Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Entre Ombre et spectres


Dim 25 Nov 2018 - 18:57
Raccourcie par trois filles particulièrement agitées, la nuit précédente n'accorda aucun repos à Shisei. Et lorsque celles-ci s'écroulèrent finalement du poids de la fatigue accumulée, le père s'extirpa du foyer pour se promener d'un pas mou et somnolant dans les rues du quartier des Suzuri, sur le plateau de Kumo. Le printemps lui permit d'errer dans la douceur du matin, avant que les premiers rayons de soleil ne réchauffent ses traits tirés et ne portent son esprit par-delà l'enceinte du village. Sa longue mission pour le clan l'avait marqué plus qu'il ne se l'avouerait jamais et aggrava d'une certaine façon ses absences. "Ça me passera" avait-il répondu calmement à sa femme, inquiétée par les fantômes avec lesquels il semblait s'écharper chaque soir.

Quels fantômes, au juste ? Dans l'ensemble, lui-même l'ignorait. Voilà quelques temps déjà qu'il abandonna l'idée d'analyser cet immatériel planant au-dessus de lui et dans lequel il baignait quotidiennement. Sa famille. Son clan. Shisei se raccrochait au concret, au palpable et laissait aux bons soins des médecins la lourdeur d'une analyse bancale quant à son état. D'ailleurs, peut-être était-ce pour cela qu'il croupissait tout en bas de l'échelle militaire... l'idée même de convoiter plus qu'il n'avait lui arracha un hoquet amusé. Non, le temps ne pouvait l'avoir changer à ce point.

Encore une fois, sa famille et son clan primaient sur le reste. Face aux responsabilités, à la paperasse et au poids de l'administratif, il s'offrait la moindre occasion pour se débiner. Preuve en fut le rapport de sa dernière mission pour Suzuri Takeshi, torché sur la carte d'un restaurant du coin. Il avait dessiné à l'aide de sa maîtrise de l'encre, entre deux menus entrée-plat et entrée-plat-dessert, la tête et le nom du principal suspect sur la banale affaire de vol des Trois Tori, dont le souvenir même n'attisait aucune curiosité.

Prenant le temps de s'asseoir au détour d'un banc, il scruta la rue, au loin et entrevit la silhouette d'un revenant qui se profilait. Lorsque la distance fut suffisante pour l'identifier, Shisei ne put réprimer le sourire amusé qui se dessinait sur son visage, ni l'envie de se relever pour interpeller l'ombre.

-"Quoi d'neuf, gamin ? Déjà fatigué de jouer à l'ermite ?" Rictus taquin d'un ainé qui, bien qu'éloigné du village durant presque trois ans, savait pertinemment le chemin parcouru par le Metaru lui faisant face, ou ce qui restait de lui d'après son regard aussi vide que celui du Suzuri.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4702-suzuri-shisei?nid=1#36628 http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174

Mer 28 Nov 2018 - 21:25
Entre ombre et spectres


- « N’est pas un Suzuri qui veut, tu sais… »

J’répondis du tac au tac, sourire moqueur aux lèvres. La réplique avait été à la hauteur de celle de Shisei, sans pour autant être caustique ; même si elle trahissait une certaine vérité : Des trois clans majeurs de Kumo, les Suzuri étaient certainement les plus pondérés, plus mystérieux, plus solitaires même. Shinobi, Takara, Shisei… Toutes ces personnes étaient nimbées d’une aura mystérieuse qui les rendait presque inaccessibles. Et quand on rajoutait à ça leurs différentes absences de Kumo ou leurs distances prises vis-à-vis des nouvelles instances du village, l’impression se corsait et donnait l’impression d’un clan qui n’avait rien à voir avec le village caché des nuages. Un clan fantôme, somme toute.

- « Et puis, t’as du culot d’m’appeler gamin. Tout ça parce que t’as trois piges de plus que moi ? »

Là-dessus, je me mis à ricaner avant de m’arrêter tout juste devant le Suzuri. Mes yeux vides reprirent une teinte plus vive, plus pétillante. Voir de vieux schnocks dans cette nouvelle génération qui me perdait presque me faisait plutôt plaisir. Le temps des trentenaires comme moi semblait déjà révolu. Mais atteindre trente piges dans cette ère de conflits et de guerres semblait être une prouesse dorénavant. C’était d’autant plus vrai avec le titre de kage. La plupart mourraient ou disparaissaient très vite, si bien que j’avais l’impression plus ou moins constante d’avoir été chanceux de n’avoir perdu que mon kekkai genkai. A bien des égards et avec le recul, j'avais eu le cul bordé de nouilles durant cette confrontation…

Surtout devant ce monstre de puissance qu’était l’homme au chapeau…

- « Tu m’sembles en forme, vieux loup ! »

Et sur ces dires, j’me permis de m’approcher un peu plus du vioque pour le prendre dans mes bras, l’temps d’une accolade fraternelle. Lui, Takara, Daisuke et Seijiro avaient été mes amis d’antan. Mais il ne restait plus grand monde. Daisuke et Takara étaient on ne sait où et Seijiro croupissait en prison. Et bien évidemment, c’était bibi qui l’avais foutu en taule. Tu parles d’une vie joyeuse… De quoi m’extirper un long soupir. Je finis par lâcher celui qui s’estimait être un vieillard avant de le mater plus en détail. Si ma mésaventure m’avait plus ou moins marqué, il semblait bien que les affres du temps ne l’avaient pas non plus épargné. Mais ça lui donnait un genre, un charme. Il devait avoir du succès, l’bâtard.

- « J’ai entendu parler d’ton retour et j’ai fini par m’pointer ici. J’pensais pas que j’te choperais du premier coup, mais c’est parfait. Alors, qu’est-ce que tu deviens ? »


Dernière édition par Metaru Shūuhei le Mar 4 Déc 2018 - 17:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 29 Nov 2018 - 20:37
-"Trop vieux pour ces conneries !" La réponse s'accompagna d'un rire rauque. Fatigué, dépassé, Shisei constatait avec une pointe de jalousie l'effervescence des jeunes générations qui venait le remplacer petit à petit... . Définitivement vieux. Ou comment résumer toute une vie sans autre ménagement, fi du vécu, fi de l'expérience, fi des souvenirs comme des épreuves. Shuuhei, Kodaima, Shisei... tous croulant sous le poids des années de survie, dans un monde en proie aux conflits perpétuels. Un gargouillis s'échappa alors de son estomac, rappelant au vieux trentenaire forgé par les combats qu'il devait se nourrir.

-"Un petit encas ? Allez j't'invite !" Proposa-t-il à l'ancienne Ombre, tout en pointant du doigt un stand ambulant de takoyaki installé un peu plus haut, dans la rue.

"Y'a quelques temps je suis retombé sur le vieux Jae, tu te souviens ?" Komatsu Jae avait été l'un de leurs instructeurs, du temps de Shitaderu, le genre à vous rappeler que vous n'êtes qu'une sous merde à longueur de journée, et que vous n'arriverez à rien. "Tous les kamis ne pourront rien y faire, il est toujours aussi chiant qu'avant. Mais pas définitivement con, il tient un onsen à la frontière avec Yu no Kuni, histoire de profiter de certaines de leurs sources chaudes..." Le Suzuri marqua une pause et pencha sa tête du côté de Shuuhei pour lui détailler un point qu'il saurait apprécier. "...l'onsen est mixte." Puis se redressa. "Sinon, du reste, pas grand chose d'extravagant. Les gens du Yuukan ne sont pas très différents d'ici. En fonction des points de vue, les ninjas incarnent le mal, ou le remède. M'enfin..."

Fixant le yatai, le regard de Shisei sembla aspiré par ses pensées. Trois années à errer sur les routes lui avaient offert bon nombre d'histoires à raconter et de nouveautés à partager, mais rien ne filtra de son silence. L'exploit de passer trente ans s'accompagnait généralement des souvenirs et remords de ceux n'ayant jamais franchi cette ligne. L'enfer qui brûlait le ciel, tous deux le virent à plusieurs reprises. Les dernières flammes happèrent d'ailleurs le kekkai du Nidaime, ainsi que ses certitudes.

-"Et toi, tu..." L'hésitation l'interrompit dans sa demande, un court instant lui permettant de corriger sa question initiale "...tu as une idée pour retrouver ta maîtrise du métal ?" Bien qu'il le souhaitait, Shisei n'avait ni les compétences ni la légitimité pour lui apporter un quelconque support dans cette quête personnelle. Il s'inquiétait pour son vieil ami et de la voie qu'il emprunterait pour recouvrir sa puissance d'antan.

Shuuhei avait toujours été le plus fort du groupe. Notamment grâce à l'artifice d'une attitude nonchalante, un piège mortel dans lequel tombait l'ennemi. Seul l'Homme au Chapeau porta un jugement d'une rare intelligence, presque effrayante à vrai dire, au point de changer le Kage à jamais. Arrivant à hauteur du stand, il se ravisa quant à sa pirouette de tout à l'heure, et posa la question qui lui trottait dans la tête depuis quelques minutes.

-"Tu comptes repartir quand ?" Il ne fallait pas être fin stratège pour discerner dans le retour du Nidaime les préparatifs de son prochain départ, certainement définitif cette fois.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4702-suzuri-shisei?nid=1#36628 http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174

Mar 4 Déc 2018 - 17:28
Entre ombre et spectres


- « Pour mon départ, j’en sais rien honnêtement. Je suppose que je repartirai aussi soudainement que je suis revenu. C’est pour le mieux, je crois. »

Tout pouvait arriver. Je pouvais repartir demain comme dans un mois. C’était plus ou moins au gré de mon humeur et de mon besoin de revoir ma fiancée actuelle qui était restée en retrait dans un village côtier de Kaminari. Je la pensais et la savais même en sécurité là-bas ; même si elle était assez forte malgré ce que son faciès et ses manières de pourrie gâtée pourraient faire croire. J’eus un petit sourire à cette pensée, mais le fameux sourire fut vite balayé par la question précédente de Shisei. Ce n’était plus vraiment un sujet ultra-sensible pour moi, mais il demeurait un débat épineux qui me faisait frissonner à chaque fois. C’était à près toute une partie de moi-même qui s’était envolée pour aller je ne sais où. Je l’acceptais mieux qu’avant, sans pour autant me complaire dans cette situation de faiblesse qui généralement suscitait une forme de pitié. Pitié que j’exécrais par ailleurs. Ce n’était pas comme si j’étais démuni sans le kinton ; même si j’étais le tout premier à reconnaitre que ce kekkai genkai faisait tout ma puissance, pour ne pas dire tout simplement toute ma splendeur. Situation somme toute compliquée.

- « Pour mon kinton j’ai tout repris à zéro. J’ai pas le choix que de tout recommencer depuis la base. Je pense que mes gênes héréditaires se reconstitueront d’eux-mêmes si je les stimule via mon chakra neutre. Il est toujours au point lui. Ensuite, je pense que des parchemins d’apprentissage feront le reste avant que je ne recommence à personnaliser mes jutsus comme dans le temps. Ça prendra le temps qu’il faut, mais je suis confiant quant à mes chances de le retrouver. »

J’eus finalement un sourire en serrant mon poing. Oui, j’avais toutes mes chances. Oui, tout n’était pas perdu. J’étais plus ou moins devenu un adepte du « quand il y a la vie, il y a toujours de l’espoir ». Ça avait l’air un peu pathétique vu comme ça, mais la clé de la réussite dans ce genre d’épreuves délicates était de garder le moral en toutes circonstances. J’avais failli virer vers le mauvais côté. Alcool, dépression et déchéance me tendaient les bras… Une période plutôt sombre. Mais au final, j’avais fini par remonter la pente. Pour moi. Pour mon actuelle fiancée, mais aussi pour le symbole que j’étais pour mon clan et Kumo en général. Même si le poste de raikage était derrière moi, je demeurais un homme fort du village caché des nuages qui pourrait toujours servir au cas où. La lutte était perpétuelle et ce d’autant plus que l’homme au chapeau était toujours en vie et œuvrait certainement en coulisses, encore. Je devais lui faire payer ce qu’il m’avait fait. Lui en faire voir de tous les couleurs. C’était l’un des nombreux leitmotivs -quoique le plus inavouable- qui me poussait à avancer et me dépasser sans cesse. Continuellement.

- « T’inquiète pas mec. Je redeviendrai le Shuuhei d’antan avec encore plus de force. Et puis, c’est à toi de te bouger l’cul pour pas que je te distance trop, spèce de limace ! Reiko te fera baver si tu comptes bosser sous ses ordres, j’te préviens ! »

Sur cette phrase, je lui administrai une petite bourrade amicale dans le dos sous un rire convaincu. Ouais, tout n’était pas encore fini. Loin de là même. Mais en attendant, les odeurs qui provenaient du yatai m’attirèrent également, si bien que je me mis à presser le pas. Je disais jamais non à une bouffe, surtout quand c’était une autre personne qui offrait. Oui parce que j’étais maintenant un vagabond, moi. J’avais aucun rond en poche. En vérité, je n’étais pas du tout fauché, mais j’essayais de vivre de façon autonome, pour ne pas dire précaire même. Et puis, sans kinton, plus moyen de créer vite fait une pièce de monnaie pour se dépanner en cas de dèche totale. Une existence bien loin de celle que je menais lorsque j’étais chef de clan et kage du village. Lorsque nous fûmes enfin devant le yatai étonnement vide -sans doute avait-il ouvert il y a peu-, mon visage s’illumina comme celui d’un gosse. Difficile de se faire plaisir de la sorte lorsqu’on était en couple ou en famille. Bien longtemps que j’avais pas bouffé « dehors ». Aussi m’étais-je rapidement installé sur le banc du stand avant de prendre automatiquement ma commande.

- « Un gros bol de ramen et des tranches de porc dessus ! Ah et c’est l’autre vieux-là qui offre ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Entre Ombre et spectres

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: