Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[C/Officiel/Ame] Prendre position


Ven 23 Nov 2018 - 12:25
Un chasseur de prime devrait-il se mêler de la politique de son pays ? Ne serait-il pas préférable pour lui de rester neutre et de ne pas prendre parti, de façon à s’ouvrir un maximum de portes ? Difficile de trancher. Assis à une table isolée du reste du bar, le visage à découvert et le casque posé sur le côté, il fait tourner les glaçons au fond de son verre. Cela lui permet de mieux se concentrer. En pleine réflexion, il évalue les avantages que lui apporteraient de rejoindre un camp ou l’autre, il se répète les mots de Togai le barman qui lui a raconté l’histoire du Seichi et leur révolution contre le gouvernement. Le barman revient à sa table, avec un plateau sur lequel se trouve une belle bouteille de whisky. Il verse le contenu de la bouteille dans le grand verre de Masaharu qui hoche de la tête pour le remercier. Les glaçons déposés au fond du verre pétillent légèrement au contact du liquide. Le barman s’invite à la table de son client qui est un habitué des lieux. Pas forcément pour les raisons que l’on croit. Togai joue aussi le rôle d’informateur de façon officieuse, presque exclusivement pour Masaharu. Sa position lui permet d’être au courant de toutes les rumeurs et de recevoir des clients intéressés par les services du chasseur de primes. Une relation gagnant-gagnant. L’un empoche une commission sur les contrats proposés, tandis que l’autre reçoit un approvisionnement régulier de primes à effectuer. Plus de quinze ans qu’ils se connaissent maintenant, ils sont devenus bons amis avec le temps. La confiance est une valeur rare dans un pays où sévit la criminalité, d’autant que celui-ci est partagé en deux camps : les royalistes contre les révolutionnaires supportant Seichi. Sa cigarette à la bouche, Togai esquisse un sourire en voyant son ami aussi perplexe, il a l’habitude de le voir plus sûr de lui.


Togai, gérant de bar et ami de Masaharu

« Bah alors vieille branche ? On doute ? »

« Je réfléchis à ce que tu m’as dit sur Seichi et leur… souhait de renverser le pouvoir. »

« Comme j’te l’ai dit à l’instant, l’opinion publique est plutôt en leur faveur. La dynastie Tenshu a régné depuis très longtemps sur notre pays... avant d'être renversée, et depuis le peuple a dû vivre sous la tyrannie des usurpateurs, depuis plusieurs dizaines d’années. »

« J’t’avoue que je m’en fiche un peu de qui dirige le pays, tant que ça ne nuit pas à mon business. »

« Tu n’as donc aucune considération pour ton propre pays ? »

« Quel que soit le régime, notre pays a toujours vécu dans la misère et la criminalité. Depuis que je suis gamin rien n’a changé. »

« Ouais mais tu ne peux pas nier que c’était moins pire sous les Tenshu ? »

« T’as pas tort. Mais au final, le pays d’Ame sera toujours le pays d’Ame… J’suis pas sûr que tu puisses changer les mœurs. La population… Une moitié est misérable, l’autre est corrompue. Tous ces criminels, ils ont fini par créer leur propre économie souterraine, que tu le veuilles ou non, c’est ce qui fait encore marcher notre pays bancale. C’est ce qui rapporte de la richesse au pays et offre du travail. »

Togai ne dit rien, il sait qu’au fond le chasseur de primes a raison. Les racines du mal se sont si profondément ancrées dans leurs pays qu’il sera difficile de le sauver sans ruiner la vie d’une grande partie de la population. Certains ont pris des métiers liés à la contrebande, la drogue et la contrefaçon, mais ils ne l’ont pas fait par cupidité. Parmi eux, des pères ou des mères qui doivent nourrir leurs enfants ou qui cherchent seulement à survivre dans un pays où travailler de façon honnête ne paye plus aussi bien qu’avant. Le pouvoir d’achat est au plus bas et le gouvernement est impuissant face aux difficultés criantes des administrés. S’ils sont toujours à la tête du pays, c’est surtout grâce à leur force armée. C’est ce qui a posé problème la dernière fois où le jeune Kadachi a tenté de les renverser à l’âge de treize ans. Ils ont échoué, mais ils reviendront probablement pour renouveler leur tentative. La question est… quand ? Ils sont petit à petit entrés dans les bonnes grâces du peuple d’Ame, grâce à plusieurs campagnes pour prouver leur bonne foi. Voyant la lampe suspendue au plafond clignoter, Masaharu lève le sourcil.

« Tu devrais changer la lampe, cet endroit est en train de tomber en ruines. »

« Ha ! J’sais pas, je trouve que ça donne une petite ambiance ! »

Tous deux rigolent pendant un moment. Même dans un monde où la vie est pourrie, on peut toujours compter sur ses amis pour nous remonter le moral et oublier la misère quotidienne l’espace d’un instant. Avoir du recul sur leur condition, cela a aidé le barman à continuer son travail sans céder à la dépression. Son humour l’a aidé à surmonter ses difficultés à gérer son établissement qui tient encore debout grâce aux entrées d’argent qu’il fait de façon officieuse. Lui aussi serait menacé par de lourdes pertes financières si Seichi de purger complètement la criminalité. On ne connaît pas encore leur programme politique, tout ce qu’on sait, c’est qu’ils souhaitent renverser les usurpateurs, mais rien ne leur garantit que tout ira en s’améliorant pour eux. C’est pourquoi ils sont encore dans le camp des sceptiques, qui compose le tiers de la population. Masaharu en fait partie. Rejoindre la cause des Seichi ou se rallier au gouvernement ? Il est facile de prétendre qu’on changera les choses lorsqu’on incarne la force d’opposition, mais tant qu’on n’a pas de preuve de leur bonne foi et des projets qu’ils pourront concrétiser, il est difficilement de prendre position autrement que sur une croyance, une intuition. D’autant que le chasseur de primes n’est pas du genre à se battre pour des valeurs, c’est un cynique pur et dur. Il ne vit que pour son travail, il est là pour équilibrer la balance en assassinant ceux les individus les plus menaçants et les plus riches, de façon à mettre tout le monde sur un pied d’égalité. Il se demande jusqu’à quand il pourra continuer ainsi. Il finira sûrement par se heurter à un mur. Pour cela il doit devenir plus fort, affiner ses compétences. Masaharu se lève de sa chaise après avoir bu sa dernière gorgée de whisky.

« Tu t’en vas déjà ? »

« Ouais, je pense que je vais me renseigner. T’aurais pas des contacts dans le gouvernement par hasard ? »

Surpris par cette requête, Togai s’arrête pour réfléchir. Il se lève à son tour et va vers son comptoir pour chercher un carnet dans lequel il a marqué plusieurs noms. Il feuillette pendant un moment avant de poser son doigt sur une ligne.

« Je sais qu’un des hommes du gouvernement est de passage dans la ville. Tu vois où se trouve le poste de police ? »

« Oui. »

« Et bien il est parti rencontrer la police locale, pour avoir un aperçu de la situation dans la ville. »

« Il est ici ? A Shinnagawa ? Ca fait loin par rapport au siège du gouvernement. Qu’est-ce qu’il fait là ? »

« Aucune idée. En tous cas ma question c’est qu’est-ce que toi tu comptes faire là-bas ? »

« J’sais pas. A priori je gagnerais plus à travailler pour eux. »

« Comme d’habitude tu fais passer ton boulot au-dessus des valeurs. Tu veux pas faire bouger les choses ? »

« C’est pas ça qui va arrondir mes fins de mois. »

« Haha… C’est triste mais c’est vrai. »

Sur ces mots, Masaharu récupère son casque laissé sur la table et le remet sur sa tête. Il offre une poignée de main ferme à son ami et se retire du bar. Le voilà à l’extérieur. Il est accueilli par la pluie et l’obscurité. Le poste de police ne devrait pas être très loin. Quelques minutes plus tard, le voilà arrivé. Il pousse la porte et se dirige vers un des hommes qui porte un badge sur lequel est dessiné un œil, censé représenter la surveillance de la police. Mais tout le monde sait qu’à Shinnagawa, les trois quarts d’entre eux sont corrompus par la mafia. Seuls certains d’entre eux, idéalistes de cœur, croient encore en la vraie justice. Peine perdue. C’est pourquoi même avec sa qualité de chasseur de primes, il ne craint pas grand-chose des policiers. Les plus anciens reconnaîtront Masaharu qui leur inspire la peur en même temps que le respect. Par contre, il est possible qu’un des plus jeunes ne sache pas qui il est et lui cause des problèmes. Comme à son habitude, lorsqu’il s’adresse à des personnes autres que son ami Togai, il reprend une voix ferme et intimidante.

« Bonsoir. Paraît qu’il y a un homme du gouvernement ici. Où est-il ? J’ai besoin de le rencontrer. »

_________________


Dernière édition par Yasujiro Masaharu le Mar 27 Nov 2018 - 12:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4717-le-chasseur-de-primes-termine#36669 http://www.ascentofshinobi.com/u740

Sam 24 Nov 2018 - 7:52


Masaharu venais de faire son choix. Prenant les devants, il pris la décision de se rendre au poste de Police ayant eu vent du passage d'un emissaire du Gouvernement dans une cité où semblait germer aussi les graines d'une révolution.

Connu et reconnu des habitués, le mercenaire ne tarda pas à rencontrer le chef de la Police du coin. Les mercenaires étaient malheureusement la force principale du pays de la Pluie, manquant bien trop de fond pour employer beaucoup de soldat de manière pérènne.

-Bonsoir Masaharu, l'emissaire est actuellement en train de faire un tour vers le Marché tu le reconnaitra surêment il est sapé comme un riche. Est-ce que j'ai le droit de savoir qu'est ce que tu lui veux ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 27 Nov 2018 - 15:32
Suite à la requête assez directe de Masaharu, la recrue de la Police se retire pour en informer son supérieur dans son bureau. Pendant ce temps, le chasseur de primes attend sagement sur l’un des chaises contre le mur en observant l’intérieur de la pièce. Un grand bureau pour les officiers de la Police en open-space, ils sont occupés à rédiger leurs rapports, sûrement nombreux étant donné le taux de criminalité qui règne en ces lieux. On voit des policiers circuler dans tous les sens d’un pas pressé. Certains d’entre eux croisent le regard du mercenaire qui hoche de la tête. Il reconnaît certains de ces jeunes qu'il a rencontré dans d’autres circonstances, et certainement pas du côté de la justice. La plupart, il les a vus faire leurs armes dans l’assassinat et dans le vol. Beaucoup abandonnent, peu réussissent. Ce sont des domaines qui requièrent un haut niveau de qualification, et impliquent beaucoup de risques. Certes, il en est de même pour le métier d’officier de police, mais au moins là vous pouvez être plus ou moins sûr qu’on ne vous poignardera pas le dos. Pour peu que votre coéquipier n’a pas déjà été corrompu par quelqu’un qui souhaite votre mort. Surtout que ce ne sont pas les offres d’emploi qui manquent à la Police, on ne peut pas en dire autant des courageux.

Après quelques minutes d’attente, le chef de la police se montre enfin. Masaharu le connaît depuis quelques années…malheureusement. Il ne lui a d’ailleurs jamais demandé son nom, car au fond il se fiche un peu de son identité. Ce qui compte, c’est qu’il soit dans sa poche. Un homme simple, frêle et lâche, tout ce qui le répugne au plus haut point, même s’il sert ses intérêts. Certes, il ne fait de mal à personne, il est là comme tout le monde pour essayer de gagner sa vie, et il a bien compris qu’il serait trop dangereux de s’en prendre à un chasseur de prime du calibre de Masaharu. Même si devant ses officiers il essaie de montrer un visage confiant et autoritaire, au fond il sait qu’il n’est qu’un pantin du réseau criminel qui a le vrai pouvoir dans la ville. Le chef de police s’approche de l’homme masqué et lui tend sa main. Mais Masaharu l’ignore en croisant les bras. Le chef de police a cette manie pitoyable de faire comme s’ils étaient bons amis alors que le sentiment n’est clairement pas réciproque. Retirant finalement sa main, il ne se sent pas blessé et fait même un petit rire nerveux comme pour contenir sa gêne. Il confirme que l’homme du gouvernement est bien de passage dans la ville de Shinnagawa. Sans dire le moindre mot, Masaharu fait volte-face et s’apprête à partir quand soudain son informateur décide de lui poser une question indiscrète. Il s’arrête, tourne légèrement la tête, toujours de dos.

    « Non. Mais je n’y vais pas pour lui faire de mal. Donc je te déconseille d’y envoyer tes hommes. »


C'est dans leur intérêt et le chef de police le sait. Ses affaires ne le regardent pas. Mais il ne veut pas non plus lui faire croire qu’il y va pour tuer ou kidnapper l’homme du gouvernement car sinon on risque de lui mettre des bâtons dans les roues. Ils sont de la Police après tout, même si la volonté n’est pas là, ils essaieront quand même de l’arrêter ne serait-ce que pour faire croire au public qu’ils essaient d’accomplir leur devoir. Mais au fond il ne s’agit que d’un théâtre. Ils savent pertinemment qu’ils ne peuvent rien contre le chasseur de prime et ils tiennent à leur vie, des hommes lambda ne sont pas de taille face un shinobi. La justice n'est plus de ce monde. En tous cas plus à Ame. Suite à cette courte rencontre, il sort du poste de police et se dirige vers le marché pour localiser sa cible

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4717-le-chasseur-de-primes-termine#36669 http://www.ascentofshinobi.com/u740

Jeu 29 Nov 2018 - 12:58


Alors que le mercenaire avait séchemment repondu au chef de la police, montrant que dans ce bas monde le pouvoir n'est pas forcément entre les mains du plus juste, le chasseur prit la direction du marché de Shinnagawa. Ce lieu était le plus vivant de la petite ville du pays de la pluie, regorgeant de marchand illégaux a visage découvert. Personne ne se cachait d'etre de l'autre côté ici, d'ailleurs toutes ces ruelles puantes était souvent lieu à des réglements de comptes, cependant ce n'était pas ce qui interessait notre protagoniste.

Ce qu'il cherchait était un homme bien vétû, d'ailleurs il y en à justement un avec un grande veste noire en train de tabasser un marchand de produits qui n'ont pas l'air très autorisés. D'un autre côté tu en voyais avec une veste en fourrure en train de faire des messes basses avec deux personnes en vous regardant bizzarement.

Qu'allez vous faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 2 Déc 2018 - 20:23
Sa recherche avance. L’homme du gouvernement qui pourra le renseigner se trouve au marché de Shinnagawa, à en croire les mots du Chef de la Police. Par précaution, Masaharu s’est servi de la peur liée à sa notoriété pour le menacer d’exécuter ses hommes si jamais il osait interférer dans ses plans. La racaille qui court les rues offre déjà son lot de problèmes. Il n’a pas besoin en plus de se confronter à la police. Le marché de Shinnagawa est l’endroit parfait pour se fondre dans la foule. La nuée de gens est composée de locaux pour l’essentiel, mais aussi de quelques étrangers qui passent par la ville pour se réapprovisionner, étant donné que le pays d’Ame est rappelons-le un pays tampon entre le pays de la Terre et le pays du Feu. Difficile cependant de distinguer les amejins des étrangers sous leur capuche imperméable. La pluie ne cesse jamais dans ce pays qui porte bien son nom, et aujourd’hui n’est pas une exception. Masaharu passe à travers les stands de marchands, certains proposant des babioles et des objets souvenirs, d’autres disposent des grillades et des sushis préparés sur place sur les étals, des poteries, des vendeurs de fruits et légumes, etc. Grâce à la position frontalière de Shinnagawa, leur proximité avec le pays marchand de la Terre leur permet d’être l’une des villes les plus riches (ou les moins pauvres) du pays, contrastant avec la plupart des villes relativement délaissées à l’intérieur d’Ame. Le marché connaît donc une effervescence non seulement dans la ville mais aussi à l’échelle du pays.

Mais s’il y a bien une chose qui ne change jamais d’une ville à une autre, c’est la délinquance qui y règne… Justement, une scène s’offre au chasseur de primes tandis que le reste de la foule semble s’écarter et ne pas faire attention à ce qui se déroule sous leurs yeux. L’indifférence, la peur. Personne n’ose intervenir de peur de subir des représailles. On ne peut pas leur reprocher de vouloir vivre en toute sécurité, dans une ville qui présente déjà suffisamment de dangers. De quoi s’agit-il cette fois ? Un homme en veste noir passant à tabac un marchand de produits. Masaharu ne reconnaît pas les individus en question, en même temps ce qui se passe ne l’intéresse guère, la scène reste banale à ses yeux. Non ce qui attire davantage son attention, c’est un individu habillé d’une veste en fourrure qui pourrait très bien être l’homme qu’il recherche. Ils regardent dans sa direction. L’homme masqué fait mine de ne pas les voir et passe devant eux afin d’avoir une meilleure vue sur les deux hommes accompagnant celui en fourrure. Il vérifie s’ils ont des armes, auquel cas il restera sur ses gardes au moment de leur parler.

« Vous. Vous êtes du gouvernement n’est-ce pas ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4717-le-chasseur-de-primes-termine#36669 http://www.ascentofshinobi.com/u740

Mar 4 Déc 2018 - 13:45


Alors que la vie grouillaient dans ces allées crasseuse que représentait le marché de Shinnagawa, le chasseur de prime portais son attention sur deux personnages qui semblaient bel et bien l'avoir reconnu.

Ce rapprochant d'eux pour vérifier si ils ne sont pas armés attira irrémédiablement l'attention des hommes, l'un d'eux posa sa main afin d'arrêter Masaharu. Ce dernier venait de demander si ces hommes étaient des émissaires du gouvernement. L'un des deux hommes regarda son compère avec un grand sourire.

Masaharu nous allons être direct avec toi, des amis du milieux nous ont conseillés tes services on te propose une belle somme d'argent et tout ce que tu devrais faire c'est récupérer des caisses d'armes dans l'entrepôt de la Police, nous avons un contact chez eux qui te fera entrer dans l'entrepôt. Bien-sûr tu sera payé a hauteur de tes compétences.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[C/Officiel/Ame] Prendre position

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Ame no Kuni, Pays de la Pluie
Sauter vers: