Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[Alerte/Prisonnier S] Situation sous pression


Sam 24 Nov 2018 - 20:20

Situation sous pression

Contexte et situation

« Vite ! Il faut faire un rapport pour KU-! »

Aux pieds d'un garde qui semble extrêmement apeuré, un mur de flamme se dresse, l'empêchant d'échapper à la menace derrière lui. Traversant les flammes, devant lui, une nouvelle menace. Un cri de détresse s'échappe de sa bouche, avant d'être dévoré par les flammes.

En face de cette nouvelle silhouette, une mer de cadavre, gardé précieusement par son acolyte. Deux personnes au sein d'un village en proie aux flammes faisant le tour de la ville, où leurs habitants ne sont plus. Sauf un petit groupe d'hommes et de femmes sont dans une des habitations épargnés par la brasier. Des otages ? Très certainement.

Ces personnes semblent rechercher quelque chose mais quoi ? Seuls les personnes que Kumo enverra, sauront ce qu'il se trame dans cette petite ville en feu. Les villes environnantes ont aperçu le feu et le message, marqué sur un bout de parchemin adressé aux forces militaires du pays, passe de ville en ville jusqu'à atteindre la capitale. D'ailleurs, en parlant de Kumo, le village des nuages sonne l'alerte à la réception de ce message d'alerte. Car sur ce bout de parchemin, est inscrit un seul mot: "Meurtrier".

Comment la cité des nuages va t-elle réagir ? Si les renforts n'arrivent pas dans les prochaines minutes, il risque d'y avoir d'autres morts. Et ensuite, les assaillants partiront vers la prochaine ville pouvant les guider vers ce qu'ils cherchent.


Règles et informations

  • Cette alerte est de type Prisonnier, consultez l'événement global pour en savoir plus.

  • Cette alerte se déroule en printemps de l'année 203.

  • Cette alerte est de rang S.

  • Seuls les personnages se trouvant dans le pays et étant libresPar « libre », nous entendons que votre personnage ne doit pas déjà participer à un Event, une Intrigue, un Exploit ou une mission officielle ou contrat. peuvent intervenir en postant un premier RP à la suite.

  • Trois personnages au maximum peuvent intervenir.

  • Le temps pour arriver sur le lieu de l'alerte est inconnu. Passé ce délai, l'alerte se poursuivra avec ou sans participants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

Sam 24 Nov 2018 - 20:56
Enfoiré...

Comment avaient-ils pu oser s'attaquer aux terres sous ta protection ? Encore une fois, tu te retrouvais à devoir intervenir pour répondre à une alerte des plus inquiétantes. Une alerte symbolisait par un simple mot reçu d'un village de Kaminari : Meurtrier. Mais cette fois-ci, tu n'étais pas cette Fukutaicho qui devait simplement gérer l'unité de police en charge de la protection globale. Non, cette fois-ci, tu y allais en tant que Raikage, prête à faire comprendre au reste du monde mais surtout à tes ennemis qu'on ne déconnait pas avec Kumo. Encore moins depuis que tu étais en charge de sa protection totale.

A tes ordres, une unité de shinobi te suivait. Dirigée uniquement par ta voix mais n'étant pas non plus exempte d'une certaine autonomie. Même si tu étais puissante, tu savais qu'il y avait encore dans ce monde d'autres personnes tout aussi effrayantes que toi. Nul besoin de tenter le diable quand tu pouvais déchainer la fureur de tout un village qui en avait marre de tout ces criminels hors la loi.

- Une fois sur place, on tente de recueillir un maximum d'information puis on intervient. Mais ne rêvez pas trop, il y aura du combat sans l'ombre d'un doute.


Tu parlais d'une voix franche et clair, il n'y avait pas de place pour un manque de sang froid. Même si tu été animée par la colère dans ton quotidien, tu devais t'en servir comme une force et non pas la subir comme une faiblesse.

Il fallut quelques temps néanmoins pour arriver sur les lieux. Un temps suffisamment long pour que la situation ai encore changé depuis que l'alerte avait été sonnée. A cela, tu regardais donc ton unité. Fronçant les sourcils, tu te préparais à devoir faire face à l'homme au chapeau dans le pire des scénarios.

Bien que tu ne comprenais pas pourquoi celui-ci se serait simplement attaqué à un petit village. Ce n'était pas comme s'il avait besoin de ça pour se faire entendre. Non... Tu envisageais un bien autre adversaire. Un adversaire qui s'était notamment échappé depuis peu de cette prison de la honte que trainait ton daimyo ainsi qu'une dizaine d'autre.

- Préparez vous, nous ne connaissons pas la force de notre ennemi.


Mais une chose était certaine. Il allait crever. Et la vision infernale d'un village en feu qui te faisait face n'était pas suffisante pour ébranler tes convictions. Ni même celles des shinobis de Kumo. Au contraire, cela ne renforçait que votre volonté de mettre un terme à tout ça lors de cette intervention. Après tout, l'essence même de votre engagement pouvait se résumer par la volonté de protéger sa nation.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Sam 24 Nov 2018 - 22:02

Situation sous pression

« Meurtrier ». C’est tout ce qu’on lui a dit. Un mot comme ceci, pas plus de détails, pas plus d’informations. Une simple requête : y aller. S’y rendre, voir ce qui se passe et prendre les mesures nécessaires. Chiaki a été missionnée sur cette alerte, une alerte qui laisse planer le doute sur ce qu’elle est, mais qui fait peur. La brune s’est préparée, sans réfléchir. C’est une médecin avant d’être une ninja, son rôle premier est de sauver les innocents. De les préserver. Protéger un maximum de vies, tel est son travail.

Cette journée va de surprises en surprises. D’abord une attaque, ensuite … Une équipe avec la Raikage elle-même. Ce n’est pas rien. Pourtant, dans le feu de l’action, dans l’adrénaline et l’appréhension, Chiaki n’a absolument pas stressé. Il y a Metaru Reiko, la cheffe du village, mais aussi un autre homme. Un homme dont elle ne sait pas grand chose, à vrai dire. Du reste, ils sont tous trois accompagnés par une tripotée de ninjas croisés ici ou là dans Kumo. C’est donc cette équipe qui s’est mise en route pour le petit village, dans le but de sauver les victimes et régler le problème. Une situation fort particulière, probablement terrifiante, aussi. Mais une situation durant laquelle les ninjas, ces êtres capables d’utiliser le chakra et de s’en servir pour faire le bien et le mal, doivent mettre de côté toutes leurs peurs. Ne pas se laisser happer par les émotions parasites. Avancer. Suivre. Rester concentré, quoi qu’il arrive.

Reiko donne le premier ordre, qui sera de récolter des informations avant de faire quoi que ce soit. La castagne sera présente, c’est une certitude. Il n’y aura rien d’autre, ou peut-être trop d’autres choses. Qui sait ? Un brouillard épais recouvre cette alerte de mystère. Mystère qui se retrouve écrasé par une fumée noire, sombre. Le feu. Le feu, sur le village. Chiaki reste en retrait derrière Reiko et constate le massacre. Combien de personnes ont perdu la vie, ici ? Combien sont sur le point de mourir ? Cela ne peut pas rester ainsi. Il faut faire quelque chose.

La brune attend les nouveaux ordres de la Raikage et se prépare, comme préconisé. Que faire de plus ? Chiaki regarde aux alentours. Du feu, de la destruction. Ce village pue le sang d’innocent. Il pue la mort. C’est horrible. Infernal. Et il y a deux personnes, là-bas. Que font-elles ? À part brûler des gens, du moins ? Que veulent-elles ? Deux silhouettes qui ont l’air de prendre un malin plaisir à faire le mal. Pourquoi ?

Chiaki regarde tout autour d’eux. Il y a des cadavres disséminés un peu partout, mais quelque chose cloche. Quelque chose ne va pas dans ce tableau. La brune penche la tête, compte. Non, non. Elle croise les bras sur sa poitrine.
« Regardez autour de vous. Vous voyez le nombre de cadavres ? Comptez les maisons. Il y a bien plus de maisons que de familles, ici. Alors, oui, on pourrait dire qu’ils ont brûlé, mais regardez. » Elle pointe du doigt un cadavre qui n’a pas brûlé, qui est mort de ses blessures, qui gît dans une large mare de sang. « Il faut plus de temps que ça pour brûler toute la population d’un village. Soit ils les ont emmenés quelque part et dans ce cas il reste des vivants, soit ils les ont déjà tous déportés. De ce que je vois, ils sont deux. Donc dans ce cas, soit ils sont plus nombreux et les autres vont arriver, soit ils sont juste deux. Et s’ils sont uniquement deux, il manque des gens. »
Une réflexion profonde, que Chiaki se permet grâce à ses connaissances médicales. Autant de corps n’auraient pas brûlé si vite. Alors, que se passe-t-il vraiment, ici ?


Dernière édition par Sentetsu Chiaki le Dim 25 Nov 2018 - 12:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/u804

Dim 25 Nov 2018 - 11:59
Bête et discipliné, comme se devait d'être tout ninja qui répondait aux ordres de ses supérieurs. A ce moment, ce n'était pas une demande de n'importe quel supérieur, c'était celle du Raikage. L'emblème du charisme de Kumo, mais aussi de sa cruauté. Il valait mieux l'avoir dans son camp, c'était bien ce que se disait le jeune Sendai à chaque fois que son comportement ne lui convenait pas. Yahiko faisait parti d'une unité composée de quelques shinobis, dont le Raikage. Tous ces autres ninjas étaient inconnue au bataillon, il n'y en avait qu'une qui avait l'air d'avoir l'âge du Chûunin, mais il n'avait pas la moindre information sur elle. C'était à espérer que la Metaru était au courant des capacités de tous les ninjas : ça les rendrait bien plus efficace ensemble que s'ils ne connaissaient rien les uns des autres.

Les quelques nouvelles qui avaient été transmises étaient loin d'être positives. Un simple mot marqué d'un "Meurtrier", une mission qui les emmenait dans un village à proximité et qui était réduit à feu et à sang. Les fautifs ? Inconnus pour le moment, mais il fallait évidemment se méfier de ninjas capable, en groupe très restreint, de vaincre à eux seuls l'ensemble d'un village, même s'il ne possédait pas de shinobis particulièrement puissants. Le Sendai ne pouvait s'empêcher de penser à quel point cet acte était lâche et cruel : c'était quelque part s'attaquer à des êtres innocents, incapables de se défendre, soumis à la situation. Il leur ferait payer, et dans cette mentalité, sa supérieure hiérarchique était la personne parfaite pour assouvir ce besoin.

Lors de la rencontre entre les shinobis, le garçon aux cheveux blancs salua la Raikage et se présenta auprès des autres. Il donna calmement son nom, son prénom, signé d'un petit "Enchanté" qui tâchait d'engendrer une ambiance sereine et calme dans le groupe. Yahiko entretenait une façon de penser bien particulière : dans les situations stressantes ou inquiétantes, un peu de sourire et de bonne humeur aidait à sa façon à détendre un peu l'atmosphère. Ca pouvait être pour lui ou pour les autres. Il ne savait pas ce par quoi tous ces ninjas étaient passés, mais si cette mission était une des plus éprouvantes qu'ils n'aient jamais vécu, il était l'occasion parfaite de tenter de les détendre un peu.

Dans leur chemin, les ordres furent donnés : récolter des informations, et se préparer à un affrontement qui pouvait arriver à tout moment. Assez vite, le Sendai effectua quelques mudras pour invoquer son renard. Dans un nuage de fumée, suite à un sceau qui s'était dessiné sur le sol, la bête apparue. Une taille adulte, un air tout à fait calme, il se tourna vers son maître

-"Alors Yahiko, pourquoi m'appelles-tu cette fois-ci ?"

Toujours dans sa course dans laquelle il suivait sa supérieure, le Renard suivant le pas, il lui répondit calmement.

-"Pour le genre de situations où chaque moment passé ensemble peut-être le dernier ! J'aimerai que tu tentes de prendre toutes les informations que tu peux, on va rester proche toi et moi. Un nombre inconnu d'ennemis, un village tout en flamme, bref, rien de très positif. Je compte sur toi !"

Sans mot, l'animal avait vite comprit l'importance et la gravité de la situation. Il était cependant bien plus calme et sérieux que son maître, qui se sentait obligé de donner une pointe d'humour et de bonne humeur pour tenter à sa façon de se rassurer.
Après un long moment, ils arrivèrent tous à destination. L'environnement était comme prévu : en plein carnage. Les corps étaient entreposés les uns sur les autres, les flammes s'élevèrent à de nombreux mètres de haut, personne ne semblait être en vie. Mêlé entre la peur et la haine, le Sendai se contenait. "Un ninja ne doit pas avoir d'émotions" se répétait-il sans arrêt dans sa tête. Un visage qui paraissait serein, mais psychologiquement, il était dur de reconnaître une telle violence. L'important était encore de ne pas l'accepter.

Deux lointaines silhouettes étaient perceptibles au loin. Vu leur posture, elles n'avaient pas l'air innocentes. Il était impossible pour tout civil non shinobi de ne pas céder à la panique, de ne pas tenter de s'échapper d'un quelconque moyen. Tout être immobile était soit en prise à une technique quelconque, soit la cause de ce mal.

-"Sur quoi te bases-tu pour poser ce postulat ? D'autres cadavres peuvent se situer ailleurs dans le village, et je pense que des techniques de feu très puissantes peuvent carboniser sans problème un certain nombre de personnes. Pour lui, peut-être estimaient-ils qu'ils n'avaient pas besoin de l'enflammer si ses blessures étaient déjà mortelles."

Fermer son esprit sur des principes était une bonne chose pour se rassurer, mais le monde des ninjas avait un grand talent : celui de tromper. Se rallier à des connaissances théoriques était une bonne façon d'être induit en erreur. Oublier toute conception, ouvrir son esprit à toutes les possibilités, parce que la pratique surprenait la théorie.

-"Par contre, je suis d'accord avec toi. Nous devons vérifier si des personnes sont encore vivantes, et si ces deux personnes sont accompagnées. Malheureusement, ces deux personnes ne nous laisseront sûrement pas le temps de tout vérifier... Raikage, quelles sont vos directives ?"

Il savait bien comment lui agirait, mais tant qu'ils étaient regroupés, c'était bien à leur chef d'équipe de prendre une quelconque décision. Même s'il n'était pas d'accord avec cette dernière, il agirait comme elle le désirait. Bête, et discipliné.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Dim 25 Nov 2018 - 15:00
L'odeur du sang embaume l'atmosphère malgré celle de calcination s'élevant dans les airs. Un désastre c'est abattu sur ce village annexé de la principauté Kumojin. Un désastre ? Non, une catastrophe. Une désastre. Une Fatalité. Est-ce l'erreur de la nation de la foudre si aujourd'hui, la mort s'abat sur elle ? Très certainement. Du moins, la faute aux anciens Daimyo ayant gardé le secret de cette prison bâtit au coeur du pays oublié.

De nombreuses années ont suffis pour faire grandir la rage et la folie de ces prisonniers enfermés pour les pires crimes qui peuvent être commis. Mais ici, dans ce brasier, les raisons de leur présence est tout autre. Sont-ils ici pour répandre le sang et la peur sur vos terres ? La réponse à cette question est évidente. Mais surtout ... Vous connaissez déjà la réponse.

Décapités, noyés dans des marres de sang ou tout simplement calcinés, nombreux sont les corps jonchant au sol ou s'empilant face à vous.

Malheureusement, encore à l'extérieur du plus impressionnant cercle de flamme, vous ne connaissez pas encore la raison de toute cette folie. Néanmoins, cette psychose démoniaque risque de venir à vous plus rapidement que prévu.

Là haut dans le ciel, vole quelque chose pratiquement invisible à l'oeil, dans cette ambiance sombre due à la fumée noire vous cachant ce ciel cédant sa couleur bleue à celle de la nuit. Ce qui plane au dessus de vous vous observe, comptant combien de personne vous êtes ainsi que la nature et la puissance de votre chakra.

Même si vous les aviez repérer, les responsables de cette fournaise savent également combien vous êtes. Et à en croire vos réserves de chakra, vous êtes aptes au combat. Ce qui semble plaire aux terroristes, à l'abri derrière ce mur de flamme.

Et entre deux flammes s'écartant peu à peu devant vous, un homme se tient devant vous. Seul. Habillé d'un long manteau noir recouvrant entièrement son corps et un masque blanc comportant deux traits rouge au niveau des yeux, il vous fixe, sans dire un mot.


« ... »

Le crépitement des flammes est fort vous empêchant de distinguer ce qu'il peut vous dire par la suite. Mais si vous tendez bien l'oreille, vous pouvez entendre:

« Tuer. Tuuuueeeer. »

Qu'allez-vous faire ?

- 1) Partir
- 2) Combattre
- 3) Négocier pour savoir s'il y a encore des civils en vie.

(Attention, une action cachée peut être dissimulé sur le terrain. A vos risques et périls)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 26 Nov 2018 - 10:14
Concentrée...

Tu fixais le paysage macabre, teinté de la couleur des flammes rougeoyantes. Si tu accordais une partie de ton attention à tes subalternes, tu ne pouvais t'empêcher de garder la menace du regard. Sans savoir ce qui se tramait concrètement, tu te doutais bien que tout ceci cachait quelque chose. Qu'il y avait une raison à cette tuerie et que pour le moment, elle vous échappait totalement. Était-ce simplement de la folie ? Voir même une mise à l'épreuve ? Tu n'en savais rien, mais dans tout les cas, tu allais y mettre un terme.

Fixant l'horizon, tu n'eus néanmoins pas le temps de dicter tes ordres suivants les hypothèses de tes soldats. En effet, une présence avait émergée des flammes, une présence aussi sinistre que bestiale. Elle ne disait rien, du moins, rien d'audible pour toi. Mais son aspect sauvage faisait écho à ton propre instinct animal. Aussi dérangée que cette chose pouvait être, elle ne te faisait pas peur bien au contraire. Tu avais simplement envie de la dévorer à ton tour.

- Je me charge de cette chose. Occupez vous de chercher des éventuels survivants et de contrôler la situation. Une partie de l'unité restera cependant avec moi.


A cela tu venais à citer quelques uns de tes soldats pour t'assurer qu'aucun traquenard ne te prenne au dépourvu. Tu n'avais aucune crainte quant à l'ennemi qui te faisait face, mais à force de combattre, tu avais appris à tes dépends que la force brute n'était pas la seule variable dans l'équation de la victoire.

Craquant tes poings, tu venais à retirer tes brassards qui pesaient à eux seuls plusieurs dizaines de kilos. Fronçant les sourcils tu fixais donc la présence sinistre en face de toi. Ta seule envie était de lui arracher la tête pour ce qu'il venait de commettre. Une chose que tu allais certainement faire.

- Tuer hein.


Composant quelques mudras, tu venais à faire apparaitre deux immenses gants qui malgré leurs lourdeurs avaient aussi un autre but que ceux précédents : défoncer la gueule du type en face de toi.

- Tu ne manqueras certainement à personne quand je t'aurais tué.


Ouvrant grand tes bras, tu l'incitais à venir t'attaquer afin de jauger sa force. Aussi impulsive pouvait tu être, tu étais souvent dans la punition plutôt que dans la précipitation. Il y avait même un sourire dément sur ton visage, le même visage que pouvait arborer un dieu de la guerre s'il existait.

Tu voulais du sang, et lui aussi. De quoi contenter les deux parties.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 26 Nov 2018 - 15:01

Situation sous pression.

Sendai Yahiko. Il lui a donné son nom et a tenté de faire des blagues, d’améliorer leur situation. Détendre l’atmosphère. Il la contredit, car il ne la connaît pas et ne sait pas ce qu’elle fait dans la vie de tous les jours, mais il semble acquiescer avec le désir profond de Chiaki de retrouver les victimes, celles qui peuvent encore être sauvées. Au fond, sa réflexion est intelligente et très intéressante : peut-être que leur puissance de feu a créé des morts, peut-être qu’ils ont effectivement réussi à mettre à mal beaucoup plus de monde que la science ne peut le dire. Mais … Mais au fond, ce Sendai Yahiko, que la chirurgienne connaît de loin, de nom … Il n’a pas l’air d’être cette brute épaisse qui a mis Anzu à mal. Alors, comment ? Qui est-il ?

Chiaki dépose ses prunelles émeraudes sur la silhouette qui apparaît à travers les flammes. Un homme au visage caché par un masque. Une forme humaine, reconnaissable entre mille. Mais il y a une aura étrange qui en émane. Même sans être une professionnelle de la sensorialité, Chiaki sent cette force qui s’en dégage. Un frisson court le long de son échine. Ils vont devoir se battre contre ça ? Non, non … Impossible. Elle se prépare, se met en position, quand Reiko indique à Chiaki, Yahiko et d’autres ninjas de partir chercher des civils. La brune hoche doucement la tête et décide, néanmoins, de créer deux clones. Deux êtres qui pourront, même à très court terme, rapporter des informations à Chiaki et, qui sait, donner un coup de main à Reiko. Après tout, les clones sont comme Chiaki, ils sont médecins, ils peuvent se battre. Ils peuvent gêner, ils peuvent soigner. Bref, que de possibilités.

Chiaki n’attend pas plus longtemps avant de partir aux côtés de Yahiko et des autres renforts pour chercher les civils. Elle inspire profondément. Quel bazar. Comment des êtres peuvent décider de mettre la vie d’autres êtres en danger ? Comment peuvent-ils les prendre, comme ça, de façon arbitraire ? Qu’est-ce qui les y autorise ? Chiaki sait, au fond de son être, que Reiko va s’occuper de cette créature. Elle sait que Reiko est précisément le monstre dont Kumo a besoin. Une personne à part, extrêmement puissante, capable de terrasser bien des monstres. L’apprentie chirurgienne a confiance en son Kage.

Ses prunelles émeraudes se déposent sur les maisons qui leur font face. Certaines sont toujours en train de brûler, d’autres n’attendent que d’être dévorées par les flammes. Des victimes à prévoir, encore. Des victimes qu’il va falloir sauver, soigner, aider. Chiaki soupire doucement et regarde Yahiko. Sendai Yahiko. Un être qui a vraiment l’air aux antipodes de ce que la jeune Anzu a pu lui faire comprendre.
« Je propose qu’on reste ensemble, au cas où une autre de ces silhouettes décide de nous tomber dessus. »
Elle soupire longuement. Le stress monte. Elle n’a pas le droit de se laisser happer par ces émotions négatives. Il faut garder son calme, rester sérieuse, être là pour les victimes qui, elles, n’ont pas la chance de pouvoir se défendre. Celles qui sont livrées toutes entières à la mort, qui n’ont d’espoir que dans la figure de ces ninjas.
« J’espère qu’on en sauvera un maximum. »
Espoir qui est aussi fort chez les victimes que les héros, qui ne savent pas s’ils pourront être aussi utiles que ça. Un sourire étire les lèvres de Chiaki, qui détourne le regard de Yahiko et se pose sur les maisons. Il est son supérieur. S’il lui est supérieur, s’il est là, c’est qu’il y a une raison. Anzu ne peut pas avoir raison. Impossible. Il y a forcément autre chose. La brune décide de se ranger du côté de Yahiko, pour cette fois, pour comprendre. Pour sauver un maximum de personnes. Avoir foi en l’inconnu, se jeter droit dans la gueule du renard avec, encore une fois, l’espoir comme seul motif.
« Donne tes ordres, je te suivrai. Je te fais confiance. »
Alea Jacta Est.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/u804

Lun 26 Nov 2018 - 18:38
Une atmosphère pesante, qui écrasait de son poids tous les ninjas qui étaient présents en ce lieu. La Raikage semblait faire preuve d'un sang-froid admirable, qui n'était pas visible chez les autres shinobis de Kumo. Ils avaient peur, et ils avaient raison. Avoir peur montrait qu'on n'était pas fou, montrait qu'une situation inhabituelle et désastreuse ne laissait pas indifférent. Qu'un ennemi commun pouvait bien rappeler à quel point la vie était importante, qu'elle ne tenait qu'à un fil, et qu'elle ne valait pas la peine d'être souillée par d'inutiles conflits. Ici, il y avait plus important. Des morts qui se superposaient, des flammes, du sang, et plus que ça : les criminels qui avaient causé tout ça.

Tout le monde ici devait ressentir la haine mêlée à la peur. Pour se rassurer, tout le monde suivait les ordres de la personne qui était la plus à même de diriger les troupes : Reiko. Elle n'était pas que la Raikage, elle était celle qui maintenait l'espoir dans cet océan de craintes. Yahiko ne l'appréciait pas vraiment, mais l'avoir comme allié était on ne peut plus rassurant. A l'apparition de la sombre silhouette vêtue d'un long manteau noire et d'un masque blanc aux traits rouges, elle prit la responsabilité de s'en occuper avec l'aide de quelques Kumojin. Les autres, dont Chiaki et Yahiko, avaient pour mission de contrôler la situation et de chercher d'éventuels survivants.

Face à cette mission, accompagné d'un ninja médecin, une autre mission s'imposait au Sendai : la protéger. Parce qu'elle était celle qui pouvait sauver des vies bien mieux que lui, parce qu'elle pouvait lutter de manière intéressante contre cette affreuse situation. De son côté, il avait le pouvoir de sauver la vie de celle qui pouvait en sauver d'autres. Du moins, c'est ce qu'il pensait. Le futur était incertain, et il était aussi incertain que surprenant. Il ferait son possible pour s'assurer que tout se passe pour le mieux. Commençant à se séparer en deux groupes, le petit groupe qui accompagnait le Chûunin se suivait vers les autres maisons. La situation était telle qu'il était si dur de savoir quelle était la meilleure des choses à faire pour commencer.

Ils avaient prit possession du terrain, ils avaient pu le miner autant qu'ils le voulaient. En s'attendant à ce que des ninjas interviennent, il était possible de poser de nombreux pièges visant à réduire leurs effectifs aussitôt. Une perspective effrayante, tant la mort pouvait frapper à tout moment. Acquiesçant la première intervention de la jeune Genin, il se permit de prendre la parole à son tour.

-"Que toutes les personnes disposant de techniques sensorielles s'exécutent et ne cessent jamais leur activité. Il est hors de question que nous nous fassions prendre au piège d'une quelconque manière. Nous n'avancerons que de manière groupée et lorsque nous serons certains que nous ne risquons rien !"

Sensorialité par le chakra, par l'ouïe, par l'odorat, tout était utilisable et rien n'était à négliger. Dans une situation telle que celle-ci, les informations étaient primordiales. Surveiller la sécurité du Raikage, surveiller le chakra du ninja qui lui faisait face et des deux ninjas qui étaient derrière le mur au fond, éventuellement découvrir d'autres présences cachées quelque part dans le village.

Progressant tous ensemble au sein du village, ils commençaient à arpenter les premières rues qui s'offraient à eux. Ou du moins à essayer d'arpenter les rues, parce qu'on ne savait jamais ce qui pouvait interrompre le calme qui s'instaurait dans leur petite escapade.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Lun 26 Nov 2018 - 21:36
Au milieu des flammes, face à l'individu possédant la plus grosse source de chakra du trio, se trouve l'homme masqué. Les crimes pour lesquels il fut incarcéré au sein de la prison oubliée de Wasure no Kuni sont tous plus odieux les uns que les autres. Notamment les crimes, qui pour lui, sont comme une passion dévorante. Ce trio, accompagné de quelques pions destinés à l'abattoir, se prépare laissant cette femme aussi musclé que puissante seule face à l'épreuve qui déterminera le future de Kaminari no Kuni. Comme dans un élan de folie, elle leur ordonne de fouiller les environs à la recherche de potentiels civils encore en vie. Si seulement ils savaient.

C'est alors qu'en enlevant ses brassards aux bras, visiblement lourd, ses derniers s'arment d'une couche de métal pour se préparer au combat venant.

« Tuer hein.[...]Tu ne manqueras certainement à personne quand je t'aurais tué. » rétorque alors le Raikage à l'homme masqué, ne pouvant qu'émettre un seul et même mot; "Tuer".

Le seul mot possible dans sa bouche. La seule action qu'il se permet de faire. La seule manière qu'il a pour vivre une vie convenable. Autant dire que les individus étant encore en vie après avoir croisé sa route, le qualifie tout bonnement de monstre. D'être inhumain. Dépourvu de tout sentiment. Un homme, ou une femme d'ailleurs, ne pensant qu'à extraire le sang du corps de ses victimes. Ou alors ...

« Tuueerr ! »

Composant le mudrâ du serpent, les corps se trouvants autour du Raikage, anciennement des victimes de cette attaque fraichement menée, se lèvent et se dressent sur le champ de bataille. Encerclant la personne à la tête de la cité des nuages, ils s'arment de lame, d'arc et de hache. La dizaine de mort-vivants foncent alors sur leur cible pour la faire taire. Puissante, mais assez maline pour se rendre compte d'une potentielle embuscade.

Même si pour l'heure, ce n'est qu'une façon de mesurer le potentiel de son adversaire. Une simple mise en bouche.

De l'autre côté, là où les deux ninja inférieur de Kumo se rendent accompagner d'un petit groupe de soldat, se trouve une maison présente à eux dans le cercle de flamme. Noircie par la suie se dégageant du brasier, elle reste néanmoins intacte, comme protéger par quelque chose, ou quelqu'un.

Un espoir pour Chiaki et Yahiko de trouver de potentiels civils en vie ? Mais à quel prix ? Leur vie ? Qu'ils n'oublient pas que le danger est partout car désormais, ils sont aux portes de la guerre. Et derrière une bâtisse en proie aux flammes, cacher dans l'ombre, une silhouette les observe. Même si elle sait pertinemment que, par l'invocation de se renard, elle est très probablement repéré depuis quelques instants.

Résumé:
 

PNJ 1 - Nom: ???:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 26 Nov 2018 - 22:48
Peu loquace...

Tu regardais la majeur partie de tes troupes quadriller le village en recherche de civil à sauver où d'ennemi à abattre tandis que tu fixais toujours promptement la chose en face de toi. Un homme ? Une femme ? Tu t'en foutais bien dans le fond. Tu ne voyais en cette présence qu'un bout de chair que tu allais déchiqueter au même titre que la tête d'Ema Yamanaka. Laissant ton corps alors se préparer pour l'exercice intense qui allait suivre, tu ne pouvais t'empêcher de jeter un dernier regard aux shinobis qui étaient restés à tes côtés suite à ton ordre. Ils avaient peur face à cette chose au même titre qu'ils avaient peur face à toi lorsque tu venais à t'énerver. Leurs simples réactions suffisaient à te dire qu'il ne fallait pas prendre le type en face à la légère et pourtant. Tu ne voyais en lui qu'une proie.

Et ainsi, il vint à agir, après avoir balbutié le seul mot qu'il était capable de prononcer. Composant un mundra, tu pouvais voir autour de toi se former une petite horde de cadavre mouvant, symptomatique de l'exercice effectué par un nécromancien. Tu en avais déjà vu à l'oeuvre, évidemment, tu en avais même eu sous tes ordres. Et cela te répugnait toujours autant ce genre de personne. Non pas à cause des barrières envers la vie qu'ils franchissaient. Mais bien car ces types se cachaient derrière la force des autres pour se prémunir de leurs propres faiblesses. Rarement, ils ne venaient à se dévoiler. Et comme l'aurait pu indiquer son masque, celui-ci n'était pas près de s'ouvrir à toi et de venir au front.

Mais ce n'était pas grave. Tel un prédateur, tu n'avais aucun mal à aller devoir le chercher quitte à lui sauter à la gorge et à lui arracher la jugulaire avec tes dents. Analysant rapidement la situation, cette armée n'était pas suffisante pour te faire frémir ni même te pousser dans un quelconque retranchement. Tu voyais surtout en ces cadavres une sorte de pseudo mise à l'épreuve.

Grinçant des dents face à ce comportement de lâche, tu venais à faire surgir de ton corps une armure épaisse et dense symbolique de la quintessence de ton clan. Face à ça, les flèches et les malheureux corps désarticulés qui tentaient de percer ta chair ne venait qu'à se heurter à une force immuable.

- Occupez vous des cadavres.


En disant cela, il y avait encore quelques flèches qui tentaient de se frayer un chemin sous ton armure en vain. T'accroupissant et contractant tout tes muscles au sein de tes jambes, tu vins à littéralement dépasser la vague d'ennemi tel un bulldozer pour te précipiter au corps à corps sur ton ennemi. Encore une fois, tu détestais devoir jouer au chat et à la souris.

Dans ton charge, tu avais malaxé suffisamment de chakra et composé suffisamment rapidement tes mundras pour préparer une attaque cette fois ci symbolique de ta propre maitrise. Une sorte de technique signature que personne encore au sein de ton clan n'avait su égaler. Très vite, tandis que la distance entre toi et ta cible s’amenuisait, une immense drill sortant de ton bras gauche venait à fendre l'air avant de commencer à se mettre à l'oeuvre. Une défense parfaite et une attaque parfaite. S'il voulait te jauger, tu allais lui donner de quoi regretter ne pas s'être renseigné auparavant.

Ainsi, fendant l'air, tu vins à l'attaquer avec cette même attaque tandis que tes yeux injectés de rage n'avait de cesse de le considérer comme un bout de chair. Tu n'étais pas capable de percevoir sa véritable apparence, mais tu étais capable de devenir ce qu'il allait devenir s'il ne pouvait rien faire face à ça. Même Shuuhei avait faillit y passer suite à cette technique encore non maitrisée à l'époque.

Mais désormais. Il n'y avait plus de place à l'inexpérience. Tu l'avais rôdé et préparé uniquement pour ce genre d'enfoiré que tu te devais d'éliminer rapidement.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mar 27 Nov 2018 - 1:34
Face à une maison certes couverte de suie, mais qui n'avait pas bronchée. La plupart des demeures s'étaient soit effondrées, soit s'étaient effritées, ce qui paraissait à première vue très étrange. Inexplicable, surtout. Comment une bâtisse pouvait-elle résister à un des éléments les plus destructeurs que le monde ai porté ? Le feu était sans merci, il détruisait tout sur son passage, sans possible retour en arrière. Alors pourquoi ? Tout le monde ici s'était mit à utiliser des techniques sensorielles, en vue de trouver une explication ou de repérer si des personnes ne se cachaient pas dans la maison, ou si quelqu'un aux alentours pouvait être suspect. Il n'y avait rien à signaler, jusqu'à l'intervention de sa fidèle invocation.

-"Yahiko, une personne nous observe."
-"Où est-ce qu'elle se situe ?"
-"A six heures, derrière la maison cramée là bas. Que faisons-nous ?"

Un instant de réflexion, dans laquelle il faisait du mieux qu'il pouvait pour calmer sa respiration et avoir les idées les plus claires que possible. Lutter contre la panique, c'était aussi se donner plus de chance de faire de bonnes décisions, d'avoir de meilleures réflexions, d'être moins susceptible de tomber dans un piège.

-"Nous ne ferons rien qui ne nous mette en danger. Cette maison est bien trop étrange, surtout si notre activité est observée par un inconnu. Si des gens sont dedans et qu'ils sont en vie, c'est qu'ils voulaient les garder en vie. Ils peuvent attendre..."

Quelle était la meilleure solution ? Attendre ici était inutile, entrer dans la maison était risqué, aller chasser l'inconnu était sûrement la source de connaissances dont ils auraient besoin. Quelque part, c'était aussi l'endroit le plus sûr pour eux actuellement. Ils avaient l'avantage du nombre, ce n'était pas négligeable. Envoyer une technique mortelle ou très destructrice, ce n'était pas forcément l'idée la plus réfléchie. Il ne savait pas ce qu'il voulait, ce qu'il pouvait cacher, ou encore les vies qu'il avait derrière les mains. La première offensive ne devait pas le tuer, elle devait montrer quelles étaient les intentions des ninjas : obtenir des informations, et une victoire.

-"Camarades, c'est à notre tour de combattre ! Immobilisez-le moi du mieux que vous le pouvez, je fais une première attaque aérienne." Se tournant ensuite vers son invocation, il lui rappela ce qu'il était supposé faire. "Je compte sur toi pour couvrir mes arrières, tu sais comment."

Effectuant une grande charge d'une grande rapidité, il se retrouva au dessus de sa cible, à quelques mètres de hauteur. Concentrant une grande partie de chakra dans sa main droite, il tendit ses doigts de manière à former un pistolet. De son index sortit une balle de chakra, semblable à celle qu'on pouvait trouver dans une petite arme à feu, qui avait la capacité de pouvoir transpercer efficacement un corps. Elle ne tuerait pas, mais elle infligerait de lourds dégâts à la cible. Si elle était innocente, elle serait largement épargnée. Si elle était coupable, elle serait handicapée pour le combat à venir. La technique était ni trop forte pour ne pas risquer de tuer un innocent, ni trop faible pour impacter la cible si elle était ennemie. En même temps, le Renard surveillait tantôt le flux de chakra de son maître, tantôt les alentours. Il ne s'agissait pas de se faire surprendre, d'une quelconque manière qu'il soit.

Derrière lui, tous les autres ninjas de Kumo dont Chiaki le secondait. Il n'était pas seul dans cette bataille, et ajouter son attaque à leurs contrôles pouvait leur faire obtenir ce qu'ils désiraient : la survie.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Mar 27 Nov 2018 - 14:26

Situation sous pression.

La guerre. La guerre ne change jamais, hein ? Chiaki suit Yahiko, ne sait pas trop où aller ni quoi faire. Elle avance, hésitante, sous la direction d’un chûnin qui est peut-être autant dans une situation gênante qu’elle. Ils sont là tous les deux face à un bazar sans nom, face à un chaos dont il est difficile de se dépêtrer. Comment faire ? Et surtout, comment faire maintenant ? Les prunelles émeraudes se posent sur la maison qui leur fait face. Une maison qui pourrait contenir des civils. L’instinct premier de la chirurgienne aurait été de se jeter dedans pour trouver toute personne en danger, toute victime possible d’être sauvée. Mais non. Yahiko exprime l’idée que cette maison soit piégée, dangereuse. Qu’il y ait un piège. L’instinct de la petite brune est alors complètement réprimé. Il ne faut pas oublier qu’ils se trouvent face à une petite équipe – combien sont-ils ? – qui vient de mettre un village entier à feu et à sang, ils n’auraient pas fait une telle erreur.

Chiaki se concentre, inspire profondément. Que faire, que faire ? Comment procéder ? Réfléchir, réfléchir. Ne pas se laisser déborder par les événements. Yahiko a raison. Elle a dit qu’elle le suivrait. Alors il lui faut le suivre, se taire et ne pas contredire. Il est son supérieur hiérarchique, ses décisions sont forcément plus réfléchies et intéressantes que les siennes. Il décide de prendre les devants et ne pas se laisser piéger mais, au contraire, attaquer la nouvelle silhouette surgie de l’ombre.

Bien. Toutes les troupes se mobilisent. Chiaki enregistre l’ordre et réagit au quart de tour. Immobiliser ? Elle sait faire ! La brune se met en position et compose de rapides mudras. Une étrange brume verdâtre très fine se répand tout autour de leur adversaire. Un sourire étire les lèvres de la chirurgienne, qui saisit cette occasion – triste occasion, malheureusement – pour montrer à ces ordures de quoi elle est capable. Les médecins ne sont pas aussi gentils que ce qu’on le croit, bien au contraire. Ils sont capables d’abominations, eux aussi. Cet homme, qui qu’il soit, quels que soient ses motifs, a tapé à la mauvaise porte pour foutre le bordel. Il ne pourra pas échapper au drame qui l’attend.

Chiaki lève les yeux, perçoit Yahiko dans les airs qui dresse les mains d’une bien étrange façon, avant de tirer sur leur adversaire commun. Leur équipe peut peut-être fonctionner de la meilleure des manières. Peut-être seront-ils la combinaison qui fera tomber cette première tête. Peut-être qu’avec Reiko ils feront tout tomber tout court.

En tous les cas, il ne faut absolument rien lâcher. Tenir bon jusqu’au bout. Serrer les dents. Ne lésiner sur aucun moyen.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/u804

Mar 27 Nov 2018 - 17:53
Une armée contre le dirigeant du pays au sein du quel ces criminels se trouvent et répandent le sang et la peur. Des soldats sous le contrôle de l'homme au masque qui n'hésitent pas à attaquer, l'Homme le plus fort de Kaminari no Kuni. Après tout, ils sont déjà morts. Alors qu'ils meurent une deuxième fois ne les dérangera très certainement pas. Néanmoins, face aux lames et aux flèches qui s'abattent sur le Raikage, le corps de la femme se recouvre entièrement d'un métal puissant et solide, resistant au fer rouillé des armes des morts vivants.

Faisant répandre sa voix autoritaire, elle ordonne à ses sbires de s'occuper des revenants. Que c'est intelligemment joué quand on sait qu'ils n'auraient eu aucunes chances face à l'homme qui se tient devant eux.

C'est donc un combat seul, face au Raikage, qui s'engage désormais.

Et pour ne laisser aucune chance à son adversaire, la demoiselle fine et musclée s'élance par le biais d'une charge la propulsant vers le ténébreux tout en s'armant d'un drill fait du même métal qui la recouvre. Sa vitesse est importante et le coup qu'elle prépare est un concentré puissant de chakra. Se prendre se coup serait fatale à l'homme masqué.

C'est une esquive nécessitant une quantité de chakra importante mais nécessaire qui tire de justesse l'homme de cette situation plus que tendue. Et comme pour s'assurer ne ne pas être touché par l'offensive de la guerrière, il effectue quelques mudra amenant à lui le corps d'un des zombies sautant de justesse pour se prendre l'attaque à sa place. Cruel ? Simplement indispensable.
Dans le dos de l'ombre de la foudre, au centre de l'arène en compagnie des morts, des combattants au service du pays, l'homme tend les bras devant lui, faisant entendre un bourdonnement important au sein de son long vêtement sombre. De nombreux insectes en sortent, volant au sein et au dessus de la zone, avant de déverser dans l'atmosphère, un gaz à l'aspect poudreux hautement toxique là où se trouve tout ce beau monde. Si les quelques soldats accueillant l'ombre tombe au sol sous la douleur et la démence, qu'en est-il du Raikage ?

Dans l'ombre, elle les observait. Qu'allaient-ils faire ? Pénétrer dans cette maison ou alors chercher l'ennemi qui guette leur moindre fait et geste ? Mais l'ennemi n'est pas bête et exerce ses dons de pisteur pour sonder les environs d'une menace qui pourrait leur tomber dessus.

C'est alors qu'ils se retournent tous l'uns après l'autre, fixant leur regard dans la direction de celui ou celle qui prend un malin plaisir à les observer, au sein de cette fournaise démentielle. Une femme à la chevelure sombre s'avance alors vers elle pour répandre quelque chose s'apparentant à du gaz. Pour l'immobiliser ? Ou lui empoisonner l'intérieur ? Mal heureusement, ce n'est pas efficace. Une longue esquive la propulse sur le côté échappant au gaz avant d'être en face du reste du groupe.

Quand soudainement, l'homme à la chevelure blanche, certainement le plus gradé de toute la petite bande, envoi une boule faite entièrement de chakra fonçant droit sur cette personne mystérieuse.

Effectuant une nouvelle esquive, elle manque de peu de se faire avoir par l'offensive menée et se retrouve face au groupe de l'autre côté de la place et derrière eux, les flammes.

Dans la lueur des flammes, alors que le ciel s'assombrit sous le flux ascendant de la chaleur provoqué par les hautes flammes, c'est une femme aux yeux bleus et à la chevelure blonde qui se dresse devant vous. Mais une réflexion lui traverse alors l'esprit de la jeune femme lui fait comprendre que si l'ennemi ne veut pas discuter, alors il n'y aura pas de discussion.

« Très bien ... Comme vous voudrez ! » dit elle tout en effectuant un seul et même mudras avant de prendre une grande inspiration, les joues se gonflées de plus en plus.

« KATON ... TSUNAMI !!! »

C'est alors qu'un simple jet de flamme, se posant sur le sol, se transforme en quelques secondes en un tsunami de feu fonçant à toute vitesse vers le groupe de Kumojin.


Résumé:
 

PNJ 1 - Nom:
 

PNJ 2 - Nom:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 27 Nov 2018 - 21:02
En hauteur, juste au dessus de sa cible, à quelques mètres dans les airs, le Chûunin tendait ses doigts. Une balle de chakra venait de partir de ses doigts, et allait à grande vitesse vers sa cible qui pouvait être immobilisée. Un premier déplacement très rapide permettait de s'extraire du nuage de fumée de la kunoichi inconnue. Un autre permit d'esquiver la balle du ninja aux cheveux blancs, qui se laissa tomber à côté de ses camarades. Elle était là, en face d'eux. Une jolie blonde aux allures assassines qui semblait prête à effectuer son travail. Derrière, il y avait ce mur de flamme qui était particulièrement persistant, ce qui ne préservait rien de bon. Yahiko ne souhaitait à aucun moment traverser ce feu ardent, car dieu seul savait tout ce dont il était capable de consumer.

Après un mudra et quelques paroles inaudibles, la jeune fille commença à agir. Un jet de flamme fut craché au sol, et ce dernier prit rapidement la forme d'une grande vague de flamme, pouvant facilement toucher toutes les personnes qui étaient présentes ici, dans toute leur largeur. Une technique qui semblait si puissante nécessitait une protection toute aussi résistante. Il ne fallait pas chômer, réagir aussi rapidement, tant dans la défense que dans l'attaque. Se tournant vers les autres shinobis, le Sendai se permit de se donner les prochains ordres, en parlant assez doucement pour que tout le monde puisse l'entendre, sauf son adversaire.

-"Couvrez ma prochaine attaque, on va tenter de mettre le tout pour le tout. Mettez plusieurs couches de protection si nécessaire !"

Il n'avait qu'une seule préoccupation : la faire tomber avec un seul énorme coup surprenant. Un coup qui venait du ciel, qu'elle ne pourrait pas voir. Il savait où elle se situait, et elle serait bien trop préoccupée par savoir si sa technique avait fait mouche. Effectuant quelques mudras, qu'elle pouvait bien interpréter comme des mudras qui préparait à la défense, il concentra une grande quantité de chakra qui servirait dans quelques instants. Faire confiance, à tous ceux qui l'entouraient, afin qu'ils soient tous capable de lui assurer cette protection nécessaire afin de la prendre par surprise. Ils avaient tous tâché de se regrouper, afin d'assurer une défense forte et concentrée sur une petite zone.

-"Susanoo, il est temps de m'aider mon vieux!", se dit-il à lui-même.

Susanoo ? Le nom du dieu protecteur qu'il s'était crée, qui ne devait pas même exister. L'espèce d'ami imaginaire qui le tirait vers le haut, sa lumière dans l'obscurité, celui qui ne le faisait jamais sentir seul. Dans un sourire qui était invisible derrière toutes les protections qu'avaient effectué les autres shinobis et Chiaki, une dizaine d'énormes poings de chakra qui se suivaient les uns derrière les autres, d'une taille semblable à celle de gros golems de plusieurs mètres de haut, frappaient tous un seul et unique point dans une vitesse et une force faramineuse. L'effet de surprise, l'effet de la hauteur, le timing, mais surtout la confiance. Voilà quelles étaient toutes les variables sur lesquelles le Chûunin de Kumo avait parié pour essayer de prendre le dessus sur ce combat. En espérant que cette tentative fasse mouche.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Mar 27 Nov 2018 - 23:39

Situation sous pression.

Les ténèbres sont oppressantes. Lourdes. Fermer les yeux, se laisser envahir. Prier pour que ce ne soit qu’un rêve. Se pincer. Réaliser. Réaliser que non, ce n’est pas un rêve. Que ce qui se joue, là, ce n’est pas un rêve. C’est réel. Cette odeur de mort, ce sang qui a coulé, ces peaux brûlées, ces corps calcinées. Toutes ces choses, là. Ce ne sont pas des produits d’une illusion. Ce ne sont pas des cauchemars que l’on peut fuir en ouvrant les yeux. Tout ça, là, est réel. Tout est vrai. Chiaki se mord la lèvre inférieure. Que faire quand la personne en face esquive ? Quand, sur leurs bras, il reste plusieurs dizaines de victimes potentielles ? Quand ils doivent protéger ce qu’il reste d’un village quand ils ne savent pas quelle menace plane au-dessus de leurs têtes ? Que faire ? La brune attend les ordres de son supérieur.

Il retombe doucement sur ses pattes. Chiaki pose ses prunelles émeraudes sur lui. Il est l’espoir. La tête pensante du petit groupe. Que faut-il faire, maintenant ? La Genin hoche la tête, écoute les directives et acquiesce. Le tout pour le tout dans une attaque. Protéger le monde. Très bien. La brune compose de nouveaux mudras et appose ses mains au sol. Un gigantesque mur de terre surgit, suivi par beaucoup d’autres protections, de tous éléments, de toutes formes, de quoi encaisser au mieux l’offensive adverse. Une vague de feu, brutale, d’une puissance que Chiaki n’a jamais connue jusqu’ici.

D’où viennent ces gens ? Que sont-ils ? Que veulent-ils ? Pourquoi agissent-ils de cette façon ? Comment s’y prendre pour les vaincre ? Chiaki soupire. La chaleur provoquée par l’offensive adverse se dissipe peu à peu, pendant que le mur de terre, à son tour, se désagrège. Les yeux de la Genin détaillent la blonde face à eux. Une silhouette élancée, des yeux bleus. Elle est belle. Belle, mais redoutable. Qu’est-ce qu’il faut faire dans ce cas ? La brune suit l’offensive de son partenaire du regard, dans l’attente. De gigantesques poings tombent du ciel, attaquent. C’est fou. Brutal. Yahiko a une telle puissance de frappe ? Incroyable.

Chiaki reste en retrait mais prépare la prochaine offensive. Si celle-ci ne fonctionne pas, il faudra mettre les bouchées doubles. User d’artifice. Faire preuve d’une énorme puissance de feu pour la faire tomber. La faire tomber elle, mais aussi l’autre, qui se bat contre Reiko.

Réussira ? Réussira pas ? Seul le temps le leur dira.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/u804

Mer 28 Nov 2018 - 10:28
Pathétique...

Au lieu de simplement affronter ton attaque, celui avait fuit. Continuant ainsi sa démarche apparente de pleutre ne pouvant se permettre d'être au premier plan. Il avait été réactif, suffisamment pour se soustraire d'une partie de ton attaque et permettre à plusieurs de ces invocations mortuaires d'encaisser à sa place. Évidemment, ton attaque n'en avait fait qu'une bouchée, mais tu n'avais clairement pas atteint la véritable cible de ton assaut.

Fronçant les sourcils, tu venais à te repositionner sur tes appuies, avant de préparer un autre plan pour tenter de lui faire mordre la poussière. Tu n'allais pas le lâcher, tant qu'il n'était pas au sol à bouffer la terre qu'il avait lui même maculé de sang.

Néanmoins, celui-ci allait persister dans sa tactique de lâche tandis qu'il faisait échapper de son corps une nué d'insecte toxique qui se changea bien vite en un épais nuage qui ne présageait rien de bon. Ainsi, directement, tandis que tu possédais encore ton armure ainsi que tes gants tu vins à faire surgir un mur de métal du sol pour au moins ralentir la propagation de l'attaque avant de faire un bon fulgurant en arrière afin de ne pas être touchée par la portée de l'attaque.

Si toi, tu avais eu cette opportunité de t'en prémunir, ce n'était pas le cas de certains de tes shinobis qui tombaient un à un comme des mouches, non sans lâcher plusieurs cris de douleurs. Serrant les poings, cet enfoiré allait payer pour tout ce qu'il avait fait et tout ce qu'il continuait de faire !

Contournant le nuage, tu venais à t'approcher de nouveau de lui pour lui porter un coup renforcé par tout l'attirail monstrueux que tu portais.

Mêlant ton agilité et ta force, à la puissance inhérente à l'affinité Metaru, il n'avait aucune chance d'y résister. Encore une fois, il allait devoir fuir pour survivre. Mais tu t'en foutais bien. Tu n'allais pas le lâcher.

Ce combat ne pouvait avoir que deux issus possibles. Et tu comptais bien faire en sorte de ramener sa tête au village que tu allais pouvoir exhiber au porte du village comme signe évocateur de ce qui attend tout les futurs enfoirés dans son genre.

D'ailleurs, dans ton nouvel assaut qui ne laissait place à aucune hésitation, tu ne considérais même plus les cris de démence de tes soldats. Ils étaient foutus pour ce combat et certainement que le seul moyen de leur sauver la vie était d'extirper le remède à ce pleutre. Ce que tu espérais pouvoir faire entre deux coups dans sa face.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 29 Nov 2018 - 1:04
Le Raikage avait ramené sa petite armée pour le défendre mais malheureusement, tous ont péris sous les effets du gaz toxique s'étant propagé dans toute la zone. Quant à l'ombre de la foudre, elle créa un mur fait de métal afin de ralentir l'avancé du nuage, tout en se propulsant de ce dernier pour n'inhaler aucune substance.

Malin mais logique de la part d'une telle personne dont la réputation de guerrière n'est plus à faire. Néanmoins, elle ne se propulse pas vers sa cible pour lui asséner le coup qu'elle souhaite lui porter. Peut être une erreur pouvant lui être fatale.

Effectuant quelque mudra, l'homme au masque choisit bien sa technique. Car si on part du principe que ce poing qu'elle tente de lui donner est faible, il ne faut pas oublier qu'elle garde cette couche de métal sur son corps et ses poings d'acier. Un simple coup pourrait se changer en une faute mortelle pour l'homme quasi muet.

Il tend alors le bras droit et de ce dernier, dans l'ombre de sa manche, se déchaine un essaim d'insecte fonçant vers la dame de fer. Volant autour de cette dernière, les insectes aux nombres incalculables ont pour but de brouiller le champ de vision de leur victime tout en se collant sur la cible afin de la dévorer lentement. Malheureusement ici, leurs crocs ne sont d'aucune utilité.

Pourtant son champ est tout de même obstrué. Et dans un aveuglement rapide, de nouveau mudrâ s'effectue du côté du psychopathe au masque blanc, avant qu'une bourrasque de taille plus qu'imposante se créer sur le terrain. Non, pas une. Deux. Non, pas deux. Trois. Non ... A y regarder de plus près, ce sont six tornades qui déferlent sur le terrain. Et c'est dernières sont encore plus puissante, lorsqu'elles se mêlent dans les flammes ardentes qui bordent le village.

Ce sont donc six tornades de feu qui entourent et avancent vers l'ombre de la foudre.

Du côté de la blonde aux yeux bleus, c'est un tsunami de flamme qui déferle sur les troupes Kumojin. Mais la défense ne tarde pas à apparaitre. Alors que de simples murs apparaissent de la part des forces armées, les deux shinobis principaux se partagent les tâches.

La première sera chargée de défendre ses coéquipiers tandis que l'autre se contentera d'attaquer.

Les premiers murs cessent sous la puissance des flammes mais la ralentisse un tant soit peu avant que ce tsunami de feu s'abatte sur un mur dôton. Ce dernier cède mais réussit à stopper la course de la vague destructrice. C'est finement bien joué de la part des ninja de la foudre.

Quant à l'homme chargé d'attaquer, il lève le poing vers le ciel et en fait descendre des plus imposants, n'ayant qu'un seul objectif; pulvériser leur cible.

Tombant à toute vitesse, la blonde repère la lueur des poings de chakra dans le ciel mais avec un léger temps de retard. Esquivant en parcourant une grande distance à toute vitesse, l'impact de la technique du jeune kumojin réduit à néant le sol propulsant de nombreuses masses rocheuses un peu partout sur la zone de combat. Dans les débris, se relève l'ennemi, le corps à moitié en sang, avec une jambe en moins. Une blessure qui ne risque pas de lui plaire. Mais elle, étant une grande guerrière, une fille dont la haine ne cesse de grandir, fait abstraction de la douleur et se tient désormais prête à réduire en miette ses opposants.

Créant quelque mudra, ne tenant plus que sur une jambe, elle propulse cinq dragons de feu en direction de la troupe. L'un d'eux s'écarte et fond dans le ciel, faisant éclair un orage en créant un courant d'air chaud dans le ciel. Les autres foncent sur les Kumojin et ils ne peuvent que remarquer que ces créatures sont totalement contrôlés par leur maitre.

Mais étant proche de leur cible, elle relâche sa technique laissant ses chers et tendres finir leur course sur l'ennemi et lève les mains vers le ciel afin de maitriser la foudre qui se dresse dans le ciel. Oui, dompter la foudre fait partie de ses capacités.

Et dans un flash allant plus vite que la vitesse de la lumière, la foudre s'abat sur eux.

« Vous en redemandez encore hein ?! Alors je vais quand même me présenter ! Moi c'est Hatsuchou Nala et ce mec bizarre là bas, se battant contre votre Chef, c'est Netsuku ! On est ici car on sait que votre pays est à la pointe de la technologie et de l'armement ! Tout ce qu'on veut, c'est simplement des armes pour combattre vos ennemis ! Ceux, qui sont à l'origine de notre emprisonnement ! C'est seulement ce qu'on veut. Aider nous et aucun d'entre vous ne mourra ! »

Et dans sa perfidie, les mensonges de Nala n'ont jamais été aussi poignant.


Résumé:
 

PNJ 1 - Nom:
 

PNJ 2 - Nom:
 


Dernière édition par Narrateur le Sam 1 Déc 2018 - 14:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 29 Nov 2018 - 19:53

Situation sous pression.

Succès. L’offensive et le plan de Yahiko sont un succès. Et ce type est censé être le bourreau d’Anzu ? Comment ? Ça ne fait pas sens. Plus ça avance, moins ça n’a de logique. Chiaki s’attarde sur son supérieur hiérarchique un instant. Il ne peut pas être l’auteur de violences volontaires, dans le but de tuer quelqu’un. C’est impossible. Il n’aurait pas fait de son mieux pour mener les troupes, sinon. Il y a un hic. Malheureusement, ici et maintenant ne sont pas le bon moment ni le bon endroit pour faire tout ça. Il va falloir se concentrer sur le reste. Vite.

Chiaki regarde la blonde lancer des dragons de feu dans sa direction. Ni une, ni deux, la brune compose des mudras, une première fois, en créant un premier mur. Ayant vu cinq dragons, la Genin considère qu’il faut faire davantage pour être sûre que rien ne passe. Elle compose la même série de mudras et dresse le même mur, de façon à ce que les deux créent une forme de V. Le premier explosera peut-être à l’impact, mais le second résistera. C’est quasiment sûr. Par contre … Ses yeux se posent sur le ciel. Orageux. Grondant. Terrifiant. Chiaki sait, au fond, que Yahiko va s’en occuper. Il faut avoir la foi.

Et … Elle a raison. L’éclair ne passe pas. Chiaki avait fermé les yeux, mais tout va … Bien ? Du mieux que possible. Les prunelles émeraudes balaient les alentours. Ils se sont tous mobilisés pour cette défense. Rien n’est passé. Ils ont dressé de nouvelles barrières, tous. Plus résistantes encore. Ne pas céder, ne jamais céder face à la menace terroriste.

La blonde prend la parole. Hatsuchou Nala. Elle scande des mots intéressants. Netsuku est son partenaire et ils promettent de laisser tout le monde en vie si Kumo leur donne des armes. Un sourire profondément amusé étire les lèvres de Chiaki. Elle est drôle, cette petite. Vraiment, très drôle. Partie sur sa lancée, la brune ne lui donnerait même pas une miette de pain tombée au sol. Cette femme dit laisser les civils en vie et ne pas attaquer, mais ne l’ont-ils pas déjà fait ? N’étant pas assignée au contrôle de cette situation, Chiaki décide de regarder Yahiko et d’attendre son avis. S’il dit de déposer les armes, elle les déposera. S’il veut poursuivre, elle poursuivra. Tout dépend de lui.

Il confirme les idées de Chiaki. L’attaque continue, il ne faut pas écouter la blonde. La Genin acquiesce de toute son âme. Ce type ne peut pas avoir vaincu Anzu pour le plaisir. Il s’est passé quelque chose, c’est obligatoire. Il va falloir tirer cette histoire au clair mais, pour l’heure … Il faut réduire cette peste à néant. La mettre hors d’état de nuire.

Chiaki inspire profondément et se concentre. Comment l’attaquer, maintenant ? Elle attend les ordres et les actions de Yahiko. Lorsqu’il lui dira, elle agira. Pour l’heure … L’avenir seul sait ce qu’il adviendra d’eux.
Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/u804

Ven 30 Nov 2018 - 11:38
Une main en l'air, derrière les murs de Doton fraîchement construit, il était temps de faire s'abattre la colère du Dieu Protecteur. Ses poings étaient immenses, ils apportaient la lumière dont avait besoin Yahiko pour garder la raison. Celle qui maintenait son sang froid, celle qui tentait de l'éclairer dans ce qu'il devait faire pour mener à bien sa mission. Sa mission ? Détruire la menace, mais surtout protéger toutes les personnes qui l'avaient accompagné. Elles étaient tristement un poids ici, elles ne savaient pas se défendre face à quelqu'un de la carrure de la jeune femme, et c'était à la kunoichi et à lui de puiser dans leur chakra pour s'assurer de leur survie. Impossible de les ignorer, impossible de les abandonner. L'amour était une force, mais c'était actuellement une contrainte...

Se mordant la lèvre inférieur, il espérait à l'intérieur de lui. Il espérait que ces poings aient été suffisants, qu'ils aient pu pulvérisé la cible des Kumo-Jin. Ils virent son esquive lorsque les murs furent détruit aussitôt par sa grande vague de flamme, mais elle n'était pas suffisante : la technique était bien trop redoutable pour qu'elle puisse s'en tirer comme ça. Une jambe complètement amochée, et quelques autres blessures plus ou moins superficielles. A cette échelle, c'était tout de même une réussite, même si le chakra utilisé était important. Le regard de l'adversaire ne s'était pas résigné, il ne bronchait pas. Sa détermination devait être sans faille, ce qui était admirable. Elle appartenait tristement ici à la mauvaise cause. Il serait idiot de la considérer comme dans le camp des "méchants", les problèmes allaient plus loin que ça. Kumo était sans doutes, à leurs yeux, une menace pour la paix qu'ils voulaient instaurer dans le monde.

Elle exécuta à nouveau des mudras, et fit apparaître cinq dragons de feu. Parmi ces cinq, quatre maintenaient leur cap vers les ninjas de la foudre, et le Sendai ne rata pas le dernier qui partait en direction du ciel. A quoi servait-il ? La naïveté était punissable dans le monde des ninjas. Lorsqu'on tentait d'être un maître dans la fourberie et dans la stratégie, il fallait aussi être capable de repérer ceux qui voulaient eux aussi tromper. Il n'avait aucune preuve de ce qui se tramait, mais le temps qui changeait était parlant.

-"PROTECTION !", cria t'il à sa petite troupe.

Il fut suivi par cette jeune fille, et par d'autres ninjas qui effectuèrent de nouveau quelques petits murs. Il était tenté d'attaquer, mais le dragon qui s'était dirigé vers le ciel et qui avait changé la météo n'était pas à ignorer. Pas lorsqu'une petite erreur pouvait leur coûter la vie. A son tour, après quelques mudras, il créa un mur de chakra. Il le créa à partir de ses deux mains, le rendant capable de se protéger du dessus lorsqu'il tendait ses mains vers le ciel, le chakra solidifié faisant opposition. Les nuages s'étaient assombris, et si la première attaque semblait encaissée par les couches de murs Doton, la deuxième arrivait bien plus vite que prévu. Des nuages d'éclair, des nuages si sombre qu'il serait objectivement naïf de penser qu'ils étaient naturels.

Le Sendai aurait apprécié avoir cette naïveté, dans laquelle la vie était toute rose et toute belle. Mais lorsqu'on se rappelait que de nombreuses vies étaient entre ses mains, il était impossible de ne pas agir, même en prévention. Quitte à ce que cette technique soit effectuée pour rien. Il se rappela à l'occasion son combat contre cet ancien camarade, qui lui avait apprit que lorsque les mains étaient posées au sol, c'était fortement significatif d'une attaque qui se propageaient dans le sol. Et si elles étaient dirigées vers le ciel, comme sa technique de poing de chakra ? Ces quelques raisons le persuadaient, il fallait agir. Sans le faire exprès, tant l'apparition de l'éclair était une surprise et était rapide, ses mains et son mur horizontal se dressèrent au moment même où l'éclair de Zeus frappa.

Une grosse détonation, puis plus rien. Avec la peur, il s'était centré sur ses propres ressentis. Etait-il en vie ? Oui. Il pouvait ressentir son mur qui s'était brisé instantanément, ses bras qui se faisaient lourds et qui devaient récupérer un petit temps, son coeur qui battait toujours. Il était vivant, le cauchemar n'était pas terminé. Dans son esprit, il prit une grosse claque. Qu'en étaient-ils des autres ? Avaient-ils survécu ? Il tourna sa tête en premier lieu vers son renard, qui était en vie grâce à lui. La kunoichi ainsi que deux ninjas de Kumo étaient toujours vivants. Les autres ? Pulvérisés. Comme si le karma avait décidé de le frapper lui, comme si les poings qu'il avait envoyé à son adversaire s'étaient retournés contre lui.

Il voulait éclater en sanglot, il voulait s'excuser auprès de tous ceux dont la famille pleurerait leur disparition. Même s'ils étaient morts pour combattre leur justice, même s'ils étaient morts en tant que héros de leur village. Son visage resta de marbre. Quiconque le comprenait pouvait s'effondrer de voir une personne tenter d'être aussi inhumaine pour garder les pieds sur terre, pour continuer d'essayer de mener à bien sa mission. Ses yeux tentaient d'être aussi impassible que possible, mais son faciès était marqué par la déception, la tristesse, la douleur.

Puis elle parla, enfin. Elle le sortit de ses sombres pensées, elle le tira du cauchemar qu'il se rajoutait à celui qui existait déjà. Elle se présentait, elle et son camarade, celui qui n'avait qu'un seul mot en bouche. Elle partageait leurs ambitions, elle partageait l'opinion qu'ils s'étaient crée de la situation. Lutter contre nos ennemis ? Qui étaient-ils ? Ceux de Tetsu no Kuni ? Yahiko n'avait aucun ennemi. Il avait tâché toute sa vie de comprendre tous les points de vue, et il en était même venu à ne pas agir lorsque les ninjas de Tetsu avaient décimé le Tsuchikage ainsi qu'une autre kunoichi pour une justice qui était compréhensible. On n'engendrait pas la paix par la haine, et pour autant... C'est exactement ce qu'avait tenté de faire cette Nala pendant ce combat.

Une triste ironique, lorsqu'on venait de tuer plusieurs ninjas d'un village caché qu'on prétendait vouloir aider et protéger. Aux yeux du Sendai, un véritable ninja pacifiste n'aurait fait que se défendre, et s'il voulait vraiment bien les manipuler, il aurait du le faire dès le début. Prétendre dès la base du combat qu'on était allié, pour mieux planter un couteau dans le dos. Actuellement, c'était trop gros, trop naïf de sa part. On ne prétendait pas vouloir répandre la paix pour un village qu'on venait de tenter de pulvériser.

Dans cette ambiance pesante et cet environnement complètement déformé, tant par les poings de chakra que par l'éclair de la kunoichi, Yahiko se relevait doucement. Il était temps pour lui de reprendre le rôle de leader qu'il s'était construit.

-"J'aurai aimé te croire, mais ça va être compliqué. Pas lorsque le seul mot que sait dire ton camarade est "tuer". Pas lorsqu'on massacre nombre de mes ninjas. Pas lorsqu'on combat à mort le village qu'on prétend vouloir aider. J'aurai aimé te rencontrer dans un autre contexte, nous aurions peut-être pu discuter calmement de tout ce qui vous déchire. Mais dans celui-ci, c'est nous qui allons vous déchirer."

Dans un sourire presque malsain, il se tourna vers les trois ninjas de Kumo qui restaient en vie, et son Renard.

-"Kumo, on maintient l'attaque."

Tournant ensuite son regard vers son invocation, il explicita son plan à voix basse.

-"Mon ami, tu as vu la même chose que moi, hein ? Si elle maîtrise le feu et les éclairs, elle ne devrait posséder aucune défense efficace. Sa jambe n'a pas l'air en bon état, alors ses esquives ne seront plus sa sortie de secours. Tu sais ce qu'il te reste à faire."

Acquiesçant d'un signe de tête, le Renard concentra une grosse quantité de chakra pur dans sa gueule, tout en se décalant un peu pour ne pas être dérangé par les débris qui pouvaient nuire à l'efficacité de la technique. Utiliser son Renard, c'était d'une part pour économiser le chakra dont il pouvait avoir besoin à l'avenir, et c'était aussi reposer ses bras qui avaient du subir le grand choc de l'éclair. De plus, une attaque de zone était parfaite pour contrer les possibilités d'esquive. Il était temps de faire avancer le jeu d'échec en leur faveur, et la déflagration de chakra tentait d'en être une pièce maîtresse.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Sam 1 Déc 2018 - 14:26
Ennuyant...

Ton coup avait manqué. Notamment car tu t'étais faite couper dans ton élan par des satanés insectes t'entourant et ayant tôt fait de t'aveugler très fortement. Si ton armure te protégeait aisément de leurs assauts, il n'en restait pas moins que tes perceptions étaient très fortement impactés par leurs présences et leurs bourdonnements incessants.

Si bien qu'en plus d'avoir manqué ta cible, tu lui laisses du temps pour respirer et enchainer avec sa prochaine action qui grâce au temps gagné, prend des mesures disproportionnées. Si autour de toi, pouvait se trouver encore des shinobis compétents. Ceux-ci avaient eu tôt fait de ployer face aux déferlements des différentes tornades qui convergeaient toutes vers toi. N'ayant plus le temps de t'échapper de ce traquenard qui se refermait sur toi, tu n'eus que le temps de déployer ta défense ultime avec que les assauts du vent ne déferlent sur toi.

T'isolant alors du reste du monde, celui-ci pouvait bien éclater en deux que tu n'en aurais pas conscience, puisque fermement confiné au sein de ton propre métal. Tu ne pouvais plus rien voir, plus rien entendre, plus rien sentir. Même les bourdonnements avaient cessé, soit étouffés par ce métal à la densité extrême soit balayés par les tornades provenant de ton ennemi.

Une dizaine de seconde s'écoulèrent, une dizaine de seconde qui aurait suffit pour te déchirer en mille morceau si tu n'avais pas eu de quoi te protéger. Malheureusement pour ton adversaire sanguinaire, ce n'était pas le cas. Et alors que le déferlement s'estompait peu à peu, ta technique se désagrégeait, te faisant découvrir une nouvelle fois le monde. Un monde ravagé qui ne laissait aucunement paraitre l'existence d'un village auparavant.

Toujours couverte de ton armure qui elle n'avait rien pris, tu venais à te frotter l'épaule comme pour te débarrasser des derniers morceaux de ta couche de métal qui volait bien vite en éclat. Celle-ci n'avait eu une vie qu’éphémère, mais logique face à la capacité d'encaissement qu'elle pouvait posséder. Si le chakra pouvait faire des miracles, lui aussi avait des limites.

Fronçant les sourcils, tandis que tu redirigeais ton regard vers ton ennemi qui devait certainement pester de ne pas avoir l'occasion de rigoler sur ton cadavre, tu venais alors à le pointer du doigt, le provoquant même pour le forcer à commettre une erreur fatale.

- C'est tout ce que tu as ?


Pour le moment, il restait insaisissable, depuis le début, il avait su se soustraire à tes assauts. Tu étais contrainte de laisser tomber une partie de ta rage pour pouvoir raisonner de manière nouvelle. Face à lui, tu étais désormais seule, bien que dans ta tête, cela avait été toujours le cas.

Te remettant en garde, tu l'incitais même à venir vers toi avec un mouvement arrogant de la main. De quoi faire chauffer sa cervelle de bête affamée.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Dim 2 Déc 2018 - 16:49
Spoiler:
 

Les colonnes de vent jaillissent soudainement sur le champs de bataille emportant avec elle les débris de la fournaise et les corps gisant au sol. Un spectacle horrifique pour certains, tandis que d'autre, comme Netsuku, admire la représentation qui se tient devant. Pouvoir créer des tornades, des tsunami ou encore des tremblement de terre dont la magnitude est impossible à représenter sur l'échelle de Richter. Un don réserver aux élus pouvant recréer grâce à leur propre force les catastrophes naturelles les plus dévastatrice. Et l'homme au masque en fait partit.

Mais parmi ces personnes, encore plus rares sont celles qui ont la capacité en s'en sortir sans la moindre petite blessure, la moindre égratignure ou encore la moindre séquelle. Non, dans ces silos de vent se mêlant désormais aux flammes du feu ravageant le village, se trouve l'ombre de la foudre, s'abritant sous un large dôme de métal le protégeant de la tempête qui ravage tout autour de lui.

Une fois que le chaos fini par se taire, son chakra se relâche alors faisant céder la forteresse de métal avant de se relever comme si rien ne s'était passer. Mais une chose est sûre, sans ce dome protecteur, même avec cette couche la recouvrante, la dame de fer n'en serait pas sortit indemne. Néanmoins, sa prestation mérite quelques applaudissement.

Et alors qu'elle lui fait signe de venir l'attaquer, lui applaudit. Il clappe de ses mains, de plus en plus rapidement, de plus en plus fort. Par sa mine étonné, il se doute que qu'elle n'a pas guetter le sol. Car à y regarder de plus prêt, ce sol est noir. Est-ce les dégâts des flammes ? Peut-être. Si seulement il ne se mouvait pas ...

Alors que le Raikage s'était recroqueviller sous sa carapace, l'homme masqué en avait profité pour recouvrir le sol entre la disparition de ses tornades et la dissolution du dôme. Un sol noir d'insecte, se jetant d'un seul coup sur la dame de fer pour ensuite lui maintenir les pieds sols. Immobile ? Seulement pour quelques secondes. Mais l'homme se tenant face à elle est-il le vrai ? Car par la même occasion en recouvrant le sol d'insecte, il créa un clone qu'il positionne derrière elle. Néanmoins, qui est qui ?

C'est l'homme derrière son dos qui compose de nouveau mudra avant, une nouvelle fois, de cracher de nouvelles tornades aux pieds de la dame de fer.

Une nouvelle tempête en vue ?

Un mur de terre se dresse avant qu'un deuxième vienne s'y coller pour former un V, protégeant la petite armée des flammes de l'enfer. Mais rien n'y fait, leur puissance et leur nombre fait que les murailles éclatent sous l'impact et la chaleur des dragons fait de flammes. Les sous-fifres crient de douleur sous la torture que le feu leur procure, tandis que les deux derniers, les plus puissants d'entre eux profitent de leurs quelques secondes de répits.

Dans le ciel, le tonnerre gronde avant que ne vienne s'abattre sur eux un éclair, plus rapide que la vitesse de la lumière. Néanmoins, encore une fois, la chance est de leur côté alors qu'ils profitent d'un mur fait de chakra pur provoqué par les talents du Sendai, les protégeant de justesse.

Le calme revient alors que le terrain est dévasté, détruit par les éclairs et autres poings géant de chakra s'étant abattu sur le sol. C'est alors, que ce « Satané Cleps » comme le dit si bien Nala, ouvre la gueule avant d'envoyer de plein fouet une sphère de chakra pur en direction de la blonde.

Malin, ils ont pris connaissance des faiblesses de cette dernière; sa défense. Pourtant même sur une jambe, elle peut tout de même esquiver de nouveau. Et durant cette dernière, profitant encore du temps capricieux, elle use ses dernières forces dans ce qui semble être sa dernière attaque, durant le laps de temps de son esquive. Mais la déflagration de chakra prenant la forme d'un cône renversé touche tout de même Nala, à cause du déséquilibre de sa seule jambe restante. Une douleur intense, qui l'a pousse tout de même à exécuté son ultime attaque.

Le ciel gronde de nouveau mais ne leur laisse pas le temps cette fois-ci du possible contre attaque. Un flash s'abat encore une fois sur eux et il leur faudra bien plus qu'une simple muraille pour s'en tirer. Car dans la foulée, une deuxième lance de zeus suit la première, créant un cratère démentiel à la place de la ville.

Cette fois, ils ne s'en sortiront pas. Mais dans son esquive à demie-réussit, elle tombe au sol la moitié du corps "brûlé", par le tir de chakra. Dans un élan d'espoir, elle espoir au moins les touchés. Ne serait-ce pour son propre orgueil.


Résumé:
 

PNJ 1 - Netsuku:
 

PNJ 2 - Nala:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 2 Déc 2018 - 18:15
Intéressant...

Il semblait répondre à ton appel, à ta provocation. Tu voulais qu'il abatte toutes ces cartes pour lui faire comprendre qu'il ne pouvait pas te faire flancher. Toi, la personne la plus forte de Kaminari. Et même si ta précédente technique t'avait protégé de l'assaut perpétré par une tempête monstrueuses, tu n'en aurais certainement pas eu besoin. Ayant pu juger une fois cette technique, tu savais que ton armure était pleinement capable de l'encaisser.

Mais voilà, ayant échauffé son esprit, comme tu te l'attendais, sa réponse vindicative avait pour but de te torcher tout de suite et maintenant, et de cesser les provocations que tu déblatérais. Un choix précipité de sa part ? Certainement, et tandis qu'un clone que tu n'avais su voir auparavant se retrouvait désormais derrière ton dos, tu étais aussi contrainte de constater que tes jambes pourtant lourdement fortifiées se retrouvaient être paralysées par une immense nuée d'insecte.

Soit. Le second assaut du vent allait frapper une nouvelle fois. Bien que tu notais ce manque certains d'originalité dans ses approches, tu venais aussi à tracer un schéma d’exécution dans ta tête que ton ennemi semblait en permanence utiliser. De quoi désormais t'engouffrer dans les failles que tu allais repérer bien vite.

Mais pour l'heure, tu venais à mettre tes bras en croix face à toi. A défaut de pouvoir encaisser et de pouvoir réitérer la précédente technique sur le champ. Tu allais te servir de tout ton équipement pour ignorer encore une fois son attaque. Afin de le frustrer du plus haut point. Afin de lui faire comprendre que le seul monstre digne d’intérêt et d'inspirer la frayeur ici , c'était toi.

Et cette fois-ci, bien consciente de tout ce qui se déroulait autour de toi, tu restais immobilisée à tenter d'encaisser au mieux le déferlement des tornades. Pas impacté par le moins du monde par la puissance monumentale des vents, tu étais de toute manière fixée au sol par ton poids et les insectes qui quant à eux venaient à se décrocher un à un, ne pouvant résister à la technique de leur propre maitre.

Quelques fissures venaient à se former sur ton armure, que tu venais à refermer bien rapidement en la reconstituant sur le champ. Tu n'avais pas besoin de bouger le moindre pouce pour ordonner à ton métal de se créer et de se reformer. Et pendant une bonne minute, toujours les bras en croix face à toi, tu gérais parfaitement ton chakra pour que ton armure ne cède qu'au dernier instant. Qu'une fois que la technique n'eut plus aucune chance de faire mouche.

Même tes gants avaient pris d'important dégât. Mais eux, tu t'assuras de les réparer à défaut de ton armure qui avait totalement volé en éclat, montrant une nouvelle fois ta chair sous la lueur du soleil.

Ton visage lui aussi était de nouveau perceptible par l'ennemi. Alors que celui-ci durant la totalité du combat avait été recouvert d'un casque macabre, apte à te protéger pleinement. Et tandis que tu te tenais une nouvelle fois debout, en plein centre du précédent ravage, tu venais à froncer les sourcils.

Bien que tu ne pouvais pas différencier le vrai ennemi du faux, par manque de moyen de distinction possible, tu venais une nouvelle fois à le provoquer, mais cette fois ci de manière bien plus vindicative.

- C'est tout ce que t'as ?! C'est tout ce que tu penses pouvoir me faire ?! Tu voulais me tuer c'est ça ? Vas y tue moi ! Attaque moi ! Qu'est-ce que t'attend ! Mais si tu te foires une nouvelle fois... Crois moi... Je te défoncerai sur le champ.


Tu venais de nouveau à l'inviter à t'attaquer. Pire, tu ouvrais ta garde montrant tout la confiance que tu avais face à lui. Il était tout aussi animal que toi. Et il était donc encore plus sensible à ce genre de démonstration de force. Par deux fois, tu avais prouvé ta suprématie. Par deux fois, il avait tenté de t’acculer, en vain.

C'était à ton tour d'inspirer la terreur dans son crâne.

- Qu'est-ce que t'attend !? ATTAQUE MOI ENFOIRÉ !


De ta présence se dégageait une aura tout aussi funeste que celle qu'il avait pu déployé face à vous auparavant. Pleinement dirigé contre lui, ses sens développés étaient certainement capable de sentir cette faux prêt à lui couper la tête au moindre mouvement.

- ATTAQUE !


Tes yeux étaient eux aussi injectés de sang. Même pour Sazuka ou ton frère, tenter de te raisonner à ce stade était peine perdue.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Dim 2 Déc 2018 - 21:50
Des dents sur une lèvre, une inquiétude visible lorsqu'on y prêtait attention. Après ces offensives, l'espoir subsistait. Il subsistait au travers de ce Renard, qui s'apprêtait à lui flanquer une nouvelle offensive. Elle visait à lui faire autant de dégâts que possible, à tenter de la faire sombrer dans l'inconscience, en profitant de son état de santé fragile. Une jambe en moins, quelques égratignures marquées, c'était l'occasion parfaite pour porter le coup fatal.

Lorsque la déflagration de chakra parti en cône, Nala tenta d'esquiver. En vain, la technique était bien trop vaste et ses blessures étaient trop importantes pour réussir à s'en sortir complètement. Le Sendai ne comptait pas s'arrêter là : il la voulait morte. Non pas parce qu'il appréciait tuer, mais bien parce que c'était l'occasion parfaite. Elle était en l'air, elle venait de se prendre une technique qui la désorientait, et c'était le moment parfait pour tenter de l'achever. Aucun échappatoire possible, aucune façon de s'en tirer. L'occasion parfaite de lui asséner un dernier coup surpuissant, qui aurait raison d'elle.

-"MAINTENANT !", cria t'il a ses deux coéquipiers afin qu'ils attaquent eux aussi.

Il n'y avait pas de temps à perdre. Qui sait ce qui les attendait après, qui sait comment s'en sortait la Raikage ? Des gens avaient encore besoin de leur aide, ils n'avaient plus de temps à perdre avec une seule kunoichi dont ils ne savaient rien, qui n'était là que pour tenter de mettre fin à leurs idéaux, que pour nuire à la justice qu'ils voulaient rétablir de leurs mains innocentes. Des mudras étaient rapidement exécutés, ils visaient à reproduire la technique mortelle dont elle ne pourrait plus se défaire : les poings de chakra. Son chakra en prendrait un très gros coup, mais c'était nécessaire. Son Renard l'avait d'ailleurs suivi, envoyant sa propre technique qu'il avait exécuté quelques secondes plus tôt.

Cependant, dans cette action où il pensait prendre un avantage certain, il reconnu le mouvement que fit la kunoichi. Il n'était pas pour se défendre, non, il était pour reproduire la même technique que celle qu'elle avait fait précédemment. Celle qui avait annihilé tous ses camarades inconnus, celle qui avait grandement amoché ce grand terrain de combat. Si des poings frappaient fortement à son point de chute, ce qui devrait la pulvériser, l'éclair allait tonner. Se dépêchant à son tour, il refit quelques mudras. La technique était rapide parce qu'elle était massive, mais elle laissait au moins le temps de s'en protéger lorsqu'on en connaissait les mouvements qui l'engendraient. En peu de temps, il redressa ses bras déjà fatigués dans les airs, créant un autre mur horizontal au dessus de lui, de son Renard et de la Kumo-Jin.

Un éclair était encaissé, et il respira. Curieux de voir qu'est-ce qui était advenu de son adversaire, si celui-ci avait bien été achevé par sa monstrueuse offensive ultime. Mais avant qu'il s'en rende compte, c'était un deuxième éclair qui venait de pourfendre toute la zone. Tout, lui, son Renard, la kunoichi qui l'accompagnait. Dans un spectacle somptueux de Raiton, le rideau était tombé. Celui qui venait de frapper une deuxième fois toute la zone, qui n'avait laissé aucune chance aux deux shinobis et à l'animal. Eux, qui étaient maintenant à la porte de la mort. Elle ne s'ouvrirait pas, non, mais la conscience ne les rattraperait pas pour autant.

Spoiler:
 

_________________


Dernière édition par Sendai Yahiko le Lun 3 Déc 2018 - 0:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Lun 3 Déc 2018 - 0:50

Situation sous pression.

Ça a marché ! L’attaque l’a touchée ! Une gigantesque déflagration qui l’a emportée, amochée, mais qui ne l’a pas vaincue pour autant. Cette Nala est coriace, c’est quelque chose que Chiaki ne peut nier. Particulièrement coriace en effet. Le cri de Yahiko résonne dans sa tête à pleine puissance, il ordonne l’offensive générale, totale, celle qui mettra fin à toute cette bataille insensée. Celle qui l’achèvera probablement. Une concentration d’attaques, toutes ensemble, qui serviront à la détruire pour de bon. Chiaki compose rapidement quelques mudras : il faut l’attaquer de loin, très fort. Spécialiste du Taijutsu, elle ne voit pas grand chose dans son panel offensif, à part celle-ci : les pieux de terre. La brune lève les bras et une trentaine de projectiles s’élèvent autour d’elle, avant de plonger à toute vitesse sur son adversaire.

Les mains de la blonde se redressent, exactement les mêmes mouvements que précédemment. Chiaki ferme les yeux, serre les dents. Comment vont-ils faire cette fois ? La foudre explose, cause de très gros ravages, mais elle ne souffre pas. Rien ? Aucune brûlure ? Aucun dégât ? Rien ? Comment est-ce possible ? La Genin lève la tête et perçoit le mur de Yahiko au-dessus d’elle et du Renard. Triste constat de voir qu’il ne reste plus qu’eux. Le mur se dissipe. La tempête serait-elle finie ?

Le grondement retentit une nouvelle fois. Chiaki lève la tête, croise le ciel et l’orage du regard. Ses prunelles émeraudes se remplissent d’une terreur grandissante, qui l’engloutit toute entière. Impact. Tout se met à trembler brutalement, tout explose, le monde se disloque sous ses pieds. Une douleur fulgurante s’empare d’elle, semble la brûler intégralement. Projetée à terre par la puissance du choc, la brune ouvre difficilement les yeux et regarde autour d’elle. Yahiko est couché, de la même façon que son renard. Elle tire sur sa tête pour voir au loin, mais rien n’y fait.

Son corps est lourd, trop lourd. La douleur est bien trop grande. Chiaki force encore un instant pour tenir bon, mais rien. Son corps lui échappe, sa conscience se dérobe. Il fait sombre, de plus en plus noir. Le silence la gagne. L’absence de signaux électriques – assez ironique, quand on y pense. L’absence de tout. Le vide.

L’inconscience.

Son seul espoir, désormais, est que leur Raikage brille. Qu’elle vienne à bout de son propre adversaire et que, pour de bon, cette situation sans queue ni tête prenne fin. Que l’espoir laisse place à la résolution. Du conditionnel, beaucoup de conditionnel. Une énorme dose d’espoir.

L’espoir, contre la mort.
L’espoir, car il ne lui reste plus que ça.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/u804

Lun 3 Déc 2018 - 18:02
Tombant vers terre, la moitié du corps brûlé et déséquilibré par la technique du Renard de Yahiko, le blonde du nom de Nala n'a pratiquement plus de force. Celle qui s'était pourtant jurer de mettre à feu et à sang ce pays a échouer dans sa quête d'un carnage démentiel.

Les mains vers le ciel, durant sa chute, c'est un dernier geste plein d'espoir qu'elle tente de faire taire une bonne fois pour toute ce duo de Kumojin un brin chanceux. Le ciel toujours noir, fait résonner son mécontentement avant de faire tomber sur pas un mais deux éclairs.

Le premier vient donc se percuter contre les défenses à base de chakra neutre de Yahiko, avant de faire sombrer le duo dans l'inconscience la plus longue suite à la deuxième lance de zeus qui leur tombe dessus.

Mais dans cette offensive, le Sendai parvient tout juste à faire tomber de nouveau ses poings de chakra géant sur la criminel tout comme la Sentetsu qui envoie ses projectiles de terre sur elle.

Nala touche les kumojin et perçoit de par et d'autres les attaques ennemis. Un léger sourire s'affiche sur son visage avant de prendre de plein fouet l'offensive. De toute façon, que peut-elle faire avec une jambe en moins et en étant à terre ? Rien. Enne se contente d'être une dernière fois satisfaite de tuer, ou pas, avant de rendre l'âme, écraser sous une masse de chakra désintégrant le lieu où elle se trouve.

Du côté du Raikage, cette dernière résiste aux tornades comme une petite fille tentant de renverser sa mère. Rien n'y fait. Mais grâce à la violence des vents, l'armure recouvrant la dame de fer cède et ses gants sont grandement affaiblis. Néanmoins, l'ombre de la foudre les répare avant de provoquer l'homme au masque.

Insultes, provocations, cette bonne femme se pense toute puissance. Mais dans un coup de vent, Neketsu s'envole dans une nuée d'insecte quittant le champs de bataille. Un lâche ? Non, cette étape n'était là seulement pour évaluer la force de l'ennemi.

« Adieu ... »

Un nouveau mot de sa part. Juste un au revoir ou une parole prévoyant le sort futur de Kaminari no Kuni ?

Le prochain assaut sera très certainement plus violent. Le prochain assaut sera très certainement mortel.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Alerte/Prisonnier S] Situation sous pression

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: