait pas posé de problème de logique, mais pour le coup elle savait aussi comment je réfléchissais, eh oui… c’était amusant !

- je vais la trouver tu vas voir Anzu nee san ! fis-je confiante en remettant mes lentilles avant de quitter la maison, leur faisant signe à toutes les deux avant d’y aller. Aller ! Il faut juste trouver une jeune fille dont je n’ai jamais vu le visage u l’apparence… un exercice parfait pour mes compétences en tant que senseur.

------------------------------------------------

Amuse-toi bien Kuu chan… Fis-je en répondant à son signe de main par un sourire amusé.

Pendant combien de temps y avait-elle réfléchi, et surtout quelle méthode allait-elle préconiser pour retrouver une personne qu’elle n’avait jamais vue… ? J’étais curieuse de voir comment elle allait y arriver ; * cette soirée va être intéressante * pensai-je en me projetant à ce soir, sachant qu’elle allait avec toute la joie du monde me raconter sa « chasse ».


Posant le regard sur Anzu, c’est avec un sourire que je lui annonçai : tu ferais mieux de t’échauffer un peu non… ? Elle n’en a pas l’air, mais Kuu a déjà réussi à me surprendre à plus d’une reprise lors de nos sparring… fis-je la tête dans le creux de la main, coude sur l’accoudoir de la chaise… mais me concernant, une nouvelle question germait, Kuu étant absente pour un moment… devais-je la laisser tranquille… ou…

_________________

Mother of two beatiful Angels

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mar 29 Jan 2019 - 22:54
Anzu la regarde gonflé les joues ... que lui arrive-t-il ? C'est étrange, pourquoi se met-elle à gonfler ses joues de la sorte ? La Sendai cligne des yeux, la regarde, ça lui fait une bouille adorable, trop adorable, elle a envie ... de lui presser ses joues, de lui tirer dessus. Son visage si rond, si gonflé et si boudeur la rend tellement adorable ... la violette sourit, puis, finalement, elle s'exécute, appuyant sur ses joues gonflés pour voir ce que ça fait. Est-ce que ça va entraîner une réaction en chaîne ? Ou juste faire ressortir l'air stocké dans ses bajoues comme un hamster qui stockerait ses noisettes ou ses glands ? Visiblement, c'est la deuxième option, Anzu sourit, puis lui attrape les joues. Elle ignore pourquoi, elle avait envie de lui tirer les joues, pas fort, doucement, juste assez pour la faire faire des grimaces. Ses yeux rouges sont très beaux, elle est entièrement d'accord, elle ne va pas le crier. Mais oui, ses yeux écarlates, même si elle sait que ça vient d'une maladie, elle trouve ça beau. Mais Anzu n'est pas du genre à dire tout haut ce qu'elle pense, même maintenant malgré tout les efforts qu'elle fait pour être moins renfermée.

- Tu es toute mignonne quand tu boudes Kumiko, surtout avec tes yeux rouges.

Dommage qu'elle doit cacher cela, elle doit montrer aux autres qui elle est, car après tout ... elle est jolie comme ça. Bon, comme elle est maintenant, avec ces cheveux blonds, ces yeux verts, mais elle l'est autant sous sa vraie forme. Pourquoi mentir et se maquiller ? Certainement pour la protéger de quelqu'un, mais de qui ? Si jamais, au grand jamais, il y a une personne dans ce monde qui veut faire du mal à Kumiko le payera cher, surtout si c'est pour une raison personnelle et non valable. La Sendai fera tout pour protéger celle qui est désormais sa petite soeur, presque par adoption. Elle caresse ses cheveux, puis la laisse après lui avoir révéler son épreuve. Elle est prête maintenant à partir à la traque à l'homme, ou plutôt, la traque à la jeune femme. Elle l'observe partir, et maintenant, la voilà seule, avec Itagami qui lui dit qu'elle ferait mieux de s'entraîner avant qu'elle arrive.

- Je me suis déjà entraînée Itagami-san.

Elle lui sourit, mais malgré ce sourire, son entraînement n'a pas pour but d'être juste en plein forme. Anzu craint Yahiko, elle détecte chaque coin de rue pour voir s'il ne se cache pas, elle a peur de ce qu'il veut lui faire ... il a manqué de la tuer une fois, ce n'est pas pour certainement la laisser vivre tranquillement. Il lui veut du mal ... elle en est sûre. Mais elle est avec Itagami, dans le quartier des Metaru, il ne viendra pas jusqu'ici, il n'est ni bête, ni fou, au contraire, il est très intelligent, très rusé, assez pour avoir réussi à se faire passer pour un ami à Anzu. Enfin, elle chasse ses idées noires, elle préfère passer à autre chose. Comme Shuuhei par exemple ... elle ignore tout les liens qu'ils ont ensemble et elle n'a pas senti que sa fille vient en parti de cet ermite pervers, mais elle sait qu'Itagami le connaît, elle lui a parlé de lui, et avant, c'était lui qui gère la raffinerie.

- D'ailleurs, comment ça s'est passé avec Shuuhei pour la délégation de la raffinerie ? C'était ton senseï ? Et c'est lui qui t'a appris à forger ?

D'ailleurs, elle ne l'a jamais vu en oeuvre, cependant, elle a une bonne réputation ... après tout, c'est la cheffe de la raffinerie ... ce n'est pas pour rien ! Elle doit avoir des années d'expérience en cette matière ... forger les armes. Elle se demande d'ailleurs si son élève n'est pas capable elle aussi de forger des armes ... ça ne l'étonnerait même pas à ce stade. Elle lui demandera ça un autre jour ... sans doute demain ou après l'entraînement si elle finit debout.

- Et est-ce qu'il t'a aussi appris autre chose ?

C'était une bonne question, qu'est-ce que l'ancien kage a pu lui apprendre de plus ? Certainement pleins de choses, beaucoup de choses ... mais elle aimerait bien savoir quoi. Et puis, ça n'a aucun rapport avec son passé n'est-ce pas ? Normalement ... après, elle avait l'air de pensé à autre chose au bout d'un moment, elle se demande bien quoi ...

--------------------------------------------------

Une odeur de brûlé se sentait autour de cette grande place, un terrain d'entraînement personnel, très modeste, mais réservé. Personne ne pouvait venir ici autre qu'elle et ses parents. Ume est ici, à attendre dans le domaine Sarada, un petit domaine qui n'a rien à voir avec le domaine des autres clans de Kumo. Mais ses parents s'en fiche des autres clans, ce ne sont que des shinobis qui se font connaître uniquement par la réputation de leur famille. Ume n'est pas une fille d'un clan populaire ou qui est maître dans telle ou telle capacité, c'est juste une fille comme les autres, qui n'a pas de capacité clanique. C'est ce qui importe à ses parents, une capacité que tout ceux qui n'ont rien à voir avec un pouvoir se transmettant de génération en génération peuvent avoir avec de l'entraînement, beaucoup d'entraînement ... beaucoup trop ?

Ume est assise en pleine milieu, au milieu d'une grosse trace de brûlé qui se trouve à même le sol, preuve qu'un Katon assez puissant a été lancé récemment. De longues tâches brunes et noires sont présentes sur ses bras, ce ne sont pas des blessures obtenues lors de son entraînement ... ou plutôt si, c'est à cause de son entraînement. Elle n'a pas "bien" bosser, et c'est ce que lui réserve à chaque fois ses parents qui lui demandent à chaque fois des choses difficiles à faire, parfois impossibles. Ils veulent qu'elle devienne "la personne qui battra tous les clans", la petite shinobi venant d'un clan modeste et peu connue qui mettra à genoux les autres clan à elle-seule, une arme symbolisant la preuve que n'importe qui peut être connu, qu'il n'y a pas besoin de pouvoir clanique pour devenir une pointure du monde des ninjas.

Mais Ume n'a jamais voulu ça, Ume voulait rester une shinobi comme les autres. Elle a son diplôme, elle a passé le dernier test de l'académie pour devenir une Genin, mais ses parents la tient sous leur jong, la forçant à devenir ce qu'il souhaite avoir depuis le début : une arme.

La jeune Sarada a peur de ne pas y arriver, tout les jours elle doit s'entraîner, tous les jours elle a un objectif fixé par ses géniteurs. Si elle n'y arrive pas, et bien, ils le font comprendre. Elle a déjà perdu un œil, mais ça ne leur suffit pas. S'il le fallait, elle devra mourir pour qu'elle devienne le monstre qu'ils souhaitent avoir, la création parfaite. Si elle meurt, c'est qu'elle ne mérite pas qu'elle vive sous leur maison et d'avoir vu le jour, rien de plus, rien de moi.

Et cet entraînement, elle l'a encore raté ...

Elle a encore mal des traitements infligés par ses parents, mais elle tient ... pour le moment. Elle connaît leur limite, mais elle sait que, de jours en jours, ils deviennent plus fort. Bientôt, elle se retrouvera certainement couverte de cicatrices. Mais ils s'en fichent, tant qu'elle devient forte ...

Elle observe une silhouette, une personne qui s'est introduit ici, dans leur domaine. Elle se lève avec difficulté, observant la petite forme qui est apparu. Ses parents se reposaient après avoir passer leur nerf sur elle, donc heureusement pour cette personne, elle ne risque rien d'eux ... mais ils peuvent se réveiller à n'importe quel moment, et ça peut-être n'importe quand.


- Qui est là ?

C'est la question qu'elle pose à la forme qu'elle voit, elle ignore pourquoi elle est là, mais elle doit la prévenir ... elle qui doit se montrer sans pitié ... elle ne veut pas que la personne en face subisse ce qu'elle subit en ce moment, chaque jours, de manière répétée.

- Si vous êtes un Metaru, un Suzuri ou un Nara, partez vite d'ici ... ce n'est pas un endroit fait pour vous ...

Et si c'était un danger ? Un espion ? Elle est encore capable de se battre. Elle a subi de nombreuses blessures, mais elle tient encore debout ... avec un peu de mal certes. Mais elle s'y connait en Ninjutsu, mieux que quiconque ici ...

_________________
Merci à mouton pour la signa o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine http://www.ascentofshinobi.com/u784

Jeu 7 Fév 2019 - 23:25

J’avais une petite idée de pourquoi Kuu boudait, malgré ses airs d’innocente petite fille, elle était très très très fière de sa personne, pas au moins d’en devenir égocentrique, mais appréciait tout de même les compliments ; pour le coup ne pas voir Anzu réagir de suite à la couleur ruby de ses yeux avait certainement dû être un coup porté directement à son orgueil. Quelque part c’était quelque chose qui m’avait un peu manquer, la voir s’énerver pour quelque chose d’aussi peu rationnel que ceci … un sourire sur les lèvres, j’observai avec un certain baume au cœur Anzu se rattraper, s’amusant à jouer avec ses joues qui boudeuses la rendait plus cute sur un certain point avant de la laisser s’en aller mener à bien ladite mission.

- Huuummmmm…. répondis-je simplement au fait qu’elle prévienne s’être déjà échauffée, je ne pensais pas qu’elle la sous-estimait, mais quand même un peu, après tout son adversaire approchait tout juste des dix ans… mais dans un monde où le chakra régissait presque tout… … … m’enfin, espérant qu’elles y iront doucement… toutes les deux… Ne t’inquiète pas … je vous aurais à l’œil !

Les yeux fermés, un sourire s’étirant sur mes lèvres, j’imaginai un peu ce qui allait bientôt se passer, tâchant de concentrer mes pensées sur des éléments distincts au lieu de… folâtrer à des idées moins … saines ; pourquoi étais-je si affamée ces temps-ci… ? Il fallait dire que voir enfin la Sendai faire montre de ses émotions n’était pas un évènement complètement anodin dans cette situation ; bien au contraire. Voir la Kuudere commencer à s’ouvrir et s’exprimer en présence de personnes distinctes avait un certain charme que peu comprendraient vraiment …
À l’entente de ses nouvelles questions, du nouveau sujet qu’elle mettait sur le tapis j’entrouvris lentement le regard… non, elle ne pouvait pas me provoquer… du moins pas volontairement ; quoique… un sourire aux lèvres, celui-ci se transforma lentement en un petit rire fluet, me demandant si Shuu aurait vraiment pu m’apprendre des choses non « bourrine » concernant la forge et la Métallurgie :

- Non ce n’est pas Shuu qui m’a formé. Fis-je d’un ton clair en posant le regard sur elle, tête dans le creux de la main, je me remémorai ce bon vieux temps avant de lui répondre après quelque instants de silence :J’ai commencé à manipuler le Kinton avec ma mère … commençai-je en créant de ma main libre un collier avec une médaille lisse comme le verre. Mère est versée dans l’art de l’orfèvrerie, elle a longtemps affiné son talent et ses travaux pour créer les bijoux les plus raffinés qui soient… poursuivis-je en modifiant au court de mon récit le médaillon. ce qui rendait ses œuvres aussi uniques était la précision qui ressortait de son travail ; cela se voyait aussi bien dans les bijoux que dans les miniatures… Miniature auxquelles elle donnait une forme de vie grâce au Kinton… poursuivis-je alors que le médaillon s’était transformé en un magnifique étalon, galopant la crinière au vent… dans le creux de ma main.
Tu dois être familière à ce genre de choses avec ta capacité, mais pour de parfaits néophytes, ceci est une prouesse que rarement ils contempleront… Fis-je alors que le cheval ralentissait, marquant une pause en secouant la tête et sa crinière, soufflant de petits nuages de métal à peine assez visibles pour représenter son souffle en temps hivernal.

- Tu combines ça, ses connaissances d’historienne, et la manière théâtrale qu’elle avait de conter les récits attirants la gent féminine … et tu avais l’une des personnes les plus demandées aux cérémonies des différents nobles de Kaminari … Fis-je en transformant le Canasson en un samouraï, puis en une maisonnée puis en insigne de clans pour enfin en faire un bijou peut être un peu plus lambda, mais plus que classieux. Dans ses histoires, il y avait souvent les épouses des seigneurs et leurs bijoux aussi spéciaux qu’originaux dont elle promettait une réplique fidèle.

Marquant une pause, je tirai d’une des sacoches à ma ceinture lots de fragments de pierre précieuse que je joignis à ma conception avant de la lui tendre, devenue une amulette aussi belle qu’harmonieuse dans sa conception.

- Mère m’a apprit la patience, l’histoire et l’amour du travail soigné… père m’à apprit la conception et l’entretient d’arme. Continuai-je. Shuu quant à lui m’a simplement donné quelques conseils avisés et a surtout reconnu mon savoir-faire ; c’est pour ça que j’ai hérité de la raffinerie. Finis-je dans un sourire… Quant à savoir s’il m’avait enseigné autre chose… je préférai garder le silence… les déviations en seraient trop… nombreuses. * n’insiste pas sinon ça va devenir vraiment difficile *

- Mais et toi ? tu ne m’à jamais parlé de ta famille au final, je ne savais même pas que tu avais une petite sœur ?


_________________

Mother of two beatiful Angels

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Ven 8 Fév 2019 - 1:20
Après avoir jouer un peu avec les joues remplis d'air de la petite Kumiko, elle la laisse vaguer à la mission que la violette lui a donner, puis, elle observe sa génitrice en face. Elle a l'air ... perplexe quand Anzu dit qu'elle s'est déjà échauffée avant. Mais elle ne plaisantais pas, la chunin est tout le temps près à l'action, dès le matin elle s'échauffe, dès les premières lueurs elle aiguise sa lance, bien que ce ne soit pas vraiment la sienne, plus celle de la garnison de Kumo, mais ça fait partis de son équipement de base du shinobi. Dans tout les cas, la violette ne compte pas donner le moindre répis à son élève ... si Itagami insiste tant sur le fait qu'elle est d'un niveau hors du commun, alors elle la croit. Elle est elle-même senseur, donc elle sait que Kumiko est loin d'être une poupée de porcelaine malgré son petit air mignon. Ce qu'elle espère juste ... c'est qu'elle réussisse à ne pas trop blesser son élève. C'est pour ça après tout que la présence de Yahiko la hante tout le temps. Enfin, la Metaru dit qu'elle les surveillera tout les deux, donc elle peut se dire qu'au moins elle ne tuera pas Kumiko par accident ou excès de zèle.

Elle commence les questions, des questions à propos de son lien avec Shuuhei et la forge, s'il s'agissait de son maître, de son mentor. Mais non, Shuuhei ne semble pas avoir ce rôle-là chez Itagami. Elle pensait que c'était sans doute le cas, le Nidaime tenait la forge avant, et désormais, c'est elle qui la tient. Enfin, Anzu écoute et regarde attentivement, car en plus de raconter un peu plus sur son passé, elle manipule du métal pour illustrer son histoire. Elle appris donc à forger et à manipuler le Kinton avec sa mère, elle disait que sa mère était une fabricante de bijoux renommés, que chacun de ses bijoux elle savait les vendre, et comme Itagami en ce moment, elle faisait des miniatures qu'elle animait comme Anzu arrive à animer un peu de tout. Elle savait aussi conter des histoires pour la gent féminine, usant de ses connaissances historique, mais aussi de ses talents d'actrice. En gros, une grande femme qui savait manier les nobles pour réussir à s'enrichir, qui était connue, respectée peut-être. Elle finit en disant que, si sa mère lui a appris l'amour du travail, la patience et l'histoire, son père était plus militaire en lui apprenant la conception et l'entretien d'arme. En gros, des parents dont elle est fière, des parents qui ont accepté de transmettre son savoir ... des parents dont on aiment se vanter ...

Anzu a un pincement de cœur en remarquant ça, c'est la même sensation qu'elle avait lorsqu'elle remarque à quel point Kumiko était si heureuse avec sa mère ... une sorte ... de jalousie. Eux, ils ont eu une vie, avec des parents qui devaient être fiers d'elle, et inversement, des parents dont Itagami pourra se vanter devant n'importe qui. Des parents exemplaires, qui les ont accepté malgré leur défaut. Le visage d'Anzu s'est assombrie pendant le récit d'Itagmi, mais il reste neutre, pour le moment, la colère gronde de l'intérieur, elle tente de l'intérioriser et ne pas la montrer. Mais même si elle est une chunin, soit une shinobi, elle est humaine, c'est dans sa nature de ressentir les émotions comme la colère, la peur et la tristesse. Elle ne peut qu'envier la vie des autres, des autres qui ont vécu avec des parents qui les aimaient, pas avec des parents qui jetteront leur enfant dehors car il ne leur convient pas.

- Je vois, merci pour ses précisions.

Elle le dit d'un ton calme, sans émotion, pas forcément froid, juste, neutre, quoique sec sur la fin. C'es dur, très dur de ne pas devenir rouge de haine à cause de la jalousie qui la ronge. Mais Itagami vient de percer son armure qu'elle tente de construire en une simple demande : elle veut en savoir plus sur sa famille. C'est sur un terrain dangereux que vient de traverser la Metaru en osant lui demander ce qu'elle en pense de ses parents ... De ce qu'elle en pense après avoir montré à quel point sa mère était une bonne mère.

- Mes parents ...

Elle a du mal à se contrôler, mais son chakra qui devient de plus en plus oppressant trahit ses états d'âme. Elle les hait, plus que Yahiko, plus que Yamiko, elle les haït du plus profond de son être. Une haine qu'elle enfouie toujours pour ne pas inquiéter les autres, mais à son tour, Itagami vient de réveiller "la bête".

- Je n'ai jamais été leur fille pour eux ... qu'un produit défectueux qu'on a jeté sans lui donner une chance, une arme émoussée qu'on refuse de remettre en état.

Le lit sur lequel est assise Anzu se recouvre petit à petit d'une épaisse couche de chakra, mais contrairement au chakra émeraude qu'avait habituellement la Sendai, celui-ci était d'une couleur plus foncé, plus violent, plus sombre. Une couleur violacée qui virait petit à petit sur le noir au fur et à mesure qu'elle continuait son récit alors que sa main se prépare presque à saisir quelque chose.

- Ils m'ont jeté dehors quand ils ont vu que je ne leur convenait pas, que je n'étais pas comme eux, des shinobis sans pouvoirs claniques pouvant manipuler les éléments comme personne. Ils m'ont chassé, et ils m'ont remplacé par ma jeune soeur, Ume.

Ses yeux, son visage, sa façon d'être n'avait plus rien à voir, c'était un démon qui était en face d'elle, plus une humaine, un démon qui ne connaît rien d'autre que la rage. Après le dessus du lit, le mur se recouvre de la même couche noirâtre, ce chakra est si agressif, si guidé par la haine qu'Anzu ne semble pas le contrôler. Il ne s'agissait pas d'un jutsu, juste d'une représentation de sa haine qui se forme autour d'elle, une haine qu'elle contrôlait jusque là.

- Je les haïs ... je les haïs tellement ...

Elle ferme son poing, puis toute la couche de chakra se mis à se briser d'un seul coup. Anzu garde la même expression alors que les débris de chakra tombent à ses côtés. Elle ferme les yeux, tente de reprendre son calme alors que son poing reste fermé, tremblant de colère alors que la violette tente de reprendre le contrôle sur ses émotions. Elle finit par le reprendre, sa main s'ouvre de nouveau alors que tous les débris de chakra s'envole en fumée, comme s'ils avaient perdu leur composition.

- Ne me redemande plus de parler de ma famille, je n'en ai plus et j'en ai jamais eu.

Elle a besoin de s'aérer les idées, elle se lève, puis tente de sortir de sa chambre en se tenant la tête. Elle avait besoin de passer un peu d'eau froide sur sa tête, de prendre une douche fraîche peut-être. Bref, elle voulait se changer les esprits ...

_________________
Merci à mouton pour la signa o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine http://www.ascentofshinobi.com/u784

Mer 20 Fév 2019 - 16:20

- Mes parents…

Si j’avais remarqué que son facies s’était obscurci et que même le timbre de sa voix en avait pâti depuis que j’avais abordé le sujet de ma propre famille, c’est sans l’ombre d’un doute que je pus m’affirmer qu’il s’agissait d’un sujet qu’elle ne supportait pas. Beaucoup moins encline au peu de chaleur dont elle avait fait montre à Kuu il y avait à peiné quelque instant, je redécouvrais l’Anzu quelque-peut sinistre, qui avait fermé son cœur au monde et semblait simplement désirer vivre loin de ces choses encombrantes que pouvaient être les gens, comme les sentiments à dire vrai…
Ceci dit… en écoutant son histoire et en prenant en compte qu’elle était peut-être à peine plus âgée que Kuu lorsque son exile fut proclamé par ses parents, la distance qu’elle tachait de mettre entre elle et le genre humain n’en était que plus compréhensible.

Pour une Sendai, ces gens qui était sensés avoir un contrôle parfait de leur chakra, il était étonnant de voir comment celui-ci réagissait à leurs émotions les plus profondes. Ses dires aussi authentiques étaient il était appuyé par une représentation… physique ? De ce qu’elle pouvait ressentir vis-à-vis de ceci. Le regard attristé devant son être pulsant de cette sombre aura, j’accueillis celle-ci sans bouger tandis que son chakra s’appropriait la pièce ; engloutissant dans une brume verte foncée… très foncée tout ce qu’il croisait dans son expansion. Se comportant comme le monstre qu’aurait u être sa colère envers eux en cet instant. Une bête pernicieuse, chargée de ressentis, mais pas simplement de colère…
Je n’étais pas un senseur, mais au contact de l’énergie de la Chunin je pus percevoir, presque ressentir ses sentiments. Cette colère, cette rancœur, cette aigreur envers eux, envers le monde envers ceux qui bénéficiaient de ce qu’elle n’avait pas… et était sûre de ne jamais avoir ! Mais… son chakra… beaucoup plus honnête que ses simples mots était aussi porteur de sa peine, de ses larmes, de sa frustration… de son désespoir… de tous ces sentiments qu’elle fuyait… cadenassés derrière l’armure qui enserrait son cœur ; armure devenue chaine, chaine devenue entraves, entraves devenues une source de jalousie dont elle était consciente… mais ne pouvait s’abstenir de ressentir.

était donc le monde des senseurs… la possibilité de lire dans l’énergie des gens comme s’ils étaient un livre ouvert… mais plus important, tel était le monde, non la vie d’Anzu… quel était le plus ironique dans cette situation ? Que je lui avais en partie menti ? Où que je n’étais que trop bien placée pour comprendre ce qu’elle ressentait ? Certes mère m’avait toujours soutenue… mais là où père ne me voyait que comme un objet et parfois même comme une nuisance… je pensais… je pensais au moins pouvoir m’approcher de ce qu’elle avait vécue… après tout… c’était dans cet état… pour partager ma souffrance au monde que je m’étais égarée dans la vente d’esclaves… me complaisant à voir leur visage déconfit quand ils comprenaient que leur vie n’avait plus de valeur… Si je comprenais sa haine, si je pouvais comprendre son désespoir, je n’en étais pas moins pire qu’elle dans la manière dont j’avais traité ces sentiments…
La voyant luter contre elle-même, ses sentiments, et ses énergies, je vis et sentis son chakra commencer à se morceler, perdre cette tangibilité qu’il avait pour se craqueler de plus en plus vite, menaçant son intégrité. Par réflexe, ma peau s’était recouverte d’une fine couche de métal, mas… fermant les yeux, je le résorbai en baissant la tête, la voyant se lever alors que la couche implosait ; entaillant en partie mes avant-bras posés sur mes jambes et mes jambes elles-mêmes. Si l’on pouvait percevoir de fines gouttes de sang perler aux ouvertures, je n’avais moi esquissé aucune grimace de douleur ou autre, c’était plus que supportable et franchement… moins poignant que ce que pouvait ressentir mon invitée du jour…

Me redressant à sa suite, alors qu’elle semblait ne pas avoir remarqué les « effets » de ses sentiments sur son entourage, ses sens devaient être aussi chamboulés que ses sentiments à l’heure actuelle ; après tout elle avait daigné me dire ce qui semblait être l’une des parties, sinon LA partie la plus marquante de son existence… quand moi ne pouvait même pas être plus explicite sur la mienne.
J’avançai jusqu’à elle, restant dans son dos alors que pour la première fois je l’entendais véritablement prendre un ton impératif, me sommant de ne plus lui évoquer ses géniteurs… et c’est à peu près à ce moment-là que je l’atteignis, refermant mes bras autour d’elle dans un câlin que je voulais chaleureux :

- … les liens du sang ne sont pas tout, tu sais… loin de là. Fis-je tranquillement, essayant de calmer la Sendai qui laissait libre cours au mal qui la rongeait. Crois moi… je suis bien placée pour le savoir… je lui avais peut être dépeint le portrait d’une famille parfaite, mais il y avait une tache dans ce portrait une tache assez purulente pour briser toute cette mascarade, mais simplement habilement déguisée derrière de belles paroles.

- Je ne sais pas si tu l’as remarqué, mais même si tu as l’impression que beaucoup sont contre toi… que même ta famille est contre toi… Ni Kumiko chan ni moi ne te trahirons… Fis-je en resserrant un peu mon étreinte, avant de l’amener à lentement se retourner pour me faire face…

Tu comptes pour nous… pour elle… Continuai-je en regardant une photo que j’avais prise avec une Kuu toute souriante sur son bureau , mais aussi pour moi… continuai-je en posant ma man sur sa joue, écart une mèche rebelle pour mieux contempler son visage.
… Tu comptes pour ce que tu es et ce... … … bien… bien plus que tu ne l’imagines Anzu…

_________________

Mother of two beatiful Angels

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mer 20 Fév 2019 - 17:21
Anzu s'est levée, elle tentait de sortir de la chambre, étouffant dans ses sentiments sombres qu'elle voulait extérioriser et calmer. De l'eau froide, voilà ce qu'elle voulait, c'est tout ce qu'elle demandait. Se ressaisir, se remettre d'aplomb en applicant en continue de l'eau froide, au moins sur son visage. Elle voulait respirer en s'éloignant de cette atmosphère qui lui est hostile, qui l'étouffe après avoir perdu le contrôle de ses émotions. Elle était en colère, elle avait une haine immense ... Et elle ne voulait pas qu'Itagami en pâtisse. Elle voulait le faire dans son coin pour ne pas blesser Itagami, même si elle est déjà blessée à cause de sa colère ... La Sendai ne veut pas que ça s'aggrave, que ça deviennent plus grave que ça ne l'est maintenant ...

Elle sent une entrave l'empêcher de sortir de cet endroit alors qu'elle attrapait la poignée de la porte, elle sent deux bras l'entourer alors qu'elle voulait sortir. Deux bras emplit d'amour qui l'empêchait pourtant de reprendre son souffle, qui voulait la réconforter alors qu'elle l'empêche de sortir de cette pièce qui l'attristait. Elle lâche la poignée, se laissant faire, son regard était sombre et dur, ses sentiments se mélangent dans sa tête, et pendant ce temps, la violette ignore ce qui se passe et comment elle doit réagir. Elle entendait la voix d'Itagami, elle la dent la retourner pour lui faire face, alors que son visage était mitigé entre la panique et la colère alors que ses yeux deviennent plus humides.

La Metaru lui dit qu'il n'y a pas que les liens du sang, qu'elle comptait beaucoup pour Kuu et elle et que jamais elles ne la réagiraient. Elle s'en doute, elle est venue de nulle part, ayant juste croisé Itagami lors d'une mission au désert alors qu'elle n'était qu'une Genin. Maintenant, elle est devenue la prof de sa fille, mais elle lui disait qu'elle était bien plus pour elle ... Mais que voulait-elle dire par là ? Qu'est-ce qu'elle était pour elle ?

- Que voulez-vous dire par ça ?

Elle se sentait bizarre, mais elle était trop confuse pour bouger, pour réfléchir. Elle sentait son visage devenir moins dur, plus doux alors que ses yeux finissent par lâcher une larme, puis une deuxième qui court sur sa joue. Elle le sentait, et elle se cache le visage. Elle ne veut pas montrer cette faiblesse, ce visage triste qui ne sait plus quoi penser.

- Je ... Je comprends pas ce qui se passe. Je ... Je ... Je dois me mettre de l'eau ... Froide sur le visage ...

Elle n'arrivait pas à comprendre ce qui se passe en ce moment avec ses sentiments, avec son corps. Elle paniquait presque, elle voulait juste partir dans la salle de bain pour se mettre un peu d'eau, au moins pour se rafraîchir la tête, reprendre un peu plus le contrôle d'elle-même.

Itagami la relâche en lâchant un sourire, Anzu ne le voit pas, se cachant encore le visage dans ses mains, refusant de montrer son visage larmoyant et paniquant. Elle court dans la salle de bains, ouvre tout de suite le robinet du lavabo, commençant à attraper une partie de l'eau avec ces mains pour les mettre sur son visage. Le contact froid de l'eau devait normalement la calmer, mais elle constate que cela est inefficace, elle est toujours dans un état qui l'échappe. Elle recommence, se disant que l'eau n'était pas assez froide ou qu'elle n'a juste pas réussi à en mettre assez, mais rien ne marche. Elle ne comprend pas ce qui lui arrive, elle perd le contrôle et est incapable de retourner en arrière ...

_________________
Merci à mouton pour la signa o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine http://www.ascentofshinobi.com/u784

Mise en garde ? [PV : Itagami]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: